Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Articles avec #cours 2e tag

Cours 2e Histoire : Libertés et nations en France et en Europe dans la première moitié du XIX siècle (3)

23 Mai 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

III. Comment l’esclave a-t-il été progressivement aboli ?

 

            A. Comment la traite et l’esclavage sont-ils abolis en Europe ?

 

Texte 3 page 301 : Le congrès de Vienne abolit la traite

Question 1 page 301 : Au nom de quels principes les puissances réunies à Vienne abolissent-elles la traite en 1815 ?

_ Le Congrès de Vienne de 1815 abolit la traite des esclaves.  Cela s’explique par la diffusion des idées des Lumières (« conforme à l’esprit du siècle » l. 16) considérant comme immoral et inhumain le commerce d’êtres humains. Le rôle politique dominant de la Grande-Bretagne permet à ce pays de faire condamner la traite au Congrès de Vienne et d’influencer les pays européens et américains pour tenter de faire interdire traite et esclavages dans les années suivantes.

Traite (p. 300) : nom donné au commerce international des esclaves.

 

Etude de la chronologie bas page 300

Quel pays est le premier à abolir la traite ? Puis l’esclavage ? Pourquoi

_ La Grande-Bretagne est le premier pays à mettre fin à la traite en 1803, puis à l’esclavage en 1833.En effet l’opinion publique britannique influencée par les églises protestantes, les organisations philanthropiques et les journaux sont favorables à l’abolitionnisme.

_ L’abolitionnisme est un mouvement en faveur de l’abolition de la traite et de l’esclavage. Un courant radical milite pour l’abolition immédiate de l’esclavage. Un courant modéré propose d’abolir d’abord la traite et de préparer progressivement l’affranchissement des esclaves.

 

Lithographie 1 page 300 : Les traitements infligés aux esclaves

Pourquoi des pays comme les Etats-Unis ou le Brésil refuse l’abolition de la traite puis de l’esclavage ?

_ L’économie des colonies des Antilles, du Brésil et du sud des Etats-Unis repose sur la culture par des esclaves de exploitations agricoles des planteurs. La Grande-Bretagne est libre-échangiste et décide de mettre fin à ce système économique.

Colonie (p. 300) : territoire conquis puis possédé, administré et exploité par une puissance étrangère.

Planteurs (p. 300) : dans les colonies, Européens possédant des terres, les plantations, qu’ils font travailler par des esclaves.

Libre-échangisme (p. 300) : doctrine économique qui prône la liberté du commerce, c’est-à-dire l’élimination des obstacles douaniers ou des situations de monopole de commerce entre deux espaces.

 

Comment peut-on s’assurer de l’application de la fin de la Traite ?

_ Les Britanniques et la France s’efforcent de lutter contre la traite pratiquées par exemple jusqu’en 1862 par le Brésil. Pour cela, un droit de visite est instauré sur les navires par le West Africa Squadron.

* Le droit de visite est le droit de contrôler les navires qu’un Etat reconnaît au West Africa Squadron. La France le reconnaît en 1831.

* Le West Africa Squadron est l’escadre britannique créée en 1808 et patrouillant dans le golfe de Guinée pour intercepter les navires négriers. On l’appelle en français « la croisière ». Des navires français se joignent aux croiseurs britanniques à partir des années 1840

 

 

 

B. Comment la France met-elle fin à l’esclavage ?

 

Question 2 page 303 : Comment l’abolition de l’esclavage est-elle justifiée dans le décret ? Comment les propriétaires d’esclaves y répondent-ils ? (doc. 2, 3)  Ce sont essentiellement des arguments moraux qu’avance le décret d’abolition, auxquels les colons répondent par des arguments économiques (doc. 2).

Les propriétaires d’esclaves font peser la menace d’un soulèvement armé contre le commissaire général.

 

_ L’esclavage est aboli par la II République le 27 avril 1848 grâce à l’action de Victor Schoelcher. L’abolition est immédiate et donne la citoyenneté à 260 000 esclaves affranchis.

_ Les anciens esclaves représentent environ 60% de la population des Antilles et de la Réunion en 1848. Ils doivent trouver leur place dans des sociétés marquées par le colonialisme.

_ L’esclavage n’est aboli qu’en 1865 aux Etats-Unis, en 1885 à Cuba, en 1888 au Brésil. En Afrique, la traite arabo-musulmane reste active…

Schoelcher Victor (1804-1893) (p.300) : Défenseur de l’abolition immédiate de l’esclavage, sous-secrétaire d’Etat aux colonies au sein du Gouvernement provisoire de la République après la révolution de février 1848, il fait adopter le décret d’abolition de l’esclavage

 

 

 

 

OU TP L’abolition de l’esclavage à la Réunion

 

Question 1 page 303 : Quelle place occupent les esclaves dans la société réunionnaise avant l’abolition ? (doc. 1 ,6)

 Les esclaves représentent près des deux tiers de la population de La Réunion. Le doc. 1 donne une idée de leur importance au sein de la population active (les adultes de 14 à 60 ans) et donc de l’économie de l’île. On peut souligner, en proportion, le faible nombre de gendarmes et d’hommes de troupe.

 

Question 2 page 303 : Comment l’abolition de l’esclavage est-elle justifiée dans le décret ? Comment les propriétaires d’esclaves y répondent-ils ? (doc. 2, 3)  Ce sont essentiellement des arguments moraux qu’avance le décret d’abolition, auxquels les colons répondent par des arguments économiques (doc. 2).

Les propriétaires d’esclaves font peser la menace d’un soulèvement armé contre le commissaire général.

 

Question 3 page 303 : La mise en œuvre de l’abolition est-elle conforme à ce que prévoie le décret d’abolition ? Pourquoi ? (doc. 2, 3, 6)

Le délai de deux mois prévu dans le décret n’est pas respecté, du fait d’abord de l’éloignement géographique (le décret n’est connu qu’en juillet 1848), du fait ensuite de la réticence d’une bonne partie des propriétaires d’esclaves.

 

Question 4 page 303 : Quelles conséquences de l’émancipation redoute le commaissaire de la République ? (doc. 1, 2, 3, 4)

Joseph Napoléon Sarda-Garriga redoute autant l’anarchie que la désertion des plantations, car celle-ci donnerait raison aux propriétaires d’esclaves.

 

Question 5 page 303 : Comment le représentant s’y prend pour convaincre les futurs affranchis de continuer de travailler ? (doc. 4, 5)  

Le commissaire de la République fait preuve de fermeté vis-à-vis des colons et des esclaves, mais il démontre en même temps une volonté affichée de dialogue, qui contribue à apaiser les esprits. Il parvient ainsi à rassurer les propriétaires d’esclaves, qui obtiennent la promesse d’une indemnisation et un décret rendant le travail obligatoire pour les nouveaux affranchis. Il encourage aussi les futurs affranchis à ne pas « déserter les champs » et à se mettre au travail. Le tableau d’Alphonse Garreau (doc. 5) illustre parfaitement l’importance du travail dans le discours républicain de la fin de l’année 1848, et la comparaison avec le tableau de Biard (p. 301) est de ce point de vue frappante.

 

Question 6 page 303 : Quelle conséquence a l’abolition sur l’emploi de la main d’œuvre par les anciens propriétaires d’esclavages ? (doc. 1, 6)  

Le doc. 6, réalisé à partir de chiffres fournis par des propriétaires d’esclaves, veut montrer que certains d’entre eux, désertés par leurs anciens esclaves, ont souffert de la mise en oeuvre de l’abolition. Il révèle surtout le fait que le décret portant sur le travail obligatoire a été peu appliqué. La question de la main d’œuvre s’avère déterminante, non seulement pour la population active affranchie, mais aussi pour les vieillards, les femmes et les enfants (doc. 1), souvent livrés à eux-mêmes après l’abolition.

 

RACONTER UNE SITUATION HISTORIQUE

En vous appuyant sur les réponses aux questions, racontez les étapes de la mise en œuvre de l’abolition de l’esclavage à la Réunion.

Les principales étapes de la mise en oeuvre de l’abolition de l’esclavage à La Réunion sont :

– le décret d’abolition du 27 avril 1848 ;

– l’annonce du décret le 17 juillet 1848 ;

– l’arrivée du commissaire de la République le 17 octobre 1848 ;

– le décret du 24 octobre 1848 sur le travail obligatoire pour les nouveaux affranchis ;

– l’abolition effective de l’esclavage le 20 décembre 1848.

Lire la suite

Cours 2e Histoire : Libertés et nations en France et en Europe dans la première moitié du XIX siècle (2)

23 Mai 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

 

II. Quelles sont les révolutions politiques et sociales en France et en Europe en 1848 ?  

 

            A. Quelles sont les étapes de la diffusion des idées libérales en Europe ?

 

Carte 2 page 291 : Le libéralisme en Europe (1815-1848)

Question 1 page 291 : Quelles sont les différentes étapes de la diffusion des idées libérales en Europe ?

_ Le libéralisme est une idéologie politique et économique qui favorise les libertés individuelles. Le Congrès de Vienne a en 1815 imposé une réaction en Europe par le refus des libertés et de l’égalité, par exemple en imposant la Restauration en France. Mais, progressivement, les monarchies libérales deviennent plus nombreuses.

* En 1815 le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas sont les seules monarchies libérales.

* En 1830 les monarchies libérales s’étendent depuis la péninsule ibérique jusqu’en Norvège et sur une partie de l’Allemagne à cause de nombreuses insurrections. Par exemple, la révolution parisienne des 27, 28 et 29 juillet 1830 instaure la monarchie de juillet de Louis-Philippe Ier, plus nettement libérale.

* A la fin de la décennie 1840 les idées libérales parviennent à s’établir au nord de l’Italie, par exemple dans les Etats de l’Eglise, et dans la péninsule ibérique.

Réaction (p. 290) : dans l’Europe du début du XIX siècle, la réaction est le refus de la Révolution française et le désir de restauration de l’Ancien Régime.

Restauration (p. 290) : nom donné à la monarchie française sous les règnes successifs des deux frères de Louis XVI, Louis XVIII (1814-1824) puis Charles X (1824-1830).

 

Question 2 page 291 : Quels sont les pays qui ne sont pas touchés par la diffusion des idées libérales ?

_ Des monarchies autoritaires comme le royaume de Prusse et les trois empires d’Autriche, de Russie et l’Empire Ottoman agissent pour réprimer les insurrections sur leur propre sol et en Europe. 

 

 

HISTOIRE DES ARTS : La liberté guidant le peuple de Delacroix. TP. pp. 304-305

 

 

SITUER LA SCENE

Question 1 page 305 : Qu’est-ce qui indique dans quelle ville se déroule la scène ?

On aperçoit les tours de Notre-Dame à l’arrière plan, telles que Delacroix les a vues, surmontées d’un drapeau, le 28 juillet 1830.

 

Question 2 page 305 : Qu’est-ce qui permet de dater l’évènement ?

Delacroix a daté et signé son oeuvre. La présence d’un polytechnicien fait référence à la prise, par « Arcole », du pont qui enjambe la Seine entre l’île de la Cité et la place de Grève le 28 juillet 1830. Cet événement a été représenté par de nombreux artistes, dont Féron (p. 291).

 

 

ETUDIER LA COMPOSITION

Question 3 page 305 : A partir du schéma ci-contre, montrez quels sont les éléments valorisés dans le tableau.

Comme le montre le schéma, ce n’est pas tant la liberté que le drapeau qui est mis en valeur.

 

Questions 4 et 5 page 305 :

* (question 4) Vers qui se dirigent les personnages ? Comment est suggérée l’intensité et la violence de l’évènement ?

* (question 5) Comment les couleurs et la lumière renforcent-elles cette intensité ?

Les personnages franchissent la barricade, l’intensité du combat est suggérée par les regards et surtout par la présence des cadavres.

 

Question 6 page 305 : Qu’est-ce qui fait de la jeune femme une allégorie de la liberté ?

6. Allégorie peinte à l’antique, la Liberté porte un drapeau tricolore et un bonnet phrygien.

 

Question 7 page 305 : Quels âges de la vie et quelles catégories sociales sont représentés sur le tableau ?

De l’ouvrier au bourgeois, plusieurs catégories sociales sont représentées sur le tableau, de même que différents âges de la vie.

 

Question 8 page 305 : Quelle image de la révolution de juillet l’artiste veut-il donner ?

8. L’artiste veut donner l’image de l’union et du mouvement, de l’audace et de la victoire.

Question 9 page 305 : Comment expliquer que ce tableau ait pu devenir un symbole de la République ?

Le tableau devient symbole de la nation et de la République autant du fait de ses qualités propres que du rejet dont il a fait l’objet de la part du régime de Louis-Philippe.

 

 

 

 

B. En quoi consiste le printemps des peuples de 1848 ?  

 

                        1. Comment la vague révolutionnaire de 1848 menace-t-elle le pouvoir des monarchies ?

 

Carte 4 page 297 : La vague révolutionnaire du printemps 1848 en Europe

Question 1 page 297 : A partir de la carte, établissez la chronologie de la diffusion de la vague révolutionnaire de 1848.

_ Le Printemps des peuples désigne la vague révolutionnaire de 1848 renversant l’ordre établi après le congrès de vienne de 1815.

* La vague débute en France avec la révolution de février à Paris qui installe la IIe République (1848-1851), puis s’étend en Europe.

* Le printemps des peuples touche l’Italie et le centre de l’Europe. Les insurrections éclatent à en Italie où la République est proclamée à Rome et à Venise, à Berlin. Les insurrections prennent un caractère national dans la prison des peuples constituée par l’Empire d’Autriche. 

_ Les victoires sont  rapides mais fragiles. La répression menée par les armées des monarques est forte en Autriche et en Italie. En France, le président élu en décembre 1848 Louis Napoléon Bonaparte réalise un coup d’Etat le 2 décembre 1851.

Prison des peuples (p. 296) : expression qui désigne l’Empire autrichien, empire multinational dans lequel cohabitent sous la tutelle autoritaire d’une monarchie de langue allemande une vingtaine de nationalités différentes : Italiens, Hongrois, Tchèques, Polonais, etc.

  

  

2. Quelles sont les demandes sociales et politiques de 1848 ?

 

Texte 2 page 297 : la Constitution de la Deuxième République

Question 1 page 297 : Quels sont les droits et les devoirs fixés par la Constitution ?

_ L’esprit de 1848 se retrouve dans la Constitution de la II République. Le 4 novembre 1848 de nouveaux droits et devoirs sont fixés pour les Français :

* les droits politiques sont l’affirmation d’un idéal démocratique (« La République française est démocratique » l. 3-4) avec le suffrage universel masculin.

* Les droits sociaux avec des mesures favorables aux ouvriers (« assurer l’existence des citoyens nécessiteux » l. 18-19), le droit à l’instruction publique (« mettre à la portée de chacun l’instruction indispensable à tous les hommes » (l. 15-16). Cela correspond à la valeur républicaine de la fraternité (l.6, 17-18).

_ Le citoyen a pour devoir de défendre la République et l’ordre public.

Suffrage universel (p. 296) : droit de vote donné à tous les citoyens, sans aucune condition de cens. Les femmes restent placées sous la domination de leurs maris : il s’agit d’un suffrage universel masculin.

 

Question 1 page 299 : En quoi consistent les ateliers nationaux ? Quel est le projet du gouvernement provisoire ? (doc. 1, 2)

Le document 1 permet de saisir concrètement les implications de la proclamation du droit au travail (organisation de travaux publics pour donner aux ouvriers au chômage un travail rémunéré). Les documents 2 et 3 illustrent les critiques des conservateurs à l’égard des ateliers nationaux (dépenses publiques et inutilité).

 

Question 3 page 299 : Comment les ouvriers protestent-ils contre la fermeture des ateliers nationaux ? Quelles en sont les conséquences ? (doc. 4, 5, 6)

La barricade du peintre Vernet donne à voir le mouvement de juin et la violence des combats, ce qui l’inscrit bien dans la succession des insurrections du premier XIX siècle. Le document 5 défend le point de vue des ouvriers, incités par la misère et le sentiment d’injustice, comme par l’incompréhension devant une République qui les ignore et finalement les réprime.

 

_ Le socialiste Louis Blanc a proclamé le droit au travail le 24 février 1848. Aussi des ateliers nationaux sont créés pour donner du travail à plus de 100 000 ouvriers au chômage. Mais, face au coût représenté par ces ateliers et l’opposition des conservateurs, les ateliers sont supprimés. Cela provoque une insurrection des ouvriers du 23 au 26 juin 1848 avec la construction de 400  barricades.

_ La répression cause la mort de plus de 3500 personnes dans les combats et les exécutions qui ont suivis.

* Le sang versé provoque un divorce entre les ouvriers et la République. Ces événements incitent les ouvriers à se défendre en constituant un mouvement ouvrier.

* Pour les conservateurs, la peur de la Révolution sociale entraîne l’assimilation entre classes laborieuses et classes dangereuses. La République devient conservatrice à partir de la fin de 1848.

Blanc,  Louis (1811-1882) (p. 298) : socialiste et théoricien du droit du travail, Louis Blanc participe à la révolution de février 1848. Il entre dans le gouvernement provisoire de la République et proclame le droit au travail le 25 février 1848. Bien qu’étranger à l’insurrection de juin, il est jugé responsable et contraint à l’exil en Angleterre.

Droit au travail (p. 296) : droit social formulé en 1792 : l’engagement de l’Etat à fournir à tous un travail rémunéré ou, à défaut, une indemnité de chômage.

 

Lire la suite

Cours 2e Histoire : Libertés et nations en France et en Europe dans la première moitié du XIX siècle (1)

23 Mai 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

LIBERTES ET NATIONS EN FRANCE ET EN EUROPE

DANS LA PREMIERE MOITIE DU XIX SIECLE

Manuel Belin programme 2010 coll. David Colon

 

Introduction :

La Révolution française a transformé l’Europe. Dans la première moitié du XIX siècle les idées libérales liées inspirées des Droits de l’Homme et du Citoyen ont fortement progressé. Des mouvements sont apparus pour combattre les monarchies absolues. L’opinion publique se développe avec une plus grande liberté de la presse pour étendre le parlementarisme et lutter contre l’esclavage.

            L’idée de nation s’affirme à cette période à cause des guerres menées par les Français en Europe entre 1792 et 1815. En Italie et dans l’espace allemand le désir d’unité nationale s’affirme dans des mouvements nationaux, en particulier en 1848 lors du printemps des peuples.

 

Problématique : Comment s’affirment les aspirations nationales et politiques dans une Europe monarchique ?

 

HISTOIRE DES ARTS

 

Tableau 4 page 289 : La France réprime le peuple madrilène

 

Question 1 page 289 : Quelle image le peintre donne-t-il de la France et de son armée ?

Le peintre espagnol Francisco Goya montre des soldats français agissant avec cruauté en fusillant des hommes désarmés, en pleurs.

L’homme au premier plan a une position des bras ressemblant à celle du Christ en croix, dans l’arrière plan le clocher d’une église recouvert par la nuit évoque les ténèbres menaçant les chrétiens. Le sang rouge des morts aux pieds de l’homme à genoux souligne la violence meurtrière des soldats Français.

 

Question 2 page 289 : Pourquoi ce tableau est-il de nature à susciter l’éveil du sentiment national ?

Le tableau de Goya illustre le nationalisme de réaction à l’occupation impériale par le contraste entre la figure christique du Madrilène et la violence de la ligne des soldats français.

 

I. Quels sont les mouvements libéraux et nationaux en Europe dans la première moitié du XIX siècle ?                      

 

A. En quoi l’Europe a-t-elle été bouleversée par la Révolution française ?

 

Comment la carte de l’Europe a-t-elle été redessinée par le Congrès de Vienne en 1815 ?

           

Grand Angle TP pages 286-287

 

Question 1 page 287 : Quels pays européens ont été le plus touchés par la Révolution et l’Empire ?

La carte de 1811 montre combien les Pays-Bas, l’Italie et une partie de l’Allemagne ont été touchés dans leurs frontières et leur organisation (Code civil).

 

Question 2 page 287 : En quoi les frontières de 1815 ne respectent-elles pas les aspirations des nations ?

La carte de 1815 met en valeur les redécoupages allemands, italiens, ainsi que la disparition de la Pologne.

 

Question 3 page 287 : Quels sont les foyers de résistances nationalistes sous l’Empire puis sous l’Europe de Vienne ? Qu’en conclure ?

La comparaison permet de dégager les foyers pérennes du nationalisme.

 

_ La Révolution française avec la diffusion du Code civil et les guerres de 1792 à 1815 ont bouleversé l’Europe. Ces événements ont crées des aspirations libérales liés aux Droits de l’Homme et du Citoyen, et des aspirations nationales avec des mouvements nationaux désirant l’unité nationale.

_ Les souverains victorieux de Napoléon réunis au Congrès de Vienne de 1815 restaurent les monarchies absolues renversées et redessinent la carte de l’Europe. Sous l’influence du ministre autrichien Metternich les monarques se partagent l’Europe et isolent la France. Ils établissent les nouvelles frontières sans prendre en compte les aspirations nationales et établissent des états tampons comme les Pays-Bas, aux frontières de la France, mettant les Belges catholiques sous la domination de la Hollande protestante. 

Aspirations libérales (p. 288) : revendication des droits de l’individu (libertés d’expression, de croyance, de réunion), de la nation (souveraineté nationale, constitution écrite, distinction des pouvoirs) et de l’égalité civile (égalité devant la loi, l’impôt, l’emploi).

Aspirations nationales (p. 288) : fait, pour un groupe d’individus conscient de partager une unité culturelle, historique, d’aspirer à se constituer en Etat.

Metternich (Klemens Von) (1773-1859) (p. 288) : Diplomate, ministre des Affaires étrangères puis chancelier de l’empire d’Autriche, il impose un ordre conservateur lors du congrès de Vienne. Jusqu’à sa chute en mars 1848, il s’oppose avec acharnement aux mouvements libéraux et nationaux en Europe.

Etat tampon (p. 288) : le congrès de Vienne crée autour de la France des petits Etats destinés à contenir la France en l’isolant des grandes puissances.

 

 

 

 

 

 

B. Comment l’opinion publique européenne romantique appuie-t-elle le mouvement national grec ?

              TP pages 292-293 L’indépendance grecque : une cause européenne

 

Question 1 page 293 : Pourquoi la cause grecque mobilise-t-elle les libéraux et les nationalistes européens ? (doc. 1, 3, 4, 5, 6)

 L’intérêt est de présenter l’élan libéral et national qu’a soulevé partout en Europe l’indépendance de la Grèce. Il s’agit surtout de montrer combien les idées de Liberté, de Nation se retrouvent mobilisées par des artistes engagés. Les romantiques français sont favorisés par le choix des documents, mais les références récurrentes à lord Byron permettent de parler des Anglais, et la gravure est d’un peintre italien. On pourra également utiliser l’autre tableau célèbre de Delacroix, en ouverture de chapitre.

 

Question 2 page 293 : Par quels moyens les artistes entendent-ils aider les Grecs dans leur combat pour l’indépendance ? (doc. 1, 3, 4, 5, 6)

Le corpus documentaire est surtout centré sur l’engagement politique des romantiques. La peinture permet la défense des victimes de la barbarie sanguinaire turque (illustrée par les massacres de Chio et évoquée par Chateaubriand et Lamartine, doc. 3 et 5), le réveil de la Grèce antique à la civilisation magnifiée (les « fils d’Hellé » évoqués par Lamartine). Un large panel d’implication est également couvert, depuis l’art mis au service de la cause à l’intervention en tribune de Chateaubriand.

 

Question 3 page 293 : Quel rôle joue Byron dans l’essor du mouvement philhellène ? (doc. 3, 4, 6).

Byron est mort de malaria à Missolonghi, mais on en fait un martyr (doc. 3, 4, 6). Son intervention physique, sa mort à 36 ans, tout concours à cela. La génération d’après Vienne a besoin de gloire et de héros jeunes, et l’Europe de Vienne étant figée, elle les trouve ailleurs.

 

Question 4 page 293 : Les philhellènes sont-ils mus par les mêmes motifs ? Quel effet cela peut-il avoir sur le mouvement ? (doc. 3, 4, 5, 6).

Tous les thèmes philhellènes sont évoqués : la croisade chrétienne contre les musulmans (intervention de Chateaubriand et présence des popes dans la gravure, doc. 4 et 5) est un thème potentiellement conservateur (Chateaubriand), mais que les libéraux peuvent accepter (la religion est l’âme d’un peuple). Au total, des positions politiques opposées se retrouvent dans le philhellénisme (Lamartine et Chateaubriand). Ne pas oublier, cependant, la réalité sur le terrain d’une guerre civile complexe et très violente à l’égard des civils turcs.

 

Question 5 page 293 : Quelle est la position de l’Angleterre ? Comment évolue-t-elle ? Pourquoi ? (doc. 2, 5, 6).

L’extrait de la position de Castlereagh montre le refus d’intervention des États dans la logique de la Sainte Alliance, alors que les derniers vers du poème d’Hugo permettent d’évoquer le changement d’attitude des chancelleries sous la pression des opinions publiques mobilisées par les artistes.

 

_ En 1820-1821 une vague révolutionnaire éclate en Europe en Espagne, à Naples, en Grèce. Les artistes philhellènes du romantisme comme Lamartine, Chateaubriand ou Byron s’engagent pour la lutte d’indépendance grecque. En effet la Grèce est considérée comme à l’origine de la culture européenne. De plus le massacre de Chio en 1822 (mort de 23 000 personnes) choque l’opinion publique européenne, comme le montre le tableau d’Eugène Delacroix.

_ Le Royaume-Uni et la France viennent au secours des Grecs à la fin de l’année 1828. Les Grecs acquièrent leur indépendance contre les Turcs en février 1830.

Romantisme (p. 290) : ce mouvement artistique et littéraire, dominant dans la première moitié du XIX siècle, prône notamment l’appel au sentiment et la valorisation de cultures populaires. Les artistes romantiques prennent souvent parti en faveur des mouvements libéraux et nationaux.

Delacroix Eugène (1798-1863) (p. 304) : chef de file du courant romantique en peinture. Dans ses œuvres, il cherche moins à représenter la réalité qu’à transmettre des émotions par le recours à l’histoire et la traduction visuelle des idées.

OU

 

B. Comment le mouvement national italien entend réaliser l’unité italienne ?

 

Question 1 page 295 : Montrez pourquoi Mazzini considère l’Italie comme une nation sans existence politique (doc.1, 4)

Le doc. 4, avec, à l’appui, le carton de situation, doit permettre de saisir la division géopolitique italienne et de comprendre l’aspiration à l’unité. Le texte montre bien sur quoi se construit le sentiment unitaire : langue, culture, histoire, religion. L’aquarelle permet d’incarner le sentiment national dans l’attachement au drapeau, et suggère la répression contre les mouvements nationaux par son atmosphère de clandestinité inquiète.

 

Question 2 page 295 : Quelles sont les ambitions de Jeune Italie ? Quel type de régime ce mouvement veut-il mettre en place ? (doc.1, 2, 3) 

Le texte de Mazzini expose clairement le républicanisme de Jeune Italie (auquel le buste d’une république à bonnet phrygien fait aussi référence dans l’image 2) et l’appel à l’insurrection populaire. Il montre également que le mouvement national lutte doublement contre l’Autriche et les monarques italiens (souvent dépendants des Habsbourg), mais aussi contre des régimes de réaction politique emblématiques de l’Ordre de Vienne.

 

Question 3 page 295 : Quels obstacles ce mouvement rencontre-t-il ? (doc. 2, 3, 4, 5)

Le texte de Cavour présente tout à la fois la critique et le projet des libéraux : le choix monarchique, le désir de s’appuyer sur le roi du Piémont et les élites italiennes, la stratégie légaliste (association) et la valorisation de la modernisation (scolarisation et chemin de fer) sont explicites et permettent de comprendre que les classes dominantes ne suivront pas en masse le projet mazzinien. Avec les doc. 1 et 5, les divisions politiques du Risorgimento sont abordées.

 

Question 4 page 295 : Quelles catégories sociales sont touchées par le mouvement Jeune Italie ? Comment sont-elles mobilisées ? (doc. 2, 3, 5) 

Surtout des classes moyennes et des bourgeois, dont des femmes (doc. 3). Les hommes bien vêtus du doc. 2 montrent bien que la sociologie du mouvement était plus élitiste que la cible de ses discours.

 

_ Le mouvement national Jeune Italie mêle lutte nationale et lutte politique. En effet, dans un contexte d’une Europe touchée par le Romantisme, des patriotes italiens se regroupent dans le mouvement du carbonarisme. Les patriotes Mazzini et Garibaldi ont des idées républicaines et souhaitent l’unité de l’Italie fragmentée en de nombreux Etats monarchiques. Le mouvement national s’appuie sur les classes moyennes et les bourgeois. Mais ce sont le roi Victor Emmanuel II du royaume de Piemont-Sardaigne et son ministre Cavour qui parviennent avec l’aide de la France à réaliser le Risorgimento.

Carbonarisme (p.317) : société politique secrète de tendance libérale qui lutte pour l’unité de l’Italie. Inspirée de l’exemple des carbonaris italiens, la charbonnerie française est à l’origine de plusiurs complots contre le régime monarchique.

Mazzini, Giuseppe (1805-1872) (p. 315) : patriote et révolutionnaire italien, carbonaro, il fonde à Marseille, en 1831, le mouvement « Jeune Italie » dont le but est de fonder une république italienne unitaire. Il cherche alors à unifier les révolutionnaires et organise plusieurs conspirations, qui échouent. En 1848, il se porte à la tête de l’éphémère république romaine.

Garibaldi, Giuseppe (1807-1882) (p. 314) : patriote italien, il est condamné à mort par contumace en 1834 pour son action au sein de « Jeune Italie » de Giuseppe Mazzini. Il s’exile en Amérique du Sud, où il se rend célèbre en combattant contre des dictatures à la tête d’une légion italienne, avant de revenir aux côtés des Piémontais contre l’Autriche en 1848.

Risorgimento (p. 290) : terme désignant au sens propre la renaissance (résurgence) nationale à laquelle les patriotes italiens aspirent, et au sens large le vaste mouvement d’éveil culturel qui touche les Etats de la Péninsule depuis la fin du XVIII siècle.

 

Lire la suite

Cours 2e géographie : Les espaces exposés aux risques majeurs 3

20 Avril 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

III. Comment sont gérés les risques et les crises ?

 

A. Etude de cas : Quels gestions des espaces face aux risques ?

 

TP. Page 234

 

10. Quels sont les objectifs de la reconstruction de La Nouvelle-Orléans ? (doc. 15)

 

 

11. Quelles sont les mesures prises pour prévenir et gérer les risques liés aux ouragans ? (doc. 14, 16)

 

 

 

12. A quels obstacles se heurte la reconstruction (doc. 15, 17) ? Peut-on parler d’une « reconstruction durable » à La Nouvelle-Orléans ?

 

 

_ À La Nouvelle-Orléans, la reconstruction, qui reste dif­ficile, a été l’occasion de définir de nouveaux modes d’aménagement ou d’urbanisme mieux adaptés aux aléas naturels, de renforcer les systèmes de protection et de prévention. Les pays riches ont une forte résilience.

 

B. La gestion des risques permet-elle de contribuer au développement durable des sociétés ?

 

                        1. Quelles sont les politiques de prévention des risques ?

 

Affiches 8 page 243 : La France, comme les autres pays développés, a mis en place un ensemble de mesures de prévention et de gestion des crises.

Quelles sont les mesures prises par la France pour la prévention des risques ?

Les dossiers d’information (communal, national, européen) sont préparés pour informer la population. Des plans de prévention et de gestions des risques sont créés pour  s’adapter aux différents types de risques comme les risques industriels (par exemple la directive européenne Seveso).

 

_ La gestion des risques dans les pays développés comporte plusieurs points :

* à l’échelle communale et départementale : la prévention passe par l’information et l’éducation des populations pour renforcer la conscience du risque : dossier d’information communal ou départemental, affichage municipal des consignes à respecter, plan communal de sauvegarde…

* à l’échelle nationale et européenne : depuis 1982 un périmètre de sécurité entoure les installations industrielles dangereuses soumises à la directive Seveso.

Prévention (p. 242) : ensemble des mesures permettant de gérer un risque et d’empêcher ou de limiter la réalisation d’une crise.

Directive Seveso (p. 264) : directive européenne, adoptée en juin 1982, après la catastrophe du même nom en Italie. Elle impose aux activités industrielles dangereuses des moyens de prévention, d’information et de contrôle par les autorités publiques concernant les risques et la conduite à tenir en cas d’urgence.

 

 

2. En quoi anticiper le risque constitue un facteur nécessaire au développement durable des territoires ?

 

Je sais réaliser un schéma fléché 4 page 263

 

 

_ L’anticipation des risques est nécessaire au développement durable. Elle permet de choisir les aménagements en prenant en compte les risques majeurs.

_ A l’échelle locale des opérations de développement durable sont réalisées contre les risques : reboisement des pentes et des rives fluviales, plantation de mangrove sur les littoraux soumis aux tsunamis.

 

 

 

2e Fiche d’objectifs géographie

 

LES ESPACES EXPOSES AUX RISQUES MAJEURS

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I.  Quels sont les espaces les plus exposés aux risques majeurs ?

A. Etude de cas : Quelle est la vulnérabilité de l’environnement ?

B. Quelles sont les régions du monde soumises à des risques majeurs ?

                               1. Quels espaces sont soumis aux risques naturels ?

                               2. Quels espaces sont soumis aux risques technologiques ?

                               3. Quels sont les impacts à différentes échelles des catastrophes ?

                                               a) Echelle mondiale :

                                               b) Echelle régionale :

                                               c) Echelle locale :

II. Pourquoi les sociétés sont-elles inégales face aux risques ?

                A. Etude de cas : La Nouvelle-Orléans et  l’ouragan Katrina

                B. En quoi les vulnérabilités sont-elles différentes au Nord et au Sud ?

                               1) Comment définir la vulnérabilité ?

2) La pauvreté aggrave-t-elle la vulnérabilité des sociétés ?     

III. Comment sont gérés les risques et les crises ?

A. Etude de cas : Quels gestions des espaces face aux risques ?

                B. La gestion des risques permet-elle de contribuer au développement durable des sociétés ?

                               1. Quelles sont les politiques de prévention des risques ?

                          2. En quoi anticiper le risque constitue un facteur nécessaire au développement durable des territoires ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Aléa (p. 238) : facteur physique à l’origine du risque.

Risque (p. 238) : danger potentiel qui pourrait affecter une société.

Catastrophe (p. 238) : réalisation d’un danger potentiel ; une catastrophe a un caractère exceptionnel qui se traduit par d’importants dégâts matériels et de lourdes pertes matérielles.

Tsunami (p. 267) : vague de plusieurs mètres et parfois de plusieurs dizaines de mètres de hauteur provoquée par un tremblement de terre, une éruption volcanique ou un glissement sous-marin.

Risque naturel (p. 267) : risque généré par des phénomènes naturels (cyclones, inondations…) liés à la dynamique interne (séismes, volcanisme) ou externe de la planète.

Risque technologique (p. 267) : risque généré par des activités industrielles chimiques et nucléaires ainsi que par le transport et le stockage des matières dangereuses.

GIEC (p. 265) : Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat. Organisme, créé en 1998, rassemblant des experts nommés par les gouvernements qui publient des rapports pour aider à comprendre les fondements des risques liés au changement climatique d’origine humaine et à en cerner les conséquences possibles.

Vulnérabilité (p. 240) : potentiel d’endommagement et inégale préparation des sociétés à faire face à une crise.

Prévention (p. 242) : ensemble des mesures permettant de gérer un risque et d’empêcher ou de limiter la réalisation d’une crise.

Directive Seveso (p. 264) : directive européenne, adoptée en juin 1982, après la catastrophe du même nom en Italie. Elle impose aux activités industrielles dangereuses des moyens de prévention, d’information et de contrôle par les autorités publiques concernant les risques et la conduite à tenir en cas d’urgence.

 

SAVOIR FAIRE

3/ JE SAIS CONFRONTER DES DOCUMENTS DE NATURES DIVERSES

4/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE

5/ JE SAIS ETUDIER UN TABLEAU STATISTIQUE

6/ JE SAIS ETUDIER UNE PHOTOGRAPHIE

7/ JE SAIS ANALYSER UN SCHEMA

8/ JE SAIS ETUDIER UN GRAPHIQUE

9/ JE SAIS REALISER UN SCHEMA FLECHE

 

 

 

 

Lire la suite

Cours 2e géographie : Les espaces exposés aux risques majeurs 2

20 Avril 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

 

II. Pourquoi les sociétés sont-elles inégales face aux risques ?

 

            A. Etude de cas : La Nouvelle-Orléans et  l’ouragan Katrina

 

 

5. Quels sont les quartiers de la ville les plus exposés aux risques (doc. 7, 10) ? Pourquoi ?

 

 

6. La catastrophe était-elle prévue (doc. 8) ?

 

 

7. Sur quoi reposait la protection de la ville et de ses habitants en cas de catastrophe liée au passage des ouragans (doc. 8, 9, 12) ?

 

 

8. Pourquoi ces systèmes ont-ils été défaillants au moment du passage de Katrina (doc. 8, 12) ?

 

 

9. Quelles inégalités ont été révélées par le passage de l’ouragan Katrina (doc. 11, 12, 13) ?

 

 

_ La Nouvelle-Orléans est une ville de l’un des pays les plus riches du monde. Mais le manque d’investissements pour entretenir des digues et un système de protection et d’évacuation défaillant ont montré les limites de la prévention.

_ Le désastre souligne aussi les inégalités sociales entre les populations pauvres, souvent noires, ne disposant pas des moyens de quitter la ville, et les populations plus aisées.

 

 

 

            B. En quoi les vulnérabilités sont-elles différentes au Nord et au Sud ?

 

                        1) Comment définir la vulnérabilité ?

 

Carte 4 page 241 : La vulnérabilité de Paris dans le cas d’une crue centennale égale à celle de 1910

Quelles seraient les conséquences d’une inondation à Paris pour la population et pour les établissements culturels ?

* En cas d’inondation par la Seine les conséquences pour la population seraient désastreuses : en effet la densité est très forte et le nombre de sinistrés voire de sans abris serait important. Plus la densité de population est importante dans un lieu, plus la catastrophe peut avoir de forts impacts.

* Les établissements culturels de Paris sont pour une grande partie situés sur le bord de Seine. Une inondation aurait pour effets de dévaster ces établissements culturels et de détériorer les œuvres entreposées ou exposées dans leurs murs.

 

En quoi la ville est l’espace le plus exposé aux risques majeurs ?

_ La vulnérabilité est différente selon les espaces affectés par une crise. La ville est l’espace le plus exposé aux risques majeurs.

* En effet la forte densité de la population augmente le nombre potentiel de victimes.

* De plus les richesses artistiques de la métropole peuvent être menacées.

*L’économie du pays peut-être déstabilisée si la catastrophe dévaste la métropole.

Vulnérabilité (p. 240) : potentiel d’endommagement et inégale préparation des sociétés à faire face à une crise.

 

2) La pauvreté aggrave-t-elle la vulnérabilité des sociétés ?     

 

Graphique 6 page 241 : Coûts des catastrophes assurées entre 1970 et 2008

+ Carte 3 page 237 : Les victimes des catastrophes naturelles

Comparez le coût financier et le bilan humain du séisme de Tangshan (Chine, 1975) et de Northridge (Californie du Sud).

Le séisme de Tangshan (Chine en voie de développement à cette date) a entraîné moins d’un milliard de dollars mais a provoqué 320 00 victimes. Par contre le bilan est inverse aux Etats-Unis avec presque aucune victime mais plus de 25 milliards de dollars de dégâts.

 

_ Au niveau humain un aléa n’a pas les mêmes effets selon le pays touchés : un lycéen a 400 fois plus de probabilité de mourir dans un séisme en Inde qu’au Japon.

* les pays les plus développés qui subissent environ un quart des catastrophes naturelles déplorent moins de 5% du total mondial des victimes car les pays riches sont mieux équipés et préparés pour se protéger face aux risques.

* Le risque annuel de décès suite à une catastrophe naturelle est plus élevé dans les pays en voie de développement.

_ Au niveau matériel la vulnérabilité des sociétés dépend de leur richesse et donc de l’importance des éventuels dégâts matériels provoqués par une catastrophe. Mais une catastrophe naturelle a des conséquences économiques proportionnelles plus importantes dans les pays en développement que dans les pays riches :

* pays en développement : les dégâts du séisme qui a frappé Haïti en janvier 2010 sont estimés à 8 milliards de dollars, soit plus de 120% du PIB haïtien.

* pays développés : les dégâts de l’ouragan Katrina en Louisiane en 2005 sont évalués à 125 milliards de dollars, soit moins de 1% du PIB des Etats-Unis.

Lire la suite

Cours 2e Géographie : Les espaces exposés aux risques majeurs 1

20 Avril 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

LES ESPACES EXPOSES AUX RISQUES MAJEURS

7 à 8 séances d’une heure                                                     Manuel Magnard 2010

 

Introduction : Le 12 janvier 2010 un séisme a Haïti a causé 220 000 morts  et deux millions de sans abri. La capitale Port-au-Prince est détruite à 90%. Les catastrophes peuvent non seulement être destructrice mais le risque est de plus présent en de nombreux endroits : les 2/3 du territoire français sont menacés par des risques naturels (inondations, tempêtes en 1999 et 2010…) ou industriels (explosion de l’usine AZF à Toulouse)… 

 

Problématique : Quelles stratégies de lutte contre les risques sont mises en place par les sociétés ?

 

I.  Quels sont les espaces les plus exposés aux risques majeurs ?

 

A. Etude de cas : Quelle est la vulnérabilité de l’environnement ?

 

TP La Nouvelle-Orléans, un espace soumis à des risques majeurs, l’ouragan Katrina

Pages 230-231, questions page 235

 

1. Situez la ville de Nouvelle-Orléans (doc.1, 4)

 

 

 

 

2. Relevez et classez, dans le tableau ci-dessous, les risques majeurs auxquels La Nouvelle-Orléans est exposée (doc. 1, 2, 3, 4).

 

 

3. Quels sont les aléas naturels responsables de la catastrophe survenue le 29 août 2005 ? (doc. 3,4) 

 

4. Dressez le bilan humain et économique du passage de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans (doc. 1, 5, 6).

 

 

_ Les aléas responsables des risques naturels (cyclones, inondations) ou ceux liés aux activités humaines (explosion, incendie, marée noire associés à l’exploitation des hydrocarbures) sont à l’origine de catastrophes dont les coûts très élevés sont liés à l’augmentation de la vulnérabilité.

 

 

 

B. Quelles sont les régions du monde soumises à des risques majeurs ?

 

                        1. Quels espaces sont soumis aux risques naturels ?

 

_ Des aléas peuvent être source de risques et de catastrophes.

Aléa (p. 238) : facteur physique à l’origine du risque.

Risque (p. 238) : danger potentiel qui pourrait affecter une société.

Catastrophe (p. 238) : réalisation d’un danger potentiel ; une catastrophe a un caractère exceptionnel qui se traduit par d’importants dégâts matériels et de lourdes pertes matérielles.

 

Carte 1 page 236 : Les aléas naturels

Quels sont les différents aléas naturels et où sont-ils situés ? Comment expliquer cette localisation des aléas ?

_ Les principales zones sismiques et volcaniques sont situées à la limite des plaques tectoniques (Ceinture de feu du Pacifique, Caraïbes, Mer Méditerranée…). Plus d’un milliard de personnes vit sous la menace d’une éruption volcanique ou d’un séisme. Ces séismes sont parfois à l’origine de tsunamis destructeurs (Indonésie, Chili, Japon). Entre 2001 et 2010 1 200 000 personnes sont mortes à cause des catastrophes naturelles (700 000 à cause des séismes et du volcanisme).

_ Les zones tropicales sont le lieu de manifestation de cyclones sur les façades Est des continents : Antilles, Floride, Japon.

Tsunami (p. 267) : vague de plusieurs mètres et parfois de plusieurs dizaines de mètres de hauteur provoquée par un tremblement de terre, une éruption volcanique ou un glissement sous-marin.

 

Quels aléas n’apparaissent pas sur la carte ?

_ Les risques naturels varient selon les continents, le relief et le climat. En 2009 ils ont été à l’origine de 844 catastrophes dans le monde. Les dégâts sont aggravés lorsque la catastrophe affecte les fortes densités de population sur les littoraux et dans les bassins fluviaux : chaque année 250 millions de personnes sont touchées par les inondations et les tempêtes.

Risque naturel (p. 267) : risque généré par des phénomènes naturels (cyclones, inondations…) liés à la dynamique interne (séismes, volcanisme) ou externe de la planète.

 

 

                        2. Quels espaces sont soumis aux risques technologiques ?

 

Carte 2 page 237 : Les catastrophes industrielles

Dans quels types de pays se produisent les catastrophes industrielles ? Pourquoi ?

_ Les catastrophes industrielles sont plus fréquentes dans les pays du Nord car les risques technologiques sont proportionnels au nombre d’installations industrielles et à l’importance des échanges (marées noires et pollutions par dégazages sur les routes maritimes).

Risque technologique (p. 267) : risque généré par des activités industrielles chimiques et nucléaires ainsi que par le transport et le stockage des matières dangereuses.

 

Quels sont les différents types de risques ?

_ Les catastrophes technologiques se sont multipliées : elles sont passées d’une cinquantaine par an en 1970 à plus de 300 par an aujourd’hui. Elles ont touché plus d’un million de personnes depuis 2001. Par exemple les accidents nucléaires de Tchernobyl en 1986, Fukushima en 2010 ; l’explosion de l’entrepôt de produits chimiques AZF à Toulouse en 2001. 

           

 

 

           C. Quels sont les impacts à différentes échelles des catastrophes ?

 

                        1. Echelle mondiale :

 

Tableau 2 page 239 : Différentes stratégies d’adaptation face au réchauffement climatique.

Quelles sont les causes du réchauffement climatique ?

_ Le réchauffement climatique est un risque d’échelle globale pour la planète et sa biodiversité, pour la population. Le rejet dans l’atmosphère de gaz à effet de serre à cause des activités humaines contribue au changement climatique.

 

Les conséquences du réchauffement climatique sont-elles obligatoirement négatives ?

_ Les discours sur le réchauffement climatique sont souvent catastrophiques, mais il est difficile d’évaluer les conséquences de ces changements aux échelles régionales ou locales.

_ Le GIEC estime que le réchauffement climatique présente des risques pour la population : multiplication des pluies violentes et des canicules, augmentation de la sécheresse. Néanmoins des stratégies sont envisagées pour s’adapter (rehausser les digues, reconstruire ailleurs, chercher des solutions technologiques…). Ces solutions nécessitent cependant du temps et un financement difficile à réunir pour les pays du Sud alors que les premiers éco-réfugiés (réfugiés liés aux conditions climatiques) vivent des migrations forcées (par exemple en 2005 au Bangladesh la moitié de l'île de Bhola a été engloutie par les eaux. Cette catastrophe est à l’origine de 500 000 personnes sans-abris.

GIEC (p. 265) : Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat. Organisme, créé en 1998, rassemblant des experts nommés par les gouvernements qui publient des rapports pour aider à comprendre les fondements des risques liés au changement climatique d’origine humaine et à en cerner les conséquences possibles.

 

                        2. Echelle régionale :

 

Photographie 1 page 239 : Une catastrophe technologique […] Marée noire (avril 2010)

Quels sont les lieux affectés par la catastrophe ? Quelles sont les conséquences de la marée noire?

* Plusieurs Etats (au sens de régions membres de la fédération des Etats-Unis) du Golfe du Mexique sont touchés par la catastrophe : Louisiane, Mississipi, Alabama, Floride…

* Les conséquences de la marée noire sont de plusieurs ordres : économiques avec la perte des revenus liés à la pêche, au tourisme… Mais aussi un désastre écologique car les réserves naturelles des marais côtier du delta du Mississippi sont souillées, l’espace fragile risque d’être détruit et de conduire à une perte importante de biodiversité.

 

_ A l’échelle régionale une marée noire peut affecter d’immenses territoires, comme par exemple l’espace littoral du Golfe du Mexique en 2010 après l’explosion de la plate forme pétrolière Deep Water Horizon. La catastrophe a mis en danger les activités locales (tourisme, pêche) mais aussi les réserves naturelles de cette région (marais côtier de delta du Mississippi).

 

 

 

 

                        3. Echelle locale :

 

Schéma 3 page 239 : Mouvement de terrain aux Philippines

Quelles sont les causes naturelles du mouvement de terrain ? Quelles sont les causes humaines ?

Le glissement de terrain s’explique par des facteurs naturels : des pluies intenses durant 3 jours provoquées par une tempête et un typhon ! Mais les pluies ont joué un rôle de déclencheur d’un phénomène rendu possible par l’action humaine, une vaste déforestation depuis des décennies ce qui a rendu le sol instable, permettant alors le glissement de terrain.

 

Quelles sont les conséquences de la catastrophe ?

            La catastrophe a détruit des habitations et tués ou blessés ses habitants, situés au bas des collines. Le bilan humain est très lourd : plus de 1 100 décès. Le bilan matériel et ses conséquences sociales sont très importantes : des centaines de milliers de sinistrés.

 

Quelles sont les mesures prises par le gouvernement philippin ? Pourquoi ?

Le gouvernement philippin a interdit l’abattage des arbres, car la déforestation illégale a permis et accentué le glissement de terrains.

 

_ A l’échelle locale on constate que les risques naturels sont aggravés par les actions des hommes. Par exemple la déforestation illégale dans les Philippines a accentué l’ampleur des glissements de terrain (sol devenu instable par l’absence de végétation) lors des pluies causées par des tempêtes tropicales. Les conséquences ont été lourdes : plus d’un millier de morts et des centaines de milliers de sinistrés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours 2e Histoire : Les hommes de la Renaissance 2

1 Février 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

II. Quelle place occupe l’artiste dans la société de la Renaissance ? L’exemple de Léonard de Vinci.

 

A. Quels sont les rôles de l’artiste au service du mécène ?

 

 

Texte 2 page 190 : un homme au service des princes

OU FICHE Lettre de Léonard de Vinci au duc de Milan Ludovic Sforza

 

Présenter le document (NADA).

Le texte est une lettre de l’artiste Léonard de Vinci adressé au duc de Milan Ludovic Sforza.

Elle est écrite en 1482 (époque où le jeune Léonard de Vinci quitte Florence après avoir été formé dans l’atelier de Verrocchio).

Dans cette lettre Léonard de Vinci présente l’étendue de ses savoir-faire comme ingénieur, architecte et artiste.

 

Quel est le but de Léonard de Vinci avec cette lettre ?

Léonard de Vinci tente d’obtenir un emploi à la cour du duc. Il souhaite que Ludovic Sforza devienne son mécène.

 

Relevez des expressions qui montrent que le ton est flatteur.

Plusieurs expressions montrent que Léonard de Vinci est flatteur pour son futur mécène :

* « Votre Excellence, à qui je me recommande en toute humilité ». Le contraste entre excellence et humilité montre la position sociale inférieure de Léonard de Vinci.

* « gloire immortelle […] de l’illustre maison des Sforza ». Léonard de Vinci parle du prestige de la famille des Sforza gouvernant le duché de Milan. Mais, ce prestige est en réalité bas, car Ludovic Sforza est le fils d’un mercenaire ayant pris le pouvoir à Milan.

            Pour augmenter son prestige auprès des autres familles nobles gouvernant l’Italie Ludovic Sforza veut construire un cheval de bronze d’une taille immense, et à pour cela besoin d’artiste comme Léonard de Vinci.

 

_ Léonard de Vinci (1452-1519), après une formation dans l’atelier du peintre Verrochio, doit trouver un mécène. L’artiste vit à la cour des princes de la Renaissance. Ces derniers donnent des commandes et des richesses à Léonard de Vinci tout au long de sa vie et de ses voyages.

  Mécénat (p. 186) : protection accordée par un puissant à des artistes à des artistes ou des lettrés qui doivent en retour honorer leur bienfaiteur.

 

 

Carte voyages et séjours de Léonard de Vinci

 

+ Frise en dessous de la carte les lieux de vie de Léonard de Vinci

Quels sont les principaux trois mécènes de Léonard de Vinci durant sa carrière d’artiste ?

En plus de Ludivic Sforza (dit le More à cause de sa peau sombre) de 1482 à 1499 à Milan, Léonard de Vinci est aussi employé par le frère du pape Léon X (1513-1516) à Rome, et par le roi de France François Ier de 1516 à sa mort en 1519.

 

_ Léonard de Vinci sert plusieurs maîtres pour assurer sa liberté de création et son ascension sociale : A Milan le duc Ludovic Sforza de 1482 à 1499, à Rome le frère du pape Léon X de 1513 à 1516, en France à la cour du roi François Ier de 1516 à 1519.

 

 

Photographie 3 page 191 : Le château du Clos-Lucé offert par le roi François Ier

En quoi le don de ce château par le roi de France montre-t-il une transformation de la place sociale de l’artiste ?

_ Le statut des artistes se sépare des artisans et s’affirme progressivement : en effet le roi François Ier offre à l’artiste âgé le château de Clos-Lucé et une pension (1000 écus) en lui disant : « « Ici Léonard, tu seras libre de rêver, de penser et de travailler ».

 

 

 

Texte 2 page 190 : un homme au service des princes

Lesquels de ses talents Léonard de Vinci expose-t-il en premier ? Pour quelle raison ?

_ Léonard de Vinci évoque en premier ses talents d’ingénieur militaire :

* capable de prendre des villes « pour le siège d’une place » l. 1.

* Il insiste à nombreuses reprises sur sa capacité à construire des machines de guerre : « machines parfaitement adaptées à l’attaque et à la défense » (l. 5-6). Il se dit capable de construire des machines sur terre comme les chars « chars couverts […] qui entreront dans des lignes ennemies avec leur artillerie » (l. 8-9) et sur mer « vaisseaux qui résisteront au tir des plus gros canons » (l. 6-7)

* Il se dit spécialiste en artillerie et même en engins de guerre comme les catapultes ou (l. 13) les « mangonneaux » (type de catapulte capable d’envoyer des boulets de 100 kg)

_ Le duc de Milan envisage d’attaquer le marquisat de Montferrat, aussi Léonard de Vinci propose ses services.

 

 

 

MACHINES DE GUERRE ENVISAGEES PAR LEONARD DE VINCI

 

  Projet de catapulte par Léonard de Vinci

 

catapulte Léonard de Vinci

 

 

 

 Armes à feu

Machines-de-guerre-de-Leonard-de-Vinci.jpg

 

 

 

 

Quelles sont les autres compétences de Léonard de Vinci ?

Léonard de Vinci se présente aussi comme un architecte « architecture » l. 17, un sculpteur « sculpture, marbre, bronze ou terre » (l. 18-19), mais aussi un peintre (l. 19).

 

Léonard de Vinci accorde-t-il une place importante à son métier de peintre dans sa lettre ?

_ Léonard de Vinci ne cite qu’à la fin de la lettre son activité de peintre. Il n’avait d’abord rien écrit sur ses talents de peintre mais ses disciples ont insisté pour qu’il rajoute cela.

_Léonard de Vinci souhaite apparaître comme un « homme universel» aussi à l’aise dans les oeuvres de guerre que de paix Tout en affirmant orgueilleusement sa personnalité et son savoir scientifique, il cherche tout simplement à se faire engager.

 

_ Léonard de Vinci, comme d’autres artistes de la Renaissance, montre une grande polyvalence. Il se dégage de la figure de l’artisan en s’affirmant par la diversité de ses capacités et par sa recherche de la beauté sur des bases savantes et scientifiques.

 

 

 

            B. Histoire des arts : Comment la peinture s’est-elle renouvelée à l’époque de Léonard de Vinci ?

 

FICHE : Comparaison de la Vierge et l’enfant de Cimabue et de La Vierge à l’enfant avec Sainte Anne de Léonard de Vinci.

 

cimabue-maesta-a

 

 

 

  Sainte Anne Léonard de Vinci

 

 

 

Étude de deux œuvres

 

 

1. Quels sont les personnages peints sur le tableau de Vinci ? Et sur celui de Cimabue ? Comment sont ils représentés ? Appartiennent-ils au monde humain ou divin ?

 

2. Quelles sont les couleurs dominantes des deux tableaux ? Y a-t-il une profondeur ? Quel est l’effet produit sur le spectateur ?

 

3. Comparez les proportions, la position du corps, l’attitude, l’expression des visages, les jeux de regards, la gestuelle des personnages de Vinci et de Cimabue.

Que remarquez-vous ?

 

Gestuelle : ensemble des gestes et attitudes d’une ou de plusieurs personnes. La gestuelle permet de comprendre une action, un sentiment, etc.

Contrapposto : technique qui consiste à orienter différemment le bas et le haut du corps pour donner une illusion de tridimensionnalité.

 

 

Tableau de Cimabue : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-vierge-et-lenfant-en-majeste-entoures-de-six-anges

 

Tableau de Léonard de Vinci : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-vierge-lenfant-avec-sainte-anne

 

 

1. Quels sont les personnages peints sur le tableau de Vinci ? Et sur celui de Cimabue ? Comment sont ils représentés ? Appartiennent-ils au monde humain ou divin ?

_ Le peintre italien Cimabue peint la Vierge Marie et son fils l’enfant Jésus. Ils sont entourés de six anges ailés. Léonard de Vinci peint la famille du Christ avec Jésus tenant un agneau, sa mère la Vierge Marie et sa grand-mère, sainte Anne.

_ Les personnages de Cimabue sont représentés en majesté, c’est-à-dire que la Vierge Marie est assise sur un trône comme reine des anges. Les corps sont droits et leurs visages montrent de la gravité et de l’émotion. L’impression de verticalité est forte. Dans le tableau de Léonard de Vinci la famille du Christ est une famille aperçue dans son quotidien : un enfant joue sous la surveillance de sa mère et de sa grand-mère.

_ Les personnages de Cimabue appartiennent au monde divin : présence d’anges ailés, de nimbes derrière les têtes des personnages. Ceux de Léonard de Vinci relèvent du monde humain : ils sont dans la nature et ne portent aucun signe religieux distinctif sur eux.

_ Le peintre médiéval représentait le corps humain comme un support symbolique, signe de sainteté ou de mal et sans réalisme.

Avec la diffusion des idées humanistes, la Renaissance voit en l’homme un individu dont le corps est représenté avec réalisme.

_ Parmi les découvertes scientifiques, la pratique de la dissection, longtemps interdite par l’Église, permet de faire progresser la connaissance de l’anatomie et de la peinture. Léonard de Vinci n’hésite pas à pratiquer des dissections pour mieux connaître du corps humain à peindre.

 

 

2. Quelles sont les couleurs dominantes des deux tableaux ? Y a-t-il une profondeur ? Quel est l’effet produit sur le spectateur ?

_ Les couleurs dominantes pour le tableau de Cimabue sont l’or brillant à l’arrière fond et le bleu du manteau de la Vierge. Le tableau de Léonard de Vinci a deux grandes zones chromatiques : un premier plan où les trois couleurs dominantes sont le brun de la nature, le rouge et le bleu du manteau de la Vierge. La seconde zone est l’arrière plan où dominent le bleu et le blanc.

_ Le tableau de Cimabue n’a pas de profondeur : l’impression d’une perspective est à peine amorcée avec le trône de la Vierge. Au contraire, le tableau de Léonard de Vinci donne une impression d’espace avec le précipice séparant la sainte famille et les spectateurs, et derrière eux un vaste paysage arboré puis de montagnes.

_ Les effets produits sur le spectateur sont différents selon les tableaux : impression de gravité et de puissance, de majesté pour le tableau de Cimabue. Les personnages sont perçus comme divins. Pour le tableau de Léonard de Vinci la sensation est de voir une famille unie par les liens de la tendresse. Mais, la présence du précipice et le symbole de l’agneau qui est l’image du Christ devant mourir montre la destinée tragique du Christ.

 

_ L’artiste médiéval ne reproduit pas la nature telle que son œil la voit : les dimensions des décors ou des personnages ne sont pas proportionnelles à leur éloignement, mais à leur importance religieuse ou sociale.

_ L’invention de la perspective géométrique à la Renaissance bouleverse la peinture en créant l’illusion d’un espace en profondeur. Léonard de Vinci invente la perspective aérienne qui donne l’illusion de la profondeur grâce à une palette de plus en plus bleue et froide au fur et à mesure que les objets s’éloignent.

_ La Renaissance apporte aussi une nouvelle façon de composer les oeuvres avec plusieurs plans : un pour les personnage et un autre pour le décor. Le décor est soit minéral soit une architecture antique.

 

 

3. Comparez les proportions, la position du corps, l’attitude, l’expression des visages, les jeux de regards, la gestuelle des personnages de Vinci et de Cimabue.

Que remarquez-vous ?

_ La tableau de Cimabue montre des personnages de taille différentes : la reine des anges, Marie, étant plus grande que les anges et son enfant. Les personnages sont droits, dignes, le visage empli de gravité. Les personnages nous regardent. Dans le tableau de Léonard de Vinci les personnages ont des tailles différentes selon leurs âges. Sainte Anne est immense mais Léonard de Vinci à masquer cela en mettant la Vierge assise sur ses genoux et en lui donnant une attitude contrapposto (technique qui consiste à orienter différemment le bas et le haut du corps pour donner une illusion de tridimensionnalité). La Vierge est comme une enfant sur les genoux de sainte Anne et penchée vers le Christ. L’affection unissant les trois personnages est visible dans les jeux de regard et dans la position des corps : sainte Anne et la Vierge regardent l’enfant, ce dernier leur montre l’agneau et son futur !

 

_ La Renaissance apporte une nouvelle façon de représenter les personnages :

* ils sont plus réalistes, plus humains, même les personnages sacrés. Cela est lié à la  vision optimiste de l’homme qu’ont les humanistes (et aussi à l’influence des sculptures antiques par exemple avec Michel Ange) : Marie ressemble à une femme, une mère ; Jésus est soit un bébé soit un christ souffrant.

* Les visages ont des expressions : la Joconde montre le sourire de Mona Lisa. Les corps ont du volume, des vêtements légers qui laissent paraître le corps (Boticelli). Léonard de Vinci crée le sfumato : cela désigne un effet vaporeux, l’atténuation des contours, qui donne de la profondeur et permet de lier le personnage au décor.

 

 

 

 

SI VIDEO DISPONIBLE :

 

Etude du tableau de Léonard de Vinci La Vierge à l’enfant avec Sainte Anne (4 min 22) :

http://www.youtube.com/watch?v=gwB4jEEaFpc

 

En quoi consiste le travail de l’artiste au temps de Léonard de Vinci ?

Léonard de Vinci prépare son travail avec une grande attention : dessins préparatoires (les cartons), recherches sur les costumes, les visages, la disposition des corps et des regards les uns par rapport aux autres. Cependant, malgré 20 ans passés à travailler et retoucher son tableau, certaines parties ne sont pas finies : une autre façon de peindre, avec dans l’espace éloigné un côté inachevé est peut-être née. La Renaissance est une époque de profonde transformation de la peinture…

 

 

 

DIAPORAMA : Comment la peinture s’est-elle renouvelée à l’époque de Léonard de Vinci ?

 

Question 1 (Cimabue) : Au premier plan, la Vierge a-t-elle une attitude de personnage sacré ou une attitude proche de celle d’un être humain ?

La Vierge est représentée comme un personnage sacré, divin, assis sur son trône, le visage manque d’expression.

C’est un personnage  céleste, auréolé et entourée d’anges.

Cette représentation doit inspirer le respect et la dévotion des croyants.

 

Question 2 : Qui sont les personnages représentés au premier plan du tableau ?

Au premier plan sont représentés Sainte-Anne, la Vierge et l’Enfant.

 

 

Question 3 : Quel est  le thème du tableau ?

C’est un thème religieux  qui s’inspire des Evangiles.

 

 

Question 4 : Décrivez le corps de la Vierge ; De quelle période de l’histoire s’inspire le peintre pour le représenter ?

La représentation des corps  et du drapé des vêtements est réaliste. Léonard de Vinci s’inspire des artistes et auteurs de  l’Antiquité pour les représenter.

 

_ Le peintre médiéval représentait le corps humain comme un support symbolique, signe de sainteté ou de mal et sans réalisme.

Avec la diffusion des idées humanistes, la Renaissance voit en l’homme un individu dont le corps est représenté avec réalisme.

_ Parmi les découvertes scientifiques, la pratique de la dissection, longtemps interdite par l’Église, permet de faire progresser la connaissance de l’anatomie et de la peinture. Léonard de Vinci n’hésite pas à pratiquer des dissections pour mieux connaître du corps humain à peindre.

 

 

 

Question 5 : Montrez que la représentation des gestes et des émotions de la Vierge est proche de celle des êtres humains ?

Léonard de Vinci représente La vierge avec des gestes et des émotions humaines.

Son  visage est souriant et  regarde avec tendresse son enfant.

Le corps de la Vierge est en mouvement. Son bras, ses mains cherchent à protéger l’enfant.

 

La Renaissance apporte une nouvelle façon de représenter les personnages :

* ils sont plus réalistes, plus humains, même les personnages sacrés. Cela est lié à la  vision optimiste de l’homme qu’ont les humanistes (et aussi à l’influence des sculptures antiques par exemple avec Michel Ange) : Marie ressemble à une femme, une mère ; Jésus est soit un bébé soit un christ souffrant.

* Les visages ont des expressions : la Joconde montre le sourire de Mona Lisa. Les corps ont du volume, des vêtements légers qui laissent paraître le corps.

 

 

Question 6 (Cimabue) : Quelles ont les caractéristiques du deuxième plan ?

Le fond est doré sans aucune impression de profondeur.

_ La Renaissance apporte aussi une nouvelle façon de composer les oeuvres avec plusieurs plans : un pour les personnage et un autre pour le décor. Le décor est soit minéral soit une architecture antique.

 

Question 7 : Quel est le nom de la technique qui permet de donner une impression de profondeur au deuxième plan du tableau ?

Au deuxième plan, le décor représente un paysage composé d’un bosquet et de montagnes au loin : il s’agit d’une perspective aérienne

D'après le Traité de peinture de Léonard de Vinci de 1508 il y a trois types de perspectives :

1) La première fait diminuer la taille des objets à mesure qu'ils s'éloignent de l’oeil.

2) La seconde est la façon dont les couleurs se modifient en s'éloignant de l'oeil.

3) La troisième et dernière consiste à définir comment les objets doivent être achevés avec d'autant moins de minutie qu'ils sont plus éloignés.

 

_ L’artiste médiéval ne reproduit pas la nature telle que son œil la voit : les dimensions des décors ou des personnages ne sont pas proportionnelles à leur éloignement, mais à leur importance religieuse ou sociale.

_ L’invention de la perspective géométrique à la Renaissance bouleverse la peinture en créant l’illusion d’un espace en profondeur. Léonard de Vinci invente la perspective aérienne qui donne l’illusion de la profondeur grâce à une palette de plus en plus bleue et froide au fur et à mesure que les objets s’éloignent.

 

 

Question 8 : Quels sont les autres thèmes ou genres peints par Léonard de Vinci ?

Léonard  de Vinci peint des portraits (Mona Lisa dans la Joconde, des autoportraits), des sujets religieux et des tableaux inspirés de l’Antiquité gréco-romaine.

 

Si temps supplémentaire indications sur Mona Lisa et le sfumato :

_ Léonard de Vinci crée le sfumato : cela désigne un effet vaporeux, l’atténuation des contours, qui donne de la profondeur et permet de lier le personnage au décor.

 

 

 

 

Conclusion  :

Léonard de Vinci est un artiste de la Renaissance : formé dans l’atelier d’un peintre de la Renaissance, il montre sa compétence dans de nombreux domaines allant de la peinture à l’architecture, de la médecine aux arts militaires. Pour vivre et travailler il a besoin du soutien des princes, les mécènes.

Le renouvellement de la peinture à la Renaissance montre une meilleure connaissance des corps représenté avec réalisme. Les émotions des personnages sont visibles. La Renaissance est également l’époque de la mise au point de la perspective

           

 

 

 

 

 

TABLEAU DE SYNTHESE (questions du diaporama)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caractéristiques de l’art au Moyen Age

Rupture de la Renaissance

Genres de l’œuvre

 

Thèmes de tableau : Religieux, historique, portraits… Q 3 + Q 8

Art religieux

Art religieux, portraits (Joconde) et mythologie.

Représentation des personnages : Q 4+ Q 5

Réalisme ? Personnages figés ? mouvements ?

Absence de réalisme. Attitude figée des personnages.

Réalisme. Personnages en mouvement (contrapposto).

Composition de l’œuvre

 

Couleurs dominantes

Q 6

Fond d’or

Présence de zones chromatiques et de couleurs variées. Sfumato.

Plans

Q 6

Plan unique

Présence de plusieurs plans

Profondeur

Q 7

 

Perspective aérienne (avec les couleurs), ligne de fuite.

Lire la suite

Cours Histoire 2e : La Révolution française : l'affirmation d'un nouvel univers politique (1789-1804) 3

9 Août 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

III. Quelle est la place de la violence dans le processus révolutionnaire ?

 

Robespierre et la Terreur (5min 51): http://www.dailymotion.com/video/xd9min_robespierre-et-la-terreur_news#

 

TDC : http://www.cndp.fr/tdc/tous-les-numeros/la-revolution-en-images.html

 

T. P. pages 268-269 : Maximilien de Robespierre, de la démocratie à la Terreur.

 

Question 1 page 269 : Quelles valeurs doivent, selon Robespierre, fonder la République ? (doc.1, 2)

C’est la vertu qui doit être selon Robespierre la base de tout gouvernement démocratique et qui justifie la Terreur. La vertu recouvre pour lui plusieurs choses : le patriotisme, la justice et le respect de l’Être suprême.

 

Question 2 page 269 : Comment Robespierre justifie-t-il la Terreur ? Comment qualifier cette politique ? (doc. 2, 4, 5)

La Terreur est jugée nécessaire pour combattre les ennemis de la Révolution. Elle est le prix à payer pou sauver la démocratie. Seulement, la Terreur a causé un grand nombre de morts qui n’étaient vraisemblablement pas tous coupables : la loi des suspects permettait en effet d’élargir à volonté les arrestations.

 

Question 3 page 269 : Comment le gouvernement de Robespierre se termine-t-il ? Pourquoi ? (doc. 3, 4, 5)

Robespierre est victime d’un complot de députés apeurés par sa politique. Il est décrété d’arrestation par la Convention, poursuivi jusqu’à l’Hôtel de ville où il s’était placé sous la protection de la Commune.

Ayant échoué à se suicider contrairement à certains de ses alliés, il est arrêté et exécuté le lendemain avec ses partisans. On le présente alors comme un monstre et un tyran assoiffé du sang des Français.

 

BILAN page 269 : Rédiger un texte écrit et argumenté

Sujet : « Quel rôle Robespierre a-t-il joué dans la radicalisation de la Révolution ? »

_ Robespierre (biographie haut de la page 268) est l’homme qui a choisi de s’appuyer sur les sans-culottes pour sauver la République. Sa sincérité est manifeste, mais son amour de la vertu ne l’empêche pas de souhaiter la Terreur, instrument de son pouvoir. Il assume totalement la radicalisation de la Révolution qu’il symbolise tout entier, même si la Fête de l’être suprême montre qu’il souhaite arrêter l’emballement de la déchristianisation et fonder la République sur un socle religieux, une religion des Lumières.

Déchristianisation (p. 266) : mesures prises par les révolutionnaires en vue d’éliminer l’influence du christianisme dans la vie quotidienne.

 

_ Cette identification volontaire de son personnage au régime du Comité de salut public explique la haine qu’il a suscitée, d’autant plus que les Thermidoriens, souvent d’anciens montagnards, avaient intérêt à lui faire porter seul la responsabilité de la Terreur.

Comité de salut public (p. 266) : principal organe du gouvernement révolutionnaire, crée en mars 1793 et composé de neuf à quatorze membres élus par la Convention. Il est chargé de la politique extérieure et de la sécurité intérieure du pays.

Montagnards (p. 266) : députés assis à gauche et en haut des gradins de la Convention. Ils soutiennent les revendications des sans-culottes et souhaitent une république centralisée.

 

 

 

 

IV. De quelle manière la Révolution a-t-elle bouleversé la vie quotidienne des Français ?

 

            A. Quels sont les principes affirmés par la Révolution Française et leur application ?

 

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pages 256-257

 

Cf. ECJS chapitre introductif

 

            B. En quoi consiste « les masses de granite » par lesquelles Bonaparte veut maintenir l’ordre ?

 

Chronologie page 251

_ Après les massacres de la Terreur et la guerre civile, le général Bonaparte rétablit la paix et fonde le Consulat puis l’Empire. Il exerce un pouvoir personnel mais garanti les droits acquis pendant la Révolution.

 

Texte 5 page 273 : la mission des préfets

Question 1 page 273 : Quel rôle le gouvernement donne-t-il aux préfets ?

_ Le Consulat renforce le pouvoir exécutif. L’administration est centralisée. A partir de 1800 les préfets sont nommés par le pouvoir exécutif à la tête des départements. Ils sont chargés de transmettre au gouvernement enquêtes, statistiques et informations policières. Les ouvriers sont encadrés par le livret ouvrier.

Préfets (p. 273) : représentant du pouvoir exécutif dans chaque département.

Livret ouvrier (p. 273) : carnet délivré par la police et indiquant l’identité de l’ouvrier et de son patron. Pour quitter son emploi, l’ouvrier doit obligatoirement faire signer son livret par son employeur.

 

Organigramme 1 page 272 : Fonctionnement du Consulat

Question 1 page 272 : Quel rôle joue le suffrage universel dans ce régime ?

Le 1er Consul s’assure le consentement des électeurs en instituant le suffrage universel et le plébiscite.

Plébiscite (p. 273) : consultation directe des électeurs, qui doivent répondre par « oui » ou par « non » à une question posée. Sous le Consulat et l’Empire, le plébiscite apparaît comme une légitimation du pouvoir personnel de Napoléon Bonaparte.

 

Question 2 page 272 : Comment le pouvoir exécutif se situe-t-il par rapport au pouvoir législatif ?

_ Les notables (citoyens les plus influents) participent au pouvoir central en étant membres des assemblées législatives.

 

 

_ La société est encadrée par le Consul Bonaparte puis l’empereur Napoléon. Cet encadrement est économique par la création de la Banque de France qui a le monopole en 1803 de l’émission de monnaie de papier. Au niveau religieux un concordat est signé avec le Pape le 15 juillet 1801. Le catholicisme devient « la religion de la majorité des citoyens français » et le clergé est rétribué par l’Etat.

_ Le « catéchisme impérial » enseigne la soumission à l’empereur. Mais le système d’éducation est organisé pour former les élites. Dans les lycées, créés en 1802, les professeurs et les élèves ont une discipline militaire et portent l’uniforme. A partir de 1808 l’Université a le monopole de l’enseignement et de la délivrance des diplômes.

Concordat (p. 273) : tout accord entre le pape et un Etat. Celui de 1801, signé entre le représentant de Pie VII et Joseph Bonaparte, donne au Premier consul le droit qu’avaient les rois de nommer les évêques, qui sont confirmés ensuite par le pape.

 

Pages 276-277 : Le Code civil

 

Question 1 page 277 : Qu’est-ce qui rend nécessaire le Code civil ? Quel est le but recherché ? (doc. 1, 5)

La Révolution, en abolissant les privilèges et la féodalité, avait jeté à bas les fondements du droit appliqué sous l’Ancien Régime. Il fallait donc doter la France d’un recueil de lois qui réglerait les rapports de force et d’autorité au sein de la société.

 

Question 2 page 277 : Quel rôle jouent Portalis et Napoléon dans la rédaction du Code civil ? (doc. 3, 5)

Portalis est un méridional pétri de droit romain. Il défend la propriété et l’ordre social, répondant ainsi aux voeux de Napoléon. Ce dernier intervient directement dans la rédaction du Code civil. Il y voit un de ses ouvrages les plus importants et il prend pour modèle l’empereur Justinien, auteur du premier Code. Devenu empereur, il en fera logiquement l’un des fondements de son pouvoir.

 

Question 3 page 277 : Comment le Code civil s’inscrit-il dans le projet de Napoléon de réconcilier les élites autour des valeurs d’ordre ?

Le code permet de rassurer les bénéficiaires de la Révolution en réaffirmant le principe de l’égalité de tous face à la loi. Mais dans le même temps, il fait de la propriété une des valeurs fondamentales de la nouvelle société, ce qui est propre à satisfaire tout le monde. Enfin, il rétablit les fondements d’une société traditionnelle en restaurant l’autorité patriarcale.

 

Question 4 page 277 : Comment Portalis définit-il le droit de propriété ?

La propriété est le fait de posséder quelque chose sans partage. Elle est nécessaire au bon fonctionnement de la société, bien qu’elle soit porteuse d’inégalités.

 

Question 5 page 277 : Quelle place le Code civil attribue-t-il à la femme ?

La femme est une éternelle mineure. Elle doit rester au foyer, élever ses enfants et rester soumise.

 

REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

Sujet : « Comment le Code civil consolide-t-il les principes révolutionnaires ? »

Cette étude permet d’étudier les bouleversements juridiques et sociaux introduits par la Révolution. Le Code civil crée une législation en partie inspirée de l’œuvre des assemblées révolutionnaires, et en partie du droit romain, la plupart des légistes employés par Bonaparte étant originaires de pays de droit écrit. En fixant la législation, Bonaparte cherche à mettre un terme à la Révolution. Le Code civil est certes le produit de la Révolution mais il est aussi le signe de la toute-puissance législatrice de l’empereur.

 

_ La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789 et le Code civil ont bouleversé la vie quotidienne des Français dans les domaines juridiques et sociaux. Le Code civil est un texte de lois de 1804 confirmant les principes de 1789 (liberté et égalité devant la loi), mais il garantit avec force le droit de propriété et consacre l’inégalité sociale en favorisant l’employeur par rapport au salarié, l’époux et le père par rapport à la femme et aux enfants.

Les 2 281 articles confirment les acquisitions de la Révolution : abolition des privilèges, droit de propriété et égalité entre les héritiers. Mais il existe aussi un fort conservatisme social : le père dispose d’une tutelle absolue sur sa famille et les femmes sont subordonnées à leur mari.

 

 

 

 

Bilan de la Révolution et de l’Empire

 

 

 

 

 

 

AVANT

APRES

De nouvelles constitutions politiques

Monarchie absolue de droit divin

 

Arbitraire royal

Régime constitutionnel

Séparation des pouvoirs

Souveraineté nationale

Egalité et liberté

De nouvelles institutions

Administration

Généralité avec intendant

Département avec préfet

justice

Vénalité des charges

Multiplicité des justices

Multiplicité des droits

Magistrats nommés

Hiérarchie des tribunaux

Code civil, Code pénal…

finances

Multiplicité des impôts

Inégalité fiscale

Administration unique

Egalité fiscale

armée

De métier avec des officiers nobles

Nationale avec conscription

religion

Catholicisme : religion d’Etat

Concordat avec conscription

instruction

Monopole ecclésiastique de fait

Monopole d’Etat avec unification

Une nouvelle société

Société d’ordre avec des privilèges

Domination du Clergé et de la noblesse

Société de classes avec égalité de droits

Domination de la Bourgeoisie

De nouvelles règles économiques

Féodalité, corporations, monopoles

Liberté d’entreprendre et de commercer

Lire la suite

Cours Histoire 2e : La Révolution française : l'affirmation d'un nouvel univers politique (1789-1804) 2

9 Août 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

 

II. Quelles sont les évolutions caractéristiques de la décennie révolutionnaire ?

 

            A. Quels sont les principaux acteurs de la Révolution française ?

                       

Pages 252-253 : Paris sous la Révolution française

Question 1 page 253 : Relevez les lieux qui ont changé de nom ou de fonctions. Quel but recherchent ainsi les révolutionnaires ?

Les changements de noms ont lieu surtout lors de l’instauration de la République. Le but est d’effacer la monarchie et d’ancrer les symboles républicains dans le quotidien.

 

Question 2page 253 : Dans quel espace se concentrent les principaux évènements révolutionnaires ? Que peut-on en déduire sur le rôle du peuple français dans la Révolution ?

Ils se concentrent au coeur de Paris, le long de la Seine. C’est un lieu central, soumis aux pressions des faubourgs.

 

_ La Révolution française a pour principal cadre la ville de Paris et comme acteur principal le petit peuple parisien. En effet la pression populaire des habitants des faubourgs influence le déroulement des évènements.

_ Les sans culottes s’opposent aux aristocrates et parviennent à imposer des mesures comme le maximum des prix et des salaires (4 mai 1793) ou la déchristianisation (dès 1792 avec l’interdiction des manifestations religieuses sur la place publique). 

Sans-culottes (page 267) : militants des clubs démocratiques, issus souvent de l’artisanat et du petit commerce. Ils sont appelés ainsi en raison de leur tenue, le pantalon long rayé, très différent de la culotte des aristocrates.

 

_ De nombreuses forces sociales ont souhaité puis détesté la Révolution. La noblesse a espéré la Révolution pour limiter l’absolutisme à son profit, mais elle a perdu ses privilèges. Le clergé a vu ses terres confisquées et son obéissance au Pape remise en question par l’Assemblée nationale. Ce dernier point mécontente fortement les catholiques (ex Vendée, Bretagne). Les monarchistes sont choqués par l’exécution de Louis XVI.

_ Les paysans ont brûlé les châteaux pour précipiter  l’abolition des droits féodaux en brûlant les registres (terriers) où sont consignés les redevances dues aux seigneurs.

_ La bourgeoisie tire profit de la révolution pour abolir les privilèges et accéder à toutes les fonctions publiques. Mais le suffrage censitaire mécontente la population écartée du vote. Les sans-culottes, des citadins Parisiens, font glisser la Révolution vers la violence et soutiennent la Terreur de Robespierre.

 

  

 

            B. Quelle est la chronologie de la Révolution française ?

 

Chronologie page 251

 

Questions sur la chronologie :

1. Quel événement explique la décision du roi le 17 juillet 1789 ?

La prise de la Bastille qui a révélé la détermination du peuple de Paris et même des soldats en faveur des réformes.

 

2. Quelle décision majeure met fin à la Grande Peur ? Pourquoi ?

L’abolition des privilèges votée le 4 août met fin à la Grande Peur car les troubles dans les campagnes venaient surtout de l’exaspération des paysans face au système féodal.

 

3. Parmi ces dix années de Révolution, quelle est l’année pendant laquelle la Révolution semble le mieux acceptée par tous ? Justifiez votre réponse.

1790, car les changements de 1789 emblent être acceptés par tous comme le montre la fête de la Fédération.

 

4. La fuite du roi a-t-elle mis fin à la monarchie ? A-t-elle eu d’autres effets à votre avis ?

La monarchie est maintenue mais le roi est moins populaire.

 

5. Parmi ces dix années, quels sont les deux moments où la situation militaire est la plus critique ?

L’été 1792 et l’été 1793.

 

6. Pourquoi la Convention délègue-t-elle ses pouvoirs à un Comité de Salut Public ? Quelles en sont les conséquences positives et négatives ?

_ Devant les nombreuses difficultés à surmonter (guerre étrangère, guerre civile), un comité restreint et doté des pleins pouvoirs doit être plus efficace.

_ Les conséquences positives : la situation militaire s’améliore nettement et les révoltes intérieures sont réprimées. Les conséquences négatives : la Terreur pendant laquelle la justice est expéditive et les exécutions nombreuses.

 

7. Soulignez dans la chronologie les signes d’un retour à une révolution très modérée après la chute de Robespierre.

 

 

 

ANALYSER UNE CHRONOLOGIE

1. Quel événement explique la décision du roi le 17 juillet 1789 ?

2. Quelle décision majeure met fin à la Grande Peur ? Pourquoi ?

3. Parmi ces dix années de Révolution, quelle est l’année pendant laquelle la Révolution semble le mieux acceptée par tous ? Justifiez votre réponse.

4. La fuite du roi a-t-elle mis fin à la monarchie ? A-t-elle eu d’autres effets à votre avis ?

5. Parmi ces dix années, quels sont les deux moments où la situation militaire est la plus critique ?

6. Pourquoi la Convention délègue-t-elle ses pouvoirs à un Comité de Salut Public ? Quelles en sont les conséquences positives et négatives ?

7. Soulignez dans la chronologie les signes d’un retour à une révolution très modérée après la chute de Robespierre.

     

 

 

 

 

       C. Comment analyser les grands enjeux politique à travers des journées de la Révolution française ?

 

                        1. En quoi la prise de la Bastille est un symbole fondateur ?

 

Lien  Prise de la Bastille (3 min 08) : http://www.dailymotion.com/video/xmtky5_la-prise-de-la-bastille_news#

 

OU

 

Peinture 3 page 255 : La prise de la Bastille

Question 1 page 255 : Comment et contre qui se manifeste la violence des affrontements ?

Le peuple parisien, excédé par la misère,  pille les dépôts d’arme et attaque la forteresse de la Bastille. C’est le symbole de la monarchie absolue car le roi peut emprisonner sur lettre de cachet sans jugement qui il veut dans cette forteresse.

 

Question 2 page 255 : Quelle situation nouvelle crée l’alliance de la garde nationale et du peuple ?

L’alliance du peuple et de la Garde nationale donne de la puissance à la Révolution française. En effet la garde nationale sert la Révolution.

 

_ Le 14 juillet 1789 le peuple parisien prend la forteresse de la Bastille, symbole de l’absolutisme.

_ Le roi cède. Il fait retirer les troupes de Paris. Il vient dans la capitale, reconnaît la nouvelle municipalité et accepte la cocarde tricolore qui unit les couleurs de Paris, le bleu et le rouge, avec le blanc de la royauté.

_ Le retentissement de la journée est énorme : le peuple et la Garde nationale ont fait céder le roi. Des villes de province imitent la capitale et se dotent à leur tour d’une municipalité et d’une Garde nationale.

Garde nationale (p. 254) : milice bourgeoise de patriotes qui naît spontanément en juillet 1789 pour rétablir l’ordre à Paris puis en province, et pour servir la Révolution. A partir d’octobre 1791, tous les citoyens actifs doivent en faire partie.

 

 

                        2. En quoi la fuite du roi marque une rupture entre la monarchie et les Français ?

 

La fuite du roi (2 min 48) : http://www.dailymotion.com/video/xcil2u_la-fuite-du-roi_news#

OU

Pages 264-265 : L’arrestation du roi à Varennes, le 21 juin 1791

 

Question 1 page 265 : Que reproche Louis XVI à la Constitution qui est élaborée ? Pourquoi s’enfuit-il ? (doc. 1)

 Le roi trouve que la Constitution et les comités de l’Assemblée lui ôtent tout pouvoir, ou du moins les vident de tout contenu réel. Il pense que la fuite lui permettra de retrouver sa liberté d’action.

Question 2 page 265 : Quelles sont les différences entre le récit de Marie-Thérèse de France et la représentation de Jean-Louis Prieur ? Quel est le but recherché par chacun des auteurs ? (doc. 2, 3)

Marie-Thérèse raconte qu’ils ont été arrêtés dans leur voiture. Prieur montre en revanche que Louis XVI est arrêté en plein repas. Ensuite, l’attitude du peuple est très différente dans les deux cas. Chez Marie-Thérèse, il est ému et respectueux. Pour Prieur, le peuple est armé et menaçant. Prieur montre un roi avachi, préoccupé surtout de son bien être. Marie-Thérèse insiste au contraire sur l’honnêteté et la bonté de son père et sur l’amour que les Français lui portent.

 

Question 3 page 265 : Quelles sont les différentes réactions des Français devant la fuite du roi ? (doc.2, 5)  

L’image du roi était positive, il semblait avoir accepté les changements. Et d’un seul coup, les Français voient que tout est faux. On craint que le roi n’aille chercher des renforts à l’étranger et ne plonge le pays dans la guerre. Chez bon nombre de Français et surtout à Paris, vient ensuite l’hostilité à l’égard d’un roi regardé comme parjure et traître.

 

Question 4 page 265 : Quelle image du roi apparaît dans les documents ? (doc. 3, 4, 5 , 6)

 Le roi apparaît à la fois comme un benêt et comme un despote perfide. L’image du roi -cochon réunit ces deux aspects. Son prestige personnel est alors très entamé. Dès son retour à Paris, la défiance de la foule est très vive. La presse patriote souhaite même le faire passer en jugement et le déchoir de sa couronne.

 

REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

Sujet : « Pourquoi la fuite de Louis XVI marque-t-elle une rupture dans les rapports entre le roi et les Français ? »

_ L’épisode de Varennes est un événement crucial car l’image du roi, jusque-là majoritairement bonne, se dégrade. Plus grave encore, c’est désormais la monarchie elle-même qui est mise en cause.

Les républicains sortent de leur réserve : ils réclament la destitution du roi. Varennes entraîne dès lors la radicalisation de la Révolution.

 

Régime politique

Chronologie des événements :

Monarchie constitution -nelle

 

ETATS GENERAUX puis

ASSEMBLEE

NATIONALE

 

1789 :

5 mai : Ouverture des Etats Généraux

20 juin : les députés du Tiers Etat font le serment d’établir une constitution puis prennent le nom d’Assemblée nationale

14 juillet : le peuple de Paris prend la Bastille avec l’aide de certains régiments

17 juillet : le roi accepte le principe d’une monarchie constitutionnelle. 

Fin juillet début août : Grande peur dans les campagnes ; les paysans se retournent contre les châteaux.

4 août : l’Assemblée vote l’abolition des privilèges

26 août : l’Assemblée vote la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

5 octobre : marche des Parisiennes sur Versailles. Le roi s’installe à Paris.

1790 :

12 juillet : constitution civile du clergé ; des ecclésiastiques refusent de prêter serment à cette constitution.

14 juillet : fête de la Fédération (le roi et les gardes nationaux font le serment de respecter le nouveau régime).

1791 :

mars : le Pape condamne la constitution civile du clergé ; des ecclésiastiques refusent de prêter serment à cette constitution.

20 juin : fuite manquée du roi, reconnu et arrêté à Varennes

septembre : Constitution de 1791 et élection de l’Assemblée législative.

ASSEMBLEE

LEGISLATIVE

1er octobre 1791

1792 :

20 avril : déclaration de guerre à l’Autriche

11 juillet : « la Patrie en danger » (situation militaire inquiétante)

10 août : journée révolutionnaire à Paris ; le roi est emprisonné

20 septembre : victoire de Valmy (suivie d’autres victoires à l’automne)

REPUBLIQUE

 

CONVENTION

22 septembre : proclamation de la République et élection de la Convention

1793 :

21 janvier : exécution de Louis XVI

11 mars : début du soulèvement de la Vendée (jusqu’en décembre)

avril : la Convention délègue ses pouvoirs à un Comité de Salut Public

2 juin : arrestation des députés girondins : révoltes dans certaines régions

été : nombreuses difficultés face aux armées étrangères coalisées

septembre : lois des suspects et du maximum : début de la Terreur

automne : nouveaux succès des armées révolutionnaires

1794 :

mars avril : Robespierre fait exécuter les « Enragés » puis les « Indulgents »

juin : la Terreur s’amplifie (la Grande Terreur)

DIRECTOIRE

27 juillet : Robespierre est arrêté et exécuté ; fin du Comité du Salut Public

1795 :

20-23 mai : journées de Prairial (émeute populaire parisienne réprimée)

5 octobre : tentative de coup d’Etat royaliste réprimée par Bonaparte

26 octobre : début du Directoire ; les deux assemblées nouvellement élues au suffrage censitaire désignent cinq directeurs.

1796 :

mars : début de la campagne victorieuse de Bonaparte en Italie

avril : limitation de la liberté de la presse

1797 :

27 mai : exécution de Babeuf, chef de la Conjuration des Egaux, qui voulait une égalité complète entre les citoyens.

Octobre : paix de Campo-Formio avec l’Autriche

1798 :

mai : début de la Campagne d’Egypte contre l’Angleterre (succès peu durable)

septembre : loi Jordan instituant le service militaire obligatoire

1799 :

octobre : Bonaparte rentre d’Egypte

CONSULAT

9-10 novembre : coup d’Etat de Bonaparte ; début du Consulat

Lire la suite

Cours Histoire 2e : La Révolution française : l'affirmation d'un nouvel univers politique (1789-1804) 1

9 Août 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

LA REVOLUTION FRANCAISE :

L’AFFIRMATION D’UN NOUVEL UNIVERS POLITIQUE (1789-1804)

 

Chronologie page 229

 

Chronologie-revolution-francaise.jpg

 

Introduction : La Révolution française est marquées de grandes journées révolutionnaires comme par exemple pour l’année 1789 le 14 juillet avec la prise de la Bastille, le vote de l’abolition des privilèges le 4 août  et enfin la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen le 26 août. Ces journées sont l’occasion d’évènements déterminants pour la Révolution française, mais aussi de ruptures avec la société d’Ancien Régime. Les pratiques sociales et économiques, les références politiques et la culture de la France sont modifiées, transformées.

 

Problématique : Quelles sont les dynamiques de la Révolution française entre 1789 et 1804 dans le domaine politique, social, économique et culturel ?

 

 

 

Schéma de synthèse Révolution française

 

 

I. Comment se voit la naissance d’une opinion publique à travers les cahiers de doléances et les pamphlets ?

 

Pages 246-247 : Analyser un pamphlet

 

 

Texte 1 page 246 : L’an 2440 ou le triomphe de la France des Lumières

 

Question 1 page 247 : Indiquez la nature du régime politique de la France lorsque le texte est publié. Trouvez une phrase qui le définit.

La France est à l’époque de la publication du texte une monarchie absolue « nous avons éprouvée combien la souveraineté absolue était opposée aux véritables intérêts d’une nation. » (l. 9 à 11).

Précisez de quel régime l’auteur est partisan.

L’auteur souhaite une monarchie à l’anglaise.

 

 Question 2 page 247 :

Décrivez le procédé  que l’auteur adopte pour parler de la France du XVIII siècle.    

Le décalage temporel permet un regard faussement distancié sur son époque, et des remarques ouvertement anti-absolutistes.

Montrez quels passages devaient être particulièrement choquants pour certains lecteurs du XVIII siècle.

« Et comment confier à un seul homme un dépôt aussi important ? »

« nous avons éprouvée combien la souveraineté absolue était opposée aux véritables intérêts d’une nation. »

« ce qui était un inconvénient affreux dans vos gouvernements gothiques »

 

Question 3 page 247 : L’auteur est-il proche de Montesquieu, de Voltaire ou de Rousseau ?

L’auteur est proche de Montesquieu et de Voltaire.

L’auteur prône-t-il l’abolition de la monarchie et est-il révolutionnaire ?

C’est un réformiste.

 

Question 4 page 247 : Précisez en quoi le dernier mot du texte résume le projet de l’auteur.

« Réforme » : L’auteur veut un changement politique pacifique et né de l’usage de la raison.

Montrez comment un tel pamphlet peut avoir une influence sur le mouvement contemporain des idées.

 

_ L’opinion publique se forme au temps des Lumières grâce à des publications, parfois censurées ou clandestines. Les critiques de Voltaire sont masquées par le procédé de l’ironie. Le pamphlet de Louis Sébastien Mercier de 1770 : L’An 2440, rêve s’il n’en fut jamais utilise le décalage dans le temps. La critique de l’absolutisme est forte, mais les projets de société visent des réformes (despotisme éclairé avec un roi philosophe) et non une révolution avec la suppression de la monarchie.

_ L’opinion publique est de plus en plus politisée. Les loges franc-maçonnes et les académies provinciales se préoccupent de débats politiques et sociaux. Ainsi l’Essai sur l’origine des inégalités de Jean-Jacques Rousseau est primé par l’académie de Dijon.

 

OU

Pages 242-243 : Les cahiers de doléances

 

Question 1 page 243 : Dans quel cadre sont rédigés les cahiers de doléances ? Dans quel esprit ?

Les cahiers sont rédigés dans chaque communauté (ou rassemblement de nobles ou d’ecclésiastiques) après de longs débats, et rédigés par un lettré, souvent un homme de loi en ville ou le curé à la campagne, à la plume bien sûr (doc. 2).

Des modèles circulent, ce qui explique de nombreuses similitudes, mais bien des points abordent des questions très particulières de la vie quotidienne.

 

 

Question 2 page 243 : Les doléances des trois ordres sont-elles toujours différentes ?

Ils ne sont pas rédigés de la même façon suivant les ordres, et les députés ne sont pas élus de la même façon (doc. 1). Chaque étape intermédiaire supplémentaire éloigne la parole des habitants de celle que le roi peut entendre (il est fait pour lui une synthèse par ordre des cahiers).

Les cahiers du tiers sont rédigés au niveau de la paroisse, unité de base de la vie des quartiers (en ville), ou des villages. Ceux de la noblesse et du clergé le sont au niveau du bailliage ou de la sénéchaussée, comme on le voit dans le doc. 4.

 

Question 3 page 243 : Qu’y-t-il de nouveau dans la réunion des Etats généraux de 1789 ?

La première évidence est celle de la similitude de certaines revendications, mais on constate en regardant de plus près que des antagonismes latents apparaissent également (voir le tableau ci-dessous).

 

 

 

Rédiger un texte construit et argumenté page 243 : Sujet : « Comment les cahiers de doléances reflètent-ils les idées nouvelles ? »

L’évidence d’une nation distincte du roi, avec des représentants, et la nécessité de réformes profondes s’imposent avec force.

 

_ Les pamphlets et les cahiers de doléance préparant la réunion des Etats généraux montrent la naissance d’une opinion publique en France. Les Français rédigent collectivement les cahiers de doléances et montrent à la fois une profonde volonté de réforme et un fort attachement au roi.

_ Cependant les différents ordres (clergé, noblesse, Tiers-Etat) expriment des visions différentes, parfois en opposition.

 

 

B. Comment les Etats généraux de 1789 montre l’importance de la crise de la monarchie ?

 

 

budget France 1788

 

 

 

 

_ La France est soumise à plusieurs crises en 1789. A la crise sociale et économique de 1788-1789 s’ajoute la crise du budget de l’Etat, écrasé par le poids de la dette (51% des dépenses de l’Etat.). Pour résoudre la crise financière et politique et parvenir à réformer l’impôt en faisant payer la noblesse et le clergé, le roi convoque les Etats généraux pour le 5 mai 1789.

Etats généraux (p. 232) : assemblée des représentants des trois ordres convoqués par le roi pour donner son avis et voter des impôts supplémentaires. Au sein de l’assemblée, chaque ordre a le même nombre de députés et vote d’une seule voix.

 

Texte 6 page 239 : Louis XVI convoque les Etats généraux

Question 1 page 239 : Quelle vision le roi a-t-il du rôle des Etats généraux et quel problème cela pose-t-il ?

* Le roi en convoquant les Etats généraux a pour vision de réformer les finances publique pour résoudre la crise du budget « Nous aider à surmonter toutes les difficultés où Nous Nous trouvons relativement à l’état de Nos finances » (l. 1 à 3).

* Un problème se pose : le roi ne veut pas modifier en profondeur l’Etat français : « pour établir, suivant nos vœux, un ordre constant et invariable dans toutes les parties du gouvernement » (l. 3 à 5).

 

_ Le roi souhaite réformer le système d’imposition mais ne veut pas modifier le système social inégalitaire. Or, le Tiers-Etat et les nobles et clercs réformateurs veulent transformer la société sur le modèle des idées des Lumières par des réformes politiques et sociales.  

_ La réunion des Etats généraux pose aussi un problème : celui de la représentation des ordres : soit une voix par ordre, soit une voix par député, ce qui modifie les résultats des votes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>