Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Articles avec #bibliographie : livres et parcours du cdi tag

Littérature : romans historiques disponibles au CDI Epoque moderne et contemporaine

20 Juin 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

 

 

EPOQUE MODERNE

 

  

MAALOUF, Amin ; Léon l’Africain; Jean-Claude Lattès, Le livre de poche 6359, Paris, 1986; 350 pages.

CDI Joliot-Curie : R MAA L

« Cette             autobiographie imaginée part d’une histoire vraie. En 1518, un ambassadeur maghrébin, revenant d’un pèlerinage à La Mecque, est capturé par des pirates siciliens, qui l’offrent en cadeau à Léon X, le grand pape de la Renaissance. Ce voyageur s’appelait Hasan al-Wazzan. Il devint le géographe Jean-Léon de Médicis, dit Léon l’Africain.

            Sa vie, faite de passions, de dangers et d’honneurs ; et que ponctuent les grands évènements de son temps, est fascinante : il se trouvait à Grenade pendant la Reconquista, d’où, avec sa famille, il a dû fuir l’Inquisition, en Egypte lors de sa prise par les Ottomans, en Afrique noire à l’apogée de l’empire de l’Askia Mohamed Touré, enfin à Rome aux plus belles heures de la Renaissance, ainsi qu’au moment du sac de la ville par les soldats de Charles Quint.

            Homme d’Orient et d’Occident, homme d’Afrique et d’Europe, on pouvait difficilement trouver dans l’histoire personnage dont la vie corresponde davantage à l’époque étonnante que fut le XVI siècle. »

 

            Au travers quarante années, quatre villes et une vie allant de la naissance à la maturité, l’Espagne à Rome en passant par Grenade, Fès, Tombouctou, le Caire et Rome ; en côtoyant des personnages comme le pirate Barberousse et le condottiere Jean des Bandes Noires, des esclaves, une soeur reléguée par l’injustice des puissants dans une léproserie ; au travers de voyages commerciaux et diplomatique, Léon l’Africain acquiert sa sagesse humaine.

            Le livre se lit avec un vif plaisir, car l’histoire est rédigée dans un style fluide, captivant par l’évocation vivante et érudite de l’époque et des lieux vécus.

 

 

 

 

* RICHAUD, Frédéric ; La Ménagerie de Versailles ; Grasset, coll. Le Livre de Poche ; 155 pages; 2008.

Code CDI Joliot-Curie : R RIC M

 

De style vif et alerte, amusant et satirique, le livre de Frédéric Richaud conduit le lecteur des ors de Versailles aux ténèbres du Sénégal. Le marquis de Dunan tente de s’attirer les faveurs – et donc la fortune – du roi. Accompagné d’un jeune empailleur, le marquis séducteur et peureux s’embarque pour l’Afrique. Marins et chasseurs, prêtre fou et esclaves suicidaires, le marquis traverse le monde pour finalement périr à Versailles.

 

« Depuis que Louis XIV a fait construire une ménagerie non loin du château de Versailles, le marquis de Dunan ne dort plus. Et s’il fournissait au roi une bête féroce, aux côtés des pélicans et des autruches qu’admirent déjà les courtisans ? Sa gloire et sa fortune seraient faites… Mais Dunan court en vain les foires du royaume : les spécimens intéressants sont rares. Il en faudrait plus pour décourager notre homme, qui se lance alors dans une folle aventure où les fauves ne sont pas toujours ceux qu’on croit… »

 

  

 

* PEREZ-REVERTE, Arturo ; Le capitaine Alatriste; Seuil points, 2001; 266 pages.

Cote CDI Joliot-Curie : R PER C

Le livre est un récit fait par le jeune Balboa au service du vétéran Alatriste. Il fait revivre l’Espagne de Philippe IV.

« Le Capitaine Alatriste est l’histoire d’un ancien soldat espagnol, vétéran de la guerre de Flandre, spadassin à la solde des nobles ou de riches hidalgos. Ses aventures nous entraînent dans les intrigues de la cour de Philippe IV, roi d’une Espagne corrompue et décadente, dans les ruelles obscures de Madrid, dans les tavernes où Francisco de Quevedo compose des sonnets, dans les théâtres où les comédies de Lope de Vega finissent en échauffourées. Le jeune Inigo de Balboa, l’implacable Inquisiteur Emilio Bocanegra, l’assassin Gualterio Malatesta et le diabolique secrétaire du roi, Luis de Alquezar sont quelques-uns des personnages inoubliables de ces aventures où l’action renoue, grâce à une plume flamboyante, avec la plus grande tradition du roman de cape et d’épée. »

 

 

 

EPOQUE CONTEMPORAINE

 

 

* PERRY, Anne ; Resurrection Row; 10/18, Collection Grands Détectives ; 1981, 1998 ; 314 pages.

Emprunt CDI Joliot-Curie : POL PER

« Bas les masques », tel paraît être le mot d’ordre d’Anne Perry dans la série de romans où elle met en scène son couple de héros « victoriens », son couple de héros « victoriens », l’inspecteur Thomas Pitt et son épouse Charlotte […]. Dans le Londres de la fin du XIX siècle qui sert de cadre à leurs exploits, c’est en effet le code hypocrite de bonne conduite de la société anglaise de l’époque qui se trouve singulièrement mis à mal, sa corruption et sa fausse respectabilité. Anne Perry ou le polar au vitriol : décapant ! »

 

 

* PERRY, Anne ; Le cadavre de Bluegate Fields ; 10/18 collection grands détectives ; février 1999.

Code CDI Romilly : POL PER

« Un nouveau genre de détective est né sous la plume de l’Anglaise Anne Perry : Charlotte, l’épouse sagace de l’inspecteur Pitt. Ici, c’est l’Angleterre victorienne – où les rapports de classes régissent tous les dialogues – qui se révèle à nos yeux. Imperceptiblement, les murs des salons cossus et intouchables de l’extérieur s’effritent, le cristal s’ébrèche, les bouches se délient pour laisser poindre une moralité mise en pièces et faire place au crime. Voilà une saga de mœurs où le voyeurisme dévoile la calomnie, où le mystère rend enfin le réel visible. » (Virginie GATTI, L’Humanité).

 

* PERRY, Anne ; Meurtres souterrains ; 10/18 collection grands détectives ; 2006, 377 pages.

Code CDI Romilly : POL PER

« L’heure est aux mutations dans le Londres victorien ! Et tandis que partout dans la ville des travaux de grande envergure se dessinent, dont celui de la rénovation du système des égouts, William Monk est porté à la tête d’une brigade fluviale. Lors d’une patrouille sur la Tamise, il est témoin d’un drame : un couple chute dans les eaux glacées et trouve la mort dans l’instant… D’abord convaincu par la thèse de l’accident, Monk ne parvient pas à chasser certaines incohérences de son esprit : la soudaine rupture de fiançailles des victimes et la vigueur avec laquelle la jeune femme dénonçait les forages poussent bientôt notre détective à chercher une lueur dans les tréfonds londoniens… Avec une ingéniosité sans cesse renouvelée, Anne Perry poursuit sa brillante exploration du crime… ».

 

Le livre est haletant et les personnages attachants. Contrairement à son personnage du détective Pitt qui inspecte la face ténébreuse de la société dorée, Monk explore les bas fonds de Londres. La police fluviale de la Tamise et la société pauvre habitant les souterrains sont des aspects importants du livre : la grande puanteur est une épidémie en 1858 qui a provoquée de nombreuses morts à Londres à cause de la pollution de la Tamise. Un système performant d’égouts est alors décidé mais cela dérange la société des pauvres habitant dans les profondeurs de la ville : pauvres, cheffe tire, c’est-à-dire les pauvres qui défient les rats pour récupérer les objets abandonnés dans les égouts…

 

 

BRISVILLE, Jean-Claude ; Le souper ; Hatier Poche classiques et Cie ; 128 pages; 1989, 2010.

Code : CDI Irène Joliot-Curie : T BR S

 

La pièce de théâtre est suivie d’un dossier sur la pièce, son contexte, etc… Agréable à lire, instructive.

« Juin 1815 : Napoléon est battu à Waterloo. L’armée française est défaite et le pays envahi. Dans la nuit du 6 au 7 juillet, deux anciens ministres de l’Empire, Fouché et Talleyrand, se rencontrent, au cours d’un souper, pour décider du sort de la France.

                A travers une joute oratoire acharnée entre les deux protagonistes, Brisville illustre avec brio l’art subtil de la rhétorique politique. »

 

 

JUBERT Hervé ; Le palais des mirages ; Albin Michel Wiz, Paris ; 2009.

Code CDI Joliot Curie : R JUB

 

Le livre est une étrange croisée entre l’Exposition universelle de Paris en 1900, où les deux protagonistes plongent dans un chassé croisé amoureux, et la mythologie nordique mettant en péril le monde avec l’aide de fanatiques religieux russes et de riches fabricants d’armes.

Composé en trois parties portant chacune le prénom d’un personnage de l’histoire, le livre est riche d’érudition et de rebondissements. La tour Eiffel devient Yggdrasil l’arbre monde, Loki menace de s’échapper de la fiole où Tycho Brahe l’avait enfermé pour ravager le XX siècle, la jeune Clara du haut de ses quinze décide de tout tenter pour sauver le couple de ses parents jusqu’à braver Hel la déesse de la mort et sœur de Loki…

 

« Clara Charpentier joue la fée dans le Palais des Mirages, une illusion optique créée par son père, lorsqu’un accident manque de lui coûter la vie. Accident ou sabotage ? Avec les palais de l’Exposition universelle comme toile de fond, Clara, Lukas, des industriels de la guerre et une bande d’illuminées russes vont être entraînés dans un tourbillon d’évènements dont l’issue décidera de la couleur du XX siècle. Sera-t-il blanc comme la pai ou rouge du sang de la guerre ?

Bienvenue à Paris en 1900. »

 

Le livre dispose d’un plan de l’Exposition universelle pour suivre les errances des héros au cours de la lecture…

 

 

 

Lire la suite

Littérature : Romans historiques disponibles au CDI Antiquité et Moyen Age

16 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

Romans historiques disponibles au CDI Irène et Joliot-Curie  :

 

 

 

Antiquité :

 

* WALTARI, Mika ; L’Etrusque ; Editions du Seuil, série Points, Helsinki 1979, Paris 1984, 514 pages.

CDI Joliot-Curie : R WAL E

 

« Au cinquième siècle avant Jésus-Christ, Turms ignore tout de son enfance. Frappé par la foudre, il a été choisi par les dieux pour une mission qu’il doit découvrir. A travers la Méditerranée, il part à la recherche de son identité, croisant sur son chemin le pirate Dionysios, le médecin Mikon et surtout la ravissante prêtresse Arsinoë dont il s’éprend et dont il fera sa compagne malgré les infidélités de celle-ci.

Après mille péripéties, il découvrira enfin à Tarquinia, ville sacrée des Etrusques, la vérité sur lui-même et pourquoi il a été choisi par les dieux au moment même où la puissance étrusque décline devant celle de Rome. »

 

Le livre est excellent : le style est fluide, l’histoire très bien documentée et abordant des civilisations méconnues : Sicanes et Elymiens en Sicile, Romaine à l’époque de Coriolan, Etrusque… Le voyage jusqu’au 40 ans de Turms permet d’affronter les Perses à Milet lors de la révolte de l’Ionie, de parcourir les mers en pirates contre les Phéniciens jusqu’en Sicile, de découvrir les cultes de leurs populations : Grecs d’Himère, Elymiens de Ségeste et d’Eryx, Rome de Coriolan… Découvrir aussi l’art des tombeaux étrusques, la pythie de Delphes et la sibylle de Cumes…

  

EPOQUE MEDIEVALE

 

 

* DOHERTY, Paul C. ; Le livre du magicien; 10/18, Collection Grands Détectives, 20016, 2008.

Emprunt CDI Joliot-Curie : POL DOH

« Aux premières neiges de 1303, une étrange réunion est organisée dans l’enceinte du château de Corfe, en Angleterre. Théologiens français et anglais, sous l’égide d’un éphémère traité de paix, sont chargés de briser ensemble le code du Secretus Secretorum, un vieux manuscrit rédigé par le frère Roger Bacon et porteur des espoirs les plus fous… Mais avant même qu’ils se mettent à la tâche, plusieurs jeunes femmes sont sauvagement assassinées aux abords de la forteresse. Chargé de veiller au bon déroulement de la réunion, Sir Hugh Corbett, le garde du Sceau privé d’Edouard Ier, décide d’éclaircir cette effrayante affaire… »

 

Le livre est bien mené, avec une bonne connaissance de la période et de plus, de l’imagination dans le déroulement du récit à la fois policier et d’espionnage.

 

   

* MOORE, Viviane ; Vert-de-gris; Librairie des Champs-Élysées, Labyrinthes, Paris, 2001.

Emprunt CDI Joliot-Curie : R MOO V

 

« En cette année 1154 la foire de Provins bat son plein. Epices aux mille parfums, cuirs de Cordoue, étoffes de Sicile, de Byzance ou de Bagdad ornent les étals des marchands. Mais ce qui fait la richesse de la ville ne ferait-il pas également son malheur ?

            Pendaisons, trafic d’esclaves, monnaie noire, massacre dans une maison close… Le chevalier Galeran de Lesneven devra affronter bien des périls, dont le moindre n’est pas la mort « souriante », pour trouver le terrible secret que tous veulent posséder, et qui coûte plus que la vie des hommes qui le convoitent… »

Le livre est bien écrit, de style fluide et accessible à tous. La documentation est bien fournie, avec indications des ouvrages d’histoire utilisés en dernière page. Un lexique et des indications sur les personnages contemporains du XII siècle figurent aussi en annexe, ce qui permet d’identifier les personnages et les mots d’époque employés dans le livre.

 

 

Lire la suite

Littérature : livres sur le Japon, littérature japonaise

27 Mars 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

En ces temps où les pensées et les sentiments nous tournent vers l'archipel japonais, voici quelques indications de livres ayant le Japon pour point commun.

 

Ces livres sont à la Médiathèque de l'agglomération troyenne (MAT) ou au CDI de Romilly sur Seine.

 

 

I. Auteurs japonais :

 

 

* INOUE, Yasushi ; Confucius ; Stock, nouveau cabinet cosmopolite ; 1989, 1993, Paris, 454 pages.

Code Mat : L 895. 6 INOU (salle littérature)

Roman historique du célèbre écrivain mort en 1992. La construction est toujours intrigante : on passe de récits de la vie de Confucius (errances à travers la plaine du milieu entre ses deux séjours à Lu) racontés par son disciple Vieux Gingembre, à des réflexions sur ses épisodes, sur les grands disciples.  L’introduction à l’œuvre du sage est intéressante et intelligente.

Pages 72-73 : « Le caractère « foi » : l’homme ne doit pas mentir. Tout ce qui sort de ses lèvres doit être véridique et sincère. C’est là un contrat qui lie entre eux les hommes et leur permet de continuer à vivre sur cette terre. Un contrat tacite. Il faut que l’homme puisse faire confiance à la parole d’autrui pour que soit instauré un ordre social stable.

            Il convient donc que les paroles soient crédibles, et inspirent confiance. C’est pour cela que le caractère « foi » est formé par la réunion des deux caractères « homme » et le « mot ».

            Le caractère « humanité » est formé par l’adjonction du caractère « deux » à la clé de l ‘homme. Il suffit que deux êtres humains, père et fils, maître et serviteur ou tout simplement deux inconnus en voyage se trouvent face à face, pour que se noue entre eux un pacte réglant leur relation. C’est ce qu’on appelle « humanité » ou en d’autres termes, le « souci  de l’autre », la faculté qu’a un être humain de se mettre en pensée à la place de l’autre. »

 

* INOUE, Yasushi ; Le loup bleu, le roman de Gengis Khan ; P. Picquier ; 1994.

 Code Mat : L 895. 6 INOU (salle littérature)

L’histoire de Gengis Khan depuis sa naissance jusqu’à sa mort, au fil de l’écriture passionnante de Yasushi Inoué. Les errances et les débuts difficiles, les combats pour survivre, s’imposer à sa famille, s’allier aux puissants et rallier son peuple, combattre jusqu’à imposer sa domination sur tous les Mongols, puis sur les populations étrangères : Chinois, peuples des oasis… Sa volonté d’être descendant des dieux créateurs de son peuple : un loup et une biche céleste le pousse à toujours s’affirmer à cause d’un doute sur ses origines (sa mère a été capturée avant d’épouser son père).

 

* INOUE, Yasushi ; Le Maître de thé ; La bibliothèque cosmopolite ; Stock, 1991 ; 1995, 1998 pour la traduction française.

Code Mat : L 895. 6 INOU (salle littérature)

Dernier livre du célèbre écrivain japonais, un très beau film a relaté ce récit. Il conte au Japon du XVI-XVII siècle la quête d’un disciple du célèbre maître de thé Rikyu pour comprendre les causes de son suicide rituel. Il rencontre différents personnages qui lui indique que la voie du thé est non seulement une façon de s’exprimer selon un style simple et sain, mais aussi une façon de se préparer à mourir. 

Yasushi présente son livre comme le manuscrit écrit par le disciple. Il indique les différents ustensiles servant à la cérémonie du thé, ainsi que ses principes, il présente également quelques grands maître de thé.

 

* INOUE, Yasushi ; Le château de Yodo ; Picquier Poche ; Editions Philippe Picquier ; 1960 en japonais, 1998, 395 pages.

Roman historique. Il se situe dans le Japon du XVI siècle. Dans l’époque ou Hideyoshi Toyotomi réunifie le Japon puis Ieyasu Tokugawa, la jeune Tchatcha est une jeune fille noble qui rêve d’amour et voit mourir sa famille. Devenant concubine puis mère des enfants d’Hideyoshi, cette femme s’éloigne de ses amours d’enfants (son cousin Takatsugu puis le noble Ujisato Gamo ), constate l’ascension de ses jeunes hommes, voit ses deux sœurs se marier. Devenu mère d’Hiyedori elle s’efforce de sauver l’héritage de son fils contre les Tokugawa. Mais tout fini dans le suicide rituel des fidèles de son fils lors de leur défaite.

Le livre trace le portrait d’une femme magnifique, les paysages sont en harmonie avec les sentiments de cette châtelaine. Retrace son époque, ses sentiments et le sentiment d’un monde éphémère : dans le bouddhisme, le monde est considéré comme n’ayant pas plus de réalité de la lune sur l’eau. La lune symbolise donc le caractère vain et éphémère de la vie humaine.  

(88 lis : 350 kilomètres environ.)

 

* INOUE, Yasushi ; Le sabre des Takeda ; Editions Philippe Picquier ; 2006.

 Code Mat : L 895. 6 INOU (salle littérature)

Le sabre des Takeda conte l’histoire de Yamamoto Kansuke. Avec son style sobre et efficace, plongeant dans l’histoire japonaise avec érudition pour les faits et recréation de la psychologie des personnages, le romancier Yasushi Inoué plonge son héros, nain, borgne, âgé, boiteux, laid, dans la période des guerres des provinces (sengoku). Yamamoto Kansuke sert le seigneur (daimyô) de la famille Takeda, établi dans la province du Kai. La lutte contre la famille de Suwa, ceux établis dans le Shinano et enfin contre Kenshin Usuegi s’avère passionnante. La beauté des paysages, décrits avec sobriété, la justesse des profils psychologiques même dans leurs bizarreries, des relations entre les personnages faites de dévouement à leur cause et de défiance envers les sentiments de leurs personnes, ce mélange d’amour et de haine en particulier chez la dame Yubu, concubine du seigneur de Takeda, la vision dynastique, etc… contribuent à rendre riche et vivante cette description de l’époque.

            En début de livre, une carte permet de situer les péripéties de la narration de l’histoire au sein de la géographie du centre du Japon.

            « Dans le Japon du XVI siècle, les seigneurs se disputent âprement leurs territoires : de bataille en bataille, c’est toujours un nouvel opposant plus dangereux qui se profile à l’horizon, dans un climat de violence où la force, la ruse et le courage ouvrent seuls les chemins du pouvoir. Dans cette période de chaos se détache une figure tout aussi prodigieuse, Yamamoto Kansuke, décrit comme nain, boiteux, de teint noir et marqué de petite vérole, devenu le stratège génial et secret du seigneur du clan des Takeda. Porteur d’un rêve immense, celui de l’unité du Japon, fidèle à son maître et à sa concubine Yubu, qu’il vénère pour sa beauté et son caractère indomptable, il mourra sans avoir vu se réaliser la vision qui soutient son existence.

            De ce personnage historique célèbre entouré d’un halo de mystère, Inoue a tiré une chronique bruissante de batailles et d’épisodes héroïques, peinture effrénée d’une époque féconde en héros et qui parle puissamment à l’imaginaire, où l’absolue nécessité de vaincre pour survivre transforme un être disgracié en guerrier de légende. »

            Fûrinkazan : telle était la bannière du clan des Takeda. Fû : une armée rapide comme le vent ; Rin : majestueuse comme la forêt ; ka : dévorante comme le feu ; zan : impassible comme la montagne.

 

* AKUTAGAWA, Ryûnosuke ; Rashômon et autres contes ; Gallimard/ Unesco; Connaissance de l’Orient 13 ; 1965, 292 pages.

Code Mat : L 895. 6 AKUT (salle littérature)

Le recueil de nouvelles du célèbre écrivain Akutagawa a été traduit par A. Mori. L’introduction, très détaillée, page 9 à 32, relate la vie, l’œuvre, le contexte littéraire mais aussi les sources d’inspirations, les explications du style, etc… Akutagawa est mort jeune d’un suicide. Il avait peur de devenir fou comme le menaçait son hérédité. Malgré cela il a eu le temps de fortement influencer son époque dans le milieu littéraire. C’est un nouvelliste variant de style au fil de ses œuvres. Impersonnel dans ses œuvres, d’abord situé dans des époques reculées (puis de plus en plus proches de lui) ces nouvelles acquièrent de plus en plus des accents autobiographiques, malgré le prisme littéraire.

Les œuvres sont belles, surprenantes, ciselées. A la fin de l’œuvre des notes permettent de comprendre les détails de la vie japonaise qui ne sont pas familiers. (Heure de chien, coiffures et vêtements….). 

 

* OKAMOTO, Kido ; Fantômes et samouraïs Hanshichi mène l’enquête à Edo ; Philippe Picquier ; 2004, 410 pages.

Code Mat : LP 895. 6 OKAM (salle littérature rouge)

            L’ouvrage est un ensemble de nouvelles policières du XIX siècle japonais se déroulant avant la révolution Meiji. Elles mettent en scène l’enquêteur Hanshichi dans un univers japonais où les crimes sont humains mais les croyances sur les êtres surnaturels nombreuses.

            « Un jeune journaliste très curieux du siècle passé et de ses histoires de fantômes interroge le vieil Hanshichi, qui lui raconte quelques uns de ses exploits de détective dans le Japon du XIX siècle.

            A l’âge de dix-neuf ans, il se distingue pour la première fois dans l’affaire de la Lanterne de pierre, où il peaufine sa méthode de déduction à la manière de Sherlock Holmes. Beaucoup d’autres mystères suivront, tous élucidés avec le brio et la bonhomie qui le caractérisent. Mais Hanshichi ne se contente pas de raconter ces histoires de maison de samouraï hantée, de voleur de kimono, d’incendie, de meurtre, d’esprit vengeur, d’amours clandestines, de moine bouddhiste corrompu. Il y ajoute force détails sur la vie dans le Japon traditionnel, les croyances, les saisons, les façons de s’habiller, et sur une foule de personnages aux petits métiers divers et variés. A la fin de ces quatorze énigmes, le lecteur connaît une bonne parie des coutumes de l’époque et s’est pris d’affection pour cet enquêteur tellement doué et sympathique. »

            OKAMOTO Kido (1872-1939) a écrit plus de cent pièces modernes pour le théâtre kabuki, mais il est surtout connu comme fondateur du roman policier à l’époque d’Edo. Très tôt au contact des Occidentaux (son père était secrétaire de la légation britannique), il lisait dans le texte original les Aventures de Sherlock Holmes qui ont fortement influencé sa création du personnage de Hanshichi, aussi célèbre au Japon que son homologue anglo-saxon.

 

 

* TETSUKO KUROYANAGI ; Totto-Chan la petite fille à la fenêtre, Pocket presse des la Renaissance, Paris, 2008, 288 pages.

Bibliothèque intercommunale de Romilly sur Seine : KURO B TOT    ADO

Le livre est une autobiographie des années d’enfance de l’auteure. La très jeune japonaise Tetsuko, une enfant turbulente renvoyée de sa classe, intègre une nouvelle école dirigée par M. Sôsaku Kobayashi. La pédagogie humaine et à l’écoute des enfants, les rencontres fortes avec les handicapés de l’école, etc… donnent au livre composé de courts chapitres une fraîcheur et une vie réjouissante.

            « Tokyo, début des années 1940, Tetsuko, alias Totto-chan, mène la vie dure à son institutrice qui finit par la renvoyer. Ses parents l’inscrivent alors à Tomoe, petite école éprise de liberté où de vieux wagons font office de salles de classe.

Là-bas, l’expérience de vie est aussi importante que les leçons. Et grâce à un directeur atypique, Totto-chan réapprend à respecter les autres et à s’estimer elle-même. Elle prend goût à l’étude, assume ses échecs et gagne en autonomie, écrit des haïkus et rêve de danser. Elle comprend aussi ce que sont le racisme et l’intolérance, et découvre la guerre. »

 

 

II. Livres sur le Japon imaginaire

 

 

* HEARN, Lian ; Le clan des Otori I, le silence du Rossignol ; Folio; 1986, 2002, 372 pages.

Code CDI Lycée Romilly : R HEA C

            Le livre est rédigé avec force et fluidité et raconte dans un Japon médiéval imaginaire l’aventure de Takeo Otori, un jeune « chrétien » (adorateur des « Invisibles » dans ce Japon parallèle dont le village est massacré par IIda (Odu Nabunaga dans le Japon réel me semble-t-il). Il est adopté par Otori Shigeru l’ennemi de IIda. Takeo développe des dons d’assassins car son père appartenait à un groupe disposant de pouvoirs surhumains : la Tribu.

            Dans le même temps, la jeune Kaede tente de survivre comme otage dans ce monde d’hommes violents.

            Pour tuer Iida, il faut réussir à ne pas alerter sa garde personnelle, prête à surgir sur le parquet chantant aménagé pour lui dans son palais : le parquet du Rossignol.

            « Au XIV siècle, dans un Japon médiéval mythique, le jeune Takeo grandit au sein d’une communauté paisible qui condamne la violence, mais elle est massacrée par les hommes d’Iida, chef du clan des Tohan. Takeo, sauvé par sire Shigeru, du Clan des Otori, se trouve plongé au cœur des luttes sanglantes entre les seigneurs de la guerre. Il doit suivre son destin. Mais qui est-il ? Paysan, seigneur ou assassin ? D’où tient-il ses dons prodigieux ? Lorsqu’il rencontre la belle Kaede, un amour fou naît entre les deux jeunes gens : devra-t-il choisir entre cet amour, sa dévotion à sire Shigeru et son désir de vengeance ? Sa quête le mènera jusqu’à la forteresse d’Inuyama, lorsqu’il marchera sur le « parquet du Rossignol ». Cette nuit là, le rossignol chantera-t-il ? »

 

* HEARN, Lian ; Le clan des Otori II, les Neiges de l’exil; Folio; 2003, 2009, 385 pages.

Code CDI Lycée Romilly : R HEA

            Avec les qualités de la série, le 2e volet du clan des Otori met en scène Takeo et Kaede dans leurs tentatives pour s’affranchir du poids du destin et tenter de survivre dans un Japon féodal mythique.

            « Takeo, désormais héritier du puissant Clan des Otori, s’est engagé à rejoindre les rangs criminels de la Tribu, reniant ainsi son éducation pacifique, abandonnant ce qui lui revient de droit, territoire, fortune et pouvoir, renonçant aussi à son amour pour Kaede. Mais la Tribu peut-elle éloigner Takeo de son destin ? Le chemin qu’il choisit le conduira au paroxysme du danger, de l’épreuve et du sacrifice, au cœur des montagnes glacées du Pays du Milieu.

Kaede, pion utile dans le jeu des seigneurs de la guerre, devra quant à elle mettre en œuvre toute son intelligence, sa beauté et sa ténacité pour s’imposer dans le monde des hommes tout-puissants et garder son précieux secret.

Alors que tombent les premières neiges, Takeo et Kaede poursuivent leur quête au cœur d’un Japon féodal cruel et magnifique. Leur amour survivra-t-il à la guerre et la haine, aux alliances promises ou rompues ?

Une histoire inoubliable où palpite la passion, où sourd la violence, où la beauté saisit toute chose. »

 

* HEARN, Lian ; Le clan des Otori III, La clarté de la lune; Folio; 2004, 2008, 434 pages.

Code CDI Lycée Romilly : R HEA

            Le 3e volet du Clan des Otori complète les aventures de jeunesse de Takeo et Kaede.

« Tu conquerras la paix en cinq batailles : quatre victoires et une défaite. » Takeo parviendra-t-il à apporter la paix sur les Trois Pays comme l’annonce la prophétie ? Après leur union secrète au temple de Terayama, Takeo et Kaede sont plus résolus que jamais à prendre possession de leur héritage et à venger sire Shigeru. Tandis que le jeune homme tente de rallier à sa cause le pirate Fumio Terada, Kaede est victime d’un chantage diabolique… Lorsque enfin la lune se lève sur la dernière et terrible bataille, l’issue est plus que jamais incertaine… »

 

* HEARN, Lian ; Le clan des Otori IV, Le Vol du héron; Folio; 2008, 2009, 744 pages.

Code CDI Lycée Romilly : R HEA

            Le 4e volet de la série du Clan des Otori montre les héros vieillis après de nombreuses années de paix. Le livre est bien écrit, se lit facilement, mais n’apporte pas le même plaisir ni le même intérêt que pour les livres précédents. L’action est lente à se mettre en place et la fin laisse un goût d’inachevé : un cycle se termine mais les nombreuses pages précédentes présentant de nouveaux personnages les laissent finalement (Hisao, les jumelles) sans les avoir exploités dans l’action dans toute leur envergure. Un arrière-goût de lenteur et d’inachevé donc, même si la narration est toujours très bien conduite et si le livre présente toujours de l’intérêt et des pistes intéressantes.

            « Seize ans ont passé… Takeo et Kaede font régner sur les Trois Pays la paix et la prospérité. Leur fille aînée, la belle Shigeko, promet d’être une héritière digne d’eux. Mais cette harmonie est en danger. Certains membres de la Tribu n’ont pas renoncé à leur vengeance, des guerriers forts de l’appui de l’empereur convoitent le pouvoir, les étrangers arrivent avec leur religion et leurs armes à feu, et le fils caché de Takeo, que la prophétie désigne comme artisan de sa mort, a grandi. Les ressorts de la tragédie sont en place… »

 

* HEARN, Lian ; Le clan des Otori V, Le Fil du destin ; Folio; 2007, 2008, 689 pages.

Code CDI Lycée Romilly : R HEA

 

            Le 5e volet de la saga présente la jeunesse de Shigeru et son amour pour Naomi, la défaite contre Iida Sadamu. Il finit là où commence le 1er livre de la saga…

            « Voici l’enfance des Otori. L’Histoire commence lorsque le jeune Shigeru s’apprête à devenir l’héritier du clan. Formé à l’art de la guerre et de la dissimulation, le jeune sire doit faire face aux appétits de conquêtes de l’ambitieux Iida, et aux traîtrises de ses propres oncles. A la bataille de Yaegahara, son destin semble scellé : son père meurt et ses oncles prennent le pouvoir. Mais, préparant dans le secret sa revanche, Shigeru attend son heure… »

 

* NOIREZ, Jérôme ; Fleurs de dragon ; J’ai Lu; 2008, 254 pages.

Code CDI Lycée Romilly : FA NOI

            Le roman policier situé dans le Japon médiéval se dévore à une vitesse surprenante tant le style est fluide et l’histoire prenante. Plongé dans une atmosphère à la limite du fantastique et du policier, avec des personnages divers et attachants, le lecteur passe un moment agréable grâce à l’humour et à l’érudition du romancier.

 

            Le roman comporte des annexes illustrées (carte du Japon en introduction, explication du cadre chronologique, du système des heures japonaises, sur les armes japonaises et enfin sur les kamis.

 

« 1489. Une vague de crimes ensanglante le Japon, fauchant un à un les samouraïs errants qui s’aventurent sur les routes du pays. L’enquêteur Ryôsaku, secondé dans sa tâche par trois jeunes trublions plus motivés par les plaisirs de Kyôto que par l’initiation aux mystères de l’investigation, est missionné par ses supérieurs pour traquer et démasquer le tueur. Les indices trouvés sur les lieux des combats ont cependant de quoi dérouter même le plus brillant des agents du shôgun : l’auteur des massacres est-il seulement humain ? »

           

 

* NOIREZ, Jérôme ; Le shôgun de l’ombre ; J’ai Lu; 2009, 254 pages.

Code CDI Lycée Romilly : FA NOI

 

Suite de Fleurs de dragon, le roman est plaisant à lire, riche de ses personnages amusants ou héroïques, forts de leurs tragédies intimes et de la façon dont ils s’efforcent de les résoudre. Le livre se lit très vite du fait de la plume agréable de Jérôme Noirez, de la richesse de sa documentation.

 

En effet le livre comporte des annexes intéressantes sur le Kyoto de cette époque : repères chronologiques, le théâtre nô ou l’art de l’élégance tranquille, les raffinements de l’écriture japonaise, le kemari (un football japonais).

 

« Retour à Kyoto, où l’enquêteur Ryôsaku parfait l’éducation des trois jeunes assistants qui lui ont été assignés. Ces derniers n’ont pas grand-chose à voir avec les trublions qu’ils furent jadis : si Kaoru n’a rien perdu de son humour mordant, Keiji ne rêve que d’en découdre avec [l’assassin de son père], tandis que Sozô nourrit de bien dangereuses amours. L’heure n’est pourtant pas au badinage, car celui qui se fait appeler le Shôgun de l’Ombre court toujours et sème dans son sillage de sibyllins messages écrits dans le sang de ses victimes. Tout porte à croire que la réponse à cette énigme se trouve dans les vers manquant d’un haïku inachevé… »

 

 

* GIGI, Robert ; Ugaki, le serment du samouraï ; Dargaud; 1984.

Code Mat : BD UGAK  (salle Bande dessinée)

La bande dessinée est précédée de 5 pages de documentation sur la révolte des chrétiens en 1638 à Shimabara. De nombreux dessins présentent les objets chrétiens, les costumes des révoltés… La dernière page de l’album est le dessin légendé des armes et armure du samouraï. Bonne source de documentation iconographique, ainsi que sur la révolte de Shimabara, peu évoquée ailleurs.

 

* GOLDEN, Arthur ; Geisha, France Loisirs, Paris, 1997, 1999, 519 pages.

Le roman raconte la vie d’une geisha au XX siècle. La biographie imaginaire débute avec son enfance dans le village de pécheur dans le village de Yoroido. Puis elle se poursuit avec son éducation dans le quartier de Gion à Kyoto. Les rivalités avec les geishas expérimentées, la dureté de l’apprentissage (danse, musique avec le Shinsen…) sont racontées. Le roman foisonne de détails de la vie quotidienne, mais il est vu à travers les yeux d’une geisha. Regard drôle et vivant. Le difficultés de la vie sous la seconde guerre mondiale, la vente de la virginité (mizuage), la coiffure et le maquillage, etc.. sont autant de récits vivants et intéressants.

 

* NOTHOMB, Amélie ; Stupeur et tremblements, Albin Michel, Paris, 1997, 1999, 175 pages.

Le roman de la femme écrivain belge raconte son aventure dans une entreprise japonaise, le rôle de la hiérarchie, des relations humaines complexes à travers le filtre de la culture japonaise, etc…

La société japonaise est vu et analysée dans ce livre agréable, amusant et décapant.

 

Lire la suite

Un livre à lire pour les TL et les 1ère L : Une femme à Berlin

12 Octobre 2009 Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI


 

               Une femme à Berlin,  le livre est un témoignage bouleversant du quotidien douloureux d’une femme vivant à Berlin lors de la prise de la ville par les Soviétiques. L’écriture, simple, précise, « froide », dévoile la cruauté des moments vécus : la faim, les viols, la vie dans les caves… 

                Attention aux sensiblités les plus douces, le récit est poignant et cruel. 


                Le livre a, en plus de ses qualités littéraire et de témoignage, la particularité de correspondre à votre programme d'histoire : la Deuxième guerre mondiale pour les 1ères L, et le Bilan de la 2e Guerre mondiale pour les Terminales L 


Voici ce que vous trouverez en quatrième de couverture :
               
« La jeune Berlinoise qui a rédigé ce journal, du 20 avril 1945 – les Soviétiques sont aux portes – jusqu’au 22 juin, a voulu rester anonyme, lors de la première publication du livre en 1954, et après. A la lecture de son témoignage, on comprend pourquoi.

                Sur un ton d’objectivité presque froide, ou alors sarcastique, toujours précis, parfois poignant, parfois comique, c’est la vie quotidienne dans un immeuble quasi en ruine, habité par des femmes de tout âge, des hommes qui se cachent : vie misérable, dans la peur, le froid, la saleté et la faim, scandée par les bombardements d’abord, sous une occupation brutale ensuite. S’ajoutent alors les viols, la honte, la banalisation de l’effroi.

                C’est la véracité sans fard et sans phrases qui fait la valeur de ce récit terrible, c’est aussi la lucidité du regard porté sur un Berlin tétanisé par la défaite. Et la plume de l’auteur anonyme rend admirablement ce mélange de dignité, de cynisme et d’humour qui lui a permis, sans doute, de survivre. »


  Les références de ce livre sont les suivantes : ANONYME ; Une femme à Berlin Journal 20 avril – 22 juin 1945, Folio Gallimard, 1954, décembre 2007, 394 pages.

Lire la suite

Antiquité, source : La guerre de Jugurtha de SALLUSTE

26 Février 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

* SALLUSTE ;  La conjuration de Catilina, la guerre de Jugurtha, fragments des Histoires Les Belles Lettres, Paris, 1941, 1996, 303 pages.

 

Code MAT : L 870 SALL

 

 

Source : Le livre de la collection Budé présente le texte bilingue des ouvrages de Salluste. Précédées par une notice empreinte d’érudition, les deux œuvres complètes (Conjuration de Catilina, La guerre de Jugurtha) sont suivies par des discours écrit par Salluste ( ?) et qui sont des extraits de son œuvre perdue.

 

            Le style de Salluste est celui d’un orateur, maîtrisant l’écriture avec le sens de l’image et des formules saisissantes. Ayant résidé lors de son cursus honorum en Afrique, il a connu les lieux et rencontré des hommes utiles pour composer la guerre de Jugurtha. La guerre en Afrique est bien exposée, documentée, nous montrant le rôle de la diplomatie et de la corruption envers les sénateurs, les tensions entre plèbe et sénateurs, l’ascension de Marius et de Sylla.

 

 

Lire la suite

Antiquité, Rome : Les peuples italiques et les origines de Rome de Raimondo ZUCCA

21 Février 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

* ZUCCA Raimondo ;  Les peuples italiques et les origines de Rome, Edisud, série histoire, encyclopédie de la Méditerranée n°36, Aix-en-Provence, 2004, 169 pages.

 

Code Mat : 937 ZUCC

 

           

 

                Le livre présente les origines de Rome dans la diversité de son agrégat de peuples, en considérant plusieurs données : connaissances mythologiques, archéologiques ; en montrant l’évolution dans le temps de ces implantations (depuis les sites antérieurs à l’époque de Romulus jusqu’à la fin de la dynastie étrusque des Tarquins).

 

            Le livre comporte plusieurs documents : des cartes à différentes échelles pour situer l’implantation des différents peuples (Latins en particulier) dans le Latium, mais aussi des plans du site de Rome à différents moments, ainsi que des reconstitutions archéologiques : Héroon d’Enée, cabane romulienne, temple de l’époque des Tarquins… Figurent aussi des inscriptions et des vases, ainsi que d’autres trouvailles archéologiques.

 

            La bibliographie est courte, principalement en italien. Les informations sont très précises. Le tout est dense à lire.

 

            « L’histoire de Rome se perd dans la nuit des temps ; ses origines entre mythes, légendes, Histoire et découvertes archéologiques fascinent aujourd’hui encore ceux qui se penchent sur elle. R. Zucca fait dans ce livre le point des connaissances acquises et des hypothèses non résolues, du débarquement d’Enée au Latium à la dynastie étrusque des Tarquins. Il nous donne en outre un aperçu des méthodes de travail de chercheurs, constamment contraints à des recoupements entre les résultats obtenus dans les diverses disciplines, dans une approche critique indispensable à des études sérieuses. »

Lire la suite

Antiquité, Rome : Petit Atlas historique de l'Antiquité romaine, d'Odile Wattel

20 Février 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

*WATTEL, Odile ; petit Atlas historique de l’Antiquité romaine, Armand Collin, Collection U histoire, Paris, 1998-2000.

 

            Le livre se décompose en 40 fiches synthétiques et illustrées de l’histoire romaine. Elles suivent un ordre chronologique. Première partie : Les origines de Rome, la République romaine ; Deuxième partie : le Haut Empire ; Troisième partie : L’Empire tardif.

 

            Les fiches sont claires, complètes, avec des renvois aux documents d’accompagnements. Tous les domaines : politiques, économique, culturel, social, urbanistique et architectural sont abordés.

 

            Ouvrage intéressant, clair, synthétique.

Lire la suite

Antiquité, Grèce : L'économie antique de Jean-Philippe LEVY

19 Février 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

* LEVY, Jean-Philippe ; L’économie antique ;  Presses Universitaires de France, Q.S.J. n° 1155, Paris, 1969.

 

            L’ouvrage bien qu’ancien, est très bien mené, clair, et relativement peu démodé grâce à ses descriptions de l’économie antique. Les dernières recherches s’appuient sur les trouvailles de trésors pendant les périodes troublées, l’archéologie sous-marine et les bateaux retrouvés avec leurs cargaisons, les papyrii égyptiens retrouvés dans les sables du désert. En tenant compte de ces limites dans les sources ainsi que dans les approches thématiques renouvelées, le livre est bon.

 

            Le livre aborde toute la Méditerranée et l’espace romain, dans les périodes depuis la protohistoire jusqu’à la fin de l’Empire romain. Les flux économiques terrestres et maritimes, les problèmes de structures, démographiques… sont évoqués. Le livret ne comporte malheureusement pas de documents.

 

            I. Le monde gréco-oriental avant Alexandre. Conditions générales et régime primitif de l’économie antique. Deux grandes puissances économiques : Egypte et Mésopotamie. L’expansion maritime et coloniale des Phéniciens et des Grecs. L’apparition de la monnaie. L’économie de la Grèce classique.

 

            II. L’époque hellénistique. Le monde hellénistique et carthaginois. Les conditions générales de l’économie hellénistique. Le déclin de la Grèce. L’étatisme égyptien. L’isolement carthaginois. La pénétration des Romains dans l’économie hellénistique. Les antécédents économiques de l’Italie jusqu’au III siècle. L’intégration de Rome dans la vie économique hellénistique. L’exploitation de ma conquête. Les répercussions en Italie.

 

            III. Le Haut-Empire. L’apogée économique. Les déséquilibres. Les transformations internes.

 

            IV. Les Bas-Empire. La crise économique. L’économie dirigée.

 

 

Lire la suite

Antiquité, Grèce : Guerre et guerriers dans la Grèce antique de Pierre DUCREY

18 Février 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

* DUCREY, Pierre ; Guerre et guerriers dans la Grèce antique, Hachette, collection Pluriel, 1985, 1999.

 

 

Ouvrage qui traite les différents aspects de la guerre pour une  période allant des Minoens jusqu’à la période hellénistique. Les illustrations ont peu d’intérêts. L’ouvrage est clair, agréable à lire, bien documenté. Les aspects techniques, culturels et religieux, économiques de la guerre sont bien vus. Les événements politiques et militaires ne sont pas vus. L’ouvrage est  thématique et non chronologique, même si les périodes étudiées sont bien différenciées.

 

 

Lire la suite

Antiquité, source : Le Banquet de XENOPHON

17 Février 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Bibliographie : livres et parcours du CDI

 

* XENOPHON ;  Le Banquet, Les Belles Lettres, Paris, 1993, 1961, 118 pages.

 

            Le Banquet de Xénophon présente un autre visage de Socrate que celui plus logicien donné par Platon, ou celui de sophiste par Aristophane dans les Nuées. Dans l’Antiquité, le livre était aussi célèbre nous dit l’auteur de la préface que le Banquet de Platon. Chaque Socrate semble être un aspect capté par les auteurs en fonction de sa sensibilité. Le pouvoir de fascination du personnage grandit avec son mystère…

 

             Dans ce Banquet, Socrate est invité avec ses disciples par le riche Callias. Personnage discutable dont on a pu par la suite reprocher la compagnie à Socrate. Socrate accepte ce dîner et en devient l’animateur, profitant de chaque occasion pour améliorer la réflexion des uns et des autres, mais aussi pour que le plaisir soit présent dans ce Banquet. Les personnages, aux caractères très différents, sont autant d’occasions pour peindre des caractères et leurs travers, leurs capacités à évoluer aussi sous l’effet de la parole de Socrate.

 

            Le fond philosophique (l’exposé par l’exemple de ce qu’est la « kalaxaganthia ») est moins riche que pour le Banquet de Platon, peut-être dépeint-il plus réellement le Socrate antique ? Autre intérêt : le style enlevé, la vision du déroulement de ce moment très important dans les relations antiques : le banquet. Roi du banquet, discussions, troupe du Syracusain avec des esclaves se livrant à des jeux puis à des mimes…

Lire la suite
1 2 3 4 > >>