Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 2e Histoire : Les hommes de la Renaissance 2

1 Février 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

II. Quelle place occupe l’artiste dans la société de la Renaissance ? L’exemple de Léonard de Vinci.

 

A. Quels sont les rôles de l’artiste au service du mécène ?

 

 

Texte 2 page 190 : un homme au service des princes

OU FICHE Lettre de Léonard de Vinci au duc de Milan Ludovic Sforza

 

Présenter le document (NADA).

Le texte est une lettre de l’artiste Léonard de Vinci adressé au duc de Milan Ludovic Sforza.

Elle est écrite en 1482 (époque où le jeune Léonard de Vinci quitte Florence après avoir été formé dans l’atelier de Verrocchio).

Dans cette lettre Léonard de Vinci présente l’étendue de ses savoir-faire comme ingénieur, architecte et artiste.

 

Quel est le but de Léonard de Vinci avec cette lettre ?

Léonard de Vinci tente d’obtenir un emploi à la cour du duc. Il souhaite que Ludovic Sforza devienne son mécène.

 

Relevez des expressions qui montrent que le ton est flatteur.

Plusieurs expressions montrent que Léonard de Vinci est flatteur pour son futur mécène :

* « Votre Excellence, à qui je me recommande en toute humilité ». Le contraste entre excellence et humilité montre la position sociale inférieure de Léonard de Vinci.

* « gloire immortelle […] de l’illustre maison des Sforza ». Léonard de Vinci parle du prestige de la famille des Sforza gouvernant le duché de Milan. Mais, ce prestige est en réalité bas, car Ludovic Sforza est le fils d’un mercenaire ayant pris le pouvoir à Milan.

            Pour augmenter son prestige auprès des autres familles nobles gouvernant l’Italie Ludovic Sforza veut construire un cheval de bronze d’une taille immense, et à pour cela besoin d’artiste comme Léonard de Vinci.

 

_ Léonard de Vinci (1452-1519), après une formation dans l’atelier du peintre Verrochio, doit trouver un mécène. L’artiste vit à la cour des princes de la Renaissance. Ces derniers donnent des commandes et des richesses à Léonard de Vinci tout au long de sa vie et de ses voyages.

  Mécénat (p. 186) : protection accordée par un puissant à des artistes à des artistes ou des lettrés qui doivent en retour honorer leur bienfaiteur.

 

 

Carte voyages et séjours de Léonard de Vinci

 

+ Frise en dessous de la carte les lieux de vie de Léonard de Vinci

Quels sont les principaux trois mécènes de Léonard de Vinci durant sa carrière d’artiste ?

En plus de Ludivic Sforza (dit le More à cause de sa peau sombre) de 1482 à 1499 à Milan, Léonard de Vinci est aussi employé par le frère du pape Léon X (1513-1516) à Rome, et par le roi de France François Ier de 1516 à sa mort en 1519.

 

_ Léonard de Vinci sert plusieurs maîtres pour assurer sa liberté de création et son ascension sociale : A Milan le duc Ludovic Sforza de 1482 à 1499, à Rome le frère du pape Léon X de 1513 à 1516, en France à la cour du roi François Ier de 1516 à 1519.

 

 

Photographie 3 page 191 : Le château du Clos-Lucé offert par le roi François Ier

En quoi le don de ce château par le roi de France montre-t-il une transformation de la place sociale de l’artiste ?

_ Le statut des artistes se sépare des artisans et s’affirme progressivement : en effet le roi François Ier offre à l’artiste âgé le château de Clos-Lucé et une pension (1000 écus) en lui disant : « « Ici Léonard, tu seras libre de rêver, de penser et de travailler ».

 

 

 

Texte 2 page 190 : un homme au service des princes

Lesquels de ses talents Léonard de Vinci expose-t-il en premier ? Pour quelle raison ?

_ Léonard de Vinci évoque en premier ses talents d’ingénieur militaire :

* capable de prendre des villes « pour le siège d’une place » l. 1.

* Il insiste à nombreuses reprises sur sa capacité à construire des machines de guerre : « machines parfaitement adaptées à l’attaque et à la défense » (l. 5-6). Il se dit capable de construire des machines sur terre comme les chars « chars couverts […] qui entreront dans des lignes ennemies avec leur artillerie » (l. 8-9) et sur mer « vaisseaux qui résisteront au tir des plus gros canons » (l. 6-7)

* Il se dit spécialiste en artillerie et même en engins de guerre comme les catapultes ou (l. 13) les « mangonneaux » (type de catapulte capable d’envoyer des boulets de 100 kg)

_ Le duc de Milan envisage d’attaquer le marquisat de Montferrat, aussi Léonard de Vinci propose ses services.

 

 

 

MACHINES DE GUERRE ENVISAGEES PAR LEONARD DE VINCI

 

  Projet de catapulte par Léonard de Vinci

 

catapulte Léonard de Vinci

 

 

 

 Armes à feu

Machines-de-guerre-de-Leonard-de-Vinci.jpg

 

 

 

 

Quelles sont les autres compétences de Léonard de Vinci ?

Léonard de Vinci se présente aussi comme un architecte « architecture » l. 17, un sculpteur « sculpture, marbre, bronze ou terre » (l. 18-19), mais aussi un peintre (l. 19).

 

Léonard de Vinci accorde-t-il une place importante à son métier de peintre dans sa lettre ?

_ Léonard de Vinci ne cite qu’à la fin de la lettre son activité de peintre. Il n’avait d’abord rien écrit sur ses talents de peintre mais ses disciples ont insisté pour qu’il rajoute cela.

_Léonard de Vinci souhaite apparaître comme un « homme universel» aussi à l’aise dans les oeuvres de guerre que de paix Tout en affirmant orgueilleusement sa personnalité et son savoir scientifique, il cherche tout simplement à se faire engager.

 

_ Léonard de Vinci, comme d’autres artistes de la Renaissance, montre une grande polyvalence. Il se dégage de la figure de l’artisan en s’affirmant par la diversité de ses capacités et par sa recherche de la beauté sur des bases savantes et scientifiques.

 

 

 

            B. Histoire des arts : Comment la peinture s’est-elle renouvelée à l’époque de Léonard de Vinci ?

 

FICHE : Comparaison de la Vierge et l’enfant de Cimabue et de La Vierge à l’enfant avec Sainte Anne de Léonard de Vinci.

 

cimabue-maesta-a

 

 

 

  Sainte Anne Léonard de Vinci

 

 

 

Étude de deux œuvres

 

 

1. Quels sont les personnages peints sur le tableau de Vinci ? Et sur celui de Cimabue ? Comment sont ils représentés ? Appartiennent-ils au monde humain ou divin ?

 

2. Quelles sont les couleurs dominantes des deux tableaux ? Y a-t-il une profondeur ? Quel est l’effet produit sur le spectateur ?

 

3. Comparez les proportions, la position du corps, l’attitude, l’expression des visages, les jeux de regards, la gestuelle des personnages de Vinci et de Cimabue.

Que remarquez-vous ?

 

Gestuelle : ensemble des gestes et attitudes d’une ou de plusieurs personnes. La gestuelle permet de comprendre une action, un sentiment, etc.

Contrapposto : technique qui consiste à orienter différemment le bas et le haut du corps pour donner une illusion de tridimensionnalité.

 

 

Tableau de Cimabue : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-vierge-et-lenfant-en-majeste-entoures-de-six-anges

 

Tableau de Léonard de Vinci : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-vierge-lenfant-avec-sainte-anne

 

 

1. Quels sont les personnages peints sur le tableau de Vinci ? Et sur celui de Cimabue ? Comment sont ils représentés ? Appartiennent-ils au monde humain ou divin ?

_ Le peintre italien Cimabue peint la Vierge Marie et son fils l’enfant Jésus. Ils sont entourés de six anges ailés. Léonard de Vinci peint la famille du Christ avec Jésus tenant un agneau, sa mère la Vierge Marie et sa grand-mère, sainte Anne.

_ Les personnages de Cimabue sont représentés en majesté, c’est-à-dire que la Vierge Marie est assise sur un trône comme reine des anges. Les corps sont droits et leurs visages montrent de la gravité et de l’émotion. L’impression de verticalité est forte. Dans le tableau de Léonard de Vinci la famille du Christ est une famille aperçue dans son quotidien : un enfant joue sous la surveillance de sa mère et de sa grand-mère.

_ Les personnages de Cimabue appartiennent au monde divin : présence d’anges ailés, de nimbes derrière les têtes des personnages. Ceux de Léonard de Vinci relèvent du monde humain : ils sont dans la nature et ne portent aucun signe religieux distinctif sur eux.

_ Le peintre médiéval représentait le corps humain comme un support symbolique, signe de sainteté ou de mal et sans réalisme.

Avec la diffusion des idées humanistes, la Renaissance voit en l’homme un individu dont le corps est représenté avec réalisme.

_ Parmi les découvertes scientifiques, la pratique de la dissection, longtemps interdite par l’Église, permet de faire progresser la connaissance de l’anatomie et de la peinture. Léonard de Vinci n’hésite pas à pratiquer des dissections pour mieux connaître du corps humain à peindre.

 

 

2. Quelles sont les couleurs dominantes des deux tableaux ? Y a-t-il une profondeur ? Quel est l’effet produit sur le spectateur ?

_ Les couleurs dominantes pour le tableau de Cimabue sont l’or brillant à l’arrière fond et le bleu du manteau de la Vierge. Le tableau de Léonard de Vinci a deux grandes zones chromatiques : un premier plan où les trois couleurs dominantes sont le brun de la nature, le rouge et le bleu du manteau de la Vierge. La seconde zone est l’arrière plan où dominent le bleu et le blanc.

_ Le tableau de Cimabue n’a pas de profondeur : l’impression d’une perspective est à peine amorcée avec le trône de la Vierge. Au contraire, le tableau de Léonard de Vinci donne une impression d’espace avec le précipice séparant la sainte famille et les spectateurs, et derrière eux un vaste paysage arboré puis de montagnes.

_ Les effets produits sur le spectateur sont différents selon les tableaux : impression de gravité et de puissance, de majesté pour le tableau de Cimabue. Les personnages sont perçus comme divins. Pour le tableau de Léonard de Vinci la sensation est de voir une famille unie par les liens de la tendresse. Mais, la présence du précipice et le symbole de l’agneau qui est l’image du Christ devant mourir montre la destinée tragique du Christ.

 

_ L’artiste médiéval ne reproduit pas la nature telle que son œil la voit : les dimensions des décors ou des personnages ne sont pas proportionnelles à leur éloignement, mais à leur importance religieuse ou sociale.

_ L’invention de la perspective géométrique à la Renaissance bouleverse la peinture en créant l’illusion d’un espace en profondeur. Léonard de Vinci invente la perspective aérienne qui donne l’illusion de la profondeur grâce à une palette de plus en plus bleue et froide au fur et à mesure que les objets s’éloignent.

_ La Renaissance apporte aussi une nouvelle façon de composer les oeuvres avec plusieurs plans : un pour les personnage et un autre pour le décor. Le décor est soit minéral soit une architecture antique.

 

 

3. Comparez les proportions, la position du corps, l’attitude, l’expression des visages, les jeux de regards, la gestuelle des personnages de Vinci et de Cimabue.

Que remarquez-vous ?

_ La tableau de Cimabue montre des personnages de taille différentes : la reine des anges, Marie, étant plus grande que les anges et son enfant. Les personnages sont droits, dignes, le visage empli de gravité. Les personnages nous regardent. Dans le tableau de Léonard de Vinci les personnages ont des tailles différentes selon leurs âges. Sainte Anne est immense mais Léonard de Vinci à masquer cela en mettant la Vierge assise sur ses genoux et en lui donnant une attitude contrapposto (technique qui consiste à orienter différemment le bas et le haut du corps pour donner une illusion de tridimensionnalité). La Vierge est comme une enfant sur les genoux de sainte Anne et penchée vers le Christ. L’affection unissant les trois personnages est visible dans les jeux de regard et dans la position des corps : sainte Anne et la Vierge regardent l’enfant, ce dernier leur montre l’agneau et son futur !

 

_ La Renaissance apporte une nouvelle façon de représenter les personnages :

* ils sont plus réalistes, plus humains, même les personnages sacrés. Cela est lié à la  vision optimiste de l’homme qu’ont les humanistes (et aussi à l’influence des sculptures antiques par exemple avec Michel Ange) : Marie ressemble à une femme, une mère ; Jésus est soit un bébé soit un christ souffrant.

* Les visages ont des expressions : la Joconde montre le sourire de Mona Lisa. Les corps ont du volume, des vêtements légers qui laissent paraître le corps (Boticelli). Léonard de Vinci crée le sfumato : cela désigne un effet vaporeux, l’atténuation des contours, qui donne de la profondeur et permet de lier le personnage au décor.

 

 

 

 

SI VIDEO DISPONIBLE :

 

Etude du tableau de Léonard de Vinci La Vierge à l’enfant avec Sainte Anne (4 min 22) :

http://www.youtube.com/watch?v=gwB4jEEaFpc

 

En quoi consiste le travail de l’artiste au temps de Léonard de Vinci ?

Léonard de Vinci prépare son travail avec une grande attention : dessins préparatoires (les cartons), recherches sur les costumes, les visages, la disposition des corps et des regards les uns par rapport aux autres. Cependant, malgré 20 ans passés à travailler et retoucher son tableau, certaines parties ne sont pas finies : une autre façon de peindre, avec dans l’espace éloigné un côté inachevé est peut-être née. La Renaissance est une époque de profonde transformation de la peinture…

 

 

 

DIAPORAMA : Comment la peinture s’est-elle renouvelée à l’époque de Léonard de Vinci ?

 

Question 1 (Cimabue) : Au premier plan, la Vierge a-t-elle une attitude de personnage sacré ou une attitude proche de celle d’un être humain ?

La Vierge est représentée comme un personnage sacré, divin, assis sur son trône, le visage manque d’expression.

C’est un personnage  céleste, auréolé et entourée d’anges.

Cette représentation doit inspirer le respect et la dévotion des croyants.

 

Question 2 : Qui sont les personnages représentés au premier plan du tableau ?

Au premier plan sont représentés Sainte-Anne, la Vierge et l’Enfant.

 

 

Question 3 : Quel est  le thème du tableau ?

C’est un thème religieux  qui s’inspire des Evangiles.

 

 

Question 4 : Décrivez le corps de la Vierge ; De quelle période de l’histoire s’inspire le peintre pour le représenter ?

La représentation des corps  et du drapé des vêtements est réaliste. Léonard de Vinci s’inspire des artistes et auteurs de  l’Antiquité pour les représenter.

 

_ Le peintre médiéval représentait le corps humain comme un support symbolique, signe de sainteté ou de mal et sans réalisme.

Avec la diffusion des idées humanistes, la Renaissance voit en l’homme un individu dont le corps est représenté avec réalisme.

_ Parmi les découvertes scientifiques, la pratique de la dissection, longtemps interdite par l’Église, permet de faire progresser la connaissance de l’anatomie et de la peinture. Léonard de Vinci n’hésite pas à pratiquer des dissections pour mieux connaître du corps humain à peindre.

 

 

 

Question 5 : Montrez que la représentation des gestes et des émotions de la Vierge est proche de celle des êtres humains ?

Léonard de Vinci représente La vierge avec des gestes et des émotions humaines.

Son  visage est souriant et  regarde avec tendresse son enfant.

Le corps de la Vierge est en mouvement. Son bras, ses mains cherchent à protéger l’enfant.

 

La Renaissance apporte une nouvelle façon de représenter les personnages :

* ils sont plus réalistes, plus humains, même les personnages sacrés. Cela est lié à la  vision optimiste de l’homme qu’ont les humanistes (et aussi à l’influence des sculptures antiques par exemple avec Michel Ange) : Marie ressemble à une femme, une mère ; Jésus est soit un bébé soit un christ souffrant.

* Les visages ont des expressions : la Joconde montre le sourire de Mona Lisa. Les corps ont du volume, des vêtements légers qui laissent paraître le corps.

 

 

Question 6 (Cimabue) : Quelles ont les caractéristiques du deuxième plan ?

Le fond est doré sans aucune impression de profondeur.

_ La Renaissance apporte aussi une nouvelle façon de composer les oeuvres avec plusieurs plans : un pour les personnage et un autre pour le décor. Le décor est soit minéral soit une architecture antique.

 

Question 7 : Quel est le nom de la technique qui permet de donner une impression de profondeur au deuxième plan du tableau ?

Au deuxième plan, le décor représente un paysage composé d’un bosquet et de montagnes au loin : il s’agit d’une perspective aérienne

D'après le Traité de peinture de Léonard de Vinci de 1508 il y a trois types de perspectives :

1) La première fait diminuer la taille des objets à mesure qu'ils s'éloignent de l’oeil.

2) La seconde est la façon dont les couleurs se modifient en s'éloignant de l'oeil.

3) La troisième et dernière consiste à définir comment les objets doivent être achevés avec d'autant moins de minutie qu'ils sont plus éloignés.

 

_ L’artiste médiéval ne reproduit pas la nature telle que son œil la voit : les dimensions des décors ou des personnages ne sont pas proportionnelles à leur éloignement, mais à leur importance religieuse ou sociale.

_ L’invention de la perspective géométrique à la Renaissance bouleverse la peinture en créant l’illusion d’un espace en profondeur. Léonard de Vinci invente la perspective aérienne qui donne l’illusion de la profondeur grâce à une palette de plus en plus bleue et froide au fur et à mesure que les objets s’éloignent.

 

 

Question 8 : Quels sont les autres thèmes ou genres peints par Léonard de Vinci ?

Léonard  de Vinci peint des portraits (Mona Lisa dans la Joconde, des autoportraits), des sujets religieux et des tableaux inspirés de l’Antiquité gréco-romaine.

 

Si temps supplémentaire indications sur Mona Lisa et le sfumato :

_ Léonard de Vinci crée le sfumato : cela désigne un effet vaporeux, l’atténuation des contours, qui donne de la profondeur et permet de lier le personnage au décor.

 

 

 

 

Conclusion  :

Léonard de Vinci est un artiste de la Renaissance : formé dans l’atelier d’un peintre de la Renaissance, il montre sa compétence dans de nombreux domaines allant de la peinture à l’architecture, de la médecine aux arts militaires. Pour vivre et travailler il a besoin du soutien des princes, les mécènes.

Le renouvellement de la peinture à la Renaissance montre une meilleure connaissance des corps représenté avec réalisme. Les émotions des personnages sont visibles. La Renaissance est également l’époque de la mise au point de la perspective

           

 

 

 

 

 

TABLEAU DE SYNTHESE (questions du diaporama)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caractéristiques de l’art au Moyen Age

Rupture de la Renaissance

Genres de l’œuvre

 

Thèmes de tableau : Religieux, historique, portraits… Q 3 + Q 8

Art religieux

Art religieux, portraits (Joconde) et mythologie.

Représentation des personnages : Q 4+ Q 5

Réalisme ? Personnages figés ? mouvements ?

Absence de réalisme. Attitude figée des personnages.

Réalisme. Personnages en mouvement (contrapposto).

Composition de l’œuvre

 

Couleurs dominantes

Q 6

Fond d’or

Présence de zones chromatiques et de couleurs variées. Sfumato.

Plans

Q 6

Plan unique

Présence de plusieurs plans

Profondeur

Q 7

 

Perspective aérienne (avec les couleurs), ligne de fuite.

Partager cet article

Commenter cet article

sarah 09/03/2016 20:55

comment ces deuc tableau nous mentrent ils le passage du moyen age a la rennaissance tableau de cimbae et le tableau de leonard de Vinci