Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

cours Terminale ES/L Géographie : La superpuissance des Etats-Unis (3)

27 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

 

V. Quelles sont les limites de la superpuissance américaine ?

 

A. Quelles sont les contestations idéologiques ?

 

Texte 14 page 87 : Certes, l’Amérique fascine, mais…

Quelles sont les différentes contestations idéologiques face à la position américaine ?

Rappel : contestation du modèle américain (chapitre histoire).

 

_ L’unilatéralisme des Etats-Unis est de moins en moins accepté par les autres pays, même alliés des Etats-Unis. Des divergences profondes entre les Etats-Unis et leurs alliés européens sont apparues au sujet de l’intervention militaire en Irak (2003), mais aussi du refus de ratifier le traité international de Kyoto sur la réduction des énergies polluantes. La politique du président Georges Bush

_ Les mouvements altermondialistes contestent le modèle libéral des Etats-Unis.

_ Le terrorisme, en particulier fomentée par l’ensemble des cellules terroristes d’Al Qaida, cherche à chasser les Occidentaux du monde musulman, les punir de leur soutien à Israël. Des attentats comme celui du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles du World Trade Center de New York causent de nombreux morts, mais aussi vise le symbole de la prospérité économique des Etats-Unis.

 

Unilatéralisme (p. 86) : posture politique d’un Etat, généralement puissant, qui impose ses vues et décisions au reste du monde.

 

            B. En quoi la crise économique montre les fragilités des Etats-Unis  ?

 

Photographie 15 page 87 : Les laissés pour compte du rêve américain

           

Quelle est la situation sociale aux Etats-Unis ? Quelles en sont les conséquences ?

 

_ Les délocalisations à l’étranger et les importations massives de produits manufacturés provoquent la précarité de l’emploi salarié. Dans le même temps, la baisse des impôts a fragilisé les services publics (services sociaux, éducation, transports en commun…). L’Etat de Californie, le plus riche du pays, est en quasi faillite. La privatisation de l’électricité a entraîné l’effondrement du système de distribution et d’immenses pannes d’électricité.

_ Le « rêve américain » est confronté à la réalité sociale difficile des Etats-Unis. 10 à 12% de la population vit sous le seuil de pauvreté, comme les personnes âgées, les chômeurs, les familles monoparentales.    

_ Les contrastes sociaux s’accroissent. Le 1/5e le plus riche de la population dispose de 50% des revenus des ménages (45% en 1985) ; le 1/5 le plus pauvre n’en a que 3,5% (4% en 1985).

_ L’intégration des  minorités est difficile, en particulier les Noirs. Des émeutes opposent les minorités entre elles, ainsi les émigrés asiatiques, latinos et noirs dans les quartiers pauvres de Los Angeles. 

L’élection du président noir Barak Obama représente néanmoins un immense espoir pour les afro-américains…              

 

 

 

 

 

 

                (                C. Quelles sont les contestations du modèle économique ?

 

                               1 Les déséquilibres financiers

 

Graphique 9 page 85 : Les balances des biens et services des Etats-Unis

                                               a) Les déficits

 

_ Les déficits extérieurs sont celui de la balance commerciale et celui de la balance des paiements.

* Le déficit de la balance commerciale est apparu pour la première fois en 1971 et est permanent depuis ; il s’est creusé dans les années 1980 et a explosé : 447 milliards de dollars en 2000 ! Les causes en sont la bonne tenue du dollar, le recul de l'euro face à la monnaie américaine, et l'effondrement des monnaies asiatiques (à l'exception du Yen) qui favorisent les importations et pénalisent les exportations. Remarquons que 20 % des importations US proviennent de filiales de multinationales américaines délocalisées à l'étranger.

* Le déficit de la balance des paiements est important. En 2001 il s’élève à – 393,4 milliards de dollars soit – 4,9 % du PIB.

 

                                               b) L’endettement

                                                               * Endettement de l’Etat

Quel est l’endettement de l’Etat ?

 

_ Les Etats-Unis ont la dette extérieure la plus élevée du monde, de 1642 milliards de dollars en 2002. De premier créancier du monde au début des années 1980, les Etats-Unis sont devenus le premier débiteur mondial. Du fait de leur puissance et de leur prospérité économique la communauté internationale tolère de la part des Etats-Unis ce qu'elle n'accepterait d'aucun PVD, mais le dollar et la puissance américaine inspirent confiance malgré tout : les Américains peuvent donc facilement trouver de l’argent à l’extérieur…

 

_ L’endettement intérieur est généralisé, aux niveaux de l’endettement de l’Etat, des ménages, de la dette des entreprises. 

_ L’endettement de l’Etat est fluctuant au cours des dernières années :

* Le budget de l’Etat était excédentaire en 2000 à cause de la politique durable de réduction du déficit budgétaire. Cette réduction passait par la diminution des dépenses pendant les mandats de Clinton, aux dépens du Welfare State (réduction des aides sociales), des services et personnels administratifs (diminution des salaires des fonctionnaires, suppression de services administratifs) des budgets de l’environnement, de l’agriculture et de l’éducation.

* Mais le budget est redevenu déficitaire avec le Président Bush du fait des efforts de relance économique, puis des dépenses militaires liées à la lutte contre le terrorisme et les invasions de l’Afghanistan et de la guerre et l’occupation de l’Irak. Durant les 3 premières années de son mandat (2000 -2003), l’administration Bush a transformé l’excédent de 236 milliards de dollars en déficit de 300 milliards.

_ La dette publique est considérable du fait du cumul des déficits antérieurs : 55 000 milliards de dollars  (soit 75 % du PIB et près de huit fois celle des PVD…). Elle est détenue à 75 % par des banques centrales étrangères  (européennes et japonaises surtout) Elle absorbe 20 % du budget chaque année.

_ Le déficit budgétaire américain s’accroît avec le plan de relance.

 

                               * Endettement des ménages

 

Quelle est la situation d’endettement des ménages ?

 

_ L’endettement des ménages absorbe 96.5 % de leurs ressources disponibles en 2002 : un record absolu lié aux facilités du crédit. L’endettement a causé la crise des subprimes.

 

(L'épargne nationale est pratiquement inexistante et la consommation a désormais tendance à diminuer, d’où la baisse des prix et le risque assez sérieux de déflation).

 

                               * Endettement des entreprises

 

Quelle est la situation des entreprises ?

 

_ La dette des entreprises absorbe une bonne part de leurs profits. Elle s’est cependant restreinte du fait des années de croissance des années 90.                           )

Tle Fiche d’objectifs géographie  n°4

 

Tle Fiche programmation géographie n°4

 

TL Fiche d’objectifs géographie n°4

 

La superpuissance des Etats-Unis

 

    SAVOIR   

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I. En quoi la puissance militaire explique la situation des Etats-Unis de « gendarme du monde » ? (Hard power)

II. Quelle est la situation de la puissance économique des Etats-Unis après les crises économiques ? (2007-2008)

                A Quelle est l’origine de la crise économique de 2007-2008 ?

                B Pourquoi les Etats-Unis restent-ils une grande puissance boursière ?

                C. Quelles sont les bases sur lesquelles reposent l’économie américaine ?

                               1. En quoi les Etats-Unis est une puissance démographique ?

                               2. Quels sont les rôles des multinationales ?

                               3. En quoi le secteur Recherche et Développement constitue une force pour les Etats-Unis ?

                D. quels sont les instruments financiers de la domination américaine ?

                               1) Le dollar, monnaie internationale

                               2) Les banques

                               3) Les institutions internationales          

                E. En quoi consiste le food power ?

III. Comment s’exerce l’influence culturelle ( la « puissance douce ») des Etats-Unis ?

                A. Comment les Etats-Unis diffuse-t-il son modèle culturel ?

                B. Quelle est la force d’attraction migratoire des Etats-Unis ?

IV. En quoi les Etats-Unis sont-ils un centre moteur de la mondialisation ?

                A. Un acteur du Libre-Echange

                               1) Les échanges commerciaux

                               2) La stratégie commerciale des Etats-Unis

B. Quel rôle joue les Etats-Unis dans les IDE ?

V. Quelles sont les limites de la superpuissance américaine ?

A. Quelles sont les contestations idéologiques ?

B. En quoi la crise économique montre les fragilités des Etats-Unis  ?    

               C. Quelles sont les contestations du modèle économique ?

                            1. Les déficits

                               2 L’endettement

                                               a.  Endettement de l’Etat

                                              b. Endettement des ménages

                                              c. Endettement des entreprises

2/ JE SAIS DEFINIR :

Hard power : littéralement « puissance dure » (par opposition au soft power) utilisation de éléments classiques de la puissance : moyens économiques et militaires.

Capacité de projection : capacité, pour une armée, de déployer de nombreux hommes et matériels loin des frontières de son Etat pour des actions de guerre.

NYSE : New York Stock Exchange, Bourse de New York, localisée à Wall Street au sud de l’île de Manhattan : première Bourse de valeurs du monde en termes de capitalisation. Son indice de valeurs, le Dow Jones, crée en 1891, sert toujours de baromètre aux autres aux autres marchés boursiers mondiaux.

NASDAQ : marché boursier américain créée en 1971 dont la particularité a été d’accueillir des jeunes sociétés des secteurs de haute technologie.

CBOT : Chicago Board of Trade, première Bourse des valeurs du monde pour les matières premières : a été absorbée en 2007 par le Chicago Mercantile Exchange (CME) formant le CME group.

Coca-colonisation : influence culturelle des FTN sur leur espace de vente propageant un mode de vie et de consommation américain.

CBD : quartier des affaires ; la Bourse et les banques en sont les éléments moteurs.

Food power : arme alimentaire. Les Etats-Unis utiliseraient leur puissance agricole comme moyen de pression sur la scène internationale en exerçant un chantage auprès de certains Etats dont ils obtiendraient le soutien en échange de livraisons de nourriture

Puissance douce : (soft power) pour le politologue Jospeh. Nye (secrétaire adjoint américain à la Défense en 1994-1995) la « puissance douce » désigne la capacité d’influence des Etats-Unis dont les valeurs et le mode de vie sont admirés par les autres nations qui les suivent sans contrainte.

Sitcom : (comédie de situation) : séries télévisées diffusées pendant la journée ; financées initialement par les fabricants de lessive (d’où leur nom de soap opera) , elles constituent la majeure partie des exportations d’émissions de télévision étatsuniennes.

Brain drain littéralement « drainage des cerveaux ». Départ vers les Etats-Unis d’élites scientifiques et intellectuelles d’autres pays.

ALENA : Accord de libre-échange nord-américain. Entré en vigueur en 1994, il prévoit la suppression en 15 ans des droits de douane entre Etats-Unis, Canada et Mexique.

Mercosur : marché commun de l’Amérique du Sud fondé en 1991 ; il regroupe le Brésil, l’Argentine, la Paraguay, l’Uruguay et depuis le 4 juillet 2006 le Venezuela. Le Chili,  la Bolivie, le Pérou, l’Equateur et la Colombie sont associés au Mercosur.

IDE : Investissement direct à l’étranger dépenses faites hors de leur pays par des firmes transnationales dont l’objectif est de créer ou contrôler des entreprises étrangères.

Maquiladora : Zone franche industrielle installée à la frontière américano-mexicaine.

Unilatéralisme : fait de prendre une décision de politique étrangère sans négociation ou arbitrage.

 

SAVOIR FAIRE

3/ JE SAIS ANALYSER DES CARTES

4/ JE SAIS COMMENTER UNE PHOTOGRAPHIE

5/ JE SAISMETTRE EN RELATION DES DOCUMENTS

6/ JE SAIS ETUDIER UN TABLEAU CHIFFRE

7/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

 

 

Lire la suite

cours Terminale ES/L Géographie : La superpuissance des Etats-Unis (2)

27 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

III. Comment s’exerce l’influence culturelle ( la « puissance douce ») des Etats-Unis ?

 

            A. Comment les Etats-Unis diffuse-t-il son modèle culturel ?

 

Photographie 5 page 83 : Le Walt Disney Concert Hall à Los Angeles

_ La puissance culturelle américaine est aussi appelée « puissance douce » ou « soft power ».

_ Hollywood est parfois qualifiée d’ « usine à rêves ». La production de films à retentissement mondial : Titanic… avec des célébrités (stars) connues mondialement, contribuent à la familiarisation du monde américain. Dans les échanges audiovisuels avec le reste du monde, les Etats-Unis exportent en valeur dix fois plus qu’ils n’importent, l’Union européenne en absorbant 80%.

_ Le modèle « culturel » est lui aussi source de profits, que ce soit dans le domaine du cinéma, de la télévision ou des loisirs. Il véhicule l’image d’innombrables produits typiques du mode de vie américain dont il contribue ainsi à développer la consommation. Il bénéficie de l’usage de l’anglais, devenu langue internationale, qui s’est imposée pour les échanges internationaux commerciaux, diplomatiques, scientifiques.

_ La diffusion dans le monde entier de la culture américaine, de leur vision du monde et de leur mode de vie est ainsi réalisée par plusieurs acteurs :

* Les médias : presse, livre, disque, cinéma, télévision (soap opéras et sitcom, Internet, avec un rôle capital de l'image et un impact mondial des productions d'Hollywood et de la Walt Disney Company

* Les géants de l'agro-alimentaire (Mac Donald's, Coca-Cola).

Puissance douce (p. 82) : ou « soft power », repose sur des éléments aussi diffus que la culture, les valeurs, l’idéologie, les institutions. Elle est définie dès les années 1980 par les politologues américains comme le moyen privilégié pour les Etats-Unis d’atteindre des objectifs internationaux grâce à la capacité de séduction du modèle américain.

Sitcom (p. 82) : (comédie de situation) : séries télévisées diffusées pendant la journée ; financées initialement par les fabricants de lessive (d’où leur nom de soap opera) , elles constituent la majeure partie des exportations d’émissions de télévision étatsuniennes.

 

_ L’influence des élites culturelles est elle aussi importante. Les Etats-Unis sont à l’origine de modes de pensées ; les universités, bibliothèques, musées et fondations mais aussi journalistes, écrivains et artistes contribuent à la diffusion de cette culture.  

 

            B. Quelle est la force d’attraction migratoire des Etats-Unis ?

 

Carte 2 page 99 : Evolutions de la population+ 1 page 138 : Pays d’origine des chercheurs et des ingénieurs en poste aux Etats-Unis (2007)/texte 6 page 83 : le brain drain

Quelle population entre aux Etats-Unis ? Quel est l’avantage pour la puissance économique américaine ?

La carte montre l’arrivée de populations originaires d’Europe et d’Asie. Ce sont souvent des individus bien formés. Ce sont souvent les élites du Sud qui rejoignent légalement les Etats-Unis. La population clandestine travaillant aux Etats-Unis jouent un rôle important dans l’économie, par exemple en fournissant une main-d’œuvre bon marché pour l’agriculture californienne

_ Le système des visas spéciaux et des quotas permet aux Etats-Unis de s’enrichir d’une immigration d’individus déjà formés et performants. Les quotas  permettent de régler les flux de travailleurs qualifiés selon les besoins. 195 000 visas « HIB » ont été accordés en 2000, mais deux fois moins en 2002. 

_ Ce système d’attraction et de sélection des travailleurs qualifiés immigrés s’appellent le « Brain drain » ou « drainage des cerveaux ». Elle concerne principalement les Indiens, qualifiés mais venant d’un pays du Sud où ils n’ont pas les mêmes espérances d’emplois. Les immigrants s’installent principalement dans la Silicon Valley en Californie (1/3 des travailleurs, avec des salaires inférieurs de 15 à 30%). 

Brain drain (page 84) : ou « drainage des cerveaux », concrétisé sur le plan légal par un quota, fixé annuellement par le Congrès, de visas spéciaux accordés à des étrangers très qualifiés : ingénieurs, scientifiques, universitaires.

IV. En quoi les Etats-Unis sont-ils un centre moteur de la mondialisation ?

 

            A. Un acteur du Libre-Echange

 

                        1) Les échanges commerciaux

 

Transparent : Un centre dominant des échanges

Carte pages 78-79 : Les Etats-Unis, moteur de l’économie mondiale

 

Quelle est l’importance des Etats-Unis dans les échanges commerciaux mondiaux ?

 

_ Les relations commerciales sont un facteur de la puissance américaine. Les Etats-Unis assurent 12% des exportations et 24% des importations mondiales en 2008. Le pays est aussi au premier rang pour les échanges de services (ingénierie, télécommunications, informatique et audiovisuel).

 

Quelle est la situation des Etats-Unis pour les exportations ?

 

_ Au niveau du commerce extérieur des Etats-Unis, le pays réalise plus du dixième des exportations mondiales. Ils sont le 2ème exportateur mondial de charbon, et sont au 1er rang dans l'agro-alimentaire. 80 % des exportations américaines et 17% des exportations mondiales sont des produits manufacturés en provenance des Etats-Unis. Mais trois secteurs seulement sont excédentaires : les produits chimiques, l'informatique (ordinateurs et logiciels, bureautique) et l’aéronautique.

Cette situation est pourtant remise en cause par la crise de 2008.

 

Quelle est la situation des Etats-Unis pour les importations ?

 

_ Les importations sont deux fois supérieures en valeur. Elles montrent une forte dépendance énergétique (les importations d'hydrocarbures = 2/3 de la consommation).

_ Les importations révèlent encore de lourds déficits pour les biens d’équipement, l’automobile et les biens de consommation courants, en provenance du Japon, d'Europe et des NPI. 30 % des entrées sont des biens de haute technologie.

 

                        2) La stratégie commerciale des Etats-Unis

 

Quelle est la stratégie commerciale des Etats-Unis au niveau mondial ?

 

_ La stratégie commerciale des Etats-Unis consiste à chercher à imposer un système commercial mondialisé dominé par eux seuls. Cela se traduit par une agressivité commerciale accrue, mais aussi des pressions constantes (cf. négociations du GATT,  recours devant l'OMC, sanctions économiques diverses décidées unilatéralement). Par exemple, pour protester contre l’interdiction de l’Union européenne d’importer du veau aux hormones les Etats-Unis ont décidé en janvier 2009 d’augmenter de 300% les droits de douane sur le roquefort.

_ Cette stratégie commerciale conduit à une véritable « diplomatie du négoce » (exemple de l’ancien président Clinton soumettant les options diplomatiques des Etats-Unis à leurs intérêts commerciaux, et se révélant être un redoutable voyageur de commerce …).

 

Carte page 90 : Les Etats-Unis et l’Amérique latine, de multiples relations

Quelle est la stratégie commerciale des Etats-Unis sur le continent américain ?

 

_ L 'ALENA a été créée le 1er janvier 1994 entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. Elle prévoit la disparition des tarifs douaniers vers 2010,  donc la formation d’un grand marché commun nord-américain (Le Mexique est désormais devenu le 3ème partenaire commercial des USA derrière le Canada et le Japon).

ALENA (p. 86) : L’Accord de libre-échange nord américain associe depuis 1993 les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.

 

_ Les Etats-Unis voulait en 1994 constituer une vaste zone de libre échange des Amériques (ZLEA) mais face à la réticence d’autres Etats américains il a été abandonné. En effet, les pays associés dans le Mercosur résistent à l’intégration économique en provenance des Etats-Unis.

(Définition modifiée) MERCOSUR (p. 336) : marché commun de l’Amérique du Sud fondé en 1991 ; il regroupe le Brésil, l’Argentine, la Paraguay, l’Uruguay et depuis le 4 juillet 2006 le Venezuela. Le Chili,  la Bolivie, le Pérou, l’Equateur et la Colombie sont associés au Mercosur.

 

Transparent : Un centre dominant des échanges

Photographie 11 page 85 : Débarquement de conteneurs chinois dans le port de Los Angeles

Quelle est la stratégie commerciale des Etats-Unis en direction de l’Asie-Pacifique ?

 

_ La stratégie commerciale des Etats-Unis en direction de l'Asie-Pacifique consiste à renforcer la coopération avec les 21 membres de l’APEC (Coopération Economique de l'Asie Pacifique).

_ Le partenaire commercial traditionnel est le Japon. Mais la Chine est devenue le troisième fournisseur des Etats-Unis. Avec un yuan sous évalué, elle dégage un excédent commercial supérieur à celui du Japon. La Chine représente désormais le quart du déficit commercial des Etats-Unis.

 

Quelle est la stratégie commerciale des Etats-Unis vers l’Union Européenne ?

 

_ Les Etats-Unis réalisent des pressions diverses pour obtenir une meilleure pénétration du marché européen au niveau de vie élevé. De plus les Etats-Unis ont une forte concordance de vue et des liens privilégiés avec le Royaume-Uni (alliance contre l’Irak…).

           

B. Quel rôle joue les Etats-Unis dans les IDE ?

 

Carte pages 78-79 : Les Etats-Unis, moteur de l’économie mondiale

 

Quels espaces sont affectés par les IDE ?

 

_ Les Etats-Unis réalisent 15% des IDE de la planète.

* L’U. E. a la faveur des multinationales américaines avec la moitié des investissements à l’étranger. Les facteurs attirants les IDE se retrouvent dans l’Union Européenne : le haut niveau de vie, des économies développées, et la stabilité politique des Etats.

_ Les IDE des Etats-Unis s’orientent vers les voisins immédiats (Mexique et Canada).

* Le Canada est privilégié à cause de sa proximité géographique, de l’ancienneté des liens économiques, et pour les raisons  identiques à celles de l'Union Européenne.

* Les relations avec le Mexique ont bénéficié des maquiladoras, puis de l’ALENA. Les maquiladoras ont vu le jour il y a plus de 30 ans au Mexique, dans les zones frontalières avec les États-Unis d'Amérique. Ces usines peuvent être entièrement propriété d'entreprises étrangères. Elles attirent les investisseurs pour leur main d'œuvre bon marché (la quasi totalité des employés sont des femmes sous-payées), le peu de régulation du travail (les employées perdent leur emploi si elles tombent enceintes), les normes environnementales peu exigeantes et bien sûr la faible taxation dont elles bénéficient.

En 2000, près de quatre mille usines employaient plus d'un million trois cent mille personnes. L'entrée en vigueur de l'ALENA et le ralentissement de l'activité depuis 2001 auraient fait diminuer ces chiffres de 30%.

_ Les IDE se sont développés vers les pays ateliers comme « l’usine du monde » c’est-à-dire la Chine, et vers les NPI.

_ Les investissements sont rares en direction des PED, en particulier de l’Afrique à l’exception de la République Sud-africaine.

IDE (p. 84) : (investissements directs à l’étranger) : dépenses d’équipement faites hors de leur pays par des firmes transnationales dont l’objectif est de créer ou de contrôler des entreprises étrangères.

Maquiladora (p. 362) : Zone franche industrielle installée à la frontière américano-mexicaine.

  

 

Lire la suite

Cours Terminale L/ES Géographie : La superpuissance des Etats-Unis (1)

27 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

La superpuissance des Etats-Unis

Manuel Magnard, 2008

 

Introduction : Les Etats-Unis sont désormais le seul pays du monde à jouir du statut de superpuissance ; aucun attribut de la puissance ne leur manque et aucun autre pays ne peut rivaliser avec eux. La suprématie américaine repose bien sûr sur des fondements politiques et militaires mais aussi sur la puissance économique et sur une vitalité retrouvée au cours des années 1990, après les doutes et les difficultés des années 1970-80, même si des difficultés conjoncturelles sont réapparues depuis l’explosion de la bulle Internet au début du nouveau millénaire.

            La guerre en Irak, la crise financière et la contestation mondiale de la politique de Georges Bush montrent les fragilités et les limites de l’hyperpuissance américaine.

Problématique : Pourquoi peut-on dire que les Etats-Unis sont une superpuissance ? Quelles sont les limites de l’hyperpuissance américaine ?

 

I. En quoi la puissance militaire explique la situation des Etats-Unis de « gendarme du monde » ? (Hard power)

 

_ Les Etats-Unis disposent du hard power, c’est-à-dire de l’emploi des éléments classiques de la puissance : les moyens économiques et militaires.

Hard power : littéralement « puissance dure » (par opposition au soft power) utilisation de éléments classiques de la puissance : moyens économiques et militaires.

 

Carte pages 76-77 : la puissance géostratégique des Etats-unis

Comment s’organise le système de défense construit par les Etats-Unis ?

* Alliances militaires : ANZUS : alliance militaire entre Australie, la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis, avec l’OTAN.

* des bases navales et aériennes dans le monde entier sécurisent les routes stratégiques, par exemple celles du pétrole.

 

_ Avec la disparition de l’URSS les Etats-Unis sont la seule superpuissance politique et militaire. Les Etats-Unis ont été amenés à assumer une fonction de « gendarme », qui nécessite l’entretien et la modernisation constante de nombreuses forces armées. Les Etats-Unis assument 47% des dépenses militaires de la planète. Cela signifie que le complexe militaro-industriel est un maillon important de l'économie américaine et qu’il dépend du pouvoir fédéral. Le ministère de la défense (Pentagone) est associé aux entreprises de constructions aéronautiques et électroniques (Lookheed Martin, Boeing) pour la fabrication d’armements dont les Etats-Unis sont les 1ers exportateurs mondiaux.

_ La puissance militaire américaine donne aux autorités des Etats-Unis des moyens de pression, même lorsqu’il s’agit de discussions sur les échanges commerciaux. Au temps de la guerre froide, les Américains pouvaient laisser entendre qu’ils ne maintiendraient pas forcément le « parapluie » atomique. La capacité de projection de l’armée des Etats-Unis lui permet d’être présente partout !

Capacité de projection : capacité, pour une armée, de déployer de nombreux hommes et matériels loin des frontières de son Etat pour des actions de guerre.

 

Quels défis les Etats-Unis doivent-ils relever aujourd’hui ? Comment y font-ils face ?

_ La menace de l’Islamisme et l’instabilité dans le Proche et Moyen Orient a conduit les Etats-Unis a redéployé leurs forces militaires dans ces zones en multipliant leurs bases militaires et en attaquant directement à l’époque du président Georges Bush fils l’Afghanistan (2001) et l’Irak (2003).

II. Quelle est la situation de la puissance économique des Etats-Unis après les crises économiques ? (2007-2008)

 

            A Quelle est l’origine de la crise économique de 2007-2008 ?

 

_ La crise des subprimes a entraîné en 2007 la faillite de nombreux citoyens américains qui ont dû massivement revendre à perte leurs maisons. Cela a entraîné une chute du marché immobilier mais aussi des banques qui ont prêté de l’argent aux Américains. Les montages financiers vendus par ces banques sur les bourses se sont également effondrés. La situation économique s’est fortement détériorée aux Etats-Unis et dans le monde en 2007-2008. La faillite de la banque Lehman Brothers le 15 septembre 2008 entraîne la chute de la bourse américaine puis de toutes les bourses mondiales. Cette crise financière et boursière s’est communiquée à l’économie réelle en provoquant de nombreux licenciements. L’économie américaine est en crise… Le 31 décembre 2008 l’indice DOW Jones de New York indique un repli de 34% sur l’année, c’est sa pire performance depuis 1931 ! 53 millions d'américains plaçaient leur argent sur les marchés boursiers.

                       

            B Pourquoi les Etats-Unis restent-ils une grande puissance boursière ?

 

Photographie 3 page 111 : Chicago, la première Bourse du monde

Pourquoi Chicago est-elle la première Bourse du monde devant New York ?

_ Les Etats-Unis détient sur leurs territoires les principales bourses du monde.

* La première bourse par la capitalisation est basée à Wall Street, au sud de l’île de Manhattan et se nomme NYSE (New York Stock Exchange). Son indice de valeurs appelé Dow Jones sert de barômetres aux autres marchés boursiers. Le Nasdaq a été créé en 1971 pour les valeurs technologiques.

* Le Chicago Board Of Trade est la première bourse du monde pour les matières premières (achat et vente de céréales, d’éthanol…).

_ L'activité boursière est favorisée par la faible fiscalité sur les revenus des capitaux et par les placements des compagnies d'assurances  et des fonds de pension

NYSE (p. 80) : New York Stock Exchange, Bourse de New York, localisée à Wall Street au sud de l’île de Manhattan : première Bourse de valeurs du monde en termes de capitalisation. Son indice de valeurs, le Dow Jones, crée en 1891, sert toujours de baromètre aux autres aux autres marchés boursiers mondiaux.

NASDAQ (p. 336) : marché boursier américain créée en 1971 dont la particularité a été d’accueillir des jeunes sociétés des secteurs de haute technologie.

CBTO (p. 80) : Chicago Board of Trade, première Bourse des valeurs du monde pour les matières premières : a été absorbée en 2007 par le Chicago Mercantile Exchange (CME) formant le CME group.

  

            C. Quelles sont les bases sur lesquelles reposent l’économie américaine ?

           

                        1. En quoi les Etats-Unis est une puissance démographique ?

 

Carte 1 page 98 : Répartition de la population et croissance urbaine

Question 1 page 98 Décrivez la répartition spatiale de la population sur le territoire des Etats-Unis

_ Avec 5% de la population mondiale les Etats-Unis contribuent à la formation du quart des richesses produites sur la planète (Union Européenne : 29%, Japon : 18%).

_ Même si la croissance démographique s’est ralentie, la population est tout de même passée de 200 à 260 millions en vingt-cinq ans. Aujourd’hui, les Etats-Unis ont une population importante de 303 M d’Américains (en 2008).

_ Ce vaste marché intérieur est pourvu de consommateurs dotés d’un fort pouvoir d’achat. La production économique est principalement destinée à la satisfaction des besoins intérieurs, souvent amplifiés et même provoqués par une publicité multiforme.

 

                        2. Quels sont les rôles des multinationales ?

 

Carte 2 page 138 : Les magasins Wal-Mart dans le monde (2007)

Pourquoi les Etats-Unis est-il le pays disposant des entreprises les plus diffusées dans le monde ?

_ Les FTN américaines sont présentes dans le monde entier comme le montre l’exemple de Coca-Cola ou des magasins Wal-Mart comportant en 2007 près de 2 millions de salariés travaillant dans plus de 6 000 supermarchés dans le monde. Les FTN américaines jouent plusieurs rôles  révélateurs du soft power américain :

* Les FTN américaines ont un rôle économique majeur avec la vente des filiales à leurs clients étrangers, équivalant à deux fois les exportations américaines de produits manufacturés. Les ventes des filiales aboutissant aux Etats-Unis représentent 1/3 de leurs ventes ; elles concurrencent les produits fabriqués aux Etats-Unis mêmes et contribuent à l’aggravation du déficit de la balance commerciale américaines... Les filiales absorbent en revanche 1/3 des exportations américaines. Les 500 premières entreprises constituent 85 % de l’activité industrielle du pays.

* Les multinationales ont également un rôle politique. Ce sont des puissances autonomes qui échappent à la politique des pays d’origine comme des pays d’accueil. Elles permettent la constitution de lobbies. Par exemple le renversement du gouvernement du Guatemala en 1957 avec l’aide de L’United Fruit, et rôle semblable au Chili en 1973 avec ITT qui a contribué avec la CIA au renversement du gouvernement Allende par le général Pinochet

* Les multinationales ont enfin un rôle culturel. Des sociétés comme Coca-Cola, Mc Donald's, Walt Disney, par leur présence sur tous les continents diffusent le modèle économique et culturel à suivre : l'american way of life. CNN et Internet véhiculent aussi une vision américanisée des  problèmes du monde. On a parfois parlé de Coca-colonisation.

FTN (p. 22)

 

                        3. En quoi le secteur Recherche et Développement constitue une force pour les Etats-Unis ?

 

T. P. La Californie, haut lieu de l’innovation pp 108-109

_ L’innovation est un secteur dynamique en particulier dans la Californie, dans la Silicon Valley (corridor de 50 km sur la péninsule au sud de San Francisco, centre mondial de recherche de haute technologie).L’Etat est leader dans 15 activités de haute technologie sur les 16 recensées aux Etats-Unis.

_ Les Etats-Unis sont une puissance de recherche et développement en assurant 33% des dépenses mondiales de recherche et en ayant obtenu 55% des prix Nobel depuis 1945.

 

            D. quels sont les instruments financiers de la domination américaine ?

 

                        1) Le dollar, monnaie internationale

 

_ La puissance financière américaine est visible dans l’utilisation du dollar comme monnaie internationale. La primauté du dollar sur les marchés dépend évidemment du rôle politique mondial des Etats-Unis. Elle tient aussi au fait que la valeur de nombreux produits, en premier lieu le pétrole, est fixée directement en dollars. Enfin, la masse des dollars investis dans le monde est telle que les autres monnaies fortes ne sont guère en mesure de concurrencer le billet vert. Elle sert de monnaie de réserve.

_ 45% des échanges mondiaux sont réalisés en dollars.

 

                        2) Les banques

 

_ La force des grandes entreprises américaines est étroitement liée à l’organisation bancaire. Dans tous les quartiers d’affaires – les CBD – des grandes métropoles, on trouve les banques qui sont le moteur de toutes les activités. Les banques américaines ont, avec l’Etat, le contrôle du crédit.  Elles ont par leurs investissements et prêts des moyens de pression sur les finances d’autres Etats.

* Chicago est la première bourse de marchandise, la deuxième place boursière et a le deuxième plus grand CBD (Loop) après New York.

_ Le nombre et la dimension des banques attire l’attention : il suffit pour s’en rendre compte de voir les gratte-ciel imposants qui abritent leurs sièges à Wall Street et dans les rues adjacentes.

CBD (p. 104) : quartier des affaires ; la Bourse et les banques en sont les éléments moteurs.

 

                        3) Les institutions internationales

 

_ La forte influence exercée par les Etats-Unis dans divers organismes internationaux en fait des moyens de domination américaine sur le monde : le FMI qui permet d'imposer les principes de l'économie libérale anglo-saxonne, la Banque mondiale, l’OMC ( nom du GATT depuis 1995).

           

            E. En quoi consiste le food power ?

 

Tableau statistique 3 page 81 : Le leadership agricole (2005)

T.P. page 88-89 : Dole, reflet de la puissance agricole des Etats-Unis

Pourquoi les Etats-Unis dispose-t-il d’un leadership agricole dans le monde ?

 

_ Les Etats-Unis dispose de 18% de leur superficie totale comme surface cultivable (soit trois fois plus que la France). Ils emploient de nombreux clandestins dans l’agriculture avec de faibles coûts. Le complexe agro-industriel est puissant, à l’exemple de l’entreprise Dole. L’agrobusiness est ainsi l’une des plus puissantes filières productives américaines avec 20 millions de personnes et 15 à 18% du PIB.

_ Le Food power  est l’arme alimentaire. Les Etats-Unis utiliseraient leur puissance agricole comme moyen de pression sur la scène internationale en exerçant un chantage auprès de certains Etats dont ils obtiendraient le soutien en échange de livraisons de nourriture.

 

Lire la suite

Vie de classe : planning des photographies et préparation du conseil de classe

25 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Vie de classe

 

 

PHOTOGRAPHIES DE CLASSE

 

Jeudi 2 décembre 2010 dans le préau de la solle polyvalente

 

 

14h25 avec les 2e 7 accompagnés par M. Martineau

 

 

8h25 : avec les Terminales GRH

 

 

PREPARATION DU CONSEIL DE CLASSE

 

Mardi 30 novembre à partir de 14h00 en salle 405 avec toute la classe.

 

 

Lire la suite

Cours géographie 1ère : L'Union européenne : des territoires européens en voie d'unification ?

25 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

L’Union européenne : des territoires européens en voie d’unification ?

 

Introduction : Le continent européen est morcelé entre 49 Etats, mais 27 pays sont membres de l’Union européenne. La Croatie et la Turquie sont candidates à l’Union européenne.

Problématique : En quoi le continent est-il en voie d’unification ? Quels sont les enjeux de l’unification ?

 

I. Comment définir le projet de l’Union européenne ?

 

Tableau 15 page 83 : L’Union européenne, un projet ouvert

Organigramme 11 page 82 : Les trois piliers de l‘UE

Quels sont les domaines concernés par le projet européen ?

_ Les critères d’adhésion à l’Union européenne définis en 1993 montre que l’Union européenne a pour projet un rapprochement politique, économique et financier, culturel entre ses membres. Les membres doivent être des démocraties respectant les droits de l’Homme et les minorités ; mais aussi des économies de marché.

 

Photographie 2 page 89 : La Banque centrale européenne (BCE) et l’euro

Carte page 87 : L’union européenne à géométrie variable

Quelles sont les réalisations économiques et financières ?

_ Le projet européen comporte des réalisations économiques et financières. Ainsi, une union douanière et un marché unique ont été réalisés. En 1992 la signature du traité de Maastricht permet la création de l’UEM (Union Economique et Monétaire). Dix ans plus tard le 1er janvier 2002 entre en circulation les pièces et les billets en euro. Mais la monnaie unique est refusée par le Royaume-Uni, le Danemark et la Suède. Néanmoins, la zone euro comporte au 1er janvier 2007 treize pays européens représentant 318 millions d'habitants.

_ La Banque centrale européenne (BCE) a son siège à Francfort. Créée en 1998 elle a pour rôle de définir et de mettre en œuvr  la politique monétaire de la zone euro, mais aussi de conduire sa politique de change (par exemple combien faut-il de dollars pour avoir un euro), d’assurer le bon fonctionnement des systèmes de paiement ou encore de détenir et de gérer les réserves de change des Etats membres (440 milliards de dollars en 2007).

Zone euro (p. 88) : partie de l’Europe ou a été adoptée une monnaie unique, l’euro. L’adoption d’une monnaie unique a été souhaitée très tôt pour renforcer la cohésion de l’Europe et la collaboration économique entre pays.

 

Texte 4 page 89 : Une Union de plus en plus multiculturelle

En quoi l’Union européenne devient un espace multiculturel ? Quelles sont les limites ?

_ L’Union européenne est devenu un espace multiculturel du fait des 23 langues de ses 27 pays membres, mais aussi par la diversité des religions et des modes de vie. Sa devise est « unie dans la diversité ».

_ Cependant, deux modèles existent face à cette diversité de cultures présentes parfois dans le même espace (Ile de  France, région de Londres) du fait de l’immigration.

* le modèle assimilationniste français : la laïcité s’impose au citoyen.

* le modèle multiculturaliste anglo-saxon : les individus affirment leur appartenance à des communautés différentes.

_ D’autres limites consistent dans les difficultés économiques qui entraînent un sentiment d’exclusion et d’inégalité sociale parmi la population d’origine étrangère pouvant provoquer des violences.

 

Texte 3 page 89 : Une coopération politique européenne limitée

Quelles sont les réalisations politiques et militaire et leurs limites ?

_ L’Union européenne comporte plusieurs réalisations.

* L’espace Schengen permet la libre circulation des personnes au sein des pays adhérents.

* La PESD (politique européenne de sécurité et de défense) prévoit des coopérations policières et militaires, par exemple avec  l’eurocorps. Cependant ces deux dernières réalisations ont un poids limité par rapport à l’OTAN.

* Des accords de partenariat sont passés entre l’Union européenne et ses voisins comme les accords de Lomé en 1975 pour avantager les pays en développement, mais aussi un partenariat euro-méditerranéen.

* On trouve encore d’autres réalisations dans le domaine culturel et éducatif comme Erasmus pour les échanges d’étudiants ou Euréka dans le domaine économique.

 

Espace de Schengen (p. 88) : espace à l’intérieur duquel la circulation des personnes est libre, à la suite du traité signé en 1985 dans la ville luxembourgeoise de Schengen. L’abolition des contrôles entre les pays adhérents s’accompagne de contrôles souvent stricts aux limites extérieures.

Eurocorps (p. 259) : armée européenne entrée en service en 1995, regroupant théoriquement 50 000 soldats de cinq pays : Allemagne, Belgique, Espagne, France, Luxembourg. Son état-major est basé à Strasbourg. 

Eureka (p. 259) : réseau européen intergouvernemental qui a pour mission d’accroître la compétitivité de l’économie européenne en appuyant des initiatives d’industriels en matière de recherche et développement. Il comprend 35 pays plus l’Union européenne elle-même.

 

 

 

L’Europe des Vingt-sept en chiffres

* superficie : 4,3 millions de km² (7e rang mondial)

* Population : 501 millions d’habitants 01/01/2010 (3e rang mondial)

* Densité de population : 114 hab./km²

* 2e puissance économique mondiale

* 1ère puissance commerciale mondiale

* Nombre de langues officielles en 2007 : 23

 

 

II. Quels sont les objectifs et le fonctionnement actuel de l’U.E ?

 

            1) Quelles sont les institutions européennes ?

 

Organigramme 10 page 82 : Le processus de prise de décision dans l’U.E. 

Comment se déroule la prise de décision au sein de l’Union européenne ?

_ Les pouvoirs au sein de l’Union européenne sont répartis entre plusieurs organismes.

* le Conseil européen réunissant les chefs d’Etats et de gouvernement et décidant les grandes orientations.

* la commission européenne préparant les règles et les directives européennes. Elle a d’importants pouvoirs alors que ses membres ne sont pas élus, ce qui suscite un euroscepticisme des citoyens face à la bureaucratie européenne, l’« eurocratie » !

* le conseil de l’Union européenne réunit les ministres relatifs à chaque sujet débattu. Il adopte les règles et directives européennes.

* Le Parlement européen réunit 785 députés élus au suffrage universel. Mais les pouvoirs des députés sont limités : ils n’ont pas l’initiatives des lois européennes et sont simplement consulté sur les directives préparées par la commission.

* la Cour de justice des institutions européennes peut sanctionner les Etats en cas de non respects des décisions prises.

 

 

            2) Quelles sont les difficultés actuelles de fonctionnement de l’U. E. ?

 

Texte 12 page 82 : Un fonctionnement devenu trop complexe

(Texte 10 page 93 : La nécessaire réforme)

Quels sont les problèmes rencontrés par les institutions européennes ?

_ L’élargissement de l’Union européenne pose des problèmes de fonctionnement des institutions européennes. Des réformes sont nécessaires pour résoudre plusieurs problèmes : lenteur de prise des décisions, règles de l’unanimité pour certaines décisions, peu d’efficacité de la présidence tournante de l’Union européenne, existence nomade du Parlement européen entre Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg.

 

Graphique circulaire 14 page 83 : Le budget 2007-2013

Texte 12 page 93 : La nouvelle crise budgétaire

Quelles sont les réformes budgétaires nécessaires ?

_ Le budget de l’Union européenne repose sur la solidarité financière.

* Cependant les Etats membres sont soucieux de limiter au maximum leurs contributions à l’exemple du Royaume-Uni de Margaret Thatcher en 1984 prononçant son « I want my money back ».

* L’augmentation du nombre des Etats membres entraîne une augmentation des dépenses pour financer l’élargissement à des Etats pauvres.

* La part de la PAC (Politique agricole commune) dans le budget (70% en 1984, 46% en 2007) pose problème car son poids est important alors que celui des dépenses pour les activités d’avenir (recherche, formation, développement des infrastructures) est faible.

* Le montant du budget lui-même est contesté : insuffisant pour envisager de grandes actions pour certains, trop onéreux pour d’autres.

PAC (p. 90) : Politique agricole commune.

 

 

 

III. Quels sont les enjeux suscités par l’élargissement de l’Union européenne ?

           

            A. Quels sont les premiers élargissements et leurs dynamiques d’intégration ?

 

Texte 2 page 80 : Un projet pacificateur

 

OU

 

FICHE : La déclaration Schuman du 9 mai 1950 :

 

En quoi la France et l’Allemagne jouent-elles un rôle important dans la construction de la CEE ?

_ Les pères fondateurs de l’Europe sont à l’origine de la construction européenne : Jean Monnet, Robert Schuman, Konrad Adenauer…

_ La déclaration de Schuman (ministre des affaires étrangères) du 9 mai 1950 est inspirée par Jean Monnet. La France est donc à l’origine de la construction européenne. Les concepteurs du projet souhaitent créer en Europe un espace de paix et de prospérité, dans le contexte difficile de la guerre froide.

_ La France propose de s’associer sur un pied d’égalité avec l’Allemagne au sein d’une nouvelle entité chargée de gérer en commun l’acier et le charbon des deux pays. La proposition doit toucher principalement la France et l’Allemagne, mais reste ouverte aux autres pays d’Europe qui ont les mêmes objectifs.

_ Cet appel a été accepté par la RFA, l’Italie, le Benelux avec la France. En avril 1951 c’est la création de la CECA (Communauté économique du charbon et de l’acier). C’est la première étape de la construction européenne.

Pères fondateurs (p. 260) : pour que débute la construction européenne, il a fallu des initiatives prises par de fortes personnalités à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cinq hommes appartenant au courant de la Démocratie chrétienne ont œuvré : l’Allemand Konrad Adenauer, le Belge Paul-Henri Spaak, l’Italien Alcide de Gasperi, les Français Robert Schuman et Jean Monnet.

 

Les étapes de la construction européenne

 

1950 (9 mai) : déclaration Schuman, inspirée par Jean Monnet

1951 (avril) : signature du traité de Paris qui crée la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA).

1957 (25 mars) : signature du traité de Rome qui fonde la CEE, Communauté Economique Européenne (Europe des 6).

1973 : adhésion du Royaume-Uni, de l’Irlande et du Danemark à la CEE.

1981 : adhésion de la Grèce à la CEE.

1986 : adhésion de l’Espagne et du Portugal à la CEE

1990 : signature des accords de Schengen, refusés par le Royaume-Uni et l’Irlande (y ont en revanche adhéré : Norvège, Islande) : libre circulation des personnes à l’intérieur de la Communauté.

1992 : signature du traité de Maastricht qui entre en vigueur le 1er novembre 1993. Création de l’Union Européenne (UE) et de l’UEM (Union Economique et Monétaire) ; notion de citoyenneté européenne.

1995 : adhésion de l’Autriche, la Suède, la Finlande à l’UE. Europe des 15.

2002 (1er janvier) : mise en circulation des pièces et billets en euro. La monnaie unique est refusée par le Royaume-Uni, le Danemark et la Suède.

2002 (décembre) : Traité de Copenhague, qui prévoit l’adhésion à l’Europe de 10 nouveaux Etats.

2004 (1er mai) : adhésion de dix nouveaux Etats (Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie, Slovénie, Lettonie, Lituanie, Estonie, Chypre et Malte).  

2005 : Rejet du traité constitutionnel par la France et les Pays-Bas.

2007 (1er janvier) : Entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’Union Européenne.

 

La déclaration Schuman du 9 mai 1950 :

            La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent.

            La contribution qu’une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien des relations pacifiques. En se faisant depuis plus de vingt ans le champion d’une Europe unie, la France a toujours eu pour objectif essentiel de servir la paix. L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre.

            L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait. Le rassemblement des nations européennes exige que l’opposition séculaire de la France et de l’Allemagne soit éliminée : l’action entreprise doit toucher au premier chef la France et l’Allemagne.

            Dans ce but, le gouvernement français propose de porter immédiatement l’action sur un point limité mais décisif :

            « Le gouvernement français propose de placer l’ensemble de la production franco-allemande de charbon et d’acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d’Europe»

            La mise en commun des productions de charbon et d’acier assurera immédiatement l’établissement de bases communes de développement économique, première étape de la Fédération européenne, et changera le destin de ces régions longtemps vouées à la fabrication des armes de guerre dont elles ont été les plus constantes victimes.

            La solidarité de production qui sera ainsi nouée manifestera que toute guerre entre la France et l’Allemagne devient non seulement impensable, mais matériellement impossible. L’établissement de cette unité puissante de production ouverte à tous les pays qui voudront y participer, aboutissant à fournir à tous les pays qu’elle rassemblera les éléments fondamentaux de la production industrielle aux mêmes conditions, jettera les fondements réels de leur unification économique.

 

Souligner dans le texte les passages montrant l’importance de la France dans la construction européenne.

 

 

            B. Quelles sont les réformes nécessaires pour l’élargissement de l’Union européenne ?

 

Texte 19 page 84 : L’élargissement, source de débat

Caricature 20 page 85 : Les questions posées par la candidature de la Turquie à l’Union européenne

Question 3 page 85 : Quels sont les pays tentés par l’intégration dans l’Union européenne ? Quels problèmes pose la poursuite de l’élargissement ?

 

_ En 2007 l’Union européenne comporte 27 membres mais de nombreux autres pays sont candidats, essentiellement issus de l’ex Yougoslavie (Croatie, Macédoine) et de l’ex URSS (Georgie, Ukraine), ainsi que la Turquie.

_ L’élargissement de l’U.E. pose cependant problème.

* La question des limites (la Turquie, les pays du Caucase sont-ils européens) et de l’identité européenne (projet économique ou union des démocraties d’une culture proche) est ainsi posée.

* Les disparités au sein de l’Union se sont élargies avec l’intégration de nouveaux pays.

_ La crise éconmique de 2008 a fragilisé l'économie de plusieurs pays des périphéries européennes : Grèce et Irlande qui ont accepté un plan d'aide économique de l'Union Européenne et du FMI, mais aussi le Portugal et l'Espagne.

Elargissement : pour l’Union européenne, ce terme désigne les nouvelles adhésions, qui ont à chaque fois concernée des groupes de pays assez proches les uns des autres.

 

Tableau 15 page 83 : l’Union européenne, un projet ouvert

_ Lorsque les critères de base sont remplis (être en Europe et avoir un régime démocratique) des pays peuvent postuler pour intégrer l’Union européenne.

_ Tout ceci a pour conséquence une tension entre élargissement et approfondissement de l’Union européenne. L’élargissement de 2004 a modifié les équilibres au sein de l’Union européenne. L’entrée de nombreux pays pauvres pose comme double risque celui de décevoir les nouveaux arrivants et celui de faire perdre aux anciens membres les aides dont ils profitaient (Espagne, Grèce). Aussi la Commission module les aides selon les pays : par exemple les agriculteurs de Bavière ou de Beauce reçoivent une aide quatre fois plus élevée que les paysans de Pologne ou d’Estonie. Le fonctionnement de l’Union européenne est à géométrie variable selon les problèmes.

_ Des visions différentes de l’Europe existent, par exemple l’Europe fédérale et l’Europe des nations :

* L’Europe fédérale serait une Europe dotée d’un organe central indépendant des Etats membres et dont les décisions dans de nombreux domaines s’imposeraient à tous.

* L’Europe des nations serait une Europe dans laquelle chaque Etat conserve le pouvoir souverain de ses décisions. Les compétences communes sont limitées par les Etats. Les pouvoirs de l’UE seraient limités aux domaines dans lesquels l’UE est plus efficace que chacun des Etats membres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1e Fiche d’objectifs géographie n°2 b

 

L’Union européenne : des territoires européens en voie d’unification ?

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I. Comment définir le projet de l’Union européenne ?

II. Quels sont les objectifs et le fonctionnement actuel de l’U.E ?

                1) Quelles sont les institutions européennes ?

                2) Quelles sont les difficultés actuelles de fonctionnement de l’U. E. ?

III. Quels sont les enjeux suscités par l’élargissement de l’Union européenne ?

                A. Quels sont les premiers élargissements et leurs dynamiques d’intégration ?

                B. Quelles sont les réformes nécessaires pour l’élargissement de l’Union européenne ?

 

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Zone euro (p. 88) : partie de l’Europe ou a été adoptée une monnaie unique, l’euro. L’adoption d’une monnaie unique a été souhaitée très tôt pour renforcer la cohésion de l’Europe et la collaboration économique entre pays.

Espace de Schengen (p. 88) : espace à l’intérieur duquel la circulation des personnes est libre, à la suite du traité signé en 1985 dans la ville luxembourgeoise de Schengen. L’abolition des contrôles entre les pays adhérents s’accompagne de contrôles souvent stricts aux limites extérieures.

Eurocorps (p. 259) : armée européenne entrée en service en 1995, regroupant théoriquement 50 000 soldats de cinq pays : Allemagne, Belgique, Espagne, France, Luxembourg. Son état-major est basé à Strasbourg. 

Eureka (p. 259) : réseau européen intergouvernemental qui a pour mission d’accroître la compétitivité de l’économie européenne en appuyant des initiatives d’industriels en matière de recherche et développement. Il comprend 35 pays plus l’Union européenne elle-même.

PAC (p. 90) : Politique agricole commune.

Pères fondateurs (p. 260) : pour que débute la construction européenne, il a fallu des initiatives prises par de fortes personnalités à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cinq hommes appartenant au courant de la Démocratie chrétienne ont œuvré : l’Allemand Konrad Adenauer, le Belge Paul-Henri Spaak, l’Italien Alcide de Gasperi, les Français Robert Schuman et Jean Monnet.

Elargissement : pour l’Union européenne, ce terme désigne les nouvelles adhésions, qui ont à chaque fois concernée des groupes de pays assez proches les uns des autres.

Europe fédérale : Europe dotée d’un organe central indépendant des Etats membres et dont les décisions dans de nombreux domaines s’imposeraient à tous.

L’Europe des nations : Europe dans laquelle chaque Etat conserve le pouvoir souverain de ses décisions. Les compétences communes sont limitées par les Etats. Les pouvoirs de l’UE seraient limités aux domaines dans lesquels l’UE est plus efficace que chacun des Etats membres.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS LES ETAPES DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE

1950 (9 mai) : déclaration Schuman, inspirée par Jean Monnet

1951 (avril) : signature du traité de Paris qui crée la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA).

1957 (25 mars) : signature du traité de Rome qui fonde la CEE, Communauté Economique Européenne (Europe des 6).

1973 : adhésion du Royaume-Uni, de l’Irlande et du Danemark à la CEE.

1981 : adhésion de la Grèce à la CEE.

1986 : adhésion de l’Espagne et du Portugal à la CEE

1990 : signature des accords de Schengen, refusés par le Royaume-Uni et l’Irlande (y ont en revanche adhéré : Norvège, Islande) : libre circulation des personnes à l’intérieur de la Communauté.

1992 : signature du traité de Maastricht qui entre en vigueur le 1er novembre 1993. Création de l’Union Européenne (UE) et de l’UEM (Union Economique et Monétaire) ; notion de citoyenneté européenne.

1995 : adhésion de l’Autriche, la Suède, la Finlande à l’UE. Europe des 15.

2002 (1er janvier) : mise en circulation des pièces et billets en euro. La monnaie unique est refusée par le Royaume-Uni, le Danemark et la Suède.

2002 (décembre) : Traité de Copenhague, qui prévoit l’adhésion à l’Europe de 10 nouveaux Etats.

2004 (1er mai) : adhésion de dix nouveaux Etats (Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie, Slovénie, Lettonie, Lituanie, Estonie, Chypre et Malte).  

2005 : Rejet du traité constitutionnel par la France et les Pays-Bas.

2007 (1er janvier) : Entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’Union Européenne.

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ANALYSER UN ORGANIGRAMME

5/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE

6/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

7/ JE SAIS LIRE UN GRAPHIQUE CIRCULAIRE

8/ JE SAIS METTRE EN RELATION UN TEXTE ET UNE CARICATURE

 

Lire la suite

Cours géographie 1ère : En quoi l'Europe est-elle une mosaïque ?

25 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

L’Europe des Etats et l’Union européenne

 

Introduction : L’Union européenne comporte 27 pays sur un ensemble de 49 Etats européens (dont les micro-Etats et la Russie) ; de 495 millions de citoyens sur 733 millions d’Européens en 2007.

            Mais, sur les 50 Etats européens, 14 pays ont à peine plus de 20 ans d’existence (depuis 1989), issus de l’URSS, de l’ex Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie. Après 1989, 14 200 km de nouvelles frontières ont été tracés en seulement deux ans !

            L’Europe est donc un continent morcelé, mais aussi un espace comportant des dynamiques d’unification.

 

Problématique générale : En quoi l’Europe est-il un continent morcelé mais aussi en voie d’unification ?

 

EXPLICATION PREALABLE : L’étude en deux ensembles, dont le premier est composée comme une dissertation, avec trois volets : description avec emboîtement d’échelles, explications, et enfin une typologie.

 

 

 

 

 

CONSIGNES DE TRAVAIL :

 

1) A l’aide des cartes ci-dessous, décrire les différences de répartition entre les espaces, les classer des espaces fortement peuplés aux espaces faiblement peuplés.

Echelle européenne : Carte pp 158-159 : Quelle répartition spatiale de la population de l’Europe ?

Carte page 161 : Quelle localisation des agglomérations et des métropoles en Europe ?

Echelle française : Carte p 160 : Quelle France du « vide », quelle France du « pleins » ? 

Echelle régionale : Carte 7 page 296 : répartition de la population de la région PACA

 

2) Décrire les inégalités de richesse au sein de l’Europe aux échelles européenne, française et régionale à l’aide des documents ci-dessous. Classer les espaces européens.

Echelle européenne : Carte page 57 : Le PIB par habitant par région (en 2003)

Tableau 8 page 61 : Des écarts de richesse considérable entre les régions (2003)

Echelle française : Carte 1 a page 124 : Le revenu imposable moyen

Carte 1 a page 56 : le PIB régional (en 2003)

Echelle régionale : Carte 10 page 297 : L’organisation de l’espace de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En quoi l’Europe est-elle une mosaïque ?

 

Introduction : Le continent européen est une mosaïque d’Etats (49 pays) de poids démographiques et économiques très variés. Les écarts sont importants : 921 habitants pour la cité du Vatican (0,44 km²) face aux 82 millions d’Allemands ; PIB allemand de 2907 milliards de dollars en 2006 face aux 117 milliards d’euros de Roumanie.

 

Problématique : En quoi le continent européen est-il une mosaïque d’Etats et de régions différentes ?

 

I. Quelles sont les inégalités démographiques et économiques au sein de l’Europe ?

(Description  et emboîtement d’échelles)

 

            A. Quels sont les contrastes démographiques sur le continent européen ?

 

Constitution de trois groupes de travail : un pour chaque échelle européenne, française, et régionale (PACA). (Pour la démographie dans un 1er temps, à la maison pour l’éco ensuite)

 

A l’aide des trois cartes ci-dessous, décrire les différences de répartition entre les espaces, les classer des espaces fortement peuplés aux espaces faiblement peuplés.

Echelle européenne : Carte pp 158-159 : Quelle répartition spatiale de la population de l’Europe ?

Carte page 161 : Quelle localisation des agglomérations et des métropoles en Europe ?

Echelle française : Carte p 160 : Quelle France du « vide », quelle France du « pleins » ? 

Echelle régionale : Carte 7 page 296 : répartition de la population de la région PACA

 

1) ECHELLE EUROPEENNE

_ L’Europe forme un le troisième trois grand foyer de peuplement du monde. Mais, malgré ses 733 millions d’habitants et une densité moyenne de 92 hab./km² (avec la Russie d’Europe, sinon la densité est supérieure à 140 hab./km²) l’échelle européenne montre une inégalité dans la répartition de la population.

 

* Les fortes densités coïncident avec la présence de grandes agglomérations. En effet les trois quart des Européens sont des citadins. Les fortes densités se concentrent sur deux axes fortement urbanisés :

            - un axe Ouest-Est s’étendant de l’Angleterre à la Pologne.

            - un axe Nord-Sud formant la dorsale européenne, c’est-à-dire les régions se situant dans une écharpe allant du centre de l’Angleterre jusqu’au nord de l’Italie.

Le noyau dense de l’Europe est au croisement de ces deux axes entre la Ruhr et la mer du Nord, il forme la mégalopole. 

 

* Les faibles densités se trouvent au nord et au sud de ces axes.

* Les espaces vides s’expliquent en grande partie par des conditions naturelles. Le climat rigoureux explique la faible densité de la Finlande (15 hab./km²). Les contrastes internes sont également important : 10% de la population se concentre à Helsinki. La densité de la Laponie, au nord de la Finlande, est par contre inférieure à 2 hab./km².

Densité (p. 259) : nombre d’habitants par kilomètre carré.

Dorsale européenne : Ensemble de régions se situant dans une écharpe allant du centre de l’Angleterre jusqu’au nord de l’Italie. Ce sont les régions du continent les plus peuplées et les plus développées économiquement.

Mégalopole (p. 162) : espace d’urbanisation forte, avec de très grandes villes assez proches les unes des autres pour que l’urbanisation puisse être considérée comme continue.

2) ECHELLE FRANCAISE Carte p 160 : Quelle France du « vide », quelle France du « pleins » ? 

_ La densité en France est de 108 hab./km² pour la métropole (97hab./km² avec les DOM/ROM). C’est une densité moyenne en Europe (Royaume-Uni : 245 hab./km², Allemagne 231hab./km² ; Espagne :86hab./km²). Mais les 63,4 millions de Français métropolitains se répartissent inégalement sur le territoire.

_ La France se caractérise par des déséquilibres dans le peuplement du territoire. 75% de la population se concentre sur 20% du territoire.

            * Les très fortes densités sont les agglomérations (Densité de Paris : 20 137 hab/km² !) Deux Français sur dix résident dans l’aire urbaine de Paris qui comporte 11,3 millions d’habitants. On compte trois autres agglomérations millionnaires : Lyon, Lille, Marseille.

            * Les densités fortes et moyennes sont dans les régions urbanisées et industrialisées du Nord et de l’Est, dans les grandes vallées fluviales de la Seine, du Rhône ; dans les vallées de la Loire et de la Garonne [cf. page 24 pour les localisations de fleuves] ; sur les littoraux.

            * Les faibles densités s’étendent sur trois quart du territoire. La « France du vide » est surtout une France rurale. Plusieurs départements ont des densités inférieures à 30 hab./km² (Lozère, Aveyron [localisation carte p. 265]). Les espaces peu peuplées comprennent des zones de montagne : Pyrénées, Alpes du Sud ; des îles comme la Corse  (275 000 habitants); des périphéries comme la Guyane.

 

3) ECHELLE REGIONALE Carte 7 page 296 : répartition de la population de la région PACA

_ La région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) montre une répartition inégale de la population. En effet, il existe un fort contraste entre le littoral urbanisé très peuplé et l’intérieur aux faibles densités, en particulier dans les Alpes du Sud.

_ La PACA est troisième région la plus peuplée de France (4 178 000 habitants en 2006), mais près des deux tiers de la population vivent dans les trois principales aires urbaines : Marseille (1,5 million), Nice (933 000) et Toulon (564 000).

* La zone située le long du Rhône avec les villes d’Arles, d’Avignon et Orange est bien peuplée.

 

            B. Quels sont les contrastes économiques sur le continent européen ?

 

TRAVAIL A LA MAISON A LA SUITE DU TRAVAIL EN CLASSE PRECEDENT :

Décrire les inégalités de richesse au sein de l’Europe aux échelles européenne, française et régionale à l’aide des cartes ci-dessous.

 

Echelle européenne : Carte page 57 : Le PIB par habitant par région (en 2003)

Tableau 8 page 61 : Des écarts de richesse considérable entre les régions (2003)

Echelle française : Carte 1 a page 124 : Le revenu imposable moyen

Carte 1 a page 56 : le PIB régional (en 2003)

Echelle régionale : Carte 10 page 297 : L’organisation de l’espace de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur

 

PIB : Le produit intérieur brut est la richesse produite par un pays.

PIB/habitant : richesse produite par un pays divisée par le nombre d’habitants (le revenu par habitant).

DROM (p. 259) : Départements et régions d’outre-mer ; parties de la République française. Depuis la réforme constitutionnelle de 2003, les départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion) ont en même temps le statut de « région ». Le préfet est à la fois préfet de département et de région. Les lois sont susceptibles d’adaptation aux conditions locales.

Régions ultrapériphériques (p. 60) : régions bénéficiant, depuis le traité d’Amsterdam de 1997, de mesures spécifiques de développement vu leurs handicaps et leur situation économique. Elles sont au nombre de 7 : les départements d’outre-mer français, les Canaries, les Açores et Madère.

 

                                   1) ECHELLE EUROPENNE :

 

Carte page 57 : Le PIB par habitant par région (en 2003)

Tableau 8 page 61 : Des écarts de richesse considérable entre les régions (2003)

_ L’Europe comporte d’importants contrastes de richesses. Ainsi, l’écart de richesse entre la Roumanie et le Luxembourg est de 1 à 9.

* Les régions les plus riches sont situées au sein de la dorsale européenne. Elles comportent de grandes agglomérations comme les métropoles de Londres, Paris, Milan

* Les pays d’Europe occidentale ont une économie développée.

* Au sein des pays on peut constater des inégalités régionales,

- par exemple entre la région capitale et la périphérie (France, Grande-Bretagne, République Tchèque) ;

- mais aussi des divisions internes fortes : par exemple en Italie entre le Nord industriel avec la capitale économique Milan, le centre et le Sud pauvre (Mezzogiorno) ou à Naples les trois quart des jeunes de moins de 25 ans sont sans emploi. La différence de PIB/hab. est importante : plus de 20 000 euros pour les régions du Nord, 12 200 pour le Mezzogiorno.

* Les pays d’Europe centrale et orientale ont un PIB faible à l’exception parfois des capitales. Leur PIB/hab. est inférieur de 75% à la moyenne communautaire.

* Les régions ultrapériphériques de l’Europe sont des espaces plus pauvres que les métropoles : DROM français comme la Guyane, la Guadeloupe et la Martinique, la Réunion ; de la communauté autonome espagnole des Iles Canaries ; des régions autonomes portugaises des Açores et de Madère.

 

                                   2) ECHELLE FRANCAISE :

 

Carte 1 a page 124 : Le revenu imposable moyen

Carte 1 a page 56 : le PIB régional (en 2003)

_ Les écarts de richesse en France restent importants entre les régions.

* L’Île-de-France, Rhône-Alpes et PACA concentrent 45,5% du PIB français (dont 28,8% pour la seule Île-de-France).

* L’Ouest et le Sud s’affirment comme des espaces dynamiques, dont le PIB s’accroît.

* Les anciennes grandes régions industrielles comme la Lorraine ou le Nord-Pas-de-Calais ne représentent plus que 8,4% du PIB national. 

* Le PIB régional des régions du centre reste faible.

 

                                   3) ECHELLE REGIONALE :

 

Carte 10 page 297 : L’organisation de l’espace de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur

_ A l’échelle régionale les différences de PIB s’expliquent par les activités pratiquées au sein de la région. En PACA des agglomérations comme Marseille, Nice, disposent de technopôles, d’aéroports internationaux, de la proximité d’un littoral touristique. Cette pluriactivité explique un écart de richesses avec les zones montagneuses des Alpes du sud bénéficiant essentiellement du tourisme.

(     * La PACA dispose d’une diversité de site favorisant le tourisme : tourisme urbain, d’art et d’histoire, balnéaire et nautique, activités liées à la neige… La part du tourisme dans le PIB régional est de 12,2 % (6,6 % au niveau national). La consommation touristique est estimée à prés de 10 milliards d’euros.   )

 

 

II. Quelles sont les causes de l’existence d’une mosaïque européenne ?

(Explications de ces inégalités et de cette diversité)

 

Carte page 25 : Les territoires de la France et de la francophonie

Pourquoi la France dispose-t-elle d’espaces « ultrapériphériques » (Guadeloupe, etc…) en dehors de  la métropole ?

_ La France comporte en plus de son territoire métropolitain (l’Hexagone) des espaces Outre-mer : les DROM, mais aussi les Collectivités d’Outre-mer (COM), les « Pays » d’Outre-mer (POM), ainsi que des îles inhabitées : Kerguelen, Clipperton, la Terre Adélie. Ces espaces « ultrapériphériques » permettent à la France de disposer d’un vaste territoire maritime (ZEE).

_ La présence française outre-mer (et d’autres pays européens) s’explique par le passé colonial.

COM (p. 259) : Collectivités d’outre-mer, parties de la République française. Elles sont dotées d’une certaine autonomie. Il y a en a trois, avec des statuts différents : Mayotte, Saint-Pierre et Miquelon, et la Corse qualifiée de « collectivité spécifique ». Prochainement Saint-Barthélemy et Saint-Martin s’ajouteront à la liste.

POM (p. 261) : Pays d’outre-mer, parties de la République française. La Polynésie française est une collectivité d’outre-mer ; tandis que la Nouvelle-Calédonie est qualifiée de « collectivité spécifique », car son statut définitif doit être fixé par la consultation des populations en 2014.

ZEE (p. 26) : espace maritime, s’étendant jusqu’à 200 milles nautiques (370 km) à partir des côtes, dont l’exploitation est réservée aux Etats souverains.

 

TP. Polycopié sur l’éclatement de l’ex-Youglosavie

OU

 

Texte 3 page 81 : Une construction géopolitique et économique

Carte p. 18 : Avant 1989 : une Europe bipolaire ; carte 2 p. 19 : Depuis 1989 : l’Europe organisée autour de l’Union européenne.

Question 1 page 18 : Avant 1989, quels sont les deux grands ensembles en Europe ?

_ De 1945 à 1989 l’Europe est divisée en deux blocs :

*  les pays d’Europe occidentale sont des pays capitalistes, neutre ou membre de l’OTAN. 12 pays sont réunis dans la CEE.

* le bloc soviétique est constitué de pays communistes, ce sont des dictatures. L’URSS est alliée militairement aux démocraties populaires par le Pacte de Varsovie. Elles sont séparées de l’Europe occidentale par le « rideau de fer », matérialisé à Berlin par le mur de Berlin construit en 1961.

OTAN (p. 260) : Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Organisation politico-militaire destinée à assurer la sécurité de l’Europe occidentale et des Etats-Unis face à l’URSS. Elle a surtout joué un rôle pendant la guerre froide (env. 1947 – env. 1989) mais elle reste un élément important des relations internationales. Préparé par des accords préliminaires, le traité de l’Atlantique Nord a été signé en juin 1949. Il prévoit une défense solidaire entre les signataires, et l’OTAN est l’organisation destinée à le mettre en pratique.

Fondée par les 12 premiers signataires, de l’OTAN a maintenant 26 membres. Les pays de l’ancienne Europe de l’Est ont tenu à y adhérer depuis 1989.

 

 

 

 

Question 2 page 18 : quelles sont les transformations des cartes européennes depuis 1989 ?

_ La carte européenne actuelle est le résultat d’héritages historiques. En particulier la fin de la domination soviétique aboutit à l’indépendance mais aussi à la fragmentation d’anciens pays du bloc de l’Est, les PECO.

* La Tchécoslovaquie se sépare pacifiquement en deux Etats par le « divorce de velours » le 1er janvier 1993. La République Tchèque et la Slovaquie ont depuis 2004 intégrés l’Union européenne.

* L’ex Yougoslavie implose. La guerre oppose les Serbes avec les Bosniaques et les Croates à partir de 1991. Une épuration ethnique (massacre de Srebrenica en 1995) et de multiples violences caractérisent cette guerre où interviennent l’OTAN et les pays européens. Aujourd’hui, plusieurs des pays issus de l’ex Yougoslavie sont entrés (Slovénie) ou demandent leur adhésion dans l’Union européenne (Croatie).

* L’ex URSS a implosé en 1991. La CEI (Communauté des Etats Indépendants) a tenté de regrouper les Etats issus de l’URSS autour de la Russie. Mais les pays baltes sont entrés dans l’Union européenne. De plus, une série de révolutions procurent la démocratie et une indépendance de fait aux anciennes républiques soviétiques : la révolution orange pour l’Ukraine en 2004, la révolution des roses en Georgie en 2003. Plusieurs de ces pays demandent leur adhésion à l’Union européenne avec le soutien des PECO.

PECO (p. 260) : Pays d’Europe centrale et orientale. Sigle qui désigne les anciennes « démocraties populaires » et les pays de la CEI. Huit des pays entrés dans l’UE en 2004 (Lituanie, Estonie, Lettonie, Slovaquie, République Tchèque, Pologne, Hongrie, Slovénie) et les deux entrants de 2007 (Bulgarie et Roumanie) appartiennent à cet ensemble.

 

III. Quels sont les grands ensembles géopolitiques européens par rapport à l’Union européenne ?

(   Typologie des grands ensembles géopolitiques européens   )  

 

Carte page 86 : Du marché commun à 6 à l’Union européenne à 27

Carte page 87 : l’Union européenne à géométrie variable

Tableau 5 page 81 : Les élargissements successifs

Quels sont les différents ensembles géopolitiques européens ? (en rapport de leur situation géographique, histoire, culture).

 

_ L’Europe comprend plusieurs ensembles géopolitiques :

* L’Union européenne est un grand centre économique mondial et produit le tiers de la richesse planétaire. Ce pôle de la Triade attire de nombreux pays européens qui sont candidats à l’adhésion à l’Union européenne. Néanmoins les écarts économiques sont importants entre l’Europe des 15 et les nouveaux pays membres depuis 2004. Les 15 premiers pays membres de l’Union européenne forment le cœur historique et économique de l’Union européenne. Des pays comme la Bulgarie et la Roumanie sont en retard de développement.

* Les Etats balkaniques non membres de l’Union européenne sont des Etats fragiles. La démocratie n’y est pas encore solidement installée. De nombreuses tensions existent entre les minorités religieuses et ethniques comme dans le Kosovo entre Serbes, Albanophones et Tziganes ; en Macédoine entre Macédoniens et Albanophones.

* La Russie et les ex républiques soviétiques devenues indépendantes (Biélorussie, Ukraine, Moldavie) sont associées dans un ensemble géopolitique inspiré de l’ancienne CEE, la CEI : Communauté des Etats Indépendants. Des tensions existent entre pays membres et la Russie.

* Des pays sont restés volontairement en dehors de l’Union européenne, mais ils sont intégrés à sa sphère d’influence. Ce sont des pays démocratiques à haut niveau de vie comme la Suisse enclavée, la Norvège (refus par référendum en 1972 et 1994) et l’Islande.

 

1e Fiche d’objectifs géographie n°2 a

 

En quoi l’Europe est-elle une mosaïque ?

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Quelles sont les inégalités démographiques et économiques au sein de l’Europe ?

                A. Quels sont les contrastes démographiques sur le continent européen ?

                                               1) ECHELLE EUROPEENNE

                                               2) ECHELLE FRANCAISE

                                               3) ECHELLE REGIONALE

                B. Quels sont les contrastes économiques sur le continent européen ?

                                               1) ECHELLE EUROPENNE 

                                               2) ECHELLE FRANCAISE

                                               3) ECHELLE REGIONALE 

II. Quelles sont les causes de l’existence d’une mosaïque européenne ?

III. Quels sont les grands ensembles géopolitiques européens par rapport à l’Union européenne ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Densité (p. 259) : nombre d’habitants par kilomètre carré.

Dorsale européenne : Ensemble de régions se situant dans une écharpe allant du centre de l’Angleterre jusqu’au nord de l’Italie. Ce sont les régions du continent les plus peuplées et les plus développées économiquement.

Mégalopole (p. 162) : espace d’urbanisation forte, avec de très grandes villes assez proches les unes des autres pour que l’urbanisation puisse être considérée comme continue.

PIB : Le produit intérieur brut est la richesse produite par un pays.

PIB/habitant : richesse produite par un pays divisée par le nombre d’habitants (le revenu par habitant).

DROM (p. 259) : Départements et régions d’outre-mer ; parties de la République française. Depuis la réforme constitutionnelle de 2003, les départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion) ont en même temps le statut de « région ». Le préfet est à la fois préfet de département et de région. Les lois sont susceptibles d’adaptation aux conditions locales.

Régions ultrapériphériques (p. 60) : régions bénéficiant, depuis le traité d’Amsterdam de 1997, de mesures spécifiques de développement vu leurs handicaps et leur situation économique. Elles sont au nombre de 7 : les départements d’outre-mer français, les Canaries, les Açores et Madère.

COM (p. 259) : Collectivités d’outre-mer, parties de la République française. Elles sont dotées d’une certaine autonomie. Il y a en a trois, avec des statuts différents : Mayotte, Saint-Pierre et Miquelon, et la Corse qualifiée de « collectivité spécifique ». Prochainement Saint-Barthélemy et Saint-Martin s’ajouteront à la liste.

POM (p. 261) : Pays d’outre-mer, parties de la République française. La Polynésie française est une collectivité d’outre-mer ; tandis que la Nouvelle-Calédonie est qualifiée de « collectivité spécifique », car son statut définitif doit être fixé par la consultation des populations en 2014.

ZEE (p. 26) : espace maritime, s’étendant jusqu’à 200 milles nautiques (370 km) à partir des côtes, dont l’exploitation est réservée aux Etats souverains.

OTAN (p. 260) : Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Organisation politico-militaire destinée à assurer la sécurité de l’Europe occidentale et des Etats-Unis face à l’URSS. Elle a surtout joué un rôle pendant la guerre froide (env. 1947 – env. 1989) mais elle reste un élément important des relations internationales. Préparé par des accords préliminaires, le traité de l’Atlantique Nord a été signé en juin 1949. Il prévoit une défense solidaire entre les signataires, et l’OTAN est l’organisation destinée à le mettre en pratique.

Fondée par les 12 premiers signataires, de l’OTAN a maintenant 26 membres. Les pays de l’ancienne Europe de l’Est ont tenu à y adhérer depuis 1989.

PECO (p. 260) : Pays d’Europe centrale et orientale. Sigle qui désigne les anciennes « démocraties populaires » et les pays de la CEI. Huit des pays entrés dans l’UE en 2004 (Lituanie, Estonie, Lettonie, Slovaquie, République Tchèque, Pologne, Hongrie, Slovénie) et les deux entrants de 2007 (Bulgarie et Roumanie) appartiennent à cet ensemble.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS L’ESPACE :

* La dorsale européenne

* les mégapoles : Londres, Paris, Moscou (rappel)

* l’es axes rhodanien, séquanien, rhodanien, rhénan, ligérien.

* les zones de fortes et de faibles densités en France.

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ANALYSER DES CARTES A DIFFERENTES ECHELLES

5/ JE SAIS COMPARER DES CARTES

6/ JE SAIS METTRE EN RELATION CARTE ET TEXTE

7/ JE SAIS ETABLIR UNE TYPOLOGIE

8/ JE MAITRISE LA METHODE DE COMPOSITION

 

Lire la suite

Manuel Magnard 2007 Introduction : Qu’est-ce que l’Europe ? Le continent européen est le plus petit du monde (10 millions de km3) et ses limites naturelles..."> Cours 1ère Géographie : Qu'est-ce que l'Europe ?

19 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

Qu’est-ce que l’Europe ?<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

 

Manuel Magnard 2007

 

Introduction : Qu’est-ce que l’Europe ? Le continent européen est le plus petit du monde (10 millions de km3) et ses limites naturelles sont incertaines. Le continent en voie d’unification a un poids économique et culturel majeur, mais la diversité (plus de 200 langues et dialectes parlés en Europe) et l’inégalité de son peuplement posent la question de son hétérogénéité (de l’importance de ses différences).

 

Problématique : Comment définir l’Europe (c’est-à-dire quelles sont ses limites, ses caractéristiques, son ou ses identités culturelles et l’importance de sa diversité)?

 

T. P. à la maison : carte de localisation des limites, pays et capitales de l’Europe

 

I. Quelles sont les limites du continent européen ?

Peut-on définir l’Europe par ses frontières naturelles ? (Le continent européen existe—t-il ?)

 

_ Il faut distinguer entre plusieurs notions :

* Le continent européen, appelé Europe, regroupant 735 millions d’habitants (en 2007) sur 10 millions de km².

* L’Union européenne regroupant 27 Etats et 501 millions d’habitants (le 1er janvier 2010). 

Union européenne : L’Union européenne (UE) est l’association volontaire d’États européens, dans les domaines économique et politique, afin d’assurer le maintien de la paix en Europe et de favoriser le progrès économique et social. Depuis le 1er janvier 2007, l’UE compte 27 membres.

 

Carte 2 page 15 : Quelques mémoires d’Europe

A partir de quels éléments sont déterminées les limites conventionnelles de l’Europe ?

_ Les limites conventionnelles de l’Europe sont déterminées à partir des éléments du relief (Oural), des étendues maritimes.

_ Les frontières du continent européen sont des frontières naturelles.

Frontières naturelles : limites terrestres ou maritimes d’un territoire, fixées à partir du relief (montagnes) des fleuves ou par des étendues maritimes (océan, mer).

 

Quelles sont les limites conventionnelles de l’Europe sur cette carte ?

_ Les limites conventionnelles de l’Europe sont essentiellement maritimes : Méditerranée et mer Noire au sud, océan Atlantique à l’ouest et au nord. Elles sont aussi terrestre avec les chaînes de montagne : Caucase entre Russie d’Europe et Asie au sud-est, et l’Oural entre la Russie d’Europe et la Russie d’Asie.

Les frontières naturelles de l’Europe sont-elles incontestables ? Pourquoi ?

_ Les frontières de l’Europe sont le résultat de conventions entre géographes : par exemple l’Islande est une île reconnue comme européenne mais elle pourrait aussi être rattachée au continent américain ; de même l’Oural est considéré comme la frontière entre l’Europe et l’Asie mais c’est une limité fixée par les géographes russes au XVIII siècle.

 

Quelles sont les conséquences de cette absence de frontière naturelle entre Europe et Asie ?

_ Les montagnes de l’Oural sont peu élevées et ne forment pas véritablement une barrière naturelle. On dit alors que l’Europe n’est que le finistère de l’Asie, du continent nommé : l’Eurasie.

 

Eurasie : Ensemble continental formé par l’Europe et l’Asie.

 

 

Carte de localisation des limites, pays et capitales de l’Europe.

 

<?xml:namespace prefix = v ns = "urn:schemas-microsoft-com:vml" /> <?xml:namespace prefix = w ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:word" />

Travail à fournir :

 

1. Placer les limites naturelles du continent européen (océan et mers en bleu, chaînes de montagne en noir).

 

2. Mettre le nom des pays européens en majuscules à l’emplacement des pays (ou renvoi par numéro à une liste visible sur la feuille)

 

3. Mettre le nom des capitales en minuscules à l’emplacement des villes (ou renvoi par numéro à une liste visible sur la feuille)

 

4. Tracer les limites de l’Union européenne.

 

5. Apprendre le tout ! Bon courage, il s’agit des bases…

 

 

 

 

 

II. Comment l’identité européenne permet-elle de définir l’Europe ?

 

            A. Quels héritages historiques ont formé l’identité européenne ?

 

Introduction : Le continent européen ne se définit pas par ses frontières naturelles, à l’exception des conventions géographiques. Cependant, ce continent se démarque nettement des autres par son histoire et sa culture, par son identité européenne.

 

Carte 2 page 15 : Quelques mémoires d’Europe

Quelles sont les principales religions présentes en Europe ? Quels sont leurs points communs et leurs différences ?

_ L’identité européenne est le produit d’une histoire avec de nombreux héritages.

_ Les principales religions en Europe sont les religions chrétienne et musulmane.

Ce sont des monothéismes d’origine abrahamique. Le christianisme se divise en plusieurs branches en Europe : catholicisme à l’ouest et au centre de l’Europe ; protestantisme (anglicanisme, luthéranisme, calvinisme) au nord, orthodoxie dans les Balkans et à l’Est. Ces religions sont apparentées, fortement avec le christianisme, héritage de l’histoire.

 

Quels sont les autres héritages historiques communs aux Européens ?

_ Les langues sont principalement d’origine indo-européenne en Europe.

* Elle se divise en plusieurs branches : germanique (anglais, danois, allemand…), slave (russe, polonais, tchèque, serbe…), latine (roumain, espagnol, français, italien…). On trouve également des langues non indo-européennes : le basque, le hongrois, le turc.

* Plusieurs langues se partagent un territoire : Par exemple dans la famille indo-européenne dans le groupe latin, l’italien est la langue officielle, mais de nombreuses langues régionales existent : le sicilien, le vénitien, etc…

 

Quels événements historiques et civilisations ont formé l’identité européenne ?

_ De nombreux héritages ont formé l’identité européenne : la civilisation gréco-romaine, le développement du christianisme (églises romanes et gothiques…), l’époque de la Renaissance et de la philosophie des Lumières. Mais aussi la forte influence de la Révolution française et des principes des droits de l’Homme et de la démocratie.

Démocratie : régime politique où la souveraineté est exercée par le peuple, notamment grâce au suffrage universel, et où le respect des Droits de l’homme est garanti.

  

            B. Quels événements récents ont fondé les valeurs européennes ?       

 

Carte 2 page 15 : Quelques mémoires d’Europe

A la suite de quels événements l’Europe et particulièrement l’Allemagne ont été coupé en deux ?

_ L’Europe a été divisé en deux à la suite de la seconde guerre mondiale et de l’occupation de l’Est de l’Europe par l’Armée rouge. Le « rideau de fer » a coupé l’Europe de 1947 à 1989, et l’Allemagne divisée en deux pays la RDA et la RFA.

_ L’Europe a été dévasté lors de la seconde Guerre mondiale (bombardement de Dresde en 1945), puis remodelé après la chute du mur de Berlin en 1989, et la fin du « rideau de fer » divisant l’Europe.

 

En réaction à ces deux événements, quel processus a permis d’unifier un grand nombre de pays européens ?

_ L’unification du continent s’opère par la construction de l’Union européenne depuis le traité de Rome de 1957 fondant la Communauté européenne.

 

Quels sont les lieux et les symboles des valeurs fondant l’unité et les valeurs européennes ?

_ L’identité européenne repose sur ses valeurs faisant d’elle un foyer de la démocratie et des droits de l’homme (à Strasbourg, le Palais des Droits de l’Homme accueille la Cour et la Commission européenne des Droits de l’Homme). Un symbole de l’unité européenne est par exemple la monnaie commune (l’euro) pour treize pays de l’Union européenne.

  

III. En quoi le peuplement de l’Europe et de la France est-il un peuplement inégal ?

 

Carte Le peuplement de l’Europe pages 158-159

Quels sont les espaces de fortes densités ? De faible densité ?

_ Les espaces de  fortes densités sont situés le long d’un axe allant de Londres (région des Midlands) à Milan (plaine du Pô) en passant par le Benelux et l’Allemagne rhénane : c’est la dorsale européenne (> à 250 hab. / km²). Des mégapoles comme Londres, Paris et Moscou concentrent une très forte population (+ de 10 millions d’habitants). Mais la densité devient plus faible lorsqu’on s’éloigne de la dorsale européenne.

_ Les espaces de faibles densités sont principalement dans les îles (îles grecques, Corse, Irlande.), dans les péninsules : le nord de l’Ecosse au relief montagneux et peu industrialisé.

 

Carte de peuplement France page 160 +Carte page 24 : Potentialités, contraintes et ouverture du territoire

En comparant les deux cartes, dire quels sont les espaces de fortes densités. Quelles pourraient en être les explications ?

_ Les espaces de fortes densités sont principalement des agglomérations importantes comme la mégalopole Paris, mais aussi des agglomérations millionnaires comme Lille-Roubaix-Tourcoing, Lyon, Marseille. Ces villes forment ensemble un axe appelé : L-P-L-M (Lille-Paris-Lyon-Marseille). La France est plus densément peuplée le long d’une ligne passant du Havre à Marseille.

_ Les densités se localisent principalement le long des axes fluviaux (axe séquanien pour Paris, rhodanien pour Lyon, rhénan pour l’Alsace...). La population se concentre aussi le long des littoraux comme sur le littoral méditerranéen, en Bretagne.

 

Les facteurs naturels suffisent-ils à expliquer les densités de population ?

Non. Le couloir ligérien (Loire) n’a pas la même importance que le couloir rhodanien ou rhénan.

_ Les activités humaines expliquent cette différence de densité : le couloir rhodanien est aussi appelé le « couloir de la chimie » à cause des nombreuses activités pétrochimiques implantées sur cet axe, en particulier aux alentours de Lyon. L’axe rhénan est connecté à de vastes zones industrielles et de transports fluviaux allemands, belges et néerlandais. Par comparaison l’axe ligérien est bien plus un axe touristique (châteaux de la Loire).

_ Autre exemple avec les reliefs montagneux. Pour des altitudes comparables dans le massif central en France et en Suisse, les zones ont des densités très différentes : fortes en Suisse, faibles dans le massif central. Ce sont les activités humaines créatrices de richesses qui ont attiré la population dans le premier cas, et poussées à l’exode des jeunes dans le second cas.

 

 

Conclusion :

Les liens entre histoire et géographie sont importants. Ils permettent une définition de l’Europe par son identité culturelle, ses héritages historiques et ses valeurs. Ils expliquent aussi le peuplement inégal de l’homme en Europe et en France par la capacité des sociétés à exploiter les ressources du territoire.

 

  

 

1e Fiche d’objectifs géographie n°1

 

QU’EST-CE QUE L’EUROPE ?

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Quelles sont les limites du continent européen ?

II. Comment l’identité européenne permet-elle de définir l’Europe ?

                A. Quels héritages historiques ont formé l’identité européenne ?

                B. Quels événements récents ont fondé les valeurs européennes ?     

III. En quoi le peuplement de l’Europe et de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /> la France est-il un peuplement inégal ?

 

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Union européenne : L’Union européenne (UE) est l’association volontaire d’États européens, dans les domaines économique et politique, afin d’assurer le maintien de la paix en Europe et de favoriser le progrès économique et social. Depuis le 1er janvier 2007, l’UE compte 27 membres.

Frontières naturelles : limites terrestres ou maritimes d’un territoire, fixées à partir du relief (montagnes) des fleuves ou par des étendues maritimes (océan, mer).

Eurasie : Ensemble continental formé par l’Europe et l’Asie.

Démocratie : régime politique où la souveraineté est exercée par le peuple, notamment grâce au suffrage universel, et où le respect des Droits de l’homme est garanti.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS L’ESPACE :

* les frontières naturelles de l’Europe : océan Atlantique, mer du Nord, Méditerranée, Mer Noire, Caucase, Oural.

* Les limites de l’Union européenne

* Les noms des pays européens et leurs capitales

* les pays membres de l’Union européenne (et leurs capitales).

* La dorsale européenne

* les mégapoles : Londres, Paris, Moscou.

* l’es axes rhodanien, séquanien, rhodanien, rhénan, ligérien.

* les zones de fortes et de faibles densités en France.

 

4/ JE SAIS SITUER DANS LE TEMPS  :

* 1945 (Europe ruinée (ex bombardement de Dresde)

1957 : traité de Rome fondant la Communauté européenne.

* 1947-1989 : « rideau de fer » séparant l’Europe en deux lors de la Guerre Froide (ex . division de l’Allemagne en RDA et RFA)

* novembre 1989 : chute du mur de Berlin.

SAVOIR FAIRE

5/ JE SAIS ANALYSER UNE CARTE ET SA LEGENDE

6/ JE SAIS COMPARER DES CARTES

7/ JE SAIS COMPLETER UNE CARTE

 

Qu’est-ce que l’Europe ?

 

                                               SAVOIR

notions

méthodes

Comment définir l’Europe (c’est-à-dire quelles sont ses limites, ses caractéristiques, son ou ses identités culturelles et l’importance de sa diversité)?

 

I. Quelles sont les limites du continent européen ?

Peut-on définir l’Europe par ses frontières naturelles ? (Le continent européen existe—t-il ?)

 

 

 

II. Comment l’identité européenne permet-elle de définir l’Europe ?

 

                A. Quels héritages historiques ont formé l’identité européenne ?

                B. Quels événements récents ont fondé les valeurs européennes ?     

 

III. En quoi le peuplement de l’Europe et de la France est-il un peuplement inégal ?

 

 

 

 

 

 

-Union Européenne

(I)

-Continent Européen (I)

-Frontières naturelles (I)

-Eurasie (I)

 

 

- Démocratie (IIA)

 

 

-Dorsale européenne (III)

- Mégapole

 -carte de localisation des limites, pays et capitales de l’Europe (I)

- étude d’une carte (I)

 

- Comparaison de cartes (III)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Conseils de classe du 1er trimestre

16 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Vie de classe

Les dates des conseils de classe sont les suivantes :

 

 

2e 7 : le jeudi 9 décembre de 17h00 à 18h30 sous la présidence du proviseur M. Brun.

 

 

 

1ère L1 : jeudi 2 décembre de 17h00 à 18h30 sous la présidence du proviseur adjoint M. Meunier.

 

TL2 : mardi 7 décembre de 18h30 à 20h00 sous la présidence du proviseur M. Brun.

 

TC GRH : jeudi 25 novembre de 17h00 à 18h30 sous la présidence du proviseur adjoint M. Meunier.

Lire la suite

Rencontre parents professeurs 2e et 1ère

15 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Vie de classe

Rappel :

 

Les rencontres parents -professeurs se déroulent :

 

* le mardi 16 novembre 2010 à partir de 17 h00 pour les classes de 2e

 

 

* le lundi 22 novembre à partir de 17h00 pour les élèves de 1ère

 

 

Je serais en salle 402

Lire la suite

A Etude de cas : En quoi une Révolution doublement verte est-elle un enjeu du développement durable en Inde ? ETUDE..."> Cours 2e géographie : Nourrir les hommes (3)

15 Novembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

III Comment et pourquoi développer des agricultures durables ? <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

 

A Etude de cas : En quoi une Révolution doublement verte est-elle un enjeu du développement durable en Inde ?

 

ETUDE DE CAS : La sécurité alimentaire en question pages 82-83

 

Question 1 page 83 : Comment <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /> la Révolution verte a-t-elle permis à l’Inde d’acquérir la sécurité alimentaire ?

 

Question 2 page 83 : Quelles sont les limites économiques, sociales et environnementales de la Révolution verte ?

 

Question 3 page 83 : Quels peuvent-être les fondements d’une révolution « doublement verte » qui permettrait à l’Inde de développer une agriculture plus durable susceptible d’assurer sa sécurité alimentaire dans le futur ?

 

_ La Révolution verte a permis une forte croissance de la production agricole à partir des années 1970 grâce à l’irrigation, à la mécanisation et à l’emploi de pesticides (insecticides, herbicides, fongicides). Le pays de plus d’un milliard d’hommes est devenu autosuffisant.

 _ Cependant, la Révolution verte a atteint ses limites au niveau économique, sociale et environnementales :

* Economique et social : L’endettement des paysans et la taille trop petite des exploitations ont conduit de nombreux paysans au suicide. L’adoption des OGM rend les paysans dépendant des firmes chimiques.

* Environnemental : les sols et les eaux sont surexploités et pollués par les produits chimiques (engrais, pesticides). Les sols sont parfois épuisés. La menace de l’insécurité alimentaire réapparaît.

_ Pour parvenir à une Révolution « doublement verte » une éco-agriculture doit être mise en place, qui respecte l’environnement et donne une meilleure rémunération aux paysans.

Révolution verte (p. 267) : intensification de l’agriculture obtenue par l’emploi simultané de variétés de céréales (riz et blé principalement) à haut potentiel de rendement et de quantités importantes d’intrants d’origine industrielle (engrais, produits de traitement des végétaux). Elle implique le plus souvent le recours à l’irrigation.

 

Éco agriculture (p.78) : agriculture qui se veut « écologiquement intensive », c’est-à-dire qui s’efforce de tirer davantage parti du fonctionnement des écosystèmes eux-mêmes, ce qui implique des connaissances plus approfondies de ceux-ci.

 

B. Mise en perspective : Comment développer des agricultures durables ?

 

                        1) Comment produire davantage tout en respectant l’environnement ?

 

Texte 9 page 79 : Manger moins de viande ?

Quels sont les problèmes posés par l’augmentation mondiale de la consommation de viande ?

L’augmentation de la consommation de viande dans de nombreux pays peuplés est liée à l’augmentation du niveau de vie. Mais cela provoque un immense gaspillage de ressources : pour produire un kilo de viande il faut 10 kilo de végétaux !

            Pour produire de quoi engraisser les animaux le besoin de terres agricoles augmente : 60% de la surface agricole mondiale est consacrée à l’élevage.

 

_ Le développement durable pourrait passer par une modification des modes de consommation. Il s’agit non seulement d’équilibrer l’alimentation mais aussi d’éviter les gaspillages en ressources :

* Sols : Une alimentation avec moins de viande libérerait des terres pour l’agriculture. Pour produire un kilo de viande il faut 10 kilos de végétaux, or 60% de la surface agricole mondiale est consacrée à l’élevage.

* Energie : Il faut 25 fois plus d’énergie pour produire des fraises espagnoles en hiver sous serres, que pour produire des fraises locales de printemps.

* Nourriture : Dans les pays développés plus de 20% de ma nourriture achetée serait jetée !

 

Texte 9 page 79 : Manger moins de viande ? + Connaissances générales

 

Quels sont les problèmes sanitaires liés à l’agriculture productiviste dans la production de la viande?

_ Des crises sanitaires peuvent être provoqués par l’agriculture productiviste :

* Les veaux élevés aux hormones grandissent plus rapidement mais sont cancérigènes.

* La maladie de la « vache folle » provient de la consommation par les animaux de la farine d’origine animale (issue de cadavres d’animaux) qui provoque la « tremblante » ou ESB : (Encéphalie Spongiforme Bovine), maladie de Creutzfeldt Jakob.

* Les nitrates  (présents dans les engrais et les déjections animales) ont pollués l’eau bue par les Bretons.

Vache folle (p. 267) : ou Encephalie spongiforme bovine ESB : infection dégénérative du système nerveux des bovins qui infecta plus de 190 000 bovins en Europe entre 1986 et les années 2000 ; son origine tient à l’utilisation des farines animales dans l’alimentation des bovins.

 

 

Courbe linéaire 12 page 79 : Les OGM dans le monde (2008)

D’après vos connaissances générales, pourquoi les OGM obtiennent-ils un tel succès ?

* Les OGM sont commercialisés par de grandes firmes qui assurent leur promotion et leur distribution comme Monsanto.

* Les OGM ont été génétiquement modifiés de façon à être résistants aux maladies et aux parasites, ou encore à des traitements chimiques (pesticides Monsanto qui tuent les mauvaises herbes et les parasites, mais pas les OGM). Les semences une fois achetées, les paysans ont moins de coût pour les produits chimiques.

 

Les OGM représentent-ils une chance ou un danger ?

* Les risques environnementaux relevant des OGM restent mal connus.

* Les risques économiques sont majeurs avec la dépendance des paysans envers les firmes pour obtenir les semences d’OGM. .

* l’avantage des OGM est qu’ils permettent un semis direct, sans labour et donc avec moins d’érosion des sols et moins de rejet de CO².

 

_ 500 millions d’agriculteurs utilisent bêches et houes et pas ou peu d’engrais. D’autres utilisent des produits technologiques comme les engrais chimiques, les pesticides ou les OGM créés par des grandes firmes comme Monsanto.

_ Les OGM suscitent des débats sur leur nocivité sur la santé et l’environnement. Les paysans utilisant les OGM entrent néanmoins dans la dépendance économique de grandes FTN. Malgré cela les surfaces cultivées en OGM progressent fortement dans le monde.

 

 

Courbes linéaires 6 page 77 : Des ressources océaniques en stagnation

Quelle est l’évolution des ressources issues de la pêche ? Pourquoi ?

 

_  Les ressources halieutiques diminuent depuis 1990 malgré les pêches des bateaux-usines, équipés de radars et assistés par les satellites pour repérer les bancs de poisson.

_ La surexploitation des espèces (par exemple le thon rouge menacé de disparition en Méditerranée) menace la biodiversité et la filière économique de la pêche. Ceci alors que les océans ne fournissent que 4% des calories et 6% des protéines consommés.

Ressources halieutiques (p. 267) : qualifie toutes les ressources relevant de la pêche en eau douce ou marine.

 

INTRODUCTION DEBAT pages 80-81

Quelles pourraient être les solutions ?

_ La solution pour éviter la surexploitation est de protéger les ressources en interdisant leur pêche tant qu’elles sont en danger d’extinction, puis en limitant par des quotas leur prélèvement. 

_ L’aquaculture est-elle une solution ? Elle suscite des débats car elle permettrait de mieux assurer la sécurité alimentaire, mais les impacts sur l’environnement de la mariculture sont sources de polémiques.

Mariculture (p. 266) : forme d’aquaculture qui se pratique en bord de mer.

 

  

Photographie 10 page 79 : L’agroforesterie, une autre façon de cultiver

En quoi consiste l’agroforesterie ? Quels en sont les avantages ?

_ L’agroforesterie associe arbres et cultures sur une même parcelle agricole.

_ La présence d’arbres permet de protéger les cultures de la sécheresse et du froid, de limiter l’érosion. Les arbres permettent une plus grande biodiversité et accueille des insectes auxiliaires qui réduisent les risques de maladies et de ravageurs et ainsi limitent les pesticides.

* Les rendements peuvent augmenter de 5 à 10 % et compenser la perte de surfaces cultivées liées à la présence d’arbres.

_ Le système agroforestier a  décliné en France à cause de la modernisation de l’agriculture mais est très présent en Chine et aux Etats-Unis.

 

_ Pour développer une agriculture durable on peut mettre en place :

* une agriculture raisonnée ou écoagriculture préservant eau, sol et biodiversité, en limitant au maximum les produits chimiques pour réaliser une révolution « doublement verte »

* une agriculture biologique qui a recours à des pratiques culturales et d’élevage soucieuses du respect de l’équilibre naturel. Elle n’utilise aucun produit chimique et a des rendements plus faibles par hectares. Elle couvre moins de 1% des terres agricoles de la planète.

* une agriculture à labels met en avant le terroir d’origine du produit comme gage de qualité (AOC : Appellation d’origine contrôlé, IGP : Indication géographique protégée).

 

 

                        2) Comment mettre en place un « commerce équitable » ?

 

Publicité 11 page 79 : Le commerce équitable : une alternative encore marginale

Quel est le but du commerce équitable (voir texte dans l’affiche) ? Comment agissent-ils pour le réaliser ?

_ Le commerce équitable veut donner de meilleurs revenus aux petits producteurs du Sud : « Les producteurs et travailleurs défavorisés du Sud vivent dignement de leur travail tout en respectant leur environnement. »

_ Pour réaliser cet objectif des produits sont vendus sous des marques, dont la plus connue est Max Havelaar.

 

_ Les agriculteurs les plus pauvres dépendent pour leur revenu de prix fixés par des bourses comme celle de Chicago, avec des dérives spéculatives. De plus, la concurrence est faussée par les subventions des Etats riches pour leur agriculture à forte productivité.

_ Le commerce équitable permet à 1,5 million de paysans dans le monde de recevoir des revenus supérieurs de 30 à 40% de ceux des autres agriculteurs. Ce commerce est identifié par des marques dont la plus connue est le label Max Havelaar.

Commerce équitable (p. 264) : commerce qui met en place des filières particulières de commercialisation qui, grâce à des prix un peu plus élevés payés par les consommateurs, permettent de rémunérer les agriculteurs à des prix plus élevés et moins irréguliers que ceux liés aux cours mondiaux des matières premières agricoles.

 

CONCLUSION

L’humanité a les moyens techniques pour répondre au défi de nourrir 9 milliards d’homme en 2050. Néanmoins le problème de la répartition inégale des ressources et de leur surexploitation impose de recourir à un développement durable. Ce dernier doit parvenir à respecter l’environnement, donner de quoi se nourrir à tous et des revenus dignes à tous les producteurs.

2e Fiche d’objectifs géographie n°2

 

NOURRIR LES HOMMES

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. La Terre peut-elle nourrir 9 milliards d’hommes ?

A. Etude de cas : Le Brésil est-il la « ferme du monde pages » ?

                B. Le défi de nourrir toute la planète peut-il être relevé ?

                               1) La faim a-t-elle pour cause l’augmentation de la population mondiale ?

                               2) Quelles sont aux différentes échelles les inégalités mondiales dans la répartition de la nourriture ?

II. Comment assurer la sécurité alimentaire de nos jours et dans l’avenir ?

A. Etude de cas : En quoi les deux types d’agricultures au Brésil montrent les tensions et les inégalités dans le monde agricole ?

                B. Comment assurer la sécurité alimentaire de toutes les populations ?

                                               1) En quoi les acteurs de l’agriculture ont-ils des logiques différentes sur la sécurité alimentaire ?

                                              2) Quelles sont les compétitions sur les terres cultivables ?

III Comment et pourquoi développer des agricultures durables ?

A Etude de cas : En quoi une Révolution doublement verte est-elle un enjeu du développement durable en Inde ?

B. Mise en perspective : Comment développer des agricultures durables ?

                               1) Comment produire davantage tout en respectant l’environnement ?

                               2) Comment mettre en place un « commerce équitable » ?

2/ JE SAIS DEFINIR :

Sous nutrition (p.74) : notion quantitative ; elle exprime un déficit de la ration quotidienne de nourriture, mesurée en kilocalories, dont dispose un individu. Un individu adulte doit pouvoir disposer de 2500 kilocalories/jour pour ne pas être « sous-nutri ».

Malnutrition (p.74) : notion qualitative ; elle fait référence à un déficit dans la composition et l’équilibre de la ration alimentaire.

PMA ou Pays les moins avancés (p. 266) : ensemble des pays pauvres définis par l’ONU à partir des critères de revenu par habitant, du pourcentage de production industrielle dans le PNB et du taux d’alphabétisation.

Agriculture productiviste (p. 76) : système agricole dont la priorité est l’augmentation des quantités produites par hectare cultivé, obtenue par la mise en œuvre des moyens techniques de plus en plus puissants.

Sécurité alimentaire (page 76) : Selon la FAO, situation où tous les êtres humains ont, à tout moment un accès à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétique et leurs préférences alimentaires.

OGM (p. 78) : Organisme génétiquement modifié : organisme vivant dont on modifie le patrimoine génétique en y insérant un ou plusieurs gènes issus d’un autre organisme vivant.

Révolution verte (p. 267) : intensification de l’agriculture obtenue par l’emploi simultané de variétés de céréales (riz et blé principalement) à haut potentiel de rendement et de quantités importantes d’intrants d’origine industrielle (engrais, produits de traitement des végétaux). Elle implique le plus souvent le recours à l’irrigation.

Éco agriculture (p.78) : agriculture qui se veut « écologiquement intensive », c’est-à-dire qui s’efforce de tirer davantage parti du fonctionnement des écosystèmes eux-mêmes, ce qui implique des connaissances plus approfondies de ceux-ci.

Vache folle (p. 267) : ou Encephalie spongiforme bovine ESB : infection dégénérative du système nerveux des bovins qui infecta plus de 190 000 bovins en Europe entre 1986 et les années 2000 ; son origine tient à l’utilisation des farines animales dans l’alimentation des bovins.

Ressources halieutiques (p. 267) : qualifie toutes les ressources relevant de la pêche en eau douce ou marine.

Mariculture (p. 266) : forme d’aquaculture qui se pratique en bord de mer.

Commerce équitable (p. 264) : commerce qui met en place des filières particulières de commercialisation qui, grâce à des prix un peu plus élevés payés par les consommateurs, permettent de rémunérer les agriculteurs à des prix plus élevés et moins irréguliers que ceux liés aux cours mondiaux des matières premières agricoles.

 

SAVOIR FAIRE

4/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES DOCUMENTS DE NATURE VARIES

5/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

6/ JE SAIS ETUDIER UN GRAPHIQUE

7/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE CARICATURE

9/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES CARTES

10/ JE SAIS ETUDIER DES COURBES LINEAIRES

11/ JE SAIS LIRE UNE PHOTOGRAPHIE

12/ JE SAIS DECRYPTER UNE PUBLICITE

 

 

2e Fiche programmation géographie  n°

 

NOURRIR LES HOMMES

                                               SAVOIR

notions

méthodes

Problématique : Comment nourrir une population en augmentation en assurant une nourriture satisfaisante en quantité et en qualité, tout en développant une agriculture durable ?

 

I. La Terre peut-elle nourrir 9 milliards d’hommes ?

 

A. Etude de cas : Le Brésil est-il la « ferme du monde pages » ?

 

 

                B. Le défi de nourrir toute la planète peut-il être relevé ?

 

                               1) La faim a-t-elle pour cause l’augmentation de la population mondiale ?

 

                               2) Quelles sont aux différentes échelles les inégalités mondiales dans la répartition de la nourriture ?

 

II. Comment assurer la sécurité alimentaire de nos jours et dans l’avenir ?

 

A. Etude de cas : En quoi les deux types d’agricultures au Brésil montrent les tensions et les inégalités dans le monde agricole ?

 

                B. Comment assurer la sécurité alimentaire de toutes les populations ?

 

                                               1) En quoi les acteurs de l’agriculture ont-ils des logiques différentes sur la sécurité alimentaire ?

 

 

                                          2) Quelles sont les compétitions sur les terres cultivables ?

 

 

 

III Comment et pourquoi développer des agricultures durables ?

 

A Etude de cas : En quoi une Révolution doublement verte est-elle un enjeu du développement durable en Inde ?

 

 

B. Mise en perspective : Comment développer des agricultures durables ?

                               1) Comment produire davantage tout en respectant l’environnement ?

 

 

 

 

                               2) Comment mettre en place un « commerce équitable » ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous nutrition

Malnutrition (IA)

 

 

 

 

 

 

PMA (IB2)

 

 

*Agriculture productiviste

* Sécurité alimentaire (IIA)

 

 

 

 

OGM (IIB1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Révolution verte

* Ecoagriculture (IIIA)

 

 

 

 

 

*Vache folle

*Ressources halieutiques

*Mariculture (IIIB1)

 

 

 

Commerce équitable (IIIB2)

 

 

 

 

 

 

Etude de cas : mise en relation de documents de natures variées (IA)

 

 

Etude de texte (IB1)

 

 

Etude de graphique

Etude de carte (IB2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude de caricature

Remplir un tableau à partir d’un texte (IIB1)

 

Mise en relation de cartes

Etude d’image (IIB2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude de courbes linéaires

Animer un débat

Etude de photographie (IIIB1)

 

Etude de publicité (IIIB2)

 

 

Lire la suite
1 2 > >>