Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire 2e : La Révolution française : l'affirmation d'un nouvel univers politique (1789-1804) 2

9 Août 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

 

II. Quelles sont les évolutions caractéristiques de la décennie révolutionnaire ?

 

            A. Quels sont les principaux acteurs de la Révolution française ?

                       

Pages 252-253 : Paris sous la Révolution française

Question 1 page 253 : Relevez les lieux qui ont changé de nom ou de fonctions. Quel but recherchent ainsi les révolutionnaires ?

Les changements de noms ont lieu surtout lors de l’instauration de la République. Le but est d’effacer la monarchie et d’ancrer les symboles républicains dans le quotidien.

 

Question 2page 253 : Dans quel espace se concentrent les principaux évènements révolutionnaires ? Que peut-on en déduire sur le rôle du peuple français dans la Révolution ?

Ils se concentrent au coeur de Paris, le long de la Seine. C’est un lieu central, soumis aux pressions des faubourgs.

 

_ La Révolution française a pour principal cadre la ville de Paris et comme acteur principal le petit peuple parisien. En effet la pression populaire des habitants des faubourgs influence le déroulement des évènements.

_ Les sans culottes s’opposent aux aristocrates et parviennent à imposer des mesures comme le maximum des prix et des salaires (4 mai 1793) ou la déchristianisation (dès 1792 avec l’interdiction des manifestations religieuses sur la place publique). 

Sans-culottes (page 267) : militants des clubs démocratiques, issus souvent de l’artisanat et du petit commerce. Ils sont appelés ainsi en raison de leur tenue, le pantalon long rayé, très différent de la culotte des aristocrates.

 

_ De nombreuses forces sociales ont souhaité puis détesté la Révolution. La noblesse a espéré la Révolution pour limiter l’absolutisme à son profit, mais elle a perdu ses privilèges. Le clergé a vu ses terres confisquées et son obéissance au Pape remise en question par l’Assemblée nationale. Ce dernier point mécontente fortement les catholiques (ex Vendée, Bretagne). Les monarchistes sont choqués par l’exécution de Louis XVI.

_ Les paysans ont brûlé les châteaux pour précipiter  l’abolition des droits féodaux en brûlant les registres (terriers) où sont consignés les redevances dues aux seigneurs.

_ La bourgeoisie tire profit de la révolution pour abolir les privilèges et accéder à toutes les fonctions publiques. Mais le suffrage censitaire mécontente la population écartée du vote. Les sans-culottes, des citadins Parisiens, font glisser la Révolution vers la violence et soutiennent la Terreur de Robespierre.

 

  

 

            B. Quelle est la chronologie de la Révolution française ?

 

Chronologie page 251

 

Questions sur la chronologie :

1. Quel événement explique la décision du roi le 17 juillet 1789 ?

La prise de la Bastille qui a révélé la détermination du peuple de Paris et même des soldats en faveur des réformes.

 

2. Quelle décision majeure met fin à la Grande Peur ? Pourquoi ?

L’abolition des privilèges votée le 4 août met fin à la Grande Peur car les troubles dans les campagnes venaient surtout de l’exaspération des paysans face au système féodal.

 

3. Parmi ces dix années de Révolution, quelle est l’année pendant laquelle la Révolution semble le mieux acceptée par tous ? Justifiez votre réponse.

1790, car les changements de 1789 emblent être acceptés par tous comme le montre la fête de la Fédération.

 

4. La fuite du roi a-t-elle mis fin à la monarchie ? A-t-elle eu d’autres effets à votre avis ?

La monarchie est maintenue mais le roi est moins populaire.

 

5. Parmi ces dix années, quels sont les deux moments où la situation militaire est la plus critique ?

L’été 1792 et l’été 1793.

 

6. Pourquoi la Convention délègue-t-elle ses pouvoirs à un Comité de Salut Public ? Quelles en sont les conséquences positives et négatives ?

_ Devant les nombreuses difficultés à surmonter (guerre étrangère, guerre civile), un comité restreint et doté des pleins pouvoirs doit être plus efficace.

_ Les conséquences positives : la situation militaire s’améliore nettement et les révoltes intérieures sont réprimées. Les conséquences négatives : la Terreur pendant laquelle la justice est expéditive et les exécutions nombreuses.

 

7. Soulignez dans la chronologie les signes d’un retour à une révolution très modérée après la chute de Robespierre.

 

 

 

ANALYSER UNE CHRONOLOGIE

1. Quel événement explique la décision du roi le 17 juillet 1789 ?

2. Quelle décision majeure met fin à la Grande Peur ? Pourquoi ?

3. Parmi ces dix années de Révolution, quelle est l’année pendant laquelle la Révolution semble le mieux acceptée par tous ? Justifiez votre réponse.

4. La fuite du roi a-t-elle mis fin à la monarchie ? A-t-elle eu d’autres effets à votre avis ?

5. Parmi ces dix années, quels sont les deux moments où la situation militaire est la plus critique ?

6. Pourquoi la Convention délègue-t-elle ses pouvoirs à un Comité de Salut Public ? Quelles en sont les conséquences positives et négatives ?

7. Soulignez dans la chronologie les signes d’un retour à une révolution très modérée après la chute de Robespierre.

     

 

 

 

 

       C. Comment analyser les grands enjeux politique à travers des journées de la Révolution française ?

 

                        1. En quoi la prise de la Bastille est un symbole fondateur ?

 

Lien  Prise de la Bastille (3 min 08) : http://www.dailymotion.com/video/xmtky5_la-prise-de-la-bastille_news#

 

OU

 

Peinture 3 page 255 : La prise de la Bastille

Question 1 page 255 : Comment et contre qui se manifeste la violence des affrontements ?

Le peuple parisien, excédé par la misère,  pille les dépôts d’arme et attaque la forteresse de la Bastille. C’est le symbole de la monarchie absolue car le roi peut emprisonner sur lettre de cachet sans jugement qui il veut dans cette forteresse.

 

Question 2 page 255 : Quelle situation nouvelle crée l’alliance de la garde nationale et du peuple ?

L’alliance du peuple et de la Garde nationale donne de la puissance à la Révolution française. En effet la garde nationale sert la Révolution.

 

_ Le 14 juillet 1789 le peuple parisien prend la forteresse de la Bastille, symbole de l’absolutisme.

_ Le roi cède. Il fait retirer les troupes de Paris. Il vient dans la capitale, reconnaît la nouvelle municipalité et accepte la cocarde tricolore qui unit les couleurs de Paris, le bleu et le rouge, avec le blanc de la royauté.

_ Le retentissement de la journée est énorme : le peuple et la Garde nationale ont fait céder le roi. Des villes de province imitent la capitale et se dotent à leur tour d’une municipalité et d’une Garde nationale.

Garde nationale (p. 254) : milice bourgeoise de patriotes qui naît spontanément en juillet 1789 pour rétablir l’ordre à Paris puis en province, et pour servir la Révolution. A partir d’octobre 1791, tous les citoyens actifs doivent en faire partie.

 

 

                        2. En quoi la fuite du roi marque une rupture entre la monarchie et les Français ?

 

La fuite du roi (2 min 48) : http://www.dailymotion.com/video/xcil2u_la-fuite-du-roi_news#

OU

Pages 264-265 : L’arrestation du roi à Varennes, le 21 juin 1791

 

Question 1 page 265 : Que reproche Louis XVI à la Constitution qui est élaborée ? Pourquoi s’enfuit-il ? (doc. 1)

 Le roi trouve que la Constitution et les comités de l’Assemblée lui ôtent tout pouvoir, ou du moins les vident de tout contenu réel. Il pense que la fuite lui permettra de retrouver sa liberté d’action.

Question 2 page 265 : Quelles sont les différences entre le récit de Marie-Thérèse de France et la représentation de Jean-Louis Prieur ? Quel est le but recherché par chacun des auteurs ? (doc. 2, 3)

Marie-Thérèse raconte qu’ils ont été arrêtés dans leur voiture. Prieur montre en revanche que Louis XVI est arrêté en plein repas. Ensuite, l’attitude du peuple est très différente dans les deux cas. Chez Marie-Thérèse, il est ému et respectueux. Pour Prieur, le peuple est armé et menaçant. Prieur montre un roi avachi, préoccupé surtout de son bien être. Marie-Thérèse insiste au contraire sur l’honnêteté et la bonté de son père et sur l’amour que les Français lui portent.

 

Question 3 page 265 : Quelles sont les différentes réactions des Français devant la fuite du roi ? (doc.2, 5)  

L’image du roi était positive, il semblait avoir accepté les changements. Et d’un seul coup, les Français voient que tout est faux. On craint que le roi n’aille chercher des renforts à l’étranger et ne plonge le pays dans la guerre. Chez bon nombre de Français et surtout à Paris, vient ensuite l’hostilité à l’égard d’un roi regardé comme parjure et traître.

 

Question 4 page 265 : Quelle image du roi apparaît dans les documents ? (doc. 3, 4, 5 , 6)

 Le roi apparaît à la fois comme un benêt et comme un despote perfide. L’image du roi -cochon réunit ces deux aspects. Son prestige personnel est alors très entamé. Dès son retour à Paris, la défiance de la foule est très vive. La presse patriote souhaite même le faire passer en jugement et le déchoir de sa couronne.

 

REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

Sujet : « Pourquoi la fuite de Louis XVI marque-t-elle une rupture dans les rapports entre le roi et les Français ? »

_ L’épisode de Varennes est un événement crucial car l’image du roi, jusque-là majoritairement bonne, se dégrade. Plus grave encore, c’est désormais la monarchie elle-même qui est mise en cause.

Les républicains sortent de leur réserve : ils réclament la destitution du roi. Varennes entraîne dès lors la radicalisation de la Révolution.

 

Régime politique

Chronologie des événements :

Monarchie constitution -nelle

 

ETATS GENERAUX puis

ASSEMBLEE

NATIONALE

 

1789 :

5 mai : Ouverture des Etats Généraux

20 juin : les députés du Tiers Etat font le serment d’établir une constitution puis prennent le nom d’Assemblée nationale

14 juillet : le peuple de Paris prend la Bastille avec l’aide de certains régiments

17 juillet : le roi accepte le principe d’une monarchie constitutionnelle. 

Fin juillet début août : Grande peur dans les campagnes ; les paysans se retournent contre les châteaux.

4 août : l’Assemblée vote l’abolition des privilèges

26 août : l’Assemblée vote la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

5 octobre : marche des Parisiennes sur Versailles. Le roi s’installe à Paris.

1790 :

12 juillet : constitution civile du clergé ; des ecclésiastiques refusent de prêter serment à cette constitution.

14 juillet : fête de la Fédération (le roi et les gardes nationaux font le serment de respecter le nouveau régime).

1791 :

mars : le Pape condamne la constitution civile du clergé ; des ecclésiastiques refusent de prêter serment à cette constitution.

20 juin : fuite manquée du roi, reconnu et arrêté à Varennes

septembre : Constitution de 1791 et élection de l’Assemblée législative.

ASSEMBLEE

LEGISLATIVE

1er octobre 1791

1792 :

20 avril : déclaration de guerre à l’Autriche

11 juillet : « la Patrie en danger » (situation militaire inquiétante)

10 août : journée révolutionnaire à Paris ; le roi est emprisonné

20 septembre : victoire de Valmy (suivie d’autres victoires à l’automne)

REPUBLIQUE

 

CONVENTION

22 septembre : proclamation de la République et élection de la Convention

1793 :

21 janvier : exécution de Louis XVI

11 mars : début du soulèvement de la Vendée (jusqu’en décembre)

avril : la Convention délègue ses pouvoirs à un Comité de Salut Public

2 juin : arrestation des députés girondins : révoltes dans certaines régions

été : nombreuses difficultés face aux armées étrangères coalisées

septembre : lois des suspects et du maximum : début de la Terreur

automne : nouveaux succès des armées révolutionnaires

1794 :

mars avril : Robespierre fait exécuter les « Enragés » puis les « Indulgents »

juin : la Terreur s’amplifie (la Grande Terreur)

DIRECTOIRE

27 juillet : Robespierre est arrêté et exécuté ; fin du Comité du Salut Public

1795 :

20-23 mai : journées de Prairial (émeute populaire parisienne réprimée)

5 octobre : tentative de coup d’Etat royaliste réprimée par Bonaparte

26 octobre : début du Directoire ; les deux assemblées nouvellement élues au suffrage censitaire désignent cinq directeurs.

1796 :

mars : début de la campagne victorieuse de Bonaparte en Italie

avril : limitation de la liberté de la presse

1797 :

27 mai : exécution de Babeuf, chef de la Conjuration des Egaux, qui voulait une égalité complète entre les citoyens.

Octobre : paix de Campo-Formio avec l’Autriche

1798 :

mai : début de la Campagne d’Egypte contre l’Angleterre (succès peu durable)

septembre : loi Jordan instituant le service militaire obligatoire

1799 :

octobre : Bonaparte rentre d’Egypte

CONSULAT

9-10 novembre : coup d’Etat de Bonaparte ; début du Consulat

Partager cet article

Commenter cet article