Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Analyse de document histoire : Les conquêtes coloniales au service de l'économie britannique

29 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #1ère : Documents et exercices

 

 

 

                Les conquêtes coloniales au service de l'économie britannique

 

 

Analyse de texte conquêtes coloniales britanniques

 

QUESTIONS

1. Présenter le document

2. Montrer l'intérêt du document

3. Montrer les limites du document

 

 

 

METHODE GENERALE

APPLICATION GUIDEE

1. Présenter le document

* Relever la nature du texte, son auteur, la date, le ou les destinataires.

* Replacer le document dans son contexte : faire appel à ses connaissances pour expliquer les circonstances de sa création, et l’usage auquel il est destiné.

* Présentez le document en insistant sur son auteur.

 

 

2. Montrer l’intérêt du document

* Un document n’est jamais analysé pour lui-même : son étude doit permettre de répondre à une problématique plus générale, abordée dans un des chapitres du programme.

* La consigne qui accompagne le document a pour but d’orienter cette analyse. Il faut donc la lire avec attention pour comprendre quels sont les thèmes que le document permet d’étudier.

* Relever et classer en fonction de ces thèmes les informations tirées du document : pour les expliquer, il faut faire appel à ses connaissances.

 

* Quelle est, d’après l’auteur, la place prise par le commerce dans la politique du gouvernement britannique ?

 

* Quel lien l’auteur établit-il entre l’empire et la puissance britannique ?

 

* Expliquez l’évocation par Chamberlain des « rivaux commerciaux » du Royaume-Uni.

3. Montrer les limites du document

* Un document ne dit pas tout du fait historique qu’il évoque. Il peut en donner une vision incomplète ou erronée, pour différentes raisons : partialité de l’auteur, méconnaissance de certains faits… Pour donner à la consigne une réponse complète, il faut relever et expliquer ces limites.

* Dans ce cadre, il est fondamental de se référer à ses connaissances : sans une maîtrise réelle du chapitre auquel le document se réfère, ses limites ne sont pas perceptibles.

* Relevez dans la phrase soulignée en rouge les signes de l’existence d’une opposition à l’opinion de Chamberlain.

 

* Quel aspect de la colonisation l’auteur n’évoque-t-il pas ?

Lire la suite

Méthode : apprendre et réviser un cours

28 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Pour réviser...

 

 

Méthode : Apprendre et/ou réviser un cours

 

* Faire le point sur les connaissances

Avant de relire vos notes de cours ou le manuel, il convient de s’interroger cela permet de savoir où vous en êtes.

Une règle d’or : il faut toujours partir de que l’on sait déjà : cela permet de vous remémorer vos connaissance et d’acquérir le réflexe de la démarche géographique.

 

* Lecture réfléchie de l’ensemble du cours

- Surligner les mots importants

- Noter tout ce qui est incompris et/ou flou.

- Rechercher les mots courants inconnus dans un dictionnaire.

 

* Apprendre le cours 

- Qu’est-ce qu’apprendre ? Comprendre=Mémoriser.

 

1. Comprendre : s’interroger sur le sens

- Réussir à justifier le plan : identifier les idées majeures ou connaissances incontournables, saisir l’organisation (structuration) des idées donc la logique du cours.

- Saisir les liens entre le sujet et le plan : le rapport entre le sujet et l’ordre du plan, les liens entre les différentes parties du plan.

 

2. Mémoriser : stocker la connaissance pour l’évoquer postérieurement

- Faire une fiche synthétique du plan comprenant l’idée essentielle de chaque paragraphe.

* Découvrir la manière la plus efficace pour vous de mémoriser : est-ce en ayant besoin du support des phrases ou plutôt celui de schémas ou tableaux ? est-il utile de dire le cours à voix haute ? ou autres…

 

3. Evoquer ses connaissances pour les fixer

* A quoi se rapporte telle connaissance, quelle association est envisageable ? Quels ponts faire avec mes connaissances scolaires ? Quels exemples peuvent m’aider ? Quel contexte peut m’aider à le retenir : cours, images, sons, histoires ? Quels moyens mnémotechniques peuvent être utilisés ? Qu’est-ce que peux généraliser ? Se mettre dans la situation de devoir raconter votre cours à une personne qui ne connaît pas le sujet.

 

* Vérifier et évaluer ses connaissances

 Cours et manuels fermés, s’interroger, s’évaluer.

 

Lire la suite

Méthodologie : organiser la légende d'un croquis Exemple des Etats-Unis

28 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #TL : Documents et exercices

METHODOLOGIE : ORGANISER LA LEGENDE D’UN CROQUIS

 

Sujet : « Les Etats-Unis, l’organisation du territoire d’une puissance mondiale »

Carte page 134 du manuel de Terminale (avec quelques modifications à faire pour correspondre au sujet)

 

1. Les questions que l’on doit se poser avant de réaliser le croquis.

* Que signifie l’expression « organisation du territoire » ?

* Quels éléments peut-on cartographier pour

- Expliquer l’organisation du territoire des Etats-Unis ?

- Montrer que cette organisation est liée au fait que les Etats-Unis sont une puissance mondiale ?

 

2. Que montre le croquis ?

A l’aide de votre réflexion, des éléments de légende proposés et de la carte page 134, compléter le tableau 1, en relevant les noms des régions des Etats-Unis correspondant aux critères indiqués dans la première colonne.

 

Tableau 1

 

B. Dans le tableau 2 reporter les figurés de la légende qui correspondent aux informations de la première colonne.

 

Tableau 2

 

3. Comment organiser la légende ?

A. Pourquoi la légende 1 n’apporte-t-elle pas de réponse précise au sujet ?

B. Quel tableau, 1 ou 2, propose des informations qui

- présentent les grands contrastes du territoire ?

- donnent des éléments explicatifs de l’organisation du territoire ?

C. Pour organiser la légende 1 en deux rubriques quels titres peut-on leur donner ?

- rubrique 1

- rubrique 2

 

4. Compléter le croquis

A. Réaliser la légende 2 du croquis en reportant les titres de ces deux rubriques et en y classant tous les figurés de la légende 1

B. Reporter le titre du croquis.

 

Espace moteur du pays qui s’appuie sur de grands centres d’impulsion

 

Espaces dynamisés par la proximité d’une frontière

 

Régions à fortes potentialités en ressources agricoles, énergétiques, minières

 

Régions motrices en forte croissance

 

Informations

Figurés

Moyens de communication

 

Villes

 

Population

 

Organisation économique régionale

 

Activités industrielles

 

Ouverture du territoire sur l’espace mondial

 

Lire la suite

Exercice de cartographie 1ère : Aménagement du Nouveau Romilly

28 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #1ère : Documents et exercices

 

EXERCICE DE CARTOGRAPHIE : Réaliser une légende à partir d'un schéma et d'éléments de la légende.

 

  SCHEMA-Amenagement-du-Nouveau-Romilly.jpg

 

 

A partir de ce document et des éléments suivants, remplissez la légende.

 

COMMENT L’AMENAGEMENT DU NOUVEAU ROMILLY EST-IL PREVU POUR CREER UN ESPACE ATTRACTIF ?

 

I. Volonté des acteurs de créer un cadre de vie agréable…

 

            A. Cadre de vie rénové

 

 

 

 

            B. Cadre de vie vétuste marqué par la paupérisation…

 

 

 

II. … au sein d’un espace dotés d’infrastructures collectives attractives…

 

            A. Equipements publics

 

 

 

 

            B. Espaces de détentes

 

 

 

 

III. … suscitant des déplacements, des flux de population.

 

            A. Axes de circulation

 

 

 

           

            B. Flux de populations

 

 

 

 

 

 

 

 

A placer dans la légende avec un figuré : routes, espaces commerciaux, lycées et internat, HLM à rénover, espaces récréatifs (espaces verts, jeux), déplacements lycéens vers des lieux de loisirs, ligne ferroviaire Paris-Romilly-Troyes, hôpital, habitat rénové, lieux de loisirs (cinéma, médiathèque…), attractivité ou « répulsivité » du lieu, migrations pendulaires domicile/lycée.

 

Lire la suite

Préambule de la Consitution de 1946

23 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Education civique juridique et sociale

 

 

 

 

PREAMBULE DE LA CONSTITUTION DE 1946

 

1. Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d'asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et libertés de l'homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

2. Il proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après :

3. La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme.

4. Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d'asile sur les territoires de la République.

5. Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.

6. Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l'action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.

7. Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

8. Tout travailleur participe, par l'intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu'à la gestion des entreprises.

9. Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

10. La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

11. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence.

12. La Nation proclame la solidarité et l'égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.

13. La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat.

14. La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n'entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n'emploiera jamais ses forces contre la liberté d'aucun peuple.

15. Sous réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté nécessaires à l'organisation et à la défense de la paix.

16. La France forme avec les peuples d'outre-mer une Union fondée sur l'égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion.

17. L'Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité.

18. Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s'administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l'arbitraire, elle garantit à tous l'égal accès aux fonctions publiques et l'exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.

 

Comparer le préambule de la Constitution de 1946 et la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 :

1) Quelles sont les nouvelles notions présentes dans le préambule de la Constitution de 1946 ?

2) Quels sont les nouveaux genres de droits accordés par le préambule ?

 

Lire la suite

Croquis L'aménagement du territoire objectifs et acteurs

22 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cartographie 1ère

 

 

 

  Croquis L'aménagement du territoire objectifs et acteurs

 

 

Lire la suite

La Déclaration des droits (Bill of Rights) de 1689

22 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Education civique juridique et sociale

 

 

La Déclaration des droits (Bill of Rights), 1689

[…] Les lords spirituels et temporels et les Communes, aujourd’hui assemblés en vertu de leurs lettres et élections, constituant ensemble la représentation pleine et libre de la Nation […] déclarent […] pour assurer leurs anciens droits et libertés :

1. Que le prétendu pouvoir de l’autorité royale de suspendre les lois ou l’exécution des lois sans le consentement du Parlement est illégal ;

4. Qu’une levée d’argent pour la Couronne ou à son usage, sous prétexte de prérogative, sans le consentement du Parlement, pour un temps plus long et d’une manière autre qu’elle n’est ou ne sera consentie par le Parlement, est illégale ;

5. Que c’est un droit des sujets de présenter des pétitions au Roi et que tous emprisonnements et poursuites à raison de ces pétitionnements sont illégaux ;

6. Que la levée et l’entretien d’une armée dans le royaume, en temps de paix, sans le consentement du Parlement, est contraire à la loi ;

8. Que la liberté de parole, ni celle des débats ou procédures dans le sein du Parlement ne peut être entravée ou mise en discussion en aucune cour ou lieu quelconque autre que le Parlement lui-même ;

9. Que les élections des membres du Parlement doivent être libres ;

13. Qu’enfin, pour remédier à tous griefs et pour l’amendement, l’affermissement et l’observation des lois, le Parlement devra être fréquemment réuni ; et ils requièrent et réclament avec insistance toutes les choses susdites comme leurs droits et libertés incontestables ; et aussi qu’aucune déclarations, jugements, actes ou procédures, ayant préjudicié au peuple en l’un des points ci-dessus, ne puissent en aucune manière servir à l’avenir de précédent ou d’exemp

Après la seconde révolution anglaise, avec la Déclaration des droits, le Parlement d’Angleterre limite les pouvoirs du roi et assure les élections libres.

 

Source : http://maj.cndp.fr/index.php?id=174

 

 

Lire la suite

ECJS 2e : Travaux sur la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

22 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Education civique juridique et sociale

 

 

LES VALEURS ET LES PRINCIPES DE LA REPUBLIQUE :

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

Manuel histoire Belin

 

Introduction : La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 au début du programme figure dans le Préambule de la Constitution de notre V République. Confirmée et complétée par le Préambule de la Constitution de 1946, elle a une valeur constitutionnelle. Avec les grandes déclarations des Droits de l’Homme, la Déclaration Universelle des droits de l’Homme de 1948, pour le monde, et celle de 1950, pour l’Europe, elle explique l’existence de l’Éducation civique au collège et de l’E.C.J.S. au lycée, où les thèmes proposés correspondent à des principes.

 

Problématique : Comment la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, écrite en 1789, inspire le droit et les valeurs de notre monde ?

 

I. Quel est le contexte historique de la création de la DDHC ?

 

 

EXERCICE 1

 

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

 

Extrait du film La Révolution française : Lecture d’acteur

http://www.youtube.com/watch?v=jq5NDk1zqSE&feature=related

OU

 http://www.dailymotion.com/video/x4ju0q_declaration-des-droits-de-l-homme-e_shortfilms

 

Explication du contexte :

http://www.youtube.com/watch?v=NurJN64rrA8

 

1. Quand et par qui a été rédigé la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen (DDHC) ?

 

2. Quels sont les rapports entre droits et devoir dans la pensée des auteurs de la DDHC ?

 

3. En quoi la DDHC rompt avec la pratique de la justice de l’Ancien Régime ?

 

 

4. A qui s’adresse la DDHC ? Quelle philosophie inspire les auteurs de la DDHC ? Pourquoi cette DDHC est-elle universelle ?

 

5. Quelles personnes n’ont pas le droit de voter malgré la DDHC ?

 

 

 

 

 

  EXERCICE 2

 

 

 Au dessous du texte, on remarque la présence de plusieurs symboles d'origines diverses, principalement antiques (de haut en bas):

- l'œil dans le triangle, représentation de la déité;

- l'allégorie de la liberté brisant les chaînes de la servitude;

- le serpent qui se mord la queue (l'Ouroboros)

- le bonnet phrygien

- le faisceau de licteurs

Par ailleurs, la forme du document évoque celle qu'on donne traditionnellement aux tables de la loi remises par Dieu à Moïse au Sinaï.n autre trophée composé de palmes, de fers brisés et de drapeaux.

 

ETUDE D'IMAGE :

1) Quelle est l'origine des symboles illustrant la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen ? (Religieuse, Antiquité... )

2) Quelle est la signification du personnage couronnée brisant des chaînes ?

3) Quelle est la signification du bonnet phrygien ? Du faisceau de licteurs en dessous du bonnet phrygien ?

4) Quel personnage évoque l'oeil dans le triangle ? Où retrouve-t-on ce symbole ?

 

 

 

EXERCICE 3

 

SITE TV5 MONDE : Droits de l’enfant

 http://www.tv5.org/TV5Site/webtv/video-6807-Le_20_novembre_1989_l_ONU_adopte_la_Convention_internationale_des_droits_de_l_enfant.htm

 

Quels sont les apports de la Convention internationale des droits de l’enfant aux principes des droits de l’Homme ?

 

 

 

EXERCICE 4

 

Rédiger une nouvelle Déclaration des droits de l’homme

* Ecrire un préambule indiquant les valeurs inspirant cette déclaration

* Indiquer les droits fondamentaux

* Indiquer les limites de ces droits

* Indiquer les nouveaux droits que vous voudriez voir figurer dans la nouvelle déclaration.

 

 

 

LIEN SOURCES : Sources de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen : http://www.aidh.org/Biblio/Text_fondat/sources-dh.htm

 

 

Lire la suite

Sujets de productions enseignement d'exploration Littérature et société

20 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Enseignement d'exploration Littérature et société

 

 

SUJETS DE PRODUCTIONS ENSEIGNEMENT D’EXPLORATION LITTERATURE ET SOCIETE

 

Tous les travaux nécessiteront la rédaction d’un article d’une trentaine de lignes par groupe : il faudra donc avoir un esprit synthétique et analytique.

 

Groupe dessinateurs et analyse BD :

 

A) Réalisation d’un dossier sur la BD et l’histoire

 

1) Réalisation d’un dossier sur la BD et la seconde guerre mondiale : De la Bête est morte de François-Edmond Calvo (1944) à Mauschwitz d’Art Spiegelmann

 

2) Réalisation d’un dossier sur les Comics américain : en quoi les superhéros et les supervilains illustrent la Guerre froide idéologique entre URSS et Etats-Unis ?

 

3) Comprendre une société à travers la BD :

* Marjane Satrapi et Persepolis pour l’Iran : le problème de l’islamisme et des droits de la femme.

* Histoire et genres des Mangas d’Hiroshige (peintre du XVIII) à Tite Kubo (mangaka de Bleach) : origine des mangas ;  mangas pour filles, garçons, etc…

 

B) Production d’une BD sur la fabrication du papier

 

 

Groupe Historiens :

 

4) Réaliser un panneau ou un powerpoint sur la vie quotidienne des écoliers en Egypte, Grèce, Rome… Moyen Age… Chine ancienne…

 

Les auteurs devront présenter oralement leur production devant les autres élèves.

 

5) L’histoire d’une maison d’édition : Hachette.

La production est sous forme de journal (avec articles, mots croisés, publicités).

 

 

Groupe lecteurs :

 

Livre au choix :

Le Roman de la rose d’Umberto Eco (difficile)

Tristan et Yseut de Béroul

Le livre du magicien de P. Doherty 

Ou un livre proposé par les élèves.

 

6) Présenter à l’aide d’un panneau ou d’un powerpoint le livre lu.

 

 

 

Groupe Ecrivains

 

Ecrire à la manière de…

 

7) Ecrire un fabliau ou un poème médiéval par personne du groupe ; en groupe : réaliser une 1ère de couverture, une préface, un sommaire, des illustrations, etc…

 

8) Ecrire un récit fantastique ou mythologique sur les dieux de l’écriture dans l’antiquité : Odin et l’invention des runes, Thot le dieu des hiéroglyphes et Shéma la déesse des archives ; Nabu dieu des scribes en Mésopotamie…

La production sera sous forme de livres de contes,  avec un conte par dieu/civilisation…

 

Groupe géographes :

 

9) Réaliser un atlas de cartes réelles et imaginaires retraçant les connaissances géographiques et mythologiques.

 

Lire la suite

Déclaration universelle des droits de l'homme du 10 décembre 1948

20 Septembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Education civique juridique et sociale

 

 

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.

Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression.

Considérant qu'il est essentiel d'encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l'Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu'une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L'Assemblée Générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

 

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

 

Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

 

 

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

 

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

 

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

 

Article 6

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

 

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

 

Article 8

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

 

Article 9

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

 

Article 10

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11

1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.

 

Article 12

Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15

1. Tout individu a droit à une nationalité.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16

1. A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
2. Le mariage ne peut être conclu qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux.
3. La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'Etat.

Article 17

1. Toute personne, aussi bien seule qu'en collectivité, a droit à la propriété.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Article 20

1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

Article 21

1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d'égalité, aux fonctions publiques de son pays.
3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22

Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources de chaque pays.

 

Article 23

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

 

Article 24

Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

 

Article 25

1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

 

Article 26

1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.

Article 27

1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

Article 28

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

 

Article 29

1. L'individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
2. Dans l'exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l'ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s'exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

 

 

 

Lire la suite
1 2 3 > >>