Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Sommaire Travaux Personnels Encadrés : programme et méthodologies

30 Août 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Sommaire

 

                                                                       TRAVAUX PERSONNELS ENCADRES

 

 

PROGRAMME :

 

Nouveaux thèmes 2013-2014 : http://museclio.over-blog.com/article-nouveaux-themes-travaux-prtaiques-encadres-2013-2014-118695126.html

 Fiches détaillées (origine Eduscol) sur le programme : http://eduscol.education.fr/cid47789/themes-nationaux.html

 

 

Fiche simplifiée de présentation de thèmes   : http://museclio.over-blog.com/article-presentation-themes-et-axes-de-recherches-1ere-es-2013-2014-120021152.html

 

 

 

PROGRESSION ET ETAPES :

 

Conditions de la réussite, recherche documentaire et évaluations :

http://museclio.over-blog.com/article-conditions-de-la-reussite-recherche-documentaire-et-evaluations-37279001.html

 

  Comment passer d'un thème à une problématique (de façon simplifiée) ? : http://museclio.over-blog.com/article-tpe-comment-passer-d-un-theme-a-une-problematique-de-fa-on-simplifiee-120019100.html

 

 

 

METHODOLOGIES :

 

RECHERCHES :

 

Carnet de bord : http://museclio.over-blog.com/article-carnet-de-bord-et-exemple-37278904.html

 

Comment faire une bibliographie : http://museclio.over-blog.com/article-methode-tpe-comment-faire-une-bibliographie-regles-de-base-59173079.html

 

 

 

PRODUCTION :

 

Comment réaliser un magazine pour les TPE (Lien externe) : http://www.tpe-lycee.fr/spip.php?article30

 

 

 

 

SYNTHESE ECRITE :

 

Note de synthèse : http://museclio.over-blog.com/article-note-de-synthese-tpe-et-oral-tpe-114802539.html

 

 

 

PREPARATION DE L'ORAL

 

Présentation de l'oral : http://museclio.over-blog.com/article-29292487.html

Critères de l'examinateur : http://museclio.over-blog.com/article-29292339.html

Ce qui est attendu de l'oral de TPE : http://museclio.over-blog.com/article-29292299.html

 

 

Lire la suite

Cours Histoire 2e : La Révolution française : l'affirmation d'un nouvel univers politique (1789-1804) 3

9 Août 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

III. Quelle est la place de la violence dans le processus révolutionnaire ?

 

Robespierre et la Terreur (5min 51): http://www.dailymotion.com/video/xd9min_robespierre-et-la-terreur_news#

 

TDC : http://www.cndp.fr/tdc/tous-les-numeros/la-revolution-en-images.html

 

T. P. pages 268-269 : Maximilien de Robespierre, de la démocratie à la Terreur.

 

Question 1 page 269 : Quelles valeurs doivent, selon Robespierre, fonder la République ? (doc.1, 2)

C’est la vertu qui doit être selon Robespierre la base de tout gouvernement démocratique et qui justifie la Terreur. La vertu recouvre pour lui plusieurs choses : le patriotisme, la justice et le respect de l’Être suprême.

 

Question 2 page 269 : Comment Robespierre justifie-t-il la Terreur ? Comment qualifier cette politique ? (doc. 2, 4, 5)

La Terreur est jugée nécessaire pour combattre les ennemis de la Révolution. Elle est le prix à payer pou sauver la démocratie. Seulement, la Terreur a causé un grand nombre de morts qui n’étaient vraisemblablement pas tous coupables : la loi des suspects permettait en effet d’élargir à volonté les arrestations.

 

Question 3 page 269 : Comment le gouvernement de Robespierre se termine-t-il ? Pourquoi ? (doc. 3, 4, 5)

Robespierre est victime d’un complot de députés apeurés par sa politique. Il est décrété d’arrestation par la Convention, poursuivi jusqu’à l’Hôtel de ville où il s’était placé sous la protection de la Commune.

Ayant échoué à se suicider contrairement à certains de ses alliés, il est arrêté et exécuté le lendemain avec ses partisans. On le présente alors comme un monstre et un tyran assoiffé du sang des Français.

 

BILAN page 269 : Rédiger un texte écrit et argumenté

Sujet : « Quel rôle Robespierre a-t-il joué dans la radicalisation de la Révolution ? »

_ Robespierre (biographie haut de la page 268) est l’homme qui a choisi de s’appuyer sur les sans-culottes pour sauver la République. Sa sincérité est manifeste, mais son amour de la vertu ne l’empêche pas de souhaiter la Terreur, instrument de son pouvoir. Il assume totalement la radicalisation de la Révolution qu’il symbolise tout entier, même si la Fête de l’être suprême montre qu’il souhaite arrêter l’emballement de la déchristianisation et fonder la République sur un socle religieux, une religion des Lumières.

Déchristianisation (p. 266) : mesures prises par les révolutionnaires en vue d’éliminer l’influence du christianisme dans la vie quotidienne.

 

_ Cette identification volontaire de son personnage au régime du Comité de salut public explique la haine qu’il a suscitée, d’autant plus que les Thermidoriens, souvent d’anciens montagnards, avaient intérêt à lui faire porter seul la responsabilité de la Terreur.

Comité de salut public (p. 266) : principal organe du gouvernement révolutionnaire, crée en mars 1793 et composé de neuf à quatorze membres élus par la Convention. Il est chargé de la politique extérieure et de la sécurité intérieure du pays.

Montagnards (p. 266) : députés assis à gauche et en haut des gradins de la Convention. Ils soutiennent les revendications des sans-culottes et souhaitent une république centralisée.

 

 

 

 

IV. De quelle manière la Révolution a-t-elle bouleversé la vie quotidienne des Français ?

 

            A. Quels sont les principes affirmés par la Révolution Française et leur application ?

 

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pages 256-257

 

Cf. ECJS chapitre introductif

 

            B. En quoi consiste « les masses de granite » par lesquelles Bonaparte veut maintenir l’ordre ?

 

Chronologie page 251

_ Après les massacres de la Terreur et la guerre civile, le général Bonaparte rétablit la paix et fonde le Consulat puis l’Empire. Il exerce un pouvoir personnel mais garanti les droits acquis pendant la Révolution.

 

Texte 5 page 273 : la mission des préfets

Question 1 page 273 : Quel rôle le gouvernement donne-t-il aux préfets ?

_ Le Consulat renforce le pouvoir exécutif. L’administration est centralisée. A partir de 1800 les préfets sont nommés par le pouvoir exécutif à la tête des départements. Ils sont chargés de transmettre au gouvernement enquêtes, statistiques et informations policières. Les ouvriers sont encadrés par le livret ouvrier.

Préfets (p. 273) : représentant du pouvoir exécutif dans chaque département.

Livret ouvrier (p. 273) : carnet délivré par la police et indiquant l’identité de l’ouvrier et de son patron. Pour quitter son emploi, l’ouvrier doit obligatoirement faire signer son livret par son employeur.

 

Organigramme 1 page 272 : Fonctionnement du Consulat

Question 1 page 272 : Quel rôle joue le suffrage universel dans ce régime ?

Le 1er Consul s’assure le consentement des électeurs en instituant le suffrage universel et le plébiscite.

Plébiscite (p. 273) : consultation directe des électeurs, qui doivent répondre par « oui » ou par « non » à une question posée. Sous le Consulat et l’Empire, le plébiscite apparaît comme une légitimation du pouvoir personnel de Napoléon Bonaparte.

 

Question 2 page 272 : Comment le pouvoir exécutif se situe-t-il par rapport au pouvoir législatif ?

_ Les notables (citoyens les plus influents) participent au pouvoir central en étant membres des assemblées législatives.

 

 

_ La société est encadrée par le Consul Bonaparte puis l’empereur Napoléon. Cet encadrement est économique par la création de la Banque de France qui a le monopole en 1803 de l’émission de monnaie de papier. Au niveau religieux un concordat est signé avec le Pape le 15 juillet 1801. Le catholicisme devient « la religion de la majorité des citoyens français » et le clergé est rétribué par l’Etat.

_ Le « catéchisme impérial » enseigne la soumission à l’empereur. Mais le système d’éducation est organisé pour former les élites. Dans les lycées, créés en 1802, les professeurs et les élèves ont une discipline militaire et portent l’uniforme. A partir de 1808 l’Université a le monopole de l’enseignement et de la délivrance des diplômes.

Concordat (p. 273) : tout accord entre le pape et un Etat. Celui de 1801, signé entre le représentant de Pie VII et Joseph Bonaparte, donne au Premier consul le droit qu’avaient les rois de nommer les évêques, qui sont confirmés ensuite par le pape.

 

Pages 276-277 : Le Code civil

 

Question 1 page 277 : Qu’est-ce qui rend nécessaire le Code civil ? Quel est le but recherché ? (doc. 1, 5)

La Révolution, en abolissant les privilèges et la féodalité, avait jeté à bas les fondements du droit appliqué sous l’Ancien Régime. Il fallait donc doter la France d’un recueil de lois qui réglerait les rapports de force et d’autorité au sein de la société.

 

Question 2 page 277 : Quel rôle jouent Portalis et Napoléon dans la rédaction du Code civil ? (doc. 3, 5)

Portalis est un méridional pétri de droit romain. Il défend la propriété et l’ordre social, répondant ainsi aux voeux de Napoléon. Ce dernier intervient directement dans la rédaction du Code civil. Il y voit un de ses ouvrages les plus importants et il prend pour modèle l’empereur Justinien, auteur du premier Code. Devenu empereur, il en fera logiquement l’un des fondements de son pouvoir.

 

Question 3 page 277 : Comment le Code civil s’inscrit-il dans le projet de Napoléon de réconcilier les élites autour des valeurs d’ordre ?

Le code permet de rassurer les bénéficiaires de la Révolution en réaffirmant le principe de l’égalité de tous face à la loi. Mais dans le même temps, il fait de la propriété une des valeurs fondamentales de la nouvelle société, ce qui est propre à satisfaire tout le monde. Enfin, il rétablit les fondements d’une société traditionnelle en restaurant l’autorité patriarcale.

 

Question 4 page 277 : Comment Portalis définit-il le droit de propriété ?

La propriété est le fait de posséder quelque chose sans partage. Elle est nécessaire au bon fonctionnement de la société, bien qu’elle soit porteuse d’inégalités.

 

Question 5 page 277 : Quelle place le Code civil attribue-t-il à la femme ?

La femme est une éternelle mineure. Elle doit rester au foyer, élever ses enfants et rester soumise.

 

REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

Sujet : « Comment le Code civil consolide-t-il les principes révolutionnaires ? »

Cette étude permet d’étudier les bouleversements juridiques et sociaux introduits par la Révolution. Le Code civil crée une législation en partie inspirée de l’œuvre des assemblées révolutionnaires, et en partie du droit romain, la plupart des légistes employés par Bonaparte étant originaires de pays de droit écrit. En fixant la législation, Bonaparte cherche à mettre un terme à la Révolution. Le Code civil est certes le produit de la Révolution mais il est aussi le signe de la toute-puissance législatrice de l’empereur.

 

_ La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789 et le Code civil ont bouleversé la vie quotidienne des Français dans les domaines juridiques et sociaux. Le Code civil est un texte de lois de 1804 confirmant les principes de 1789 (liberté et égalité devant la loi), mais il garantit avec force le droit de propriété et consacre l’inégalité sociale en favorisant l’employeur par rapport au salarié, l’époux et le père par rapport à la femme et aux enfants.

Les 2 281 articles confirment les acquisitions de la Révolution : abolition des privilèges, droit de propriété et égalité entre les héritiers. Mais il existe aussi un fort conservatisme social : le père dispose d’une tutelle absolue sur sa famille et les femmes sont subordonnées à leur mari.

 

 

 

 

Bilan de la Révolution et de l’Empire

 

 

 

 

 

 

AVANT

APRES

De nouvelles constitutions politiques

Monarchie absolue de droit divin

 

Arbitraire royal

Régime constitutionnel

Séparation des pouvoirs

Souveraineté nationale

Egalité et liberté

De nouvelles institutions

Administration

Généralité avec intendant

Département avec préfet

justice

Vénalité des charges

Multiplicité des justices

Multiplicité des droits

Magistrats nommés

Hiérarchie des tribunaux

Code civil, Code pénal…

finances

Multiplicité des impôts

Inégalité fiscale

Administration unique

Egalité fiscale

armée

De métier avec des officiers nobles

Nationale avec conscription

religion

Catholicisme : religion d’Etat

Concordat avec conscription

instruction

Monopole ecclésiastique de fait

Monopole d’Etat avec unification

Une nouvelle société

Société d’ordre avec des privilèges

Domination du Clergé et de la noblesse

Société de classes avec égalité de droits

Domination de la Bourgeoisie

De nouvelles règles économiques

Féodalité, corporations, monopoles

Liberté d’entreprendre et de commercer

Lire la suite

Cours Histoire 2e : La Révolution française : l'affirmation d'un nouvel univers politique (1789-1804) 2

9 Août 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

 

II. Quelles sont les évolutions caractéristiques de la décennie révolutionnaire ?

 

            A. Quels sont les principaux acteurs de la Révolution française ?

                       

Pages 252-253 : Paris sous la Révolution française

Question 1 page 253 : Relevez les lieux qui ont changé de nom ou de fonctions. Quel but recherchent ainsi les révolutionnaires ?

Les changements de noms ont lieu surtout lors de l’instauration de la République. Le but est d’effacer la monarchie et d’ancrer les symboles républicains dans le quotidien.

 

Question 2page 253 : Dans quel espace se concentrent les principaux évènements révolutionnaires ? Que peut-on en déduire sur le rôle du peuple français dans la Révolution ?

Ils se concentrent au coeur de Paris, le long de la Seine. C’est un lieu central, soumis aux pressions des faubourgs.

 

_ La Révolution française a pour principal cadre la ville de Paris et comme acteur principal le petit peuple parisien. En effet la pression populaire des habitants des faubourgs influence le déroulement des évènements.

_ Les sans culottes s’opposent aux aristocrates et parviennent à imposer des mesures comme le maximum des prix et des salaires (4 mai 1793) ou la déchristianisation (dès 1792 avec l’interdiction des manifestations religieuses sur la place publique). 

Sans-culottes (page 267) : militants des clubs démocratiques, issus souvent de l’artisanat et du petit commerce. Ils sont appelés ainsi en raison de leur tenue, le pantalon long rayé, très différent de la culotte des aristocrates.

 

_ De nombreuses forces sociales ont souhaité puis détesté la Révolution. La noblesse a espéré la Révolution pour limiter l’absolutisme à son profit, mais elle a perdu ses privilèges. Le clergé a vu ses terres confisquées et son obéissance au Pape remise en question par l’Assemblée nationale. Ce dernier point mécontente fortement les catholiques (ex Vendée, Bretagne). Les monarchistes sont choqués par l’exécution de Louis XVI.

_ Les paysans ont brûlé les châteaux pour précipiter  l’abolition des droits féodaux en brûlant les registres (terriers) où sont consignés les redevances dues aux seigneurs.

_ La bourgeoisie tire profit de la révolution pour abolir les privilèges et accéder à toutes les fonctions publiques. Mais le suffrage censitaire mécontente la population écartée du vote. Les sans-culottes, des citadins Parisiens, font glisser la Révolution vers la violence et soutiennent la Terreur de Robespierre.

 

  

 

            B. Quelle est la chronologie de la Révolution française ?

 

Chronologie page 251

 

Questions sur la chronologie :

1. Quel événement explique la décision du roi le 17 juillet 1789 ?

La prise de la Bastille qui a révélé la détermination du peuple de Paris et même des soldats en faveur des réformes.

 

2. Quelle décision majeure met fin à la Grande Peur ? Pourquoi ?

L’abolition des privilèges votée le 4 août met fin à la Grande Peur car les troubles dans les campagnes venaient surtout de l’exaspération des paysans face au système féodal.

 

3. Parmi ces dix années de Révolution, quelle est l’année pendant laquelle la Révolution semble le mieux acceptée par tous ? Justifiez votre réponse.

1790, car les changements de 1789 emblent être acceptés par tous comme le montre la fête de la Fédération.

 

4. La fuite du roi a-t-elle mis fin à la monarchie ? A-t-elle eu d’autres effets à votre avis ?

La monarchie est maintenue mais le roi est moins populaire.

 

5. Parmi ces dix années, quels sont les deux moments où la situation militaire est la plus critique ?

L’été 1792 et l’été 1793.

 

6. Pourquoi la Convention délègue-t-elle ses pouvoirs à un Comité de Salut Public ? Quelles en sont les conséquences positives et négatives ?

_ Devant les nombreuses difficultés à surmonter (guerre étrangère, guerre civile), un comité restreint et doté des pleins pouvoirs doit être plus efficace.

_ Les conséquences positives : la situation militaire s’améliore nettement et les révoltes intérieures sont réprimées. Les conséquences négatives : la Terreur pendant laquelle la justice est expéditive et les exécutions nombreuses.

 

7. Soulignez dans la chronologie les signes d’un retour à une révolution très modérée après la chute de Robespierre.

 

 

 

ANALYSER UNE CHRONOLOGIE

1. Quel événement explique la décision du roi le 17 juillet 1789 ?

2. Quelle décision majeure met fin à la Grande Peur ? Pourquoi ?

3. Parmi ces dix années de Révolution, quelle est l’année pendant laquelle la Révolution semble le mieux acceptée par tous ? Justifiez votre réponse.

4. La fuite du roi a-t-elle mis fin à la monarchie ? A-t-elle eu d’autres effets à votre avis ?

5. Parmi ces dix années, quels sont les deux moments où la situation militaire est la plus critique ?

6. Pourquoi la Convention délègue-t-elle ses pouvoirs à un Comité de Salut Public ? Quelles en sont les conséquences positives et négatives ?

7. Soulignez dans la chronologie les signes d’un retour à une révolution très modérée après la chute de Robespierre.

     

 

 

 

 

       C. Comment analyser les grands enjeux politique à travers des journées de la Révolution française ?

 

                        1. En quoi la prise de la Bastille est un symbole fondateur ?

 

Lien  Prise de la Bastille (3 min 08) : http://www.dailymotion.com/video/xmtky5_la-prise-de-la-bastille_news#

 

OU

 

Peinture 3 page 255 : La prise de la Bastille

Question 1 page 255 : Comment et contre qui se manifeste la violence des affrontements ?

Le peuple parisien, excédé par la misère,  pille les dépôts d’arme et attaque la forteresse de la Bastille. C’est le symbole de la monarchie absolue car le roi peut emprisonner sur lettre de cachet sans jugement qui il veut dans cette forteresse.

 

Question 2 page 255 : Quelle situation nouvelle crée l’alliance de la garde nationale et du peuple ?

L’alliance du peuple et de la Garde nationale donne de la puissance à la Révolution française. En effet la garde nationale sert la Révolution.

 

_ Le 14 juillet 1789 le peuple parisien prend la forteresse de la Bastille, symbole de l’absolutisme.

_ Le roi cède. Il fait retirer les troupes de Paris. Il vient dans la capitale, reconnaît la nouvelle municipalité et accepte la cocarde tricolore qui unit les couleurs de Paris, le bleu et le rouge, avec le blanc de la royauté.

_ Le retentissement de la journée est énorme : le peuple et la Garde nationale ont fait céder le roi. Des villes de province imitent la capitale et se dotent à leur tour d’une municipalité et d’une Garde nationale.

Garde nationale (p. 254) : milice bourgeoise de patriotes qui naît spontanément en juillet 1789 pour rétablir l’ordre à Paris puis en province, et pour servir la Révolution. A partir d’octobre 1791, tous les citoyens actifs doivent en faire partie.

 

 

                        2. En quoi la fuite du roi marque une rupture entre la monarchie et les Français ?

 

La fuite du roi (2 min 48) : http://www.dailymotion.com/video/xcil2u_la-fuite-du-roi_news#

OU

Pages 264-265 : L’arrestation du roi à Varennes, le 21 juin 1791

 

Question 1 page 265 : Que reproche Louis XVI à la Constitution qui est élaborée ? Pourquoi s’enfuit-il ? (doc. 1)

 Le roi trouve que la Constitution et les comités de l’Assemblée lui ôtent tout pouvoir, ou du moins les vident de tout contenu réel. Il pense que la fuite lui permettra de retrouver sa liberté d’action.

Question 2 page 265 : Quelles sont les différences entre le récit de Marie-Thérèse de France et la représentation de Jean-Louis Prieur ? Quel est le but recherché par chacun des auteurs ? (doc. 2, 3)

Marie-Thérèse raconte qu’ils ont été arrêtés dans leur voiture. Prieur montre en revanche que Louis XVI est arrêté en plein repas. Ensuite, l’attitude du peuple est très différente dans les deux cas. Chez Marie-Thérèse, il est ému et respectueux. Pour Prieur, le peuple est armé et menaçant. Prieur montre un roi avachi, préoccupé surtout de son bien être. Marie-Thérèse insiste au contraire sur l’honnêteté et la bonté de son père et sur l’amour que les Français lui portent.

 

Question 3 page 265 : Quelles sont les différentes réactions des Français devant la fuite du roi ? (doc.2, 5)  

L’image du roi était positive, il semblait avoir accepté les changements. Et d’un seul coup, les Français voient que tout est faux. On craint que le roi n’aille chercher des renforts à l’étranger et ne plonge le pays dans la guerre. Chez bon nombre de Français et surtout à Paris, vient ensuite l’hostilité à l’égard d’un roi regardé comme parjure et traître.

 

Question 4 page 265 : Quelle image du roi apparaît dans les documents ? (doc. 3, 4, 5 , 6)

 Le roi apparaît à la fois comme un benêt et comme un despote perfide. L’image du roi -cochon réunit ces deux aspects. Son prestige personnel est alors très entamé. Dès son retour à Paris, la défiance de la foule est très vive. La presse patriote souhaite même le faire passer en jugement et le déchoir de sa couronne.

 

REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

Sujet : « Pourquoi la fuite de Louis XVI marque-t-elle une rupture dans les rapports entre le roi et les Français ? »

_ L’épisode de Varennes est un événement crucial car l’image du roi, jusque-là majoritairement bonne, se dégrade. Plus grave encore, c’est désormais la monarchie elle-même qui est mise en cause.

Les républicains sortent de leur réserve : ils réclament la destitution du roi. Varennes entraîne dès lors la radicalisation de la Révolution.

 

Régime politique

Chronologie des événements :

Monarchie constitution -nelle

 

ETATS GENERAUX puis

ASSEMBLEE

NATIONALE

 

1789 :

5 mai : Ouverture des Etats Généraux

20 juin : les députés du Tiers Etat font le serment d’établir une constitution puis prennent le nom d’Assemblée nationale

14 juillet : le peuple de Paris prend la Bastille avec l’aide de certains régiments

17 juillet : le roi accepte le principe d’une monarchie constitutionnelle. 

Fin juillet début août : Grande peur dans les campagnes ; les paysans se retournent contre les châteaux.

4 août : l’Assemblée vote l’abolition des privilèges

26 août : l’Assemblée vote la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

5 octobre : marche des Parisiennes sur Versailles. Le roi s’installe à Paris.

1790 :

12 juillet : constitution civile du clergé ; des ecclésiastiques refusent de prêter serment à cette constitution.

14 juillet : fête de la Fédération (le roi et les gardes nationaux font le serment de respecter le nouveau régime).

1791 :

mars : le Pape condamne la constitution civile du clergé ; des ecclésiastiques refusent de prêter serment à cette constitution.

20 juin : fuite manquée du roi, reconnu et arrêté à Varennes

septembre : Constitution de 1791 et élection de l’Assemblée législative.

ASSEMBLEE

LEGISLATIVE

1er octobre 1791

1792 :

20 avril : déclaration de guerre à l’Autriche

11 juillet : « la Patrie en danger » (situation militaire inquiétante)

10 août : journée révolutionnaire à Paris ; le roi est emprisonné

20 septembre : victoire de Valmy (suivie d’autres victoires à l’automne)

REPUBLIQUE

 

CONVENTION

22 septembre : proclamation de la République et élection de la Convention

1793 :

21 janvier : exécution de Louis XVI

11 mars : début du soulèvement de la Vendée (jusqu’en décembre)

avril : la Convention délègue ses pouvoirs à un Comité de Salut Public

2 juin : arrestation des députés girondins : révoltes dans certaines régions

été : nombreuses difficultés face aux armées étrangères coalisées

septembre : lois des suspects et du maximum : début de la Terreur

automne : nouveaux succès des armées révolutionnaires

1794 :

mars avril : Robespierre fait exécuter les « Enragés » puis les « Indulgents »

juin : la Terreur s’amplifie (la Grande Terreur)

DIRECTOIRE

27 juillet : Robespierre est arrêté et exécuté ; fin du Comité du Salut Public

1795 :

20-23 mai : journées de Prairial (émeute populaire parisienne réprimée)

5 octobre : tentative de coup d’Etat royaliste réprimée par Bonaparte

26 octobre : début du Directoire ; les deux assemblées nouvellement élues au suffrage censitaire désignent cinq directeurs.

1796 :

mars : début de la campagne victorieuse de Bonaparte en Italie

avril : limitation de la liberté de la presse

1797 :

27 mai : exécution de Babeuf, chef de la Conjuration des Egaux, qui voulait une égalité complète entre les citoyens.

Octobre : paix de Campo-Formio avec l’Autriche

1798 :

mai : début de la Campagne d’Egypte contre l’Angleterre (succès peu durable)

septembre : loi Jordan instituant le service militaire obligatoire

1799 :

octobre : Bonaparte rentre d’Egypte

CONSULAT

9-10 novembre : coup d’Etat de Bonaparte ; début du Consulat

Lire la suite

Cours Histoire 2e : La Révolution française : l'affirmation d'un nouvel univers politique (1789-1804) 1

9 Août 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

LA REVOLUTION FRANCAISE :

L’AFFIRMATION D’UN NOUVEL UNIVERS POLITIQUE (1789-1804)

 

Chronologie page 229

 

Chronologie-revolution-francaise.jpg

 

Introduction : La Révolution française est marquées de grandes journées révolutionnaires comme par exemple pour l’année 1789 le 14 juillet avec la prise de la Bastille, le vote de l’abolition des privilèges le 4 août  et enfin la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen le 26 août. Ces journées sont l’occasion d’évènements déterminants pour la Révolution française, mais aussi de ruptures avec la société d’Ancien Régime. Les pratiques sociales et économiques, les références politiques et la culture de la France sont modifiées, transformées.

 

Problématique : Quelles sont les dynamiques de la Révolution française entre 1789 et 1804 dans le domaine politique, social, économique et culturel ?

 

 

 

Schéma de synthèse Révolution française

 

 

I. Comment se voit la naissance d’une opinion publique à travers les cahiers de doléances et les pamphlets ?

 

Pages 246-247 : Analyser un pamphlet

 

 

Texte 1 page 246 : L’an 2440 ou le triomphe de la France des Lumières

 

Question 1 page 247 : Indiquez la nature du régime politique de la France lorsque le texte est publié. Trouvez une phrase qui le définit.

La France est à l’époque de la publication du texte une monarchie absolue « nous avons éprouvée combien la souveraineté absolue était opposée aux véritables intérêts d’une nation. » (l. 9 à 11).

Précisez de quel régime l’auteur est partisan.

L’auteur souhaite une monarchie à l’anglaise.

 

 Question 2 page 247 :

Décrivez le procédé  que l’auteur adopte pour parler de la France du XVIII siècle.    

Le décalage temporel permet un regard faussement distancié sur son époque, et des remarques ouvertement anti-absolutistes.

Montrez quels passages devaient être particulièrement choquants pour certains lecteurs du XVIII siècle.

« Et comment confier à un seul homme un dépôt aussi important ? »

« nous avons éprouvée combien la souveraineté absolue était opposée aux véritables intérêts d’une nation. »

« ce qui était un inconvénient affreux dans vos gouvernements gothiques »

 

Question 3 page 247 : L’auteur est-il proche de Montesquieu, de Voltaire ou de Rousseau ?

L’auteur est proche de Montesquieu et de Voltaire.

L’auteur prône-t-il l’abolition de la monarchie et est-il révolutionnaire ?

C’est un réformiste.

 

Question 4 page 247 : Précisez en quoi le dernier mot du texte résume le projet de l’auteur.

« Réforme » : L’auteur veut un changement politique pacifique et né de l’usage de la raison.

Montrez comment un tel pamphlet peut avoir une influence sur le mouvement contemporain des idées.

 

_ L’opinion publique se forme au temps des Lumières grâce à des publications, parfois censurées ou clandestines. Les critiques de Voltaire sont masquées par le procédé de l’ironie. Le pamphlet de Louis Sébastien Mercier de 1770 : L’An 2440, rêve s’il n’en fut jamais utilise le décalage dans le temps. La critique de l’absolutisme est forte, mais les projets de société visent des réformes (despotisme éclairé avec un roi philosophe) et non une révolution avec la suppression de la monarchie.

_ L’opinion publique est de plus en plus politisée. Les loges franc-maçonnes et les académies provinciales se préoccupent de débats politiques et sociaux. Ainsi l’Essai sur l’origine des inégalités de Jean-Jacques Rousseau est primé par l’académie de Dijon.

 

OU

Pages 242-243 : Les cahiers de doléances

 

Question 1 page 243 : Dans quel cadre sont rédigés les cahiers de doléances ? Dans quel esprit ?

Les cahiers sont rédigés dans chaque communauté (ou rassemblement de nobles ou d’ecclésiastiques) après de longs débats, et rédigés par un lettré, souvent un homme de loi en ville ou le curé à la campagne, à la plume bien sûr (doc. 2).

Des modèles circulent, ce qui explique de nombreuses similitudes, mais bien des points abordent des questions très particulières de la vie quotidienne.

 

 

Question 2 page 243 : Les doléances des trois ordres sont-elles toujours différentes ?

Ils ne sont pas rédigés de la même façon suivant les ordres, et les députés ne sont pas élus de la même façon (doc. 1). Chaque étape intermédiaire supplémentaire éloigne la parole des habitants de celle que le roi peut entendre (il est fait pour lui une synthèse par ordre des cahiers).

Les cahiers du tiers sont rédigés au niveau de la paroisse, unité de base de la vie des quartiers (en ville), ou des villages. Ceux de la noblesse et du clergé le sont au niveau du bailliage ou de la sénéchaussée, comme on le voit dans le doc. 4.

 

Question 3 page 243 : Qu’y-t-il de nouveau dans la réunion des Etats généraux de 1789 ?

La première évidence est celle de la similitude de certaines revendications, mais on constate en regardant de plus près que des antagonismes latents apparaissent également (voir le tableau ci-dessous).

 

 

 

Rédiger un texte construit et argumenté page 243 : Sujet : « Comment les cahiers de doléances reflètent-ils les idées nouvelles ? »

L’évidence d’une nation distincte du roi, avec des représentants, et la nécessité de réformes profondes s’imposent avec force.

 

_ Les pamphlets et les cahiers de doléance préparant la réunion des Etats généraux montrent la naissance d’une opinion publique en France. Les Français rédigent collectivement les cahiers de doléances et montrent à la fois une profonde volonté de réforme et un fort attachement au roi.

_ Cependant les différents ordres (clergé, noblesse, Tiers-Etat) expriment des visions différentes, parfois en opposition.

 

 

B. Comment les Etats généraux de 1789 montre l’importance de la crise de la monarchie ?

 

 

budget France 1788

 

 

 

 

_ La France est soumise à plusieurs crises en 1789. A la crise sociale et économique de 1788-1789 s’ajoute la crise du budget de l’Etat, écrasé par le poids de la dette (51% des dépenses de l’Etat.). Pour résoudre la crise financière et politique et parvenir à réformer l’impôt en faisant payer la noblesse et le clergé, le roi convoque les Etats généraux pour le 5 mai 1789.

Etats généraux (p. 232) : assemblée des représentants des trois ordres convoqués par le roi pour donner son avis et voter des impôts supplémentaires. Au sein de l’assemblée, chaque ordre a le même nombre de députés et vote d’une seule voix.

 

Texte 6 page 239 : Louis XVI convoque les Etats généraux

Question 1 page 239 : Quelle vision le roi a-t-il du rôle des Etats généraux et quel problème cela pose-t-il ?

* Le roi en convoquant les Etats généraux a pour vision de réformer les finances publique pour résoudre la crise du budget « Nous aider à surmonter toutes les difficultés où Nous Nous trouvons relativement à l’état de Nos finances » (l. 1 à 3).

* Un problème se pose : le roi ne veut pas modifier en profondeur l’Etat français : « pour établir, suivant nos vœux, un ordre constant et invariable dans toutes les parties du gouvernement » (l. 3 à 5).

 

_ Le roi souhaite réformer le système d’imposition mais ne veut pas modifier le système social inégalitaire. Or, le Tiers-Etat et les nobles et clercs réformateurs veulent transformer la société sur le modèle des idées des Lumières par des réformes politiques et sociales.  

_ La réunion des Etats généraux pose aussi un problème : celui de la représentation des ordres : soit une voix par ordre, soit une voix par député, ce qui modifie les résultats des votes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite