Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 2e géographie : Les espaces exposés aux risques majeurs 2

20 Avril 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

 

II. Pourquoi les sociétés sont-elles inégales face aux risques ?

 

            A. Etude de cas : La Nouvelle-Orléans et  l’ouragan Katrina

 

 

5. Quels sont les quartiers de la ville les plus exposés aux risques (doc. 7, 10) ? Pourquoi ?

 

 

6. La catastrophe était-elle prévue (doc. 8) ?

 

 

7. Sur quoi reposait la protection de la ville et de ses habitants en cas de catastrophe liée au passage des ouragans (doc. 8, 9, 12) ?

 

 

8. Pourquoi ces systèmes ont-ils été défaillants au moment du passage de Katrina (doc. 8, 12) ?

 

 

9. Quelles inégalités ont été révélées par le passage de l’ouragan Katrina (doc. 11, 12, 13) ?

 

 

_ La Nouvelle-Orléans est une ville de l’un des pays les plus riches du monde. Mais le manque d’investissements pour entretenir des digues et un système de protection et d’évacuation défaillant ont montré les limites de la prévention.

_ Le désastre souligne aussi les inégalités sociales entre les populations pauvres, souvent noires, ne disposant pas des moyens de quitter la ville, et les populations plus aisées.

 

 

 

            B. En quoi les vulnérabilités sont-elles différentes au Nord et au Sud ?

 

                        1) Comment définir la vulnérabilité ?

 

Carte 4 page 241 : La vulnérabilité de Paris dans le cas d’une crue centennale égale à celle de 1910

Quelles seraient les conséquences d’une inondation à Paris pour la population et pour les établissements culturels ?

* En cas d’inondation par la Seine les conséquences pour la population seraient désastreuses : en effet la densité est très forte et le nombre de sinistrés voire de sans abris serait important. Plus la densité de population est importante dans un lieu, plus la catastrophe peut avoir de forts impacts.

* Les établissements culturels de Paris sont pour une grande partie situés sur le bord de Seine. Une inondation aurait pour effets de dévaster ces établissements culturels et de détériorer les œuvres entreposées ou exposées dans leurs murs.

 

En quoi la ville est l’espace le plus exposé aux risques majeurs ?

_ La vulnérabilité est différente selon les espaces affectés par une crise. La ville est l’espace le plus exposé aux risques majeurs.

* En effet la forte densité de la population augmente le nombre potentiel de victimes.

* De plus les richesses artistiques de la métropole peuvent être menacées.

*L’économie du pays peut-être déstabilisée si la catastrophe dévaste la métropole.

Vulnérabilité (p. 240) : potentiel d’endommagement et inégale préparation des sociétés à faire face à une crise.

 

2) La pauvreté aggrave-t-elle la vulnérabilité des sociétés ?     

 

Graphique 6 page 241 : Coûts des catastrophes assurées entre 1970 et 2008

+ Carte 3 page 237 : Les victimes des catastrophes naturelles

Comparez le coût financier et le bilan humain du séisme de Tangshan (Chine, 1975) et de Northridge (Californie du Sud).

Le séisme de Tangshan (Chine en voie de développement à cette date) a entraîné moins d’un milliard de dollars mais a provoqué 320 00 victimes. Par contre le bilan est inverse aux Etats-Unis avec presque aucune victime mais plus de 25 milliards de dollars de dégâts.

 

_ Au niveau humain un aléa n’a pas les mêmes effets selon le pays touchés : un lycéen a 400 fois plus de probabilité de mourir dans un séisme en Inde qu’au Japon.

* les pays les plus développés qui subissent environ un quart des catastrophes naturelles déplorent moins de 5% du total mondial des victimes car les pays riches sont mieux équipés et préparés pour se protéger face aux risques.

* Le risque annuel de décès suite à une catastrophe naturelle est plus élevé dans les pays en voie de développement.

_ Au niveau matériel la vulnérabilité des sociétés dépend de leur richesse et donc de l’importance des éventuels dégâts matériels provoqués par une catastrophe. Mais une catastrophe naturelle a des conséquences économiques proportionnelles plus importantes dans les pays en développement que dans les pays riches :

* pays en développement : les dégâts du séisme qui a frappé Haïti en janvier 2010 sont estimés à 8 milliards de dollars, soit plus de 120% du PIB haïtien.

* pays développés : les dégâts de l’ouragan Katrina en Louisiane en 2005 sont évalués à 125 milliards de dollars, soit moins de 1% du PIB des Etats-Unis.

Partager cet article

Commenter cet article