Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Articles avec #tutorat et accompagnement personnalise 2e tag

Le procès de Socrate : un procès contre la pensée ?

18 Octobre 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Tutorat et accompagnement personnalisé 2e

 

LE PROCES DE SOCRATE

 

 

 

 

 

 

 

PRESENTATION :

Les Athéniens refont le procès de Socrate

"Nous parlons ici de démocratie vs oligarchie, de liberté d'expression en temps de crise nationale, de la sagesse des électeurs": près de 2.500 ans après la condamnation de Socrate pour avoir défié dieux et lois de la cité, Athènes a rejugé le philosophe : Acquitté. Lors de ce procès truculent et anachronique aux échos profondément actuels, ces thèmes ont été âprement débattus, comme s'en réjouissait à l'avance Loretta Preska, juge new-yorkaise devenue le temps d'une audience "présidente du tribunal".

En -399 avant JC, Socrate s'était défendu lui-même devant une assistance uniquement masculine de 500 Athéniens, citoyens, juges et jurés. En son absence, deux avocats l'ont représenté devant 10 juges internationaux. Cinq ont penché pour la culpabilité, cinq contre. Socrate était-il coupable de non respect des dieux de la cité, introduction de nouvelles croyances et corruption de la jeunesse? "Une opinion n'est pas un délit. Socrate cherchait la vérité", a plaidé pour la défense Patrick Simon.

"Mon client a un défaut: il aime se moquer et exercer une ironie féroce. Mais je vous abjure de ne pas tomber dans son piège qui consiste à discréditer la démocratie. En l'acquittant, vous montrerez la fiabilité et la solidité de la démocratie", a-t-il lancé tout en verve aux juges et aux 800 spectateurs.

Traître pour les uns, maître spirituel pour d'autres, Socrate dénonçait la doxa, l'opinion courante, amenant à force de questions les esprits de ses interlocuteurs à accoucher des pensées qu'ils contenaient déjà. Son enseignement, non écrit et préservé surtout par son disciple Platon, questionnait des concepts sensibles tels que la politique et la morale, ce qui lui valut de nombreux ennemis.

            AFP, Publié le 25/05/2012 à 21:26 sur : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/05/25/97001-20120525FILWWW00727-les-atheniens-refont-le-proces-de-socrate.php

Liens explications procès de Socrate : http://www.cvm.qc.ca/jlaberge/103/Notes_de_cours/Cours8_Apologie.pdf

Livre de Claude MOSSE Le procès de Socrate : http://www.andreversailleediteur.com/upload/args/socrateconsult.pdf

 

 

 

FICHE PROCES DE SOCRATE

GENERALITES : CONTEXTE HISTORIQUE ET PROCEDURE JUDICIAIRE

CADRE HISTORIQUE :

Contexte de crise : la cité d’Athènes est en crise :

1.      Crise morale : Athènes a perdu la guerre du Péloponnèse contre Sparte. La cité perd ses possessions territoriales hors de l’Attique. La peste a frappé mortellement Athènes. On attribue la défaite à la perte des valeurs traditionnelles. Socrate a été hoplite durant la guerre.

2.      Crise démographique : La guerre et la peste ont fait périr le quart de la population d’Athènes.

3.      Crise financière : Les campagnes de l’Attique ont été ravagées par les razzias des Spartiates.

Contexte culturel :

1.      Critique de Socrate par le théâtre : La pièce comique Les Nuées d’Aristophane parodie Socrate comme un « aérosophe », un sage perdu dans les nuages. Pour Aristophane Socrate est un sophiste qui enseigne aux jeunes gens à justifier irrespect et brutalité envers leurs parents.

Traduction des Nuées : http://remacle.org/bloodwolf/comediens/Aristophane/nuees.htm

 

2.      Les sophistes sont des professionnels du discours qui ont mauvaises réputations. Socrate est parfois considéré comme l’un d’eux car il interroge les citoyens d’Athènes.

Contexte judiciaire :

1.      Procès des amiraux (407-406 av.) : les amiraux athéniens victorieux lors de la bataille des Arginuses sont empêchés par une tempêtes de recueillir les corps des naufragés. Ils sont jugés et condamnés à mort. Socrate s’est opposé au jugement collectif des amiraux, voulant le respect des pratiques judiciaires (jugement un par un).

2.      Scandale des Hermocopides : des statues sacrées ont été mutilées par des fêtards menés par Alcibiade, jeune homme riche et talentueux, disciple de Socrate.

3.      Procès d’Anaxagore : ce philosophe et astronome est l’ami de Périclès. Anaxagore est accusé d’impiété à cause de se théories astronomiques et pour faire du tort politiquement à Périclès.  

 

 

 

 

 

 

FICHE PROCES DE SOCRATE

 

LA JUSTICE ATHENIENNE

LES HELIASTES

6000 noms sont tirés au sort chaque année pour former les membres de l’Héliée. Un nouveau tirage au sort désigne parmi eux 501 ou 1001 héliastes devant juger une affaire. 

501 héliastes doivent juger Socrate.

Les juges reçoivent une somme de 3 oboles pour chaque jour de séance. 

DEROULEMENT

La plainte est déposée auprès d'un magistrat, l'archonte ou le thesmothète.

Le jour du procès, l'accusateur (ou les accusateurs) et l'accusé parlent à tour de rôle, leur temps de parole étant mesuré par la clepsydre.

 Les juges votent ensuite en déposant un caillou dans l'une des deux urnes prévues à cet effet.

Si l'accusation est rejetée, l'accusateur peut se voir infliger une peine.

Si l'accusation est acceptée, il y a deux possibilités : soit la loi prévoit une peine, et c'est celle-ci qui est appliquée, soit la loi n'en prévoit pas. Dans ce dernier cas, et c'est celui du procès de Socrate, accusateur et accusé peuvent chacun proposer une peine, et les juges décident laquelle appliquer

 

CHEF D’ACCUSATION CONTRE SOCRATE :

En avril 399 av. J.-C., Socrate se vit accuser par Mélétos, ainsi que deux de ses amis (Lycon et Anytos), de deux crimes, découpés en trois chefs d'accusation :

1)       Ne pas reconnaître les dieux que reconnaît la cité ;

2)      Introduire des divinités nouvelles ;

3)      Corrompre les jeunes gens.

 

LES PARTIES :

* Les accusateurs : (3 élèves) : Mélétos, Anytos et Lycon.

* Les partisans de Socrate : (2 à 4 élèves) Socrate, le métèque Lysias, Platon et Criton qui proposent de garantir financièrement l’amende que doit payer Socrate.

* Les héliastes : (les autres élèves du groupes) ils écoutent accusation et défense avant de voter sur deux points : acquitté ou condamné, le choix de la condamnation entre la proposition de l’accusé et celle de l’accusateur.

 

FICHE PROCES DE SOCRATE

SOCRATE

IDENTITE : Socrate, Fils de Sophronisque.

Statut politique : Citoyen pauvre d’Athènes. Richesse estimée à 500 drachmes. 3e classe censitaire (hoplite).

Famille : Fils de Sophronisque (artisan sculpteur) et de Phainarété (sage-femme). Pour qu’une femme libre athénienne exerce un métier il faut que la pauvreté la contraigne à le faire.

Marié à Xanthippe (Son mauvais caractère est célèbre : on prétend que Socrate l’avait épousé pour apprendre la patience).

Enfants : Trois fils, Lamproclès, Menexène, Sophronisque.

Métier : Sculpteur. Abandonne son activité pour vivre en invité de jeunes gens riches. Refuse de percevoir un salaire pour ses enseignements (au contraire des riches sophistes). Sa fortune est évaluée à 500 drachmes.

 

                                               RÔLE : Accusé lors du procès. Agit en philosophe.

REPUTATION DE SOCRATE

            Au théâtre : Le poète comique Aristophane fait de Socrate dans sa comédie Les Nuées en 423 av. le symbole des penseurs admirés par la jeunesse athénienne. Il est assimilé à des « sophistes » c’est-à-dire à des professionnels du discours délivrant leurs leçons contre un salaire élevé et attirant les jeunes voulant faire une carrière politique.

Traduction des Nuées : http://remacle.org/bloodwolf/comediens/Aristophane/nuees.htm

            Dans la rue : Socrate se décrit comme le « taon » d’Athènes. Il arrête les gens dans la place de l’Agora pour leur poser des questions sur le sens de leurs actes. Il met ainsi en difficulté des personnes qui ont une réputation de sagesse et se crée des ennemis.

RELATIONS DE SOCRATE

Critias : Disciple de Socrate et élève des sophistes. Aristocrate et cousin de Platon. Tyran sanguinaire qui a pris le pouvoir à Athènes.

Alcibiade : disciple riche et talentueux de Socrate, auteur d’actes de profanation contre des statues sacrées.

De nombreux disciples dont Platon et Xénophon. Lors de son procès Platon et Criton propose de garantir la somme de 3000 drachmes comme amende infligée à Socrate.

ATTITUDE DE SOCRATE :

Socrate philosophe : c’est un « questionneur » qui cherche à faire prendre conscience aux autres leurs contradictions et leurs limites. Pour lui la vraie sagesse consiste à savoir que l’on ne sait rien.

Socrate lors du procès : Il refuse les pratiques habituelles lors de son procès : faire venir son épouse et ses enfants pour émouvoir les héliastes. Il refuse de prononcer un discours de défense écrit pour lui par Lysias. Il préfère raconter sa vie aux héliastes pour justifier sa philosophie.

 

 

FICHE PROCES DE SOCRATE

LES ACCUSATEURS

Biographies :

MELETOS : Poète tragique Sa plus célèbre pièce est une Œdipédie ; il a aussi écrit des chansons à boire.

C’est l'un des principaux accusateurs de Socrate. Il a déposé officiellement la plainte.

Fils de Mélétos, athénien originaire du dème de Pitthos, Mélétos accuse Socrate en avril 399 av. J.-C., avec deux de ses amis (l'orateur Lycon et le tanneur devenu politicien Anytos) des deux crimes suivants: corrompre la jeunesse ; Ne pas croire aux dieux de la cité et introduire de nouvelles divinités (Socrate croyait en un démon personnel, une voix ou un signe qui le prévenait).

 

ANYTOS : Politicien athénien. Stratège en -409. Il a combattu Les Trente, et fut chef des accusateurs dans le procès contre Socrate. D’origine modeste, son père se nomme Anthémion, tanneur devenu riche athénien enrichi par son atelier de tannerie. il appartient au parti démocratique, dont il est l’un des meneurs. Stratège en -4091, avec Thrasybule, il participe activement à la chute du gouvernement oligarchique des Trente qui avait remplacé la démocratie. Il se montre également un farouche adversaire des sophistes. Anytos prétend que Socrate est le maître à penser de Critias, l’un des Trente. Selon Xénophon, Socrate avait publiquement reproché à Anytos de vouloir que son fils lui succède aux affaires, et de l’avoir éduqué à cette fin. C’est donc par rancœur personnelle qu’Anytos aurait accusé Socrate.

 

LYCON : orateur athénien. C’est un personnage dont on sait peu de choses. Orateur, il est la cible des poètes comiques tels Eupolis ou Cratinos. Appartenant à l'entourage d'Anytos, il était sans doute chargé avec d'autres de soutenir ses intérêts dans les assemblées ou les procès.

 

            LES PARTISANS DE SOCRATE

 

SOCRATE : voir sa fiche

 

PLATON et XENOPHON : Deux disciples qui ont décrits le procès de Socrate dans leur Apologie de Socrate. (Sources documentaires)

 

LYSIAS : Métèque favorable à la démocratie. Il a financé la lutte des démocrates contre le régime des Trente.

Lysias est un orateur. Il écrit des défenses pour les accusés. Il fait preuve d’humour dans ses textes. Il fait attention à ce que ces textes correspondent à l’âge et à la situation du personnage.

Les discours de Lysias se composent habituellement de 4 parties : introduction, narration des faits, preuves, argumentaire, qui peut être externe, comme des témoins, ou interne, dérivé des faits eux-mêmes, et enfin conclusion.

 

 

 

 

DEROULEMENT DU PROCES :

 

Le premier élément du procès est une accusation formelle, que l'accusateur Mélétos prononce devant l'archonte, un fonctionnaire d'État ayant principalement des responsabilités religieuses. Ayant décidé de recevoir la demande, l'archonte convoque ensuite Socrate pour qu'il paraisse devant un jury composé de citoyens athéniens, pour répondre des charges de corruption de la jeunesse et d'impiété.

 

Les jurys athéniens antiques sont choisis par tirage au sort, à partir d'un groupe de volontaires masculins. Contrairement aux procès modernes, les verdicts à la majorité sont plutôt la règle que l'exception (on peut trouver une satire de ces jurys dans la comédie d'Aristophane Les Guêpes).

 

Ni Platon, ni Xénophon ne mentionnent le nombre des juges même si Platon suggère des limites claires : seuls trente votes auraient suffi à acquitter Socrate, et que moins des trois cinquièmes ont voté contre lui.

 

Après le vote sur la culpabilité de Socrate, ce dernier et son accusateur suggèrent chacun une peine. Socrate, après avoir exprimé sa surprise d'avoir été condamné par une si petite majorité, propose qu'on lui offre un repas au Prytanée, un honneur immense accordé aux bienfaiteurs de la cité et aux vainqueurs des Jeux olympiques, puis propose de payer 100 drachmes, qui est un cinquième de ses biens et un témoignage de sa pauvreté. Finalement, il s'arrête sur la somme de 3000 drachmes, garantie par Platon et Criton. Ses accusateurs proposent la peine de mort.

 

Le jury vote pour la peine de mort, une grande majorité s'exprimant en ce sens ; Socrate a peut-être perdu des soutiens de par la légèreté et l'absence de regret de son ton.

 

Les disciples de Socrate l'encouragent à fuir, et les citoyens s'attendent à ce qu'il agisse ainsi ; mais il refuse en raison de ses principes. Montrant son accord avec sa philosophie d'obéissance à la loi, il va vers sa propre exécution, en buvant la cigüe, poison qui lui est fourni. Il meurt à 70 ans.

 

Plutarque écrit qu'après avoir laissé condamner Socrate à mort, les Athéniens s'en voulurent et se prirent de haine pour ses accusateurs à tel point qu'on forçait les garçons des bains publics à changer leur eau de baignade, entre autres harcèlements, si bien qu'ils se pendirent.

 

 

 

TRAVAUX A ACCOMPLIR :

Répartition des groupes : accusation, défense, héliastes.

 

Travail commun de recherche au CDI sur la justice athénienne et le procès de Socrate :

* Etablir un lexique : héliée, sophiste, clepsydre, etc.

(Compétence : utiliser un vocabulaire appropriée)

* Réaliser des biographies de Socrate, de Platon, Xénophon, Lysias, Anaxagore, Aristophane.

(Compétence : réaliser des recherches avec livres du CFI et Internet)

* Etablir une chronologie d’Athènes avec principaux éléments de la vie de Socrate depuis la guerre du Péloponnèse jusqu’à la mort de Socrate.

(Compétence : se repérer dans le temps)

 

Travail de rédaction de textes d’accusation et de défense de Socrate. Pour cela adopter la démarche de Lysias.

(Compétence : utiliser un argumentaire pour écrire un texte organisé)

 

Passage à l’oral et vote des héliastes

(Compétence : maîtrise de l’oral).

 

 

 

 

 

Lire la suite

Organiser et gérer son temps

22 Septembre 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Tutorat et accompagnement personnalisé 2e

 

 

Objectifs :

-         S’organiser/ gérer son temps

 

Déroulement :

 

 

Documents d’accompagnement à prévoir :  

-          Fiche Carole va craquer et questions

-          Fiche échéancier

-          Emploi du temps vierge

 

TEMPS

ACTIVITES

DEMARCHE PEDAGOGIQUE

20 mn

-         Lecture du texte Carole va craquer et réponses aux questions (FICHE)

-         Questions réponses avec les élèves pour comprendre à partir de ce cas ce qui ne va pas et ce qu’il faut changer dans l’organisation.

 

20 mn

-         Les élèves remplissent l’emploi du temps : 1. Cours 2. Le fixe : manger, dormir, se laver, télé … 3. Ils réfléchissent sur le temps nécessaire en gros pour chaque matière + positionne ces temps + les loisirs

-         Distribution d’un EMPLOI DU TEMPS vierge

-         Le professeur souligne les différences de temporalité d’un élève à l’autre + à quoi oblige l’objectif de réussite en seconde ? quelle temporalité pour quelle matière, pourquoi ? …

10 mn

- Remplir tableau avec échéancier : activités, échéance, durée prévue.

 

-         Savoir ce qu’est un échéancier et l’utiliser.

-         Mettre en place un planning quotidien et hebdomadaire pour savoir quand travailler.  

Lire la suite

La prise de notes : conseils pratiques.

15 Septembre 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Tutorat et accompagnement personnalisé 2e

 

 

 

LA PRISE DE NOTES

 

I. Conseils pratiques

 

1) À ne jamais faire :

 

- Chercher à TOUT prendre en notes

- Bavarder (ou se trouver à proximité des bavards)

- Manquer de matériel (stylos, règle...)

- Recopier les notes de quelqu’un d’autre

 

2) À faire absolument :

 

- Bien ECOUTER avec attention le cours cela permet une première mémorisation (donc 50 % de travail en moins à la maison) et permet de prendre des notes avec efficacité

- Faire attention aux changements dans le rythme du cours

- Faire attention aux gestes du professeur (déplacement vers le tableau...)

- Regarder le tableau quand des choses importantes y sont notées.

 

II. Quelques techniques de prise de notes  

 

1)   Respecter les règles de présentation  

 

- Laisser la marge du cahier libre pour des annotations: compléments du cours trouvés dans des livres, définitions, conseils de méthode, référence des documents utilisés...

- Mettre en évidence le plan du cours en hiérarchisant les titres des parties et des sous parties

- Souligner et/ou écrire les grands titres en rouge et les sous titres en vert pour bien faire la différence.

- Toujours garder le même code couleur pour le plan (titre, sous-titre…)

- Aérer au maximum votre cours en passant des lignes: il sera plus clair et donc plus facile à apprendre.

- A chaque nouvelle idée, il faut aller à la ligne.

 

2) Utilisation de symboles :

 

Vous connaissez les plus courants. Des règles sont cependant à observer :

- Utiliser toujours les mêmes symboles. Au début il faut faire un lexique de vos abréviations pour utiliser toujours les mêmes et ne pas être "bloqué" dans l'apprentissage des leçons par une abréviation dont vous avez oublié le sens!!!    

- Ne pas TOUT symboliser

- Utiliser des symboles compréhensibles (ex : « a » pour aéroport n’a pas de sens !)

- Ne jamais utiliser de symboles dans les devoirs (seulement dans le cahier !)

 

3) Utilisation d’abréviations :

 

Il s’agit de réduire des mots qui existent. Il ne s'agit en aucun cas d'écrire de manière illisible! 

Ex : département -> dpt.

 

 Il y a là également des règles à observer :

- Ne pas réduire TOUS les mots; en particulier les noms propres

- Utiliser des abréviations compréhensibles

 

4) Technique du résumé immédiat :

 

Technique très difficile mais aussi très efficace. Elle réclame un entraînement quotidien.

Il s’agit de résumer de façon simultanée ce que dit le professeur en faisant des phrases beaucoup plus courtes sans en détruire le sens.

Par exemple:

quand le professeur dit :"comme le livre nous le montre, il y avait beaucoup de météques à Athènes".

Il faudra prendre en notes :" Athènes = métèques nombreux ".La première partie de la phrase étant inutile.

ou encore: "Athènes = métèques ++".

Si tout le chapitre ne parle que d'Athènes et que donc vous savez implicitement que c'est de cette cité dont on parle, vous pouvez écrire: "métèques ++". Mais il ne faut alors aucun doute sur le lieu!

 

Source : http://laboussole.over-blog.net/categorie-11172246.html

 

 

Lire la suite

La prise de notes : exercices

15 Septembre 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Tutorat et accompagnement personnalisé 2e

 

 

 

 

LA PRISE DE NOTES

 

 

Introduction : Quel est l’intérêt de la prise des notes ?

 

Prendre des notes consiste à écrire l'ESSENTIEL avec un maximum de RAPIDITÉ. Donc, la recherche de l'efficacité, c'est à dire de l'économie, est primordiale !

 

Pourquoi prendre des notes ?

 

On ne prend pas des notes pour obéir à un professeur, pour lui faire plaisir ou éviter une punition. On prend des notes pour assimiler des idées.

 

Prendre des notes, c’est comprendre, pas seulement copier. Selon certains spécialistes nous retiendrions:

– 20% de ce que nous entendons;

– 40% de ce que nous voyons;

– 60% de ce que nous entendons et voyons en même temps (audiovisuel...)

– 80% de ce que nous faisons (parole, écriture…)

Donc la prise de notes est donc le meilleur moyen d'apprendre le cours !!!

 

1. Activité introduction : Qu’est-ce que la prise de notes ?

 

Vision du lien et premiers exercices : http://www.youtube.com/watch?v=mcbkR9mXKus

Sur une feuille réaliser les exercices à la fin du diaporama.  

 

 

2. Activité principale : Exercices de prises de notes sur un cours.

 

A partir du lien offrant un cours en ligne : http://lewebpedagogique.com/seko/

Ou de celui-ci : http://lewebpedagogique.com/seko-bac/?cat=1236

 

Prendre des notes sur les transparents et des feutres pour transparents distribués par l’enseignant.

Mise en commun et comparaison des prises de notes.

 

Distribution de la fiche : Conseils pratiques pour la prise de notes.

 

 

 

3. Activités finales : Exercices sur la prise de notes + Distribution tableau simplifié d’abréviations pour la prise de notes.

 

EXERCICE 1 : UTILISER DES ABRÉVIATIONS

 

Transformer les phrases suivantes en prise de notes (abréviations, signes, dessins, symboles, et de manière à ne conserver que l’essentiel)

a - Victor Hugo est né en 1802 et mort en 1885.

b - La population mondiale a considérablement augmenté ces cinquante dernières années, ce qui a provoqué des crises économiques graves.

c - Contrairement aux prévisions, le pourcentage croissant à la télévision de publicités pour les médicaments n’a pas entraîné de consommation plus grande de ces produits.

d - Malgré l’apparition de la radio, de la télévision et des moyens de communication modernes, le nombre de livres qui paraissent chaque année est actuellement bien supérieur à celui du siècle dernier.

 

 

EXERCICE 2 : COMPRENDRE UN TEXTE EN NOTES

 

Comprendre un texte en notes. Récrivez entièrement, en rédigeant tout, ce texte qui vous est donné en abrégé :

1 nouvT : le châle Arrivé Fr. < Angl. ® 1ère orthogr = shall. Importé ds Directoire / Cie Indes ® gd succès, très vite répandu. Les + appréciés Cachemire, fts avec poils chèvre = "pushm" ® noms pop "pushmina", très chers. /s Napol créaq manufact ® gde producq ? genres et ? qlT ® très mode. Tte fm de qlT dt savoir maniemt châle, se distingue cõ cela de fm pop. Réalisq dessins de + en + complexes ® perfecqmt machines surtt Jacquard XIXe s. (extraits de L’Histoire du vêtement, 1991

 

 

 

EXERCICE 3: PRENDRE UN MESSAGE EN NOTES

Prendre un texte en notes. Utilisez abréviations et raccourcis, etc. de façon à prendre en note le texte suivant :

 

Texte dicté à l’oral :

 

« Nous pouvons observer aujourd’hui que la famille change dans plusieurs directions. On peut remarquer d’abord que la taille de la famille s’est réduite. Aujourd’hui le nombre moyen d’enfants par femme est inférieur à 2. On peut noter ensuite que la diminution de la taille des familles s’accompagne d’une modification des modalités de leur constitution. La baisse des mariages est à relier à l’augmentation des divorces. On assiste aussi au développement de l’union libre. Aujourd’hui un enfant sur 3 naît hors-mariage. Il existe aussi de plus en plus de ménages mono-parentaux (un seul parent avec un enfant).Toutefois cela doit être relativisé, le mariage reste aujourd’hui encore le modèle dominant puisque plus de 85% des couples existants sont mariés. Ces nouveaux comportements aboutissent aujourd’hui à l’émergence de plusieurs modèles familiaux. Il n’y a plus un seul type de famille mais plusieurs. »

 

 

Traduction en prise de notes :

Changements famille :

- reduct° taille : diminut° nbre enfants

- Chgts modalités constitution famille

- / mariages

- / divorces

- / union libre

- / ménages mono-parentaux

Mais mariage reste dominant (85% couples sont mariés)

Ccls : plusieurs modèles familiaux.

 

 

 

 

 

EXERCICES SUPPLEMENTAIRES :

 

EXERCICE 4

 

Soulignez les mots clés dans les textes ci dessus et prenez des notes pour résumer chacun des textes.

 

Texte 1

Depuis quelques années, on assiste à une re-dynamisation de l’appartenance au tissu associatif. Qui sont ces bénévoles ? Des gens qui se retrouvent avec du temps disponible sans l’avoir forcément choisi, des jeunes retraités pour l’essentiel et une part de chômeurs. Les statistiques analysées par le Crédoc confirment ce phénomène : de 1978 à 1992, le nombre d’adhérents à des associations de soixante ans et plus est passé de 3,25 millions à près de 4,5 millions, soit une progression de 38,5%. Parmi eux, le nombre des hommes "seniors" a même dépassé celui des jeunes adhérents du même sexe. Le monde associatif permet à ceux qui ont quitté le monde du travail de maintenir autour d’eux un réseau relationnel vivant et d’éviter de ressentir un sentiment d’inutilité, voire de dériver dans la solitude. Il est toujours important de dire, quel que soit l’âge du militant, que si le monde associatif demande beaucoup aux bénévoles, cela leur apporte aussi beaucoup.

Robert Rochefort (Propos recueillis par Nicole Justine) Revue Fraternitaire n° 2 novembre 1995

 

Texte 2

En deux siècles l’entreprise a fortement changé ; toute une série de mutations juridiques, organisationnelles, financières, techniques et sociales atteste de la transformation de ses structures et de son environnement. Bien sûr l’évolution ne s’est pas faite sur un même rythme pour chacune des firmes et dans de nombreux cas il existe des affaires qui sont nettement datées par leurs formes. Il est possible, cependant, de dégager les grandes tendances de ces modifications qui sont marquées apparemment par le passage, par étapes, de la petite à la très grande entreprise mais aussi par l’adaptation des statuts sociaux et du modèle d’organisation.

A l’origine, il y l’entreprise familiale ; la taille se développe à partir de la seconde moitié du

19eme siècle surtout avec la multiplication des sociétés anonymes et la délégation progressive des directions à des gestionnaires ; de nos jours, de grands groupes privés ou nationalisés dominent l’activité économique.

Henri Morsel in Dictionnaire d’histoire économique de 1800 à nos jours (collectif) Hatier1987

 

 

Texte 3

La négociation collective avait, jusqu’aux années quatre-vingt, tendu vers un système relativement uniforme dans lequel les salariés étaient classés par référence à une grille de qualifications qui leur ouvrait droit à une rémunération calculée sur une base homogène.

Depuis le début des années quatre-vingt, c’est au contraire la tendance à l’individualisation et à la personnalisation des salaires qui prévaut. Cette tendance s’exprime en général dans des systèmes mixtes dans lesquels une rémunération de base est assurée de façon uniforme pour tous les salariés occupant le même type d’emploi ; par ailleurs, une partie variable est prévue, son montant étant calculé de façon à faire ressortir la performance individuelle de chaque salarié ou, à tout le moins, la façon dont il assume son emploi. Cette individualisation du rapport salarial déjà pratiquée aux niveaux les plus élevés de la hiérarchie grâce à une politique d’intéressement des cadres supérieurs et dirigeants, ou dans certains métiers (rémunérations des commerciaux) tend ainsi à se généraliser dans les entreprises qui cherchent à mettre en place des structures plus compétitives.

Élie Cohen, Dictionnaire de gestion (art. Rémunérations p. 299) Dictionnaires repères La Découverte

 

 

EXERCICE 5 :

Elaborez votre propre tableau d’abréviations.

 

 

 

 

 

Mots

Abréviations

Mots

Abréviations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Tutorat : Gestion du temps

24 Octobre 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Tutorat et accompagnement personnalisé 2e

 

 

Gestion du temps – un gage de réussite

Au collège et au lycée, l’adolescent doit apprendre à gérer son temps.

Au moment des examens tels que le brevet et le baccalauréat, l’élève doit équilibrer et planifier son temps.

L’élève doit consacrer en moyenne :

  • Pendant la semaine, deux heures quotidiennes pour relire les cours, réviser et faire quelques exercices.
  • Pendant les Week-ends, trois à six heures sont nécessaires pour effectuer des recherches, apprendre, réviser et préparer des contrôles.

Mémorisation des cours

La Fiche Bac

Cette fiche est un outil pour structurer la mémoire ; elle vous permet de visualiser toutes les informations clés qui doivent apparaître dans la copie

A savoir ! d’un côté, la problématique, le but à atteindre (la conclusion), le type de plan, les 2 ou 3 idées maîtresses ; de l’autre, les dates, notions ou noms propres de références.

La concentration

Méthodes pour se concentrer- il faut apprendre à contrôler les facteurs qui influencent la concentration : la consommation de café ou de somnifères avant le sommeil, l’endroit choisi (calme ou bruyant), l’activité mentale, etc...

La concentration est une discipline de l’esprit. Une méthode de travail active ainsi que des auto-instructions efficaces peuvent faciliter grandement la concentration.

Attention ! le manque de sommeil, la fatigue excessive, les humeurs dépressives, un niveau de stress élevé ou des difficultés personnelles rendent impossibles un bon niveau de concentration.

Priorité des objectifs

Le collégien ou le lycéen doit se fixer des objectifs précis et se donner les moyens efficaces de les atteindre.

Les priorités peuvent venir d’un retard à combler, d’un coefficient plus important dans une matière ou d’une échéance en vue (examen, exposé, contrôle).

La motivation – condition indispensable du savoir

La motivation se caractérise aussi par le niveau d’engagement dans vos études, c’est-à-dire par la quantité et la qualité d’énergie investie.

Le Petit Robert définit la motivation en parlant de la « relation d'un acte aux motifs qui l'expliquent ou le justifient ». Ceci implique obligatoirement que, pour être motivé dans vos études, vous devez connaître les raisons qui vous poussent à être aux études.

Se fixer des étapes - Si un élève a un exposé à faire pour le 28 du mois, il peut programmer une première séance le 4, le 11, le 20 et la dernière la veille.

 

 

 

Lire la suite

Tutorat : Construire l'argumentation

24 Octobre 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Tutorat et accompagnement personnalisé 2e

 

Construire l’argumentation

 

Tout le devoir consiste à développer une argumentation. Il ne s’agit pas de décrire pour décrire ni de raconter pour raconter, mais d’utiliser de descriptions et des récits de faits pour prouver ce que l’on veut désormais démontrer.

 

L’introduction

Elle doit être brève ; pas plus d’une demi page dans un devoir de six. Elle comprend :

- Quelques lignes sur le contexte dans lequel s’intègre le sujet ; cela ne doit pas être le prétexte à un étalage de connaissances ; il ne s’agit que de mentionner quelques faits généraux qui aident à comprendre le cadre géographique et/ou historique.

- La présentation de la problématique. C’est indispensable, et à exprimer le plus clairement possible. C’est souvent en lisant ce point (ou en constatant son absence) que le correcteur sait si le candidat a compris le sujet ou non.

- Les limites du sujet : son cadre géographique, et les périodes à étudier. Si un sujet d’histoire comprend des dates, il faut brièvement expliquer pourquoi elles sont importantes (par exemple 1945 : c’est la fin de la seconde guerre mondiale, donc une date charnière).

 - L’annonce du plan (seulement des grandes parties ; pas des sous-parties).

 

 

Le développement

C’est le développement qui contient l’argumentation. Préparé au brouillon, le plan doit être structuré rigoureusement de façon que le correcteur puisse suivre sans effort le cheminement du raisonnement. Il faut concevoir chaque partie et chaque sous partie comme des éléments de réponse à la question posée dans al problématique. Si à la lecture de l’une le correcteur n’a pas vu la relation entre ce qui est écrit et la problématique, c’est que la (sous-) partie est hors- sujet. On ne consacrera pas une partie au contexte : c’est l’environnement du sujet et non le sujet lui-même. On peut éventuellement indiquer quelques éléments de contexte au début pour bien cadrer la partie dans l’espace et dans le temps, mais il faut se souvenir que la place du contexte est dans l’introduction.

 

Le plan doit apparaître au premier regard du correcteur sur la copie : on change de ligne en passant d’une sous – partie à la suivante. On fait de même et on passe une ligne pour aller d’une partie à l’autre. Ne pas laisser de trop larges espaces blancs entre deux parties ; cela nuit à l’impression d’unité que le devoir doit donner.

 

Chaque partie doit se présenter ainsi :     

 

- Obligatoirement, la ou les premières phrases annoncent à l’avance ce qui y sera démontré.

- Ensuite, on développe l’argumentation, en y intégrant les récits, les descriptions, les croquis, tableaux ou organigrammes qui l’illustrent.

- La partie s’achève par une ou deux phrases qui font le bilan de ce qui y a été démontré et qui font la transition avec la suite.

 

 

La conclusion

 

Elle doit être brève, mais soignée : c’est elle qui laisse au correcteur la dernière bonne ou mauvaise impression.

Elle fait le bilan de ce qui a été démontré, exprime le choix final que l’on a fait en cas d’alternative.

Elle s’achève par un élargissement par rapport au cadre géographique et/ou chronologique. Si le sujet concernait le monde méditerranéen, on peut esquisser une comparaison avec d’autres interfaces Nord-Sud. Si le sujet s’arrête en 1991, on peut mentionner les grandes lignes de ce qui s’est produit ensuite…

 

 

Bien rédiger

Est-il besoin d’insister sur la nécessité de bien rédiger, clairement, l’ensemble du devoir ? Si vous ne comprenez rien après la lecture de quelques pages d’un livre, vous ne continuez pas plus loin. Le correcteur du devoir s’efforcera de tout lire, mais se donner du mal à comprendre l’empêche d’adhérer à une argumentation qui lui est obscure.

 

Il faut bien évidemment construire des phrases qui respectent les règles de la syntaxe ; on n’utilisera pas le style télégraphique, ni le langage SMS. Ne se servir que des abréviations officielles (S.N.C.F., P.N.B., U.R.S.S.) et non celles que vous avez inventées : si pour vous pdt. signifie « président », pour moi c’est peut-être « pomme de terre ».

 

Mais bien rédiger, c’est aussi construire chaque phrase et choisir chaque mot de façon que le lecteur comprenne que tout répond à la problématique. Deux phrases contenant les mêmes connaissances peuvent- être l’une tout-à-fait dans le sujet, l’autre complètement en dehors selon la façon de construire la phrase et le choix des mots. 

 

 

 

Lire la suite

Tutorat : comment apprendre ses leçons ?

24 Octobre 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Tutorat et accompagnement personnalisé 2e

 

 

COMMENT APPRENDRE SES LEÇONS

I/ Je fais le plan de la leçon

  • 1 J'écris sur une feuille blanche le titre du chapitre et le titre de chacune des parties.
  • 2  Je lis en silence plusieurs fois si nécessaire l'ensemble de la leçon
  • 3  Je souligne les dates, les noms et les chiffres importants. Je recherche puis j'apprends les définitions des mots que je ne connais pas
  • 4  J'encadre les conclusions

   Si j'apprends plus facilement en regardant, je regarde avec attention les mots et les chiffres à apprendre
   Si j'apprends plus facilement en entendant je lis à voix haute en les répétant plusieurs fois les informations que je veux mémoriser

II/ Je vérifie mes connaissances

  • 1 De mémoire j'essaye de reconstituer le plan de la leçon sans m'aider du cahier ou de la feuille que j'ai écrite.
  • 2 Je me pose des questions Quels sont les événements importants ? Quand ont ils eu lieu ? Quels sont les personnages cités dans la leçon ? Pourquoi sont ils importants ? Quels sont les chiffres importants à retenir ?
  • Je note tout ce que je sais sur une feuille puis en comparant avec le cours je relève ce que j'ai oublié pour pouvoir le réapprendre ensuite

III/ J'entretiens mes connaissances

  • 1 En feuilletant régulièrement mon livre et mon cahier
  • 2 En apprenant les titres des différents chapitres
  • 3 En relisant les plans des différentes leçons et en cherchant à les reconstituer de mémoire

Mémoriser c'est créer des bornes dans notre mémoire, c'est classer. Ces bornes ce sont de notions, des définitions, des mots clés. Ce sont elles qu'il faut savoir par coeur. C'est autour d'elles qu'il faut ranger vos connaissances pour pouvoir les reconstituer. Notre mémoire n'aime pas le désordre. Sans bornes nous ne retenons rien. Accumuler les détails sans créer ces bornes sature notre cerveau qui n'a pas d'autre solution que d'effacer des informations pour en mémoriser des nouvelles.

 

Mémoriser c'est retenir des informations qui vont nous être utiles dans un objectif précis. Notre cerveau ne garde en mémoire longue que ce dont nous avons besoin.

 

 

Pour que des connaissances soient durablement mémorisées il faut les réutiliser il faut les entretenir.

Mémoriser c'est simplifier . Notre cerveau n'aime pas être saturé. Il faut donc lui rendre agréable les informations compliquées en les simplifiant. En faisant des schémas.

 

Mémoriser c'est associer les nouvelles connaissances à des anciennes. On mémorise plus facilement si on a déjà quelques connaissances, si ce qu'on apprend ressemble à quelque chose de déjà connu.

 

Mémoriser c'est associer les connaissances à des souvenirs agréables. En Géographie, un cours sur la Montagne pourra être associé à des souvenirs de promenades faites en vacances ou encore à des souvenirs de classes de neige. Il faut entretenir votre motivation en trouvant un intérêt.

 

Mémoriser c'est voir et entendre. Nous ne mémorisons pas tous de la même façon. Certains mémorisent plus facilement en parlant à voix haute d'autres en faisant des dessins, d'autres mémorisent facilement des deux manières. Mais en nous entraînant nous pouvons améliorer notre mode de mémorisation le moins performant.

 

 

 

Lire la suite