Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Corrigés terminale STG baccalauréat 2012

21 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Pour réviser...

Lire la suite

Pour réviser : quelques aides pour se repérer dans la chronologie

16 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Pour réviser...

 

 

 

 

 

Quelques sites pour réviser la chronologie demandée au baccalauréat

 

 

 

 

PREMIERE SCIENTIFIQUE :

 

Chronologie générale de première : http://hetg.ac-reunion.fr/spip/IMG/ppt/chronologie_g-n-rale_premiere.ppt

 

Frise chronologique sur les quatre thèmes principaux : http://hetg.ac-reunion.fr/spip/IMG/pdf/chrono_generale.pdf

 

 

 

Frise chronologique sur guerre et totalitarisme : http://hetg.ac-reunion.fr/spip/IMG/pdf/guerre_et_totalitarisme.pdf

 

 

 

 

 

TERMINALE L/ES (ancien programme)

 

Chronologies interactives : http://histoire-geo-remiremont.blogspot.fr/2006/09/chronologies.html

 

 

Une chronologie simple : http://www.scribd.com/tewfiq/d/99478-C-h-r-o-n-o-l-o-g-i-e

 

 

Une frise interactive : http://cartoflash.free.fr/motcle/frise.htm

 

 

 

                                 

QUIZZ POUR REVISER EN TERMINALE L/ES (ancien programme)

 

http://www.letudiant.fr/quizz-revision/histoire-geographie/quizz-bac-es-l-histoire-geographie.html

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine. (2)

14 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

 

LE REJET DE LA III REPUBLIQUE

« Nous voulons la République parce que […] le sort de la République et celui de la résistance sont indissolublement liés et parce que la nation française ne peut s’exprimer pleinement que dans les institutions républicaines. Ce que nous voulons, c’est la IV République. La III République appartient au passé. La Révolution que nous portons en nous sera une révolution de tous les Français pour tous les Français. La république que nous portons en nous sera socialiste parce que le moment est venu […] d’arracher à une puissante oligarchie le contrôle et le bénéfice de l’économie. »

                Article de Combat, septembre 1942.

1. Quel projet de république porte le mouvement Combat ?

LA CHARTE DU CNR, 15 MARS 1944

Le Conseil National de la Résistance (CNR), fondé en mai 1943, rassemble des représentants des mouvements de résistance (huit membres), des partis politiques (six membres) et des syndicats (deux membres). Présidé par Jean Moulin, puis par Georges Bidault, il prépare, avec le général de Gaulle, l’instauration d’un gouvernement dès la libération de la France ainsi que d’importantes mesures dans les domaines économique et social :

« - L’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ;

- le retour à la nation de tous les grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques ;

- le droit au travail et le droit au repos ;

- la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur ou à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ; la garantie du pouvoir d’achat national par une politique tendant à la stabilité de la monnaie ;

- la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

- un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’Etat. »

2. Dans les propositions du CNR relevez les passages qui concernent le domaine économique et ceux qui concernent le domaine social.

 

 

 

II. Comment refonder la République et restaurer la démocratie après la 2e Guerre mondiale (1944-1947) ?

 

            A. En quoi le programme de la Résistance cherche-t-il à établir une république démocratique et sociale ?

En quoi la Libération est-elle l’occasion d’une profonde rénovation de l’idéal républicain ?

 

Texte 4 page 335 : Les objectifs de la France libre

Affiche 5 page 335 : L’Union des Résistances

Question 4 page 335 : Quels sont les valeurs et symboles républicains que défend la Résistance ?

La Résistance est une démocratie à l’œuvre comme le montre les valeurs et symboles républicains défendus par la Résistance :

* Symboles : L’affiche montre le bonnet rouge de Marianne républicain au dessus de bandes bleu et blanche (évoquant le drapeau tricolore), cela permet d’associer étroitement république et patrie. La devise républicaine est aussi  indiquée dans le texte : « idéal séculaire français de liberté, d’égalité, de fraternité » (l. 17-18).

 * Valeurs : La liberté est réaffirmée dans tous ses aspects : « que chacun soit libre de sa pensée, de ses croyances, de ses actions » (l. 19-20)

 

Question 5 page 335 : Quelles réformes de Gaulle annonce-t-il pour la libération ?

Le chef de la France libre menant la Résistance, le général de Gaulle, annonce plusieurs réformes pour la libération :

* Réformes politiques :

- restauration de la démocratie : « toutes les libertés intérieures devront leur être rendues » (l. 6-7).

- Réunion d’une Assemblée Constituante pour déterminer si la III République est restaurée ou si une IV Républiques voit le jour : « tous les hommes et toutes les femmes de chez nous éliront l’Assemblée nationale qui décidera souverainement des destinées du pays. » (l. 9-10)

- De plus, les femmes obtiennent le droit de vote puisque l’Assemblée est élue au suffrage universel

* Réformes sociales :

Plusieurs réformes sociales sont prévues pour assurer l’égalité des chances : « que chacun ait, au départ de son activité sociale, des chances égales à celles de tous les autres » (l. 21-22). Pour cela en particulier est prévues : « la sécurité sociale » l. 15

 

OU : Documents (article de Combat et programme du CNR de mars 1944)

 

_ Les mouvements issus de la Résistance veulent restaurer la République mais refusent de revenir à la III République. Le « programme d’action » du Conseil National de la Résistance du 15 mars 1944 est devenu à la Libération le symbole du renouveau démocratique et républicain. Ce programme est à l’origine de réformes démocratiques et sociales.

 

Texte 1 page 340 : Les engagements de la Résistance

Question 1 page 341 : Résumez les grandes orientations de réformes économiques et sociales annoncées ici.

 

Texte 1 page 340 : Les engagements de la Résistance

Texte 3 page 341 : Une extension des droits sociaux

 

Question 2 page 341 : Quelles orientations du programme de la Résistance sont inscrites dans le préambule de la Constitution ?

_ Création d’un Etat providence : Pour améliorer le niveau de vie des Français, la Sécurité sociale est créée en 1945. Elle est financée par les salariés et les employeurs et permet d'organiser une couverture maladie, ainsi que le financement des retraites. À partir de 1946, elle gère également une caisse d'allocations familiales. Les allocations chômage sont gérées par l'État. Les caisses étant gérées par les patrons et les salariés, le rôle des syndicats devient très important.

Etat providence (p. 342) : Ensemble des dispositifs par lesquels l’Etat intervient dans l’économie et la société, protégeant les individus et redistribuant les richesses.

 

 

Affiche de publicité 3 page 343 : La nationalisation des usines Renault

Pourquoi un drapeau français est-il devant l’emblème de la régie Renault ?

_ Les nationalisations : Sur le plan économique, de grandes entreprises sont nationalisées et le secteur public se développe. Les nationalisations concernent des entreprises qui ont collaboré (Régie Renault) et des secteurs jugés vitaux comme le secteur bancaire (Crédit Lyonnais, Société Générale), les assurances, le charbon, l'électricité et le gaz (EDF-GDF), et les transports (Air France, la RATP, la Marine marchande – la SNCF a été nationalisée au moment du Front populaire). Le haut commissariat à l'énergie atomique est créé en octobre 1945.

 

SITE INA : Le commissariat au Plan Monnet (50 s) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-economique/video/AFE85001787/le-conseil-du-plan-monnet.fr.html

 

 

_ Planification de l’économie : L'économie est planifiée avec la création du haut commissariat au plan en 1946, dirigé par Jean Monnet. L'économie de marché n'est pas remise en cause mais l'État fixe les prix, les objectifs de production, et favorise la reconstruction de l'économie par des incitations diverses (commandes d'État, fiscalité favorable, etc.) et des mesures dirigistes. De hauts fonctionnaires formés par l'École nationale d'Administration (1945) sont placés à la tête des grandes entreprises.

Plan (p. 342) : Document par lequel le gouvernement fixe des objectifs économiques pour 5 ans.

Dirigisme (p. 342) : Action d’impulsion et d’orientation de l’Etat dans l’économie et la société.

 

 

B. Quelles sont les nouvelles forces politiques à la Libération ?

 

SITE CURIOSPHERE Démission du général De Gaulle : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/106834-reportage-la-demission-de-de-gaulle-debut-1946

 Maurice Thorez, chef du PCF et ministre d'État, veut une République démocratique avec un parlement fort concentrant d'importants pouvoirs. De Gaulle est totalement hostile à ce projet constitutionnel, il pense au contraire que la France doit se doter d'un pouvoir exécutif fort. Le conflit entre les deux hommes entraîne la démission de De Gaulle le 20 janvier 1946

 

Quel est le contexte politique lors de l’adoption de la constitution de la IV République ?

_ Le Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) est présidé par le général De Gaulle jusqu’à sa démission le 20 janvier 1946. Il est soutenu par un tripartisme (MRP, SFIO, PCF) et entreprend trois travaux importants :

* Etablir une constitution républicaine. Mais l’adoption de la IV République est difficile et nécessité deux constituantes et deux référendums.

* Effectuer une épuration légale pour éviter les risques de règlements de compte ; celle-ci conduit à des sanctions mesurées (peines de mort, dont celles du Maréchal Pétain et de Laval, de prison, de révocations).

* Rénover la vie économique et sociale par des réformes profondes (nationalisations ; création de la sécurité sociale en octobre 1945).

De Gaulle (p. 336) : 1890-1970. Officier, il devient après l’Appel du 18 juin 1940 le chef de la France libre. De 1944 à 1946, il dirige le gouvernement provisoire. Il fonde en 1958 la V République dont il est le premier président jusqu’à sa démission en 1969.

Tripartisme : alliance des trois partis majoritaires à la Libération (SFIO, MRP, PCF) qui s’entendent pour gouverner la France après le départ du général de Gaulle en janvier 1946 et fonder la IV République. Cette alliance disparaît de fait, en 1947, avec le renvoi des ministres communistes.

 

Diaporama en ligne (1 min 23) : http://www.youtube.com/watch?v=AvTFYuFoHAA

 

Quelles sont les forces politiques constituant le tripartisme ?

_ Les élections du 21 avril 1945 marquent un déplacement des forces politiques vers la gauche, avec l’effacement de la droite, le déclin des partis de gouvernement de la IIIe République (parti radical) et l’affirmation des mouvements issus de la Résistance dominés par les socialistes et les communistes.

_  En effet, trois grandes forces politiques remportent 75 % des suffrages :

* le PCF de Maurice Thorez bénéficie du prestige de la Résistance,

* le Mouvement de rassemblement populaire de De Gaulle (avec des Français d'origines diverses : RPF gaulliste et CNI libéral),

*  la gauche non communiste (socialistes de la SFIO et catholiques de gauche).

Le PCF qui obtient le plus de sièges à l'Assemblée et se trouve majoritaire avec la SFIO.

 

 

 

C. Pourquoi la IV République est-elle contestée dès le début de son existence ?

 

Texte 4 page 341 : de Gaulle critique les projets institutionnels

Organigramme 5 page 341 : Les institutions de la IV République

Question 6 page 341 : Pourquoi de Gaulle souhaite-t-il que le pouvoir exécutif soit indépendant du pouvoir législatif ? Comment garantir cette indépendance ?

 

Question 7 page 341 : En quoi sa conception s’oppose-t-elle à la Constitution de la IV République ?

 

OU

 

SITE CURIOSPHERE Discours du général De Gaulle : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/106835-reportage-de-gaulle-et-le-discours-de-bayeux

Comment la vision gaullienne des institutions s’oppose-t-elle à la Constitution adoptée en 1946 ? Que veut-il éviter ?

_ Le général de Gaulle prononce un discours à Bayeux le 16 juin 1946 dans lequel il souhaite un pouvoir exécutif fort.

Selon lui, le président de la République ne doit pas être dépendant des partis représentés au Parlement, il ne doit pas être élu par les deux chambres composant le pouvoir législatif, d’où la nécessité d’un collège plus large de grands électeurs.

_ Le PCF et la SFIO sont à l'origine de la constitution de la ive République qui se caractérise par un pouvoir législatif fort, à l’opposé des conceptions du général De Gaulle. Rejetée une première fois lors du referendum de mai 1946 (53 % de non), la Constitution est finalement approuvée lors du referendum d'octobre 1946.

 

Organigramme 5 page 341 : Les institutions de la IV République

Question 5 page 341 : (A qui appartient désormais la souveraineté nationale ?) Quels sont les pouvoirs de l’Assemblée ?

_ Le pouvoir législatif :

* Le Parlement comporte deux assemblées (bicamérisme) : l'Assemblée nationale constituée de députés élus au suffrage universel pour 5 ans, et le Conseil de la République (équivalent du Sénat) élu au suffrage indirect.

* Le nombre d'élus est proportionnel au nombre de voix obtenues aux élections (représentation proportionnelle). Tous les partis sont donc représentés à l'Assemblée nationale et ils sont obligés de s'allier pour former des majorités (ce qui rend le système instable).

* C'est le Parlement qui élit le Président de la République pour 7 ans.

_ Le pouvoir exécutif : Le Président du conseil détient l'essentiel du pouvoir exécutif et dirige le gouvernement. Il est responsable devant l'Assemblée qui peut le renverser, ce qui arrive souvent car il lui est extrêmement difficile de trouver une majorité compte tenu de la multiplication des partis.

 

Quelles sont les limites du document ?

L’organigramme ne montre pas le statut des colonies.

_ Le statut des colonies : ce sont désormais des États librement associés à la France dans le cadre de l'Union Française (son assemblée à un rôle consultatif et est composée de 50 % de membres désignés par les colonies, et de 50 % de membres désignés par le Parlement).

 

 

Quel est le bilan de la IV République ?

_ La IVème République a un bilan mitigé. Elle est à l'origine de mesures sociales fondamentales pour les Français et réussit la reconstruction économique et matérielle de la France. Mais elle demeure un régime impopulaire du fait de son incapacité à résoudre la question coloniale, et de sa trop grande instabilité ministérielle.

 

 

 

 

Synthese-Resistance-et-refondation-republicaine.jpg

 

 

 

1ère Fiche programmation Histoire

 

LES COMBATS DE LA RESISTANCE (CONTRE L’OCCUPANT NAZI ET LE REGIME DE VICHY) ET LA REFONDATION REPUBLICAINE

 

 

 

 

 

1ère Fiche d’objectifs histoire

 

Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine.

 

SAVOIR   

 

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. En quoi la Résistance est-elle une démocratie en œuvre ?

                A. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus de la défaite face aux totalitarismes ?

1. En quoi le choc de la débâcle de 1940 amène à une remise en cause radicale d’une république ?

                               2. Quelles sont les réactions face à la remise en cause des valeurs républicaines et face à l’occupation nazie ?

B. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus d’un régime antirépublicain ?

II. Comment refonder la République et restaurer la démocratie après la 2e Guerre mondiale (1944-1947) ?

                A. En quoi le programme de la Résistance cherche-t-il à établir une république démocratique et sociale ?

B. Quelles sont les nouvelles forces politiques à la Libération ?

C. Pourquoi la IV République est-elle contestée dès le début de son existence ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Exode (p. 330) : Fuite des civils devant l’avancée de l’armée allemande en juin 1940.

Révolution nationale (p. 330) : idéologie du régime de Vichy qui rompt avec les principes républicains.

Corporation (p. 330) : organisation professionnelle qui réunit patrons et ouvriers d’un même secteur d’activité.

Force Françaises libres (p. 334) : Organisées dès juin 1940, ce sont les forces armées d’outre-mer de la France libre. Modestes à leur début, elles atteignent 60 000 combattants en juillet 1943.

Résistance civile (p. 332) : Modes d’action non armées (politiques, juridiques, sociaux, culturels, économiques).

Mouvements de Résistance (p. 332) : Organisation menant des actions militaires mais aussi civiles, notamment par la diffusion de journaux clandestins.

FTP (p. 332) : (Francs-tireurs et partisans) Force de résistance armée du parti communiste.

STO (p. 332) : (Service du Travail obligatoire) Service en Allemagne imposé aux jeunes Français.

FFI (p. 332) : (Forces françaises de l’intérieur) Groupes armés unis en 1944 sous l’autorité du Conseil national de la Résistance.

Maquis (p. 332) : Lieux difficiles d’accès où les résistants s’organisent et mènent une guérilla contre l’occupant nazi et le régime de Vichy.

Etat providence (p. 342) : Ensemble des dispositifs par lesquels l’Etat intervient dans l’économie et la société, protégeant les individus et redistribuant les richesses.

Plan (p. 342) : Document par lequel le gouvernement fixe des objectifs économiques pour 5 ans.

Dirigisme (p. 342) : Action d’impulsion et d’orientation de l’Etat dans l’économie et la société.

Tripartisme : alliance des trois partis majoritaires à la Libération (SFIO, MRP, PCF) qui s’entendent pour gouverner la France après le départ du général de Gaulle en janvier 1946 et fonder la IV République. Cette alliance disparaît de fait, en 1947, avec le renvoi des ministres communistes.

 

3/ JE CONNAIS LES BIOGRAPHIES DE :

 

Pétain (p. 330) : (1856-1951) Général, il s’illustre à la bataille de Verdun (1916). Officier respecté et populaire, il devient président du Conseil en juin 1940 ; il demande alors l’armistice, puis engage la France dans la Révolution nationale et la collaboration.

Jean Moulin (p. 337) : (1899-1943) Préfet à Chartres, il refuse en 1940 de se soumettre aux Allemands. Il rejoint la France libre : chargé par de Gaulle d’unifier la Résistance intérieure, il fonde le CNR en 1943. Mais il est arrêté par la Gestapo et meurt après avoir été torturé.

De Gaulle (p. 336) : 1890-1970. Officier, il devient après l’Appel du 18 juin 1940 le chef de la France libre. De 1944 à 1946, il dirige le gouvernement provisoire. Il fonde en 1958 la V République dont il est le premier président jusqu’à sa démission en 1969.

 

SAVOIR FAIRE

 

 

4/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE HISTORIQUE

5/ JE SAIS METTRE EN RELATION TEXTE ET AFFICHE

6/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

7/ JE SAIS ETUDIER UNE AFFICHE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE PHOTOGRAPHIE

9/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES TEXTES

10/ JE SAIS ETUDIER UN ORGANIGRAMME

 

 

 

                                  SAVOIR

notions

méthodes

Problématique :

En quoi la résistance est-elle à l’origine de la refondation de la République ?

 

I. En quoi la Résistance est-elle une démocratie en œuvre ?

            A. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus de la défaite face aux totalitarismes ?

1. En quoi le choc de la débâcle de 1940 amène à une remise en cause radicale d’une république ?

 

 

 

 

                        2. Quelles sont les réactions face à la remise en cause des valeurs républicaines et face à l’occupation nazie ?

 

B. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus d’un régime antirépublicain ?

 

 

 

 

 

 

II. Comment refonder la République et restaurer la démocratie après la 2e Guerre mondiale (1944-1947) ?

 

            A. En quoi le programme de la Résistance cherche-t-il à établir une république démocratique et sociale ?

En quoi la Libération est-elle l’occasion d’une profonde rénovation de l’idéal républicain ?

 

B. Quelles sont les nouvelles forces politiques à la Libération ?

 

C. Pourquoi la IV République est-elle contestée dès le début de son existence ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exode (IA1)

Pétain (IA1)

Révolution nationale (IA1)

Corporation (IA1)

 

 

Force Françaises libres (IA2)

Résistance civile (IA2)

 

Mouvements de Résistance (IB)

FTP (IB)

STO (IB)

FFI (IB)

Maquis (IB)

Jean Moulin (IB)

 

 

 

 

Etat providence (IIA)

Plan (IIA)

Dirigisme (IIA)

 

 

 

 

De Gaulle (IIB)

Tripartisme (IIB)

 

 

 

 

Etude de carte historique (IA1)

Mise en relation texte et affiche (IA1)

Etude de texte (IA1)

Etude d’affiche (IA1)

 

 

 

Etude de photographie (IA2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en relation de textes (IIA)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude d’organigramme (IIC)

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine. (1)

14 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine.

 

Introduction :

La deuxième étude s’intéresse au moment qui va de la défaite de 1940 à l’instauration de la IVe République en 1946. Le choc de la débâcle de 1940 amène à une remise en cause radicale d’une république apparemment consolidée par la victoire en 1918, mais que les crises des années 1930 ont fragilisée. Le régime de Vichy développe dès son avènement un discours violemment antirépublicain. Il convient donc de rappeler les principes de ce régime et sa politique. Face aux outrances de la réaction, la défense de la République se replie dans la Résistance. L’histoire de la Résistance est celle d’une redécouverte progressive de l’idéal républicain.

(Les valeurs de la République n’occupent cependant qu’une place modeste dans les motivations des premiers résistants à côté du refus de la présence de l’occupant et de la lutte contre le fascisme. Ce n’est qu’à partir de l’été 1941 que la lutte contre Vichy et la réaffirmation de l’idée républicaine deviennent une priorité pour la Résistance intérieure. En 1942, la France libre fait à son tour de la restauration d’un régime démocratique son principal objectif, de Gaulle modérant sa critique de la IIIe République. La République devient alors le dénominateur commun entre les différents mouvements de résistance. En utilisant des témoignages de résistants, il s’agit aussi de montrer que par son fonctionnement même, la Résistance est une démocratie à l’oeuvre.)

L’idée républicaine sort donc relégitimée par quatre années d’occupation mais elle a subi une évolution. Les résistants refusent de revenir à une IIIe République discréditée.

 

Problématique :

En quoi la résistance est-elle à l’origine de la refondation de la République ?

 

 

Frise chronologique page 313

 

 

Chronologie-Resistance-et-refondation-republicaine.jpg

 

 

 

I. En quoi la Résistance est-elle une démocratie en œuvre ?

 

            A. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus de la défaite face aux totalitarismes ?

 

1. En quoi le choc de la débâcle de 1940 amène à une remise en cause radicale d’une république ?

 

Lien vidéo INA (3 min 30) : http://www.ina.fr/fresques/jalons/fiche-media/InaEdu04532/l-offensive-allemande-de-mai-1940-debacle-de-l-armee-francaise-et-exode-des-populations-devant-l-avancee-de-la-wehrmacht.html

Lien vidéo débâcle française (3 min 40) : http://www.dailymotion.com/video/xnd5p_la-campagne-des-18-jours-et-l-exode_shortfilms

Lien vidéo L’exode (1 min) : http://www.tv5.org/apocalypse/L-exode?bonus=179

 

Carte 1 page 326 : La défaite de 1940

Question 1 page 326 : Montrez la rapidité de la défaite française de 1940.

Après la drôle de guerre (septembre 1939 – juin 1940) caractérisée par une absence d’actions militaires à la frontière entre Allemagne et la France, les opérations militaires se déclenchent et s’enchaînent rapidement : attaque allemande le 10 mai 1940 ; défaites françaises provoquant la demande d’armistice le 17 juin 1940 ; signature de l’armistice et début de l’occupation allemande le 22 juin 1940.

_ La défaite rapide de la France face à l’invasion allemande (10 mai – 22 juin 1940) aboutit à une demande d’armistice (17 juin) signée le 22 juin à Rethondes. La débâcle militaire se caractérise par la déroute de l’armée et l’exode des civils français et belges devant l’avancée ennemie.

Exode (p. 330) : Fuite des civils devant l’avancée de l’armée allemande en juin 1940.

 

Carte 1 page 326 : La défaite de 1940

Carte 2 page 326 : La France occupée

Question 2 page 326 : Quelles sont les conséquences de la défaite et de l’armistice pour le territoire français ?

_ La France est occupée au Nord. Le maréchal Pétain dirige la zone libre au sud avec pour capitale la ville thermale de Vichy, offrant de nombreux hôtels pour loger les fonctionnaires de l’Etat français.

  

 

Texte 2 page 328 : Un ordre nouveau

Affiche 3 page 328 : La Maison France

Question 3 page 329 : Quel régime, quelles idées, quelles personnes sont rendus responsables de la défaite ?

Le maréchal Pétain accuse  la République d’être responsable de la défaite de la France : « Le désastre n’est, en réalité, que le reflet, sur le plan militaire, des faiblesses et des tares de l’ancien régime politique » (texte 1, l. 6 à 9). Le Régime de Vichy accuse encore les idées républicaines (doc. 2 : « Parlement », « démo » et « cratie », « pot-de-vin ») et de gauche (doc. 2 : « radicalisme », « communis(me) »). Les étrangers (« France et Cie »), communistes (le drapeau rouge), juifs et francs-maçons (« juiver(ie) » et l’étoile de David avec les trois points maçonniques) sont désignés comme responsables de cette situation.

_ Le maréchal Pétain parvient au pouvoir dans cette période de crise en apparaissant comme l’homme providentiel qui pourrait sauver la France. L’homme en profite pour mettre fin à la III République et installer un régime dictatorial dont l’idéologie est la Révolution nationale.

_ Un violent discours antirépublicain est tenu dès la naissance de l’Etat français vichyste. La République est accusée d’être la cause de la défaite de la France, ainsi que les hommes du Front populaire, les Juifs et les francs-maçons.

Pétain (p. 330) : (1856-1951) Général, il s’illustre à la bataille de Verdun (1916). Officier respecté et populaire, il devient président du Conseil en juin 1940 ; il demande alors l’armistice, puis engage la France dans la Révolution nationale et la collaboration.

Révolution nationale (p. 330) : idéologie du régime de Vichy qui rompt avec les principes républicains.

 

Texte 1 page 328 : Un régime autoritaire

Question 1 page 329 : En quoi ce texte met-il fin au régime républicain ?

Les Actes constitutionnels de juillet 1940 mettent fin à la démocratie en donnant la totalité des pouvoirs au maréchal Pétain (pouvoir exécutif : «il a la plénitude du pouvoir gouvernemental » ; pouvoir législatif « il exerce le pouvoir législatif »).

De plus, les représentants élus ne sont plus réunis pour exercer la souveraineté populaire (acte constitutionnel n°3).

_ Dans le contexte de l’exode où députés et sénateurs sont chassés de Paris par l’avancée allemande, les parlementaires votent les 10-11 juillet 1940 un Acte constitutionnel. Cet acte abolit la iiie République et met en place un régime autoritaire où Pétain a tous les pouvoirs pour une nouvelle constitution. Les Actes Constitutionnels attribuent à Pétain « plus de pouvoirs qu’à Louis XIV » (selon un mot de Laval).

 

Affiche 3 page 328 : La Maison France

Question 5 page 329 : Quelle est la devise de l’Etat français ? Sur quels « piliers » est-il construit ? Quelle activité économique en est absente ?

_ Les principes de l’Etat français sont visibles dans sa devise « Travail, famille, Patrie ».

* Le travail (« paysannerie », « artisanat ») est exalté avec comme vision celle d’un retour à la terre d’une France rurale. L’idéologie de la révolution nationale préfère l’artisanat à l’industrie. Les grèves sont interdites et les syndicats sont remplacés par des corporations.

* La famille est célébrée par le régime de Vichy avec la valorisation de l’image de la mère au foyer. L’école doit transmettre les valeurs du régime et le respect de la hiérarchie.

* La Patrie est montrée par la propagande comme sauvée par le maréchal Pétain. La Marseillaise est interdite par les Allemands et remplacée par l’hymne : « Maréchal, nous voilà. »

Corporation (p. 330) : organisation professionnelle qui réunit patrons et ouvriers d’un même secteur d’activité.

 

  

 

                        2. Quelles sont les réactions face à la remise en cause des valeurs républicaines et face à l’occupation nazie ?

 

Texte 1 page 334 : L’appel du 18 juin

Question 1 page 335 : Quelles sont, selon de Gaulle, les causes de la défaite ?

 

 

Question 2 page 335 : A qui s’adresse-t-il ? Pourquoi peut-on dire qu’il appelle à l’insoumission vis-à-vis de Vichy ?

 

 

_ La résistance patriotique et républicaine débute dès l’appel à la BBC de Londres du général de Gaulle du 18 juin 1940. Il demande à tous les Français de poursuivre le combat et s’oppose à l’armistice demandé par le maréchal Pétain. Le général de Gaulle est condamné à mort par coutumace  par les juges aux ordres du régime de Vichy.

 

Lien vodéo : Les FFL (1 min01) : http://www.youtube.com/watch?v=2-mjDw91atw

 

Texte 1 page 334 : L’appel du 18 juin

Photographie 2 page 334 : Les soldats de la France Libre

Affiche 5 page 335 : L’union des Résistances

Question 1 page 335 : Qui sont les combattants de la France libre ? Où combattent-ils ?

_ La France libre se constitue autour du général de Gaulle à Londres. En 1940 le « chef des Français libres » regroupe 7 000 personnes au sein des Forces Françaises Libres (FFL). En 1942 les FFL sont plus de 70 000 et comprennent des soldats issus des colonies françaises.

_ Les FFL combattent au côté des Britanniques. Les pilotes français participent à la bataille d’Angleterre dans les avions de la Royal Air Force. Ils livrent un combat glorieux contre les troupes allemandes de Rommel à Bir Hakeim en Afrique du Nord.

Force Françaises libres (p. 334) : Organisées dès juin 1940, ce sont les forces armées d’outre-mer de la France libre. Modestes à leur début, elles atteignent 60 000 combattants en juillet 1943.

 

Texte 4 page 333 : L’engagement de l’archevêque de Toulouse

En quoi consiste la forme de résistance civile de l’archevêque de Toulouse ?

 

_ Les valeurs républicaines sont remises en causes par les Nazis dans la zone occupée et par l’Etat français dans la zone Sud. Une opposition intérieure spontanée se met en place pour lutter contre l’occupation nazie et le régime de Vichy.

_ La résistance civile prend plusieurs formes : distribution de tracts clandestins pour contrebalancer la propagande nazie ; cacher des juifs et organiser de filières d’évasions de juifs et de résistants par l’Espagne ou la Suisse ; mais aussi aider les services de renseignement alliés, saboter les voies ferrées ou même s’attaquer militairement aux troupes d’occupation.

Résistance civile (p. 332) : Modes d’action non armées (politiques, juridiques, sociaux, culturels, économiques).

 

 

 

 

 

B. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus d’un régime antirépublicain ?

 

Journal clandestin 1 page 332 : organe des mouvements de résistance unis

Question 2 page 333 : De quand date cette « Une » ? Que montre-t-elle sur l’organisation des mouvements de Résistance et le rôle reconnu au général de Gaulle ?

 

_ La résistance spontanée s’organise en organisation structurée. Les mouvements de Résistance sont nombreux : Combat fondé en août 1940, Libération en novembre 1940, Francs-Tireurs en 1941.

_ Les résistants sont de différentes tendances politiques, mais tous attachés aux valeurs républicaines. Les communistes rallient la résistance après l’attaque de l’URSS par l’Allemagne en juin 1941 et forment les FTP. Les jeunes rejoignent en grand nombre la résistance après la création du STO. Ils forment de nombreux maquis en 1943. Néanmoins les résistants ne représentent que 2 à 3%  de la population française.

Mouvements de Résistance (p. 332) : Organisation menant des actions militaires mais aussi civiles, notamment par la diffusion de journaux clandestins.

FTP (p. 332) : (Francs-tireurs et partisans) Force de résistance armée du parti communiste.

STO (p. 332) : (Service du Travail obligatoire) Service en Allemagne imposé aux jeunes Français.

 

Lien INA (6 min01) : http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE86002810/comment-sont-nes-les-ffi-et-ce-qu-ils-sont-devenus.fr.html

Qui sont les FFI ? Quels sont leurs combats ?

 

Texte 2 page 332 : Les femmes dans la Résistance

Photographie 3 page 333 : Le maquis

Affiche 5 page 333 : La répression : l’Affiche rouge

Question 6 page 333 : Quelles sont les formes de résistance armée ?

_ Les Forces Françaises de l’intérieur (FFI) multiplient les sabotages. Les maquis occupent plusieurs divisions allemandes en tenant les maquis du plateau de Glières, du Vercors. Les résistants aident ainsi les troupes alliées à libérer la France.

_ L’insurrection des Parisiens libère la capitale avant l’entrée des Français libres de la deuxième division blindée du général Leclerc dans Paris le 24 août 1944. 

FFI (p. 332) : (Forces françaises de l’intérieur) Groupes armés unis en 1944 sous l’autorité du Conseil national de la Résistance.

Maquis (p. 332) : Lieux difficiles d’accès où les résistants s’organisent et mènent une guérilla contre l’occupant nazi et le régime de Vichy.

 

Lecture Biographie Jean Moulin page 337

_ Le général de Gaulle envoie en France l’ancien préfet Jean Moulin le 1er janvier 1942 pour coordonner la résistance française au sein du MUR (Mouvement Unifié de la Résistance) puis dans le CNR (Conseil National de la Résistance) le 27 mai 1943.

_ Le CNR rassemble les représentants de la résistance et des anciens partis de la III République. Il publie en 1944 un programme pour refonder la République.

Jean Moulin (p. 337) : (1899-1943) Préfet à Chartres, il refuse en 1940 de se soumettre aux Allemands. Il rejoint la France libre : chargé par de Gaulle d’unifier la Résistance intérieure, il fonde le CNR en 1943. Mais il est arrêté par la Gestapo et meurt après avoir été torturé.

 

Photographie 3 page 335 : Le gouvernement de la France libre

Question 6 page 335 : En quoi le Comité national français apparaît-il comme un quasi-gouvernement ? Quelles ambitions de la France libre la création du CNL traduit-elle ?

_ Le régime de Vichy est considéré comme un ennemi par les Français Libre. Le général de Gaulle fait reconnaître la France Libre et son gouvernement aux Alliés. Le Comité français de libération nationale (CFLN) est créé à Alger en 1942. Il est remplacé le 4 juin 1944 par le Gouvernement Provisoire de la République française (GPRF).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Croquis et schéma des relations de l'Union européenne et des pays riverains de la Méditerranée

12 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cartographie 1ère

 

 

 

Schéma et croquis des relations entre Union européenne et des pays riverains de la Méditerranée

 

Croquis-Mediterranee.jpg

 

 

 

Copie-de-Schema-Mediterranee-une-aire-de-relation-de-l-E.jpg

Lire la suite

Cartographie : Un site pour la cartographie en 2e, 1ère, terminale

9 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cartographie généralités

 

 

Voici un lien pour mieux s'entraîner et comprendre les attentes en cartographie : http://geographie-muniga.org/index.html

 

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (4)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

IV. Quelles sont les rivalités pour le contrôle des ressources naturelles stratégiques ?

 

Quels affrontements futurs sont prévisibles pour le contrôle de ces ressources ?

           

            A. Quelles sont les tensions provoquées par le pétrole ?

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Question 1 page 37 : Dans quels pays sont localisés les grands gisements pétrolifères ? Pourquoi les ressources en eau représentent-elles un enjeu de première importance dans la région ?

_ Le Proche-Orient assure près de 30% de la production mondiale de pétrole, et comporterait jusqu’à 60% des ressources prouvées d’hydrocarbures (pétrole et gaz).

* Les monarchies pétrolières comme l’Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Qatar ou le Koweït, disposent d’importants revenus en pétrodollars, investis ensuite dans l’économie industrielle ou de services. L’Irak et l’Iran disposent tous deux d’importants gisements mais sont des pays instables ou menacés de guerre.

_ Les ressources en eau dans ce vaste espace désertique du Proche-Orient sont précieuses. La rareté de l’ « or bleu » provoque des tensions entre les pays.

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Texte 17 page 36 : Le tournant de 1973

Question 4 page 37 : Qu’est-ce que l’OPEP ? Quel rôle joue-t-elle dans la crise de 1973 ?

_ L’OPEP est un groupe comprenant les pays exportateurs de pétrole, principalement des monarchies pétrolières du Proche-Orient. Les pays membres de l’OPEP cherchent à prendre le contrôle de la ressource pétrolière.

_ Lors de la guerre du Kippour entre les pays arabes et Israël, ce dernier a été soutenu (livraison d’armes) par les Etats-Unis. L’OPEP décide en représailles le quadruplement du prix du pétrole ainsi que la diminution de la production. C’est le premier choc pétrolier en 1973. Les conséquences sont la crise économique et l’apparition du chômage dans les pays industrialisés. Le second choc pétrolier a lieu en 1979 lors de la révolution islamique en Iran et les prix du pétrole multipliés par 10.

OPEP (p. 39) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

Choc pétrolier (p.39) : Brutale et forte augmentation du prix du pétrole.

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Photographie 16 page 36 : La rencontre entre Roosevelt, président des Etats-Unis et Ibn Séoud, roi d’Arabie.

Question 3 page 37 : Quel est selon vous l’enjeu de la relation privilégiée entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite depuis 1945 ?

_ Le pétrole est devenue une ressource stratégique dont les Etats-Unis cherchent à sécuriser l’approvisionnement à travers des liens privilégiés avec le principal producteur : l’Arabie saoudite. Dès 1945, les Etats-Unis  garantie la sécurité militaire de l’Arabie saoudite en échange de la sécurité des approvisionnements de l’ « or noir » à destination des Etats-Unis.

_ Lorsque l’Irak a envahi le Koweït en 1990, l’Arabie saoudite se sentait menacé. Les Etats-Unis sont intervenus à la tête d’une puissante coalition en 1991.

 

_ Les révolutions du « printemps arabes » de 2011 débuté en Tunisie ont trouvé un écho au Proche-Orient. L’Egypte a connu la chute du dictateur Hosni Moubarak, la Syrie est en guerre civile avec de nombreuses victimes malgré la réprobation de l’opinion publique internationale.

 

 

            B. Quelles sont les tensions provoquées par l’accès à l’eau ?

 

Tableau 3 page 39 : Evolution de la population des principaux Etats du Proche-Orient

Comment évoluent la population et les besoins en eau du Proche-Orient ?

_ L’eau est rare dans le Proche-Orient désertique. Tous les pays sauf la Turquie de l’ouest et le nord de l’Iran reçoivent moins de 300 mm de précipitations. En dessous de 300 mm d’eau la culture de céréales n’est possible que s’il y a irrigation. Or, la population s’accroît ainsi que les besoins en eau pour l’industrie,  et les secteurs domestiques et agricoles. De plus les nappes sont surexploitées, elles se salinisent.

 

Texte 19 page 37 : Les enjeux de l’eau

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Pourquoi le projet de construction de barrages en Turquie provoque-t-il des tensions avec l’Irak et la Syrie ?

_ La Turquie est un pays montagneux où prennent leurs sources les fleuves Tigre et Euphrate, dont dépendent l’approvisionnement en eau de la Syrie et de l’Irak. La Turquie désire construire une série de barrages (GAP) pour développer son économie. Mais, le débit en eau des pays en aval diminuerait fortement (90% pour l’Irak). Les tensions pourraient provoquer une « guerre de l’eau ».

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Pourquoi existe-t-il des tensions liées à l’usage de l’eau entre Israël et ses voisins ?

_ Israël, lors des guerres israélo-arabes, a augmenté son territoire et pris le contrôle du bassin du Jourdain. La Jordanie, pays enclavé, dépend ainsi entièrement pour l’eau d’Israël.

(A la suite de la guerre des 6 jours, 40% de l'eau d'Israël viennent de territoires occupés et l'eau est déclarée par l'Etat d'Israël « ressource stratégique sous contrôle militaire ». Israël occupe le plateau du Golan avec les sources du Jourdain, le lac Tibériade et le fleuve Litani)

* Les Palestiniens manquent d’eau pour leurs besoins, alors que les colonies juives disposent d’eau pour leur développement agricole et leurs besoins domestiques.

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Quels types de pays ont conçus des usines de dessalement de l’eau de mer ?

_ Les besoins en eau augmentent, aussi les pays disposant d’importants revenus (Israël, les monarchies pétrolières) implantent des usines de dessalement d’eau de mer.

* Par exemple l’entreprise française Véolia a construit l’usine d’Ashkelon, produisant 108 millions de m3 d’eau par an (230.000 m3/jour), soit un sixième de la consommation domestique de l’Etat hébreu. Véolia doit aussi livrer en début 2009 une usine à Sûr, dans le Sultanat d'Oman, produisant 80 000 m3/jour.

 

Conclusion : L’eau est donc disponible pour les pays riches, mais les tensions restent fortes à cause du partage inégale de l’eau entre des pays qui connaissent déjà d’autres causes de tensions. L’ « or bleu » pourrait-il être la cause de guerre de l’eau au XXI siècle ?

 

 

 

Te Fiche d’objectifs histoire n°2

 

LE PROCHE-ORIENT DEPUIS 1945

 

    SAVOIR   

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I. Quelles sont les caractéristiques du Proche-Orient ?

II. Quels furent les conflits autour du nouvel Etat d’Israël ?

            A. Comment les conflits israélo-arabes…

            B. …sont devenus un conflit israélo-palestinien ?

III. Quels sont les conflits politiques majeurs au Proche-Orient ?

            A. En quoi la crise de Suez est-elle à la fois une crise de décolonisation et de guerre froide ?

            B. Quelles sont les tensions du « gendarme du monde » américain contre l’Irak et l’Iran ?

IV. Quelles sont les rivalités pour le contrôle des ressources naturelles stratégiques ?    

            A. Quelles sont les tensions provoquées par le pétrole ?

            B. Quelles sont les tensions provoquées par l’accès à l’eau ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Sunnisme/chiisme 

Sionisme (p. 39) : projet d’un Etat national juif en Palestine. Sion est une des collines de Jérusalem, et ce nom est souvent employé pour désigner la ville elle-même.

ONU (p. 269) : Organisation des Nations Unies, fondée lors des conférences interalliées de Dumbarton Oaks en 1944 et de San Francisco en 1945.

OLP (p. 269) : Organisation de libération de la Palestine, fondée en 1964.

OPEP (p. 269) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

Résolution de l’ONU (p. 39) : décision votée par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Intifada (p. 39) : « guerre des pierres », soulèvement des populations civiles contre l’occupant israélien.

Choc pétrolier (p.39) : Brutale et forte augmentation du prix du pétrole.

 

3/ JE SAIS QUI SONT LES PERSONNAGES :

ARAFAT Yasser (p. 264) : (1920-2004) chef historique du mouvement palestinien.

RABIN Yitzhak (p. 265) : (1922-1995)

HUSSEIN Saddam (p. 265) : (1937-2006)

KHOMEINY Rouhalla Moussvi (1900-1989) : Professeur de théologie, membre du haut clergé chiite, il s’oppose aux mesure de modernisation, de laïcisation et d’occidentalisation prises par le shah d’Iran. Arrêté en 1963, il part en exil. En 1979, la révolution menée par ses partisans renverse le shah d’Iran. Il rentre à Téhéran et instaure une République islamique. Il appelle les musulmans du monde entier à provoquer d’autres révolutions islamiques. Il élimine ses adversaires et impose un ordre islamique rigoureux.

 

4/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

1948 : Naissance de l’Etat d’Israël ;    1956 : crise de Suez ;     1967 : guerre des Six Jours ;

1973 : guerre du Kippour, 1er choc pétrolier ;   1978 : accords israélo-palestinien de Camp David ;

1979 : révolution islamiste iranienne, 2e choc pétrolier ;   1980-1988 : guerre Iran-Irak ;

1981 : assassinat du président égyptien Sadate ;    1987-1993 : 1ère Intifada ;   1991 : guerre du Golfe ;

1993 : accords de paix de Washington ;   2003 : guerre en Irak ;  2006 : relance du programme nucléaire iranien  2007 : prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas ;  2007 : islamiste Abdullah Gül président de la république turque.

 

SAVOIR FAIRE

 

5/  JE SAIS REALISER UNE CARTE

6/ JE SAIS ANALYSER UN TEXTE

7/ JE SAIS METTRE EN RELATION UN TEXTE, CARTE, PHOTOGRAPHIE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE CHRONOLOGIE

 

Tle Fiche d’objectifs histoire n°2

LE PROCHE-ORIENT DEPUIS 1945

                                              

                                  SAVOIR

notions

méthodes

En quoi le Proche-Orient est-il un espace de crises ?

I. Quelles sont les caractéristiques du Proche-Orient ?

 

II. Quels furent les conflits autour du nouvel Etat d’Israël ?

Comment se sont transformés les conflits anciens du Proche-Orient ?

            A. Comment les conflits israélo-arabes…

          

           B. …sont devenus un conflit israélo-palestinien ?

 

III. Quels sont les conflits politiques majeurs au Proche-Orient ?

Quels sont les affrontements actuels dans le Proche-Orient ?

            A. En quoi la crise de Suez est-elle à la fois une crise de décolonisation et de guerre froide ?

            B. Quelles sont les tensions du « gendarme du monde » américain contre l’Irak et l’Iran ?

IV. Quelles sont les rivalités pour le contrôle des ressources naturelles stratégiques ?

Quels affrontements futurs sont prévisibles pour le contrôle de ces ressources ?

            A. Quelles sont les tensions provoquées par le pétrole ?

           B. Quelles sont les tensions provoquées par l’accès à l’eau ?

 

Sunnisme/chiisme

 

 

 

 

Sionisme

 

Intifada

 

 

 

Résolution de l’ONU

 

 

 

 

 

 

OPEP

Choc pétrolier

 

Etude de carte

 

Mise en relation texte et carte

Je sais étudier une chronologie

 

 

Mise en relation texte et carte

 

Etude de texte

 

 

 

 

 

Etude de carte

Etude de tableau chiffré

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (3)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

III. Quels sont les conflits politiques majeurs au Proche-Orient ?

 

Quels sont les affrontements actuels dans le Proche-Orient ?

 

            A. En quoi la crise de Suez est-elle à la fois une crise de décolonisation et de guerre froide ?

 

Dessin 2 page 32 : La nationalisation du canal de Suez par le président égyptien Nasser

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Question 3 page 33 : Montrer l’importance stratégique du canal de Suez.

_ Le Proche-Orient est une région stratégique pour plusieurs raisons par sa production de pétrole et les routes maritimes qui permettent d’évacuer ce pétrole, de relier les pays d’Asie, d’Afrique et les pays méditerranéens. Le canal de Suez est particulièrement important car il permet d’éviter de contourner l’Afrique pour aller d’Europe ou d’Afrique du Nord en Asie et Océanie, et d’acheminer le pétrole depuis les pays producteurs vers les pays développés consommateurs.

 

Dessin 2 page 32 : La nationalisation du canal de Suez par le président égyptien Nasser

Texte 3 page 32 : Les interférences de la guerre froide au Proche-Orient

Question 4 page 33 : Quelles sont les répercussions internationales de la décision de Nasser en 1956 ?

_ Le président égyptien Gamal Abdel Nasser (1918-1970) décide pour financer des grands travaux (construction du barrage d’Assouan) de nationaliser le canal de Suez (26 juillet 1956), au détriment de la compagnie franco-anglaise propriétaire. Mais les gouvernements anglais et français réagissent par une intervention militaire (31 octobre 1956) avec l’aide d’Israël qui envahit le désert du Sinaï (dès le 29 octobre 1956). 

* Mais, l’opinion mondiale est hostile à l’intervention franco-anglaise considérée comme une opération coloniale. Aussi, dès le 2 novembre 1956 l’ONU exige le retrait des troupes militaires. L’URSS menace les franco-britanniques. Les Etats-Unis ne soutiennent pas les occidentaux. Aussi Français et Britanniques sont obligés de se retirer (dès le 7 novembre 1956 (jusqu’au 24). Les Israéliens le 7 mars 1957.).

* Les conséquences internationales de la crise de Suez sont nombreuses. Dans le cadre de la Guerre froide l’URSS renforce son prestige dans le Proche-Orient. Les anciennes puissances coloniales par contre perdent leur influence.

 

 

 

            B. Quelles sont les tensions du « gendarme du monde » américain contre l’Irak et l’Iran ?

 

Texte 4 page 33 : La guerre Iran-Irak (1980-1988)

Question 2 page 33 : Expliquer les origines de la guerre entre l’Iran et l’Irak dans les années 1980.

_ Le 22 septembre 1980 le dictateur irakien Saddam Hussein envahit l’Iran. La guerre (1980-1988) provoque environ un million de morts. Elle a plusieurs origines :

* Le nouveau régime politique en Iran inquiète l’Irak. En effet, en 1979 éclate en Iran la révolution islamique.  L’ayatollah Khomeiny établit une dictature religieuse, une théocratie dirigée par le clergé chiite. L’Irak comporte 60% de chiites, Saddam Hussein veut diminuer l’influence de l’Iran sur sa population par cette guerre et pense l’emporter facilement sur un régime récent. Les Etats-Unis soutiennent l’Irak contre l’Iran islamiste.

* Le dictateur irakien souhaitait également accroître l’étendue de son débouché maritime sur le golfe persique au détriment de l’Iran.

HUSSEIN Saddam (p. 265) : (1937-2006)

KHOMEINY Rouhalla Moussvi (1900-1989) : Professeur de théologie, membre du haut clergé chiite, il s’oppose aux mesure de modernisation, de laïcisation et d’occidentalisation prises par le shah d’Iran. Arrêté en 1963, il part en exil. En 1979, la révolution menée par ses partisans renverse le shah d’Iran. Il rentre à Téhéran et instaure une République islamique. Il appelle les musulmans du monde entier à provoquer d’autres révolutions islamiques. Il élimine ses adversaires et impose un ordre islamique rigoureux.

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Photographie 5 page 33 : « Une » de Libération, 9 août 1990

Texte 6 page 33 : « L’échec de Bush au Moyen-Orient »

Question  5 page 33 : Comment les Etats-Unis s’impliquent-ils directement au Proche-Orient ?

_ Les Etats-Unis interviennent dans la région stratégique du Proche-Orient par des négociations politiques (accord de paix de Washington entre Israël et l’OLP en 1993), par des pressions diplomatiques (envers l’Iran pour faire cesser son programme nucléaire). Les présidents George Bush père et fils sont intervenus militairement en Irak pour lutter contre Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe en 1991, lors de la guerre en Irak en 2003.

_ L’influence des Etats-Unis au Proche-Orient recule, ainsi que les espoirs de paix :

* Les attentats suicides et la guerre civile transforme l’occupation de l’Irak en « bourbier irakien ».

* Les iraniens multiplient des provocations (menace d’extermination d’Israël par la bombe nucléaire) sous la présidence d’Ahmaninedjad. Depuis 2006, la relance du programme nucléaire iranien provoque de fortes tensions internationales.

 

Texte 6 page 33 : « L’échec de Bush au Moyen-Orient »

Photographie 7 page 33 : Manifestation du partis islamiste du Hezbollah au Liban

Question 6 page 33 : En quoi l’affirmation de l’islamisme est-elle un facteur de tensions ?

_ L’islamisme progresse dans le Proche-Orient comme l’indique leurs victoires électorales (victoire législative du Hamas en dans les territoires palestiniens le 25 janvier 2006 ; élection du président de la république turque Abdullah Gül le 28 août 2007…).

_ La poussée de l’islamisme pousse à l’affrontement interne comme au Liban entre le Hezbollah chiite et d’autres factions, dans la bande de Gaza entre Hamas et Fatah. Les violences se multiplient par exemple les attentats terroristes d’Al Qaida Maghreb en Algérie (à Batna le 6 septembre 2007 avec 22 morts).

_ Au niveau extérieur les islamistes multiplient les provocations et les affrontements par exemple en envoyant des missiles sur les villes israéliennes depuis la frontière du sud Liban, ce qui a provoqué en retour un affrontement au sud Liban entre Israël et le Hezbollah

 

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (2)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

II. Quels furent les conflits autour du nouvel Etat d’Israël ?

 

Comment se sont transformés les conflits anciens du Proche-Orient ?

 

            A. Comment les conflits israélo-arabes…

 

Texte  8 page 34 : Proclamation de la naissance de l’Etat d’Israël

Carte 12 a page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 1 page 35 : Quel est le sens du projet sioniste ? Comment se concrétise-t-il au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ?

_ L’antisémitisme (haine des juifs) provoque au XIX la naissance du sionisme. Le génocide des juifs durant le la seconde guerre mondiale renforce la volonté de créer un foyer national juif où ils seraient à l’abri des persécutions. Les liens historiques du judaïsme avec la terre de Palestine et la ville de Jérusalem (« terre promise », ville fondée par David dans la Bible) pousse à l’émigration juive vers la Palestine.

_ L’Onu adopte un plan de partage de la Palestine, autrefois sous mandat britannique (forme de domination coloniale anglaise), en deux Etats : l’un juif, l’autre arabe, et une zone internationale : Jérusalem. Le 14 mai 1948 l’Etat d’Israël est proclamé. Par la loi du retour tous les juifs peuvent immigrer en Israël.

Sionisme (p. 39) : projet d’un Etat national juif en Palestine. Sion est une des collines de Jérusalem, et ce nom est souvent employé pour désigner la ville elle-même.

ONU (p. 269) : Organisation des Nations Unies, fondée lors des conférences interalliées de Dumbarton Oaks en 1944 et de San Francisco en 1945.

 

Texte  9 page 34 : L’Organisation de libération de la Palestine (OLP)

Carte 12 b page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 2 page 35 : Quel est le bilan territorial à l’issue de la première guerre israélo-arabe ? Quels sont l’objectif et les moyens d’action de l’OLP ?

_ Les pays arabes voisins (Egypte, Jordanie, Syrie) refusent l’existence de l’Etat d’Israël et attaquent le nouvel Etat dès sa création. La première guerre israélo-arabe dure de 1948  à 1949. Elle se termine par une extension du territoire israélien au nord (de Nazareth jusqu’à la frontière du Liban), au sud (dans le désert de Néguev), et surtout s’étend jusqu’à Jérusalem. L’Etat arabo-palestinien est rayé de la carte.

_ En mai 1964 l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est créée. La Charte de l’OLP définit comme objectif création d’un Etat palestinien par la destruction d’Israël et l’interdiction aux Juifs de rester en Palestine. Pour cela l’OLP préconise la lutte armée (article 9).

OLP (p. 269) : Organisation de libération de la Palestine, fondée en 1964.

 

Chronologie page 38 : Périodes-clés et repères

Quelles guerres et actions militaires opposent Israéliens et ses voisins arabes ?

_ Les guerres israélo-palestiniennes sont nombreuses depuis la création d’Israël et se terminent par la victoire d’Israël sur ses voisins coalisés :

* La crise de Suez en 1956 met aux prises les Egyptiens d’un côté, les Israéliens et leurs alliés français et anglais de l’autre.

* Du 5 au 10 juin 1967 se déroule la Guerre des Six Jours. Israël réalise une guerre préventive contre la coalition de la Ligue arabe (Egypte, Syrie, Jordanie, Irak). Les armées arabes sont écrasées.  De nombreux territoires occupés.

* En 1973 éclate la guerre du Kippour. Syriens et Egyptiens attaquent par surprise et remportent des victoires sur Israël. Mais l’aide militaire américaine permet le rétablissement puis la victoire d’Israël. En représailles, les pays de l’OPEP décident d’augmenter de 70% le prix du baril de pétrole, provoquant le 1er choc pétrolier.

OPEP (p. 269) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

 

Texte  10 page 34 : La Résolution 242 de l’ONU

Photographie 11 page 34 : Un camp de réfugiés palestiniens en Jordanie en 1972

Carte 12 c page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 3 page 35 : Pourquoi l’année 1967 marque-t-elle un tournant majeur dans le face-à-face israélo-palestinien ?

_ L’année 1967 constitue un tournant majeur dans le face-à-face israélo-palestinien. En effet, à la fin de la guerre des Six Jours Israël a triplé sa superficie : La Cisjordanie est occupée, La bande de Gaza et le désert du Sinaï pris sur l’Egypte, le plateau du Golan enlevé à la Syrie. Surtout, Jérusalem Est est occupée et la ville devient capitale d’Israël. La colonisation israélienne s’accentue sur ses terres. Israël refuse d’appliquer la résolution de l’ONU demandant le retrait des territoires occupés et le « règlement du problème des réfugiés ».

_ Dès 1948, 700 000 Palestiniens ont quitté les territoires sous domination israélienne (exil volontaire et expulsions). En 1967, ce sont 300 000 Palestiniens qui s’enfuient vers la Jordanie. Cette population, en croissance démographique, est estimée par l’ONU en 2005 à plus de quatre millions de personnes, dont plus de un million vivant dans les camps de réfugiés.

Résolution de l’ONU (p. 39) : décision votée par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Sur la carte, quel territoire est restitué par Israël ? Pourquoi ?

_ Le désert du Sinaï est restitué par Israël à l’Egypte en 1982.

_ En effet, en 1978 le président égyptien Anouar el-Sadate, le premier ministre israélien Menahim Begin (deux  prix Nobel de la paix en 1978)  ont signés les accords israélo-égyptiens de Camp David. Les accords sont signés à la Maison Blanche grâce à la médiation du président américain Jimmy Carter. Ces accords permettent l’existence du premier traité de paix entre Israël et un pays arabe en 1979.

* Les pays arabes sont hostiles au traité. L’Egypte, autrefois leader du monde arabe, se retrouve isolée. Les islamistes assassinent même Sadate en 1981.

* Néanmoins, les accords de Camp David montrent aux pays arabes qu’il est possible de négocier avec Israël. Ils ont rendu possible d’autres accords comme les accords de paix de Washington en 1993.

 

 

            B. …sont devenus un conflit israélo-palestinien ?

 

Comment réagissent les Palestiniens aux accords de Camp David ?

_ Les accords de Camp David ont brisé l’unité arabe contre Israël. Les Palestiniens s’emparent de la cause : les guerres israélo-arabes deviennent une guerre israélo-palestinienne.

 (   _ Les Palestiniens à l’extérieur d’Israël commencent une suite d’attentats terroristes (attentats de Munich contre les athlètes israéliens lors des jeux olympiques en 1972).   )

_ Le désespoir dans les camps de réfugiés est tel que la jeunesse se livre à une guérilla contre les forces israéliennes, jetant des pierres et des cocktails Molotov contre les forces militaires israéliennes : c’est l’intifada. Elle dure de 1987 à 1993 et se caractérise par des actes de désobéissance civile et des grèves.

Intifada (p. 39) : « guerre des pierres », soulèvement des populations civiles contre l’occupant israélien.

 

Photographie 13 page 35 : Les accords de Washington en 1993

Carte 12 d page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 4 page 35 : Qui sont les acteurs de l’initiative de paix au début des années 1990 ? Quelle forme de règlement de la question israélo-palestinienne propose-t-elle ?

_ L’échec de la stratégie de guerre des Palestiniens (terrorisme, Intifada) et la fin du soutien des pays arabes après la guerre Irak/Koweït amène l’OLP a négocié avec les Israéliens. Le chef palestinien Yasser Arafat et l’israélien Yitzhak Rabin signent des accords de paix à Washington en 1993, avec la médiation du président américain Bill Clinton. L’OLP renonce au projet de destruction d’Israël.

_ Les négociations entre Israël et les Palestiniens aboutissent à la création de l’Autorité palestinienne. Des territoires sont évacués (et des colonies juives démantelées) par les Israéliens et sont confiés à l’autorité palestinienne (ex. bande de Gaza en septembre 2005).

 

ARAFAT Yasser (p. 264) : (1920-2004) chef historique du mouvement palestinien.

RABIN Yitzhak (p. 265) : (1922-1995)

 

Aujourd’hui, qui est le successeur de Yasser Arafat ? Quels problèmes rencontrent l’Autorité palestinienne pour exercer son pouvoir ?

_ Depuis 2005 le successeur de Yasser Arafat est le président élu Mahmoud Abbas.

_ Mais, les élections (municipales en 2005, législatives en 2006) donnent le pouvoir au mouvement islamiste et terroriste Hamas. Les tensions interpalestiniennes aboutissent à la guerre civile et à la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en 2007.

_ Les Israéliens, pour endiguer le terrorisme et les attentats suicides, construisent un vaste « mur de séparation ». Mais les frontières données par le mur aux Israéliens amputent le territoire palestinien d’un large espace.

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (1)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

LE PROCHE-ORIENT DEPUIS 1945

Livre : Belin programme 2007

Introduction : Le Proche-Orient est une zone de conflit. Les tensions sont fortes et anciennes pour des raisons politiques et économiques, pour des conflits de frontières, de contrôle de ressources comme le pétrole et l’eau, à cause aussi des tensions religieuses et nationales. La création depuis 1948 de l’Etat d’Israël, la révolution islamique en Iran en 1979, les guerres du Golfe (Iran-Irak, Irak –coalition mondiale, Irak/Etats-Unis) avivent encore les tensions.

 

Problématique : En quoi le Proche-Orient est-il un espace de crises ?

 

I. Quelles sont les caractéristiques du Proche-Orient ?

 

Qu’est-ce que le Proche-Orient (carte à faire remplir par les élèves) ?

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Question 1 page 33 : (   Quels pays forment le Proche-Orient ?)

 Pourquoi peut-on parler d’une mosaïque ethnique et religieuse ?

(    _ Les pays formant le Proche-Orient sont sur deux continents : africain avec l’Egypte, et asiatique avec les pays de la péninsule arabique : Arabie saoudite et les émirats, mais on compte aussi dans le Levant la Jordanie, la Syrie, le Liban, Israël. On compte aussi l’Irak et l’Iran, ainsi que deux peuples sans territoires : les Kurdes et les Palestiniens. )

 

_ Le Proche-Orient est une mosaïque d’ethnies parlant des langues différentes, même si parfois celles-ci appartiennent à la même famille :

* Les pays sont principalement arabophones en Afrique (Egypte), en Asie comme pour les pays de la péninsule arabe (Arabie saoudite, Emirats arabes Unis….), dans le Levant (Jordanie, Syrie, Liban) et en Irak. Une autre langue sémitique est pratiquée au Proche-Orient : l’hébreu.

* La Turquie est turcophone, une langue ouralo-altaïque. Deux populations parlent une langue indo-européenne : les Kurdes, et les Iraniens qui usent du persan.  

_ L’Islam est majoritaire au Proche-Orient. En effet, il est né dans la péninsule arabique ou se trouve ses deux principaux lieux saints : la Mecque et Médine. Mais l’Islam se divise en de nombreuses branches, les deux principales étant le sunnisme et le chiisme (présent de façon majoritaire en Iran, Irak, Bahreïn, et avec une forte minorité au Yémen et au Liban). Les lieux saints du chiisme sont les villes saintes de Qom en Iran, de Kerbala et Nadjaf en Irak.

* Les chrétiens sont présents mais minoritaires au Proche-Orient, installés en Egypte (Coptes), au Liban (Maronites), en Israël (une partie des Palestiniens).

* Une forte présence juive se retrouve en Israël. Dans ce pays se trouve Jérusalem, ville trois fois sainte car les trois monothéismes sont apparentés et honorent la ville de David et Salomon (mur du temple), de la crucifixion du Christ (église du saint Sépulcre), de la mort de Mahomet (dôme du rocher).

 

Quelle est la situation politique du Proche-Orient ?

_  Le Proche-Orient ne comporte que peu de démocraties stables : Israël et la Turquie. Les autres pays sont des monarchies absolues (Arabie saoudite), des dictatures (Syrie), une théocratie (Iran)… Le Liban et l’Irak sont des démocraties très instables et sous influence étrangère.

_ Les pays sont hostiles les uns aux autres pour des raisons religieuses (Arabie Saoudite/Iran ; Israël/ Iran), pour des questions de frontières (Irak/Koweït) et sont parfois en situation de guerre civile : Liban, Irak, Syrie.

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Quelle est la situation du peuple Kurde au niveau  des frontières ? Au niveau militaire ?

_ Le peuple kurde n’a pas d’Etat regroupant la totalité de sa population. Les Kurdes forment des minorités nationales dans plusieurs pays : Irak, Iran, Syrie et surtout Turquie.

_ La guérilla kurde opposent l’Etat central est les Kurdes dans les provinces frontières. Le PKK combat en Turquie. Les Kurdes irakiens ont été gazés (tuant hommes, femmes et enfants) par le frère du dictateur Saddam Hussein : Ali le chimique.

_ Les révolutions arabes de 2011 ont opposé les populations aux dirigeants dictatoriaux, provoquant la chute du dictateur Egyptien et une guerre civile en Syrie.

 

 

 

 

 

Lire la suite