Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Terminale TSTG Géographie : Réponses aux documents d'études.

3 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

« Le choc des civilisations » d’après S. Huntington

 

Il n’y a pas de « choc des civilisations » d’après Joseph Yacoub

 

 

Remarques :

 

 

Définir idéologie :

 

Une idéologie est un ensemble d’idée proposant une représentation du monde, un système politique.

 

 

 Qu’est-ce que le monothéisme (Donner un exemple) ?

 

Le monothéisme est la croyance en un Dieu unique, par exemple le christianisme ou l’Islam.

 

 

Citer un pays relevant de chacune des civilisations citées.

 

Civilisation occidentale : Etats-Unis, France.

 

Confucéenne : Chine, Vietnam.

 

Japonaise : Japon.

 

Islamique : Turquie, Arabie Saoudite, Iran, Algérie, Indonésie.

 

Hindouiste : Inde.

 

Slave orthodoxe : Russie, Serbie.

 

Latino-américaine : Brésil, Mexique, Argentine.

 

Africaine : République Sud-africaine, Ethiopie.

 

 

 

1) Présenter les documents (nada). (1 point)

 

            Les deux textes ont pour sujet le choc des civilisations, c’est-à-dire l’affrontement de territoires aux peuples de cultures différentes. Samuel Huntington publie en 1994 dans la revue Foreign Aiffairs un article expliquant la théorie du choc des civilisations. Le deuxième texte de Joseph Yacoub, communiqué au festival de géographie de Saint-Dié contredit cette théorie. La date de cette communication est importante, car octobre 2002 c’est un an et un mois après l’épisode terroriste des attentats des tours du World Trade Center en septembre 2001.

 

 

2) Expliquer et commenter la théorie du « choc des civilisations » en vous aidant des documents joints mais sans les paraphraser.

 

            La théorie du « choc des civilisations » c’est l’idée selon laquelle des peuples de cultures, langues et religions différentes doivent finir par s’affronter à cause de leurs différences. La théorie exposée par Samuel Huntington a connu un grand succès après l’attentat contre les tours du World Trade Center à New York en septembre 2001.

 

            Cette conception a-t-elle été instrumentalisée par les militaires et les politiques ? En tout cas les géographes ne sont pas tous d’accord avec S. Huntington. Par exemple la communication faite au festival de géographie de Saint-Dié en octobre 2002 contredit les affirmations d’Huntington. Selon Joseph Yacoub les différences internes entre civilisations sont trop importantes pour ériger un bloc uni contre un autre bloc uni. Les civilisations avec son élément religieux, donnée mise en valeur après les attentats islamistes, ne sont qu’une des dimensions du conflit.

 

 

3) Quelles sont les critiques portées contre la thèse de Huntington ? Donner un exemple.

 

Les critiques contre la théorie du choc des civilisations sont :

 

_ Les mondes d’une civilisation ne sont pas homogènes.

 

* Exemple pour l’orthodoxie l’Empire Byzantin et la Bulgarie se sont opposés violemment.

 

Un autre exemple c’est la division au sein de l’Islam entre sunnisme et chiisme.

 

_ Les civilisations sont en contact et s’influencent mutuellement.

 

* Exemple : la mondialisation.

 

 

 

 

ETUDE DE STATISTIQUES

 

 

1. PRESENTER LE DOCUMENT

 

Pour cela, il faut réfléchir sur la nature de l’information statistique.

 

 

* S’agit-il d’un tableau de répartition ? D’évolution ? De comparaison ?

 

Les tableaux sont des tableaux d’évolution (Cf. 3e colonne). [On peut cependant comparer les évolutions des deux pays avec les deux tableaux]

 

 

* Quelles sont les sources des données ? Peut-on émettre des réserves ?

 

_ Les sources des données sont les chiffres estimés par Population Référence Bureau, un organisme qui dresse un tableau de la population mondiale.

 

_ Les réserves portent sur les estimations faites pour l’Inde et la Chine en 1995, alors que les autres chiffres sont fiables (provenant de recensements).

 

 

* Quelles sont les informations présentées ? Quelle est la spécificité de chaque colonne ?

 

_ Les informations présentées sont les évolutions en millions d’habitants, en indices, et l’accroissement total en % de la population de deux pays, l’Inde et la Chine.

 

_ Chaque colonne utilise un critère d’analyse (unité de mesure) différent.

 

 

Les séries chronologiques sont-elles continues (une valeur pour chaque année) ? Si non, quel événement démographique important en Chine n’apparaît pas ?

 

_ Les séries chronologiques ne sont pas continues, elles montrent des écarts d’environ une dizaine d’années.

 

_ L’événement qui n’apparaît pas c’est la grande famine et la forte mortalité des années 1960, lors de la révolution culturelle lancée par le président chinois Mao Zedong.

 

 

Les intervalles étudiés sont-ils équivalents entre la Chine et l’Inde ? Quelles comparaisons est-il possible d’effectuer ?

 

_ Non. Les intervalles étudiés ne sont pas identiques entre l’Inde (tous les 10 ans) et la Chine (12 ans [1970-1982], 8 ans (1982-1990), 5 ans jusqu’en 1995).

 

_ 1982-1984 ; 1995 et 1995.

 

 

 

 

2. EXTRAIRE LES INFORMATIONS ET LES INTERPRETER

 

 

* Pourquoi peut-on parler de défi ? Quel est l’Etat qui a enregistré la plus forte croissance totale en valeur absolue depuis 1950 ?

 

_ On peut parler de défi du nombre, à cause du doublement de la population (550 millions en 1950 jusqu’à 1 211 millions en 1990 ; 361 millions en 1954 jusqu’à 915 millions en 1994) en 40 ans (1e à 2 générations) ; de plus la population atteint le milliard d’habitant.

 

_ Les opérations donnent la réponse : 915 – 361 = 554 ; 1 211 - 550 = 661. La Chine a enregistré la plus forte croissance totale en valeur absolue depuis 1950.

 

 

* En revanche, que montre l’évolution exprimée en indices ? Quel est l’inconvénient de la seule utilisation de l’indice ?

 

_ Par contre l’évolution en indice montre une plus forte augmentation de la population en Inde (253,5 en Inde contre 220 en Chine pour 1994-95).

 

_ L’inconvénient de la seule évolution de l’indice est de gommer (de ne pas montrer) les différences numériques (en nombre d’habitants) entre les deux pays.

 

 

 

En valeur relative, à quelle période la croissance de la population semble avoir été la plus forte ? Constate-t-on le même phénomène en valeur absolue ? Pour obtenir la croissance relative suffit-il d’additionner les pourcentages ?

 

_ La croissance de la population en valeur relative semble avoir été la plus forte durant la période des années 1960 à 1980. Et pour l’Inde dans les années 1980-1990.

 

_ En valeur absolue la période de plus fort accroissement de la population est : 60 à 80 pour la Chine, années 80 à 90 pour l’Inde selon les chiffres.

 

_ Non. Car par exemple en Inde dans les années 1980-1990 la croissance en pourcentage n’est pas la plus forte (23,8%).

 

 

Un démographe chinois explique comment la Chine est arrivée à un fort déséquilibre des sexes :

 

 

 

1) Quelle est la situation de la surmasculinité en Chine ? Comment a-t-elle évoluée depuis 1990 ?

 

            La surmasculinité (déséquilibre des naissances en faveur des garçons) s’étend géographiquement à toute la Chine (alors que seul le littoral chinois était concerné en 1990) et s’aggrave numériquement :   119 naissances de garçons pour 100 naissances de filles.

 

 

2) Quelles sont les causes de la situation de la surmasculinité ? Qu’est-ce que cela reflète ?

 

_ La naissance d'une fille est peu désirée  et se traduit par des pratiques limitant la naissance des filles : recours à l'échographie pour sélectionner le sexe du fœtus, à l'avortement, voire à l'infanticide des nouveaux-nés de sexe féminin... Dans les campagnes chinoises la politique de l’enfant unique a un effet pervers : la naissance d’enfant non déclaré et une surmasculinité à cause de la préférence accordée aux garçons. Le taux de mortalité des filles est supérieur à celui des garçons à cause de la négligence des soins accordés aux filles.

 

_ Le déséquilibre des naissances en faveur des garçons reflète un non-respect des droits de la femme.

 

 

3) Quelles sont les conséquences sur le mariage de cette situation ?

 

Les conséquences sont de «créer des tensions sur la nuptialité ». En effet le déséquilibre des naissances en défaveur des filles a pour conséquences prévisibles une forte augmentation des célibataires d’ici 2020 (« 30 millions de célibataires ») à cause des « femmes manquantes ».

 

 D’autres conséquences prévisibles sont le mariage des hommes avec des femmes plus jeunes, et l’émigration conjugale.

 

 

4) Pourquoi les filles sont-elles traitées ainsi ?

 

Les traditions accordent une place privilégiée aux hommes et un statut médiocre aux femmes. Le garçon reste avec les parents âgés devenus incapables de travailler alors que la fille va assurer la vieillesse de ses beaux parents. Enfin, c’est le garçon qui est chargé du maintien du culte des ancêtres.

 

 

 

 « L’or blanc » devient une valeur stratégique

 

 

1. Présenter le document.

 

Le document est un extrait d’article du journal Le Monde rédigé le 25 mars 1996 par Roger Cans. Il a pour sujet les tensions politiques crées par le manque progressif d’eau au Maghreb et au Proche-Orient.

 

 

2. Pourquoi une crise de pénurie d’eau menace-t-elle le Proche-Orient ?

 

L’eau menace de manquer au Proche-Orient (le volume d’eau/ habitant a diminué de 3 300 m3 en 1960 à 1 250 m3 en 1996) car la population augmente et les besoins en eau pour l’irrigation agricole augmentent en proportion. L’eau est principalement consacrée à l’agriculture au détriment de la consommation des habitants. Le gaspillage de l’eau (70%) à cause de l’évaporation est grand.

 

 

3. Quelles solutions sont préconisées pour éviter des « guerres de l’eau » au Proche-Orient ?

 

Pour éviter les conflits liés à la pénurie d’eau, il est possible de « moderniser le système d’irrigation », par les serres et l’arrosage goutte à goutte ce qui évite l’évaporation et le gaspillage de l’eau. On peut aussi « traiter les eaux usées » c’est-à-dire utilisée pour les besoins domestiques, etc… pour recycler l’eau et s’en servir pour l’irrigation. Enfin, en plus des solutions techniques, il existe une solution économique : celle d’éviter les gaspillages en laissant augmenter le prix de l’eau.  

 

 

 

 

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : réponses aux documents d'études

3 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

Affiche Révolution nationale

 

 

1. Présenter le document

 

                L’affiche de propagande Les deux maisons France a pour auteur R. Vachet. Elle a été éditée par le Centre de propagande d’Avignon. L’affiche a été commandée par le Régime de Vichy dans un but de propagande. Elle date de 1940 soit du début de l’Etat français dans la zone sud dont dépend Avignon. Elle montre deux maisons symbolisant la France soumises à deux régimes différents : la III République et l’Etat français.

 

 

2. D’après cette affiche : quelles idées, organisations et personnes doivent être exclues ? Quelles autres doivent s’y substituer ?

 

                L’affiche met en avant l’idéologie de la Révolution nationale. Celle-ci condamne les idées et idéaux attribués à la III République car contribuant au déséquilibre de la société (maison France sur un tas de pierre la déséquilibrant) et à la dilution de l’identité nationale (France et Compagnie). Les termes tronqués montrent quelles sont les idées dénoncées : la « démo » « craties », « Parlement » mais aussi tout ce qui est en « isme » et en « iste » : le « communisme », le « radicalisme ». Le système parlementaire est accusé de corruption : « pot de vin ».

 

                Avec le système politique est aussi attaqué le système économique : « communisme », « capitalisme », « système D », et les traits de caractère qui y sont liés : « spéculation », « avarice », « égoïsme ».

 

                Un ensemble d’autres personnes est cité, destinés à l’exclusion : juifs, francs-maçons, ivrognes et anarchistes, etc… comme l’indique les mots : la « (franc)ophobie » et la « juiverie », la « franc-maçonnerie » (étoile de David avec les trois points maçonnique) et également le « désordre » et le « pastis ».

 

 

Face à cette maison France et compagnie s’oppose la maison France fondée sur des groupes traditionnels ce sont les quatre piliers marqués « légion », ce sont les militaires et anciens militaires attachés à la personne du maréchal Pétain (étoiles du bâton de maréchal), les groupes à l’écart du communisme comme du grand capitalisme : « artisanat » et « paysannerie ». L’ « école » est encore valorisée pour recréer une France nouvelle.     

 

 

3. En quoi cette politique d’exclusion et d’intégration se réfère-t-elle aux valeurs « travail, Famille, Patrie » ?

 

 

Les groupes valorisés sont les groupes soumis à une hiérarchie : militaire et écoliers ; mais aussi les groupes liés à la France traditionnelle : artisanat, paysannerie.

 

 

Carte 2E Guerre Mondiale

 

 

 

Commenter une carte historique

 

Méthode :

 

Lire une carte historique :

 

_ Lire le titre pour identifier le thème et localiser le document dans le temps et dans l’espace.

 

_ Lire attentivement la légende pour prendre connaissance des renseignements fournis : les données sont-elles quantitatives ou qualitatives ? Quels sont les figuré utilisés (de surface, ponctuels, linéaires) ? Les phénomènes représentés sont-ils hiérarchisés (variation de la couleur, de la taille des figurés…) ?

 

_ Observer l’échelle.

 

 

Présenter une carte historique

 

Indiquer le type de carte (carte tableau ou carte d’évolution), le thème et l’espace étudié, l’auteur ou la source (afin éventuellement de critiquer la fiabilité des données), la date (spécifier s’il s’agit d’un document récent ou d’un document historique), la ou les périodes étudiées, le contexte historique ou d’un phénomène représenté.

 

 

Analyser une carte historique

 

_ Définir et décrire les caractéristiques des grands ensembles spatiaux.

 

_ Relever les contrastes, les oppositions, les évolutions éventuelles.

 

_ Expliquer les données de la carte en recourant aux connaissances et, au besoin, à d’autres sources documentaires.

 

Attention !

 

_ Il faut avoir une démarche qui va du général au particulier ; ne pas oublier d’énoncer des évidences avant d’étudier les différents phénomènes.

 

 

Conclure

 

_ Indiquer la signification et la portée du document.

 

_ Envisager éventuellement les conséquences des phénomènes étudiés.

 

_ Critiquer le document (par exemple : les données sont-elles fiables ?).

 

 

 

Carte 1 page 84 : 1942 : une guerre mondiale

 

1. Présenter le document. Quel est le type de carte ? Quelle est l’utilité de ce type de carte pour étudier la Seconde Guerre mondiale ?

 

                La carte intitulé « 1942 : une guerre mondiale » est une carte de projection polaire. C’est-à-dire qu’elle montre les événements présents sur Terre et mets en relation les différents territoires. La carte montre la dimension planétaire du conflit depuis fin 1940 jusqu’en février 1943 (bataille de Stalingrad).

 

 

2. Quel est le nom des deux alliances militaires opposées ?  Quels sont les territoires possédés ou occupés par les uns et les autres ?

 

_ L’Allemagne nazie, l’Italie fasciste et le Japon impérialiste sont liés dans l’Axe. Le Royaume-Uni et ses dominions (Canada, Australie, Afrique du Sud..) sont alliés à de nombreux pays comme les Etats-Unis et l’URSS dans leur lutte contre l’Axe. Ce sont les « Alliés ».

 

_ L’Axe a des conquêtes étendues mais récentes :

 

* L’Allemagne a envahi un vaste territoire européen (depuis la France à l’Ouest jusqu’aux portes de Moscou et de Leningrad en URSS à l’Est, depuis le cercle polaire au nord de la Norvège jusqu’en Crète au Sud). L’Italie a des colonies en Afrique : Libye, Ethiopie.

 

* Le Japon a établi sa domination sur la Corée et la Mandchourie, en guerre avec la Chine depuis 1937 il contrôle le littoral chinois. Avec le déclenchement de la deuxième guerre mondiale, il domine également l’Indochine française et la Birmanie anglaise, les Indes néerlandaises et les Philippines sous influence américaine. De nombreuses îles du Pacifique passent également sous contrôle japonais.

 

_ Les Alliés sont nombreux et possèdent d’immenses et anciens territoires :

 

* Le Royaume-Uni possède le premier Empire colonial au monde : en Afrique de l’Egypte à l’Afrique du Sud, mais aussi l’Empire des Indes et de nombreuses îles et territoires dispersés.

 

* A l’exception de la France (second Empire colonial du monde) et d’autres pays ouest européens envahis (Belgique du Congo, Indes néerlandaises des Pays-Bas) les autres Etats ralliés à la lutte contre l’Axe sont des pays libres, parfois immenses comme les Etats-Unis et la Chine, l’URSS, le Brésil….

 

 

3. En Europe, le conflit est-il continental (se déroulant sur terre) ou maritime ? Et en Asie ? Quel continent n’a pas connu d’attaques sur son sol ?

 

_ En Europe le conflit est essentiellement terrestre, avec la blitzkrieg. Mais l’échec de la bataille d’Angleterre conduit à la poursuite de la guerre par un blocus des îles britanniques et une vaste guerre sous-marine dans l’océan atlantique.

 

_ En Asie la guerre est terrestre, dans les jungles de Birmanie et de Papouasie. Elle est surtout maritime dans le Pacifique avec l’attaque par les porte-avions de Pearl Harbor et de Midway.

 

_ Le continent américain n’a pas été atteint par les conflits (à l’exception de l’Etat d’Hawaï dans le Pacifique), « protégés » par les océans Pacifique et Atlantique.

 

 

4. Quelles évolutions et ruptures se sont produites fin 1940 ? début 1942 ?  

 

_ Le conflit planétaire connaît une première rupture en fin 1940 avec le retrait de la France de la III République de la guerre, et aussi de la plupart de ses colonies. Le Royaume-Uni reste longtemps seul à combattre.

 

_ En 1942 le conflit a fortement évolué, avec l’entrée en guerre de nouveaux belligérants, le Japon du côté de l’Axe ; du côté allié : l’URSS après l’agression hitlérienne en juin 1941 (opération Barbarossa), les Etats et à leur suite de nombreux pays d’Amérique après l’attaque japonaise de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

 

 

5. Où les combats importants se sont-ils déroulés ? Quels combats ne figurent pas sur la carte ?

 

_ D’importants combats se sont déroulés dans le Pacifique, avec des porte-avions (Pearl Harbor, Midway) ; entre troupes adverses dans l’enfer vert de la jungle à Guadalcanal.  Ces deux dernières batailles marquent l’extension maximale de la domination japonaise.

 

* Pour le front occidental l’Afrique est perdue avec deux batailles : El Alamein qui pousse le général Rommel a retraité d’Egypte jusqu’en Tunisie, et l’opération Torch c’est-à-dire le débarquement des anglo-américains en Afrique du Nord française.

 

* Sur le front Est la bataille de Stalingrad entraîne la destruction d’une armée entière. C’est une défaite majeure.

 

_ Les batailles ne figurant pas sur la carte sont celles donnant la victoire aux alliés : débarquement en Normandie et en Provence en juin et août 1944, poussées américaines dans le Pacifique jusqu’au Japon.

 

 

6. Que nous montre le document sur le fait que la guerre est une guerre mondiale ? Tous les territoires et Etats alliés ont-ils la même importance dans le déroulement de la guerre ?

 

_ La guerre est mondiale car elle concerne directement (batailles) ou indirectement (productions de guerre et levée de troupes) tous les continents.

 

_ Certains Etats ont une très grande importance dans le déroulement de la guerre, soit à cause de leur rôle militaire et industriel (Royaume-Uni, Etats-Unis, URSS), mais aussi car la guerre se déroule sur leur territoire (URSS). Le rôle de l’Amérique latine dans la guerre est très réduit.

 

 

7. Que peut-on reprocher au document ?

 

L’absence de renseignements sur les années 1944 et 1945 (débarquements, bombardements sur l’Allemagne, de bombes atomiques au Japon).

 

 

Le bilan humain et matériel du conflit

 

 

1. Présenter le document

 

Le document est un tableau chiffré montrant pour les principaux pays belligérants (URSS, Allemagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Japon, France) le bilan des pertes humaines et matérielles durant la seconde guerre mondiale. Le tableau a été réalisé par Marc Nouschi et publié dans son livre publié en 1996 : Bilan de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

2. Quelles sont les conséquences humaines du conflit ? Comparez la situation des Etats-Unis et de l’URSS.

 

_ Les conséquences humaines et matérielles du conflit sont très lourdes : plus de 50 millions de morts, dont plus de la moitié sont des civils. Dans les pays occupés le nombre de civils tués dépasse celui des militaires, en particulier en Pologne et en URSS. Jusqu’à 14% de la population est anéantie par les combats et les massacres de civils en URSS.

 

_ La situation entre pays est très diverse. Les Etats-Unis n’ont pas connu de victimes civiles, alors que l’URSS a payé un prix très lourds en morts, militaires et civils, sa victoire contre l’Axe.

 

 

3. Quelles sont les causes de ces différences ?

 

Les combats se sont déroulés sur le sol de l’URSS alors que les Etats-Unis ont été protégés des attaques directes grâce à la séparation des deux océans. De plus, les communistes et les Juifs ont été les victimes de la politique nazie.

 

 

 

DISCOURS DE W. CHURCHILL A FULTON (USA), 5 MARS 1946

 

 

Explication des termes, des références chronologiques et géographiques :

 

 

récemment : Le discours se situe moins d’un an après la fin de la seconde guerre mondiale

 

organisation communiste internationale : Il s’agit de la troisième Internationale, fondée en 1919 par Lénine, dans le but d’étendre le communisme dans le monde entier.

 

Stettin : Port allemand sur la mer Baltique, annexé par la Pologne en vertu des accords de Yalta et Postdam.

 

Trieste : Port italien sur l’Adriatique, frontalier de la Yougoslavie communiste.

 

rideau de fer : Frontière fermée, matérialisée par des barbelés, des champs de mines.

 

Varsovie : Pologne.

 

Berlin : Capitale de l’Allemagne, divisée en 4 zones d’occupation, américaine, anglaise, française et soviétique.

 

Prague : Capitale de la Tchécoslovaquie.

 

Vienne : Capitale de l’Autriche, divisée en zones d’occupation, occidentales et soviétique.

 

Budapest : Hongrie.

 

Belgrade : Capitale de la Yougoslavie. A la différence des capitales précédentes, elle n’est pas occupée par l’armée soviétique.

 

Bucarest : Roumanie

 

Sofia : Bulgarie

 

sphère soviétique : A l’exception de la Yougoslavie, tous ces pays sont occupée par l’Armée Rouge

 

influence soviétique : Les soviétiques contrôlent la défense, mais aussi l’économie et la vie politique, en poussant en avant les communistes locaux, qui sont investis de pouvoirs qui ne correspondent nullement à leur importance numérique.

 

très faibles : Les communistes étaient peu nombreux avant la seconde guerre mondiale en Europe de l’Est car le PC était partout pourchassé. Le nazisme a décimé leurs rangs. Ils participent après la guerre à des gouvernements de coalition dans tous les pays d’Europe de l’Est.

 

contrôle totalitaire : Importance de la police politique inféodée à l’URSS

 

Sauf en Tchécoslovaquie, il n’existe pas dans cette partie de l’Europe de vraie démocratie : La Tchécoslovaquie était déjà avant la guerre le seul pays démocratique de la région.

 

J’ai appris pendant la guerre à connaître nos amis et alliés russes : Churchill a été le premier ministre britannique pendant toute la guerre et a participé à toutes les grandes conférences de l’après guerre. Il s’est opposé aux projets de Staline lors de la conférence de Yalta.

 

Churchill : Premier ministre britannique de 1940 à 1945. Il n’est plus au pouvoir lorsqu’il prononce ce discours.

 

Fulton : Churchill prononce ce discours à Fulton, dans le Missouri, en présence du président des Etats-Unis, Truman.

 

mars 1946 : La guerre est terminée depuis moins d’une année, mais déjà apparaissent au grand jour les tensions entre les Britanniques et les Américains, d’une part, et les Soviétiques d’autre part.

 

 

Recommandations :

 

 

 

Winston Churchill, il n'est même plus premier ministre de sa gracieuse majesté puisqu'il a subit une défaite électorale. Son remplaçant est alors C. Atlee.

 

Le discours de Churchill comporte deux aspects principaux que l'élève doit  mettre en avant :

 

- une description de la situation géographique de l'Europe au sortir de la guerre avec la modification des Etats ; ce point permet de montrer que l'Union Soviétique assure sa puissance sur l'Europe de l'est grâce aux Etats dits satellites qui constituent désormais le glacis que Staline réclamait aux conférences de Yalta et de Postdam.

 

- un appel du pied aux Etats Unis devant cette menace qui s'étend partout : aux yeux de Churchill, seuls les USA et le Royaume Uni ont un parti communiste faible sinon l'ensemble des pays d'Europe est sous la menace de l'URSS.

 

L'élève doit être capable d'expliquer ce qu'est le rideau de fer.

 

 

Réponses aux questions :

 

1. Introduction : présenter le texte et son auteur les circonstances de sa rédaction et ses thèmes principaux.

 

Le texte est un discours prononcé le 5 mars 1946 aux Etats-Unis, à Fulton, en présence du président Truman, par Winston Churchill, ancien premier ministre britannique - trois thèmes : le communisme, la division de l'Europe, les mesures à prendre pour empêcher l'expansion du communisme - on peut se demander si ce discours n'a pas contribué à faire monter la tension.

 

 

2. Le communisme selon Churchill : à partir du texte quelles sont les intentions de politique extérieure que Churchill prête à Staline ? Décrivez le système politique critiqué par Churchill.

 

Pour Churchill, le communisme est un système tyrannique et expansionniste : il s'agit d'un système totalitaire à l'intérieur, qui cherche à s'étendre à l'extérieur (prosélytisme). Mais on peut aussi considérer que Staline cherche à protéger la « patrie du socialisme » par un glacis de pays satellites.

 

 

3. Le rideau de fer : expliquer l'expression. Quels sont les pays concernés dont le texte nous cite les capitales ? Quelle est la situation dans ces pays à la date du texte ? Le point de vue de Churchill doit-il être nuancé ?

 

Le rideau de fer est la frontière entre l'Europe de l'Est, occupée par les soviétiques, et l'Europe occidentale. Il est matérialisé par des barbelés. Il isole les pays d'Europe centrale et leurs capitales du reste du continent. Cependant, à la date du texte, seules la Yougoslavie et l'Albanie ont des régimes communistes, les autres pays sont dirigés par des gouvernements de coalition où les communistes sont plus ou moins puissants, mais tiennent en main quelques ministères clés comme la police.

 

 

4. Les propositions d'action : dans quel but Churchill prononce-t-il ce discours ? Que propose-t-il pour l'avenir ? Peut-on considérer ce discours comme une "déclaration de guerre froide " ?

 

Churchill propose une politique de réarmement des pays occidentaux et d'endiguement de la progression du communisme. La doctrine Truman, qui sera décidée un an plus tard, est déjà contenue dans ce discours. On peut considérer ce discours comme un déclaration de guerre froide mais aussi comme un discours d'une grande lucidité face au stalinisme.

 

 

Ich bin ein Berliner

 

 

1. Présentez la nature ainsi que l’auteur du texte ?

 

Le texte est un discours politique de John Fitzgerald Kennedy, président des Etats-Unis.

 

 

2. Quelle est la particularité de Berlin depuis la fin de la seconde guerre mondiale ?

 

Berlin est divisée entre une partie occupée par les Soviétiques ; l’autre est occupée par les Alliés : Américains, Anglais, Français.

 

 

3. Que se passe-t-il à Berlin à cette époque ?

 

Berlin est coupée par un mur.

 

 

4. Qui a fait cela et pourquoi ?

 

Les Soviétiques et leurs alliés. Cela pour empêcher les Berlinois et les Allemands de l’Est de fuir à l’Ouest (l. 15-16) : »ériger un mur pour empêcher notre peuple de s’enfuir ».

 

 

5. Contre qui est dirigé ce discours ?

 

 Contre les dirigeants soviétiques, contre les communistes de l’ouest (l. 4, 7, 9…).

 

 

6. Que leur reproche-t-il ?

 

- de ne pas comprendre l’enjeu de la lutte contre le communisme et le monde libre (l.5)

 

- de dire que l’avenir est au communisme (l.7)

 

- de vouloir collaborer avec les communistes (l.9-10)

 

- de croire aux progrès économiques de l’URSS (l. 12)

 

 

7. En conclusion, quel est le sens de l’expression « je suis un Berlinois »

 

Je suis un Berlinois veut dire « Je suis libre ». car contre le communisme qui enlève les libertés fondamentales (liberté de circulation, de recherche du bonheur, libertés individuelles).

 

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : De 1945 à nos jours l'affrontement Est-Ouest (3)

2 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

B. En quoi consiste la stratégie des conflits périphériques ?

 

           

+ Texte 6 page 69 : Pour les Grands, nécessité des conflits périphériques.

 

Caricature 2 page 70 :  

 

Expliquez le document 2. Recherchez des lieux d’affrontement entre Etats-Unis et l’URSS (carte 1)

 

_ La caricature montre l’opposition entre les Etats-Unis (homme avec le chapeau haut de forme et le pantalon figurant le drapeau américain) et l’URSS (homme corpulent avec une chapka avec le dessin d’un marteau et d’une faucille). Ils s’opposent en brandissant deux lances (missiles nucléaires) et ont pour se protéger des boucliers figurant leur zone d’influence (Amérique du sud pour les Etats-Unis, Afrique et Asie pour l’URSS).

La caricature montre les affrontements indirects entre Etats-Unis et URSS pour établir leur influence dans les pays du Tiers Monde.

_ Les affrontements sont particulièrement nombreux en Afrique ou chaque camp essaie d’installer son influence.

 

_ Les conflits périphériques sont des moyens pour les deux superpuissances de tenter d’étendre son influence sans recourir directement à la force. Etats-Unis et URSS soutiennent des pays du Tiers Monde contre un adversaire. Ainsi l’URSS soutient l’Inde contre le Pakistan aidé par les Etats-Unis ; l’URSS aide les pays arabe et les Etats-Unis Israël. Mais une aide trop directe est dangereuse : Les Etats-Unis interviennent de plus en plus pour soutenir le Sud Vietnam contre le Nord Vietnam communiste, et s’englue en aboutissant à un fort échec.

 

Transparent : partie d’échec de J. Carter et L. Brejnev

 

Les affrontements indirects sont nombreux en particulier dans les Pays En Développement d’Afrique.

 

            (C. Qui sont les non-alignés ? Que veulent-ils ?)

 

 

Carte 1 page 70 : 1985 : un monde multipolaire + carte annexe

 

Comparez les pays non alignés en 1960 et en 1985 (Quels pays font partie des Non alignés ?) ? Leur nombre augmente-t-il ou diminue-t-il ?

 

_ Afrique : Les pays non-alignés sont en Afrique du Nord l’Egypte en 1960 et l’Algérie en 1985, en Afrique noire le Ghana et en 1985 la Tanzanie. 

 

En Europe : la Yougoslavie a un système économique et politique communiste mais n’est pas dans le camp de l’URSS.

 

 Il n’existe pas de pays non alignés en Océanie et en Amérique. Par contre ces pays sont nombreux en Asie : en 1960 on trouve l’Irak, l’Afghanistan, l’Inde, Sri Lanka et la Birmanie, l’Indonésie et la Malaisie. En 1985 l’Iran, l’Inde et le Népal, le Bangladesh.

 

_ Le nombre des pays non alignés diminue, par contre celui de ceux qui risquent de changer de camp est important, particulièrement en Afrique.

 

 

_ Les pays non-alignés désirent de na pas s’allier aux Etats-Unis ou à l’URSS. Ces pays sont l’objet des tentatives de déstabilisation et des interventions des deux superpuissances pour rejoindre leur camp : invasion de l’Afghanistan par l’URSS.

 

 

Quel nouvel acteur intervient et constitue un danger majeur pour la paix aussi bien pour l’URSS que pour les Etats-Unis ?

 

_ La Chine (République Populaire de Chine) a un régime communiste hostile aux Etats-Unis, mais a des conflits frontaliers avec l’URSS (affrontements militaires le long du fleuve Amour). Les trois pays sont des puissances nucléaires avec des armées nombreuses.

 

 

Photographie 3 page 70 : Réunion de l’OPEP à Alger (1973)

 

Par quel moyen l’OPEP menace-t-il le monde occidental capitaliste ?

 

L’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) demande aux pays riches de ne plus soutenir Israël, et décide d’augmenter le prix du pétrole.

 

 

_ L’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) a un monopole d’exportation du pétrole et relève en 1973 le prix du pétrole entraînant une crise économique dans les pays occidentaux.

 

IV. Quel est le nouvel ordre mondial ?

La dissolution des blocs (1985 à 1991).

 

 

            A. Comment prend fin l’affrontement Est-Ouest ? (1985-1991)

 

Quelles sont les crises qui aboutissent à l’effondrement du bloc de l’Est ?

 

 

Photographie 2 page 78 : File d’attente devant un magasin à Moscou

 

1. Quelle scène ce document représente-t-il ?

 

Le document montre une file d’attente devant un magasin pour s’approvisionner. La queue est très longue et comporte surtout des femmes.

 

2. Qu’indique-t-il sur le niveau de vie de la population ?

 

La population a un niveau de vie bas car elle a du mal à obtenir les éléments indispensables pour leur vie quotidienne.

 

3. N’est-ce-pas contradictoire avec le niveau technique du document 1 ? Pourquoi ?

 

L’URSS consacre d’importantes sommes à son armement, au détriment du niveau de vie de sa population. 

 

_ Le système communiste ne parvient pas à assurer aux populations un niveau de vie convenable. La compétition militaire entre l’URSS et les Etats-Unis poussent à acheter de nouvelles armes au détriment de l’économie soviétique. La pénurie des produits de base  rend encore plus intolérables le manque de libertés fondamentales en URSS et dans les démocraties populaires.    

 

+ Lecture Texte 7 page 71 : La nouvelle politique de l’URSS

 

Photographie 1 page 72 : hélicoptère russe abattu par la résistance afghane

 

+ 2 page 72 : la fin du Rideau de fer (1989)

 

Quelle est la situation de l’URSS au niveau militaire et politique extérieure ?

 

_ L’URSS a connu de lourds échecs en Afghanistan contre les combattants de la résistance.

_ L’URSS refuse de soutenir militairement les démocraties populaires. L’effondrement du mur de Berlin constitue la fin de la RDA, et ensuite des démocraties populaires.

 

Quelles sont les conséquences politiques de la chute du mur de Berlin au niveau national et international ?

 

La chute du mur de Berlin entraîne la réunification de l’Allemagne ainsi que l’accès à l’indépendance des démocraties populaires. En 1991 l’URSS implose en plusieurs Etats.

 

_ Le dirigeant soviétique Mikhael Gorbatchev cherche à sauver le communisme en opérant une nouvelle politique : retrait des troupes soviétiques de l’Afghanistan, accords Est-Ouest pour limiter les armements, octroi de plus d’autonomie aux démocraties populaires.

 

_ La politique de Gorbatchev ne sauve pas le communisme. Le mur de Berlin s’effondre en 1989 et le bloc des démocraties populaires parvient à l’indépendance. Le Pacte de Varsovie est dissous. Enfin, l’URSS implose en 1991 entre plusieurs Etats (Russie, Ukraine…). Le système communiste est abandonné. C’est également la fin de la guerre froide. 

 

 

L’Allemagne est réunifiée en octobre 1990.

 

            B. La fin de la guerre froide signifie-t-elle la stabilité internationale ?

 

La fin de la guerre froide signifie-t-elle le triomphe des États-Unis et la stabilité dans le monde ?

 

 

Photographie 4 page 71 : Attentat attribué à l’Iran (Paris, 1986)

 

Ce type de menace peut-il être combattu pour la dissuasion nucléaire ?

 

Non. Le combat contre le terrorisme ne peut être combattu par l’arme nucléaire car l’ennemi n’est pas déclaré, et le responsable de l’attentat n’est jamais sûr !

 

Existent-ils d’autres situations où les armes nucléaires sont impuissantes ?

 

Oui. Les nouvelles guerres civiles en ex-Yougoslavie et au Rwanda causent de nombreux morts.

 

_ Avec la fin de l’affrontement Est-Ouest l’espoir grandit de mieux assurer la paix et la démocratie à l’aide d’organisations internationales comme l’ONU… Mais des menaces d’un nouveau type apparaissent contre lesquels la dissuasion nucléaire ne peut rien : terrorisme, épurations ethniques en ex Yougoslavie (1991-1995) et au Rwanda (1994)…

 

Transparent World Trade Center

 

Quels dangers les Etats-Unis veulent-ils écarter ? Par quelles méthodes ?

 

Les Etats-Unis veulent écarter la menace du terrorisme islamiste qui vise directement les civils. Pour cela, les Etats-Unis interviennent militairement contre plusieurs « Etats voyous » accusés de soutenir le terrorisme. Intervention en Afghanistan, en Irak…

 

_ Avec la disparition de l’URSS les Etats-Unis restent la seule grande puissance  mondiale : c’est une hyperpuissance au niveau économique, militaire, politique…

_ Le 11 septembre 2001 les buildings du World Trade Center à New York sont pris pour cibles par des terroristes kamikazes. Le territoire des Etats-Unis n’est plus inviolable. Pour lutter contre le terrorisme islamiste les Etats-Unis interviennent militairement contre les « Etats voyous » accusés de soutenir le terrorisme : Afghanistan, Irak…

_ La fin de la guerre froide ne signifie pas stabilité internationale.

 

Vidéo : Dessous des cartes : Les  types de guerre 1990-2005

 

 

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : De 1945 à nos jours l'affrontement Est-Ouest (2)

2 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

C. Quelles modèles politiques et économiques s’opposent ?

 

 

FICHE : LA GUERRE FROIDE

 

OU

 

 

Texte 5 page 61 : la situation internationale évoquée par le président des Etats-Unis et un haut dirigeant soviétique (Truman/Jdanov)

 

A l’aide du document 5, précisez le but que se fixe caque bloc.

 

_ Pour le président des Etats-Unis Henri Truman le bloc des pays d’Europe occidentale sont en faveur de la démocratie et des libertés individuelles, les élections libres ; les démocraties populaires désirent que les pays d’Europe occidentale cessent de posséder des colonies (anticolonialistes) et mettre en place les partis communistes au pouvoir.

 

 

A l’aide des réponses de la question 5 compléter le tableau :

 

 

Compléter le tableau

 

 

BLOC DE L’OUEST

 

BLOC DE L’EST

 

Idéologies

 

Doctrine Truman

 

Communiste : Doctrine Jdanov

 

Les Etats alliés forment…

 

Le « monde libre »

 

Les « démocraties populaires »

 

Opposition économique

 

* bénéficiaires du plan MARSHALL 

 

* économie de marché

 

Economie socialiste

 

Opposition militaire

 

Alliance atlantique ou OTAN (1950)

 

Pacte de Varsovie (1953)

 

 

_ Les conceptions politiques et économiques des deux camps s’opposent.

* L’URSS a un système communiste basé sur l’idéologie du marxisme-léninisme. L’Etat tout-puissant n’autorise qu’un parti unique : le Parti communiste. L’économie est planifiée et centralisée.

* Les Etats-Unis et les démocraties occidentales ont des valeurs fondées sur les libertés individuelles, et la démocratie libérale au niveau politique, sur l’économie capitaliste. 

 

Marxisme-léninisme : doctrine forgée par Karl Marx et Friedrich Engels au XIX siècle dans leurs ouvrages, Le Manifeste du Parti communiste (1848) et le capital (1867-1880). Cette doctrine, reprise au début du XX siècle par Lénine, constitue le fondement de la pensée communiste.

 

Démocratie libérale : régime politique fondé sur l’égalité et la liberté des individus dans tous les domaines mais accordant cependant un rôle plus ou moins important à l’Etat.

 

 

Pour Truman, quel est le rôle des démocraties vis-à-vis du communisme ?

 

Pour le président Truman les Etats-Unis et les démocraties doivent s’opposer au communisme. C’est la doctrine de l’endiguement.

 

_ Les conceptions soviétiques (doctrine Jdanov) et américaines (doctrine Truman) s’opposent. Le président Truman met en pratique la théorie de l’endiguement pour empêcher l’extension du communisme. 

 

Endiguement (containment en anglais) : doctrine américaine définie en 1947 et qui a pour but d’interdire toute nouvelle extension du communisme.

 

 

II. Comment évolue l’affrontement Est-Ouest ? (1948- 1962)

 

 

            A. Qu’est-ce que l’équilibre de la terreur ?

 

 

Affiche 2 page 62 : Affiche du PCF contre l’OTAN (1958)

 

Quelle organisation et quelle menace sont dénoncées par le PCF ?

 

L’affiche du parti communiste français dénonce :

_ L’OTAN (l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) c’est-à-dire une organisation militaire adversaire de l’organisation militaire de l’URSS et de ses alliés : le Pacte de Varsovie.

_ La menace dénoncée par le PCF est le risque de guerre nucléaire et destruction des civils par celle-ci.

 

_ Deux réseaux d’alliances militaires se font face. L’OTAN (Etats-Unis et démocraties occidentales) dispose de bases en Europe de l’ouest (aviation américaine en Allemagne) et est prête à défendre l’Europe de l’ouest contre les armées du Pacte de Varsovie (URSS et pays satellites).

_ La puissance des deux armées et la possession de l’arme atomique par les deux camps (1945 pour les Etats-Unis et 1949 pour l’URSS) provoquent la peur de la destruction totale de l’humanité lors d’une « troisième guerre mondiale ». 

 

OTAN (page 296) : Organisation du Traité de l’Atlantique Nord : structure politique et militaire permanente et militaire permanente de l’alliance du pacte Atlantique entre l’Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada) et les pays de l’Europe de l’Ouest.

 

 

Photographie 2 page 64 : Sous-marin nucléaire américain lanceur de missiles Polaris.

 

En quoi le développement de sous-marin lanceur de missiles nucléaires modifie-t-il la vision de la guerre ?

 

_ Au niveau tactique : Les sous-marins lanceurs de missiles nucléaires sont mobiles. Ils se déplacent rapidement et peuvent se dissimuler dans la mer pendant de longues périodes. Ils emportent avec eux de nombreux missiles capables d’atteindre un pays adverses.

_ Au niveau stratégique : Un pays qui est attaqué avec des engins nucléaires peut riposter avec des armes nucléaires (même s’il est anéanti) à cause des sous-marins. Chaque pays est dissuadé d’attaquer l’autre : c’est l’équilibre de la terreur.

 

_ Le développement de la technologie militaire (sous-marin lanceur de missiles nucléaires, fusées intercontinentales) permet aux deux superpuissances de s’anéantir mutuellement. Chaque pays est ainsi dissuadé d’attaquer l’autre, c’est l’équilibre de la terreur.

 

Equilibre de la terreur : dès 1953, les deux Grands ont la capacité nucléaire de s’anéantir mutuellement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            B. Quels sont les théâtres majeurs de l’affrontement ?

 

Photographie 3 page 62 : pont aérien de Berlin en 1948-49

 

Texte 5 page 63 (1ère partie) : une psychose de guerre, deux réactions (guerre de Corée)

 

[Photographie 1 page 64 : Crise de Cuba (1962) ]

 

Photographie 5 page 69 : intervention américaine au Viêt-nam.

 

 

Rangée 1 : Europe : 3 p. 62 ; rangée 2 : Asie : 5 p. 63 + 5 p. 69 ; rangée 3 : Amérique : 1 p. 64

 

Faire travailler les élèves sur la question ci-dessous avec un continent par rangée.

 

+ fiche Ich Bine in Berliner

 

 

Où et par quelles méthodes l’URSS essaie-t-elle de progresser sur les différents continents ?

 

(cf. annexe 1)

_ En Europe : l’URSS essaie d’englober Berlin Ouest dans sa zone d’influence en fermant les voies d’accès à l’enclave occidentale. Mais ni le blocus de 1948-49 ni la construction du Mur de Berlin en 1961 ne parviennent à asphyxier Berlin Ouest.

_ En Asie : La Corée du Nord aidée par la Chine communiste combattent contre la Corée du Sud et les troupes de l’ONU (américains surtout). La guerre n’est pas directe entre URSS et Etats-Unis mais par alliés interposés.

Le but des Etats-Unis est d’empêcher la contagion du communiste, c’est la théorie des dominos.

 

_ En Amérique : l’URSS tente d’installer des missiles nucléaires sur l’île à proximité du territoire américain. La riposte du président Kennedy est forte et menaçante. Devant le risque de conflit mondial Khrouchtchev recule.    

 

_ Les affrontements indirects sont nombreux entre Etats-Unis et URSS. Plusieurs continents sont les lieux de ces confrontations :

 

* En Europe la lutte se focalise sur Berlin. La capitale allemande est séparée en deux zones : Berlin-Est est aux mains des communistes de la RDA (République Démocratique Allemande), Berlin-Ouest est une zone enclavée mais libre et économiquement riche. Les soviétiques veulent prendre cette partie de la ville. En 1948-49 ils organisent le blocus de la ville mais celle-ci est ravitaillée par avion. En 1961, pour empêcher le départ des meilleurs travailleurs « On ne s’échappe pas du paradis », les Soviétiques érigent un mur coupant la ville en deux, séparant les familles. Le mur est surveillé. Les Est-allemands tentant de parvenir en zone occidentale sont exécutés par les communistes.

 

* En Asie, la Chine est devenue communiste en 1949, la contagion communiste menace la Corée. De 1950 à 1953 c’est la guerre de Corée. La Corée du Nord communiste envahit la Corée du sud libre. Les troupes de l’ONU (surtout des Américains) interviennent. La frontière se stabilise sur la ligne du 38e parallèle. Les Etats-Unis interviennent aussi au Vietnam (1965- 1975) pour empêcher la contagion du communisme selon la théorie des dominos. Ils essuient une lourde défaite et un fort traumatisme dans cette guérilla.

* En Amérique, en 1962 la crise est majeure et mène presque à une guerre nucléaire. L’île de Cuba devient communiste après le coup d’Etat de Fidel Castro. Il obtient l’aide de l’URSS qui désire installer des fusées nucléaires sur son sol, menaçant les Etats-Unis. Le président Kennedy dénonce cette situation et menace l’île et l’URSS d’une intervention armée. La guerre est évitée.      

 

Théorie des dominos : conception américaine affirmant que le passage au communisme d’un seul pays entraînera un effet similaire dans les pays voisins.

 

III. Qu’est-ce que la Détente ? (1962-1985)

 

 

Les tentatives d’accord sont-elles vouées à l’échec ?

 

 

            A. Quelles sont les causes et les formes de la Détente ?

 

 

Texte 6 page 65 : Américains et soviétiques justifient la Détente

 

1. Quel est l’élément moteur de la Détente ?

 

_ Les deux superpuissances désirent une détente après la fabrication d’armes encore plus destructrices comme les armes thermonucléaires, mais aussi la possession par d’autres pays de celles-ci comme pour la Chine (et aussi le Royaume-Uni et la France).

_ Des accords de limitation des armements nucléaire sont passés : accords SALT en 1972

 

Photographie 4 page 64 : Rencontre Brejnev-Nixon (1973)

 

Photographie 5 page 65 : Rendez-vous spatial américano-soviétique (1975).

 

4. Quels sont les aspects de la Détente ?

 

_ Les rencontres entre dirigeants se multiplient pour nouer un dialogue et favoriser la coopération Est-ouest.

_ Des rencontres entre cosmonautes soviétiques et astronautes américains se font dans l’espace. Le commerce Est-Ouest se développe.

 

_ La Détente est le nom donné à l’amélioration des rapports Est-Ouest. La puissance des armes thermonucléaires, la possession d’armes aussi dangereuse par plusieurs pays comme la Chine, le Royaume-Uni et la France renforce le danger de guerre nucléaire. Pour éviter cela les rencontres entre dirigeants soviétique et américain se multiplient. Le commerce Est-Ouest se développe, et des accords de limitation des armements sont signés : accords SALT en 1972.

 

+ Photographie 3 page 64 : La fin du « Printemps de Prague » (1968)

 

2. L’invasion de la Tchécoslovaquie est-elle contraire à la Détente ?

 

Non. L’URSS intervient dans sa zone d’influence de pays satellites. Aussi les Etats-Unis n’interviennent pas.

 

_ Des pays satellites contestent le pouvoir de l’URSS : en Hongrie à Budapest en 1956, en Tchécoslovaquie à Prague en 1968. Les demandes démocratiques de ce pays sont écrasées par l’intervention des chars de l’armée du Pacte de Varsovie. Les Etats-Unis n’interviennent pas car ils respectent la zone d’influence de l’URSS.

 

Transparent caricature : Une tentative de limitation de armements

 

5. La Détente est-elle la paix ?

 

Non. Elle est un accord entre les deux superpuissances pour ne pas se détruire directement.

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : De 1945 à nos jours l'affrontement Est-Ouest (1)

2 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

DE 1945 A NOS JOURS : L’AFFRONTEMENT EST-OUEST ET LA DISSOLUTION DES BLOCS

 

 

MANUEL : Magnard, Lycée, 1998

 

Introduction : La rupture de la grande alliance de guerre contre l'Allemagne marque le début de la guerre froide. Deux blocs se forment alors, se groupent autour de valeurs communes, partagées ou imposées et se dotent d'institutions collectives aussi bien politiques que militaires. La rivalité des deux grandes puissances, soviétique et américaine est à l'origine d'un monde bipolaire.

            Pourquoi ce système conflictuel n'a-t-il pas entraîné un conflit universel armé ? Comment l'URSS est-elle passée de la position d'ennemie à celle d'obligée de la seule super puissance : les Etats-Unis ?

 

            Pourquoi et comment est-on passé d’un monde bipolaire où s’affrontent deux superpuissances, deux idéologies, à un monde où les Etats-Unis et le capitalisme semblent avoir triomphé ?

 

 

I. Comment se constituent et s’opposent deux blocs politiques opposés ? (1946- 1948)

 

 

            A. Quelles sont les origines de la rupture Est-Ouest ?

 

 

FICHE (à préparer à la maison) : DISCOURS DE W. CHURCHILL A FULTON (USA), 5 MARS 1946

 

 

            Une ombre s’est répandue sur les scènes si récemment illuminées par la victoire alliée. Personne ne sait ce que la Russie soviétique et son organisation communiste internationale ont l’intention de faire dans l’avenir immédiat ni quelles seront les limites, s’il en est, que respecteront leurs tendances à l’expansion et au prosélytisme. De Stettin dans a la Baltique, à Trieste, dans l’Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent. Derrière cette ligne se trouvent les capitales de tous les pays d’Europe orientale : Varsovie, Berlin, Prague, Vienne, Budapest, Belgrade, Bucarest et Sofia. Toutes ces villes célèbres toutes ces nations se trouvent dans la sphère soviétique et toutes sont soumises sous une forme ou sous une autre, non seulement à l’influence soviétique, mais encore au contrôle très étendu et constamment croissant de Moscou. […] Les communistes qui étaient très faibles dans tous ces pays de l’Est européen ont été investis de pouvoirs qui ne correspondent nullement à leur importance numérique et cherchent partout à s’entourer d’un contrôle totalitaire. […] Sauf en Tchécoslovaquie, il n’existe pas dans cette partie de l’Europe de vraie démocratie. […]

 

            J’ai appris pendant la guerre à connaître nos amis et alliés russes et je suis convaincu qu’il n’y a rien au monde qu’ils admirent autant que la force et rien qu’ils respectent moins que la faiblesse militaire.

 

 

Discours de Churchill à Fulton, mars 1946.

 

 

 

Correction de la fiche avec les élèves.

 

_ Au lendemain de la guerre (où Etats-Unis et URSS ont été alliés contre l’Allemagne nazie) et dès 1946, Winston Churchill a été le premier à dénoncer la situation dans le « discours de Fulton ». C'est la première fois que quelqu'un dit tout haut ce que tout le monde pense : ce n'est plus l'Allemagne mais l'URSS l'ennemie. Il fait apparaître le concept de « rideau de fer », c’est-à-dire la situation de partage de l'Europe en deux blocs aux politiques opposées.

 

 

Rideau de fer : Situation de partage de l'Europe en deux blocs aux politiques opposées.

 

 

 

 

DISCOURS DE W. CHURCHILL A FULTON (USA), 5 MARS 1946

 

 

                Une ombre s’est répandue sur les scènes si récemment illuminées par la victoire alliée. Personne ne sait ce que la Russie soviétique et son organisation communiste internationale ont l’intention de faire dans l’avenir immédiat ni quelles seront les limites, s’il en est, que respecteront leurs tendances à l’expansion et au prosélytisme. De Stettin dans a la Baltique, à Trieste, dans l’Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent. Derrière cette ligne se trouvent les capitales de tous les pays d’Europe orientale : Varsovie, Berlin, Prague, Vienne, Budapest, Belgrade, Bucarest et Sofia. Toutes ces villes célèbres toutes ces nations se trouvent dans la sphère soviétique et toutes sont soumises sous une forme ou sous une autre, non seulement à l’influence soviétique, mais encore au contrôle très étendu et constamment croissant de Moscou. […] Les communistes qui étaient très faibles dans tous ces pays de l’Est européen ont été investis de pouvoirs qui ne correspondent nullement à leur importance numérique et cherchent partout à s’entourer d’un contrôle totalitaire. […] Sauf en Tchécoslovaquie, il n’existe pas dans cette partie de l’Europe de vraie démocratie. […]

 

                J’ai appris pendant la guerre à connaître nos amis et alliés russes et je suis convaincu qu’il n’y a rien au monde qu’ils admirent autant que la force et rien qu’ils respectent moins que la faiblesse militaire.

 

 

Discours de Churchill à Fulton, mars 1946.

 

               

 

Questions

 

1. Introduction : présenter le texte et son auteur les circonstances de sa rédaction et ses thèmes principaux.

 

2. Le communisme selon Churchill : à partir du texte quelles sont les intentions de politique extérieure que Churchill prête à Staline ? Décrivez le système politique critiqué par Churchill.

 

3. Le rideau de fer : expliquer l'expression. Quels sont les pays concernés dont le texte nous cite les capitales ? Quelle est la situation dans ces pays à la date du texte ? Le point de vue de Churchill doit-il être nuancé ?

 

4. Les propositions d'action : dans quel but Churchill prononce-t-il ce discours ? Que propose-t-il pour l'avenir ? Peut-on considérer ce discours comme une "déclaration de guerre froide " ?

 

 

 

DISCOURS DE W. CHURCHILL A FULTON (USA), 5 MARS 1946

 

 

                Une ombre s’est répandue sur les scènes si récemment illuminées par la victoire alliée. Personne ne sait ce que la Russie soviétique et son organisation communiste internationale ont l’intention de faire dans l’avenir immédiat ni quelles seront les limites, s’il en est, que respecteront leurs tendances à l’expansion et au prosélytisme. De Stettin dans a la Baltique, à Trieste, dans l’Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent. Derrière cette ligne se trouvent les capitales de tous les pays d’Europe orientale : Varsovie, Berlin, Prague, Vienne, Budapest, Belgrade, Bucarest et Sofia. Toutes ces villes célèbres toutes ces nations se trouvent dans la sphère soviétique et toutes sont soumises sous une forme ou sous une autre, non seulement à l’influence soviétique, mais encore au contrôle très étendu et constamment croissant de Moscou. […] Les communistes qui étaient très faibles dans tous ces pays de l’Est européen ont été investis de pouvoirs qui ne correspondent nullement à leur importance numérique et cherchent partout à s’entourer d’un contrôle totalitaire. […] Sauf en Tchécoslovaquie, il n’existe pas dans cette partie de l’Europe de vraie démocratie. […]

 

                J’ai appris pendant la guerre à connaître nos amis et alliés russes et je suis convaincu qu’il n’y a rien au monde qu’ils admirent autant que la force et rien qu’ils respectent moins que la faiblesse militaire.

 

 

Discours de Churchill à Fulton, mars 1946.

 

               

 

Questions

 

1. Introduction : présenter le texte et son auteur les circonstances de sa rédaction et ses thèmes principaux.

 

2. Le communisme selon Churchill : à partir du texte quelles sont les intentions de politique extérieure que Churchill prête à Staline ? Décrivez le système politique critiqué par Churchill.

 

3. Le rideau de fer : expliquer l'expression. Quels sont les pays concernés dont le texte nous cite les capitales ? Quelle est la situation dans ces pays à la date du texte ? Le point de vue de Churchill doit-il être nuancé ?

 

4. Les propositions d'action : dans quel but Churchill prononce-t-il ce discours ? Que propose-t-il pour l'avenir ? Peut-on considérer ce discours comme une "déclaration de guerre froide " ?

 

 

 

 

 

 

Explication des termes, des références chronologiques et géographiques :

 

 

récemment : Le discours se situe moins d’un an après la fin de la seconde guerre mondiale

 

organisation communiste internationale : Il s’agit de la troisième Internationale, fondée en 1919 par Lénine, dans le but d’étendre le communisme dans le monde entier.

 

Stettin : Port allemand sur la mer Baltique, annexé par la Pologne en vertu des accords de Yalta et Postdam.

 

Trieste : Port italien sur l’Adriatique, frontalier de la Yougoslavie communiste.

 

rideau de fer : Frontière fermée, matérialisée par des barbelés, des champs de mines.

 

Varsovie : Pologne.

 

Berlin : Capitale de l’Allemagne, divisée en 4 zones d’occupation, américaine, anglaise, française et soviétique.

 

Prague : Capitale de la Tchécoslovaquie.

 

Vienne : Capitale de l’Autriche, divisée en zones d’occupation, occidentales et soviétique.

 

Budapest : Hongrie.

 

Belgrade : Capitale de la Yougoslavie. A la différence des capitales précédentes, elle n’est pas occupée par l’armée soviétique.

 

Bucarest : Roumanie

 

Sofia : Bulgarie

 

sphère soviétique : A l’exception de la Yougoslavie, tous ces pays sont occupée par l’Armée Rouge

 

influence soviétique : Les soviétiques contrôlent la défense, mais aussi l’économie et la vie politique, en poussant en avant les communistes locaux, qui sont investis de pouvoirs qui ne correspondent nullement à leur importance numérique.

 

très faibles : Les communistes étaient peu nombreux avant la seconde guerre mondiale en Europe de l’Est car le PC était partout pourchassé. Le nazisme a décimé leurs rangs. Ils participent après la guerre à des gouvernements de coalition dans tous les pays d’Europe de l’Est.

 

contrôle totalitaire : Importance de la police politique inféodée à l’URSS

 

Sauf en Tchécoslovaquie, il n’existe pas dans cette partie de l’Europe de vraie démocratie : La Tchécoslovaquie était déjà avant la guerre le seul pays démocratique de la région.

 

J’ai appris pendant la guerre à connaître nos amis et alliés russes : Churchill a été le premier ministre britannique pendant toute la guerre et a participé à toutes les grandes conférences de l’après guerre. Il s’est opposé aux projets de Staline lors de la conférence de Yalta.

 

Churchill : Premier ministre britannique de 1940 à 1945. Il n’est plus au pouvoir lorsqu’il prononce ce discours.

 

Fulton : Churchill prononce ce discours à Fulton, dans le Missouri, en présence du président des Etats-Unis, Truman.

 

mars 1946 : La guerre est terminée depuis moins d’une année, mais déjà apparaissent au grand jour les tensions entre les Britanniques et les Américains, d’une part, et les Soviétiques d’autre part.

 

 

Recommandations :

 

 

 

Winston Churchill, il n'est même plus premier ministre de sa gracieuse majesté puisqu'il a subit une défaite électorale. Son remplaçant est alors C. Atlee.

 

Le discours de Churchill comporte deux aspects principaux que l'élève doit  mettre en avant :

 

- une description de la situation géographique de l'Europe au sortir de la guerre avec la modification des Etats ; ce point permet de montrer que l'Union Soviétique assure sa puissance sur l'Europe de l'est grâce aux Etats dits satellites qui constituent désormais le glacis que Staline réclamait aux conférences de Yalta et de Postdam.

 

- un appel du pied aux Etats Unis devant cette menace qui s'étend partout : aux yeux de Churchill, seuls les USA et le Royaume Uni ont un parti communiste faible sinon l'ensemble des pays d'Europe est sous la menace de l'URSS.

 

L'élève doit être capable d'expliquer ce qu'est le rideau de fer.

 

 

Réponses aux questions :

 

 

1. Le texte est un discours prononcé le 5 mars 1946 aux Etats-Unis, à Fulton, en présence du président Truman, par Winston Churchill, ancien premier ministre britannique - trois thèmes : le communisme, la division de l'Europe, les mesures à prendre pour empêcher l'expansion du communisme - on peut se demander si ce discours n'a pas contribué à faire monter la tension.

 

 

2. Pour Churchill, le communisme est un système tyrannique et expansionniste : il s'agit d'un système totalitaire à l'intérieur, qui cherche à s'étendre à l'extérieur (prosélytisme). Mais on peut aussi considérer que Staline cherche à protéger la « patrie du socialisme » par un glacis de pays satellites.

 

 

3. Le rideau de fer est la frontière entre l'Europe de l'Est, occupée par les soviétiques, et l'Europe occidentale. Il est matérialisé par des barbelés. Il isole les pays d'Europe centrale et leurs capitales du reste du continent. Cependant, à la date du texte, seules la Yougoslavie et l'Albanie ont des régimes communistes, les autres pays sont dirigés par des gouvernements de coalition où les communistes sont plus ou moins puissants, mais tiennent en main quelques ministères clés comme la police.

 

 

4. Churchill propose une politique de réarmement des pays occidentaux et d'endiguement de la progression du communisme. La doctrine Truman, qui sera décidée un an plus tard, est déjà contenue dans ce discours. On peut considérer ce discours comme un déclaration de guerre froide mais aussi comme un discours d'une grande lucidité face au stalinisme.

 

 

            B. Quelles sont les zones d’influence des deux blocs ?

 

 

Affiche 2 page 60 : Affiche anticommuniste (1952) + Affiche 3 page 60 : Affiche communiste (1951)

 

Annexe 1 : L’Europe de la Guerre Froide (1947-1955)

 

Question 5 page 61 : A l’aide des documents 2, 3 et de l’Annexe 1, énumérez les pays de l’Est et ceux de l’Ouest.

 

_ Les pays appartenant au bloc soviétique sont situés à l’Est de l’Europe : l’URSS et les pays satellites comme la Pologne, la République Démocratique Allemande (RDA), la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, l’Albanie.

_ Les pays alliés aux Etats-Unis sont à l’ouest et au nord de l’Europe : Portugal et Espagne, France, Italie et République Fédérale d’Allemagne (RFA), Belgique avec les Pays-Bas et le Luxembourg, Royaume-Uni, Danemark et Norvège, Grèce et également Turquie.

 

_ Le monde se divise en deux blocs :

* le bloc Ouest pro- américain comporte les démocraties occidentales (Royaume-Uni, France…) mais aussi des pays moins démocratiques en Méditerranée (Turquie, Portugal…).

* Le bloc des pays de l’Est pro- soviétiques autour de l’URSS (Pologne, RDA, Roumanie…). La satellisation des pays de l‘Est permet à l’URSS d’élargir sa zone d’influence.

_ L'URSS est perçue comme une menace car elle tente d'étendre son influence selon le principe du « glacis protecteur ». Elle a des visées vers l'Ouest mais aussi vers les mers chaudes (le sud), et particulièrement vers la Grèce et la Turquie. Cette dernière contrôle des détroits et la Grèce est en situation de guerre civile.

 

Satellisation : contrôle absolu de l’URSS sur des pays en principe souverains, leur imposant un système politique, économique et social de type soviétique.

 

 

Photographie 4 page 61 : Le « Coup de Prague » 1948

 

Question 4 page 61. En quoi l’événement figuré sur le document 4 peut-il renforcer chaque camp dans ses convictions ?

 

Le parti communiste tchèque prend le pouvoir dans la capitale Prague. La démocratie est renversée par ce coup d’Etat. Ce non-respect de la démocratie renforce l’opinion des démocraties occidentales que l’URSS constitue un danger pour leurs valeurs et le respect des droits, à cause de son impérialisme.

 

+ Affiche 1 page 62 : L’aide financière américaine vue par le Parti Communiste français (1952)

 

 

_ Les vainqueurs de l’Allemagne nazie organisent leurs zones d’influence par des moyens différents : fortes aides économique américaine aux pays qui les acceptent, c’est  le Plan Marshall. Les militaires soviétiques de l’Armée rouge imposent aux pays libérés du nazisme un régime politique et économique communiste. Le « coup de Prague » en 1948 renverse la démocratie en Tchécoslovaquie en imposant les communistes au pouvoir.

_ Le dirigeant de l’URSS, Joseph Staline,  regroupe tous les partis communistes de l’Europe de l’Est sous son autorité dans le Kominform.

 

Kominform : « bureau de liaisons des partis communistes ». Il regroupe, sous la tutelle de Moscou, tous les partis communistes, afin de s’opposer aux initiatives des Etats-Unis. Créé en 1947, il est dissous en 1955.

 

 

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : La Seconde Guerre mondiale (3)

2 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

B. Comment organise-t-il la Shoah (« destruction » en hébreu) ?

 

 

Question 2 page 89. Quels sont les différents types de camps ? Pourquoi ?

 

La déportation et le massacre en masse de différentes catégories de la population se manifeste à travers la création de plusieurs types de camps : camp de transit (Drancy en France) d’où partent de nombreux individus vers les camps de concentration ou vers les camps d’extermination. 

 

 

Tableau 6 page 89 : Les victimes juives

 

Quel est le bilan final du génocide ? Quelles sont les causes des décès ?

 

_ Le génocide concerne plus de 5 millions de Juifs et près de 250 000 Tziganes.

 

_ Les décès ont plusieurs causes : morts par les privations et les maladies dans les ghettos, par des exécutions (fusillades ou gazage dans des camions à gaz des einsatzgruppen), mort lente par l’épuisement en camp de concentration ou gazage dans les camps d’extermination.

 

 

_ Le nombre des Juifs et de Tziganes sous contrôle des nazis a fortement augmenté avec les invasions de la Pologne et de l’URSS. Les Juifs de Lituanie et de Pologne sont enfermés dans des ghettos où ils subissent privations et maladies.  

 

_ Le génocide cause la mort de plus de 5 millions de Juifs (Shoah) et de 250 000 Tziganes (Porainos). Il prend des formes diverses : départ des camps de transit (Drancy en France) vers des camps de concentration (mort lente par le travail) pour les déportés politiques ou des camps d’extermination (gazage) pour les minorités. Les Einsatzgruppen sont des forces mobiles qui massacrent juifs et cadres communistes en URSS.

 

Camp de concentration : camp de la mort lente par le travail regroupant des opposants au régime.

 

Camps d’extermination : centres de mise à mort immédiate, ouverts à partir de la fin de l’année 1941 et destinés à tuer juifs et Tziganes.

 

Einsatzgruppen : forces mobiles spécialisées dans le massacre à grande échelle des Juifs et des cadres communistes ; elles opèrent en URSS en 1941.

 

Ghetto : quartier réservé aux Juifs dans les villes polonaises et lituaniennes.

 

IV. Quelles sont les conséquences humaines et géopolitiques de la Seconde Guerre mondiale ?

 

           

            A. En quoi la Seconde Guerre mondiale constitue-t-elle un traumatisme sans précédent ?

 

 

Tableau 1 page 92 : Les victimes de la guerre

 

Quelles sont les conséquences humaines du conflit ? Comparez la situation des Etats-Unis et de l’URSS.

 

_ La seconde Guerre mondiale a provoqué plus de 50 millions de morts, dont plus de la moitié sont des civils. Pour les pays vaincus et occupés, le nombre de victimes civiles, en particuliers de Juifs, dépasse le nombre de militaires tués.

_ La situation entre pays est très diverse. Les Etats-Unis n’ont pas connu de victimes civiles, alors que l’URSS a payé un prix très lourds en morts, militaires et civils, sa victoire contre l’Axe.

 

Photographie 2 page 92 : Saint-Lô en 1945.

 

Quelle est l’ampleur (importance) des destructions matérielles ? Quelles en sont les causes ?

 

Des villes ont été entièrement rasées par les combats (Saint- Lô en Normandie), les bombardements alliés (Dresde en Allemagne, Hiroshima et Nagasaki au Japon), mais aussi des massacres nazis (Ouradour sur Glane en France). 

 

Quelles sont les conséquences morales du conflit ?

 

Une crise morale est provoquée devant la découverte des atrocités nazies : camp d’extermination, massacre d’Ouradour sur Glane, mais aussi pendaison de Tulle. La peur de la destruction de l’humanité est forte après l’explosion de deux bombes atomiques à Hiroshima et Nagasaki.

 

_ Les conséquences humaines et matérielles du conflit sont très lourdes : plus de 50 millions de morts, dont plus de la moitié sont des civils. Dans les pays occupés le nombre de civils tués dépasse celui des militaires, en particulier en Pologne et en URSS. Jusqu’à 14% de la population est anéantie par les combats et les massacres de civils en URSS.

_ Des régions entières sont à reconstruire après les combats (Normandie) et les bombardements (Dresde en Allemagne).

_ Les atrocités nazies sont nombreuses : camp d’extermination, massacre d’Ouradour sur Glane, mais aussi pendaison de Tulle… La barbarie nazie provoque un choc et le besoin de réaffirmer la dignité de l’humanité à travers la déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, mais aussi la création de la notion de crimes contre l’humanité. Les dignitaires nazis sont jugés au procès de Nuremberg. La peur de la destruction de l’humanité est forte après l’explosion de deux bombes atomiques à Hiroshima et Nagasaki.

 

 

 

 

            B. Quels sont les nouveaux rapports de force après la fin de la guerre ?

 

 

Texte 4 page 92 : Les Etats-Unis en 1945 et 5 page 92 : lettre du 8 mai 1945 de Truman à Staline

 

Question 2 page 93. Dans quelle mesure les Etats-Unis et l’URSS ont-ils bénéficiés de la guerre ?

 

_ Les Etats-Unis et l’URSS sont les deux principales puissances au sortir de la guerre. Ils dominent par leur armée et leur industrie les autres pays.

* Les Etats-Unis ont doublé leur production industrielle pendant le conflit, ils disposent de l’arme atomique et de la moitié du stock d’or mondiale.

* L’URSS a un énorme potentiel militaire, et malgré les pertes humaines et les ravages de la guerre, l’Union soviétique agrandit de façon importante son territoire.

 

Pourquoi peut-on parler de perte d’influence de l’Europe dans le monde ?

 

L’Europe est ruinée, en grande partie détruite. Son prestige politique est diminué et de nombreux peuples colonisés demandent leur indépendance.

 

_ La seconde Guerre mondiale a modifié les rapports de force entre Etats. Deux grandes puissances dominent le monde :

* les Etats-Unis dont le territoire est intact, qui dispose de l’arme atomique et d’une économie performante avec la moitié du stock d’or mondial.

* l’URSS qui a fortement agrandi son territoire, qui dispose d’un grand prestige et d’un immense pouvoir militaire.

_ L’Europe, ruinée, dévastée, a perdu de son prestige ; de nombreux peuples colonisés demandent leur indépendance (Inde pour le Royaume-Uni, Indochine et Algérie pour la France).

 

Texte 6 page 93 : La Charte de San Francisco (26 juin 1945)

 

Question 3 page 93 : Quels sont les buts de l’ONU ? Quels principes défend-elle ?

 

_ Les buts de l’ONU sont de préserver la paix, de développer la coopération internationale pour résoudre les problèmes économiques, sociaux…

_ Les principes défendus par l’Onu sont le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

 

 

_ L’ONU est créée le 26 juin 1945 par la charte de San Francisco. L’Organisation des Nations Unies a pour buts de garantir la paix, d’encourager la coopération internationale, et d’assurer le respect de droits de l’Homme et des valeurs démocratiques.

 

Schéma 7 page 93 : Le fonctionnement de l’ONU

 

Dans quelle mesure fonctionne-t-elle selon des principes démocratiques ? Quels ont été ses principaux domaines d’activité ?

 

_ L’Onu fonctionne selon des principes démocratiques car l’Assemblée Générale de l’ONU donne une voix lors des votes à chacun de ses membres, même si le Conseil de sécurité dispose de membres permanents avec droit de veto.

_ Les domaines d’activité de l’ONU sont nombreux, aides sociales pour les enfants (UNICEF), pour la protection du patrimoine culturel mondial (UNESCO), pour la santé (OMS)….

 

_ Chaque Etat dispose d’une voix à l’Assemblée générale, mais le Conseil de Sécurité donne un rôle important aux cinq membres permanents disposant d’un droit de veto : Etats-Unis et URSS, Chine, France et Royaume-Uni. Les actions menées par l’ONU sont diverses : aides sociales aux enfants (UNICEF), protection de la Santé (OMS)….

 

 

 

Te Fiche d’objectifs histoire n°2

 

 

LA SECONDE GUERRE MONDIALE

 

 

    SAVOIR   

 

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Quelles sont les grandes phases de la Seconde Guerre mondiale ?

 

                        A. Comment comprendre les succès allemands ? (septembre 1939- mai 1941)

 

                                               1. En quoi la Seconde Guerre mondiale est-elle une guerre idéologique ?

 

                                               2. Qu’est-ce que la guerre éclair ? Quelles sont ses conséquences ?

 

                        B. Comment le conflit est-il devenu mondial ? (1942-1945)

 

                                               1. En quoi les années 1942-43 sont-elles le tournant de la guerre ?

 

                                               2. Quelles sont les causes de la victoire alliée ?

 

                                               3. Quelles sont les phases da la victoire alliée ?

 

II. Comment réagissent les Européens confrontés à l’Occupation ? (Collaborer ou résister)

 

                        A. Pourquoi collaborer à l’ « Ordre Nouveau » ?

 

                        B. Pourquoi résister à l’occupation nazie ?

 

III. Quels sont les effets de la politique terroriste et raciste hitlérienne ?

 

                        A. Pourquoi l’Etat hitlérien crée-t-il un système concentrationnaire ?

 

                        B. Comment organise-t-il la Shoah (« destruction » en hébreu) ?

 

IV. Quelles sont les conséquences humaines et géopolitiques de la Seconde Guerre mondiale ?

 

                        A. En quoi la Seconde Guerre mondiale constitue-t-elle un traumatisme sans précédent ?

 

                        B. Quels sont les nouveaux rapports de force après la fin de la guerre ?

 

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

 

Guerre idéologique : Guerre opposant des combattants aux systèmes de pensée différents.

 

Nazisme : national-socialisme. Doctrine fondée par Hitler en 1923, unissant les tendances raciales et militaristes aux actions sociales. La doctrine a pour devise : « Un Peuple, un Empire, un Chef » ; les nazis étaient persuadés de la supériorité de la race germanique et décidés le territoire allemand au nom de la théorie de « l’Espace vital ».

 

« Espace vital » : théorie hitlérienne selon laquelle l’Allemagne doit conquérir, à l’est de l’Europe, l’espace nécessaire au développement de son économie et de sa population.

 

Guerre éclair (Blitzkrieg) : Stratégie offensive reposant sur la rapidité et l’effet de surprise et conduite par le couple divisions blindées/aviation.

 

Bataille d’Angleterre : de l’été 1940 au printemps 1941, elle a pour enjeu la maîtrise du ciel britannique afin de préparer un débarquement allemand. L’impossibilité de conquérir la suprématie aérienne conduit Hitler à annuler l’invasion. Cela constitue son premier échec.

 

Armée Rouge : Armée soviétique.

 

Prêt-bail (p. 297) : offre économique des Etats-Unis aux pays en guerre proposant la livraison de marchandises et d’armement à crédit, le remboursement étant différé au rétablissement de la paix.

 

Arsenal des démocraties : expression utilisée pour désigner l’effort de guerre américain mis au service des Alliés.

 

Collaboration : Travailler et aider volontairement les occupants allemands, parfois en luttant contre la Résistance.

 

Résistance : acte de s’opposer au nazisme par patriotisme ou antifascisme.

 

Antisémitisme : Haine des Juifs considérés comme appartenant à une race inférieure.

 

Solution finale : nom de code utilisé par les nazis pour désigner l’élimination de la population juive et tzigane d’Europe.

 

Camp de concentration : camp de la mort lente par le travail regroupant des opposants au régime.

 

Camps d’extermination : centres de mise à mort immédiate, ouverts à partir de la fin de l’année 1941 et destinés à tuer juifs et Tziganes.

 

Einsatzgruppen : forces mobiles spécialisées dans le massacre à grande échelle des Juifs et des cadres communistes ; elles opèrent en URSS en 1941.

 

Ghetto : quartier réservé aux Juifs dans les villes polonaises et lituaniennes.

 

 

 

3/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

 

 

Septembre 1939  mai 1941 : victoires de l’Axe.

 

Septembre 1939 : invasion de la Pologne et partage de celle-ci avec l’URSS

 

10 mai 40 : Hitler lance une offensive contre la France, invasions du Luxembourg, des Pays Bas et de la Belgique.

 

22 juin 1940 : signature de l’armistice demandé par le Maréchal Pétain.

 

Août -octobre 1940 : Bataille d’Angleterre.

 

Avril 1941 : Invasion de la Yougoslavie et de la Grèce par l’Axe.

 

22 juin 1941 : « Opération Barbarossa » invasion de l’URSS par les armées allemandes.

 

 7 décembre 1941 (jour de l’infamie) : les Japonais attaquent par surprise la base aéronavale américaine de Pearl Harbor et provoque l’entrée en guerre des Etats-Unis.

 

Juillet 1943 : Débarquement des Alliés en Sicile.

 

Juin 1944 : Débarquement en Normandie (Opération Overlord)

 

Août 1944 : Débarquement en Provence.

 

8 mai 1945 : capitulation de l’Allemagne.

 

6 août 45 : explosion de la bombe atomique à Hiroshima.

 

9 août 1945 : explosion de la bombe atomique à Nagasaki.

 

2 septembre 1945 : Le Japon capitule sans condition.

 

26 juin 1945 : Création de l’ONU par la charte de San Francisco

 

 

 

SAVOIR FAIRE

 

 

 

4/ JE SAIS REPONDRE A DES QUESTIONS SUR UN TEXTE

 

 

5/  JE SAIS COMMENTER UNE CARTE

 

 

6/ JE SAIS ANALYSER UNE AFFICHE DE PROPAGANDE

 

 

 

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : La Seconde Guerre mondiale (2)

2 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

Correction commentaire de carte :

 

 

Carte 1 page 84 : 1942 : une guerre mondiale

 

1. Présenter le document. Quel est le type de carte ? Quelle est l’utilité de ce type de carte pour étudier la Seconde Guerre mondiale ?

 

                La carte intitulé « 1942 : une guerre mondiale » est une carte de projection polaire. C’est-à-dire qu’elle montre les événements présents sur Terre et mets en relation les différents territoires. La carte montre la dimension planétaire du conflit depuis fin 1940 jusqu’en février 1943 (bataille de Stalingrad).

 

 

2. Quel est le nom des deux alliances militaires opposées ?  Quels sont les territoires possédés ou occupés par les uns et les autres ?

 

_ L’Allemagne nazie, l’Italie fasciste et le Japon impérialiste sont liés dans l’Axe. Le Royaume-Uni et ses dominions (Canada, Australie, Afrique du Sud..) sont alliés à de nombreux pays comme les Etats-Unis et l’URSS dans leur lutte contre l’Axe. Ce sont les « Alliés ».

 

_ L’Axe a des conquêtes étendues mais récentes :

 

* L’Allemagne a envahi un vaste territoire européen (depuis la France à l’Ouest jusqu’aux portes de Moscou et de Leningrad en URSS à l’Est, depuis le cercle polaire au nord de la Norvège jusqu’en Crète au Sud). L’Italie a des colonies en Afrique : Libye, Ethiopie.

 

* Le Japon a établi sa domination sur la Corée et la Mandchourie, en guerre avec la Chine depuis 1937 il contrôle le littoral chinois. Avec le déclenchement de la deuxième guerre mondiale, il domine également l’Indochine française et la Birmanie anglaise, les Indes néerlandaises et les Philippines sous influence américaine. De nombreuses îles du Pacifique passent également sous contrôle japonais.

 

_ Les Alliés sont nombreux et possèdent d’immenses et anciens territoires :

 

* Le Royaume-Uni possède le premier Empire colonial au monde : en Afrique de l’Egypte à l’Afrique du Sud, mais aussi l’Empire des Indes et de nombreuses îles et territoires dispersés.

 

* A l’exception de la France (second Empire colonial du monde) et d’autres pays ouest européens envahis (Belgique du Congo, Indes néerlandaises des Pays-Bas) les autres Etats ralliés à la lutte contre l’Axe sont des pays libres, parfois immenses comme les Etats-Unis et la Chine, l’URSS, le Brésil….

 

 

3. En Europe, le conflit est-il continental (se déroulant sur terre) ou maritime ? Et en Asie ? Quel continent n’a pas connu d’attaques sur son sol ?

 

_ En Europe le conflit est essentiellement terrestre, avec la blitzkrieg. Mais l’échec de la bataille d’Angleterre conduit à la poursuite de la guerre par un blocus des îles britanniques et une vaste guerre sous-marine dans l’océan atlantique.

 

_ En Asie la guerre est terrestre, dans les jungles de Birmanie et de Papouasie. Elle est surtout maritime dans le Pacifique avec l’attaque par les porte-avions de Pearl Harbor et de Midway.

 

_ Le continent américain n’a pas été atteint par les conflits (à l’exception de l’Etat d’Hawaï dans le Pacifique), « protégés » par les océans Pacifique et Atlantique.

 

 

4. Quelles évolutions et ruptures se sont produites fin 1940 ? début 1942 ?  

 

_ Le conflit planétaire connaît une première rupture en fin 1940 avec le retrait de la France de la III République de la guerre, et aussi de la plupart de ses colonies. Le Royaume-Uni reste longtemps seul à combattre.

 

_ En 1942 le conflit a fortement évolué, avec l’entrée en guerre de nouveaux belligérants, le Japon du côté de l’Axe ; du côté allié : l’URSS après l’agression hitlérienne en juin 1941 (opération Barbarossa), les Etats et à leur suite de nombreux pays d’Amérique après l’attaque japonaise de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

 

 

5. Où les combats importants se sont-ils déroulés ? Quels combats ne figurent pas sur la carte ?

 

_ D’importants combats se sont déroulés dans le Pacifique, avec des porte-avions (Pearl Harbor, Midway) ; entre troupes adverses dans l’enfer vert de la jungle à Guadalcanal.  Ces deux dernières batailles marquent l’extension maximale de la domination japonaise.

 

* Pour le front occidental l’Afrique est perdue avec deux batailles : El Alamein qui pousse le général Rommel a retraité d’Egypte jusqu’en Tunisie, et l’opération Torch c’est-à-dire le débarquement des anglo-américains en Afrique du Nord française.

 

* Sur le front Est la bataille de Stalingrad entraîne la destruction d’une armée entière. C’est une défaite majeure.

 

_ Les batailles ne figurant pas sur la carte sont celles donnant la victoire aux alliés : débarquement en Normandie et en Provence en juin et août 1944, poussées américaines dans le Pacifique jusqu’au Japon.

 

 

6. Que nous montre le document sur le fait que la guerre est une guerre mondiale ? Tous les territoires et Etats alliés ont-ils la même importance dans le déroulement de la guerre ?

 

_ La guerre est mondiale car elle concerne directement (batailles) ou indirectement (productions de guerre et levée de troupes) tous les continents.

 

_ Certains Etats ont une très grande importance dans le déroulement de la guerre, soit à cause de leur rôle militaire et industriel (Royaume-Uni, Etats-Unis, URSS), mais aussi car la guerre se déroule sur leur territoire (URSS). Le rôle de l’Amérique latine dans la guerre est très réduit.

 

 

7. Que peut-on reprocher au document ?

 

L’absence de renseignements sur les années 1944 et 1945 (débarquements, bombardements sur l’Allemagne, de bombes atomiques au Japon).

 

            B. Comment le conflit est-il devenu mondial ?

 

                        1. En quoi les années 1942-43 sont-elles le tournant de la guerre ?

 

 

Carte 1 page 84 : 1942 : Une guerre mondiale

 

T. P. commentaire de carte

 

 

_ L’extension des conquêtes et la mondialisation du conflit se fait par étapes :

* En Afrique les soldats italiens sont secondés par l’Afrika Korps du général Rommel. Celui-ci menace d’envahir l’Egypte, mais le général Montgomery réussit à le contrer à la bataille d’El Alamein (octobre 1942), puis à le repousser jusqu’en Tunisie. Le débarquement des anglo-américains en Afrique du Nord française (8 novembre 1942) achève de libérer le continent africain. L’Italie est maintenant menacée par les Alliés.

 

* Le Japon a fait la conquête de la « grande Asie orientale » en se présentant comme libérateur de l’Asie du joug colonial européen.

 

_ De nouveaux pays entrent en guerre :

 

* Le 22 juin 1941 se déroule l’« Opération Barbarossa ». Hitler, au nom de la « lutte contre le bolchevisme » et de la conquête d’un « espace vital » (grands thèmes de la politique nazie), dénonce le pacte germano - soviétique de non-agression et attaque l’URSS. L’Armée Rouge, mal préparée, recule. Le long siège de Leningrad et la bataille de Stalingrad (janvier 1943)  stoppent l’avancée allemande puis permettent le reflux des troupes de l’Axe. Ces batailles ont une importance militaire et politique dans un conflit idéologique.

 

* Le 7 décembre 1941 les Japonais, sans déclaration de guerre, attaquent par surprise la base aéronavale américaine de Pearl Harbor dans le Pacifique. L’expansion japonaise est arrêtée par les combats de Midway (juin 1942) et de Guadalcanal (août 1942).

 

 

Armée Rouge : Armée soviétique.

 

 

                        2. Quelles sont les causes de la victoire alliée ?

 

 

Affiches 3 et 4 page 85 : Affiche américaine de 1943 et affiche américaine du bureau des productions de guerre (1942). 

 

Texte 5 page 85 : L’effort de guerre de l’U. R. S. S.

 

Question 2 page 85 : De quelles formes de mobilisation les documents témoignent-ils ? Quelle est l’importance de l’entrée en guerre des Etats-Unis ?

 

_ La mobilisation est idéologique (affiche 3 de propagande), ainsi qu’économique et industrielle (affiche 4). La guerre est en effet idéologique, économique et industrielle (texte 5).

_ Les Etats-Unis procurent leur aide militaire et industrielle à tous les belligérants. Le pays devient l’arsenal des démocraties.

 

_ La Seconde Guerre mondiale est également un conflit idéologique (nazisme contre démocratie et communisme). Elle entraîne la mobilisation des esprits par la propagande, mais aussi d’importants effectifs tant en soldats qu’en ouvriers (URSS). L’économie des pays devient une économie de guerre. Dans cette guerre industrielle les Etats-Unis fournissent une aide très importante aux pays alliés par les accords de prêt-bail (mars 1941). Les Etats-Unis deviennent ainsi « l’arsenal des démocraties ». 

 

Prêt-bail (p. 297) : offre économique des Etats-Unis aux pays en guerre proposant la livraison de marchandises et d’armement à crédit, le remboursement étant différé au rétablissement de la paix.

 

Arsenal des démocraties : expression utilisée pour désigner l’effort de guerre américain mis au service des Alliés.

 

                        3. Quelles sont les phases da la victoire alliée ?

 

Photo 1 page 90 : Le débarquement de Normandie (6 juin 1944)

 

Photo 2 page 90 : Des aides-soldats de 13 à 15 ans sont recrutés dès 1943.

Question 1 page 91 : Quels caractères de la guerre le débarquement de Normandie montre-t-il ? Comment les forces de l’Axe résisteront-elles à la puissance des Alliés ?

 

_ La supériorité de l’armement et de l’organisation (logistique) des Alliés permet à ceux-ci de vaincre graduellement les forces de l’Axe.

_ Face à la supériorité en hommes (armée soviétique) et en armement (anglo-américains) les Allemands réagissent par la mobilisation de tous les hommes valides : enfants et vieillards.

 

Récit

 

 

_ Les Alliés débarquent en Sicile en juillet 1943 puis en Normandie en juin 1944 (Opération Overlord) et en Provence (août 1944). Avec l’aide des Résistants français, ils libèrent la France et poussent leur avancée par l’Allemagne.

 

_ L’Armée Rouge libère l’URSS et avance vers l’Allemagne à travers l’Europe, libérant les pays de l’Est, comme un « rouleau compresseur ».

 

_ L’Allemagne est terrassée même si Hitler fait encore appel à la lutte pour la survie de la race allemande, et s’il mobilise des troupes de réserve formées de vieillards et de Hitlerjungend (jeunes adolescents embrigadés).

 

_ Après le suicide de Hitler en avril, l’Allemagne, prise en tenaille, capitule sans condition le 8 mai 1945.

 

 

Photo 3 page 90 : Un kamikaze (avion suicide) japonais tente d’écraser son avion sur un navire américain (1944).

 

 

_ Les Américains font la reconquête des îles du Pacifique, une à une, dans des conditions très difficiles. Les Japonais ne s’avouent pas vaincus et lancent leurs avions-suicide (kamikazes) sur la flotte américaine.

 

 

Texte 6 page 91 : Churchill vient d’apprendre la mise au point de la bombe atomique par les Américains (17 juillet 1945).

 

Question 3 page 91. Dégagez l’argumentation de Churchill en faveur de l’emploi de l’arme atomique.

 

Le débarquement et la conquête du Japon auraient coûté la vie au moins à 1 500 000 soldats l. 1 à 8). La fin de la guerre serait rapide (l. 8 à 10). Les anglo-américains pourraient se passer de l’aide de l’URSS (l. 10-11).

 

 

_ Pour écourter la guerre et éviter des pertes inutiles, le Président Truman décide l’emploi de la bombe atomique nouvellement mise au point Hiroshima le 6 août 45 et Nagasaki le 9 sont rayées de la carte (150 000 morts). Le Japon capitule sans condition le 2 septembre 1945.

 

 

 

 

II. Comment réagissent les Européens confrontés à l’Occupation ? (Collaborer ou résister)

 

           

 

            A. Pourquoi collaborer à l’ « Ordre Nouveau » ?

 

 

Affiche 4 page 87 : Affiche de 1943 : la Relève

 

Photographie 6 page 87 : Léon Degrelle fondateur du « rexisme »

 

Qu’est-ce que collaborer ? Quels sont les différents aspects de la collaboration ?

 

_ Collaborer c’est travailler et aider les occupants de façon volontaire, parfois en luttant contre les résistants.

 

_ La collaboration a des formes diverses : économique et industrielle (affiche 4), mais aussi militaire et politique (photo 6).

 

 

Question 2 page 87. Dégagez à l’aide des documents deux formes de collaboration.

 

_ La Relève c’est le départ de travailleurs « volontaires » pour l’Allemagne. En échange de trois travailleurs, les Allemands libèrent un soldat prisonnier français. Ce système est ensuite complété par le S. T. O. : Service du Travail Obligatoire. Les jeunes Français doivent partir travailler en Allemagne, de nombreux jeunes préfèrent s’enfuir dans les maquis.

 

_ Le « rexisme » est une idéologie politique visant à être un national-socialisme pour les belges francophones (Wallons).

 

 

_ La collaboration consiste à travailler et à aider les occupants allemands volontairement.

 

* Cette collaboration peut-être économique (prélèvements ou achats de matière première) et industrielle (vente de produits manufacturés par les usines Renault…). Le besoin en main-d’œuvre de l’Allemagne nazie aboutit à demander le départ volontaire d’ouvriers vers les usines allemandes. Ce système basé sur le volontariat (Relève) devient progressivement obligatoire (S.T.O. : Service du Travail Obligatoire).

 

* La collaboration est également politique : Léon Degrelle en Belgique, Quisling en Norvège sont favorable au nazisme. Ils encouragent l’engagement des volontaires dans les légions de SS. La collaboration est le fait d’une minorité antisémite et antibolchévique.

 

 

Collaboration : Travailler et aider volontairement les occupants allemands, parfois en luttant contre la Résistance.

 

Antisémitisme : Haine des Juifs considérés comme appartenant à une race inférieure.

 

 

 

 

            B. Pourquoi résister à l’occupation nazie ?

 

 

Carte 1 page 86 : L’Europe de l’ordre nouveau (1942-1943).

 

Quels pays sont concernés par la Résistance ? Quelles en sont les différentes formes ? Que représente Londres ?

 

_ Les pays occupés fournissent des partisans à la Résistance intérieure.

 

_ La Résistance intérieure est présente en particulier dans les zones difficiles où ils forment des maquis (Vercors en France, montagnes de Yougoslavie, régions occupées de l’URSS…). Les mouvements de Résistance sont également présents dans les villes (ghettos juifs dans l’Est avec l’insurrection du ghetto de Varsovie).

 

_ Londres est la capitale accueillant des gouvernements en exil, comme celui de la Pologne, ou encore le Comité de la France Libre de De Gaulle.

 

 

Carte 1 page 86 : L’Europe de l’ordre nouveau (1942-1943).

 

Affiche 2 page 86 : Affiche placardée à Londres, les 3 et 4 août 1940.

 

Photographie 3 page 86 : Les premiers résistants : les Tchetniks yougoslaves

 

Texte 5 page 87 : Tract du mouvement allemand clandestin anti-nazi « Rose Blanche »

 

Question 1 page 87 : Quels sont les points communs et les différences des résistances ?

 

_ La Résistance extérieure est le fait de gouvernements en exil (à Londres ou Moscou) refusant la défaite. Ils constituent des forces armées qui combattent aux côtés des Alliés.

 

_ La Résistance intérieure est clandestine : distribution de tracts et de journaux clandestins, création de réseaux de renseignements, organisation d’attentats et de sabotages. Les partisans mènent des actions de guérilla (URSS, Yougoslavie…) dans les maquis.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

 

 

_ La Résistance est l’acte de s’opposer au nazisme par patriotisme ou antifascisme. Elle s’étend à tous les pays occupés et prend des formes variées.

 

* Une Résistance intérieure et clandestine répand des tracts et des journaux dénonçant les cruautés nazies, des réseaux de renseignements sont créés pour informer les Alliés (aide aux débarquements de Normandie), mais aussi organiser des sabotages (rôle des cheminots sur les voies ferrées) et des attentats. Les partisans mènent une guérilla depuis les maquis (Vercors en France, mais surtout dans les montagnes de Yougoslavie).

 

* La Résistance extérieure est menée par des gouvernements ou des états-majors en exil depuis Londres ou Moscou. Des troupes armées aident les forces Alliés (Forces Françaises Libres de De Gaulle).

 

 

Résistance : acte de s’opposer au nazisme par patriotisme ou antifascisme.

 

Partisan : Civil qui prend les armes pour combattre l’ennemi.

 

 

 

 

III. Quels sont les effets de la politique terroriste et raciste hitlérienne ?

 

           

 

            A. Pourquoi l’Etat hitlérien crée-t-il un système concentrationnaire ?

 

           

 

Texte 1page 89 : Les aryens et les sous-hommes et texte 2 page 89 : Le choix de la solution finale.

 

Question 1 page 89 : Comment Hitler justifie-t-il sa politique raciale et antisémite ?

 

            Hitler expose dans son livre Mein Kampf (Mon Combat) une conception raciste de la société. L’ « Aryen » (l. 3) est le fondateur et le représentant d’une « humanité supérieure » (l. 5). L’Etat des Allemands aryens est destiné à être le « maître de la terre » (l. 9).

 

            Le Juif est perçu comme un « parasite » (l. 12, 15), un « bacille » (l. 13), destructeur du peuple qui l’accueille. Pour Hitler il faut les éliminer pour éviter la « contamination des races » (l. 7). La « solution finale » consiste en « la liquidation des Juifs, l’extermination de la race juive. » (Texte 2, l. 12-13).

 

 

Photographie 4 page 89 : La carte d’identité d’une juive allemande (1935).

 

Quand débute-t-elle (la politique raciale et antisémite)?

 

La ségrégation des Juifs commence avec les lois de Nuremberg de 1935.

 

 

_ Le nazisme est une idéologie raciste. Adolf Hitler expose dans son livre Mein Kampf (Mon Combat) une conception raciste de la société où l’Allemand aryen est membre d’une race supérieure qui doit dominer les autres races et exterminer les parasites juifs et Tziganes. La ségrégation des Juifs commence avec les lois de Nuremberg en 1935. La « solution finale » de la question juive, c’est-à-dire l’extermination des Juifs, est décidée à la conférence de Wannsee en janvier 1942.

 

Solution finale : nom de code utilisé par les nazis pour désigner l’élimination de la population juive et tzigane d’Europe.

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : La seconde Guerre mondiale (1)

2 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

LA SECONDE GUERRE MONDIALE

 

MANUEL : Magnard, Lycée, 1998. Série STT

 

Introduction : De 1939 à 1941, la grande majorité des pays est graduellement atteinte par le cataclysme d’une Seconde Guerre mondiale. Ce conflit est d’une gravité exceptionnelle par l’importance de la mobilisation humaine et économique qu’il entraîne, le nombre de morts et les dévastations qui en sont la conséquence.

            Il se caractérise aussi par des enjeux idéologiques importants, en particulier une vive affirmation raciale de la part de l’Allemagne comme du Japon.

            Cette guerre marque de son empreinte toute la deuxième moitié du XX siècle. Elle redistribue les grands équilibres mondiaux, réintègre l’URSS au premier plan du concert international, influence profondément les sensibilités et nos réactions jusqu’à aujourd’hui. 

            Quels sont les grands enjeux de ce conflit ?

 

            Comment peut-on comprendre la victoire des Alliés ?

 

 

 

OU

 

 

 

Pages 80-81 Tableau de Leslie Cole : Une des fosses communes du camp de Bergen-Belsen lors de la libération en avril 1945.

 

Où se passe la scène ?

 

_ La scène se déroule à proximité du camp d’extermination de Bergen-Belsen (arrière plan)  avec les baraques caractéristiques, ses poteaux et barbelés et son chemin de fer. Au premier plan on trouve une vaste fosse commune. 

 

 

 

Qui sont les personnages ? Que se passe-t-il sur le tableau ?

_ Les personnages présents sont les déportés morts jetés dans la fosse commune. Ils sont portés par les anciens gardes allemands (des SS). Ces derniers sont surveillés par les soldats alliés.

 

Quel message apporte le document ?

Le tableau montre le choc de la barbarie nazie avec sa pratique du meurtre de masse, mais aussi la défaite militaire des allemands face aux Alliés.

 

            Quels sont les grands enjeux de ce conflit ?

 

            Comment peut-on comprendre la victoire des Alliés ?

 

I. Quelles sont les grandes phases de la Seconde Guerre mondiale ?

Introduction : Après les agressions nazies répétées en Europe depuis 1938, France et RU réagissent en septembre 39 à l’invasion de la Pologne par Hitler en déclarant la guerre à l’Allemagne.

 

            Comment se sont déroulées ces six années de guerre ponctuées par des retournements de situation ?

 

            A. Comment comprendre les succès allemands ? (septembre 1939- mai 1941)

 

                        1. En quoi la Seconde Guerre mondiale est-elle une guerre idéologique ?

 

Etude de textes : 2 page 82 : La conférence du 5. 11. 1937 selon un témoin

 

Texte 3 page 82 : Les Etats-Unis soutiennent l’Angleterre en guerre.

 

Questions 1 page 83. Quels sont les buts d’Hitler ?

 

Les buts d’Hitler sont de privilégier les Allemands qui ont « le droit de la race supérieure ». Ces principes racistes (l. 6 : « noyau racial », l. 11-12 : « race allemand ») justifient pour lui la domination d’un « espace vital » (l. 9) : disposant de territoires et de matières premières.

 

 

 

Questions 1 page 83 (suite). Quelles valeurs les Alliés défendent-ils ? A quels pays l’article 3 fait-il allusion ?

_ Les Alliés sont en faveur des valeurs de la démocratie libérale et des droits des peuples.

_ Les * gouvernements qui ont été dépossédés par la force de leurs droits sont les pays occupés ou annexés par l’Allemagne : Pologne, Danemark et Norvège, Pays-Bas, Belgique, France, Yougoslavie et Grèce.

* Les nations agressives sont l’Allemagne et l’Italie.

 

 

 

_ La Seconde Guerre mondiale est une guerre idéologique. Elle oppose nazisme et démocratie :

 

* Le national socialisme (nazisme) d’Adolf Hitler met en avant des principes racistes avec la thèse de la supériorité raciale des Allemands. Cette race de « seigneurs de la guerre » doit conquérir un « espace vital », c’est-à-dire des territoires à coloniser et dotés de ressources abondantes. Les peuples inférieurs n’ont pas de droits.

* Les Alliés combattent pour les valeurs de la démocratie libérale et des droits des peuples.

Guerre idéologique : Guerre opposant des combattants aux systèmes de pensée différents.

Nazisme : national-socialisme. Doctrine fondée par Hitler en 1923, unissant les tendances raciales et militaristes aux actions sociales. La doctrine a pour devise : « Un Peuple, un Empire, un Chef » ; les nazis étaient persuadés de la supériorité de la race germanique et décidés le territoire allemand au nom de la théorie de « l’Espace vital ».

« Espace vital » : théorie hitlérienne selon laquelle l’Allemagne doit conquérir, à l’est de l’Europe, l’espace nécessaire au développement de son économie et de sa population.

  

 

Travaux Pratique à partir d’un document

 

 

 

Etude de document : l’affiche « Ein Volk ein Reich ein Fuhrer ».  

 

1. Présentation du document.

 

® Présenter: date, auteur, thème, nature (à préciser).

 

® Qui est le personnage principal? Date et conditions d’accès au pouvoir ? Nationalité ?

 

® Enumérer les symboles de son parti. Nom du parti ?  

 

2. Analyse de l’affiche :

 

® région géographique représentée ?

 

® costume et signification de ce choix ?

 

® particularités de la carte en arrière-plan ?

 

® directions du regard ? Signification ?

 

® signification du slogan ?  

 

3. Interprétation / Conclusion :

 

® Que nous apprend cette affiche sur la volonté de Hitler ?

 

® Que nous apprend cette affiche sur le type de régime politique dirigé par Hitler ?

 

® Comment qualifier la nature de cette affiche ?

 

Comment cela se traduit- il dans la réalité ?

 

 

Travaux Pratique à partir d’un document

 

 

Etude de document : l’affiche « Ein Volk ein Reich ein Fuhrer ».  

 

1. Présentation du document.

 

® Présenter: date, auteur, thème, nature (à préciser).

 

® Qui est le personnage principal? Date et conditions d’accès au pouvoir ? Nationalité ?

 

® Enumérer les symboles de son parti. Nom du parti ?

 

2. Analyse de l’affiche :

 

® région géographique représentée ?

 

® costume et signification de ce choix ?

 

® particularités de la carte en arrière-plan ?

 

® directions du regard ? Signification ?

 

® signification du slogan ?

 

3. Interprétation / Conclusion :

 

® Que nous apprend cette affiche sur la volonté de Hitler ?

 

notion d’espace vital (« ein Reich »), notion de race supérieure (« ein Volk »). Il veut conquérir l’Europe de l’Est (Tchécoslovaquie, Sudètes, Pologne…).

 

® Que nous apprend cette affiche sur le type de régime politique dirigé par Hitler ?

 

  régime autoritaire : chef unique et incontesté (« ein Fuhrer »), régime guerrier et agressif.

 

® Comment qualifier la nature de cette affiche ?

 

  propagande.

 

Comment cela se traduit- il dans la réalité ?

 

 

                        2. Qu’est-ce que la guerre éclair ? Quelles sont ses conséquences ?

 

Photographie 4 page 83 : Rotterdam en ruines »

 

Photographie 5 page 83 : Colonnes de blindés allemands près de Sedan.            

 

Question 2 page 83. Quel type de guerre Hitler pratique-t-il ? Comment cela explique-t-il ses succès de 1939-40 ?

 

_ Hitler s’assure la victoire grâce à la tactique de la Blitzkrieg (guerre-éclair). Ce type de combat est basé sur l’utilisation rapide et coordonnée de l’aviation (bombardement de Rotterdam) et par les manœuvres des chars (panzers) qui surprennent et écrasent les adversaires très rapidement.

 

_ Les adversaires de l’Allemagne nazie sont écrasés à cause de la supériorité technologique de l’armement : stukas : bombardiers en piqué, panzers contre cavaliers polonais avec des mitraillettes ;  la tactique employée laisse l’avantage de l’attaque aux Allemands (« drôle de guerre » en France où pendant 7 mois les Français attendent l’attaque allemande derrière la ligne Maginot).

 

 

Carte 1 page 82 : la « Guerre Eclair » en Europe (septembre 1939 – mai 1941).

 

Question 3 page 83. En quoi la guerre est-elle européenne ? Quels sont les pays conquis ?

 

_La plupart des pays européens sont dominés directement ou indirectement par l’Allemagne.

 

_ De septembre 1939 à mai 1941 l’Allemagne puis l’Italie conquièrent puis annexent de vastes zones. Les pays conquis sont aussi bien à l’Est (Pologne), au nord (Danemark et Norvège), à l’ouest (Pays-Bas, Belgique, France) ou au sud (Yougoslavie, Grèce) de l’Europe.

 

 

Question 3 page 83 (suite). L’affirmation du général De Gaulle : « La France a perdu une bataille mais elle n’a pas perdu la guerre » Vous paraît-elle audacieuse ou justifiée ?

 

Un seul pays résiste à l’Allemagne nazie : le Royaume-Uni. C’est la bataille d’Angleterre. Les pays d’Asie et d’Afrique sont surtout des colonies anglaises et françaises. Face à cette situation la phrase du général De Gaulle est audacieuse, mais reflète l’immensité de l’espoir accordée à une possible entrée en guerre des Etats-Unis.

 

 

 

_  Les victoires de l’Axe (1939 -42) s’explique par la guerre éclair (Blitzkrieg). Cette nouvelle stratégie militaire allemande conjugue attaque de l’aviation et des tanks (panzer), l’infanterie arrivant après. Cette technique permet à la Wermacht (armée allemande) une conquête rapide de l’Europe :

 

* La Pologne est anéantie fin septembre 1939 et rayée de la carte (le pays est partagé entre Allemands et soviétiques selon les accords secrets du pacte germanosoviétique).

 

* Tandis que les Russes envahissent la Finlande et les Pays Baltes, les Allemands font de même avec le Danemark et la Norvège.

 

* Le 10 mai 40, Hitler lance une offensive contre la France prenant au passage le Luxembourg, les Pays Bas et la Belgique. Le 14 juin les Allemands sont à Paris. L’armistice est demandé par Maréchal Pétain, chef du gouvernement français, et signé le 22 juin 1940.

 

_ Le Royaume-Uni reste seul. Pendant un an le Royaume-Uni résiste seul contre l’Axe en Europe mais est aidé financièrement par les USA (loi prêt-bail : livraison de matériel avec paiement différé).

 

* La Bataille d’Angleterre (août -octobre 40) lancée, sous forme de bombardements intensifs des installations côtières pour préparer un débarquement, est perdue par Hitler grâce à la Royal Air Force (aviation britannique) qui utilise pour la 1ère fois le radar.

 

* Hitler, pour démoraliser la population, bombarde alors Londres et les grandes villes du Sud de l’Angleterre jour et nuit et décide le blocus du pays par la guerre sur l’Atlantique. Les Anglais, stimulés par leur 1er  ministre Winston Churchill tiennent bon.

 

_ Les Balkans passent sous domination nazie par l’invasion de la Yougoslavie et de la Grèce en avril 1941, et par l’entrée dans l’Axe de la Slovaquie, de la Hongrie et de la Bulgarie.

 

Guerre éclair (Blitzkrieg) : Stratégie offensive reposant sur la rapidité et l’effet de surprise et conduite par le couple divisions blindées/aviation.

 

Bataille d’Angleterre : de l’été 1940 au printemps 1941, elle a pour enjeu la maîtrise du ciel britannique afin de préparer un débarquement allemand. L’impossibilité de conquérir la suprématie aérienne conduit Hitler à annuler l’invasion. Cela constitue son premier échec.

 

 

Travaux Pratique à partir d’un document

 

Commenter une carte historique

 

Méthode :

 

Lire une carte historique :

 

_ Lire le titre pour identifier le thème et localiser le document dans le temps et dans l’espace.

 

_ Lire attentivement la légende pour prendre connaissance des renseignements fournis : les données sont-elles quantitatives ou qualitatives ? Quels sont les figuré utilisés (de surface, ponctuels, linéaires) ? Les phénomènes représentés sont-ils hiérarchisés (variation de la couleur, de la taille des figurés…) ?

 

_ Observer l’échelle.

 

 

Présenter une carte historique

 

Indiquer le type de carte (carte tableau ou carte d’évolution), le thème et l’espace étudié, l’auteur ou la source (afin éventuellement de critiquer la fiabilité des données), la date (spécifier s’il s’agit d’un document récent ou d’un document historique), la ou les périodes étudiées, le contexte historique ou d’un phénomène représenté.

 

 

 

Analyser une carte historique

 

_ Définir et décrire les caractéristiques des grands ensembles spatiaux.

 

_ Relever les contrastes, les oppositions, les évolutions éventuelles.

 

_ Expliquer les données de la carte en recourant aux connaissances et, au besoin, à d’autres sources documentaires.

 

 

Attention !

 

_ Il faut avoir une démarche qui va du général au particulier ; ne pas oublier d’énoncer des évidences avant d’étudier les différents phénomènes.

 

 

Conclure

 

_ Indiquer la signification et la portée du document.

 

_ Envisager éventuellement les conséquences des phénomènes étudiés.

 

_ Critiquer le document (par exemple : les données sont-elles fiables ?).

 

 

 

Analyse de cartes :

 

1. Présenter le document.

 

2. Quelles sont les directions des offensives allemandes en Europe en 1939-1940 ? Quels pays d’Europe résiste encore en juillet 1940 ? 

 

3. Quels événements font de 1941 l’année de la mondialisation du conflit ?

 

 

 

Carte 1 page 84 : 1942 : une guerre mondiale

 

1. Présenter le document. Quel est le type de carte ? Quelle est l’utilité de ce type de carte pour étudier la Seconde Guerre mondiale ?

 

2. Quel est le nom des deux alliances militaires opposées ?  Quels sont les territoires possédés ou occupés par les uns et les autres ?

 

3. En Europe, le conflit est-il continental (se déroulant sur terre) ou maritime ? Et en Asie ? Quel continent n’a pas connu d’attaques sur son sol ?

 

4. Quelles évolutions et ruptures se sont produites fin 1940 ? début 1942 ?  

 

5. Où les combats importants se sont-ils déroulés ? Quels combats ne figurent pas sur la carte ?

 

6. Que nous montre le document sur le fait que la guerre est une guerre mondiale ? Tous les territoires et Etats alliés ont-ils la même importance dans le déroulement de la guerre ?

 

7. Que peut-on reprocher au document ?

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : Institutions et vie politique en France de 1939 à nos jours (3)

2 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

            C. Quels sont les combats des forces politiques pour obtenir l’exercice du pouvoir en France ? En quoi leurs programmes politiques et économiques sont-ils différents ?

 

 

Caricature 1 page 26 : Caricature de Plantu (Le Monde, 12/05/1981)

 

1. Quel état d’esprit traduit cette caricature ?

 

Les Français sont stupéfaits par la victoire des socialistes. Ils ont de grands espoirs.

 

Texte 2 page 26 : Les nationalisations

 

Par quelle politique nouvelle l’arrivée de la gauche se traduit-elle ?

 

La gauche veut stimuler l’économie en pratiquant des nationalisations, c’est-à-dire en transférant la propriété de grandes entreprises des mains d’individus privés aux mains de l’Etat.

 

Texte 3 page 26 : Conférence de presse de François Mitterrand (24 septembre 1981) 

 

Caricature 4 page 26 : Caricature de Plantu

 

Texte 5 page 26 : Le tournant de 1983

Quelles sont les limites du changement ?

 

Arrivée au pouvoir, la gauche se transforme. Les caricaturistes et l’opinion publique lui reprochent même d’avoir une politique de droite. Les institutions ne sont pas modifiées (par exemple le pouvoir donné au président, autrefois critiqué par François Mitterrand), les réalités économiques et la crise obligent la gauche à adopter une politique économique de rigueur.

 

Graphiques semi-circulaires 7 page 27 : L’Assemblée Nationale après les élections législatives de 1981, 1986, 1988 et 1993.

 

Caricature 8 page 27 : caricature de Plantu (1987)

 

2. Comment les majorités évoluent-elles de 1981 à 1993 ?

* La majorité change lors des élections. C’est l’alternance politique.

 

Photographie 6 page 26 : La cohabitation

 

Quelle nouvelle pratique institutionnelle cela entraîne-t-il ?

 

* Mais le président est obligé d’accepter parfois un premier ministre d’une organisation politique opposée à la sienne.  Ainsi François Mitterrand de gauche doit accepter Jacques Chirac, puis Edouard Balladur de droite. C’est la cohabitation.

 

Nationalisation et privatisation

 

3. Dans quels grands domaines droite et gauche s’affrontent-elles ?

 

La gauche et la droite ont des politiques économiques différentes, la gauche pratiquant par exemple des nationalisations, la droite des privatisations (vente au public d’entreprises appartenant à l’Etat).

 

_ Le socialiste François Mitterrand devient président à deux reprises (1981-1988 ; 1988- 1995). La victoire de la gauche suscite peurs et espoirs. Avec la majorité absolue aux élections législatives la gauche provoque de nombreux changements : abolition de la peine de mort, 39 heures hebdomadaires, 5e semaine de congés payés, mais aussi nationalisations d’entreprises.

_ La crise économique conduit à une politique de rigueur. Les institutions et les pouvoirs du président ne sont pas modifiés par François Mitterrand. Les «déçus du socialisme » sont nombreux.

_ Les élections portent successivement au pouvoir les forces de gauche et de droite. C’est l’alternance politique. Parfois, le président est obligé d’accepter un premier ministre d’une formation politique opposée à la sienne : c’est la cohabitation (1986-88, 93-95 ; 1997-2002).

_ La droite mène une politique de privatisations opposée à celle de la gauche.

 

Récit :

 

_ Le système de la cohabitation n’entraîne pas de crise, mais l’essentiel du pouvoir est détenu par le gouvernement.

_ La 1ère cohabitation est entre le Président François Mitterrand et Jacques Chirac (1986-88), la seconde entre le même Président et Edouard Balladur ; enfin entre le Président Jacques Chirac et le socialiste Lionel Jospin (1997-2002).

_ La répétition des cohabitations motive la réforme constitutionnelle transformant le septennat du président en quinquennat (mandat présidentiel d’une durée de cinq ans) adopté par référendum en septembre 2002.

 

_ En 1995 le président Jacques Chirac est élu, puis réélu en 2002 avec 82% des voix contre l’extrémiste Jean-Marie Le Pen.  

 

Cohabitation : présence aux deux pôles de l’exécutif de deux personnalités, issues de familles politiques opposées, à la suite d’élections législatives ou présidentielles.

 

 

_ En avril 2007 le candidat Nicolas Sarkozy (UMP) est élu face à madame Ségolène Royal (PS). Cette élection est la première où une femme est présente au second tour. Le taux de participation des électeurs a été très élevé, contrastant avec la situation en 2002.

 

 

Te Fiche d’objectifs histoire n°1

 

 

Institutions et vie politique en France de 1939 à nos jours

 

 

    SAVOIR   

 

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Quelles sont les valeurs et les pratiques du régime de Vichy ?

 

II. Pourquoi, alors que la démocratie est acceptée, la IV République est-elle contestée ?

 

                A. Sur quelles valeurs se fonde la nouvelle République ?

 

                B. Quels sont les réussites et les échecs de la IV République (1946-1958) ?

 

III. Comment le fonctionnement de la V République évolue-t-il selon les forces politiques au pouvoir ?

 

                A. Quelles sont les caractéristiques des nouvelles institutions mises en place par De Gaulle ?

 

                B. Comment fonctionne la République gaullienne de 1959 à 1969 ?

 

                C. Quelles sont les réalisations de la politique extérieure du président De Gaulle ?

 

IV. Comment, après l’époque gaullienne, la V République s’adapte-t-elle aux successeurs de droite et de gauche ?

 

                A. Qu’est-ce que le pompidolisme ?              

 

                B. Comment la V République répond-elle à l’évolution de la société ?

 

                C. Quels sont les combats des forces politiques pour obtenir l’exercice du pouvoir en France ? En quoi leurs programmes politiques et économiques sont-ils différents ?

 

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Milice : organisation politique et policière, créée par Vichy en 1943 pour traquer les opposants à sa politique.

 

Révolution nationale : politique réactionnaire mise en œuvre par le régime de Vichy, autour des valeurs du Travail, de la Famille, de la Patrie afin de revenir a un passé idéalisé.

 

Régime parlementaire (page 297) : régime politique où la constitution prévoit que le Parlement a le pouvoir de renverser le gouvernement.

 

CNR : Conseil national de la Résistance ; issu de l’unification des mouvements de résistance intérieure sous l’égide du général De Gaulle

 

Référendum : question, appelant une réponse par oui ou par non, posée par le chef de l’Etat aux citoyens.

 

Motion de censure : texte voté par la majorité qui contraint le gouvernement à la démission.

 

Cohabitation : présence aux deux pôles de l’exécutif de deux personnalités, issues de familles politiques opposées, à la suite d’élections législatives ou présidentielles.

 

Quinquennat : mandat présidentiel d’une durée de cinq ans

 

 

3/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

 

 

10 juillet 1940 : L’Assemblée nationale vote le 10 juillet 1940 les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

 

24 octobre 1940 : Rencontre de Montoire entre Pétain et Hitler.

 

1943 : Création de la Milice.

 

Octobre 1945 : Création de la Sécurité sociale et des Allocations familiales.

 

IV République : 1946-1958.

 

27 mars 1957 : Par le traité de Rome la IV République amorce la construction européenne.

 

1959-1969 : De Gaulle devient le 1er président de la V République (1959-1969).

 

1962 : Election du président au suffrage universel.

 

Mars-avril 1962 : Accords d’Evian accordant l’indépendance à l’Algérie.

 

1974-1981 : Présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

 

5 juillet 1974 : La majorité est fixée à dix-huit ans.

 

17 janvier 1975 : Droit à l’avortement.

 

1981- 1988 ; 1988-1995 : Le socialiste François Mitterrand devient président à deux reprises.

 

1995- 2002 ; 2002- 2007 : Présidences de Jacques Chirac.

 

2007- … : Présidence de Nicolas Sarkozy.

 

SAVOIR FAIRE

 

 

4/ JE SAIS REPONDRE A DES QUESTIONS SUR UN TEXTE

 

 

5  JE SAIS ETUDIER UN DOCUMENT ICONOGRAPHIQUE

 

 

Lire la suite

Terminale TSTG Histoire : Institutions et vie politique en France de 1939 à nos jours (2)

2 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

Questionnaire vidéo : L’Algérie : des barricades à l’indépendance

 

 

Source : XX siècle : L’Histoire en images ; La France 1947-1968 IV et V République ; Centre Nationale de Documentation Pédagogique ; 1986, 1994.

 

 

 

13 mai 1958 :

 

1. Quels sont les quatre facteurs de crise en Algérie ?

 

 

2. Quelle est la situation politique en France métropolitaine ? Citer quelques gouvernements.

 

Pourquoi l’armée est-elle une armée politique ?

 

Après les émeutes d’Alger (1958), qu’est-ce qui est créée à Alger ? Par qui ?

 

A quel personnage illustre fait-on appel ? Que garantit-il ?

 

Que se passe-t-il en Corse ? En quoi est-ce une menace ?

 

Quelles sont les trois principales conséquences du 13 mai 1958 ?

 

 

 

 

CORRECTION

L’Algérie : des barricades à l’indépendance 1960-1962

 

 

Les événements du13 mai 1958

 

1. Quels sont les quatre facteurs de crise en Algérie ?

 

_ La guerre d’Algérie dure depuis 1956.

 

_ Le pouvoir n’apparaît pas capable de gouverner.

 

_ La militarisation du pouvoir civil en Algérie.

 

_ L’opinion publique est angoissée.

 

 

2. Quelle est la situation politique en France métropolitaine ? Citer quelques gouvernements.

 

La France est dans une longue crise ministérielle, ou se succède plusieurs gouvernements : Bidault, Pleven, Pflimlin.

 

 

 

Pourquoi l’armée est-elle une armée politique ?

 

L’armée est politique à cause du passage dans les camps de prisonniers en Indochine (tentative d’endoctrinement), et par la présence de gaullistes (jacques Chaban Delmas).

 

 

 

Après les émeutes d’Alger (1958), qu’est-ce qui est créée à Alger ? Par qui ?

 

Le général Massu crée le Comité de Salut Public.

 

 

 

A quel personnage illustre fait-on appel ? Que garantit-il ?

 

A De Gaulle. Il garantit les libertés publiques.

 

Que se passe-t-il en Corse ? En quoi est-ce une menace ?

 

Les militaires débarquent en Corse. Cela renforce les menaces sur la démocratie.

 

 

 

Quelles sont les trois principales conséquences du 13 mai 1958 ?

 

1) Création de l’Algérie indépendante.

 

2) Passage de la IV à la V République.

 

3) Redressement de la puissance française dans le monde (politique gaullienne)

 

 

            B. Comment fonctionne la République gaullienne de 1959 à 1969 ?

 

 

 

 

Photographie 4 page 22 : Un bain de foule lors d’un voyage en province en 1960.

 

Photographie 6 page 23 : De Gaulle et la télévision.

 

En quoi le pouvoir gaullien développe-t-il une relation spécifique avec les citoyens ?

 

De Gaulle créée un lien personnel avec les Français par de nombreux voyages en province (bains de foule), et une habile utilisation de la télévision.

Il se veut le seul détenteur de la confiance de la nation par son élection au suffrage universel et le recours fréquent au référendum.

 

 

 

Caricature 7 page 23 : L’oui XIV (caricature de Tim)

 

Texte 8 page 23 : Déclaration de Valéry Giscard d’Estaing à la presse (17 août 1967)

 

Quelles critiques l’exercice gaullien du pouvoir suscite-t-il ?

 

* Le pouvoir gaullien est critiqué car on l’accuse d’être trop personnel et autoritaire. C’est ce que l’on voit dans la caricature de De Gaulle en Louis XIV : il peut diriger en monarque en passant par le référendum (vote oui à la politique gaullienne).

* Le texte de Valéry Giscard d’Estaing critique « l’exercice solitaire du pouvoir », et indique que le pouvoir doit prendre ses décisions après délibérations (du gouvernement, du Parlement).

 

 

_ La V République est caractérisée par une prééminence présidentielle dans l’exécutif. La présidence du général De Gaulle renforce la personnalisation du pouvoir. Il privilégie le contact direct avec les Français par des voyages en provinces et des bains de foule, mais aussi une utilisation habile des médias (radio, télévision) et des conférences de presse.

_ La pratique gaullienne du pouvoir conduit à une présidentialisation du pouvoir, encore renforcée par l’élection du président au suffrage universel depuis 1962, et par le recours fréquent au référendum.

_ L’exercice gaullien du pouvoir est critiqué, car il jugé trop personnel et autoritaire, en ne prenant pas assez compte des délibérations du gouvernement et du Parlement.                              

 

 

            C. Quelles sont les réalisations de la politique extérieure du président De Gaulle ?

 

 

 

 

Photographie 1 page 22 : Les généraux putschistes s’adressent à la foule à Alger (avril 1961).

 

Texte 2 page 22 : Allocation radiodiffusée du général de Gaulle après le putsch des généraux à Alger.

 

1. L’épreuve algérienne a-t-elle affaibli ou renforcé le rôle du Président de la République ?

 

Le Président de la République renforce son prestige et son influence par l’application de l’article 16 de la Constitution. Il dispose ainsi d’importants pouvoirs pour régler la crise algérienne (tentative de coup d’Etat mené par des militaires).

 

 

 

 

Photographie 5 page 22 : Lancement du premier sous-marin atomique français lance-missiles en présence du général de Gaulle (27/03/1967).

 

2. Quel est l’un des grands objectifs de la politique gaullienne ?

La politique gaullienne veut assurer la sécurité et l’indépendance de la France. Pour cela une politique d’armement nucléaire est lancée.  

De Gaulle veut l’indépendance de la France dans la politique extérieure et ne pas dépendre des Etats-Unis, pour cela il quitte l’organisation militaire de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord).

 

 

_ Le conflit algérien (1954-1962) a favorisé l’arrivée au pouvoir du général De Gaulle en montrant l’impuissance de la IV République. Mais la lutte pour l’indépendance des Algériens se traduit par le départ des appelés vers le département de l’Algérie. La guerre est très impopulaire en métropole. De Gaulle est favorable à l’indépendance de l’Algérie.

 

_ Les généraux commandant en Algérie tentent un putsch (coup d’Etat) pour empêcher l’évolution politique française en faveur de l’indépendance algérienne. Le général de Gaulle réagit en utilisant l’article 16 de la Constitution pour prendre les pleins pouvoirs. Malgré des attentats terroristes de l’O. A. S. l’Algérie devient indépendante par les accords d’Evian (mars-avril 1962)  

_ La politique gaullienne veut assurer l’indépendance et la sécurité de la France. Aussi une politique d’armement nucléaire est lancée, pour ne plus dépendre du « parapluie nucléaire américain ». Le général de Gaulle décide de faire quitter à la France l’organisation militaire de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord).

 

 

 

 

 

 

IV. Comment, après l’époque gaullienne, la V République s’adapte-t-elle aux successeurs de droite et de gauche ?

 

            A. Qu’est-ce que le pompidolisme ?   

 

 

 

 

T. P. : Texte : La conception du pouvoir de G. Pompidou

 

 

                Dans un régime de partis multiples où les majorités sont des majorités de coalition, l’Assemblée nationale est par nature un foyer de divisions et d’instabilité.

 

                Dès lors, tout ce qui, dans notre Constitution, fait que la source du pouvoir exécutif se trouve dans un chef de l’Etat irresponsable devant l’Assemblée doit être maintenu. Le gouvernement, émanation du chef de l’Etat, n’en est pas moins choisi par lui en fonction de la majorité possible à l’Assemblée ; il constitue un élément de liaison, en même temps que le moyen de pression qu’est le droit de dissolution permet à ce gouvernement d’appliquer une politique acceptable par la majorité, mais non conçue par elle. […]

 

                Privé du charisme du fondateur de la V République, le chef de l’Etat sera amené à intervenir dans la direction de l’Etat de façon constante, permanente, et à maintenir par l’action quotidienne cette suprématie qu’il ne tiendra pas automatiquement du suffrage universel.

 

                G. Pompidou, Le Noeud Gordien, Plon, 1974.

 

 

Comment la pratique institutionnelle préconisée par G. Pompidou se situe-t-elle par rapport à celle de De Gaulle ?

 

 

Comment la pratique institutionnelle préconisée par G. Pompidou se situe-t-elle par rapport à celle de De Gaulle ?

 

Georges Pompidou se situe dans la continuité de De Gaulle. Le président est le chef de l’Etat et comporte de grands pouvoirs. Il dirige la politique de la France.

 

Cependant, G. Pompidou décide de ne pas recourir de façon automatique au suffrage universel (référendum).

 

 

 

 

_ Le président Pompidou est élu le 15 juin 1969, après la démission du général De Gaulle. Il continue la politique gaullienne mais accepte l’élargissement de l’Europe à la Grande Bretagne (refusé par De Gaulle). Il meurt le 2 avril 1974.

 

 

 

            B. Comment la V République répond-elle à l’évolution de la société ?

 

Graffiti 3 page 30 : Graffiti de 68

 

Texte 7 page 31 : Les Accords de Grenelle (27.05.1968).

 

 

Comparer les slogans et les accords sociaux.

 

Les slogans expriment une opposition globale à la société. Les accords de Grenelle sont des avancées sociales, acceptant la forme politique et économique de la société.

 

 

 

Photographie 3 page 24 : Manifestation des femmes à Paris, en 1979.

 

Texte 4 page 24 : Déclaration de S. Veil devant l’Assemblée Nationale (26.11.1974)

 

Quelle réforme est proposée par Simone Veil sous la présidence centriste de Valéry Giscard d’Estaing ? Pourquoi ?

 

* La femme politique Simone Veil propose de légaliser l’avortement.

* Les centristes veulent une politique plus libérale.

 

 

 

_ En mai 1968 se déclenche une contestation étudiante relayée par des grèves. Les accords de Grenelle propose des avancées sociales pour mettre fin à la crise. De Gaulle provoque la dissolution de l’assemblée nationale et rétablit le calme.

 

_ Après les manifestations étudiantes et ouvrières de mai 1968, les centristes veulent appliquer une politique plus libérale. Le président Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981) met en œuvre plusieurs réformes : l’âge de la majorité est abaissé à 18 ans, divorce facilité, droit à l’avortement proposé à l’Assemblée Nationale par Simone Veil.   

T. P. : Textes

 

 

 _ La conception du pouvoir de G. Pompidou

 

 

                Dans un régime de partis multiples où les majorités sont des majorités de coalition, l’Assemblée nationale est par nature un foyer de divisions et d’instabilité.

 

                Dès lors, tout ce qui, dans notre Constitution, fait que la source du pouvoir exécutif se trouve dans un chef de l’Etat irresponsable devant l’Assemblée doit être maintenu. Le gouvernement, émanation du chef de l’Etat, n’en est pas moins choisi par lui en fonction de la majorité possible à l’Assemblée ; il constitue un élément de liaison, en même temps que le moyen de pression qu’est le droit de dissolution permet à ce gouvernement d’appliquer une politique acceptable par la majorité, mais non conçue par elle. […]

 

                Privé du charisme du fondateur de la V République, le chef de l’Etat sera amené à intervenir dans la direction de l’Etat de façon constante, permanente, et à maintenir par l’action quotidienne cette suprématie qu’il ne tiendra pas automatiquement du suffrage universel.

 

                G. Pompidou, Le Noeud Gordien, Plon, 1974.

 

 

Comment la pratique institutionnelle préconisée par G. Pompidou se situe-t-elle par rapport à celle de De Gaulle ?

 

 

_ Les réformes de V. Giscard d’Estaing

 

Loi du 5 juillet 1974 : la majorité est fixée à dix-huit ans accomplis ; à cet âge, on est capable de tous les actes de la vie civile.

 

Est néanmoins protégé par la loi, soit à l’occasion d’un acte particulier, soit d’une manière continue, le majeur qu’une aliénation de ses facultés personnelles met dans l’impossibilité de pourvoir seul à ses intérêts.

 

Peut pareillement être protégé le majeur qui, par sa prodigalité, son intempérance ou son oisiveté, s’expose à tomber dans le besoin ou compromet l’exécution des obligations familiales.

 

Code civil, extrait de l’article 488.

 

Loi du 17 janvier 1975 : La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l’interruption de sa grossesse. Cette interruption ne peut être pratiquée qu’avant la fin de la dixième semaine de grossesse.

 

Code de la santé publique, article L. 162-1 et L. 162-2.   

 

Quelles sont les réformes adoptées par Valéry Giscard d’Estaing ?

 _______________________________________________________________________________

 

T. P. : Textes

 

 _ La conception du pouvoir de G. Pompidou

 

                Dans un régime de partis multiples où les majorités sont des majorités de coalition, l’Assemblée nationale est par nature un foyer de divisions et d’instabilité.

 

                Dès lors, tout ce qui, dans notre Constitution, fait que la source du pouvoir exécutif se trouve dans un chef de l’Etat irresponsable devant l’Assemblée doit être maintenu. Le gouvernement, émanation du chef de l’Etat, n’en est pas moins choisi par lui en fonction de la majorité possible à l’Assemblée ; il constitue un élément de liaison, en même temps que le moyen de pression qu’est le droit de dissolution permet à ce gouvernement d’appliquer une politique acceptable par la majorité, mais non conçue par elle. […]

 

                Privé du charisme du fondateur de la V République, le chef de l’Etat sera amené à intervenir dans la direction de l’Etat de façon constante, permanente, et à maintenir par l’action quotidienne cette suprématie qu’il ne tiendra pas automatiquement du suffrage universel.

 

                G. Pompidou, Le Noeud Gordien, Plon, 1974.

 

 

Comment la pratique institutionnelle préconisée par G. Pompidou se situe-t-elle par rapport à celle de De Gaulle ?

 

_ Les réformes de V. Giscard d’Estaing

 

Loi du 5 juillet 1974 : la majorité est fixée à dix-huit ans accomplis ; à cet âge, on est capable de tous les actes de la vie civile.

 

Est néanmoins protégé par la loi, soit à l’occasion d’un acte particulier, soit d’une manière continue, le majeur qu’une aliénation de ses facultés personnelles met dans l’impossibilité de pourvoir seul à ses intérêts.

 

Peut pareillement être protégé le majeur qui, par sa prodigalité, son intempérance ou son oisiveté, s’expose à tomber dans le besoin ou compromet l’exécution des obligations familiales.

 

Code civil, extrait de l’article 488.

 

Loi du 17 janvier 1975 : La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l’interruption de sa grossesse. Cette interruption ne peut être pratiquée qu’avant la fin de la dixième semaine de grossesse.

 

Code de la santé publique, article L. 162-1 et L. 162-2.   

 

Quelles sont les réformes adoptées par Valéry Giscard d’Estaing ?

           

Lire la suite
1 2 > >>