Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Enseignement d'exploration : lien sonore sur les premiers usages de l'écriture

29 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Enseignement d'exploration Littérature et société

Voici un lien pour écouter une émission sur les premiers usages de l'écriture :

 

 

http://www.franceculture.com/emission-le-salon-noir-il-y-a-5-300-ans-les-premiers-usages-de-l%E2%80%99ecriture-2011-04-20.html

Il y a 5 300 ans, les premiers usages de l’écriture

20.04.2011 - 14:30

Il y a 5 300 ans, les premiers usages de l’écriture

Ecriture Marie-Lan Nguyen/Le LOUVRE©Marie-Lan Nguyen/Le LOUVRE

 

Invité(s) :
Pascal Vernus, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études
Jean-Jacques Glassner, directeur de recherche au CNRS

Thème(s) : Histoire| Archéologie| écriture

Lire la suite

Cours TL STG Géographie : L'inégal accès à la santé dans le monde

16 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

L’inégal accès à la santé dans le monde

 

Introduction : Chaque année : 6 millions de personnes meurent de pandémies : du sida, du paludisme, ou de tuberculose, principalement dans les pays du Sud.

Ce constat illustre l’inégal accès à la santé selon le niveau de développement. La stratégie des grandes firmes pharmaceutiques occidentales renforce ces inégalités en maintenant les prix des médicaments à un niveau trop élevé pour les pays du Sud.

Problématique : La mondialisation accentue-t-elle la fracture sanitaire ou permet-elle de la réduire ?

 

I. La santé, représentation du clivage Nord-Sud ?

 

La santé est-elle un privilège réservé à quelques pays ?

 

            A. En quoi consiste la fracture sanitaire Nord/Sud ?

 

Carte 1 page 242 : Les maladies dans le monde

Question 1 page 243 : Dans quelles régions du monde prédominent les cancers et les maladies cardio-vasculaires ? Les maladies infectieuses et parasitaires ? Comment expliquer ces différences ?

_ Une fracture sanitaire existe entre les pays du Nord et ceux du Sud. Cela se constate par la différence des types de maladies entre le Nord et le Sud :

* au Nord, les maladies cardiovasculaires et les cancers dominent,

* au Sud par contre les pathologies infectieuses et parasitaires sont les plus nombreuses à affecter l’homme. 5% des décès dans les pays du Nord sont causés par ces pathologies contre 33% dans le Sud.

_ Les différences s’expliquent par plusieurs facteurs :

* Les pays du Nord ont un climat tempéré, sain. Ce sont des pays industrialisés où l’espérance de vie est longue. Mais le vieillissement de la pollution entraînent des maladies de dégénérescence comme les cancers (19% au Nord et 6 % au Sud). De plus, l’excès de graisse et de sucre dans l’alimentation et un mode de vie sédentaire augmente l’obésité et le risque de maladies cardiovasculaires (51% des décès dans le Nord contre 18% au Sud).

* Les pays du Sud sont affectés par des pathologies mortelles, par exemple la diarrhée qui est la deuxième cause de mortalité infantile dans le monde et 13% des décès d’enfants de moins de 5 ans dans les PED. Cela s’explique par la pollution de l’eau. Une autre pathologie est le paludisme. Cela s’explique par le climat tropical de nombreux P.M.A. n’ayant pas les moyens, malgré les progrès de la vaccination, d’empêcher les ravages de la maladie. Chaque année, six millions de personnes meurent du sida, du paludisme ou de tuberculose.

 

Pathologies infectieuses et parasitaires (p. 249) : maladies transmises à l’homme par des virus ou des parasites.

 

            B. Quelles sont les explications de la fracture sanitaire ?

 

Graphiques en barre 3 page 242 : Nombre de personnes sous-alimentées et objectifs du Sommet mondial alimentaire.

+ Texte 5 page 243 : La pollution de l’air et de l’eau

+ Tableau chiffré 6 page 243 : La fracture sanitaire par les chiffres

Question 5 page 243 : Quels sont les facteurs de la fracture sanitaire ?

_ Les facteurs de la fracture sanitaire sont divers :

* insuffisance alimentaire : Depuis la crise alimentaire 1 milliard de personnes dans le monde souffrent de malnutrition et de sous nutrition. Les corps sont fragilisés par les carences, plus vulnérables aux maladies.

* la pollution de l’air : deux millions d’enfants de moins de 5 ans meurent chaque année d’infections respiratoires, à cause de la pollution atmosphérique liée à l’industrie et à la circulation automobile.

* la pollution de l’eau est très importante. L’eau polluée transmet les hépatites A et B, le choléra.

_ L’espérance de vie est donc faible dans les P.M.A. en particulier en Afrique Noire. Ainsi, en Ethiopie elle de 50 ans contre 80 ans en France, et le taux de mortalité infantile est de 112‰ en Ethiopie contre 4‰ en France.

Sous-nutrition (p. 249) : alimentation insuffisante en quantité de calories (en moyenne moins de 2 200 calories/jour).

Malnutrition (p. 249) : alimentation mal équilibrée.

Mortalité infantile (p. 249) : nombre annuel de décès d’enfants de moins d’un an pour 1000 enfants nés vivants.

 

            C. En quoi la situation de l’Afrique noire est-elle alarmante ?

 

Carte 4 page 243 : L’épidémie de Sida en 2006

+ Graphiques en barre 3 page 248 : Le Sida dans le monde

+ Tableau chiffré 6 page 243 : La fracture sanitaire par les chiffres

+ Graphiques en barre 7 page 244 : Dépenses de santé et nombre de médecins pour 100 000 habitants.

Quelle est la situation de l’Afrique noire au niveau sanitaire ?

_ L’Afrique noire est particulièrement touchée par les pandémies comme le sida. Près de 25 millions d’adultes et d’enfants vivent avec le sida en 2006 en Afrique subsaharienne (les 2/3 des cas au monde). Chaque jour 8 000 personnes meurent du sida, dont la plus grande partie en Afrique.

_ L’Ethiopie montre la situation d’un P.M.A. d’Afrique subsaharienne. Le pays est pauvre avec a un P.I.B/hab. de 711 dollars (contre 27 677 dollars en France), l’espérance de vie est faible (50 ans) avec un taux de mortalité de 15‰. Un enfant sur cinq n’atteint pas l’âge de 10 ans. Ceci s’explique par le manque de moyens financiers et humains : on trouve 6 médecins pour 100 000 habitant (contre 329 pour 100 000 hab. en France).

 

Pandémie (p. 249) : épidémie qui atteint un grand nombre de personnes, dans une zone géographique très étendue.

 

 

 

 

II. Quelles sont les acteurs et les politiques de santé ?

 

En quoi la santé constitue-t-elle un enjeu dans l’espace mondialisé ?

 

            A. Quelles sont les inégalités entre les systèmes de santé au monde ?

 

Carte 11 page 245 : L’accès aux médicaments dans le monde.

Question 2 page 245 : Classer les régions ou les pays en trois grands ensembles, selon l’accès des populations aux médicaments : satisfaisant, moyen, insuffisant.

_ Les systèmes de santé sont inégalement pourvus de moyens matériels (hôpitaux, équipements performants : bloc opératoire, scanner, laser…) et humains (personnels formés, médecins et infirmières…). On peut distinguer plusieurs ensembles :

* Les pays du Nord, constitués de pays industrialisés à haut niveau de vie, et les riches pays pétroliers (Arabie saoudite) ont un taux d’accès de la population aux médicaments supérieur à 95% en 1999. Les systèmes de santé deviennent de plus en plus performant au Nord.

* Les pays comme l’Algérie, le Chili… ont un taux moyen d’accès aux médicaments. Ces pays disposent de ressources pétrolières (Algérie, Libye…) ou sont des pays émergents (Mexique).

* Selon le rapport de l’OMS, 57 pays en développement dont 36 en Afrique subsaharienne, manquent gravement de personnels de santé. Ces PMA ont un taux d’accès aux médicaments insuffisant : - de 50% au Soudan, au Tchad.

 

OU

 

Graphiques en barre 7 page 244 : Dépenses de santé et nombre de médecins pour 100 000 habitants.

+ Texte 8 page 244 : La santé en souffrance en Afrique

+ Photographie 9 page 244 : Un bloc opératoire à l’hôpital de Péronne (Somme)

Question 4 page 245 : Relevez les indicateurs d’un contraste fondamental entre les système de santé des pays du Nord et du Sud.

_ Les pays du Nord et les pays du Sud offrent à leurs populations des systèmes de santé différents en termes moyens matériels et humains.

* Les pays du Nord disposent de moyens matériels performants (blocs opératoires, scanners, lasers…) et de personnels formés : spécialistes réputés mais aussi médecins généralistes 329 pour 100 000 habitants en France, 549 aux Etats-Unis. Les pays à haut niveau de vie consacrent de fortes sommes pour leur santé : 2902 dollars par habitant en France.

* Les pays du Sud souffrent, en particulier en Afrique, d’un manque de moyens. La pénurie est telle que la vaccination des enfants ou le soin des femmes accouchées n’est pas assurée. De plus le départ du personnel médical des pays du Sud vers ceux du Nord contribue à cette fracture sanitaire, en particulier dans les PMA subissant la pauvreté, les épidémies et les guerres. L’ « exode médical » renforce la pénurie de personnel dans les pays du Sud. Le prix des médicaments est élevé et suscite un trafic de faux médicaments mettant en danger la santé de millions de personnes.

 

 

            B. Quels sont les conflits entre acteurs autour du système de santé ?

 

Texte 3 page 245 : Droit à la santé…

+ Texte 4 page 245 : … ou droit des grands groupes pharmaceutiques ?

Question 6 page 245 : Pourquoi et comment le gouvernement brésilien est-il en opposition avec la multinationale Roche ? Quels arguments oppose l’auteur du document 14 ?

_ Les acteurs du système de santé peuvent s’opposer fortement, à l’exemple des Etats envers les Firmes transnationales de l’industrie pharmaceutique (ex. la FTN suisse Hoffman-La Roche) dont les intérêts sont différents.

* Les laboratoires des grands groupes pharmaceutiques du Nord conçoivent des médicaments avec des coûts élevés de recherche. Ils vendent ensuite ces médicaments à un prix élevé. Cependant, les populations des pays du Sud n’ont pas accès à ces médicaments du fait du prix. Aussi les pays du Sud (Brésil, Thaïlande, Afrique du Sud) ont développé des médicaments génériques sans payer les droits de brevet. Les FTN ont tenté un procès mais face à l’hostilité de l’opinion internationale elles ont renoncé.

_ Cependant, les FTN dénoncent l’insuffisance des autres acteurs du système médical comme manque de financement des Etats pour les programmes de l’ONUSIDA.

 

Médicament générique (p. 249) : stricte copie d’un médicament original dont le brevet est tombé dans le domaine public.

 

Quels sont les autres acteurs du système de santé ?

_ Les acteurs du système de santé dans le monde sont nombreux :

* la communauté mondiale à travers l’OMS (Organisation mondiale de la santé). C’est une institution de l’ONU créée en 1948 dont le but est d’améliorer la santé dans tous les pays du monde.

* les ONG comme Médecins sans frontières (fondé en 1971 par Bernard Kouchner) qui intervient sur les lieux de conflits, ou sous-médicalisés pour donner au Sud les traitements du Nord.

* les Etats comme le Botswana, premier pays africain qui rend disponible gratuitement pour l’ensemble des personnes en ayant besoin (estimées à 110 000) les traitements contre le sida depuis 2002.

* les individus qui tentent de se soigner malgré des moyens parfois limités aussi bien dans les pays du Sud que dans certains pays du Nord comme les Etats-Unis où la couverture médicale est insuffisante pour une partie de la population.

 

C. Quelle est la situation de l’Afrique face au virus du sida ?

 

Pourquoi et comment les maladies se diffusent-elles à l’échelle planétaire ?

Carte 1 page 242 : Les maladies dans le monde

Où sont localisées les principales pathologies mondiales ?

_ Les pathologies mortelles touchent essentiellement les pays du Sud. Dans le monde les trois grandes pathologies sont le paludisme (1,3 million de morts/an), la tuberculose (1,6 million de morts/an), et surtout le sida (2,8 millions de morts/an).

 

Carte 4 page 243 : L’épidémie de Sida en 2006

La distribution géographique des grandes épidémies est-elle révélatrice de l’inégal développement ?

_ L’Afrique subsaharienne est fortement touchée par le sida. En Afrique australe l’espérance de vie a reculé à cause du sida de 59 ans en 19990 à 45 ans en 2005. Le cas de Botswana est exemplaire : 37,3% de la population est touchée par le virus (contre 0,3% en Europe occidentale, 610 000 personnes). Entre 16 à 20% de la population est orpheline, et plus de la moitié des orphelins le sont à cause du sida. Le pays manque de moyens pour bénéficier des médicaments fabriqués dans les laboratoires du Nord comme la trithérapie (trois médicaments ou trois traitements médicaux pris simultanément, ce qui permet d’augmenter l’efficacité de chaque médicament).

 

Te Fiche d’objectifs géographie n°5

L’inégal accès à la santé

 

   SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. La santé, représentation du clivage Nord-Sud ?

                A. En quoi consiste la fracture sanitaire Nord/Sud ?

                B. Quelles sont les explications de la fracture sanitaire ?

                C. En quoi la situation de l’Afrique noire est-elle alarmante ?

II. Quelles sont les acteurs et les politiques de santé ?

                A. Quelles sont les inégalités entre les systèmes de santé au monde ?

                B. Quels sont les conflits entre acteurs autour du système de santé ?

            C. Quelle est la situation de l’Afrique face au virus du sida ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Pathologies infectieuses et parasitaires (p. 249) : maladies transmises à l’homme par des virus ou des parasites.

Mortalité infantile (p. 249) : nombre annuel de décès d’enfants de moins d’un an pour 1000 enfants nés vivants.

Sous-nutrition (p. 249) : alimentation insuffisante en quantité de calories (en moyenne moins de 2 200 calories/jour).

Malnutrition (p. 249) : alimentation mal équilibrée.

Pandémie (p. 249) : épidémie qui atteint un grand nombre de personnes, dans une zone géographique très étendue.

Médicament générique (p. 249) : stricte copie d’un médicament original dont le brevet est tombé dans le domaine public.

 

3/ JE CONNAIS LES CHIFFRES CLES

Nombre de personnes souffrant de malnutrition : 1 milliard

Chaque jour : 8 000 personnes meurent du sida.

Chaque année : 6 millions de personnes meurent du sida, du paludisme, ou de tuberculose.

Les trois grandes pathologies mondiales :

Sida : 2,8 millions de morts/an

Tuberculose : 1,6 million de morts/an

Paludisme : 1,3 million de morts/an

SAVOIR FAIRE

4/ SAIS ANALYSER UNE CARTE

5/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES GRAPHIQUES, TEXTE ET TABLEAU CHIFFRE

6/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES GRAPHIQUES, TEXTE ET PHOTOGRAPHIE

7/ JE SAIS CONFRONTER DEUX TEXTES

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours TL STG Géographie : La mondialisation (3)

16 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

III. Quels sont les principaux facteurs de la mondialisation ?

 

            A. Quel est le cadre favorable dans lequel s’opère la mondialisation ?

 

Carte 1 page 154 : Pays membres et pays observateurs de l’OMC

Carte 3 page 143 : les principales organisations économiques régionales et interrégionales dans le monde en 2007

Question 3 page 155 : A quelles catégories appartiennent les Etats qui ne sont pas encore membres de l’OMC ?

_ L’OMC regroupe la plupart des pays du Nord. Les pays qui n’appartiennent pas à L’OMC sont des pays qui ont adopté depuis relativement peu de temps le capitalisme (Russie et pays de la CEI, ainsi que des pays islamistes (Iran, Arabie saoudite) ou encore en proie à des guerres civiles (Afghanistan, Tchad). Ce sont pour la plupart des pays du Sud.

 

Quelles sont les réalisations et l’histoire de l’OMC ?

_ L’essor du commerce mondial est permis grâce à la baisse des droits de douane mondiaux. L’ouverture de la majorité des Etats aux échanges internationaux s’est effectuée dans le cadre du GATT puis de l’OMC. En 1947 a été signé l’accord général sur les tarifs douaniers (GATT), puis ce dernier est remplacé en 1995 par l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

             B. Quelles sont les causes techniques de la mondialisation ?

 

                        La révolution des transports

 

LIEN :

 * Nouveau porte-conteneurs de la CMA CGM (1 min 49) : http://www.youtube.com/watch?NR=1&v=Uf9mEiILYWg  

* Arrivée d'un porte conteneur au port de la Réunion (2 min 43) : http://www.youtube.com/watch?v=fsEOBXheUdI

  * Plate-forme multiodale Delta 3 : http://www.youtube.com/watch?v=ed4t-69b1Mw

              

Texte 2 page 156 : Qu’est-ce que la conteneurisation ?

Question 1 page 157 : Comment le conteneur facilite-t-il l’acheminement des marchandises ?

_ La « révolution du conteneur » s’explique par l’utilisation de boites de dimension standardisée pour transporter la marchandise. Les opérations se font rapidement à l’aide de grues et avec peu de personnes (gain de temps et de coût pour la logistique).

_ Le conteneur est utilisable par plusieurs types de transport : maritime mais aussi ferroviaire et routier. L’association de types de transport forme le transport multimodal.

Logistique (p. 155) : ensemble des opérations nécessaires aux flux de marchandises (conditionnement, organisation et surveillance des transports, etc.).

Transport multimodal (p. 155) : transport de marchandises effectué à l’aide d’au moins deux modes de transport différents. Par exemple, transport maritime de conteneurs puis chargement direct sur des semi-remorques ou des trains spécialement équipés.

 

Carte 5 page 157 : Les principaux ports à conteneurs et le commerce maritime mondial par porte-conteneurs en 2004

Question 2 page 157 : Où se situent les principaux ports à conteneurs ? Comment l’expliquer ?

_ Les principaux ports à conteneurs sont situés sur les façades littorales des pays de la Triade : Nothern Range européen (d’Anvers à Hambourg avec comme principal port Rotterdam), les deux façades atlantiques et pacifiques des Etats-Unis, mais aussi la très étendue façade pacifique de l’Asie orientale avec les ports de Pusan en Corée du Sud, de Hong Kong en Chine, et le plus important port à conteneur du monde : Singapour.

_ Le transport maritime assure les deux tiers des échanges mondiaux en valeur. Les principales façades maritimes de la Triade sont reliées par des réseaux assurés par des porte-conteneurs.

 

Texte 2 page 154 : La croissance récente du fret aérien

Question 1 page 155 : Quel aménagement technique a permis à l’avion de devenir un moyen de transport pour les marchandises ?

_ Le transport aérien de fret s’est accru depuis la création des avions gros-porteurs. De plus, les flux sont concentrés sur des destinations privilégiés : les hubs aéroportuaires.  Ces hubs sont au centre de réseaux d’où le trafic de passagers et le fret sont redistribués.

Hub (p. 155) : plate-forme à partir de laquelle le trafic de passagers ou le fret est centralisé puis redistribué.

 

            Les nouvelles technologies de l’information et de la communication

 

Photographie 4 page 155 : Un centre d’appels à New Delhi (Union indienne)

Carte 5 page 155 : la ronde des grandes places boursières

Question 4 page 155 : Que permettent les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour les acteurs économiques ?

_ Les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) - constituées d’Internet, de la téléphonie mobile, etc - permettent la progression de la transmission de données. Les transmissions à haut débit ont permis l’essor de nouvelles activités : l’e-commerce, le télé-enseignement. Elles ont aussi permis d’organiser et de contrôler les économies en temps réel par l’interconnexion des marchés financiers et des bourses 24 heures sur 24.

Lire la suite

Cours TL STG Géographie : La mondialisation (2)

16 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

II. Quels sont les acteurs qui participent au processus de mondialisation ?

           

            A. En quoi les acteurs économiques sont-ils les moteurs de la mondialisation ?

 

Qu’est-ce que la DIT ?

 

Organigramme 3 page 145 : Les flux de pièces détachées intra-firmes

Question 4 page 145 : En quoi le schéma explique-t-il en partie les flux principaux du commerce mondial ?

_ Les flux de produits manufacturés ont fortement augmenté dans le monde à cause de la Division Internationale du Travail (DIT). Le commerce transnational est effectué par des Firmes Transnationales (FTN) situées principalement dans les pays développés ont établis des filiales de production dans les pays dont la main-d’œuvre est bon marché (pays ateliers d’Asie).

* Le commerce intra-firmes de pièces détachés occupe ainsi un tiers des échanges des pays développés.

TRANSNATIONAL (p. 271)

Division Internationale du Travail (DIT) (p. 149) : conception et fabrication qualifiée des pièces dans les pays du Nord, assemblage et tâches routinières dans les pays du Sud.

Firme transnationale (FTN) (p. 149) : selon l’ONU, société présente dans plusieurs pays avec un chiffre d’affaires annuel au moins égal à 500 millions de dollars.

 

Caricature 5 page 149 : Les firmes transnationales

Question 2 page 149 : Quelle est la FTN visée ? Que dénonce la caricature ?

_ La FTN Nike est l’objet de nombreuses polémiques car elle a utilisé des enfants du Sud comme main-d’œuvre bon marché pour fabriquer ses chaussures vendues à haut prix pour les enfants du Nord. Cela montre les inégalités dans la consommation mais aussi de droit dans la mondialisation.

_ Nike n’a que son siège social mondial aux Etats-Unis, toutes les usines sont implantées dans des pays ateliers du Sud (700 sous traitants dans 55 pays), usines financées par des Investissements directs à l’étranger (IDE). La production est aujourd’hui réalisée à 80% par des femmes jeunes et non qualifiées (entre 90 et 99% au Sri Lanka).

_ 12 000 travailleurs indonésiens coûtent moins cher à la FTN que son annonceur vedette Michael Jordan.

 (   _ Les ventes sont organisées en quatre « continents » : Etats-Unis (4 658 millions de dollars) ; Europe, Moyen-Orient, Afrique (3 241 millions de dollars) ; Asie Pacifique (1 358 millions de dollars) et enfin Amérique (527 millions de dollars).    )

 

 

LIEN histoire de l"OMC : http://www.youtube.com/watch?v=poDhrgR9unE

Texte 2 page 148 : Qu’est-ce que l’OMC ?

Texte 3 page 148 : L’Etat, un acteur majeur ?

Question 5 page 149 : Comment les Etats peuvent-ils faire valoir leur point de vue au sein de l’OMC ?

_ L’OMC est un organisme chargé de réguler le commerce mondial. Elle fait appliquer des règles pour 150 pays représentant 97% du commerce mondial (2007) et peut sanctionner les Etats qui ne respectent pas ses règles. Le FMI conseille et prête aux Etats en difficulté.

_ Les Etats ont pourtant toujours un rôle dans la mondialisation. En effet ils encadrent l’économie et protègent les populations grâce aux lois sociales. Par des subventions, la recherche, ils restent des acteurs économiques importants.

_ La plupart des Etats du Sud souffrent de l’insuffisance ou de l’absence d’Etats.

OMC (p. 269) : organisation mondiale du commerce, qui succède au GATT en 1995. Organisme intergouvernemental chargé de réglementer les relations commerciales entre ses états membres, au moyen d’accords multilatéraux.     

FMI (p. 149) : Fonds monétaire international. Il veille à la régularité des transactions financières entre Etats, conseille et prête aux Etats en difficulté.

 

LIEN action du FMI sur la crise économique de 2011 : http://www.france24.com/fr/20110924-fmi-crise-economique-financiere-christine-lagarde-dette-zone-euro-union-europeenne

 

(    Comment fonctionne une FTN ?

Carte 1 page 148 : Michelin n°1 mondial du pneu

Carte 2 page 143 : Les investissements directs à l’étranger (IDE) dans le monde en 2004

Question 1 page 149 : Quelles sont les caractéristiques de la FTN Michelin ?

_ Les FTN sont de puissants groupes acteurs de la mondialisation.

* Par exemple Michelin se caractérise par ses différents sites et sa stratégie mondiale. La FTN a son siège social dans la ville de Clermont-Ferrand, mais est implantée mondialement : ses centres de recherche et développement sont situés dans les pays de la Triade : France, Espagne et Allemagne pour l’Union européenne, Japon et Etats-Unis pour les deux autres pôles. Les plantations d’hévéas pour la production de caoutchouc sont dans les pays tropicaux : Brésil et Nigeria. Les usines sont essentiellement en France et aux Etats-Unis.

* La stratégie mondiale de Michelin a connu plusieurs phases : dans les années 1960-1970 implantations dans les pays voisins européens (sites de recherches et usines) ou tropicaux (production d’hévéas). Puis dans les années 1980-1990 l’internationalisation par rachat d’entreprises nord-américaine. En 1990-2000 la stratégie mondiale de Michelin est de s’affirmer dans les marchés en croissance d’Asie et d’Europe médiane.

)

 

 

            B. Comment les acteurs non gouvernementaux encadrent-ils la mondialisation ?

 

Affiche 5 page 151 : Campagne du Comité catholique contre la faim et pour le développement (2004)

Question 2 page 151 : En quoi le message délivré par cette affiche correspond-il à la définition d’une ONG ?

_ Une ONG mobilise l’opinion mondiale pour venir en aide à des populations en détresse, dans des causes internationales (environnement, etc…). Elles n’ont pas de réel pouvoir politique mais interviennent au niveau mondial avec d’importants budgets. Elles coordonnent la solidarité internationale : Croix Rouge, oxfam qui est la coordination de différentes ONG luttant contre la famine dans le monde. Elles sont 50 000 dans le monde.

_ Les ONG sont critiques face à la mondialisation, comme ATTAC qui fait partie du courant altermondialiste. Parfois, les ONG peuvent être critiquées pour leurs buts (l’Arche de Zoé contre laquelle une plainte pour escroquerie a été déposée) comme leurs frais de publicité trop élevés, les salaires importants de leurs dirigeants.

ONG (Organisation non gouvernementale) (p. 151) : association sans but lucratif qui veut agir pour corriger les actions des principaux acteurs institutionnels (Etats, organisations supranationales, FTN).

Altermondialisme (p. 151) : mouvement en faveur d’une mondialisation plus équitable et plus humaine qui ne prendrait pas seulement en compte les intérêts économiques des plus puissants.

ATTAC (p. 266) : Association pour la Taxation des transactions pour l’Aide aux Citoyens. Ce mouvement altermondialiste, fondé en 1998, demande entre autre la taxation des transactions financières mondiales, le produit de cette taxe étant ensuite reversé aux pays en développement.

 

Carte 3 page 143 : les principales organisations économiques régionales et interrégionales dans le monde en 2007

Question 3 page 149 : quelles grandes zones géographiques disposent d’organisations régionales et interrégionales ?

_ Les principales organisations régionales sont sur les continents américain et européen.

* L’Europe est en cours d’unification. La signature du Traité de Rome en 1957 crée la CEE (Communauté économique européenne marché commun) entre six pays : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg et Pays-Bas. L’Union européenne regroupant 27 pays depuis le 1er janvier 2007. La circulation des marchandises et des personnes est libre dans l’espace Schengen. Une monnaie unique, l’euro, est valable pour un grand nombre de pays européens depuis 2002.

* Le continent américain connaît plusieurs organisations régionales. En 1994 l’ALENA (Association de Libre Echange Nord Américain) regroupe les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. La circulation des marchandises est libre. En Amérique latine plusieurs organisations régionales regroupent des pays, par exemple le Mercosur.

* Des organisations moins performantes existent comme l’UMA (Union du Maghreb Arabe) en Afrique ou l’ASEAN en Asie.

Mercosur (p. 269) : Marché commun du cône sud, fondé en 1991.

ASEAN (p. 266) : Association of South East Asian Nations ; en fraçais ANSEA : Association des nations du Sud-Est asiatique. Fondée en 1967, elle regroupe 10 pays : Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar (Birmanie), Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam.

 

_ Des chefs d’Etats se retrouvent régulièrement lors de sommets comme le G8 de façon à organiser la mondialisation. A l’origine G7 le sommet réunit les principales puissances économiques et politiques du monde : Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Italie, Japon. La Russie s’est jointe aux autres depuis 1991.

G8 (p. 267) : Groupe des huit pays les plus industrialisés du monde.

 

            C. Qui sont les acteurs de l’illégalité ?

 

Carte 6 page 153 : La drogue dans le monde

Question 2 page 156 : Quelles sont les régions productrices de drogues « naturelles » ? De drogues chimiques ? Qu’en conclure ? Où se situent les régions consommatrices et quelles peuvent en être les raisons ?

_ Les activités illicites forment une économie parallèle à l’échelle de la planète, par exemple pour la contrefaçon (cigarettes, jouets, DVD) mais aussi pour la drogue.

* Les pays producteurs de drogues « naturelles » sont des pays du Sud. La culture du pavot pour l’opium et l’héroïne passe du Triangle d’or (Laos, Thaïlande, Birmanie) aux pays d’Asie centrale (Pakistan, Afghanistan). Depuis le début de la guerre en Afghanistan en 1979 la production d’opium a augmenté. En 2006 92% de la production d’opium provient d’Afghanistan. Plus de la moitié des terres cultivables en Afghanistan sont utilisées pour la culture de l’opium. La culture de coca pour la cocaïne est originaire d’Amérique latine : Bolivie, Pérou et surtout Colombie avec des mafias comme les cartels de la drogue. Le continent africain est le principal producteur de cannabis, par exemple les montagnes du Rif marocain.

* Les drogues chimiques sont principalement localisées dans les pays du Nord, et de façon écrasante aux Etats-Unis (19 300 laboratoires découverts en 2002 et 2003).

* La production de drogue reflète les inégalités de la mondialisation. Production de matières première au Sud, transformation et consommation au Nord.

* Les régions consommatrices sont celles des pays développés du Nord à haut niveau de vie.

 

Carte 1 page 146 : les paradis fiscaux dans le monde

Qu’est-ce qu’un paradis fiscal ?

_ Les paradis fiscaux sont des zones à fiscalité très basses, offrant aussi des avantages comme le secret bancaire (« paradis bancaire »). Ils attirent des flux financiers importants à la fois pour échapper aux impôts (fraude fiscale) mais aussi pour le « blanchiment d’argent sale » provenant de la drogue, du crime..).

Paradis fiscaux (p. 147) : territoires qui par un régime fiscal très avantageux attirent les particuliers, les sociétés, et surtout des banques qui se sont spécialisées dans la fourniture de prestations financières opaques.

 

Question 2 page 147 : Où se situent majoritairement les paradis fiscaux ?

_ Les paradis fiscaux sont en général de tous petits territoires (Singapour, Hong Kong, Monaco, Luxembourg, Lichtenstein…), souvent des îles en particulier dans les Antilles (îles Caïmans, Bahamas), situés près des grands pôles d’activités de la Triade.

_ Les paradis fiscaux dégagent des ressources fiscales suffisantes à leur échelle parce que le faible taux d'imposition est compensé par l'énorme volume d'opérations (la ressource étant de niveau mondial). En 2000 les fonds placés dans des paradis fiscaux sont évalués à 6 000 milliards d’euros.

_ Devenir un paradis fiscal est une solution qui peut-être adoptée par des Etats sans autres ressources, dont l'économie très faible par ailleurs ne supporterait pas une taxation à la hauteur des besoins.

 

Lire la suite

Cours TL STG Géographie : La mondialisation (1)

16 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

LA MONDIALISATION

 

Livre : Belin programme 2007

 

Introduction : La croissance des productions, la révolution des transports, les accords sur la liberté du commerce a permis d’accentuer les échanges internationaux. Les flux matériels (biens, migrations) et immatériels (services, capitaux) ignorent les frontières dans le cadre de la mondialisation.

            Bénéfique pour une partie des populations en Asie, en Amérique latine, la mondialisation semble laisser de côté une part de l’Afrique.

 

Problématique : Comment le monde est-il organisé par des flux et des réseaux ?

Comment le monde est-il organisé par la mondialisation ?

 

 

LIEN : Tour du monde d'un jean http://www.dailymotion.com/video/xb0h0j_tunisie-le-tour-du-monde-d-un-jeans_people

 

 

I. Quels sont les flux et les réseaux qui organisent et structurent le monde ?

 

            A. Quels types de flux sillonnent la planète ?

                       

                        Flux humains

 

Carte 1 page 150 : migrants économiques au début du 21e siècle

Question 1 page 151 : Quelles sont les directions des principaux flux de migrants peu ou pas qualifiés ? Celles de migrants qualifiés ? Qu’en conclure ?

_ La mondialisation se caractérise par des flux matériels (marchandises), immatériels (capitaux) et humains (migrations). Les migrations humaines sont surtout économiques.

* 200 millions de migrants internationaux quittent leur pays pour un autre. Implantés à l’étranger, ils peuvent former des diasporas.

* Les migrants peu qualifiés se dirigent des Pays en Développement (PED) du Sud vers les Pays Développés du Nord (Triade : Union Européenne, Japon, Amérique du Nord) ainsi que vers les riches pays pétroliers de la péninsule arabique.

* Les migrations sont aussi des migrations de proximité, vers des pays voisins du Sud dotés de meilleures conditions économiques : Mexicains à destination des Etats-Unis, Boliviens vers l’Argentine, Egyptiens pour les pays du Golfe…

_ Les migrants diplômés proviennent des Pays du Nord et vont vers les pays du Nord (ex : Européens vers les Etats-Unis).  Mais, les jeunes diplômés formés par les pays du Sud (ingénieurs et informaticiens de l’Union Indienne) quittent leur pays pour rejoindre les Etats-Unis. Les informaticiens Français, Indiens, Chinois etc… sont nombreux dans la Silicon Valley (55% des employés de science et de technologie sont nés en dehors des Etats-Unis).

_ Les Etats-Unis exerce une grande attraction sur les migrants peu qualifiés, mais souvent en situation de clandestinité (travailleurs agricoles en Californie par exemple) 1,2 millions d’immigrants clandestins ont été arrêtés en tentant d'entrer aux États-Unis via le Texas, l'Arizona, le Nouveau-Mexique et la Californie.

* Les diplômés sont attirés par les Etats-Unis (50% de ce type de migrations) dans l’espoir d’une forte ascension sociale : c’est la « fuite des cerveaux » ou brain drain.

MONDIALISATION (p. 269) : Extension progressive du capitalisme à l’ensemble de l’espace planétaire.

Immigrant (p. 151) : personne résidant de manière permanente hors de son pays depuis plus d’un an.

Diaspora (p. 151) : communauté ethnique, nationale ou religieuse homogène et soudée, dispersée hors de son territoire d’origine, souvent dans le monde entier.

 

Quels autres types de flux humains n’apparaissent pas sur la carte ?

_ Les flux touristiques sont importants (842 millions de touristes en 2006). Les touristes proviennent des pays riches et représentent 10% de la population mondiale. Ils séjournent en Méditerranée, Antilles, Thaïlande…

_ Les réfugiés fuyant les guerres sont environ 14 millions en 2006 : 4,3 millions de Palestiniens, 2 millions d’Afghans, 1,5 millions d’Irakiens…

           

            Flux commerciaux : matériels et immatériels

 

Carte 1 page 142 : le commerce mondial de marchandises en 2004

Combien les flux commerciaux régionaux génèrent-ils de milliards de dollars ?

_ Les flux commerciaux sont importants et nombreux entre les continents mais aussi au sein des continents. Ils forment des réseaux. En tout, la valeur des échanges commerciaux se monte à plus de 10 000 milliards de dollars (plus du quart du PIB mondial).

_ Les produits manufacturés forment le 2/3 des échanges (50% en 1960 et 75% en 2005), et proviennent essentiellement des pays développés et des pays d’Asie.

FLUX (p. 267)

RESEAU (p. 270)       

 

            Flux commerciaux : immatériels

 

Texte 4 page 147 : le commerce des biens culturels

Question 3 page 147 : Quels sont les principaux producteurs et consommateurs de biens culturels ?

_ Le commerce des biens culturels se chiffre à plus de 60 milliards de dollars (en 2002). Les principaux pays exportateurs et importateurs de ces biens culturels sont les pays développés, principalement les Etats-Unis.

 

Quels types de biens culturels sont échangés ? 

_ Les biens culturels échangés sont  de différents types :

* des œuvres artistiques : peinture, sculpture

* des médias imprimés comme les livres ou les journaux, enregistrés tels les disques, ou encore audiovisuels (films, jeux vidéos et DVD).

 

            Flux financiers : immatériels

 

 

Vidéo Flux financier (40 s) : http://www.wat.tv/video/flux-financiers-mondialisation-33l55_33kxd_.html

 

Carte 2 page 143 : Les investissements directs à l’étranger (IDE) dans le monde en 2004

Question 1 page 147 : Quels sont les Etats ou les régions les plus attractifs pour les IDE ? Les Etats ou les régions délaissés ? Quelles raisons peut-on avancer pour chacune des situations ?

_ En 2005, les stocks d’IDE (investissements directs à l’étranger) s’élevaient à 10 000 milliards de dollars (= ¼ du PIB mondial), concentrés à plus de 50% dans l’Union européenne. Les flux d’IDE s’élevaient à 780 millions de dollars, dont 650 millions de dollars assurés par les entreprises des pays développés (orientés à 35% vers l’Asie). La Chine, pays atelier du monde, est devenue le deuxième pays d’accueil des IDE dans le monde.

* La Triade représente 85% de la capitalisation boursière.

_ Les pays délaissés sont principalement les pays pauvres et peu développés (PMA) d’Afrique et d’Asie centrale, mais surtout les pays instables politiquement (Afrique, Proche-Orient, Asie centrale).

IDE (p. 268) : investissements qui servent soit à la création d’une unité de production ou commerciale, soit à un rachat ou à une prise de participation sur une firme étrangère sur un territoire national.

 

 

            B. Comment les réseaux organisent-ils le « système-monde » ?

 

Nord/Sud et Triade

 

Carte 1 page 142 : le commerce mondial de marchandises en 2004

Quels sont les principaux pôles concentrant les flux commerciaux ?

_ Les flux commerciaux se concentrent entre trois pôles, trois acteurs spatiaux : L’Europe occidentale (Union européenne), l’Asie (Japon surtout) et l’Amérique du Nord (principalement les Etats-Unis). Ces trois pôles forment la Triade. Ces pays sont développés et forment le Nord économique.

ACTEURS SPATIAUX (p. 266) : organisations politiques ou régionales, entreprises ou groupes sociaux dont l’action s’exprime sur un territoire.

Triade (p. 145) : expression qui regroupe les Etats-Unis d’Amérique, l’Union européenne et le Japon.  

 

Quelles régions sont en marge de la mondialisation, des échanges commerciaux ?

_ La mondialisation accroît les échanges entre les pays du Nord économique, mais les pays en développement en Amérique latine et surtout en Afrique sont en marge des échanges commerciaux. Ce sont les pays du Sud.

 

 

- Sud vers Nord : produits tropicaux, minerais, matières premières, énergie (pétrole)

 

SITE INA : Histoire de l'opep : http://www.ina.fr/video/I11052341/historique-de-l-opep.fr.html

SITE CURIOSPHERE :  Guerre des Etats-Unis en Irak pour le pétrole ? ! http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/22-economie-geopolitique/104456-reportage-la-guerre-du-petrole-matiere-premiere-strategique

 

Carte 1 page 144 : les principaux flux pétroliers en 2005

Question 1 page 145 : Quels sont les principaux foyers de destination des flux pétroliers ? (et de départ)

_ Les pays exportateurs de pétrole (regroupés en grande partie dans l’OPEP) sont essentiellement les monarchies pétrolières du Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Koweït, Iran…)  et aussi des pays d’Amérique latine (Venezuela, Mexique), la Russie (surtout du gaz), ainsi que des pays d’Afrique : Libye, Algérie…

_ Les hydrocarbures (pétrole et gaz naturel) forment 61% de la consommation énergétique mondiale. Les pays importateurs sont les pays développés de la Triade, et surtout les Etats-Unis. Les pays en forte croissance économique comme la Chine deviennent des grands importateurs.

OPEP (p. 269) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

 

Carte 2 page 144 : le marché mondial du blé en 2005

Question 2 page 145 : Quels Etats dominent le marché mondial du blé ? Quels sont les principaux importateurs ?

_ Les produits alimentaires sont l’objet d’un important commerce.

* Le commerce du blé (« l’arme verte ») est régulé par le Chicago Board of Trade (principal marché à terme pour le blé). Les pays producteurs de céréales sont essentiellement des pays du Nord dotés d’une agriculture mécanisée, subventionnant leurs exportations (Etats-Unis et Union européenne surtout).De grands pays comme l’Australie, le Canada et l’Argentine sont également de grands producteurs et exportateurs. Les pays importateurs sont des pays du Sud peuplés (Algérie, Brésil, Chine) mais aussi des pays du Nord comme le Japon et la Corée du sud.

* Les produits agricoles tropicaux proviennent des pays du Sud. La Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial de cacao. Avec 1,2 million de tonnes elle produit 40% du cacao mondial. Cacao et café représente 40% des exportations du pays, le rendant dépendant des cours des produits fixés au Nord.

Lire la suite

La BnF met en ligne des extraits des albums de l'égyptologue Prisse d'Avennes

13 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Culture et réflexions

 

 

 

La BnF met en ligne des extraits des albums de l'égyptologue Prisse d'Avennes

 

 

 Prisse d'Avennes
http://expositions.bnf.fr/egypte/

 Égyptologue, archéologue et ethnologue, Émile Prisse d'Avennes séjourna par deux fois en Égypte au XIXe siècle, s'intéressant autant aux ruines de l'Égypte pharaonique qu'aux monuments islamique. La BnF consacre jusqu'au 5 juin 2011, sur le site de Richelieu, une exposition à ce pionnier de l'égyptologie qui vécut en artiste et ne cessa de dessiner.

«J'ai recueilli de quoi faire le plus bel ouvrage qui ait encore été publié sur l'Égypte », écrit-il en 1860. Il publia quatre recueils d'une grande qualité dont certaines pages sont parfois les derniers témoins de monuments ou de décors à présent disparus : Monuments égyptiens (1847), Oriental album (1848), Histoire de l'art égyptien d'après les monuments (1858-1879), et L'Art arabe d'après les monuments du Kaire (1869-1877). Chacun pourra retrouver en ligne une sélection de ses dessins, commentée par Marie-Claire Saint-Germier, conservateur à la Réserve des livres rares.
 Ces pages d'album sont complétées par une fiche pédagogique téléchargeable et par de la papeterie inspirée par l'oeuvre du célèbre égyptologue.

 

 

 http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/expositions_videos/a.video_prisse_d_avennes.html

 

 

Lire la suite

Cours 2e histoire : Sociétés et cultures urbaines (3)

11 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

IV. Comment apparaît la culture urbaine ?

 

A. Etude de cas : Palerme au XII siècle (pp. 140-141)

 

Site INA (de 2 min 48 jusqu’à la fin) : http://boutique.ina.fr/video/art-et-culture/architecture/CPB80051349/les-nations-s-affirment.fr.html

 

 

1. Quelles sont les communautés présentes dans la ville ? (doc. 2, 3, 4 et 5)

 

2. Quels sont les éléments qui font de Palerme une capitale ? (doc. 1 à 6)

 

3. Comment se manifeste le pouvoir royal ? (doc. 2, 3, 5)

 

4. En quoi la diversité culturelle et économique de Palerme est-elle un facteur de prospérité pour la ville ? (doc. 2,3, 5)

 

BILAN : REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

Sujet : « Comment la diversité des influences culturelles rejaillit-elle sur les activités de la ville, son organisation et sa richesse ? »

 

Palerme, au XII siècle, est une ville cosmopolite en raison de la multiplicité des langues parlées et de la diversité des origines de ses habitants, mais aussi par son architecture (notamment religieuse). Par ailleurs, chaque communauté s’implante dans un quartier spécifique. Cette diversité, voulue par les rois normands, favorise l’essor économique de la cité : contact des marchands des différentes communautés avec leurs « provinces » d’origine, échanges de produits de luxe (soie, or, argent, épices) destinés à la cour, aux nobles et aux fonctionnaires royaux… Cette diversité culturelle rejaillit également sur les activités intellectuelles et artistiques : écrivains et géographes musulmans (Al Idrisi) côtoient ainsi des spécialistes de la mosaïque byzantine et les architectes normands du palais royal ou de certaines églises.

 

 

B. Comment s’opère le brassage des hommes et des idées ?

 

 

Site Ina (2 min 25, en italien) : http://www.youtube.com/watch?v=GhBN5szrbkg&feature=related

 

Pages 142-143 : Ambrogio Lorenzetti, Les effets du bon gouvernement

 

Fresque interactive : http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spiphistoire/IMG/swf/siennes3.swf

 

SITUER L’OEUVRE

1. Dans quel bâtiment cette fresque a-t-elle été peinte ?

 

2. Qui a commandé cette œuvre ?

 

 

ANALYSER LE TABLEAU

3. Quels sont les différents métiers représentés ?

 

4. Quels éléments mettent en valeur la prospérité et le caractère ordonné de la ville ?

 

COMPRENDRE LA PORTEE DE L’OEUVRE

5. Quels éléments valorisent le « bon gouvernement » ?

 

6. Dites pourquoi cette œuvre d’art met en valeur le système communal siennois.

 

7. En quoi cette œuvre est-elle représentative de la vie des cités au Moyen Age ?

 

8. Comment l’artiste représente-t-il l’espace et le mouvement ? Quelles sont les caractéristiques de la pré-Renaissance italienne ?

 

_ La culture urbaine s’affirme à travers les arts et la diffusion du savoir (les villes abritent les universités). Des œuvres d’art comme la fresque d’Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement montre le brassage des hommes venant de la ville (bottiers, charcutiers, tailleurs…) et de la campagne (marchés et foires attirent les paysans dans la ville, des activités agricoles perdurent aussi dans la cité).

_ La ville devient le laboratoire d’une modernité qui annonce, principalement en Italie, La Renaissance.

 

_ Les villes sont de grands centres intellectuels :

*  En France la poésie est enseignée à Orléans, les sciences à Chartres, la théologie à Paris.

* La culture urbaine est également visible à Florence où au XIII siècle le poète Dante Alighieri (1255- 1321) est l’auteur de la Divine comédie, tableau de la civilisation médiévale à son apogée.

 

2e Fiche d’objectifs histoire n°5

 

SOCIETES ET CULTURE URBAINE ( XI XIII siècle)

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Quel est le cadre spatial et chronologique ?

II. Comment l’essor urbain reflète-t-il le dynamisme de l’Europe du XI au XIII siècle ?

            A. Etude de cas : Comment s’explique et se manifeste l’essor urbain de Paris ?

B. Comment l’essor urbain modifie-t-il le paysage de la ville ?

C. Quelles sont les activités et les fonctions de la ville médiévale ?

III. Comment s’organise une ville…

A. Au niveau juridique… ?

B. Au niveau social et économique ?

                        1. Comment est organisé l’espace urbain ?

                        2. Quelle est la hiérarchie urbaine ?

3. Quelles sont les tensions urbaines ?

IV. Comment apparaît la culture urbaine ?

A. Etude de cas : Palerme au XII siècle (pp. 140-141)

B. Comment s’opère le brassage des hommes et des idées ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Mouvement des communes (p. 138) : mouvement de contestation des seigneurs urbains, reposant sur la constitution d’une commune, c’est-à-dire une association de citadins liés par serment.

Hanse (p. 134) : association des villes commerçantes situées au bord de la mer du Nord et de la mer Baltique. Elle se structure à partir de 1241.

Bourgs (p. 134) : noyaux urbains secondaires qui se développent en périphérie des centres urbains anciens, autour d’édifices religieux « bourgs monastiques), de forteresses (bourgs castraux) ou de routes (bourgs commerciaux).

Foire (p. 134) : rencontres commerciales périodiques réunissant des marchands venus d’horizons très lointains, sous la protection des pouvoirs civils.

Compagnons (p. 138) : également appelés valets, les compagnons sont des ouvriers qui ont terminé leur apprentissage mais travaillent encore pour le compte d’un maître.

Université (p. 134) : rassemblement des écoles urbaines nées au XII siècle.

Mouvement des communes (p. 138) : mouvement de contestation des seigneurs urbains, reposant sur la constitution d’une commune, c’est-à-dire une association de citadins liés par serment.

Patriciat (p. 138) : élite de la ville, qui tend à monopoliser l’exercice des fonctions politiques

 

SAVOIR FAIRE

3/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE

4/ JE SAIS REALISER UN SCHEMA EXPLICATIF

5/ JE SAIS ANALYSER UNE ŒUVRE D’ART

6/ JE SAIS REPONDRE A DES QUESTIONS SUR UN TEXTE

7/ JE SAIS REDIGER UN TEXTE

8/ JE SAIS CONFRONTER DES DOCUMENTS DE NATURES DIVERSES

9/ JE SAIS ETUDIER UN PLAN DE VILLE

 

Lire la suite

Cours 2e histoire : Sociétés et cultures urbaines (2)

11 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

III. Comment s’organise une ville…

 

A. Au niveau juridique… ?

 

Texte 3 page 139 : La naissance du consulat d’Arles

Question 1 page 139 : Comment est gouvernée la ville d’Arles ?

 

Arles, tout en gardant des obligations envers son seigneur (l’archevêque) est une commune. C’est-à-dire que les bourgeois de la ville ont obtenu du seigneur une autonomie politique (le consul est « élu » l. 11, 19) et juridique (l. 8 -9).

 

_ Le mouvement des communes permet de créer grâce à une charte de franchise une administration de la ville indépendante du seigneur. En effet dans les années 1070-1130 dans le nord de la France, en Flandre et en Italie du Nord surtout le pouvoir seigneurial est contesté et donne naissance à des communes.

_ Les habitants font un serment en commun (la conjuration). Par ce serment la ville devient une seigneurie collective (la ville exerce son pouvoir (le ban) sur le territoire qui l’entoure : la banlieue).  

_ Les magistrats municipaux sont appelés au nord de l’Europe des échevins, et au sud des consuls.

Mouvement des communes(p. 138) : mouvement de contestation des seigneurs urbains, reposant sur la constitution d’une commune, c’est-à-dire une association de citadins liés par serment.  

 

Charte-de-franchise-de-commune-medievale.jpg

 

 

B. Au niveau social et économique ?

 

                        1. Comment est organisé l’espace urbain ?

 

LIEN TDC (7min02) La ville de Provins au Moyen Age : http://www.cndp.fr/tdc/tous-les-numeros/la-feodalite/videos/article/le-pouvoir-des-villes.html

 

Plan 2 page 139 : Le bourg Saint Vaast d’Arras au XII siècle

Question 1 page 139 : Comment se répartissent les métiers dans ce bourg proche de la ville d’Arras ?

Les artisans d’un même métier se regroupent dans une rue – une rue spécialisée - autour du marché.  

 

Question 2 page 139 : Quelle en est la conséquence pour l’organisation de l’espace urbain ?

Le bourg Saint-Vaast d’Arras montre la nouvelle structuration de l’espace urbain : des quartiers sont définis par leurs activités.

 

_ La ville est organisée au niveau social et économique en quartiers spécialisés dans une activité. En effet les artisans d’un même métier se regroupent dans une rue autour du marché.

_ Des métiers sont au cœur de la vie de la cité, mais sont distingués en fonction de leur statut et de leur richesse :

* Les orfèvres et les métiers d’art (enlumineurs, ivoiriers…), les fourreurs et pelletiers (artisans qui préparent et vendent les peaux) alimentent les marchés de luxe.

* Au contraire les couteliers, tanneurs, les grolliers (qui recyclent les vieux souliers) produisent des objets de la vie courante. 

* les métiers de bouche ou « victuaillers » doivent nourrir les citadins. Ils travaillent dans des boutiques situées dans les rues marchandes.

 

                        2. Quelle est la hiérarchie urbaine ?

 

Texte 3 page 139 : La naissance du consulat d’Arles

Question 2 page 139 : Quelles sont les composantes sociales de l’élite politique arlésienne ?

_ L’élite politique de la Commune est composée de nobles (chevaliers) et de bourgeois, c’est-à-dire de l’habitant d’un bourg ou d’une cité détenant des privilèges. Cette élite s’occupe de la gestion des affaires de la Commune et se nomme le patriciat.

_ Les plus pauvres, brassiers ou manouvriers, forment une part importante de la population : 40% de la population à Albi au XIII siècle.

Patriciat (p. 138) : élite de la ville, qui tend à monopoliser l’exercice des fonctions politiques.

 

Hiérarchie sociale urbaine 

 

3. Quelles sont les tensions urbaines ?

 

Texte 5 page 139 : Des tensions urbaines

Question 1 page 139 : Par quel moyen les administrateurs de la ville assurent-ils leur emprise sur celle-ci ?

Les dirigeants de la ville forment le patriciat urbain et se donnent des avantages au détriment des plus pauvres. Par exemple les dépenses de la ville (entretien des remparts, etc…) retombent sur les plus pauvres.

 

Question 2 page 139 : Quelles sont les réponses possibles à cette domination de la part des autres habitants ?

Les habitants de la ville se révoltent parfois contre le patriciat urbain.

 

_ Dans les communes le pouvoir politique et économique est détenu par le patriciat (nobles et marchands) représentant les plus aisés.

_ Les premiers conflits qui opposent les élites et le peuple surviennent en Italie et en Flandre dès la fin du XIII siècle pour des questions économiques et financières (taxes, travail…). Les émeutes populaires affaiblissent les communes.

 

Lire la suite

Cours 2e Histoire : Sociétes et cultures urbaines (1)

11 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

SOCIETES ET CULTURES URBAINES

8 à 9 heures                             Manuel Belin 2010 Coll David Colon

 

Frise chronologique page 130

 

Introduction : Vers l’an Mil, au lendemain des invasions des Vikings et Hongrois, les villes sont des petits bourgs soumis à des seigneurs ou des évêques. De l’an Mil au XIII siècle l’Europe médiévale connaît une expansion urbaine qui s’accompagne d’un essor commercial sans précédent. Les villes les plus anciennes grandissent et sont vite à l’étroit dans leurs enceintes, tandis que les fondations de villes nouvelles se succèdent à un rythme rapide. 

            Même si neuf personnes sur dix vivent à la campagne, c’est de la ville échappant à la féodalité que partent bien des initiatives qui transforment le monde médiéval.

 

Problématique : 1) Comment l’essor urbain se traduit-il dans les paysages et les sociétés des villes d’Europe occidentale ?

2) Comment les centres urbains deviennent-ils le lieu de l’innovation et du pouvoir tout en participant au développement des échanges dans toute l’Europe ?

(Quelles sont les évolutions annonciatrices de la modernité dans les villes médiévales ?)

 

 

I. Quel est le cadre spatial et chronologique ?

 

Frise chronologique page 130

Quelles sont les deux grandes phases de l’essor urbain ? Qu’est-ce qui les caractérise ?

_ Les deux grandes phases de l’essor urbain sont :

1) la phase de la renaissance des villes anciennes avec une multiplication des bourgs. Cette époque s’étend du XI au XII siècle. Elle se caractérise par le mouvement des communes entre 1070 et 1130, et la naissance des métiers urbains au XII siècle.

2) La seconde phase est l’apogée des villes neuves au XIII siècle. Cette époque se caractérise par la multiplication des confréries de métiers et par les luttes politiques dans les villes. En 1241 se produit un évènement majeur : la création de la Hanse qui associe des villes d’Allemagne du Nord et de la Baltique.

Mouvement des communes (p. 138) : mouvement de contestation des seigneurs urbains, reposant sur la constitution d’une commune, c’est-à-dire une association de citadins liés par serment.

Hanse (p. 134) : association des villes commerçantes situées au bord de la mer du Nord et de la mer Baltique. Elle se structure à partir de 1241.

 

Grand angle L’Europe des villes à la fin du XIII siècle : Questions 1 et 2 page 133.

Question 1 page 133 : L’essor urbain présente-t-il la même intensité partout en Europe ?

Certaines régions européennes semblent peu touchées par l’essor urbain, à la différence des Flandres ou de l’Italie du Nord.

 

Question 2 page 133 : Quels éléments participent à l’essor des villes européennes ?

Le grand commerce et les activités intellectuelles apparaissent comme des conditions favorables à l’essor urbain.

 

CARTE A REALISER

 

 

II. Comment l’essor urbain reflète-t-il le dynamisme de l’Europe du XI au XIII siècle ?

 

            A. Etude de cas : Comment s’explique et se manifeste l’essor urbain de Paris ?

 

 

LIEN : Vision de Paris au Moyen Age en 3D : http://www.youtube.com/watch?v=Z9yOTnSFezg

 

ou : http://www.youtube.com/watch?v=Gz2_BatjU2s

 

ETUDE DE CAS pp. 136-137 : Paris, l’essor d’une capitale

 

1. Comment l’essor de Paris se traduit-il dans l’espace ? (doc. 1, 2)

_ L’essor de Paris se mesure à l’extension spatiale de la ville, matérialisée par le tracé d’une nouvelle muraille de Philippe Auguste. Il est visible également au-delà dans la naissance de bourgs monastiques (autour de Saint-Germain des Prés), commerciaux (au Nord, en direction de Saint-Denis et de la célèbre foire du Lendit). Il se mesure enfin à l’afflux de la population, surtout des paysans du Nord de la France, mais aussi des marchands venus des régions très éloignées (Italie).

Bourgs (p. 134) : noyaux urbains secondaires qui se développent en périphérie des centres urbains anciens, autour d’édifices religieux « bourgs monastiques), de forteresses (bourgs castraux) ou de routes (bourgs commerciaux).

Foire (p. 134) : rencontres commerciales périodiques réunissant des marchands venus d’horizons très lointains, sous la protection des pouvoirs civils.

 

2. Quelles sont les activités économiques qui assurent le dynamisme de Paris ? Quels sont les lieux de ces activités ? (doc. 2, 3, 5)

Le dynamisme de Paris repose sur les échanges, dont le cœur est le quartier des Halles, mais aussi les rives de la Seine et le Grand Pont (il est encombré de boutiques), et les activités artisanales, plutôt localisées sur la rive droite (cf. la Boucherie et le plan des Halles). L’exemple des orfèvres permet d’évoquer l’existence d’un artisanat de luxe, lié à la présence du pouvoir religieux (évêque) et du pouvoir politique (les rois).

 

3. Comment s’organisent les métiers de l’artisanat ? (doc. 5)

_ L’artisanat est organisé en métiers, qui regroupent des maîtres et des apprentis ayant le monopole dans la ville de leur activité, à condition de respecter des règles très strictes, consignées dans les statuts. Le métier dispose d’une organisation autonome : les jurés. Les compagnons ont terminé leur apprentissage mais travaillent encore pour un maître.

Compagnons (p. 138) : également appelés valets, les compagnons sont des ouvriers qui ont terminé leur apprentissage mais travaillent encore pour le compte d’un maître.

 

4. L’essor urbain parisien s’explique-t-il uniquement par des causes économiques ? (doc. 1, 2, 4, 5)

_ L’essor urbain de Paris repose aussi sur son activité intellectuelle, les écoles se sont multipliées au XII siècle sur la rive gauche de Paris, avant la naissance de l’université vers 1200, et sur son rayonnement religieux (cf. la Sainte-Chapelle, qui est une chapelle-reliquaire).

Université (p. 134) : rassemblement des écoles urbaines nées au XII siècle.

 

5. Relever toutes les actions entreprises par les rois pour encadrer l’essor de Paris. Pourquoi l’ont-ils fait ? (tous les documents)

Les rois, notamment Philippe Auguste, sont les artisans de cet essor : fixation dans la ville autour du Palais, mise en défense de la ville (les murailles et le Louvre), encouragement au développement de l’université pour satisfaire les besoins de l’Etat en personnel qualifié, embellissement de la ville et construction de bâtiments prestigieux (Sainte-Chapelle).

 

REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

Sujet : « Comment s’explique et se manifeste l’essor urbain de Paris ? »

 

L’essor de Paris s’explique par la volonté du roi de construire une capitale à l’image de sa puissance, le développement de l’artisanat et du commerce, des activités intellectuelles, et le rayonnement religieux de la ville. La ville est transformée, embellie, agrandie, enrichie. Elle devient attirante.        

 

   

B. Comment l’essor urbain modifie-t-il le paysage de la ville ?

 

 

INA le temps des cathédrale (5 min 12) : http://boutique.ina.fr//video/art-et-culture/architecture/CPB80050064/la-cathedrale-la-ville-l-ecole.fr.html

 

 

Plan de ville 1 page 134 : Léon, la renaissance d’une cité antique

Question 1 page 134 : Quelles formes prend la croissance de Léon au XI et XII siècles ?

En Espagne l’antique ville de Léon, fondée par les Romains au Ier siècle, se développe et se modifie à cause de l’essor urbain : la population urbaine augmente au Moyen Age avec: la cité antique est réurbanisée au XI et XII siècle. Des bourgs nouveaux se développent dans les nouvelles murailles (bourg des Francos, bourg de Saint-Martin) et à l’extérieur des murailles (bourg de Renueva et bourg Cantarranes).

 

Question 2 page 134 : Quelles en sont les conséquences pour la ville ?

            La ville se modifie avec l’aménagement des espaces anciens hérités de l’Antiquité et la création d’espaces urbains (les bourgs).

 

_ La ville est remodelée par l’essor urbain du Moyen Age.

* La population est en forte croissance ce qui provoque la création de villes neuves et la transformation des  cités héritées de l’Antiquité. La ville grandit en dehors de ses murailles avec la naissance de bourgs créés autour d’édifices religieux, de voies commerciales, de châteaux.

* L’aspect de la ville est aussi modifié. Les enceintes (symbole  de l’identité locale et élément important de la défense de la ville) sont agrandies. Dans les remparts les rues de la ville sont étroites et sinueuses. Les maisons sont construites avec des matériaux inflammables (bois, torchis). Les bâtiments en pierre sont rares : les églises, les monastères, les palais… La ville comporte parfois de grandes places pour le commerce avec des bâtiments consacrés au commerce comme les halles.

 

Sceau 4 page 135 : Les murailles

Question 1 page 135 : Quelle image de la ville le sceau de Cahors donne-t-il ?

La ville de Cahors a choisi pour marquer son identité de montrer sur son sceau les bâtiments en durs symboliques de la ville : des murailles ornées de tour pour sa défense et une église avec ses cloches et son clocher.

                En effet, les remparts ont une grande importance : Elles sont érigées, financées et gardées par les habitants de la ville.

 

C. Quelles sont les activités et les fonctions de la ville médiévale ?

 

Plan de ville 1 page 134 : Léon, la renaissance d’une cité antique

Quelles sont les activités de la ville visibles dans les différents bâtiments et places de la cité ?

Fonction politique et judiciaire : palais du roi ; fonctions religieuses : églises et palais épiscopal ; fonctions commerciales : marché principal ; fonctions de défense : les remparts.

 

A l’aide du TP sur Paris, indiquez quelles autres fonctions sont encore possibles dans les villes :

Fonctions éducatives (universités) ; fonctions de production artisanale.

 

_ La ville se caractérise par ses nombreuses fonctions visibles dans ses bâtiments. La cité concentre en effet les fonctions politiques et judiciaires (palais du roi…) ainsi que les fonctions de défense (remparts), les fonctions religieuses (églises et palais épiscopal) et éducatives (universités), les fonctions commerciales (marché principal, Halles) et artisanales (ateliers…).

 

 

Lire la suite

Cours TL/ ES Géographie : Le coeur économique de l'Europe : l'Europe rhénane (2)

6 Avril 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

 

III. En quoi l’Europe rhénane est-elle au cœur de la puissance européenne ?

 

A. En quoi l’Europe rhénane forme-t-elle le cœur économique de l’Europe ?

 

                        1. Quelle est la puissance financière de l’Europe rhénane ?

 

Texte 11 page 171 : Le royaume de l’argent

Quels sont les lieux et l’importance de la puissance financière rhénane ?

_ L’Europe rhénane concentre des banques et des assurances de premier plan grâce à une longue histoire d’accumulation de capital.

* Francfort se trouve au premier rang avec le siège de la BCE et de la Bundesbank.

* Quatre places boursières ont une renommée internationale : Francfort (dont la capitalisation boursière est à peu près équivalente à celle de Paris), Zurich, Amsterdam, Bruxelles.

* Des paradis fiscaux et bancaires sont localisés au Luxembourg (70 000 personnes dans le secteur bancaire), au Liechtenstein et en Suisse. Ces paradis fiscaux sont très attractifs pour les capitaux et spécialisés dans la gestion des fortunes et patrimoines privés. Zurich réalise 80% du chiffre d’affaires des banques suisses qui dépasse 2 000 milliards d’euros. Elle gère le tiers de la fortune transfrontalière mondiale.

 

                        2. Quelle est la puissance industrielle de l’Europe rhénane ?    

 

Tableau 4 page 167 : une économie ouvert sur le monde

+ Carte 4 page 187 : Le Rhin, une grande artère économique

En quoi l’Europe rhénane forme-t-elle une grande région industrielle ?

_ L’Europe rhénane forme un couloir industriel aux industries puissantes desservant plusieurs centres et régions industrielles :

* Rotterdam est une zone industrialo portuaire très dynamique. Ses activités sont principalement liées au pétrole (raffinage et pétrochimie) mais aussi à l’agro-alimentaire.

*  La Ruhr reste une région industrielle de premier plan. L’activité sidérurgique et minière est en repli : la région produit encore 50 millions de tonnes de coke par an mais de nombreuses usines ont fermé, les friches industrielles se sont multipliées et ces espaces sont en cours de reconversion avancée. Mais, l’industrie se diversifie du fait des atouts régionaux : position privilégiée, tradition industrielle, savoir-faire et main d’œuvre de qualité. Les industries qui soutiennent la croissance sont désormais les constructions mécaniques, la chimie et la pharmacie, la haute technologie, les IAA.

* La Vallée du Rhin et du Neckar. Elle comporte un chapelet de villes industrielles. Les activités sont principalement la chimie, la mécanique et l’industrie automobile, l’électrotechnique. Les parcs technologiques centrés sur la RD se sont multipliés dans les secteurs de l’informatique, des biotechnologies et des énergies renouvelables.

  

 (

 

 

Quelles sont les bases de la puissance industrielle de l’Europe rhénane ?

 

 

_ Une concentration  financière précoce est à l’origine des FTN contemporaines :

* du côté allemand : BASF et Bayer dans la chimie, Daimler Chrysler dans l’automobile (3ème constructeur mondial et premier rang en Europe), Siemens.

* Géants néerlandais comme Philips (électronique de consommation), Royal Dutch Shell, (groupe pétrolier anglo-hollandais) ou Unilever.

* Groupes suisses comme Nestlé dans l’agro-alimentaire, Bosch dans l’électrotechnique.

_ L’Europe rhénane exerce une forte attraction sur les IDE et capitaux étrangers (japonais et américains) à cause de la qualité de l’environnement industriel et tertiaire, de l’accessibilité à l’espace rhénan, d’un fort potentiel de consommation. En effet, dans ce dernier cas le  niveau de vie moyen est très élevé avec un RNB/habitant supérieur à la moyenne de 23380 €. Le niveau de salaires est très élevé et le taux d’épargne important.

 

 

 

Quelles sont les difficultés économiques et leurs conséquences dans l’Union européenne ?

_ L’Europe rhénane forme une grande région industrielle. Elle est en effet un haut lieu de la révolution industrielle mais rencontre des difficultés au présent.

* La crise et la reconversion des industries traditionnelles qui affecte les vieilles régions industrielles : Wallonie, Sarre, Ruhr.

* La crise du modèle rhénan du fait de la concurrence des pays à bas salaires engendre des délocalisations importantes vers les länder de l’Allemagne de l’Est, vers les PECO, vers les pays d’Asie du SE aussi

* Le modèle social allemand s’en trouve fragilisé (haut niveau de rémunération et de protection, dialogue social et cogestion avec négociations permanentes). L’indépendance financière s’effrite du fait des prises de participation des fonds de pension américains et des capitaux pétroliers du Moyen-Orient.

 

 

)

 

 

            B. En quoi l’Europe rhénane est-elle le cœur urbain de l’Europe ?

 

                        1. Un espace de forte densité

 

Carte 4 page 173 : Un espace densément peuplé et urbanisé.

Pourquoi peut-on qualifier cette partie du continent « d’Europe des hautes densités » ?

 

_ L’Europe rhénane peut-être qualifiée « d’Europe des hautes densités » car les densités d’occupation du sol sont élevées (densité moyenne d’environ 550 habitants au km²) sur un espace réduit de 750 km de long sur 100 km de large ! De plus, les densités ne sont jamais inférieures à 100 habitants au km² sauf dans les montagnes.

_ Les densités sont parfois très élevées : 1175 habitants au km² en Hollande méridionale, 998 dans la circonscription de Düsseldorf, 710 dans le canton de Zurich !

 

                        2. Les grands ensembles urbains

 

Carte 4 page 173 : Un espace densément peuplé et urbanisé.

Question page 172 : Repérez, nommez et hiérarchisez les grands ensembles urbains qui structurent cet espace rhénan.

(Méthode : du général au particulier)

 

Description générale :

_ L’aire de peuplement urbain s’étale en chapelet le long du fleuve en un semis serré de 60 villes de plus de 100 000 habitants, dont 25 ont plus de 500 000 habitants, aux paysages aérés d’espaces verts et près de 80 millions de citadins (c’est aussi un couloir de la chimie).

_ L’espace rhénan est structuré par un maillage urbain serré. Les villes rhénanes fonctionnent en réseau non hiérarchisé entretenant des liens de concurrence et de coopération à la fois

 

Typologie :

_ L’espace rhénan est structuré par plusieurs grands ensembles urbains, des conurbations.

* La région Rhin-Ruhr comporte 11 millions d’habitants pour 89 communes (dont Cologne, Düsseldorf, Bonn…).

* Le Randstadt Holland comprend 6 millions d’habitants soit 40 % de la population des Pays-Bas répartis sur 3 provinces). C’est une conurbation originale, en forme d’anneau, avec son cœur vert, élaborée autour des agglomérations de La Haye (siège du gouvernement), d’Amsterdam (capitale officielle), de Rotterdam (capitale économique) et d’Utrecht, Leyde, Delft, Haarlem, Hilversum.

* Le triangle Bruxelles-Anvers-Gand comprend 4,4 millions d’habitants.

* La conurbation Rhin-Main comporte 3.2 millions d’habitants, avec les villes de Francfort (siège de la BCE, dont la capitalisation est équivalente à celle de Paris), Mayence.

* La conurbation Rhin-Neckar abrite 2,5 millions d’habitants autour de la ville de Stuttgart.

 

Conurbation polynucléaire (p. 166) : groupement de villes proches les unes des autres, individualisées mais complémentaires et associées dans un système hiérarchisé.

 

BCE (rappel, p. 170) : Banque centrale européenne : créée en 1999, la BCE se substitue partiellement aux banques centrales des pays membres de l’Union économique et monétaire.

                                  

 

                                   3. Le polycentrisme

 

Qu’est-ce qui explique le polycentrisme dans l’Europe rhénane ?

_ Le semis réguliers de villes grandes et moyennes est le résultat d’une politique de décentralisation dans les provinces des Pays-Bas, en Flandre et Wallonie, dans les länder allemands et les cantons suisses.

 

 

Photographie 1 page 172 : Quartier ancien de Cologne, principale ville de la conurbation Rhin-Ruhr

Quels sont les avantages de cette structure urbaine ?

_ La structure urbaine présente l’avantage d’une qualité de vie agréable grâce à l'échelle humaine des villes, qui restent proches du milieu naturel et vivent en symbiose avec les campagnes proches (mouvements pendulaires, loisirs de week-end).

_ La taille modeste des villes n'empêche pas la « métropolisation » grâce au développement de complémentarités (« conurbations », avec une spécialisation des villes qui les composent : Randstad, Rhin-Ruhr, Rhin-Main).

 

Carte 2 page 165 : Un espace organisé par l’axe Rhenan

Quels sont les inconvénients de cette structure urbaine ? (Attention aux limites de l’espace rhénan).

_ Le réseau urbain de l’espace rhénan souffre ne comporte pas de « ville mondiale » capable de rivaliser avec Londres et Paris dans l'attraction du tertiaire supérieur, et notamment des fonctions culturelles, financières et de commandement. Par exemple Londres et Paris rassemblent à elles seules 40 % du total européen des sièges sociaux des grandes entreprises.

 

Même question, mais avec changement d’échelle.

Photographie 6 page 169 : Un trafic saturé

 

_ La structure urbaine entraîne aussi des problèmes environnementaux à cause de l’étalement et de la saturation de l’espace urbain. L’environnement est menacé par la pollution, la saturation des réseaux routiers, la concurrence pour l’espace.

 

 

Quels sont les efforts mis en œuvre pour protéger l’environnement ?

_ Des efforts importants pour protéger l’environnement ont été mis en œuvre. Ils se doublent de la requalification des friches industrielles. Dans les régions de moindre densité urbaine, où l’urbanisation est plus diffuse, l’espace rural est marqué par un processus de périurbanisation et les espaces naturels deviennent des espaces récréatifs.

 

Typologie finale

Croquis page 189 : L’organisation de l’espace rhénan

+ Photographie 10 page 171 : un lieu de pouvoir : Francfort-sur-le-Main

Quelles sont les grandes métropoles de l’espace rhénan ?

_ Les grandes métropoles à la tête du réseau urbain de l’espace rhénan sont des grandes capitales économiques, des centres décisionnels et financiers, mais dont la taille reste modeste au regard des villes mondiales comme Paris ou Londres.

_ Ces villes sont, dans l’ordre décroissant : Amsterdam avec 710 000 habitants, Düsseldorf, Francfort avec 600 000 habitants, et Zurich (la Suisse, le Luxembourg et le Liechtenstein sont des paradis fiscaux et bancaires  attractifs pour les capitaux et spécialisés dans la gestion des patrimoines privés).

_ On trouve aussi les trois capitales politiques de l’UE : Bruxelles, Luxembourg, Strasbourg.

 

 

 

Tle Fiche d’objectifs géographie  n°6

 

LE CŒUR ECONOMIQUE DE L’UNION EUROPENNE : L’EUROPE RHENANE

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES 

 

I. En quoi l’Europe rhénane est un espace transfrontalier ? 

II. En quoi les fleuves du bassin rhénan structurent-ils l’économie et le peuplement ?

A. En quoi le Rhin est-il un fleuve international ?

                               1. En quoi le Rhin est-il une grande artère économique ?

                               2. Pourquoi le Rhin peut-il être qualifié d’« autoroute liquide » ?

B. Quelles sont les infrastructures de transport de l’Europe rhénane ?

                                1. Comment les transports de l’Europe rhénane forment-ils un réseau ?

                                               a. Les nœuds logistiques

                                               b. Le trafic aérien

                                               c. Le trafic ferroviaire

                                               d. Le trafic par voies navigables

                               2. En quoi le Nothern Range est-il une grande façade maritime ?

                               3. En quoi le trafic est-il saturé ?

III. En quoi l’Europe rhénane est-elle au cœur de la puissance européenne ?

A. En quoi l’Europe rhénane forme-t-elle le cœur économique de l’Europe ?

                               1. Quelle est la puissance financière de l’Europe rhénane ?

                               2. Quelle est la puissance industrielle de l’Europe rhénane ?              

                B. En quoi l’Europe rhénane est-elle le cœur urbain de l’Europe ?

                               1. Un espace de forte densité

                               2. Les grands ensembles urbains                                          

                               3. Le polycentrisme

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Nœuds logistiques : lieux concentrant de grands équipements de transport (ports, gares…) et des plate-formes de stockage et de redistribution, interconnectés et complémentaires, en vue d’une gestion optimale des flux de marchandises.

Hub : au sens premier, « moyeu » (d’une roue) ; par extension, point central d’un réseau de transport où est assuré un maximum de correspondances. Dans le domaine aérien, aéroport, centre de redistribution des lignes aériennes.

ICE   : Homologue du TGV en Allemagne.

EVP (Equivalent vingt pieds) : unité de compte qui correspond à la taille standardisé d’un conteneur (20 pieds soit un peu plus de 6 mètres de long).

Façade maritime  : espace géographique d’intenses relations qui inclut non seulement le littoral mais aussi le grand large océanique (l’avant-pays) et l’arrière-pays continental, c’est-à-dire les régions intérieures directement en relation avec les grands organismes urbains et portuaires de ce littoral.

Nothern Range : alignement de ports maritimes sur la Manche et la mer du Nord, s’étirant du Havre à Rotterdam et Amsterdam.

Hinterland : arrière-pays continental d’un port que ce dernier approvisionne ou dont il tire les marchandises qu’il expédie ; son importance est fonction de sa population ; sa profondeur dépend en particulier de la densité et de la qualité des voies de communication qui convergent vers le port.

Roll on / roll off : L'expression, souvent abrégée en « ro-ro », désigne le trafic roulier, signifiant « qui roule pour entrer et pour sortir ». Il s'agit du transport de poids lourds ou de remorques par des bateaux spéciaux appelés « rouliers ».

Conurbation polynucléaire : groupement de villes proches les unes des autres, individualisées mais complémentaires et associées dans un système hiérarchisé.

BCE  : Banque centrale européenne : créée en 1999, la BCE se substitue partiellement aux banques centrales des pays membres de l’Union économique et monétaire.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS L’ESPACE :

 

- Les capitales européennes : Strasbourg, Bruxelles, Luxembourg       - Les capitales nationales

- Les ports du Nothern Range : du Havre à Hambourg – Le premier port mondial : Rotterdam

- Les ports fluvio-maritimes : Duisbourg…

- Les places boursières : Francfort, Zurich, Amsterdam, Bruxelles

- Les principales régions industrielles : Ruhr, vallée du Rhin et du Neckar

- Les conurbations : Rhin-Ruhr, Randstat Holland, Rhin-Main, Rhin-Neckar.

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ANALYSER UNE CARTE

5/ JE SAIS CONFRONTER DES CARTES A PLUSIEURS ECHELLES

6/ JE SAIS REPONDRE A DES QUESTIONS SUR UN TEXTE

7/ JE SAIS ANALYSER UNE PHOTOGRAPHIE

8/ JE SAIS ANALYSER UN TABLEAU STATISTIQUE

 

Lire la suite
1 2 > >>