Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours géographie 1ère S : Valoriser et ménager les milieux

21 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

VALORISER ET MENAGER LES MILIEUX

2 - 3 heures                                                                     Manuel Magnard 2011

 

Lien : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/99/7/05_RESS_S_1_Geo_Th2_284997.pdf

 

Introduction : Le territoire français présente une grande diversité de milieux. Leur gestion, en particulier la valorisation de leurs ressources, est l’objet d’enjeux économiques, sociaux et environnementaux appréciés différemment selon les acteurs qui, à différentes échelles, y interviennent. Des compromis sont de plus en plus recherchés entre « valoriser » et «ménager» ces milieux.

 

Problématiques :

1) Quelles sont les composantes et les caractéristiques du territoire français ?

2) Quelles sont les principales potentialités et contraintes physiques du territoire français ?

3) Quel rôle jouent-elles dans les aménagements et l'organisation du territoire français ?

 

 

I. Quels sont les repères importants du territoire national (climats, reliefs, principaux fleuves, principales contraintes naturelles…) ?

 

Carte A page 320 : Le relief de la France

Carte B page 321 : Les climats de la France

Carte 2 page 85 : Potentialités et risques du territoire français

 

CONSIGNES : A partir des cartes réaliser le schéma sur le sujet suivant : Les repères importants du territoire national. Analyser le sujet, réaliser un tri parmi les informations des cartes, réaliser la légende, tracer le schéma puis placer la nomenclature (nommer les reliefs, les principaux fleuves…).

 

 

  chorême L'organisation du relief en France

 

 

_ Le territoire national (551 000 km² en métropole, 120 000 km² pour les DROM ) présente plusieurs potentialités et contraintes du fait de la grande variété de climats et de milieux.

* La France métropolitaine a un climat tempéré avec des températures moyennes de 15° à Perpignan au sud, 10° à Strasbourg à l’est. Les précipitations sont modérées avec 800 mm par an en moyenne. Les climats présentent diverses nuances : océanique à l’ouest de la France, méditerranéen, continental en Alsace, montagnard sur les Alpes, Pyrénées… La région parisienne avec une température moyenne annuelle de 12° a réussi à créer son propre climat plus chaud de 2 à 3° en moyenne que les campagnes environnantes.

* La diversité des milieux est forte : 5 500 km de littoraux métropolitains (falaises en Bretagne, plages sableuses en Aquitaine…) ; forêts et prairies très présentes dans les moyennes (Massif central, Jura…) et hautes montagnes (Alpes, Pyrénées) ; plaines agricoles dans les bassins parisiens et Aquitains, Alsace) ; zones humides et marais riches en biodiversité.

 

 

 

 

II. Quelles sont les potentialités et les contraintes du territoire français ?

 

 

_ Les contraintes sont les difficultés que présente un milieu pour son occupation ou sa mise en valeur. Sa maîtrise dépend des moyens techniques dont dispose une société. Les potentialités sont les qualités d’un lieu qui pourraient être mises en valeur.

_ Les ressources sont les richesses potentielles offertes par un milieu, exploitable à un coût acceptable.

 

 

            A. Quelles sont les caractéristiques des territoires ultramarins ?

 

Carte 1 page 84 : La France métropolitaine et d’outre-mer

Carte A page 322 : Les départements et régions d’Outre-Mer

D’après les cartes et vos connaissances, indiquez quels sont les espaces ultramarins français et leurs caractéristiques climatiques et naturelles ?

_ La diversité du territoire français est renforcée par la France d’outre-mer.

* La majorité des espaces ultramarins est en milieu tropical. Les Antilles dans l’Océan Atlantique, la Réunion dans l’Océan Indien, la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie dans l’Océan Pacifique sont des territoires avec un climat tropical à deux saisons, une sèche et l’autre humide. La mangrove (qui peut servir à l’écotourisme) ou des récifs coralliens se développent sur certains littoraux (ex. La Réunion).

* La Guyane équatoriale est couverte d’une immense forêt. Ce vaste fragment de l’immense forêt amazonienne est un milieu menacé car, trop grand et sous peuplé, il n’est pas efficacement protégé des exploitations destructrices comme celle des 10 000 chercheurs d’or illégaux défrichant, employant du mercure rejeté dans les eaux et bu par les Amérindiens…

* Saint Pierre et Miquelon et les Terres australes et antarctiques (îles Kerguelen) appartiennent au domaine océanique du froid et du vent.  

 

 

 

(                     Cas de La Réunion

 

T.P. pp. 92-93 : Protéger et valoriser les paysages : la Réunion

Problématiques : Comment le Parc national de la Réunion participe-t-il au développement de l’île ? Quelles contraintes sa gestion fait-elle peser sur les différents acteurs ?

Question 1 page 93 : Quelles sont les caractéristiques naturelles de l’île de la Réunion (doc. 1, 2, 3, 5) ?

La Réunion est une île tropicale (végétation luxuriante, faune exotique) et volcanique (nombreux volcans dont certains sont encore en activité, paysages montagneux vertigineux).

 

Question 2 page 93 : Pourquoi a-t-on inscrit le Parc national de La Réunion au patrimoine mondial de l’Unesco (doc. 2, 3,5) ?

Son Parc national a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco pour la beauté de ses paysages, et parce qu’il rassemble une biodiversité exceptionnelle (nombreuses espèces endémiques).

 

Question 3 page 93 :

* L’île cherche à développer le tourisme vert en valorisant son patrimoine naturel. Grâce au développement de l’activité touristique, de nombreux emplois vont pouvoir être créés.

* Le développement du tourisme sera encadré par le cahier des charges de l’Unesco appliqué aux sites classés patrimoine mondial, et par l’État et la Région dans le cadre du Parc national.

LIEN VIDEO (et/ou article) / incendie sur l’île de la Réunion en 2011

INA Cyclone sur la Réunion en 2002 (2 min 13) : http://www.ina.fr/sciences-et-techniques/la-terre/video/1927854001010/cyclone-dina-a-la-reunion.fr.html

RESUME : L'alerte cyclonique rouge devrait être levée aujourd'hui à la Réunion à 12h00 locales (9h00 à Paris). Le cyclone tropical intense Dina ne présente plus de danger pour l'île après son passage près des côtes, il a cependant provoqué des "dégâts très importants" selon le préfet de la Réunion Gonthier FRIEDÉRICI. De fortes rafales pouvant atteindre les 200 km/h ont frappé l'île et on annonce de fortes pluies pour les heures à venir. Selon un premier bilan, le cyclone n'a pas fait de victimes à l'exception de deux personnes blessées à Saint-Denis mardi matin. Mais il faudra plusieurs jours pour établir un bilan précis, de nombreux endroits de l'île étant encore inaccessibles.

INA Volcan du Piton de la Fournaise : http://www.ina.fr/video/VDD09000536/reunion-departement-le-piton-de-la-fournaise.fr.html

RESUME : Montagne volcanique surgie de la mer, l¿île française de la Réunion est une terre sauvage posée 800 km à l'est de Madagascar. Au sud-est, le volcan du Piton de la Fournaise (2 600 m), actif, a l'élégance de ne pas être dangereux. Coeur brûlant de l'île, cet impressionnant massif présente un paysage de cendres, couleur acier, où s'éteignent peu à peu les dernières bruyères. Au-dessus d'une plaine de sable rouge et noir enchâssée entre des remparts basaltiques, s'ouvre une cuvette de lave grise, parsemée de petits cratères noirs formés lors de récentes éruptions.

Quels sont les risques et les avantages des caractéristiques naturelles de l’île tropicale de la Réunion ?

_ Située dans l’Océan Indien, à 10 000 km de la métropole, La Réunion est une île tropicale présentant une remarquable biodiversité, richesse qu’il convient de protéger et de valoriser pour le développement local.

* En 2007 a été créé un Parc national conforme au nouveau statut adopté pour les Parcs Naturels Nationaux en 2006 : un « coeur », sous protection forte, et une aire plus large, à laquelle les communes concernées sont libres d’adhérer ou non. En 2010, il a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

* Mais le même territoire peut-être soumis à des risques :

- l’insularité et le climat tropical favorable au tourisme est aussi le cadre des cyclones tropicaux qui peuvent dévaster l’île.

- La biodiversité est forte mais fragile, très sensible par exemple à l’érosion torrentielle sur les pentes volcaniques.

- Si à La Réunion le volcan du Piton de la Fournaise ne semble pas constituer un danger, dans d’autres îles comme en Guadeloupe avec le volcan de la Soufrière, où à la Martinique avec l’éruption du volcan Pélée.

LIEN INA (volcan de la Soufrière en Guadeloupe, 2min 28) http://www.ina.fr/video/CAB7600872001/la-soufriere.fr.html

LIEN INA : Eruption du volcan Pelée en Martinique (1min  13): http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/1997253001010/la-montagne-pelee.fr.html

 

 

(       B. Quels sont les risques majeurs auxquels est soumis le territoire français ?

 

Brainstorming : classification

OU TICE : carte mentale (mindmap) à réaliser sur freemind



 Organigramme gestion des risques en France

)







C. Réalisation d’un croquis sur les potentialités et les risques majeurs du territoire métropolitain

 

Réalisation d’un croquis sur les potentialités et les risques du territoire métropolitain

 

REALISER UN CROQUIS : Atouts et contraintes du territoire français.

 

Consigne : A partir de vos connaissances, vous réaliserez un croquis de géographie répondant au sujet.

 



  Croquis à faire Atouts et contraintes du territoire franç

 

Exemple de sujet évaluation : page 293

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Pour réviser : quizz et chronologies

16 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Pour réviser...

 

 

   Voici des liens pour réviser en s'amusant :

 

En histoire :

 

http://www.jeux-historiques.com/

 

Choisissez alors les catégories suivantes :

 

1) Les grandes dates le monde depuis 1945 

 

2) Les grandes dates la France depuis 1945

3) Présidents français.

 

 

QUIZZ historique :

 

Quizz sur la Seconde guerre mondiale : http://www.histoire-en-questions.fr/quiz/deuxieme-guerre-mondiale-quizz.html

 

Quizz sur la guerre froide : http://www.kedifoad.net/histoire/bacpro/Guerre_froide/index.html

Allar sur la page d'accueil, puis après avoir lu les articles, répondre aux questions simples posées pour la guerre de Corée, du Vietnam, etc... (quiiz, vrai/faux, etc...)

 

Et aussi :

 

Autre quizz sur la guerre froide : http://www.quizz.biz/quizz-421003.html

Quizz sur le mur de Berlin:  http://www.quizz.biz/quizz-140360.html

 

En géographie :

 

 

http://www.jeux-geographiques.com/

 

 

Quiz sur les migrations internationales :  http://hdr.undp.org/fr/statistiques/acceder/mobilite/quiz/#top

 

 

 

 

 

Quelques sites pour réviser la chronologie  

 

 

 

 

 

 

Chronologie générale de première : http://hetg.ac-reunion.fr/spip/IMG/ppt/chronologie_g-n-rale_premiere.ppt

 

Frise chronologique sur les quatre thèmes principaux : http://hetg.ac-reunion.fr/spip/IMG/pdf/chrono_generale.pdf

 

 

 

Frise chronologique sur guerre et totalitarisme : http://hetg.ac-reunion.fr/spip/IMG/pdf/guerre_et_totalitarisme.pdf

 

 

 

 

 

TERMINALE L/ES (ancien programme)

 

Chronologies interactives : http://histoire-geo-remiremont.blogspot.fr/2006/09/chronologies.html

 

 

Une chronologie simple : http://www.scribd.com/tewfiq/d/99478-C-h-r-o-n-o-l-o-g-i-e

 

 

Une frise interactive : http://cartoflash.free.fr/motcle/frise.htm

 

Lire la suite

Cours Histoire Tle STMG : L'Union indienne à partir de 1947 3/3

12 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

 

 

 

III. Quelle est la place occupée par l’Inde dans l’espace régional et sur la scène internationale ?

 

            A. Comment l’Inde s’affirme-t-elle sur la scène internationale au niveau diplomatique et culturel ?

 

                        1. Quels sont les liens de l’Inde avec les puissances émergentes ?

 

Photographie 17 page 87 : Le sommet de l’IBAS à Pretoria, 18 octobre 2011

Question 13 page 87 : Quelles sont les caractéristiques communes des pays membres de l’IBAS ?

_L’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud sont trois pays émergent formant depuis 2003 le G3 ou IBAS. Ce groupe se rencontre régulièrement pour discuter de la gouvernance mondiale et du développement.  L’Inde affirme ainsi son statut de nouvelle puissance mondialeau côté d’autres économies émergentes.

 

2. En quoi l’Inde est-elle une puissance culturelle ?

 

Texte 15 page 87 : Bollywood à la conquête du monde ?

Question 13 page 87 : Pourquoi le cinéma est-il représentatif de la place que l’Inde veut tenir dans le monde ?

_Le cinéma indien s’appuie sur plusieurs forces qui sont celles du pays : le plus grand marché cinématographique au monde (3,5 milliards tickets vendus par an), une forte croissance annuelle de 16% et une exportation croissante de ses films dans toute la diaspora indienne. Ainsi Bollywood est devenue le 3e pourvoyeur de films aux Etats-Unis derrière Hollywwod et le cinéma anglais.

 

En quoi l’Inde est-elle également une puissance culturelle ?

_L’Inde affirme un rayonnement culturel caractérisé par une synthèse des cultures indiennes et occidentales par exemple dans le cinéma : Bollywood (contraction de Bombay et Hollywood). Bollywood est le plus important centre au monde en nombre de films tournés.

 

Lien audio (2 min 07) : http://www.rts.ch/info/culture/4872832-le-cinema-indien-de-bollywood-est-centenaire-et-en-pleine-forme.html

Lien sur tournage film Bollywwod (42 secondes) : http://www.vodeo.tv/documentaire/carnets-d-inde-le-cinema

Lien (à partir de 1m 50) : http://www.dailymotion.com/video/x2u656_documentaire-bollywood-arte_news

 

 

 

 

 

            B. Quelles sont les relations de l’Inde avec ses voisins asiatiques ?

 

Relation Inde avec les pays voisins

http://www.youtube.com/watch?v=cCynwtEIVI8

 

Naissance de l’Inde et du Pakistan violences religieuses (La partition de l'Inde entraîna également des suicides collectifs et de nombreux massacres : dans la communauté sikh, les pères exécutent leurs filles afin qu'elles ne tombent pas entre les mains des musulmans ou qu'elles ne soient pas converties à l'islam. Du côté musulman comme du côté hindou, près de 75 000 femmes sont enlevées, violées, torturées et humiliées publiquement (seins coupés). À Calcutta, en août 1946, une Action Day de la Ligue musulmane finit en bain de sang et les mosquées sont profanées. En mars 1947, les émeutes de Rawalpindi dans le Pendjab provoquent la mort de milliers de personnes.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-781732,36-941922@51-940408,0.html      )

 

 

Carte 11 page 86 : L’Inde, puissance nucléaire depuis 1974

Question 9 page 87 : Avec quels pays voisins l’Inde rencontre-t-elle des problèmes ? Pour quelles raisons ?

_L’Inde a connu plusieurs guerres avec ses voisins pour des questions de frontières :

*Pakistan : Dès 1947-1949 se déroule la 1ère guerre indo-pakistanaise, suivie par une 2e en 1965 et une troisième en 1971. Les tensions sont toujours très fortes entre les deux pays comme le montre la confrontation indo-pakistanaise en 2001-2002. L’Inde et le Pakistan sont nés de la partition de l’Empire des Indes britanniques. Les deux pays revendiquent le contrôle de la région du Cachemire indien peuplée en majorité de musulmans.

*Chine : une guerre entre Inde et Chine a éclaté en 1962 pour le contrôle des territoires himalayens. Aujourd’hui la Chine est devenue le second partenaire économique de l’Inde. Le président chinois Hu Jintao s’est rendu en Inde en novembre 2006

 

Texte 12 page 86 : L’Inde, puissance nucléaire depuis 1974

Question 10 page 87 : Quelle solution l’Inde a-t-elle choisie pour garantir ses frontières ?

*L’Inde est une puissance régionalecar depuis 1974 c’est une puissance nucléaire disposant de la bombe atomique comme ses voisins pakistanais (1998) et chinois (1964).

 

Lien CNRS (carte) : http://www.prodig.cnrs.fr/Posters/Perles.pdf

 

Texte 13 page 87 : Les enjeux géopolitiques dans l’Océan Indien

Question 11 page 87 : Avec quelle puissance l’Inde est-elle en concurrence dans l’océan indien ? Quels enjeux sont particulièrement présents dans cette région du monde ?

_L’Inde est en concurrence dans l’océan indien avec la Chine. En effet la Chine pratique la stratégie du « collier de perle chinois », c’est-à-dire a installé plusieurs ports commerciaux sur la voie maritime stratégique menant des pays pétroliers du Golfe jusqu’en Chine. Cela permet à la Chine de sécuriser son approvisionnement en pétrole mais aussi de réaliser un encerclement de l’Inde !

_ Au niveau international l’Inde s’efforce de jouer un plus grand rôle correspondant à son nouveau poids économique et technologique. L’Inde se rapproche de l’ASEAN (en juillet 1996 l’Inde est rentré au forum régional de l’ASEAN), mais aussi de l’Union européenne et des Etats-Unis. En effet l’Inde demande à obtenir un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU qui correspondrait à son nouveau rôle de puissance mondiale.

 

Lien Chine/Inde (7 min05) : http://www.dailymotion.com/video/x113ps6_inde-chine-l-improbable-entente_news

 

 

 


  

Statistiques Inde : http://www.statistiques-mondiales.com/inde.htm

 

FICHE REVISION : L’UNION INDIENNE DE 1947 A NOS JOURS

 

DATES CLES:

INDEPENDANCE DE L’INDE :

1947 : indépendance des Indes britanniques et partition entre Union indienne et Pakistan

30 janvier 1948 : assassinat de Gandhi

1947-1949 : 1ère guerre indo-pakistanaise

JUSQU’AUX ANNEES 1980 :

1948-1951 : Choix de la voie de développement

1949 : Constitution démocratique

1955-1964 : Nehru, leader du tiers-monde

1965 : 2e guerre indo-pakistanaise

1968 : Révolution verte

1971 : Troisième guerre indo-pakistanaise.

1974 : l’Inde dispose de l’arme nucléaire, suivie par le Pakistan (1998).

1984 : assassinat d’Indira Gandhi

DEPUIS LES ANNEES 1990 :

1991 : début des réformes libérales

1991 : Assassinat du premier ministre Rajiv Gandhi

1996 : Défaite électorale du parti du Congrès

1999 : Naissance du milliardième Indien.

2000 : Rapprochement diplomatique avec les Etats-Unis

2003 : début d’un « processus de paix ».

 

VOCABULAIRE

Castes : classes sociales reposant sur le principe de discriminations héréditaires. Interdit par la Constitution, le système des castes organise encore en partie la société indienne.

Démocratie sociale : régime démocratique dans lequel les droits sociaux fondamentaux ainsi qu’une meilleure redistribution des richesses sont affirmés.

Fédéralisme : mode d’organisation d’un Etat dans lequel chacune des entités qui le compose dispose d’une large autonomie et délègue certains de ses pouvoirs à un organe central, dit fédéral.

Révolution verte : transformation de l’agriculture fondée sur l’utilisation de variétés de céréales à hauts potentiels de rendements, l’irrigation, les engrais et la mécanisation. Cette politique a pour objectif l’autosuffisance alimentaire.

Slum : bidonville caractérisé par des constructions réalisées à partir de matériaux de récupération, l’insalubrité et la misère.

Economie émergente : Etat dont le niveau de développement se situe dans une position intermédiaire entre celui des pays riches et celui des pays les plus pauvres, grâce à une croissance économique rapide.

 

BIOGRAPHIES

GANDHI Mohandas (p. 82) : (1869-1948) Avocat de formation, il s’engage contre la domination britannique par des actions politiques non violentes. Dirigeant du Congrès national indien à partir de 1921, plusieurs fois emprisonné, il s’affirme comme un des chefs de la lutte pour l’indépendance. Il est assassiné par un extrémiste hindou.

Une dynastie à la tête de l’Inde :

NEHRU Jawaharlâl (p. 82) : (1889-1964) Membre puis dirigeant du Congrès national indien. En 1947, il négocie la partition de l’Inde et du Pakistan puis leur indépendance. Premier ministre de l’Inde de 1947 à 1964, il engage la modernisation du pays.

Sa fille, Indira Gandhi, dirige le pays de 1966 à 1977, puis de 1980 à 1984, date à laquelle elle est assassinée.

Son fils, Rajiv Gandhi, est à son tour Premier ministre (1984-1989) avant d’être assassiné en 1991.

Enfin, l’épouse de Rajiv dirige le parti du Congrès depuis 1998.

 

CHIFFRES CLES :

L’Inde, un Etat fédéral et multiconfessionnel :

Divisions territoriales : 28 Etats et 7 territoires de l’Union

Langues : 2 langues officielles : l’anglais et l’hindi ; 14 langues constitutionnelles

Religions : 81% d’hindous, 13% de musulman, 2% de chrétiens, 2% de sikhs, 1% de bouddhistes, 1% d’autres religions.

 

L’INDE DE 1947 A NOS JOURS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Inde en 1947

L’Inde aujourd’hui

Population

380 000 000 d’habitants

1 211 000 000 habitants

Politique

- Une indépendance précoce, mais dans un contexte de guerre civile qui conduit à la division entre Inde et Pakistan.

- Une démocratie en construction

- Un poids international faible. 

- Des tensions persistantes avec le Pakistan.

- Une démocratie toujours fragile (inégalités hommes-femmes, castes, tensions religieuses, potentats locaux)

- Des ambitions diplomatiques régionales et internationales.

Le système des castes

- Rigide et très inégalitaire, il exclut les intouchables.

- Assoupli, il a permis la promotion de certains individus issus des basses castes.

Economie

- Essentiellement agricole.

- Dépendante du Royaume-Uni et repliée sur elle-même.

- Essor spectaculaire des secteurs industriels et tertiaire au XXI siècle.

- Insérée dans les réseaux de la mondialisation.

Pauvreté

- Touche la majorité de la population.

- Famines et épidémies frappent durement les populations.

- Recul de la pauvreté, constitution de classes moyennes.

- Plus de 300 millions de personnes souffrent encore de malnutrition.

Une mosaïque d’ethnies, de langues, de coutumes, de cultures et de traditions

Lire la suite

Cours Histoire Tle STMG : L'Union indienne à partir de 1947 2/3

12 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

II. Quels sont les choix de développement, leurs évolutions et leurs résultats ?

 

            A. En quoi l’Inde est aujourd’hui un pays émergent ?

 

                        1. Quels sont les contrastes dans le niveau de développement ?

 

Tableau statistique 7 page 84 : De profondes mutations économiques et sociales

Question 6 page 85 : Quels indicateurs permettent de caractériser l’Inde comme un « pays émergent » ?

L’Inde est un pays émergent car le pays connaît une forte croissance du PIB (147 dollars par habitant en 1961, 933 en 2012). Ce recul de la pauvreté permet la formation d’une classe moyenne.  De plus, l’économie s’est transformée : l’Inde est devenu un pays exportateur (2,2 milliards de dollars d’exportations en 1961, 20,8 en 1991, 220,4 en 2012). De plus, la population active est de moins en moins agricole (72,5 en 1961, 51,1 en 2012) et de plus dans le secteur industriel et tertiaire (11,5 en 1961 à 22,4 en 2012 pour le secondaire ; 16 à 26,5 pour le secteur des services).

Enfin, les indicateurs de développement humain montre une amélioration : recul de la mortalité infantile (de 139 pour mille en 1961 à 46 pour mille en 2012) et de l’analphabétisme (71,7% en 1961, 37,7% en 2012 avec une inégalité homme (26,5%) femme (48,7%).

_En 1947 la situation économique de l’Inde est caractérisée par de profondes inégalités : les castes supérieures forment une élite moderne, mais il existe une très grande pauvreté de masse, ainsi que des écarts régionaux importants entre les différents Etats.  

_En 1991 débute es réformes libérales transformant l’économie et la société du pays. En 2012 l’Inde dispose d’une économie émergenteavec une forte croissance du PIB et des exportations (2,2 milliards de dollars en 1961 et 220,4 milliards en 2012).

_ La société s’est transformée avec un recul de la pauvreté de masse et la formation d’une classe moyenne. La mortalité infantile diminue (de 139 pour mille en 1961 à 46 pour mille en 2012) ainsi que l’analphabétisme.

Economie émergente : Etat dont le niveau de développement se situe dans une position intermédiaire entre celui des pays riches et celui des pays les plus pauvres, grâce à une croissance économique rapide.

 

En quoi l’Inde est un pays de contraste ?

_L’Inde est un pays de fortes inégalités :

* inégalités hommes femmes : par exemple le taux d’analphabétisme (37,7% en 2012) est de 26,5% pour les hommes mais de 48,7% pour les femmes.

*Inégalités économiques : 260 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté alors que 100 Indiens possèdent 276 milliards de dollars 

 

Lien D carte Inde (10 min 24) : http://www.youtube.com/watch?v=vfZ535m8JJg

http://www.youtube.com/watch?v=BoVDzw88Itw

http://www.youtube.com/watch?v=lH2dhxFEen8

 

Photographie 10 page 85 : Le quartier de Worli à Mumbai en 2012 

Question 8 page 85 : A quelles difficultés le développement de l’Inde est-il encore aujourd’hui confronté ?

La population pauvre de l’Inde habite dans de nombreux et parfois gigantesques bidonvilles nommés slums. Les conditions de vie sont insalubres avec des habitats construits en matériaux de récupération et des services (égout, eau courante et électricités…) manquants.

_En Inde la pauvreté de masse affecte 240 millions de personnes et plus de 300 millions de personnes souffrent de malnutrition. Les pauvres vivent dans des bidonvilles nommés slums.

_ A l’échelle locale ses inégalités se retrouvent dans les villes comme Mumbai avec la coexistence de quartiers aisés et de bidonvilles comme celui de  Dharavi où 800 000  personnes vivent sur 215 hectares(entre deux lignes de chemin de fer et jouxte le nouveau quartier d’affaires central de Bandra-Kurla.). En fait, dans lamégapole de Mumbai comportant 20 millions d’habitants, la moitié des habitants vivent dans un bidonville.

Slum : bidonville caractérisé par des constructions réalisées à partir de matériaux de récupération, l’insalubrité et la misère.

 

                        2. Quelles sont les manifestations de la croissance économique indienne ?

 

Site de Tata avec des publicités pour les différentes activités Tata : Jaguar et Land Rover, hôtels et bijoux, etc. : http://www.tata.com/

 

Carte 8 page 84 : L’empire industriel Tata

Texte 9 page 85 : Le retour des cerveaux 

Question 7 page 85 : Dans quels secteurs l’économie indienne joue-t-elle un rôle mondial ?

_L’économie indienne s’affirme au niveau international comme le « bureau du monde » dans les services informatiques. Les « cerveaux » indiens, très bien formés dans les domaines de la finance, des technologies de l’information et de la médecine reviennent en Inde avec une expérience internationale (Etats-Unis, Emirats arabes unis…).

 _ Des FTN indiens comme Tata Group se déploient dans de nombreux secteurs : Tata motors fabrique des véhicules pour le marché indien et a racheté en 2008 Jaguar et land Rover. Tata Group est aussi présent dans la sidérurgie, les systèmes d’information, les hôtels, l’industrie et la chimie… Tata dont le siège social est à Bombay réalise 100 milliards de dollars de chiffre d’affaires, dont 60% à l’étranger en 2008. Il emploie à cette date 450 000 salariés dans 80 pays.

FTN (firme transnationale) (p. 184) : entreprise exerçant ses activités dans plusieurs Etats, directement ou par l’intermédiaire de filiales. Une grande partie de son chiffre d’affaires étant réalisée par ses filiales de l’étranger, la FTNmet en place une stratégie spatiale qui articule les espaces de conception, de production et de commercialisation afin d’optimiser ses affaires.

 

Lien Tata :http://www.capital.fr/enquetes/histoire-eco/les-50-plus-grands-patrons-de-l-histoire/ratan-tata-ne-en-1937-tata-group-il-a-modernise-et-mondialise-le-premier-groupe-industriel-indien

 

 

 

 

            B. Quel est le bilan de la Révolution verte ?

 

Texte 6 page 84 : La « révolution verte » vue par l’un de ses initiateurs

Question 5 page 85 : Définissez ce qu’est la « révolution verte ». Quel bilan peut-on en tirer ?

La « révolution verte » selon le texte peut être définie comme une augmentation de la production agricole grâce aux efforts réalisés pour « moderniser les structures » (l. 3) c’est-à-dire par la mécanisation (utilisation de tracteurs et machines agricoles), « développer l’irrigation » (l. 3-4), en employant des « semences à haut rendement » (l.4) dans le but « d’être autosuffisante en matière d’alimentation » (l. 5-6).

_ La révolution verte consiste en une transformation de l’agriculture fondée sur l’utilisation de variétés de céréales à hauts potentiels de rendements, l’irrigation, les engrais et la mécanisation. Cette politique a pour objectif l’autosuffisance alimentaire.

Révolution verte : transformation de l’agriculture fondée sur l’utilisation de variétés de céréales à hauts potentiels de rendements, l’irrigation, les engrais et la mécanisation. Cette politique a pour objectif l’autosuffisance alimentaire.

 

Quel bilan peut-on en tirer ?

_ Le bilan de la révolution verte est contrasté :

* Au niveau agricole et alimentaire : La sous-alimentation disparaît grâce à l’augmentation vertigineuse de la production de céréales (de 6 millions de tonnes de blé en 1947 à 75 millions en 1975) mais la malnutrition peut continuer à cause d’un manque de viandes, de corps gras, etc....

* Au niveau social : les propriétaires des grandes exploitations capables d’investir ont bénéficié de la Révolution verte pour s’enrichir, mais les paysans petits paysans avec peu de terres ont sans terres (« un quart de la population active de l’Inde) sont dans une situation économique difficile (surendettement puis ruine) provoquant de nombreux suicides.

* Au niveau environnemental : L’excès d’engrais et de pesticides, la forte consommation en eau provoquent des problèmes écologiques.

 

Suicide en Inde (lien texte et graphiques linéaires) : http://sociologie.revues.org/1265?lang=en

 

 

Lire la suite

Cours Histoire Tle STMG : L'Union indienne à partir de 1947 1/3

12 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

L’UNION INDIENNE A PARTIR DE 1947

Manuel Hachette 2013                                                                               3 heures

 

Programme : http://cache.media.education.gouv.fr/file/33/80/0/STMG_hist_geo_225800.pdf

 

Introduction : L’Inde comporte un milliard cent million d’habitants en 2006 et 670 millions d’électeurs inscrits. La plus grande démocratie du monde n’est indépendante que depuis 1947. Elle comporte de nombreuses religions. Aujourd’hui, la population indienne augmente de 19 millions d’individus par an qu’il faut nourrir, loger, éduquer puis trouver un travail.

Problématique : Comment un pays d’un milliard d’hommes a-t-il surmonté les conflits religieux, la pauvreté et une forte démographie ?

 

I. Quel est le système politique adopté par l’Union indienne après l’indépendance ?

 

            A. En quoi l’Union indienne est-elle la « plus grande démocratie du monde » ?

 

Texte 1 page 82 : La Constitution de l’Inde, 1950

Question 1 page 83 : Sur quels grands principes la Constitution indienne a-t-elle été établie ?

La Constitution indienne est établie sur des principes démocratiques visibles dans plusieurs dispositions de l’article 14 : état de droit avec une démocratie « République » garantissant la justice, la liberté  (pensée, expression, culte), l’égalité (de statuts et des chances) et enfin la fraternité.

L’Inde est une « République souveraine » (l. 3) avec une Constitution.

_En 1949, sous l’impulsion du premier ministre Nehru, l’Union indienne adopte une constitution démocratique. L’Union indienne est une démocratie sociale affirmant des droits sociaux fondamentaux et l’égalité des statuts entre individus, la liberté de pensée et de culte.

Démocratie sociale : régime démocratique dans lequel les droits sociaux fondamentaux ainsi qu’une meilleure redistribution des richesses sont affirmés.

 

TP page 96 : Schéma de la Constitution indienne page 96

 

Question 1 page 96 : Qui détient le pouvoir législatif ? Le pouvoir exécutif ?

* Le pouvoir de faire les lois est détenu au niveau national par deux Chambres (système du bicaméralisme) : la Chambre du peuple (545 membres élus pour 5 ans) et la Chambre des Etats (245 membres élus pour 6 ans).

* Le pouvoir d’appliquer les lois est détenu au niveau national par le président de la République et par le Premier ministre.

 

Question 2 page 96 : Comment le président de la Républiqueest-il élu ?

Le président de la République est élu par le suffrage indirect par les deux Chambres législatives nationales (Chambre du peuple et Chambre des Etats) et par les assemblées législatives des Etats.

 

 Question 3 page 96 : Les pouvoirs de l’exécutif et du législatif sont-ils équilibrés ? Justifiez votre réponse.

Les deux pouvoirs législatifs et exécutifs sont équilibrés car le premier ministre et son gouvernement sont responsables devant la Chambre, et donc peut-être renversé par le pouvoir législatif. Mais, le pouvoir exécutif peut, par l’action du président de la République, dissoudre la Chambre en cas de crise.

 

 Question 4 page 96 : Quelle est la particularité de l’organisation politique de l’Etat indien ?

_ L’Etat indien est organisé avec un pouvoir législatif comportant deux Chambres (sur le modèle anglais du bicaméralisme).

_ L’Etat indien est basé sur le fédéralisme (modèle politique américain) avec 28 Etats (et 7 territoires) disposant au niveau local d’assemblée législative et d’un gouvernement.

Fédéralisme : mode d’organisation d’un Etat dans lequel chacune des entités qui le compose dispose d’une large autonomie et délègue certains de ses pouvoirs à un organe central, dit fédéral.

 

Question 5 page 96 : Caractérisez le régime politique de l’Inde.

_La démocratie indienne est parlementairecar, pour gouverner, le premier ministre doit s’appuyer sur une majorité à la Chambre du peuple.

 

Photographie 2 page 83 : Une affiche électorale du Congrès national indien pour les élections législatives en 1967

Frise chronologique 3 page 83 : Les majorités au Parlement indien

Photographie 4 page 83 : Les élections municipales à Mumbai, février 2012.

Question 2 page 83 : En quoi la vie politique indienne témoigne-t-elle d’un réel fonctionnement démocratique ?

_L’Inde est la plus grande démocratie du monde avec 700 millions d’électeurs en 2012.

_La vie politique a longtemps été dominé par le parti du Congrès, le parti de Gandhi dans sa lutte pour l’indépendance de l’Inde. Les dirigeants du pays se recrutent principalement dans une dynastie : celle de Nehru premier ministre de 1949 à 1964, puis de sa fille unique Indira Gandhi qui a été premier ministre de 1966 à 1977, puis de 1980 jusqu’à son assassinat en 1984 ; son fils Rajiv Gandhi a été premier ministre à son tour de 1984 à 1989 puis a été assassiné en 1997 par une extrémiste tamoule. Depuis 1989 les partis alternent au pouvoir.

GANDHI Mohandas (p. 82) : (1869-1948) Avocat de formation, il s’engage contre la domination britannique par des actions politiques non violentes. Dirigeant du Congrès national indien à partir de 1921, plusieurs fois emprisonné, il s’affirme comme un des chefs de la lutte pour l’indépendance. Il est assassiné par un extrémiste hindou.

NEHRU Jawaharlâl (p. 82) : (1889-1964) Membre puis dirigeant du Congrès national indien. En 1947, il négocie la partition de l’Inde et du Pakistan puis leur indépendance. Premier ministre de l’Inde de 1947 à 1964, il engage la modernisation du pays.

 

(

Quelles ont été les politiques extérieures de la dynastie Nehru-Gandhi ?

_Nehru a été un des promoteurs du non-alignement au congrès de Bandung en 1955 et de Belgrade en 1961. Indira Gandhi doit cependant, pour trouver des alliés contre le Pakistan allié aux Etats-Unis, accepter de se rapprocher de l’URSS.

)

 

 

Quelles sont les limites et les faiblesses de la démocratie indienne ?

_La démocratie indienne connaît des limites et des fragilités :

*la classe politique est corrompue et a depuis 1970 des liens avec la pègre. Les électeurs sont achetés ou terrorisés. Des mafieux ont des appuis politiques.

*la montée du nationalisme hindoue constitue une menace pour les minorités à cause des violences religieuses et d’un rôle politique plus réduit.

 

 

 

 

            B. En quoi la démocratie indienne est-elle fragilisée par les divisions communautaires et les discriminations sociales ?

 

http://www.wat.tv/video/inde-future-puissance-demain-fdee_2g1eh_.html

 

                        1. Quelles sont les divisions et les violences religieuses?

 

Carte 11 page 86 : Des territoires disputés depuis 1947 

Quelles sont les religions présentes sur la carte ? En existent-ils d’autres ?

_L’Union indienne est un pays comportant une grande diversité religieuse. L’hindouisme est majoritaire (878 millions de fidèles, 81% de la population), l’Islam comprend 150 millions d’adeptes (13% de la population). Les chrétiens sont 25 millions (2 %), les sikhs 18 millions (2% de la population) sont surtout présent au Pendjab. Le bouddhismeest en plein essor avec 7,5 millions de personnes (1% de la population) et un fort mouvement de conversions parmi les intouchables des hors castes.

_L’Inde est le pays de la diversité avec par exemple de nombreuses langues : 2 langues officielles (l’anglais et l’hindi) et 14 langues constitutionnelles.

 

Texte 1 page 82 : La Constitution de l’Inde, 1950

Comment l’Etat indien s’efforce-t-il d’éviter les violences religieuses ?

_La constitution de l’Etat indien affirme la laïcité, c’est-à-dire la « liberté de croyance et de culte » pour toutes les religions.

_Néanmoins, les violences religieusessont nombreuses. Par exemple en 1984, après l’assassinat d’Indira Gandhi par un sikh, la communauté sikh est victime de pogroms. En 1992 des violences entre hindous et musulmans à Bombay font plus de 2000 morts.

 

 

                        2. Quelles sont les discriminations sociales liées aux castes ?

 

Texte 5 page 83 : Les castes existent encore

Question 3 page 83 : Quels problèmes politiques et sociaux l’Inde doit-elle résoudre pour que les principes de 1950 soient appliqués ?

L’Inde doit résoudre de nombreux problèmes politiques et sociaux. En effet les principes d’égalité et de fraternité affirmée dans la Constitution de 1950 ne sont pas respectés avec le maintien de l’existence des castes.

_Les castes ont été supprimées par l’article 15 de la Constitutionde 1950. Cependant elles existent encore dans les faits avec des discriminations sociales (métier méprisé et faiblement rémunéré, ségrégation socio-spatiale avec des habitations à l’écart du village).

_L’abolition des castes par le pouvoir politique ne suffisant pas, des promesses sont faites à ces électeurs d’établir un programme de promotion des basses castes par une politique de discrimination positive.

_ Dans les années 1990, on assiste à l’éveil politique des « basses castes » dont le nombre de députés a été multiplié par deux. Un intouchable, K. R. Narayanan, a même pu parvenir en 1997 à la présidence.

Castes : classes sociales reposant sur le principe de discriminations héréditaires. Interdit par la Constitution, le système des castes organise encore en partie la société indienne.

 

 

 

 

3. Quelles sont les discriminations sociales pesant sur les femmes ?

 

Photographie page 88 : Une école primaire à Dharavi + texte au-dessus

Quelle est la situation des femmes en Inde ?

_La situation des femmes en Inde montre de grandes discriminations à cause des traditions patriarcales (donnant le pouvoir au père de famille) dévalorisant la femme. 90% des mariages en Inde sont des mariages « arrangés », l’infanticide est important avec chaque année près de 7% des filles tuées à la naissance.

_Les violences sur les femmes et les viols sont nombreux, mais suscitent des mouvements de contestation de plus en plus importants. 

 

Lien ( 27 secondes, bande annonce Arte)  http://www.programme-tv.net/videos/bandes-annonces/21752-inde-la-violence-faite-aux-femmes-arte-3-decembre/

Lien AFP (1min09) : http://www.dailymotion.com/video/xzho6v_inde-l-onu-condamne-les-violences-faites-aux-femmes_news

 

 

TP page 97 : Politique démographique de l’Inde

Question 1 page 97 : Quelle politique démographique a été menée dans l’Inde indépendante ? Précisez-le à l’aide du document 1.

L’Inde a mené une politique d’incitation à la limitation des naissances à travers l’établissement d’un « planning familial ». L’Inde a mis en place des publicités et des incitations financières destinées à inciter les hommes et les femmes à accepter une stérilisation.

 8 millions de personnes ont été stérilisée en Inde en 1975, environ 4 millions en 2000.

 

Question 2 page 97 : Pour quelles raisons cette politique a-t-elle été menée ?

_L’Inde est un pays qui a connu une forte croissance démographique. Le nombre d’habitant est passé de 390 000 000 en 1947 à 1 211 000 000 aujourd’hui. 19 millions de bébés Indiens naissent chaque année encore aujourd’hui. Or, la pauvreté de masse est une réalité en Inde avec 18% de la population sous-alimentée par exemple. Les incitations financières (70 roupies pour une stérilisation féminine [environ 90 centimes d’euros]) concernent cette population pauvre.

Le nombre moyen d’enfants par femme est passé de 6 en 1950 à 3 en 2000.

 

Question 3 page 97 : Quel problème de l’Inde aujourd’hui le document 2 soulève-t-il ?

L’Inde est confrontée au problème du déséquilibre des sexes avec les femmes manquantes « au nombre de 35 millions » (l. 5). Cela se traduit par un déséquilibre important des sexes : « 927 filles pour 1000 garçons » chez les enfants de moins de 6 ans » l. 1-2.

 

Question 4 page 97 : Relevez les raisons de la situation décrite par le texte

Le déséquilibre des sexes et le manque de femmes a plusieurs explications :

* Les comportements des futurs parents ne désirant pas de filles, ce qui aboutit à des avortements sélectifs remplaçant les infanticides : « « élimination des fœtus de sexe féminin », « échographies qui permettent d’interrompre des millions de grossesses ».

* le manque de soins pour les petites filles pour l’accès à la nourriture, les soins médicaux, l’éducation… le travail est aussi plus précoce.

* Les mentalités et les pratiques socio-économiques : « causes religieuses mais surtout socio-économiques » avec le coût élevé pour la famille de la dot.

 

Question 5 page 97 : Quelles relations pouvez-vous établir entre les deux documents ?

L’Etat et les pratiques des familles aboutissent à diminuer la fécondité en Inde, par un « planning familial » et par des avortements sélectifs et la négligence des jeunes filles. Ainsi, la politique démographique est révélatrice du statut inférieur de la femme ce qui est visible pour le document 2 par le nombre de femmes manquantes et pour le document 1 par le coût inférieur de la stérilisation d’une femme par rapport à la stérilisation d’un homme.

_Les mentalités et les comportements en  Inde sont défavorables aux femmes : la pratique de la dot rend difficile et très coûteux leur mariage, les avortements sélectifset les négligences  parfois mortelles causent un déséquilibre entre les sexes (35 millions de femmes manquent en Inde).

 

 

 

 

Lire la suite

Cours Géographie 1ère S : La région territoire de vie, territoire aménagé 3/3

12 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

III. Etude de cas : La région Champagne-Ardenne

3 à 4 heures

            A. Quelles sont les caractéristiques et l’identité de la région Champagne-Ardenne ?

 

                       

Comparer les statistiques population, superficie, densité : France Champagne

 

Qu’est-ce qu’une région ?

_Une région est une division administratived’un pays qui sert à celui-ci (à la France et à l’Union européenne) à aménager ce territoire localement. La Francecompte 27 régions, dont 22 régions en métropole, avec des pouvoirs augmentés par les lois de décentralisation de 1982-83, et la loi constitutionnelle de 2003.

Région (p. 314) : regroupement de départements créé en 1955, la région devient une collectivité territoriale par les lois de décentralisation de 1982 avec un Conseil régional élu au suffrage universel. On compte 22 régions métropolitaines. Les cinq départements d’outre-mer ont également le statut de Région.

 

 

TEST sur la région Champagne-Ardenne

 

Site de la région avec les chiffres : http://www.cr-champagne-ardenne.fr/?SID=302

Site INSEE avec cartes ‘aires urbaines, pyramides des âges, établissements) :

http://www.insee.fr/fr/regions/champagne-ardenne/default.asp?page=faitsetchiffres/presentation/presentation.htm

Lien Internaute (économie avec courbes chômage, imposition…) :

http://www.linternaute.com/ville/champagne-ardenne/region-21

 

A l’aide de vos connaissances dites quelles sont les caractéristiques de la Champagne-Ardenne ?

_ La superficiede la région est de 25 605 km² soit 4,7% du territoire national. Mais la densitéest inférieure de moitié à celle de la France (52 hab. km² contre 114) à cause d’un faible niveau de peuplement (1 335 00 habitants en 2014. La Champagne-Ardenneest l’une des cinq régions les moins peuplées de France et la seule à perdre des habitants entre 1999 et 2006.

_37% de la population habite dans les campagnes et 62% du territoire de la région est consacrée à l’agriculture : orge ; choux à choucroutes et betteraves sucrière (2erang national), des fromages réputés (chaource, époisses) et surtout le vin de champagne assurant 21% du commerce extérieur de la région. On compte 24 000 exploitations agricoles et viticoles. On compte également 701 000 hectares de forêts, soit 27% du territoire régional.

_La Champagne-ardenneest à la fois la 4erégion agricole française, la 2erégion agro-alimentaire et la 4erégion céréalière française.

 

 

 

I. Comparer les statistiques population, superficie, densité : France Champagne

 

II. Test sur la région Champagne-Ardenne

A. Région administrative :

1. Combien a-t-elle d’habitants ?

 

2. Quel est le nom de la préfecture de région ?

 

3. Quels sont les départements qui la composent ?

 

4. Donner le nom des villes préfectures de ces différents départements ?

 

B. Région physique :

5. Quelles sont les principales caractéristiques du relief de cette région ?

 

6. Quelles sont les principales caractéristiques de son climat ?

 

7. Quels sont les principaux cours d’eau qui traversent cette région ?

 

8. Qu’est-ce qui entoure la région (autres régions, mers et océans, pays….) ?

 

C. Une région touristique ? :

9. Citer quelques lieux ou monuments touristiques.

 

 

 

Test sur la région Champagne-Ardenne

I. Région administrative :

1. Combien a-t-elle d’habitants ?

1 338 500 habitants

2. Quel est le nom de la préfecture de région ?

Châlons-en-Champagne

3. Quels sont les départements qui la composent ?

Haute-Marne, Ardennes, Aube, Marne.

4. Donner le nom des villes préfectures de ces différents départements ?

Charleville-Mézières, Châlons-en-Champagne, Troyes, Chaumont.

 

II. Région physique :

5. Quelles sont les principales caractéristiques du relief de cette région ?

L’altitude varie de 200 à 500. Ce sont principalement des plaines.

6. Quelles sont les principales caractéristiques de son climat ?

Climat continental. Etés chauds et hivers froids.

7. Quels sont les principaux cours d’eau qui traversent cette région ?

La Marne, La Meuse.

8. Qu’est-ce qui entoure la région (autres régions, mers et océans, pays….) ?

Ile-de-France, Picardie, Lorraine, Bourgogne, Franche-Comté.

 

III. Une région touristique ?  :

9. Citer quelques lieux ou monuments touristiques.

Cathédrale de Reims, Château de Sedan.

 

 

Transparents ou diaporama : caractéristiques socio-économiques de Champagne-Ardenne

OU

  Site INA : http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-economique/video/CAB97012848/tgv-et-champagne.fr.html  TGV et Champagne : la viticulture et le transport, deux secteurs économiques de la Champagne-Ardenne.   

 

En quoi les deux activités économiques présentées sont-elles caractéristiques de la région ?

_ La viticulture prestigieuse du Champagne pèse un poids déterminant au sein de l’économie champenoise. Mais, la liaison ferroviaire dans cette région entre Paris et la dorsale européenne est également importante même si les retombées économiques valorisent Reims et non le reste de la région périphérique ou rurale.

 

En quoi cette opposition des deux secteurs montre les difficultés de l’aménagement de la Champagne-Ardenne ?

_ L’économie champenoise est déséquilibrée au profit de la viticulture, alors que les autres activités économiques (industries textiles et métallurgiques par exemple) souffrent d’une reconversion difficile, des délocalisationspour des pays où la main-d’œuvre est moins chère. Le chômage est importanten Champagne-Ardenne.

_ La Champagne-Ardenneest traversée plus que valorisée par les différents moyens de transport. On parle à ce sujet d’effet tunnel.

 

_La région Champagne-Ardenne, figure traditionnellement parmi les régions les plus riches de France. Elle se situe dans le 1erquart des régions françaises au classement sur le produit intérieur brut par habitant (96). Celui-ci lui confère le 85èmerang (sur 206) des régions européennes, la plaçant au même niveau que la Catalogne ou la région de Madrid en 2010.

_ Elle dispose d’un atout considérable qui a forgé son image de marque et sa renommée en France et dans le monde entier : le vin de Champagne. Symbole du raffinement et de l’art de vivre à la française, il est produit depuis plusieurs centaines d’années aux environs d’Epernay et de Reims et constitue un véritable pôle commercial qui concourt favorablement au produit intérieur brut régional (environ le quart). En effet 338 millions de bouteilles sont vendues, dont 44% à l'étranger.

 

Quelles sont les autres forces et faiblesses économiques de la région ?

_Sur le plan économique, la Champagne-Ardenne est la 5èmerégion industrielle (part de l'emploi salarié industriel), avec une forte tradition dans les secteurs du travail des métaux (3erégion métallurgique française en 2010) et du textile (5e région française en termes d'effectif salarié dans le textile). Néanmoins, elle offre des disparités de développement entre la partie "ouest", entraînée par la dynamique de l’Ile-de-France, et la partie "est" de la région qui apparaît plus fragile.

 

B. Quelle est la politique d’aménagement du territoire régional   ?

 

                        1. En quoi la position de carrefour européen de la région Champagne-Ardenne peut-être un atout et en enjeu dans l’aménagement régional ?

 

Transparent : Positionnement de la région Champagne-Ardenne par rapport à l’Europe et à la France

Position CA par rapport à l’Europe : http://www.champagne-ardenne.cci.fr/static/pdf/information_economique/chiffres-cles_economie_c-a/carteEurope.pdf

Transportsen CA : http://www.champagne-ardenne.cci.fr/static/pdf/information_economique/chiffres-cles_economie_c-a/carte_region.pdf

 

Sur quels axes est située la région par rapport à la France ? A l’Europe ? Est-ce un avantage dans les deux cas ?

_ La région est dans l’axe Paris-Est de la France(Strasbourg…)

_La région Champagne-Ardenne est située à proximité de la mégalopole européenne.

 

_La proximité de la capitale a plusieurs conséquences : elle attire à elle les hommes et les richesses en offrant de meilleures services (emplois, grandes universités…), mais c’est aussi la possibilité de recevoir des aménagements liés à la « troisième couronne » parisienne, comme un aéroport international de Vatry.

_Au niveau européen la région est quelquefois un espace de circulation, mais où on ne s’arrête pas (« effet tunnel »), en allant vers Paris. Mais la proximité de fortes densités de la mégalopole européenne permet à un tourisme international de fréquenter la région (Reims, Troyes..).

Effet tunnel : phénomène où un espace est traversé sans que les personnes où les marchandises s’arrêtent. Absence de retombée économique positive pour l’espace traversée.

 

                        2. Quel est le rôle du Conseil régional dans l’aménagement de la Région Champagne-Ardenne ?  

 

_Le Conseil Régional est un acteur essentiel dans l’aménagement de la région. Il s’agit d’une assemblée élue tous les 6 ans avec un président et des adjoints pour l’exécutif.

 

Lien Budget 2014 sur le site de la région : https://www.cr-champagne-ardenne.fr/Institution/Le_budget/pages/Budget-2014.aspx

 

Quelles sont les dépenses et les compétences du Conseil régional ?

_ Les compétences du Conseil régional portent sur la formation de la jeunesse, le transport et l’environnement, les politiques économique et sociale. En effet 286,5 millions d’euros sont consacrés à la formation et l’éducation ; 140,2 millions pour les transports et l’environnement ; 74,8 millions pour l’emploi et la recherche ; 47,2 millions d’euros pour la qualité de vie et la solidarité.

 

 

Quelles sont les recettes du Conseil régional ? Quelles sont les dépenses ?

_Pour financer ses actions le Conseil régional perçoit une dotation de l’Etat (345 millions en 2014), mais aussi prélève des taxes (145 millions) où réalise des emprunts (151 millions)… avec un budget 2014 de 696 millions d’euros.

 

 

 

3. Quelles sont les actions de la politique d’aménagement menée dans la région ?

 

 

 

 

 

 

En regardant le potentiel et les atouts de la région Champagne-Ardenne, si vous étiez le Conseil régional ou l’Etat, quels aménagements voudriez-vous réaliser dans la région?

 

 

 

 

Possibilité 1 : dans le domaine des transports

 

 

 

_ La région Champagne –Ardenne dispose d’infrastructures de transport comportant plus de 1 000 km d’autoroutes et de voies rapides, un aéroport international : Paris-Vatry, ainsi que sept gares desservies par le TGV.

 

 

 

Activité TICE

Lien Google Map :

https://www.google.fr/maps/place/A%C3%A9roport+Paris+Vatry/@48.780533,4.191228,17z/data=!3m1!4b1!4m2!3m1!1s0x47e95733184859f1:0xf0a5fba98d92710

 

1) Aller sur Google Map et rechercher aéroport Paris-Vatry.

2) Regarder les avantages de la localisation l’aéroport par rapport aux axes de transport, les noter.

3) Rechercher sur le site de l’aéroport http://www.aeroports-voyages.fr/aeroport/paris-vatry/XCRles petit historique : quelles sont les possibilités offertes pour le trafic de marchandises et de passagers ? ou http://www.paysdechalonsenchampagne.com/wp-content/uploads/downloads/2012/08/FICHE-74-zac1-aéroport-Paris-Vatry.pdf

4) L’aéroport international Paris-Vatry peut-il encore se développer ?

 

_L’aéroport international Paris-Vatry est bien desservie par une autoroute et profite de sa proximité avec Paris.

_L’aéroport est une ancienne installation militaire et dispose donc d’un bon équipement pour les avions gros porteurs. Pendant longtemps l’aéroport a été spécialisé dans le transport de fret (marchandises) pour soulager l’aéroport Paris roissy. L’aéroport de Champagne-Ardenne est désormais le 3èmeaéroport français de fret après Marseille et Toulouse.

_L’aéroport Paris-Vatry n’a pas assez d’activité malgré son potentiel géographique et matériel. Le projet est d’attirer des compagnies low cost pour développer le transport de passagers.

_Les acteurs de l’aménagement de l’aéroport sont de deux types :

*acteurs publics : Conseil régional et conseil général, communauté urbaine de Châlons-en-Champagne.

*acteurs privés : Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) de Reims et de Châlons-en-Champagne.

 

 

Le TGV

_La région participe à la mise en place de la ligne à Grande Vitesse (LGV) en Champagne-Ardenne par le financement de l’aménagement de la gare de Reims et la construction de la gare de Bézannes (faisant partie de Reims-Métropole) avec une connexion au réseau TER.

_Le but est de bien connecter l’espace champardennais avec la ligne grande vitesse et Paris pour attirer les entreprises parisiennes en vantant une distance temps de Paris de 45 minutes.

 _ Cependant, cette connexion est limitée à la Marne car il n’y a pas de ligne Reims-Troyes ou Reims-Chaumont.

 

 

Possibilité 2 : La cadre de vie , le projet de Parc Naturel régional des Ardennes

 

 

​_La région Champagne-Ardenne dispose d’un potentiel de tourisme vert important : ¼ du territoire est occupé par la forêt, on compte 10 000 hectares de lacs et de plans d’eau. La région comporte 3 parcs naturels régionaux (PNR) : PNR de la Montagne de Reims, PNR de la Forêt d’Orient et PNR des Ardennes.

_ Le PNR des Ardennes est localisé sur la partie nord du département des Ardennes, la partie frontalière la plus pauvre. Dans cet espace la moitie de la surface est occupée par la forêt, l’économie connaît des difficultés avec la crise des industries.

_ Le PNR a pour but de mettre au point des projets d’aménagement et de développement qui valorisent les atouts environnementaux dans une perspective de développement durable.

_La région Champagne-Ardenne est la première région française pour les éoliennes en puissance installée avec 60 parcs éoliens, 629 mâts et 1 264 MW, et un objectif de 2 870 MW à l'horizon 2020.

 

Quel est le rôle de l’Etat dans l’aménagement du territoire de Champagne-Ardenne ?

 

_ L’Etat par son choix du tracé LGV est et sa participation financière détermine les conditions du passage du TGV dans la région. L’impact spatial est important mais le tracé choisi est défavorable pour le sud de la région....

_ Le désenclavement des Ardennes est prévu avec l’autoroute A304 qui doit prolonger  A 34 Reims Charleville. Le but est de créer un axe France Belgique.

 

 

 

C. Comment l’espace régional est-il organisé ?

 

Site Région Champagne-Ardenne : http://www.cr-champagne-ardenne.fr/?SID=222

 

Réalisation d’un schéma : L’organisation spatiale de la région Champagne-Ardenne

 

Pour réaliser le schéma de l’organisation spatiale de la région Champagne-Ardenne :

1) Tracer la forme simplifiée de la région Champagne-Ardenne

2) Choisir des figurés (symbole, taille, couleur…) pour : les principales zones de peuplement et d’activités, l’armature urbaine et les réseaux de communication.

3) Etablir une légende classée et ordonnée.

4) Compléter le fonds de schéma en n’oubliant pas de hiérarchiser(par la taille, etc…) les indications représentées, en faisant figurer la nomenclature ainsi que le titre du schéma.

 

 

LIENS POUR AIDER A LA REALISATION DUSCHEMA :

 

http://www.geographie1-prof.hachette-education.com/views/site-prof/index.php?cat=ChampagneArdenne#regions

http://www.1re.geolycee.magnard.fr/system/files/9782210104099-geo1-region-champagne-ardenne.pdf

 

 

 

 

Observatoire des politiques régionales : http://www.arf.asso.fr/observatoire-des-politiques-regionales/observatoire-des-politiques-regionales-en-champagne-ardenne

 

Site de la Région Champagne-Ardenne : https://www.cr-champagne-ardenne.fr/Pages/Accueil.aspx

 

 

 

 

Préparation au bac sur ce sujet : page 292

 

 

 

 

 

Carte organisation régionale Champagne Ardenne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

France

Champagne-Ardenne

Population (2014)

66 000  000 habitants

1 335 000 habitants

Superficie

      550 000 kilomètres carrés

                      25 606  km²

Densité

             114 hab/km²

52  habitants/km² 

 

France

Champagne-Ardenne

Population (2014)

66 000  000 habitants

habitants

Superficie

      550 000 kilomètres carrés

                      25 606  km²

Densité

             114 hab/km²

52 habitants/km² 

Lire la suite

Cours géographie 1ère S : La région, territoire de vie, territoire aménagé 2/3

12 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

II. Quels sont la place et le rôle des régions en France ? Quels sont les débats sur les regroupements des régions ?

 

            A. Quels sont les contrastes entre régions françaises ?

 

            (Quels sont les caractères démographiques et socio-économiques des régions françaises ?  )

 

Carte 1 page 40 : 27 collectivités territoriales au poids très inégal

Analysez la carte pour dégager les disparités de revenus entre les régions françaises. Quelle est la situation de la Champagne-Ardenne ?

(OU Comment se répartit la richesse en France ?)

_  Le PIB des régions en 2008 est très différent selon les régions françaises. Une hiérarchie se dégage :

* La région capitale totalise plus de 550 milliards d’euros. L’Ile de France dispose en effet de richesses provenant de sa ceinture industrielle, de ses activités financières (dans le quartier de la Défensepar exemple), ou encore le tourisme qui génère d’importants revenus. Il s’agit aussi de la région la plus peuplée avec environ 11 millions d’habitants.

* Les régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont ensuite les régions riches en France avec environs 200 millions d’euros, c’est-à-dire moins de la moitié de la région Ile-de-France. Ces régions sur l’axe rhodanien sont également fortement peuplées (entre 4 et 6 millions).

* Plusieurs régions ont un PIB d’environ 100 millions d’euros et ont une population comprise entre 2 et 4 millions d’habitants : les régions du sud ouest de la France(Aquitaine, Midi-Pyrénées) et de Provence (Languedoc-Roussillon), les vielles régions industrielles de la Lorraine et du Nord-Pas-De-Calais, l’Ouest(Bretagne, Pays de la Loire, Centre).

* Les autres régions métropolitaines (à l’exception du Limousin et de la Corse) ont un PIB aux alentours de 50 millions d’euros et une population entre un et deux millions d’habitants.

* Le Limousin, la Corse et les Départements d’Outre-Mer (Mayotte, Réunion, Guadeloupe, Martinique, Guyane) sont à l’exception du Limousin et de la Guyane des régions marquées par l’insularité, mais aussi par la faiblesse de leur PIB et par une population en dessous d’un million d’habitants.

_Les 27 régions françaises sont très diverses. Les différences sont fortes entre les 22 régions métropolitaines et les 5 DROM ultrapériphériques. Elles sont fortes aussi dans la métropole même entre régions riches et pauvres.

_Les disparités sont importantes :

*L’Île-de-France est la plus peuplée (11,7 millions d’habitants) et la plus riche des régions (PIB annuel : 552 milliards d’euros). Malgré la décentralisation l’attraction de la « région capitale » reste forte.

*Les régions métropolitaines sont variées : Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont peuplées et disposent d’un fort PIB. Les régions de l’Ouest et du Sud Ouest (l’Arc Atlantique) disposent également d’atouts face à des régions comme le Limousin ou la Corse peu peuplées et disposant d’un plus faible PIB.

*Les DROM, à la fois département et régions, sont des régions singulières par rapport aux autres régions françaises : ainsi la Martinique est la plus petite région française (1 126 km²) ; la Guyaneest à la fois la région la moins peuplée(220 000 habitants) et la plus vaste (86 000 km²).

DROM (p. 312) : Départements et régions d’outre-mer : Guadeloupe, Guyane, Martinique, La Réunion et depuis 2011, Mayotte. Depuis la réforme constitutionnelle de 2003, les départements d’outre-mer ont en même temps le statut de « région ».

 

(2. Quelles sont les prérogatives des institutions régionales françaises ? Cf. IA2)

 

 

 

 

 

 

B. Quels sont les débats sur les regroupements des régions françaises ?

 

 

 

Lien : http://www.courrierdesmaires.fr/38073/les-patrons-des-regions-champagne-ardenne-lorraine-et-alsace-refusent-un-mariage-a-trois/

 

par Le Courrier, AFP                             Fusions des régions 21/07/2014

 

Les patrons des régions Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace refusent un mariage à trois

Au sein de la nouvelle carte des régions adoptée le 18 juillet à l’Assemblée nationale, une des nouvelles régions décidée par la majorité PS, appuyée par le gouvernement, a finalement réussi à faire l’unanimité…contre elle. Les patrons des exécutifs d’Alsace (Philippe Richert, photo), de Lorraine et de Champagne-Ardenne ne veulent pas d’une région à trois, et chacun préconise une solution de repli différente.

Les présidents des régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne ont regretté l’adoption, le 18 juillet 2014, par les députés de la nouvelle carte territoriale prévoyant une fusion de leurs 3 régions, à laquelle ils avaient déjà dit qu’ils étaient opposés. « Il n’y a pas de changement à attendre du vote définitif de l’Assemblée » nationale, prévu pour le 23 juillet, prédit le président de la région Alsace, Philippe Richert (UMP). « Pour autant la séquence n’est pas terminée », explique-t-il, plus optimiste sur la suite des débats, notamment à la Haute assemblée.

L’Alsace préfère encore faire cavalier seul

« Je pense qu’il y aura une nouvelle majorité au Sénat à l’automne, et là il y aura les moyens de redire que cette solution (à 3) n’est acceptable quasiment par personne », a-t-il estimé. « Le nouveau Sénat va remettre l’ouvrage sur le métier », a-t-il assuré. L’Alsace, qui privilégie une fusion avec la Lorraine uniquement, « préférera rester toute seule plutôt qu’à trois », a-t-il encore averti.

Si l’Alsace faisait cavalier seul, la Lorraine et la Champagne-Ardenne constitueraient demain « un espace territorial présentant le plus de difficultés à bâtir une politique de croissance et de développement harmonisée et cohérente », s’est inquiété le président de la région Lorraine Jean-Pierre Masseret (PS). Dans une lettre du 17 juillet au Premier ministre Manuel Valls, le patron de l’exécutif lorrain a également souligné les liens étroits entre l’Alsace et la Lorraine, alors que la Champagne-Ardenne n’a « aucune relation avec l’Alsace ».

La Lorrainene veut pas de n’importe quel ménage à deux

Le président de l’exécutif lorrain craint une double sentence : « Je peux prédire et craindre maintenant ce qu’il va se passer : l’Alsace va revendiquer de rester seule et je soupçonne le gouvernement et sa majorité de l’accepter par commodité publique. […] Les régions Lorraine et Champagne-Ardenne constitueront demain un espace territorial présentant le plus de difficultés à bâtir une politique de croissance et de développement, harmonisée et cohérente. »

« Il est inacceptable que des élus des régions soient placés devant le fait accompli », a, pour sa part, critiqué le président de la région Champagne-Ardenne Jean-Paul Bachy (DVG), après le vote à l’Assemblée nationale. Il a dénoncé « des marchandages politiques obscurs indépendants de toute logique économique ou territoriale » et « une caricature de démocratie et de décentralisation ».

La Champagne-Ardenne regrette déjà son union picarde mort-née

« Le regroupement de la Champagne-Ardenne avec la Lorraine a tout son sens. Le regroupement avec l’Alsace est très contesté par les Alsaciens eux-mêmes. Ce regroupement marginalise la Champagne-Ardenne et casse tout aspect de garder sur notre territoire une métropole régionale. C’est pour la Champagne-Ardenne, sa préfecture et l’ensemble de ses pôles urbains, la perspective d’une perte de substance et d’emplois par centaines, voire par milliers », a dénoncé dans un communiqué, dès le vote de l’article 1er de la loi, Jean-Paul Bachy.

Ce dernier espérait un mariage de sa région avec la Picardie et la Lorraine, un regroupement présentant « une grande cohérence d’un point de vue économique et territorial », poursuivait-il. Mais la Picardie a été promise par les députés au Nord-Pas-de-Calais, tandis qu’un regroupement de la Champagne-Ardenne avec la Lorraine en intégrant l’Alsace aurait au contraire pour conséquence de « marginaliser » sa région, selon Jean-Paul Bachy.

A partir de ce texte refaire et agrandir le tableau ci-dessous. Prélever des informations permettant un débat sur le thème : « Quels regroupements pour la nouvelle région contestée ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Champagne-Ardenne

Lorraine

Alsace

Politique

marchandages politiques obscurs indépendants de toute logique économique ou territoriale 

regroupement à 3 marginalise la Champagne-Ardenne

 

préférera rester toute seule plutôt qu’à trois 

Culturel

 

liens étroits entre l’Alsace et la Lorraine

liens étroits entre l’Alsace et la Lorraine

Champagne-Ardenne n’a « aucune relation avec l’Alsace ».

Territorial

Impossible de garder sur notre territoire une métropole régionale

 

 

Economique

pour la Champagne-Ardenne, sa préfecture et l’ensemble de ses pôles urbains, la perspective d’une perte de substance et d’emplois par centaines, voire par milliers

de difficultés à bâtir une politique de croissance et de développement harmonisée et cohérente  avec seulement Lorraine et CA

 

 

Champagne-Ardenne

Lorraine

Alsace

Politique

 

 

 

Culturel

 

 

 

Territorial

 

 

 

Economique

 

 

 

Lire la suite

Cours géographie 1ère S : La région territoire de vie, territoire aménagé 1/3

5 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

LA REGION : TERRITOIRE DE VIE ET TERRITOIRE AMENAGE

7 à 8 heures                                                                                 Manuel Magnard

2-3 heures : acteurs de l’aménagement

5-6 heures : étude de cas région

 

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/99/5/04_RESS_S_1_Geo_Th1_284995.pdf

 

Introduction : La France comporte 27 régions (22 régions métropolitaines et 5 DROM). Avec  les lois de décentralisation de 1982 (loi Deferre) et la loi constitutionnelle de 2003 les régions sont devenues des collectivités territoriales disposant de compétences variées comme l’aménagement du territoire, le développement économique, mais aussi la formation professionnelle ou encore la gestion des lycées.

La décision de regrouper les régions en de vastes ensembles de dimension européenne (comme les Länders allemands) provoque réflexions et réactions sur le découpage de nouveaux ensembles. La Champagne-Ardenne devait d’abord être réunie à la Picardie. Aujourd’hui, à la Lorraine et à l’Alsace malgré les mécontentements des Alsaciens.

Problématique :

1)Quels sont les rôles des acteurs (Etat, conseil régional, communes) pour la région ?

2) En quoi la région est-elle un territoire de vie ?

 

I.Quels sont les acteurs et les enjeux de l’aménagement des territoires du quotidien ?

 

            A. Quels sont les acteurs de l’aménagement ?

 

 

 

Les acteurs du territoire à différentes échelles

 

Les acteurs du territoire à différentes échelles

 

 

TEXTE DE WIKIPEDIA : http://fr.wikipedia.org/wiki/Romilly-sur-Seine#Projets_d.27am.C3.A9nagements

Chercher dans la rubrique : « Economie, généralités »

« Néanmoins, entre la fin des années 1990 et la première moitié des années deux mille, les emplois dans les services se sont développés : implantation de services de santé (scanner, extension d'un hôpital de jour), création d'une nouvelle zone commerciale sur une friche militaire (zone de la "Belle Idée"). La commune, en lien avec la Région, le Département, les offices HLM et l’ANRU a entrepris un vaste projet de restructuration urbaine destiné à améliorer le "Nouveau Romilly". Ce projet se structurait autour de la naissance d'un centre culturel, des démolitions d'immeubles vétustes, de constructions de nouveaux pavillons. »

QUESTIONS :

1) A partir de ce texte indiquer quels sont les acteurs présidant à la réalisation du « Nouveau Romilly ».

2) Indiquer sous forme de schéma qui sont ces acteurs et quels sont leurs rôles dans l’aménagement du territoire et quelles sont leurs relations entre eux.

 

 

 

1) A partir de ce texte indiquer quels sont les acteurs présidant à la réalisation du « Nouveau Romilly ».

 

_ « La commune, en lien avec la Région, le Département, les offices HLM et l’ANRU » ont décidé, financé, mis en œuvre le projet du Quartier des Lumières. Les acteurs des territoires du quotidien sont donc présents aux différentes étapes du projet et à différentes échelles.

 

 

 

 

2) Indiquer sous forme de schéma qui sont ces acteurs et quels sont leurs rôles dans l’aménagement du territoire et quelles sont leurs relations entre eux.

 

 

 

 

Acteurs de l’aménagement des territoires

 

 

 

Acteurs de l'aménagement des territoires

 

 

 

 

_L’aménagement des territoires du quotidien est réalisé par la collaboration de plusieurs acteurs (partenariat financier, co-décisions, etc.) : communes, départements, régionset collectivités territoriales mais aussi « pays » au niveau régional, Etat à l’échelle nationale et Union Européenne à l’échelle internationale.

 

 

 

 

 

 

 

Commune (p. 312) : héritée de la Révolution française la commune est la plus petite collectivité territoriale et la seule à bénéficier de la compétence générale depuis la réforme territoriale de 2010 (36 680 communes au 1er janvier 2011).

 

Département (p. 312) : création de la Révolution, le département devient collectivité locale autonome avec un exécutif élus en 1871. On compte 101 départements (dont 5 d’outre-mer qui ont également le statut de région). Le département a des compétences étendues dans les secteurs sanitaire et social, le financement des collèges, l’entretien des routes départementales.

 

Région (p. 314) : regroupement de départements créé en 1955, la région devient une collectivité territoriale par les lois de décentralisation de 1982 avec un Conseil régional élu au suffrage universel. On compte 22 régions métropolitaines. Les cinq départements d’outre-mer ont également le statut de Région.

 

Collectivité territoriale (p. 50) : structure administrative, distincte de l’administration de l’Etat, qui doit prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis (commune, département, région).

 

Pays (p. 314) : espace d’une taille inférieure à la région qui est promu dans les lois Pasqua (1995) et Voynet (1999) comme territoire de projet fondé sur une cohésion géographique, historique et culturelle, où le développement est voulu par les acteurs locaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B. Quels sont les enjeux de l’aménagement à différentes échelles ?

 

TP Stratégies d’acteurs Des acteurs en conflit sur un projet d’aménagement

 

Question 1 page 37 : Quels sont les acteurs mobilisés par le projet ?

_ Pour la LGV Bordeaux-Toulouseles acteurs mobilisés par le projet sont :

1) Favorable au LGV

- Des acteurs économiques :

* Réseau ferré de France (RFF)

- Des acteurs politiques :

*l’association « TGV Sud-Ouest » regroupant des présidents  (de la région Midi-Pyrénées, du département de la Haute-Garonne, et du Grand-Toulouse).

* Le ministère du développement durable relevant de l’Etat.

* Pour le réseau transeuropéen l’Union européenne et les pays de la péninsule ibérique.

2) Opposé aux tracés prévus de la LGV:

- Des associations de citoyens et d’élus des citoyens :

* Collectif USV (regroupement de 17 communes contre le tracé de la LGV)

*Association comme « Très Grande vigilance en Albret » appuyé par des milliers de manifestants et des élus.

- Des particuliers :

* Les propriétaires (propriétaire du château de Pompignan, classé monuments historiques)

_Les territoires du quotidien sont multiples : domicile et lieux de travail, centres commerciaux, mais aussi parkings et gares pour les déplacements liés au travail et aux loisirs… L’insertion des territoires du quotidien dans la mondialisation, comme avec un équipement TGV (LGV Bordeaux –Toulouse), suscite des débats entre de nombreux acteurs économiques (Réseau Ferré de France), politiques (Etat, région, département, commune, etc.), associations de citoyens et particuliers.

 

 

 

 

 

 

 

 

Question 2 page 37 : A quelles échelles interviennent-ils ?

 

_ Les acteurs politiques et économiques de l’aménagement sont présents à toutes les échelles, depuis l’Union européenne avec l’établissement des priorités du réseau du transport transeuropéen (texte. 3) jusqu’aux villages et aux particuliers (texte 2).

 

 

_Les acteurs publics de l’aménagement interviennent à toutes les échelles. Les enjeux changent selon l’échelle des acteurs :

*A l’échelle internationale l’Union européenne accorde des aides aux régions en retard de développement par le FEDER. Dès 1999 le Schéma de développement de l’Europe communautaire présente un objectif de « cohésion territoriale ».

*A l’échelle nationale l’Etat garde un rôle central et définit les grandes orientations des aménagements. La politique d’aménagementdes territoires en France est coordonnée par la DATAR, une administration placée sous l’autorité du Premier ministre.

*A l’échelle régionale : Avec la décentralisation un grand nombre de compétences d’aménagement du territoire relèvent aujourd’hui des collectivités territoriales. Mais l’Etat et la région coopèrent à travers des CPER permettant pour 7 années de financer des infrastructures.  

*A l’échelle locale : communes et « pays » disposent des compétences de proximité. Les contrats de ville permettent de réaliser des projets urbains par un contrat avec l’Etat pour intervenir sur l’habitat, les transports, l’éducation…

 

FEDER ou Fonds européen de développement régional(p. 313) : créé en 1975, ce fonds structurel, le plus important, favorise la réduction des disparités régionales en cofinançant des programmes de développement établis en partenariat entre l’Union européenne, les Etats membres et les collectivités territoriales.

 

DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale) (p. 312) : créée en 1963 sous le nom de Délégation à l’aménagement du territoire et de l’action régionale, la Datar a eu un rôle de réflexion, d’impulsion et d’animation des politiques d’aménagement du territoire de l’Etat. Elle est devenue la DIACT (Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires) entre 2006 et 2009.

 

CPER ou contrat de projet Etat-Région (p. 312) : document par lequel l’Etat et une Région s’engagent sur la programmation et le financement pluriannuel de projets importants pour l’aménagement du territoire. Ils ont succédé en 2007 aux contrats de plan institués depuis 1982.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Question 3 page 37 : Quels sont les principaux arguments échangés ?

 

_ Le débat sur le tracé et l’existence du TGV Bordeaux Toulouse a pour principaux arguments 

 

Arguments favorables :

 

* Diffuser la grande vitesse ferroviaire au quart Sud-Ouest de la France (doc. 3), rapprocher les métropoles (Bordeaux Toulouse) entre elles, et de mieux relier la France et la péninsule ibérique. (doc. 3)

 

* des retombées économiques sont implicitement attendues par les acteurs politiques et économiques (doc. 6).

 

- Arguments contre :

 

* éviter les nuisances : « un parcours « moins impactant pour les habitants et le patrimoine » (doc. 5)

 

* la conservation et la protection du patrimoine, comme le château de Pompignan, classé monument historique. (doc. 2)

 

* le côté technique avec la dimension irréalisable des mesures prévues : « faire passer le TGV dans un tunnel sous son parc, mais « techniquement, ce n’est pas réalisable »

 

* des raisons environnementales, patrimoniales et financières » (doc. 5)

 

 

 

Question 4 page 37 : Quels liens existe-t-il entre leur position et l’échelle de territoire à laquelle ils se situent ?

 

_ La réaction des acteurs (hommes politiques, entreprises, citoyens et associations) face à un aménagement est souvent en relation avec les retombées économiques attendues ou les nuisances redoutées. Ainsi le tracé de la ligne LGV Toulouse-Bordeaux est rejeté par les personnes dont le village ou la propriété est à proximité des installations prévues. Cette attitude lorsqu’elle vise seulement à déménager le problème ailleurs est qualifiée de Nimby.

 

_L’attitude des acteurs politiques, économiques, des associations et des citoyens face à un aménagement varie selon l’échelle de territoire à laquelle il se situe. Ces attitudes correspondent également à des enjeux au sein de la mondialisation.

*A l’échelle internationale : La mondialisation met en concurrence les espaces. Pour augmenter la compétitivité des territoires dans la mondialisation des fonds européens et nationaux sont investis, des élus régionaux tentent de renforcer l’attractivité de leurs territoires (gare TGV, technopôles, etc…)

*A l’échelle nationale : l’Etat doit dans ses missions assurer l’équité territoriale et le développement durable. Les partenariats avec les collectivités territoriales permettent d’élaborer des politiques d’aménagement à long terme pour les communes (SCOT) et l’environnement (Agenda 21).

*A l’échelle locale : La réalisation d’une infrastructure déclarée d’utilité publique (comme le TGV) rencontre parfois l’opposition de citoyens adoptant une attitude Nimby. NIMBY : vient de l’anglais Not In My Back Yardqui signifie « pas dans mon arrière-cour ». L’expression désigne un individu ou groupe qui refuse les nuisances d’un équipement d’intérêt général dans son environnement proche.

 

SCOT  Schéma de cohérence territoriale (p. 315) : document de planification supra communale élaboré à l’initiative d’un groupement de communes sur un territoire élargi (bassin de vie, Pays). Il expose une vision stratégique de l’aménagement et du développement de ce territoire à long terme (15 ou 20 ans). Il sert de cadre de référence aux PLH, PLU, PDU…

 

Agenda 21 (p. 312) : ensemble des recommandations pour le XXI siècle, visant à sauvegarder la planète Terre dans une problématique de développement durable. Proposé lors de la Conférence de Rio en 1992, l’Agenda 21 s’applique à toutes les échelles territoriales : la planète, l’Etat, la Région, la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le découpage territorial de la France

Les transformations de la gestion territoriale en France

Lire la suite

Devoir histoire 1ère : 1ère Guerre mondiale Combattants et violences de guerre 1914-1918

2 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Evaluations 1ère

 

 

 

Devoir d’histoire 1ère               Date :                 Nom :

 

Chapitre : La Première Guerre mondiale L’expérience combattante dans une guerre totale

 

COMPOSITION AU CHOIX :

 

Sujet 1 : « Combattants et violences de guerre (1914-1918). »

 

OU

 

Sujet 2 : « L’expérience combattante en France pendant la Première Guerre mondiale. »

 

Vous rédigerez une introduction avec présentation du sujet, problématique et courte annonce du plan. Puis vous répondrez à votre problématique en rédigeant deux ou trois parties comportant des sous-parties. Enfin vous élaborerez votre conclusion en établissant un bilan de votre démonstration puis une ouverture au devoir.

 

 

 

 

CORRECTION COMPOSITION   Sujet : « Combattants et violences de guerre (1914-1918). »

 

 

METHODE GUIDEE

 

CORRECTION COMPOSITION 

Sujet: « L’expérience combattante en France pendant la Première Guerre mondiale. »

METHODE GUIDEE

Quoi ?

Quand ?

Qui ?

Où ?

Comment ? Pourquoi ?

Violences de guerre

1914-1918

Les combattants

partout

Violences subies, infligées

Consignes générales pour la composition

Consignes pour organiser votre travail

I. ANALYSER LE SUJET

* Analyser les termes du sujet

* Le terme « combattants » renvoie certes aux soldats, mais certains civils peuvent aussi être pris dans le feu des combats.

* Quand aux violences de guerre, elles renvoient à toutes les formes de violences liées à la guerre (combats terrestres, bombardements, etc.).

* Préciser le thème du sujet

* Le sujet invite à réfléchir sur l’expérience combattante, qui est pour les soldats l’occasion de découvrir une violence jusque là insoupçonnée. La notion de brutalisation est au cœur du sujet.

* Limites chronologique du sujet ?

* 1914-1918 : la période explicitement désignée est celle de la Première Guerre mondiale, du début di conflit le 1er août 1914 à la signature de l’armistice le 11 novembre 1918.

* Limites géographiques du sujet

* Elles sont implicites ici, le contexte de la Grande Guerre renvoie à priori principalement à l’Europe.

* Réfléchir à la formulation du sujet

* Ici, le « et » indique qu’il faut s’interroger sur le rapport entre les combattants et la violence de guerre, selon qu’ils la subissent ou qu’ils l’infligent.

II. DEGAGER UNE PROBLEMATIQUE

La problématique guide l’organisation de la réflexion et donc le plan.

Trouvez une problématique permettant de traiter tous les aspects du sujet.

III. MOBILISER LES CONNAISSANCES SUR UN BROUILLON

On note au brouillon les idées et les faits qui se rapportent à la problématique.

Posez-vous des questions simples et répondez-y :

- Quelles violences de guerre subissent et infligent les soldats sur le front.

- Quels progrès technologiques peuvent expliquer cette violence ?

- Comment les soldats vivent-ils cette expérience combattante ?

- Qu’est-ce que les historiens ont appelé le « brutalisation » des hommes ?

 

Au stade de la première analyse du sujet, on peut distinguer :

Des violences de guerre subies par les soldats

- dans les phases d’offensive, sous l’action de l’artillerie lourde.

- dans les phases défensives lors de l’attaque des tranchées, l’artillerie lourde mais aussi l’artillerie légère et notamment les mitrailleuses dressent devant les soldats un « mur de balles » éminemment meurtrier.

 

Des violences infligées par les combattants

- aux autres combattants par les biais des canons ou des mitrailleuses, mais aussi dans le combat de près lors du « nettoyage des tranchées ».

-aux civils lors des phases d’invasion ou d’occupation comme lors de l’invasion allemande en Belgique.

IV. ELABORER UN PLAN

Afin d’organiser les connaissances et de répondre à la problématique, trois questions directrices peuvent être posées.

1. A quels types et quelles formes de violences les soldats de la Grande Guerre ont-ils été confrontés ?

2. Comment expliquer un tel déploiement de violences aussi meurtrières ?

3. Quelles conséquences physiques et psychiques ces violences ont-elles eues sur les combattants ?

 A partir des trois grandes questions qui se posent à l’issue de l’étape III, proposez un plan, organisée en trois paragraphes.

 

Proposez pour chacun des trois paragraphes, un argument/ une idée et un exemple pour l’illustrer.

V. REDIGER L’INTRODUCTION

Une introduction  de composition doit comporter trois moments.

- Reprenez les éléments définis dans l’étape I et rédigez quelques phrases de présentation du sujet.

- Reprenez la problématique que vous avez élaborée lors de l’étape II.

- Formulez une phrase annonçant le plan que vous avez bâti à l’issue de l’étape IV.

METHODE

PISTES POUR TRAITER LE SUJET

1. Analyser et comprendre le sujet : retrouver les mots clés, les notions, les limites spatio-temporelles et identifier la problématique

* Repérez le vocabulaire expliqué en cours.

* Repérez les limites spatio-temporelles du sujet.

* Réfléchissez à la formulation (affirmative, interrogative, problématisée, etc.).

* Identifiez la problématique et le type de « réponse attendue ».

Il faut reprendre l’intitulé du sujet, repérer les principaux éléments qui le constituent et les définir.

* « expérience combattante » : ensemble des situations et des pratique de guerre auxquelles les combattants sont confrontés ; le singulier sous-entend une approche globale de la guerre.

* « en France » : territoire délimité par les frontières internationales : le sujet inclut donc les régions françaises occupées, notamment du Nord.

* « pendant la Première Guerre mondiale » : on pense aux dates de début (1914) et de fin du conflit (1918), mais on ne peut exclure des conséquences plus tardives.

Conseil : Le sujet invite donc à donner les caractéristiques spécifiques du conflit tel qu’il fut vécu par les combattants en France. C’est un sujet qui demande à la fois des connaissances précises et un bon esprit de synthèse.

2. Rassembler les connaissances en relation avec le sujet

* Qui combat contre qui ?

* Comment combat-on ?

* Que fait-on en dehors des combats ?

* Quels sont les risques encourus par les combattants ?

* Quelles sont les séquelles des combats ?

* En quoi est-ce nouveau et caractéristique de la Première Guerre mondiale ?

Plusieurs thèmes sont attendus 

* Des combats différents en 1914, avec la guerre de mouvement, puis avec la guerre de position.

* Un affrontement surtout franco-allemand, mais qui inclut aussi les alliés anglo-saxons de la France et les troupes coloniales.

* Des armes de plus en plus meurtrières (gaz et artillerie notamment) qui touchent de façon anonyme et débouchent sur des hécatombes.

* Une vie au front faite aussi d’attente, de peur et de solidarité.

* Des combattants qui s’en prennent aussi aux civils.

* Une expérience qui laisse des traces parmi les « anciens combattants » et marque la mémoire collective.

3. Choisir le plan le plus adapté

* Un plan chronologique ? thématique ?

* Un plan qui combine les deux ?

* Un plan inductif, etc. ?

La nature du sujet invite à choisir un plan thématique.

Le devoir doit cependant inclure des évolutions, entre le début et la fin de la guerre, et indiquer des nuances dans la réponse apportée.

4. Organiser ses connaissances

* Un grand thème pour structurer chaque partie.

* Une idée principale par paragraphe.

* Un exemple pour illustrer.

 

 

 

Rédiger ensuite une courte introduction et une rapide conclusion.

On pourrait aboutir à un plan en trois parties.

I. Des situations de combats différentes

- L’importance de la guerre des tranchées, après une courte période d’offensives.

- La vie au front, faite de combats, mais aussi d’attentes, de tâches quotidiennes et de solidarité.

- L’occupation rigoureuse de certaines régions, qui implique les civils.

II. Des combattants confrontés à la guerre totale

- La mobilisation de millions d’hommes.

- Des armes destructrices et meurtrières.

- La violence généralisée et légitimée contre l’ennemi.

III. Une expérience combattante qui laisse des traces durables

- Chez les combattants eux-mêmes (blessures, traumatismes, retour à la vie civile, etc.).

- Parmi les civils (deuil, veuvage, destructions, etc.).

- A l’échelle des pays (humiliations des vaincus, désir de revanche, etc.).

Lire la suite

Devoir Histoire 1ère : Les mutations de société depuis 1850 analyse statistique immigrés en France depuis 1945

2 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Evaluations 1ère

 

 

 

Devoir d’histoire 1ère               Date :                 Nom :

Chapitre : Les mutations de société depuis 1850

Analyse de documents : L’origine des immigrés en France depuis 1945

Consigne : Vous présenterez d’abord le document ci-dessous, puis vous en exploiterez les données à l’aide de vos connaissances. Vous mettrez en évidence l’importance de la période, vous repérerez les périodes de rupture et en donnerez les raisons. Enfin, vous en montrerez l’intérêt et les limites.

Tableau statistique : L’évolution de l’origine des immigrés entre 1946 et 1999 (en milliers)

INSEE

 

 

 

 

            CORRECTION : L’origine des immigrés en France depuis 1945

 

La première partie est l’introduction du devoir

La seconde partie est le corps du devoir qui peut comprendre deux paragraphes :

Une origine liée aux besoins et aux politiques de la France

Une origine liée aux évènements et à l’économie des pays d’émigration.

La troisième partie est la conclusion du devoir.

1946

1968

1982

1999

Espagnols et Portugais

324

903

1094

715

Italiens

451

572

340

201

Maghrébins

40

619

1437

1135

Autres Africains

13

33

158

283

Asiatiques

70

45

290

410

Consignes pour étudier le document

Consignes pour organiser vos réponses

I.  PRESENTER LE DOCUMENT

Avant de s’intéresser à ce que le document apporte, il faut commencer par en indiquer la nature.

Puis, comme pour tout document historique, il faut en préciser l’auteur.

De quand date-t-il ?

Dans quel contexte a-t-il été produit ?

 

Il s’agit d’un tableau statistique qui présente l’évolution de l’origine des immigrés.

 

 

L’INSEE, un organisme officiel, a fourni les données.

Le tableau date de 1999…

…mais les données portent sur la période 1946-1999, c’est-à-dire les Trente Glorieuses et les deux décennies suivantes.

II. ANALYSER LE DOCUMENT 

Prélever, hiérarchiser et confronter des informations selon des approches spécifiques en fonction du document ou du corpus documentaire. Mettre en relation avec la situation historique étudiée.

Quelle est la tendance générale mise en évidence par les statistiques ?

 

Cette tendance est-elle la même pour tous les immigrés ?

 

 

 

 

 

 

Comment expliquer cette tendance ?

 

 

 

 

 

 

Une forte augmentation d’immigrés après la seconde Guerre mondiale puis une baisse.

 

Non, il y a d’abord une forte augmentation d’immigrés d’origine européenne après la guerre, puis une baisse à partir des années 1960.

Pour les immigrés d’Afrique du Nord, l’augmentation se situe entre les années 1960 et 1980, et pour les Africains, hors Maghreb, la hausse se dessine après 1960.

 

La reconstruction après la guerre et le besoin de main-d’œuvre. L’immigration est d’abord européenne, puis maghrébine. On passe d’une immigration européenne à une immigration Sud-Nord.

La politique française d’immigration avec la crise et la fermeture des frontières, malgré le regroupement familial, explique la baisse de l’immigration. On peut distinguer l’immigration de la misère et l’immigration politique qui fait de la France une terre d’asile.

III. Etudier la portée historique du document

Cerner le sens général d’un document

Quel est l’intérêt du document par rapport à la question ?

Il met en évidence la diversité des origines migratoires et leur évolution dans le temps.

 IV. Critiquer le document 

Montrer les limites du document pour la compréhension de la question étudiée 

Quelles sont les limites de ce document ? Y a-t-il des aspects qu’il n’aborde pas ?

Ce document ne concerne que la France et les lieux d’origine des immigrés. Pour d’autres pays, les données seraient différentes. De plus, le phénomène migratoire a commencé en France dès la fin du XIX siècle.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>