Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Extrait de livre : Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

25 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Enseignement d'exploration Littérature et société

 

 

Mary Ann SHAFFER et Annie BARROWS ; Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ; Nil éditions, Paris ; 2009.

 

Extrait des pages 28-29

 

            « J’adore faire les librairies et rencontrer les librairies. C’est vraiment une espèce à part. Aucun être doué de raison ne deviendrait vendeur en librairie pour l’argent, et aucun commerçant doué de raison ne voudrait en posséder une, la marge de profit et trop faible. Il ne reste donc plus que l’amour des lecteurs et de la lecture pour les y pousser. Et l’idée d’avoir la primeur des nouveaux livres.

Tu te souviens de notre premier emploi à Londres à ta soeur et à moi ? Chez Mr. Hawke, ce bouquiniste grincheux ? Je l’adorais. Il ouvrait un carton de livres, nous en tendait un ou deux, et disait : « Pas de cendre de cigarette, mains propres et, pour l’amour de Dieu, Juliet, épargnez-nous vos notes dans les marges ! Sophie, très chère, ne la laissez pas boire de café quand elle lit. » Et nous disparaissions avec nos nouvelles lectures.

            Je trouvais incroyable à l’époque – et encore aujourd’hui – qu’une si grande partie de la clientèle qui traîne dans les librairies ne sache pas vraiment ce qu’elle cherche, mais vienne juste jeter un œil aux étagères avec l’espoir de tomber sur un livre qui répondra à son attente. Puis, quand ils sont assez futés pour ne pas croire au baratin de l’éditeur, ils vous posent les fameuses trois questions : 1. De quoi ça parle ? 2. Vous l’avez lu ? 3. C’est bien ?

            Les vendeurs bibliophiles pur jus – comme Sophie et moi l’étions – sont incapables de mentir. Nos visages nous trahissent immédiatement. Un sourcil arqué ou un coin de lèvre relevé suffit à trahir le livre honteux, et incite les clients futés à demander autre chose. Nous les conduisons alors de force vers un opus précis que nous leur ordonnons de lire. S’il leur déplaît, ils ne reviendront jamais ; mais, s’ils l’apprécient, ils seront clients à vie. »

 

 

Lire le texte

 

Rédiger un texte où vous expliquez votre rapport à la lecture ou aux livres (amour ? haine ? Désir de devenir libraire ou journaliste, écrivain ou critique…). Autant que possible introduire de l’humour, de la passion…

 

Lire la suite

TICE 2e : Une visite virtuelle du quartier Vauban à Fribourg-en-Brisgau

24 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #TICE

 

TICE 2e : VILLES ET DEVELOPPEMENT DURABLE

 

Une visite virtuelle du quartier Vauban à Fribourg-en-Brisgau

 

A) Aller sur le site Internet : http://www.braillard.ch/vauban/

 

1) Présenter le site et son auteur (méthode NADA) à l’aide de l’adresse et de la page d’accueil.

 

B) Lire attentivement le sommaire de la page d’accueil : chaque entrée renvoie à une vidéo. Répondre aux questions ci-dessous en cliquant sur l’entrée qui paraît pertinente :

 

2) Dans « A Contexte », rechercher sur quel site géographique le quartier Vauban a été construit. S’agit-il d’un quartier périphérique ?

 

3) Dans « B Visite IN SITU », identifier les trois entrées qui portent sur les mobilités :

* quels sont les principaux modes de transport des habitants du quartier Vauban ?

* Quelle est la place de l’automobile ?

* Quel est l’avantage du carsharing (auto-partage) ?

 

4) Sur le site une habitante témoigne : « C Témoignage d’une habitante » : quels arguments utilise-t-elle pour justifier que la qualité de vie est meilleure ?

 

5) Dans « D L’avis des experts », écouter l’explication fournie dans « Ecoquartiers : la mixité sociale en question » : quel est le problème majeur des écoquartiers ?

 

6) Rédiger un texte pour montrer que les écoquartiers sont plus des quartiers écologiques que des quartiers durables.

 

Définition : Ville durable : ville appliquant les objectifs du développement durable : viable économiquement, équitable socialement et respectueuse de l’environnement.

 

 

Lire la suite

Liens sonores sur Internet

24 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #TICE

Sur le site Les Enjeux Internationaux de France culture voici deux liens sonores sur Internet :

 

 

 

LE RÔLE DES RESEAUX SOCIAUX DANS LES BOULEVERSEMENTS ACTUELS D'UNE PARTIE DU MONDE ARABE

Il est difficile d’évaluer précisément l’influence des nouveaux outils de communication personnels : réseaux sociaux type Facebook (qui existe depuis six ans) ou Twitter (qui existe depuis trois ans), sans parler des SMS et des échanges de photos qui peuvent, via la presse, traverser le monde entier en un éclair (Iran, 2009 ; Chine, 2009, 2010 ; Tunisie et Égypte, 2011).

Les fonctions essentielles sont connues : informer, mobiliser, amplifier, dénoncer, prévenir, organiser, déclencher, etc.  Mais, comme pour les ondes courtes du temps des rapports Est-Ouest, ces messages échappent en partie aux autorités, la censure n’étant pas efficace à 100 % ou pouvant être contournée.

Comment les serveurs (sociétés privées) peuvent-ils exercer une influence, volontaire ou non, sur les régimes et les opinions publiques ? Et comment les États peuvent-ils instrumentaliser à leur profit ces nouvelles armes (« nouveau moyen d’exportation de la démocratie », selon la secrétaire d’État américaine) ?

 

http://www.franceculture.com/emission-les-enjeux-internationaux-internet-le-monde-arabe-2011-02-17.html

 

 

 

 

La Chine devant la domination américaine d’Internet.

Malgré sa virtualité, Internet est très concrètement inscrit dans les grandes relations internationales et peut légitimement bénéficier d’une approche géopolitique. Car, nous y sommes souvent dans des logiques de puissance, que ces politiques de projection de la force soient avouées ou non, qu’elles soient publiques ou relayées par des acteurs privés.

         La rivalité entre Pékin et Washington en la matière est, d’une certaine façon, exemplaire. Gestion des noms de domaine, contrôle des communications, censure, exploitation du réseau par les opposants chinois et par les autorités officielles (messageries, sites, blogs…) sont des éléments clés d’un affrontement durable.

 

http://www.franceculture.com/emission-les-enjeux-internationaux-internet-chine-etats-unis-2011-02-04.html

Lire la suite

Site pour visites virtuelles de plusieurs musées : Google art project

19 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Histoire des arts

GOOGLE ART PROJECT

 

 

 

Google propose des visites virtuelles de grands musées du monde (National Gallery de Londres, Hermitage de St Petersbourg, Van Gogh museum d'Amsterdam etc.) avec des tableaux numérisés en haute définition.

 

 

Site :

 

 

http://www.googleartproject.com/

 

Bonnes visites  :-)

Lire la suite

L'Internet est-il géopolitique ?

17 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #TICE

 

 

FICHE ACTIVITE A PARTIR DE L’EMISSION DESSOUS DES CARTES

 

Regardez l’émission du Dessous des cartes : L’Internet est-il géopolitique ?

Possibilité de retrouver l’émission sur Internet avec le lien : http://www.youtube.com/watch?v=w5nW2y1K6Ys&feature=related

Puis répondre aux questions suivantes :

 

 I. QU’EST-CE QU’INTERNET ?

 

1) Quelle est l’origine  d’Internet ?

 

2) Quels sont les deux dimensions qui permettent  le fonctionnement d’Internet ?

 

 

II. EN QUOI L’ACCES A INTERNET EST REVELATEUR DES INEGALITES MONDIALES ?

 

 3) Quelles sont les inégalités visibles à travers les différences dans les flux de connexion ?

 

4) Quelles sont les causes de ces différences dans les flux de connexion ?

 

5) Quelle est la situation de l’Afrique vis-à-vis d’Internet ?

 

6) Quelles solutions ont adopté les Africains face au manque d’infrastructures fixes ?

 

 

III. QUI CONTROLE INTERNET ?

 

7) Quel est l’organisme chargé de la distribution des noms de domaines ?

 

8) Quelle est la nationalité de cet organisme ? Quel problème cela pose-t-il ?

 

9) Comment agit la Chine pour censurer Internet ?

 

Lire la suite

La mosaïque de Virgile

15 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Histoire des arts

 

Mosaique-de-Virgile.jpg 

QUESTIONS

 

IDENTIFIER ET SITUER L’ŒUVRE

1. Où cette œuvre a-t-elle été réalisée ? Cela se voit-il sur la mosaïque ?

2. Quelles pièces de la maison pouvaient être décorées par cette mosaïque ?

 

ETUDIER LES PERSONNAGES

3. Quels renseignements les vêtements nous apportent-ils sur les personnages ?

4. Décrivez les attitudes des trois personnages : que cela suggère-t-il ?

 

COMPRENDRE LA PORTEE DE L’ŒUVRE

5. En quoi cette œuvre manifeste-t-elle l’intégration à l’Empire et la romanisation de la province d’Afrique ?

6. En considérant la place de l’Afrique dans l’Enéide, quel autre intérêt un Romain d’Afrique aurait-il pu avoir à représenter un tel sujet ?

 

 

 AIDE POUR LES REPONSES

 

Virgile (-70/-19) : est un poète et écrivain latin. Protégé et financé par Mécène, un proche de l’empereur Auguste, il peut consacrer sa vie à l’écriture. Auteur des Bucoliques et des Georgiques, son œuvre majeure est l’Enéide qui lui valut le titre d’ « autre Homère », bien qu’elle restât inachevée à sa mort en 19 av. J.-C.

La mosaïque de Virgile : La mosaïque de « Virgile » a été découverte sur le site d’Hadrumète (l’actuelle Sousse en Tunisie), une cité portuaire au sud de Carthage. Réalisée par un artiste inconnu du début du III siècle, elle se trouvait dans une riche maison romaine. La mosaïque représente un homme assis, portant la toge du citoyen romain, entouré de deux muses. On a identifié cet homme à Virgile (mais ce pourrait être aussi le propriétaire des lieux), car il tient dans sa main un livre (volumen) sur lequel figure le vers 8 de l'Enéide : « Muse, rappelle-moi pour quelle cause, pour quelle offense à sa volonté... ».

* Avec l'Enéide, Virgile entend offrir à Rome une épopée sur le modèle prestigieux de l'Iliade et de l'Odyssée d'Homère, en retraçant les origines de la ville. Enée, après avoir échappé à la mort lors de la prise de Troie par les Grecs et être passé par Carthage, réussit à gagner l'Italie. Selon Virgile, ce Troyen sans patrie aurait établi dans le Latium son propre royaume, qui serait à l'origine de la cité de Rome. Cet ouvrage, qui permet de relier la mythologie grecque avec les débuts de Rome, rencontre un grand succès dans le monde romain.

* Cette riche mosaïque permet ainsi d'apprécier l'enracinement de la culture latine dans les provinces, et notamment en Afrique.

Les Muses : Virgile est entouré de deux muses Calliope et Melpomène, qui paraissent lui dicter son récit. Toutes les deux sont filles de Zeus et de Mnémosyne, la déesse de la mémoire, et chacune a ses propres attributs.

Calliope, muse de la poésie épique, lit un manuscrit. Elle porte sans doute une couronne d'or qui est l'un de ses attributs tout comme le livre ouvert.

Melpomène, muse de la tragédie, a un air grave. Elle porte des vêtements riches et tient un masque de tragédie.  

L'art de la mosaïque : utilisée par les Grecs, la mosaïque se développe dans le monde romain au point d'y devenir un art décoratif majeur, très prisé des élites qui s'en servent pour décorer leurs demeures. Faire une mosaïque consiste à assembler et à coller de petits cubes (tessellae) de pierre ou de marbre en vue de former des motifs sur les sols, les murs ou les plafonds. D'abord géométriques, ces motifs deviennent figuratifs. Les thèmes choisis sont souvent liés au rôle de la pièce dans laquelle ils sont représentés : ainsi, des motifs à caractère maritime ornent souvent les pièces consacrées au bain.





 

CORRECTION

 

IDENTIFIER ET SITUER L’ŒUVRE

1. Où cette œuvre a-t-elle été réalisée ? Cela se voit-il sur la mosaïque ?

La mosaïque a été réalisée en Afrique, mais le sujet et les canons artistiques de l’œuvre sont purement romains. L’homme au milieu semble avoir une peau plus foncée, peut-être celle d’un Romain d’Afrique.

 

2. Quelles pièces de la maison pouvaient être décorées par cette mosaïque ?

Les pièces réservées à l’étude ou à la réception de visiteurs : c’est une œuvre de prestige.

 

ETUDIER LES PERSONNAGES

3. Quels renseignements les vêtements nous apportent-ils sur les personnages ?

La toge indique la citoyenneté, les vêtements précieux et élaborés manifestent la richesse.

 

4. Décrivez les attitudes des trois personnages : que cela suggère-t-il ?

Les attitudes graves indiquent l’étude ou l’écriture : les deux muses inspirent le personnage principal qui compose. La lecture est au cœur de la culture des élites romaines.

 

COMPRENDRE LA PORTEE DE L’ŒUVRE

5. En quoi cette œuvre manifeste-t-elle l’intégration à l’Empire et la romanisation de la province d’Afrique ?

Le thème et les standards artistiques montrent l’enracinement de la culture latine, y compris la culture littéraire, en Afrique.

 

6. En considérant la place de l’Afrique dans l’Enéide, quel autre intérêt un Romain d’Afrique aurait-il pu avoir à représenter un tel sujet ?

Dans l’Enéide, Didon – la reine mythique de Carthage – et Enée deviennent amants, mais Enée doit partir et Didon se suicide. Cette œuvre commandée par un Romain d’Afrique se trouve à Hadrumète, près de Carthage : le thème choisi est donc certainement lié au lieu.

 

 

 

Lire la suite

Cours TL Histoire : Les enjeux européens depuis1990 (2)

15 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

II Quelles sont les principales dynamiques de la construction européenne depuis 1989 ?

 

            A. Comment les dynamiques institutionnelles progressent-elles depuis Maastricht ?

                       

                        1. Quelles sont les modifications institutionnelles et leur portée ?

                       

TRANSPARENT à dessiner et à apprendre

OU

Organigramme 3 page 225 : Les institutions européennes

Quel est le fonctionnement de l’Union européenne ?

_ Le fonctionnement de l’Union européenne repose sur plusieurs institutions :

* Le conseil européen : réunit les chefs d’Etats et de gouvernement et fixe les grandes orientations.

* Le conseil de l’Union européenne ou conseil des ministres, c’est le principal organe de décision. Il réunit les ministres des Etats membres.

* La commission européenne composée de commissaires désignés est à l’initiative de la réglementation européenne est veille à son application.

* Le parlement européen composé de députés élus par les européens est essentiellement un organe consultatif et de contrôle.

* La cour européenne de Justice au Luxembourg veille à l’application du droit européen.

 

_ Les traités d’Amsterdam  en 1997 et de Nice en 2000 ont renforcé le rôle du Parlement.
Il participe à la désignation de la commission. Le parlement obtient une extension de ses pouvoirs en 1986 dans les domaines législatif et budgétaire.

_ Depuis Maastricht les Etats transfèrent une partie de leur souveraineté à l’Union européenne. Les pouvoirs du Parlement se renforcent, les citoyens sont davantage pris en compte.

 

Organigramme 3 page 225 : Les institutions européennes

Question 3 page 225 : Quelles sont les principales modifications institutionnelles induites par l’élargissement ?

_ Les principales modifications institutionnelles liées à l’élargissement sont :

* le nombre de chefs d’Etat ou de gouvernement passe de 15 à 27, tout comme le nombre de ministres au sein du Conseil. La pondération, c’est-à-dire la répartition des voix au sein du Conseil européen ou du Conseil des ministres est modifiée, les Etats comme la Pologne ou l’Espagne reprochant à cette nouvelle pondération de trop favoriser les grands Etats (c’est-à-dire les plus peuplés) ou les plus petits ;

* le nombre de députés au Parlement européen augmente du fait de la venue de nouveaux Etats, mais les anciens Etats membres perdent un certain nombre de sièges ;

* le nombre de commissaires est limité à 25 à partir de 2005, les Etats les plus peuplés en perdent donc un.

* En revanche, le fonctionnement des institutions européennes ne change pas.

Cette absence de changement des institutions fait dire à certains que le dispositif prévu par le traité de Nice du 11 septembre 2000 qui préparait l’élargissement à 25 a donné naissance à une « usine à gaz ». Le fonctionnement à 25 risque d’être difficile comme le prouve l’échec du sommet européen de Bruxelles de décembre 2003 qui devait permettre l’adoption de la Constitution européenne.

_ Les difficultés de fonctionnement des institutions et la panne d’une simplification institutionnelle s’expliquent par des conceptions divergentes du projet européen (Royaume-Uni en faveur d’une union économique, la France pour une Europe puissance politique).

                        2. Comment expliquer l’euroscepticisme ?

 

Affiche 3 page 223 : « Arhus contre l’Union européenne »

Question 3 page 223 : Comment certains Danois réagissent-ils face au traité de Maastricht ?

Les Danois ont dû s’y prendre à deux reprises avant de ratifier le traité de Maastricht, signe d’une méfiance à l’égard de l’Union européenne que le traité envisage de créer. Partout en Europe le souverainistes, de droite comme de gauche, organisent la résistance à Maastricht.

 

_ L’euroscepticisme, c’est-à-dire le sentiment de défiance vis-à-vis de la construction de l’Union européenne est ancien au Royaume-Uni. Mais ce sentiment se propage dans plusieurs pays européens :

* Les souverainistes (partisan de la souveraineté de l’Etat au dessus de celle de l’Union européenne) s’opposent à l’approfondissement de l’Union européenne.  C’est le cas en France en 1992 de M. Philippe Seguin militant contre l’adoption du traité de Maastricht.

* Les partis populistes s’opposent également à l’élargissement de l’Union européenne.

* Les syndicats dénoncent la faiblesse des préoccupations sociales de l’Union européenne.

* De plus, l’abstention aux élections européennes qui ne cesse de progresser depuis 1979 montre le décalage entre les décideurs et l’opinion.

_ La situation devient critique lorsque deux pays fondateurs de l’Union européenne (France et Pays-Bas) refusent par référendum la ratification en 2005 du traité constitutionnelle. Pourtant  18 pays ont déjà adopté ce traité constitutionnel. 

 

            B. En quoi les dynamiques économiques renforcent-elles l’intégration régionale ?

 

                        1. Quelle est l’intensité des échanges ?

 

Carte 2 page 203 : La marche vers l’Est, 1989-2004

Les pays ayant appliqué la Convention de Schengen sont-ils nombreux ? Quelles en sont les conséquences ?

_ Le président de la Commission européenne Jacques Delors (1985-1995) relance la construction européenne par le biais de l’économie. L’Espace Economique Européen et le traité de Schengen favorisent la libre circulation des hommes et des marchandises. Les échanges sont intensifiés dans tous les domaines (marché unique, espace Schengen, programme Erasmus d’échanges universitaires pour les étudiants).

_ L’attractivité de l’Europe est renforcée à toutes les échelles : la ville de Dublin en Irlande attire les jeunes diplômés de l’Union européenne, l’Espagne quant à elle attire les migrants africains et latino-américains.

Jacques Delors (biographie page 212) :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                        2. Quels sont les enjeux de l’Union Economique Monétaire ?

 

Chronologie de la marche à l’euro

_ L’Euro est la monnaie unique adoptée par 13 pays européens. Elle a été mise en circulation le 1er janvier 2002, les monnaies nationales devant disparaître le 1er juillet 2002 dans les 12 premiers pays de la zone euro.

 

 

Carte 2 page 203 : La marche vers l’Est, 1989-2004

 

Quelles sont les conséquences économiques de la constitution de la zone euro ?

 

L’euro est-il un gage de stabilité des prix ?

Non.

_ Les indices montrent que les prix de la zone euro sont supérieurs à ceux de l’Union européenne à 15 ou à 25. Cela s’explique par le fait que si les prix baissent sur les biens de consommation durables notamment ceux qui sont importés d’Asie, les prix de consommation courante ont augmenté (effet d’arrondi ?).

 

L’euro est-il une base saine pour la croissance de l’emploi ?

_ La croissance du PIB est supérieure dans la zone euro que dans celle de l’Union européenne à 15 puis à 25 depuis 1999 et le taux de chômage y est inférieur. Mais, les performances de la zone euro à l’échelle mondiale restent médiocres.

Zone euro ou Euroland : Ensemble de pays ayant adopté l’euro depuis 1999.

 

L’euro favorise-t-il les exportations sur le marché mondial ?

_ La hausse de l’euro face au dollar entamée en 2002 n’est pas un stimulant pour les exportations. Mais l’Allemagne a su renouer avec des excédents record alors que le déficit commercial de la France se creuse d’année en année !

 

Où se trouve la Banque centrale européenne ? Quel est son rôle ?

_ La Banque Centrale Européenne a été crée en 1997 et a son siège à Francfort. Elle est indépendante et a pour rôle de déterminer la politique monétaire, de contrôler l'émission de la monnaie et d’assurer la stabilité de la monnaie.

 

 

 

_ Le Pacte de stabilité et de croissance a été adopté par le conseil européen d’Amsterdam en juin 1997. Avec le Pacte de stabilité les Etats doivent maintenir l’inflation et le déficit budgétaire en dessous de limites fixes (seuil à ne pas dépasser 3% de déficit annuel).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

III. Quels sont les enjeux actuels de l’UE ? Entre élargissement et approfondissement

 

            A. Comment surmonter les faiblesses de l’Union européenne ?

 

Quelles sont les faiblesses de l’Union européenne ?

_ Les faiblesses de l’Union européenne sont de plusieurs types :

* l’adhésion de la population aux institutions européennes est faible, cela s’explique par l’importance du pouvoir exécutif alors que le parlement européen ne dispose pas d’une influence étendue. En effet, c’est de la commission européenne que proviennent les règlements et directives européennes. Or elle ne rend de compte à personne. La commission européenne est donc accusée à la fois de technocratie et de bureaucratie : l’eurocratie.

* La lourdeur technocratique est réelle à cause du grand nombre de textes, de procédures.

- Multiplication des normes communes aux pays européens (normes techniques, normes de sécurité etc...)

- Les problèmes de langues rajoutent à la lourdeur générale : tous les textes européens rédigés dans les deux langues officielle, l’anglais et le français, doivent être traduits dans chaque droit national.

-Chaque texte européen doit être adopté par les Parlements nationaux (85 % environ des lois votées par le parlement français proviennent de la législation communautaire)

* Le poids des lobbies ou groupes de pression s’exerce sur l’Union européenne :

- Il n’est pas une profession, une industrie ou un marché qui n’ait pas de représentants faisant tout pour se faire entendre à la Commission ou au Parlement et exercer ainsi une influence sur les décisions

- Travaux et enquêtes réalisés par de nombreux organismes et bureaux extérieurs à l’administration européenne du fait de la sous-traitance généralisée rendue nécessaire par le petit nombre de fonctionnaires européens (La Commission compte seulement 20 000 fonctionnaires, ce qui est moins que la seule ville de Paris) ; cela a pu favoriser le copinage voire la fraude.

 

_ Au niveau social l’Union européenne n’a réalisé que peu d’avancées. Mais une Charte sociale des droits sociaux fondamentaux a été élaborée le 9 décembre 1989, mais sans recevoir de statut officiel. Le Royaume-Uni s’oppose avec force à toute politique sociale et aucune lutte cohérente contre le chômage n’existe.

 

_ Le manque de politique industrielle affecte l’Union européenne. Malgré cela la coopération industrielle entre les entreprises européennes a aboutit à d’importantes réussites :

* Airbus : créé en 1970, second avionneur au monde derrière Boeing, 40000 emplois en Europe

* Ariane : 60 % du marché mondial du lancement des satellites

* EADS[1] : nouvelle société résultant d’une importante fusion à l’échelle européenne (fusion du français Aérospatiale Matra et de l’allemand Daimler-Chrysler Aerospace avec ralliement de la société espagnole CASA). Le britannique Bae (British Aerospace) n’est plus le seul grand avionneur européen.

 

Comment surmonter les faiblesses de l’UE ?

_ Le 25 mars 2007 a Berlin la chancelière Angela Merkel propose aux hommes d’Etat (présents pour la commémoration du 50e anniversaire de l’Union européenne) de parvenir pour tous les pays à un accord d’ici 2009 pour doter l’Union européenne d’institutions efficaces pour gérer l’Europe à 27.

"C'est pour cette raison qu'aujourd'hui, cinquante ans après la signature des traités de Rome, nous partageons l'objectif d'asseoir l'Union européenne sur des bases communes rénovées d'ici les élections au Parlement européen de 2009. Car nous le savons bien, l'Europe est notre avenir commun"

 

            B. Quelle identité et quelle frontières pour l’Union européenne ?

 

Texte 1 page 224 : La question de l’élargissement

Question 1 page 225 : Comment Hubert Védrine envisage-t-il l’élargissement de l’Union européenne à 25 ?

 

_ L’élargissement important de l’Europe en 2004 a provoqué une crise du projet européen. Le risque de dilution du projet politique dans une Europe vaste marché économique suscite l’inquiétude de plusieurs populations européennes (France). Le risque est que l’élargissement de l’Union européenne empêche son approfondissement politique, social…

Elargissement : Désigne l’extension spatiale de la construction européenne (6 Etats en 1957, 15 en 1995, 27 en 2007).

Approfondissent : Désigne la mise en place de nouveaux domaines de compétences pour l’Union européenne et l’accroissement du pouvoir des institutions européennes (ex l’euro et le pacte de stabilité)

 

Quelle identité et quelles frontières pour l’UE ?

 

La Turquie peut-elle rentrer dans l’Union européenne ?

_ La question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne provoque des questions sur l’identité et les frontières de l’Europe. Pour entrer dans l’Union européenne il faut remplir les critères d’adhésion et être sur le continent européen.

_ La Turquie, à cheval sur l’Europe et sur l’Asie mais à 84% en orient, est un cas difficile. La Turquie est une république laïque, dont les échanges sont tournés vers l’Union européenne et membre de l’OTAN. Mais l’influence non démocratique de l’armée et des islamistes, le refus de la reconnaissance du génocide arménien, la situation précaire des Kurdes ainsi que  le refus de reconnaître l’existence d’un des membres de l’Union européenne : Chypre, sont des éléments pour retarder ou refuser son adhésion.

 

Critères d’adhésion : Des institutions fiables et démocratiques, une économie de marché concurrentielle, l’adoption des acquis communautaires et de l’Union monétaire.

 

Qu’est-ce que l’identité européenne ?

_ L’identité européenne s’appuie sur ces valeurs humanistes : égalité des êtres, liberté, respect de la raison. Elle s’inspire des héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe fondant son patrimoine et ses valeurs pour donner un rôle central au respect du droit, de la personne humaine et de ses droits inaliénables. Les valeurs de l’Europe sont également la paix, la justice et la solidarité dans le monde (cf. préambule du projet de Constitution européenne présenté le 20 juin 2003).

 

Conclusion générale : De 1989 à 2005, l’intégration européenne se poursuit. Le traité de Maastricht et la constitution de l’espace Schengen sont des étapes importantes dans ce processus. Mais, l’intégration reste plus avancée dans le domaine économique que dans les domaines sociaux et politiques. Si bien qu’en 2005, le débat sur le Traité Constitutionnel Européen fait toujours apparaître les discussions sur le modèle social européen, sur la construction d’une Europe fédérale, sur la mise en place d’une politique étrangère commune.         

            Les limites géographiques de l’UE sont encore en question. Depuis Maastricht, l’Union Européenne a vocation accueillir tous les Etats européens. Le problème est de savoir où s’arrête l’Europe et quel sera l’échéancier de cet élargissement.

Tle Fiche d’objectifs Histoire n°6

 

LES ENJEUX EUROPEENS DEPUIS 1990

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. En quoi l’implosion de l’URSS et la fin des démocraties populaires reposent la question des frontières et des territoires en Europe ?

                A. Quelles sont les modifications territoriales après 1989 ?

                               1. Quels pays de l’AELE rejoignent l’UE après la fin de l’URSS ?

                               2. Comment s’explique la multiplication des Etats dans les PECO ?

                B. Quelles sont les conséquences de la multiplication des Etats pour l’UE ?

                               1. Quels sont les problèmes politiques ? Le cas de l’ex Yougoslavie.

                               2. Quels sont les problèmes économiques  et sociaux des PECO ?

                C. En quoi les crises internationales remettent elles en cause les progrès de l’Union européenne dans le domaine politique ?

II Quelles sont les principales dynamiques de la construction européenne depuis 1989 ?

                A. Comment les dynamiques institutionnelles progressent-elles depuis Maastricht ?

                               1. Quelles sont les modifications institutionnelles et leur portée ?

                               2. Comment expliquer l’euroscepticisme ?

                B. En quoi les dynamiques économiques renforcent-elles l’intégration régionale ?

                               1. Quelle est l’intensité des échanges ?

                               2. Quels sont les enjeux de l’Union Economique Monétaire ?

III. Quels sont les enjeux actuels de l’UE ? Entre élargissement et approfondissement

                A. Comment surmonter les faiblesses de l’Union européenne ?

                B. Quelle identité et quelle frontières pour l’Union européenne ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Pays en transition : PECO et républiques issues de l’ex-URSS dont l’économie est en transition de l’économie planifiée collectiviste à l’économie de marché, et dont le régime politique est en transition entre la démocratie populaire à la démocratie libérale.

* Le conseil européen : réunit les chefs d’Etats et de gouvernement et fixe les grandes orientations.

* Le conseil de l’Union européenne ou conseil des ministres, c’est le principal organe de décision. Il réunit les ministres des Etats membres.

* La commission européenne composée de commissaires désignés est à l’initiative de la réglementation européenne est veille à son application.

* Le parlement européen composé de députés élus par les européens est essentiellement un organe consultatif et de contrôle.

* La cour européenne de Justice au Luxembourg veille à l’application du droit européen.

Euroscepticisme : sentiment de défiance vis-à-vis de la construction de l’Union européenne

Zone euro ou Euroland : Ensemble de pays ayant adopté l’euro depuis 1999.

Eurocratie : critique portant sur la technocratie et la bureaucratie européenne

Elargissement : Désigne l’extension spatiale de la construction européenne (6 Etats en 1957, 15 en 1995, 27 en 2007).

Approfondissent : Désigne la mise en place de nouveaux domaines de compétences pour l’Union européenne et l’accroissement du pouvoir des institutions européennes (ex l’euro et le pacte de stabilité)

Critères d’adhésion : Des institutions fiables et démocratiques, une économie de marché concurrentielle, l’adoption des acquis communautaires et de l’Union monétaire.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS L’ESPACE  :

 

_  La zone euro                      _ Les pays dans l’espace Schengen              _ Les pays membres de l’OTAN

_ Les pays membres de l’Espace Economique Européen

 

4/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

 

9 décembre 1989 : Charte sociale des droits sociaux fondamentaux

1990 : RDA absorbée par la RFA pour former un unique Etat allemand.

1992 : les pays de la CEE et de l’AELE forment ensemble l’EEE (espace économique européen)

avril 1992 : début de la guerre civile lors de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie

1er janvier 1993 : « divorce de velours », séparation pacifique de la Tchécoslovaquie en République Tchèque et Slovaquie.

1994 : 2e refus (après 1971) par  referendum de l’entrée de la Norvège dans l’UE

1995 : accords de Dayton 

 

1997 : nouvelle guerre balkanique au Kosovo

1997 : Création de la Banque Centrale Européenne

Juin 1997 : adoption par le conseil européen d’Amsterdam du Pacte de stabilité

1999 : les Etats-Unis et l’OTAN oblige l’armée serbe à se retirer du Kosovo et à mettre fin à ses exactions. 

11 septembre 2000 : traité de Nice préparant l’élargissement à 25 membres de l’UE

1er janvier 2002 : mise en circulation de l’euro.

2003 : la guerre d’Irak suscite l’opposition entre les pays de l’Union européenne.

juin 2004 : Croatie candidate à l’adhésion de l’UE

1 janvier 2007 : la zone euro comporte 13 membres 

 

SAVOIR FAIRE

 

5/ JE SAIS COMMENTER UNE CARTE

6/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE A PARTIR DE QUESTIONS

7/ JE SAIS COMMENTER UN ORGANIGRAMME INSTITUTIONNEL DE L’UE

8/ JE SAIS COMPLETER LA CARTE DES INSTITUTIONS : MEMBRES DE L’OTAN, DE L’ESPACE SCHENGEN, DE LA ZONE EURO.



 

 

Lire la suite

Cours Tle Histoire : Les enjeux européens depuis 1990 (1)

15 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

LES ENJEUX EUROPEENS DEPUIS 1990

 

Introduction :

            Les enjeux européens depuis 1989 sont divers :

            *  L’implosion de la zone d’influence soviétique ouvre la voie à l’élargissement de l’Union européenne à l’Est, posant avec acuité le problème de l’approfondissement.

            * Les transferts progressifs de souveraineté invitent les Européens à s’interroger sur le rapport entre les Etats-nations et l’Union.

            * Les conflits dans les Balkans montrent que le continent européen n’est pas à l’abri du retour de la guerre ; ils soulignent la difficulté de l’Union à mettre en œuvre une politique extérieure commune.

 

Problématiques : Quelles sont les conséquences de la disparition du rideau de fer en Europe ?

            En quoi l’élargissement de l’Union européenne pose le problème de son approfondissement (en étant un risque de dilution du projet politique au profit d’un simple Europe espace économique) ?

 

L’Europe peut-elle constituer un pôle homogène face aux Etats-Unis ? OU Comment l’Europe peut-elle devenir une puissance à l’échelle internationale ?

 

 

I. En quoi l’implosion de l’URSS et la fin des démocraties populaires reposent la question des frontières et des territoires en Europe ?

 

                        A. Quelles sont les modifications territoriales après 1989 ?

 

                                    1. Quels pays de l’AELE rejoignent l’UE après la fin de l’URSS ?

 

Carte 1 page 202 : La construction européenne, 1957-1989

+ Carte 2 page 203 : La marche vers l’Est, 1989-2004

Combien de pays libres existent-ils en Europe de l’Ouest en 1989 ? Combien sont-ils dans la CEE en 1989 ? Pourquoi ?

* 20 pays en Europe de l’Ouest ne sont pas des satellites (démocraties populaires) de l’URSS. * Ces pays sont les 12 pays membres de la CEE, mais aussi les 3 pays neutres adhérant en 1995 (Autriche, Suède et Finlande), ainsi que Malte et Chypre (mais sans compter le Liechtenstein, Monaco, Andorre, le Vatican et la République de Saint-Marin). On trouve également la Suisse, la Norvège et l’Islande. 

_ De 1957 à 1989 le CEE s’est élargie dans une Europe de l’ouest stable dans ses frontières internes. Ce sont principalement les pays membres de l’OTAN qui se sont unis. Trois pays neutres se sont tenus à l’écart de cette union mais ont intégré l’Union européenne après la Guerre Froide en 1995 : l’Autriche, la Suède et la Finlande.

 

Comment s’explique la facilité de l’élargissement de l’Union Européenne en 1995 ?

_ Dès 1989 l’Autriche demande son adhésion à la CEE, et en 1992 la Norvège, la Suède, la Finlande et la Suisse la formulent également. Ce sont des pays peu peuplés et riches qui ne posent pas de problèmes économiques.

_ De plus, les pays de la CEE et de l’AELE se sont rapprochés pour former en 1992 l’EEE (espace économique européen) dans lequel les marchés sont unifiés (libre circulation des capitaux, services et marchandises ; adoption des règles de l’Union européenne en terme de concurrence, d’ouverture de marchés publics, de protection du consommateur).

_ Les pays candidats ont déjà de grandes entreprises présentes dans l’Union européenne. La Suède dispose de Volvo, Electrolux, Ericsson.

 

Quels pays occidentaux refusent d’adhérer à l’Union européenne ? Pourquoi ?

_ La Suisse a suspendu sa demande d’adhésion dans l’UE après l’échec du référendum d’adhésion à l’Espace Economique Européen. Le pays désire protéger son agriculture de montagne et son secret bancaire.

_ La Norvège refuse par referendum son entrée dans l’UE pour la deuxième fois (1971 et 1994) car elle refuse de partager ses zones de pêche.

 

Conclusion 1 : L’élargissement de l’Union Européenne aux pays du Nord et du centre de l’Europe se heurte parfois à la nécessité de l’approfondissement de l’Union européenne. Des pays comme la Suisse serait par exemple obligé de renoncer à son secret bancaire en cas d’entrée dans l’UE. La Norvège a pour protéger ses droits de pêche refusé à deux reprises son adhésion. 

 

                                   2. Comment s’explique la multiplication des Etats dans les PECO ?

 

Carte 2 page 203 : La marche vers l’Est, 1989-2004

Combien de pays existent-ils à l’Est en 1989 ? Et combien sont-ils en 2004 ? Pourquoi ?

* 9 pays existent à l’Est avant 1989 mais ils sont 20 en 2004.

_ La multiplication du nombre de pays dans la partie orientale de l’Europe s’explique par la fragmentation des pays en transition. Les Etats multinationaux se démembrent. L’URSS et l’ex-Yougoslavie implosent en de nombreux Etats. Ainsi, la Tchécoslovaquie se scinde pacifiquement par le « divorce de velours » le 1er janvier 1993 en deux pays : la République Tchèque et la Slovaquie. Par contre la RDA est absorbée par la RFA en 1990 pour former un unique Etat allemand. Des formes pacifiques de modifications des frontières permettent l’entrée rapide de ces territoires dans l’Union européenne.

Pays en transition : PECO et républiques issues de l’ex-URSS dont l’économie est en transition de l’économie planifiée collectiviste à l’économie de marché, et dont le régime politique est en transition entre la démocratie populaire à la démocratie libérale.

 

            B. Quelles sont les conséquences de la multiplication des Etats pour l’UE ?

 

                        1. Quels sont les problèmes politiques ? Le cas de l’ex Yougoslavie.

 

Carte 2 page 225 : Les points chauds en Europe de 1989 à 2004

+ Carte 2 page 122 : Un Etat à la recherche de ses frontières

Question 1 page 123 : (Au détriment de quels empires le royaume de Yougoslavie se construit-il en 1918). Montrez que la Yougoslavie est une « mosaïque ethnique » en 1989 ?                 

            Le démembrement de l’Empire austro-hongrois entraîne la création en 1918 de nouveaux Etats dont le royaume des Serbes, des Slovènes et des Croates (Yougoslavie) qui comprend les deux royaumes de Serbie et du Monténégro, ainsi que les possessions de l’ex-Empire (Croatie, Bosnie-Herzégovine, Slovénie et Dalmatie).

 En 1945, est créé l’Etat fédéral yougoslave, composé de multiples nationalités aux religions diverses : chrétiens orthodoxes (Serbes), catholiques (Croates), musulmans.

 

+ Rappel cours et lecture chronologie indicative page 122

 

_ L’éclatement de la Yougoslavie se déroule suite à la mort du leader communiste Tito en 1980 et à l’effondrement du communisme. L’Etat fédéral multi ethniques se décompose dans la violence et une succession d’affrontements dans la « poudrière des Balkans ».

_  La guerre réapparaît en Europe pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale. En 1991 la Slovénie et la Croatie déclarent leur indépendance de la Yougoslavie. En 1992 la Bosnie proclame également son indépendance après un référendum mais celui-ci a été boycotté par les Serbes Bosniaques. L’armée intervient pour édifier une « Grande Serbie ». La guerre débute en avril 1992 et dure trois ans jusqu’aux accords de Dayton en 1995.

_ Les situations d’horreur se multiplient : bombardements de populations civiles à Dubrovnik ou a Sarajevo, villes martyres, «purification ethnique». Les Casques bleus de l’ONU ne peuvent empêcher les massacres. 

L’Union européenne est divisée et impuissante à rétablir la paix. Cela montre l’échec de sa politique extérieure. Car c’est l’intervention de l’OTAN et des Etats-Unis en 1994 qui permet de régler militairement et diplomatiquement le conflit avec les accords de Dayton.

 

 

Texte 4 page 123 : Le Kosovo reste une poudrière

Question 4 page 123 : Quel est l’objectif de la mission de l’ONU au Kosovo ? Montrez que, malgré l’intervention de l’OTAN en 1999, le Kosovo demeure un facteur d’instabilité pour les Balkans.

            Par la résolution 1244 du Conseil de sécurité, l’ONU se voit confier au Kosovo depuis juin 1999 une mission d’un type nouveau puisqu’il ne s’agit plus seulement de maintenir la paix mais de construire un Etat « démocratique et multiethnique ». La mission d’administration intérimaire des Nations unies au Kosovo (MINUK) évolue vers un système de protectorat.

            Bernard Kouchner, représentant spécial du Secrétaire général, doit alors superviser quatre secteurs d’activités pour la remise en état du Kosovo : l’administration civile, l’assistance humanitaire, la démocratisation et création d’institutions et la reconstruction économique.

            L’OTAN est la seule autorité militaire au Kosovo par la présence de la KFOR (50 000 soldats). Mais, malgré la mise en place de l’administration civile internationale et l’entrée en fonction de la KFOR, le bilan est plus que mitigé : l’économie est réduite aux activités mafieuses et la haine entre les communautés est intacte, comme en témoigne les émeutes des 17 et 18 mars 2004, qui font 19 morts, 900 blessés, 29 églises et monastères brûlés, 4 500 Serbes chassés de chez eux et 800 maisons de Serbes rasées.

_ En 1997 éclate une nouvelle guerre balkanique. La province serbe du Kosovo peuplée en majorité d’Albano-musulmans veut son indépendance. La diplomatie européenne connaît un nouvel échec pour mettre fin au conflit. En 1999 les Etats-Unis sont à l’origine de l’intervention de l’OTAN (bombardements sur Belgrade) pour obliger l’armée serbe à se retirer du Kosovo et à mettre fin à ses exactions.  

_ L’ONU place le Kosovo sous sa tutelle. La guerre n’est plus présente en Europe mais les tensions restent vives. Les criminels de guerre sont poursuivis (Milosevic jugé par le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie, mais est mort au cours de son jugement).

_ La Croatie est candidate à l’adhésion depuis juin 2004. Mais les négociations pour l’adhésion sont reportées à cause de l’affaire « Gotovina », cet officier croate inculpé par le TPI et qui n’a pas été arrêté par les autorités Croates.

 

                                   2. Quels sont les problèmes économiques  et sociaux des PECO ?

 

Carte 2 page 203 : La marche vers l’Est, 1989-2004

Quels pays ont adopté l’euro ? Combien font partie de l’ex Europe de l’Est ? Pourquoi ?

_ Depuis le 1 janvier 2007, la zone euro comporte 13 membres : Belgique, Pays-Bas et Luxembourg, France et Allemagne, Italie ; l’Irlande ; la Grèce, le Portugal et l’Espagne ; la Finlande et l’Autriche, et la Slovénie. 

* Seule la Slovénie fait partie des anciens pays d’Europe de l’Est.

_ Les anciens pays de l’Est (PECO) ont connu des difficultés dans leur transition vers l’économie de marché. En effet, les structures héritées ne sont pas adaptées : les industries vieillies et polluantes sont de faible productivité et rentabilité, l’expérience en gestion d’entreprise dans une économie capitaliste fait défaut.

_ Aussi, face au manque de capitaux nationaux et aux immenses besoins des PECO les IDE ouest européen s’investissent fortement et provoquent une mise à niveau brutale de l’économie et de l’industrie.

_ Mais cela a des conséquences sociales importantes : faillites d’entreprises et fermetures d’usines, augmentation du chômage et montée de la paupérisation (appauvrissement).

_ Les économies ont mis plusieurs années pour devenir compétitive au niveau européen.

            C. En quoi les crises internationales remettent elles en cause les progrès de l’Union européenne dans le domaine politique ?

 

_ En 2003 la guerre d’Irak suscite l’opposition entre les pays de l’Union européenne, également membres de l’OTAN, sur la politique extérieure. Le Royaume-Uni et plusieurs PECO candidats comme la Pologne soutenant les Etats-Unis, d’autres pays comme la France et l’Allemagne s’opposant à l’intervention militaire. 

_ La France et l’Allemagne se sont trouvées en minorité face aux autres  membres de l’Union européenne. Cette situation a mise en évidence l’absence de politique extérieure et de défense commune.

* Cependant, la prise de conscience de ce problème a abouti en fin 2003 à un accord sur la défense européenne dont la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont à l’origine. Une cellule militaire « QG européen » est prévue pour planifier des opérations autonomes de l’Union européenne.

_ Les tensions entre la France et les pays candidats à l’adhésion ont été vives car Jacques Chirac a critiqué les positions atlantistes des PECO lors du sommet extraordinaire sur l’Irak le 17 février 2003 en qualifiant ces PECO de « mal élevés ». Cela révèle le manque de confiance mutuelle et renforce l’impression d’une Europe divisée et enlisée dans des querelles internes.

 

  

Le conseil européen : réunit les chefs d’Etats et de gouvernement et fixe les grandes orientations.

Le conseil de l’Union européenne ou conseil des ministres, c’est le principal organe de décision. Il réunit les ministres des Etats membres.

La commission européenne composée de commissaires désignés est à l’initiative de la réglementation européenne est veille à son application.

Le parlement européen composé de députés élus par les européens est essentiellement un organe consultatif et de contrôle.

La cour européenne de Justice au Luxembourg veille à l’application du droit européen.

 

 

Organigramme 3 page 225 : Les institutions européennes

 

BROUILLON d’explication de l’organigramme

 

_ Le Conseil européen (créé en 1974) est la réunion des chefs d'état ou de gouvernement européens avec le président de la Commission.

Pouvoir décisionnel : il définit les grandes orientations, les objectifs prioritaires, donne les grandes impulsions

2 réunions/an au minimum, préparées par le pays qui occupe la présidence (tournante) de l’Union pour six mois.

 

_ La Commission

Siège à Bruxelles, rouage essentiel de la communauté

Sorte de gouvernement supranational agissant de manière collégiale et dans l’indépendance à l’égard des gouvernements nationaux, avec un engagement des commissaires à agir de façon indépendante de leur pays d'origine.

Le Président de la Commission coordonne son action

Des prérogatives importantes

Pouvoir exécutif (mise en application des décisions du conseil des ministres)

Pouvoir de proposition de mesures ou d'actions (« propositions de directives ») au conseil des ministres : elle a le monopole de l’initiative législative.

Pouvoir de représentation auprès de pays tiers ou organisations internationales

Gardienne des traités

Gestion du budget communautaire

Possibilité de sanctionner un pays ne respectant pas ce qu’elle a édicté

 

_ Le Parlement

Caractères

Elu  au suffrage universel depuis 1979 pour 5 ans dans chaque pays :

Sa légitimité devient alors incontestable et celà lui permet de prétendre obtenir de nouveaux pouvoirs

A l’origine il ne disposait d’aucun pouvoir réel (son premier président fut Simone Veil, ancienne ministre française de la santé)

Les Elus se regroupent en groupes parlementaires selon les affinités politiques et non pas selon les critères de nationalité.

Siège : Strasbourg avec une session plénière une fois par mois,

Mais secrétariat du Parlement à Luxembourg

Et travail en commission et réunions de groupes à Bruxelles…

Extension des pouvoirs du Parlement en 1986 dans les domaines législatif et budgétaire

 

_ Le Conseil des ministres

Représente les intérêts de chacun des pays membres pour chaque domaine concerné

Un ministre par état membre et par thème

1. Le véritable pouvoir de décision de l’UE

Il met en place les orientations des politiques communes par des actes législatifs en accord avec le parlement européen (codécision), par l’intermédiaire d’actes législatifs, directives et règlements

2. Deux leviers exécutifs

La directive  adoptée en co‑décision par les ministres et les parlementaires européens, qui nécessite une transposition dans le cadre juridique national et laisse donc une marge de manoeuvre aux Etats quant à la forme et aux moyens pour la mettre en oeuvre.

Le règlement, directement applicable dès qu'il a été adopté par le Conseil des ministres et publié au Journal Officiel des Communautés européennes, qui fixe une règle, impose des obligations ou accorde des droits à tous les Etats dans des domaines précis

 

Lire la suite

Cours TL Histoire : La construction de l'Europe de l'Ouest de 1945 à 1989 (2)

15 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

II. Quelles sont les élargissements successifs du territoire européen ? (depuis 1972-2007)

 

            A. Quelles sont les étapes de la construction européenne ?

 

                        1. Quels pays adhèrent à l’ensemble européen ?

 

Carte la construction européenne de 1957 à 2004 pages 202-203

 

_ L’histoire de la construction européenne est celle d’un élargissement progressif, de six membres fondateurs à vingt-sept membres. C’est l’histoire de l’approfondissement de la coopération entre Etats : d’une union économique à une union politique.

_ En 1973, lorsque la CEE passe de six à 9 membres, elle comporte 252 millions d’habitants et est le deuxième pôle économique du monde.

 

1950 (9 mai) : déclaration Schuman, inspirée par Jean Monnet

1951 (avril) : signature du traité de Paris qui crée la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA).

1957 (25 mars) : signature du traité de Rome qui fonde la CEE, Communauté Economique Européenne (Europe des 6).

1973 : adhésion du Royaume-Uni, de l’Irlande et du Danemark à la CEE.

1981 : adhésion de la Grèce à la CEE.

1986 : adhésion de l’Espagne et du Portugal à la CEE

1990 : signature des accords de Schengen, refusés par le Royaume-Uni et l’Irlande (y ont en revanche adhéré : Norvège, Islande) : libre circulation des personnes à l’intérieur de la Communauté.

1992 : signature du traité de Maastricht qui entre en vigueur le 1er novembre 1993. Création de l’Union Européenne (UE) et de l’UEM (Union Economique et Monétaire) ; notion de citoyenneté européenne.

1995 : adhésion de l’Autriche, la Suède, la Finlande à l’UE. Europe des 15.

2002 (1er janvier) : mise en circulation des pièces et billets en euro. La monnaie unique est refusée par le Royaume-Uni, le Danemark et la Suède.

2002 (décembre) : Traité de Copenhague, qui prévoit l’adhésion à l’Europe de 10 nouveaux Etats.

2004 (1er mai) : adhésion de dix nouveaux Etats (Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie, Slovénie, Lettonie, Lituanie, Estonie, Chypre et Malte).  

1er janvier 2007 : Entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’Union Européenne.

 

                        2. Quelles sont les réalisations économiques et sociales de la CEE ?

 

                                   a. La PAC

 

_ Le projet européen comporte plusieurs réalisations :

_ La PAC (Politique agricole commune) est initiée en 1962. Elle absorbe l’essentiel du budget européen.

 * Le FEOGA, Fonds Européen d'Orientation et de Garantie Agricole, créé en 1962 est la structure de gestion de la PAC. Elle est financée par les Etats membres et gérée par la commission de Bruxelles. Il a pour but de financer le prix minimum garanti aux agriculteurs, les aides ou subventions à l'exportation et le stockage, la destruction ou l'écoulement à perte des productions excédentaires par la CEE (ce qui permet de garantir les prix).

* De plus, la PAC s’appuie sur la préférence communautaire : Toute importation de l'extérieur de la CEE à un prix inférieur à celui de la CEE est taxée par des droits de douane alimentant le budget communautaire.

* La PAC permet de moderniser l’agriculture et d’augmenter la productivité, les productions et les exportations, tout en garantissant aux agriculteurs un revenu comparable à celui d’autres catégories professionnelles.

* Mais le succès de la PAC se transforme en problème avec les surproductions agricoles coûteuses. La PAC absorbe la moitié du budget européen.

 

 

                                   b. Le système monétaire européen.

 

            _ La CEE avait pour objectif de créer une union douanière entre ses pays. Pour cela un tarif douanier extérieur commun ainsi que la suppression des droits de douane interne sont instaurés en 1968.

* Le 1er janvier 1979 le Système monétaire européen est entré en vigueur. Il a pour objectif de créer une zone de stabilité monétaire en Europe après la crise du dollar, et de faciliter le commerce intra européen en stabilisant les taux de change entre les monnaies nationales. L’Acte unique est signée en 1986 parachevant un espace économique unifié.

 

(   * Le SME, mis en place sur une initiative du président Giscard d’Estaing est un système comprenant une unité de compte commune nommé ECU (European Currency Unit). Le montant de l’ECU est calculé chaque jour à partir de chacune des 12 monnaies (et dans celle-ci principalement le mark allemand) rentrant dans sa composition. Son usage est limité.

* Le «Serpent monétaire européen » cherche à maintenir les valeurs des principales monnaies européennes les unes vis à vis des autres dans des limites étroites (± 2,25 % par rapport à leur valeur pivot). Les remises à jours sont fréquentes à cause de la spéculation internationale (jouer une monnaie européenne contre une autre et déstabiliser l’Europe) et des différences d’inflations au sein des pays européens.  )

  

            B. Quels obstacles a rencontré l’élargissement ?

 

                        1 Comment évolue l’opposition du Royaume-Uni ?

 

_ Le Royaume-Uni a d’abord été hostile à la création de la CEE. Elle a même crée un organisme concurrent : l’AELE (Association européenne de libre échange) regroupant le Royaume-Uni avec l’Autriche et la Suisse, le Danemark avec la Norvège, la Suède et l’Islande, le Portugal. Mais c’est un échec alors que la CEE enregistre un fort développement.

 

Photographie et texte 1 page 218 : Le refus du marché commun

+ Texte 2 page 218 : la général de Gaulle s’oppose à la candidature britannique

Question 1 page 219 : En comparant les documents, montrez que de Gaulle et les anti-européens britanniques utilisent les mêmes arguments pour rejeter l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE.

Dans le texte du Guardian et dans la photographie se trouve le thème développé par Churchill dès 1948 : le Royaume-Uni a une vocation mondiale et non strictement européenne. Le lien avec les Etats-Unis reste le pilier de sa politique étrangère notamment à l’heure de la guerre froide –ainsi dès 1962 les Etats-Unis fournissent aux Britanniques des fusées Polaris pour leurs sous-marins ce qui manifeste la subordination nucléaire du Royaume-Uni).

            De Gaulle reprend ces deux thèmes dans sa conférence de presse de janvier 1963 pour expliquer son veto à l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE (la demande d’adhésion date du mois d’août 1961). D’autre part, « l’Angleterre est insulaire, maritime, liée par ses échanges, ses marchés, son ravitaillement, aux pays les plus divers et souvent les plus lointains ». D’autre part, son entrée signifierait la création d’une « Communauté atlantique colossale sous la dépendance et la direction américaines ».

 

_ Malgré des résistances internes (syndicat TUC) la position du Royaume-Uni évolue en faveur de l’adhésion à la CEE. En effet le lien transatlantique avec les Etats-Unis s’est affaibli avec la crise de Suez. De plus le Commonwealth est moins intéressant avec le départ de l’Afrique du sud de l’apartheid, et les problèmes posés par la décolonisation de nombreux territoires africains. Les Etats-Unis poussent le Royaume-Uni à adhérer à la CEE pour avoir un intermédiaire de choix dans leurs relations avec la CEE.

_ De Gaulle oppose un double refus à l’entrée du Royaume-Uni en opposant son veto en 1963 et 1967. Pour De Gaulle faire entrer le Royaume-Uni dans la CEE c’est faire rentrer un « cheval de Troie » américain. Il considère que le Royaume-Uni est trop atlantiste et est davantage tourné vers le Commonwealth et vers les Etats-Unis que vers l’Europe continentale.

_ Pompidou enlève en 1973 le veto français et le Royaume-Uni entre à ce moment dans la CEE.

 

 

 

(                               Moment fort : le Gaullisme et l’Europe

 

Texte 2 page 232 : De Gaulle face à l’Europe supranationale (1962)

Question 5 page 233 : Comment De Gaulle pense-t-il les relations entre intérêt national et construction de l’Europe ?

De Gaulle soutient la construction européenne à condition qu’elle soit conforme aux intérêts de la France (doc. 2). Pour les opposants à de Gaulle (doc. 3), sa volonté est de bâtir une Europe sous influence française. Il faut sans doute voir dans le rejet du plan Fouchet par les Pays-Bas et la Belgique la peur de voir se dessiner une Europe dominée par le couple franco-allemand.

 

Photographie 5 page 233 : La crise de la « chaise vide »

Que refuse de Gaulle ? Par quel moyen ?

* De Gaulle refuse une politique supranationale.

* En 1965, par refus de la politique supranationale, de Gaulle pratique la politique de la « chaise vide », c’est-à-dire que la France ne participe pas aux organisations européennes durant six mois entraînant une paralysie du fonctionnement de l’Europe.

Politique supranationale (p. 206) : placé au-dessus des institutions nationales. Dans une communauté supranationale, les décisions de la communauté l’emportent sur celles des Etats qui la composent.

 

Le gaullisme dans le couple franco-allemand

Pages 226-227 : Le couple franco-allemand

_ Le couple franco-allemand se renforce au travers du temps et devient le moteur de la construction européenne. Les rencontres entre chanceliers allemands et présidents français montrent à l’opinion publique la force du lien franco-allemand. La confiance et l’estime réciproque sont souvent décisives pour faire avancer des dossiers difficiles où les intérêts nationaux ne convergent pas forcement.

_ Les dirigeants emblématiques sont dans les années 1960 De Gaulle et Adenauer, en 1970 Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt, en 1980 François Mitterrand et Helmut Kohl, en 2000 Jacques Chirac et Gerhard Schröder.

OU

(       Texte 4 page 221 : Des divergences de vues

Question 3 page 221 : Comment le Bundestag envisage-t-il l’avenir de la CEE ? Pourquoi ce texte a-t-il été perçu comme une provocation par le général de Gaulle ?

            Au début des années 1960, le rapprochement franco-allemand se précise. Il faut le comprendre par une évolution du contexte international. Pour Adenauer, les Etats-Unis sont trop occupés par la coexistence pacifique et il craint qu’ils ne sacrifient la RFA sur cet autel (peu de réactions après la construction du mur en 1961). Pour la France, les Etats-Unis n’entendent pas traiter les Européens comme des partenaires (attitude durant la crise de Cuba). Pour les deux, le changement de doctrine militaire (les ripostes graduées proposent en 1962 par Mac Namara) est un danger pour l’Europe car cela risque de transformer le continent en champ de bataille. Ils se rapprochent alors ce qui aboutit au traité de l’Elysée de janvier 1963 qui prévoit des réunions entre les exécutifs, au niveau des ministres de la Défense et des Affaires étrangères mais aussi au niveau des états-majors. Mais ce rapprochement n’est pas exempt d’arrière-pensées. Il s’agit pour la RFA de faire pression sur les Etats-Unis (qui prennent mal cet accord), et pour de Gaulle, c’est le point de départ de la construction d’une Europe indépendante sous influence française. Mais en RFA, la politique d’Adenauer est de plus en plus contestée au sein même de son parti (CDU). En outre, les Etats-Unis se lancent dans une offensive de charme envers la RFA qui se traduit notamment par la visite de Kennedy à Berlin en juin 1963.

            Le vote par le Bundestag d’un préambule au traité de l’Elysée manifeste les réticences allemandes. On sait que Jean Monnet en a fortement influencé la rédaction. Ce texte replace le traité dans le cadre de l’OTAN, l’unification de l’Europe en incluant le Royaume-Uni. On comprend donc que ce texte soit perçu par de Gaulle comme une provocation dans la mesure où il s’oppose frontalement à son souhait de bâtir une Europe indépendante des Etats-Unis, raison pour laquelle il avait rejeté la candidature britannique.       )                                                                )

                        2. Comment s’opère la réunification allemande ?

           

Texte 3 page 234 : Le traité « 2+4 » page 234

Question 2 page 235 : En quoi le traité « 2+4 » facilite-t-il la réunification ?

Le traité « 2+4 » créant les conditions de la réunification est signé entre les deux Allemagnes et les quatre puissances occupantes.

            Les quatre puissances occupantes (qui ont gagné la Seconde Guerre mondiale) renoncent à leur « droits et responsabilités relatifs à Berlin et l’Allemagne » (article 7). C’est la fin de la présence de force d’occupation. Elles permettent ainsi à l’Allemagne de recouvrer sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire (constitué des deux Allemagnes et de Berlin selon l’article 1), y compris d’un point de vue militaire.

            L’Allemagne réunifiée peut faire partie d’un système d’alliance, c’est-à-dire l’OTAN, toutefois aucune arme nucléaire ne pourra être stationnée à l’Est afin de garantir la sécurité de l’URSS qui retire ses troupes de cette zone (article 5).

            La réunification scelle la fin de la guerre froide dont l’Allemagne avait été un théâtre majeur en Europe.

 

_ En 1989 les démocraties populaires se libèrent. L’exode massif des Allemands et les manifestations en 1989 provoquent la démission en octobre 1989 du dirigeant de la RDA Erich Honecker.

_ La chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 prépare la réunification allemande. Celle-ci s’opère en plusieurs étapes :

* En juillet 1990 la RDA et la RFA adoptent une union monétaire. Le traité de Moscou du 12 septembre 1990 entre les quatre grands vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale et les deux Allemagnes reconnaît la souveraineté allemande. Ainsi l’URSS accepte l’entrée de l’Allemagne unifiée dans l’OTAN (en contrepartie de 12 milliards de DM pour financer le retrait de ses troupes).

* Enfin, le  3 Octobre 1990 la RDA est absorbée par la RFA. La frontière avec la Pologne fixée sur l’Oder-Neisse est reconnue officiellement. Berlin redevient la capitale d’un pays de 80 millions d’habitants.

* Mais la réunification est coûteuse pour le budget fédéral. Elle provoque des désillusions dans les nouveaux länders à cause des restructurations économiques entraînant des fermetures d’usines et une forte augmentation du chômage.

 

 

 

Conclusion :

            En 1990 La CEE comporte 12 pays membres, mais le poids de l’Allemagne est renforcé par la réunification. Le couple franco-allemand constitue un des moteurs pour l’Europe, en paix depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La CEE et le projet européen constituent un modèle démocratique et de prospérité pour les autres pays (ex. CEI Communauté d’Etats Indépendants avec les pays membres de l’ancienne URSS).

            A ce moment la CEE connaît de fortes disparités économiques avec un PIB allant de 4 300  dollars au Portugal à 20 500 au Danemark. En deux ans la Grèce reçoit autant d’aide au développement que le Benelux en dix ans. Pourtant se pose la question de l’élargissement. L’élargissement ne risque-t-il pas d’accroître les disparités économiques et de menacer des emplois ? L’élargissement est aussi perçu comme une menace pour l’approfondissement du projet européen.

 

 

Tle Fiche d’objectifs Histoire n°5

 

 LA CONSTRUCTION DE L’EUROPE DE L’OUEST DE 1945 A 1989

 

    SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Comment l’Europe occidentale peut-elle se relever et faire face au bloc soviétique ? (1945-1972)

                A. En quoi l’Europe est-elle un continent divisé et dominé au lendemain de la seconde Guerre mondiale ?

                B. Quelles sont les origines de la construction européenne ?

                               1. Quel est le rôle de la CECA dans le rapprochement franco-allemand ?

                               2. Quels sont les buts de la CEE ?

II. Quelles sont les élargissements successifs du territoire européen ? (depuis 1972-2007)

                A. Quelles sont les étapes de la construction européenne ?

                               1. Quels pays adhèrent à l’ensemble européen ?

2. Quelles sont les réalisations économiques et sociales de la CEE ?

                                               a. La PAC

                                               b. Le système monétaire européen.

B. Quels obstacles a rencontré l’élargissement ?

                               1 Comment évolue l’opposition du Royaume-Uni ?

                               2. Comment s’opère la réunification allemande ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

CECA : Communauté européenne du charbon et de l’acier.

CED : Communauté Européenne de Défense.

CEE : Communauté économique européenne.

Euratom : coopération sur le nucléaire civil

AELE : Association européenne de libre échange

Politique supranationale (p. 206) : placé au-dessus des institutions nationales. Dans une communauté supranationale, les décisions de la communauté l’emportent sur celles des Etats qui la composent.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS L’ESPACE  :

 

_  Les six pays fondateurs de la CEE                   

_ Les pays membres lors des élargissements de 1973, 1981, 1986, 1995.         

_ Les pays membres lors des élargissements de 2004, 2007

_ La frontière Oder-Neisse

 

4/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

 

1950 (9 mai) : déclaration Schuman, inspirée par Jean Monnet

1951 (avril) : signature du traité de Paris qui crée la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA).

1957 (25 mars) : signature du traité de Rome qui fonde la CEE, Communauté Economique Européenne (Europe des 6).

1973 : adhésion du Royaume-Uni, de l’Irlande et du Danemark à la CEE.

1981 : adhésion de la Grèce à la CEE.

1986 : adhésion de l’Espagne et du Portugal à la CEE

1990 : signature des accords de Schengen, refusés par le Royaume-Uni et l’Irlande (y ont en revanche adhéré : Norvège, Islande) : libre circulation des personnes à l’intérieur de la Communauté.

 

1992 : signature du traité de Maastricht qui entre en vigueur le 1er novembre 1993. Création de l’Union Européenne (UE) et de l’UEM (Union Economique et Monétaire) ; notion de citoyenneté européenne.

 

1995 : adhésion de l’Autriche, la Suède, la Finlande à l’UE. Europe des 15.

2002 (1er janvier) : mise en circulation des pièces et billets en euro. La monnaie unique est refusée par le Royaume-Uni, le Danemark et la Suède.

2002 (décembre) : Traité de Copenhague, qui prévoit l’adhésion à l’Europe de 10 nouveaux Etats.

2004 (1er mai) : adhésion de dix nouveaux Etats (Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie, Slovénie, Lettonie, Lituanie, Estonie, Chypre et Malte).  

1er janvier 2007 : Entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’Union Européenne.

 

SAVOIR FAIRE

5/ JE SAIS COMMENTER UNE CARTE

6/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE A PARTIR DE QUESTIONS

7/ JE SAIS ANALYSER UNE AFFICHE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE P¨HOTOGRAPHIE

9/ JE SAIS METTRE EN RELATION UN TEXTE ET UNE PHOTOGRAPHIE

 

Lire la suite

Cours TL Histoire : La construction de l'Europe de l'Ouest de 1945 à 1989 (1)

15 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

LA CONSTRUCTION DE L’EUROPE DE L’OUEST DE 1945 A 1989

 

« Un jour viendra où les armes vous tomberont des mains à vous aussi ! Un jour viendra où la guerre vous paraîtra aussi absurde et aussi impossible entre Paris et Londres, entre Petersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu'elle serait impossible et paraîtrait absurde aujourd'hui entre Rouen et Amiens, entre Boston et Philadelphie. Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne, absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l'Alsace, toutes nos provinces se sont fondues dans la France. Un jour viendra où il n'y aura plus d'autres champs de bataille que les marchés s'ouvrant au commerce et les esprits s'ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le véritable arbitrage d'un grand sénat souverain qui sera à l'Europe ce que le Parlement est à l'Angleterre, ce que la Diète est à l'Allemagne, ce que l'Assemblée législative est à la France. »

            Victor Hugo, Discours inaugural du congrès de la Paix, Paris, 21 août 1849.

 

Introduction : Victor Hugo espérait dès le XIX siècle la constitution des Etats-Unis d’Europe. Aristide Briand l’a proposé pendant l’entre-deux-guerre. Leur but était la paix entre les peuples européens. 

            Les massacres de la seconde Guerre mondiale et la menace soviétique rendent nécessaire l’association des paix européens pour éviter de nouveaux conflits internes et pour contrer la menace soviétique. 

            Après 1945 en effet, l’Europe est divisée en deux : les pays à l’est de l’Europe rentrent sous domination de l’URSS et deviennent des satellites sans liberté. Les pays à l’ouest du continent s’organisent librement.

 

Problématique :

* Comment des peuples qui se sont déchirés pendant des siècles ont-ils réussi à s’unir autour de valeurs communes ?

* Comment s’est effectuée la construction européenne à l’ouest du continent pour préserver la paix et la liberté ?

 

 (   Annonce du plan : Au départ, simple projet de coopération dans le cadre de la guerre froide, la construction européenne permet vite à l’Europe de l’Ouest de reprendre son indépendance et de se renforcer.  )

 

2 à 3 heures

 

Construction européenne procède de plusieurs facteurs : idéal qui associe rejet des « guerres civiles » européennes et recherche d’un modèle, une réaction à la menace soviétique, une volonté d’utilisation de la puissance de la communauté au service des politiques nationales. Elle se traduit par la mise en place d’une politique d’intégration et de convergence.

 

 

 

Axe d’analyse :

* réconciliation franco-allemande

* Pères fondateurs de l’Europe : Adenauer ; Monnet, Schumann (cf. 2 page 220)

* axe franco-allemand : De Gaulle et Adenauer 4 page 221 (divergences de vue)

* page 226 : coupe franco-allemand

 

I. Comment l’Europe occidentale peut-elle se relever et faire face au bloc soviétique ? (1945-1972)

 

Introduction : La construction européenne procède de plusieurs facteurs : en particulier un idéal qui associe rejet des « guerres civiles » européennes et recherche d’un modèle, ainsi qu’une réaction à la menace soviétique,

 

            A. En quoi l’Europe est-elle un continent divisé et dominé au lendemain de la seconde Guerre mondiale ?

 

Carte 1 page 23 : L’Europe en 1945

En quoi l’Europe est-il un continent divisé et dominé ?

_ Le continent européen est divisé après la seconde Guerre mondiale entre l’URSS dominant les démocraties populaires à l’est du rideau de fer, et les pays de l’ouest sous protection américaine. En effet l’expansion communiste de l’URSS de Staline menace l’Europe de l’ouest.

_ La protection américaine s’exerce, conformément aux décisions prises à la conférence de Yalta (1945), sur l’ouest de l’Europe. L’aide et la protection américaine s’exercent à travers le plan Marshall (1947) et celle de l’OECE (1948), la création de l’OTAN (1949).

* L’OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique) est créée le 16 avril 1948. Cet organisme gère l’aide du plan Marshall (12 milliards de dollars fournis en quatre ans aux seize pays qui l’ont accepté).

* L’OTAN est le traité d’alliance défensive entre les pays des deux rives de l’Atlantique Nord. Tout pays agressé reçoit le soutien des autres.

 

_ La réaction à la menace soviétique conduit à la recherche d’un modèle démocratique unissant les pays européens. Face à l’idéologie communiste le Conseil de l’Europe (création en mai 1949) réaffirme les valeurs démocratiques occidentales.

* Le Congrès de La Haye avait appelé en mai 1948 à la constitution des Etats-Unis d’Europe. (Les 800 délégués de 19 pays, sous l’initiative de Winston Churchill, se sont déclarés favorables à ce projet.)

* Le Conseil de l’Europe comporte 10 puis rapidement 21 membres (tous les pays d’Europe occidentale). Son rôle est de défendre la démocratie et de promouvoir la coopération dans les domaines de la culture et de la justice. Pour cela le Conseil de l’Europe bénéficie de plusieurs institutions : une Assemblée consultative siégeant à Strasbourg, et un conseil des ministres représentant les gouvernements.

 

 

 

_ La réconciliation franco-allemande est un des moteurs de la construction européenne, par la volonté d’éviter de nouvelles guerres.

  

            B. Quelles sont les origines de la construction européenne ?

 

                        1. Quel est le rôle de la CECA dans le rapprochement franco-allemand ?

 

Texte page 214 : La déclaration Schuman, fondation de la CECA (1950)

Question 2 page 214 : Quel est le but premier de la CECA ? Comment y parvenir ? Pourquoi peut-on qualifier la méthode choisie de pragmatique ? En quoi ce texte est-il marqué par le contexte de guerre froide ?

Le document reprend ce que l’on peut considérer comme le texte fondateur de la construction européenne. L’initiative de créer la Communauté européenne du charbon et de l’acier revient à la France (Robert Schuman et Jean Monnet).

* Très clairement, l’objectif de la CECA est le maintien de la paix.

* Il s’agit en plaçant sous une autorité supranationale les productions de charbon et d’acier de rendre impossible toute guerre future entre la France et l’Allemagne en créant une « solidarité de production ».

* L’objectif est ambitieux et global mais la mise en œuvre est pratique. Il s’agit de ne pas brusquer les nations en évoquant des « Etats-Unis d’Europe » à la manière de Briand en 1929, il s’agit au contraire de se cantonner à un domaine limité mais décisif. On voit dans cette approche la touche personnelle de Jean Monnet (Commissaire au plan) qui est persuadé que seules des solidarités de fait peuvent permettre de bâtir l’Europe, non des approches théoriques.

* Pour ne pas braquer l’URSS, hostile à tout ce qui s’apparente à un rattachement de l’Allemagne à l’Ouest. Schuman indique que la production commune sera offerte « à l’ensemble du monde sans distinction ».

 

         LIEN VIDEO : Les pères de l'Europe : Jean Monnet : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/42-citoyennete/104359-reportage-les-peres-de-leurope-jean-monnet

 

_ Dès le 9 mai 1950 deux pères fondateurs de l’Europe Jean Monnet et Robert Schuman proposent à la France et à l’Allemagne de mettre en commun la production de charbon et d’acier, nécessaire à la reconstruction et à l’industrie de guerre.

_ La CECA désigne la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Elle est fondée le 18 avril 1951 par le traité de Paris avec les trois pays du Benelux, la France, la RFA et l’Italie. 

_ Le but de tels accords est de promouvoir la paix entre pays européens en favorisant le rapprochement des pays d’Europe occidentale sur des bases économiques.

_ La CECA est condamnée par l’URSS est en proie à l’hostilité de la Grande-Bretagne.

Jean MONNET (p. 207)

Robert SCHUMAN (p. 207)

 

Affiche 3 page 215 : Affiche française en faveur de la CED (1951-1954)

Question 3 page 215 : Décrivez et analysez le document. Pourquoi le parallélisme suggéré peut-il être choquant pour la population française ?

* Le document est une affiche sur fond rouge sang qui montre les croix allemandes et françaises des soldats morts à la guerre (trois guerres franco-allemandes sont évoquées avec trois dates : 1870-1871, 1914-1918, 1939-1945). On voit les civils malheureux de chaque camp : femmes et enfant.

* Le parallélisme opéré entre les souffrances des civils des deux camps peut choquer l’opinion française car les Allemands sont tenus responsables des conflits et ont montré de la cruauté envers les civils dans l’occupation des territoires français.

 

_ Le projet de rapprochement des nations européennes autour d’une coopération militaire échoue avec le rejet par les Français de la CED (Communauté Européenne de Défense). La France est à l’origine en 1952 d’un traité prévoyant la création d’une armée européenne. Mais le 30 août 1954 l’Assemblée nationale française rejette ce traité.   

                       

                        2. Quels sont les buts de la CEE ?

 

Texte 4 page 215 : Résolution de la Conférence européenne de Messine (1955)

Question 4 page 215 : Quels sont les objectifs à long terme de la création d’un Marché commun ? Pourquoi est-ce un prolongement logique du choix fait en 1950 avec la CECA ?

            Il faut souligner ici que la conférence de Messine fait suite à l’échec de la CED. On voit clairement que les Européens font alors un retour vers l’Europe économique, seule capable d’être réalisée en l’état actuel des opinions. On trouve dans ce texte, comme pour la CECA, l’idée que la construction européenne doit aboutir à une amélioration du niveau de vie de la population. Il ne s’agit plus seulement du charbon et de l’acier mais de la « fusion progressive des économies nationales ». L’objectif ambitieux est de relever l’Europe et de lui rendre « son influence et son rayonnement ». Il faut rappeler qu’à cette époque, les Etats-Unis soutiennent ardemment toutes ces initiatives. En 1957, le traité de Rome (création de la Communauté économique européenne) est l’aboutissement des négociations ouvertes après la conférence de Messine.

 

_ En juin 1955 la conférence de Messine réunit les ministres des affaires étrangères des six pays de la CECA. Sous l’impulsion de Jean Monnet est crée un Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe. Après l’échec de la CED la Conférence de Messine opère un retour vers l’Europe économique. Le but est de parvenir par la construction européenne à l’amélioration du niveau de vie de la population.

_ Les pères de l’Europe sont les Français Jean Monnet et Robert Schuman, l’Allemand Konrad Adenauer ou le Belge P. H. Spaak.

 

  LIEN VIDEO : Les couples franco-allemand : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/104361-reportage-les-couples-franco-allemands-peres-de-leurope

 

 

Konrad Adenauer (1876-1967) :

Un des « père fondateurs » de la construction européenne.

1916-1933 : Maire de Cologne

1933 : Opposant au nazisme, il est chassé de sa mairie

1945-1949 : Fonde la Parti chrétien-démocrate à la politique extérieure résolument européenne et pacifiste.

1949-1963 : Chancelier de la RFA, il s’efforce de restaurer l’économie de son pays et de l’intégrer dans l’Europe de l’Ouest.

 

 

Texte page 230 : Préambule du traité de Rome, 25 mars 1957

Questions 1 à 5 page 230

1. Présentez le document

            Ce document est un texte officiel. Il s’agit du préambule au traité de Rome instituant une Communauté économique européenne (CEE), on peut rappeler qu’un second traité a été signé à Rome qui institue Euratom (marché commun nucléaire). Ce document est signé par six pays fondateurs : Belgique, Pays-Bas, France, RFA, Italie et Luxembourg. Cette signature est le fruit de la crise provoquée par l’échec de la CED en 1954 qui rend nécessaire une relance européenne. Trois hommes s’y attachent : Jean Monnet, Jean Beyen (ministre des affaires étrangères néerlandais), P. H. Spaak (président belge de l’assemblée de la CECA).

            Le traité de Rome est aussi le fruit du rapprochement franco-allemand (arrivée au pouvoir de l’Européen convaincu Guy Mollet, règlement de la question sarroise) et du contexte international marqué par la décolonisation qui débute, par l’échec de Suez qui fait prendre conscience aux Français de leur impuissance désormais face aux Etats-Unis et à l’URSS et par les événements de Budapest qui ravivent l’anticommunisme dont on sait qu’il est un puissant facteur de la construction européenne.

 

2. Quels sont les buts essentiels assignés à la CEE ?

On peut distinguer deux types d’objectifs : économique et social, politique et diplomatique. D’abord, la CEE a pour vocation d’assurer « le progrès économique et social » et « l’amélioration constante des conditions de vie et d’emploi ». Il faut rappeler que cet objectif est une des raisons d’être originelles de la construction européenne. Ensuite, il s’agit bien de stabiliser l’Europe et de sauvegarder « la paix et la liberté ». Il faut replacer cette phrase dans le contexte international et souligner la permanence de l’idée selon laquelle la prospérité garantit la liberté politique (cf. plan Marshall). Nous retrouvons donc bien dans ce texte les motivations premières de la construction européenne qui trouvent leur source dans le libéralisme, le christianisme social et le socialisme démocratique. On peut d’ailleurs rappeler que les « pères » de la CEE (les auteurs du mémorandum qui a servi de base à la conférence de Messine) sont issus tous les trois de ces courants politiques : Beyen (libéral), Bech (démocrate-chrétien) et Spaak (socialiste).

 

3. Comment y parvenir ?

            Il faut « renforcer l’unité [des] économies ».Pour ce faire, la libre circulation des produits doit être encouragée ce qui implique : « la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux », c’est-à-dire l’abaissement des tarifs douaniers et de toutes les entraves au commerce (protection non tarifaire) afin de constituer un vaste marché commun. Une période de transition de 12-15 ans est prévue par ailleurs pour réaliser cet objectif. En outre, ce vaste marché commun doit posséder un tarif extérieur commun (« politique commerciale commune »).

            Le deuxième moyen est l’élaboration de politiques économiques communes. Le texte parle d’une « action concertée pour garantir la stabilité dans l’expansion ». Il faut souligner que c’est à l’initiative de la France (G. Mollet) que ce type de préoccupation est introduit. Les Français ne veulent pas entendre parler de marché commun si ce n’est fait pour harmoniser et égaliser les conditions de la concurrence.

 

4. Expliquez l’attention portée aux pays d’outre-mer.

Les « pays d’outre-mer » dont il est question, ce sont les territoires sous administration française et belge en Afrique pour l’essentiel. La France a particulièrement pesé pour les inclure dans l’accord. En effet, en 1957, le problème colonial est encore largement appréhendé en terme de puissance. L’idée est donc d’intégrer les pays d’outre-mer pour éviter une rupture induite par le tarif douanier commun européen. En outre, l’objectif étant « d’assurer le développement de leur prospérité, la France voit l’occasion de partager avec ses partenaires les investissements coloniaux. Cette association des territoires d’outre-mer est décidée pour une période d’essai de cinq ans. Nous pouvons indiquer que ces exigences françaises ont pesé lourdement dans la dernière phase du débat contribuant à replacer la France au centre de la négociation alors qu’elle était disqualifiée depuis l’échec de la CED.

 

5. En quoi ce texte est-il fondateur ?

Le texte est fondateur car il institue une nouvelle communauté. Mais surtout, il est une étape majeure. Il survient après l’échec de la CED et montre que la volonté européenne existe bel et bien : « déterminés à établir les fondements d’une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens ». En outre, le texte est aussi un appel à un futur élargissement : «appelant les autres peuples de l’Europe qui partagent leur idéal à s’associer à leur effort ». Il faut rappeler que le Royaume-Uni a tenté de contrer la mise en place de la CEE en proposant une Zone de libre-échange (ZLE ou AELE).  

 

_ Le traité de Rome permet de relancer la construction européenne après l’échec de la CED. Le 25 mars 1957 est signé le traité de Rome fondant la Communauté économique européenne (CEE) entre six pays : la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, la France et l’Allemagne, l’Italie.

_ Dans le même temps la CECA est poursuivie, et l’Euratom (coopération sur le nucléaire civil) est crée.

_ Le Royaume-Uni est hostile à ce processus et crée l’AELE (Association Européenne de libre-échange)

 

Lire la suite
1 2 3 > >>