Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours 2e Histoire : Libertés et nations en France et en Europe dans la première moitié du XIX siècle (3)

23 Mai 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

III. Comment l’esclave a-t-il été progressivement aboli ?

 

            A. Comment la traite et l’esclavage sont-ils abolis en Europe ?

 

Texte 3 page 301 : Le congrès de Vienne abolit la traite

Question 1 page 301 : Au nom de quels principes les puissances réunies à Vienne abolissent-elles la traite en 1815 ?

_ Le Congrès de Vienne de 1815 abolit la traite des esclaves.  Cela s’explique par la diffusion des idées des Lumières (« conforme à l’esprit du siècle » l. 16) considérant comme immoral et inhumain le commerce d’êtres humains. Le rôle politique dominant de la Grande-Bretagne permet à ce pays de faire condamner la traite au Congrès de Vienne et d’influencer les pays européens et américains pour tenter de faire interdire traite et esclavages dans les années suivantes.

Traite (p. 300) : nom donné au commerce international des esclaves.

 

Etude de la chronologie bas page 300

Quel pays est le premier à abolir la traite ? Puis l’esclavage ? Pourquoi

_ La Grande-Bretagne est le premier pays à mettre fin à la traite en 1803, puis à l’esclavage en 1833.En effet l’opinion publique britannique influencée par les églises protestantes, les organisations philanthropiques et les journaux sont favorables à l’abolitionnisme.

_ L’abolitionnisme est un mouvement en faveur de l’abolition de la traite et de l’esclavage. Un courant radical milite pour l’abolition immédiate de l’esclavage. Un courant modéré propose d’abolir d’abord la traite et de préparer progressivement l’affranchissement des esclaves.

 

Lithographie 1 page 300 : Les traitements infligés aux esclaves

Pourquoi des pays comme les Etats-Unis ou le Brésil refuse l’abolition de la traite puis de l’esclavage ?

_ L’économie des colonies des Antilles, du Brésil et du sud des Etats-Unis repose sur la culture par des esclaves de exploitations agricoles des planteurs. La Grande-Bretagne est libre-échangiste et décide de mettre fin à ce système économique.

Colonie (p. 300) : territoire conquis puis possédé, administré et exploité par une puissance étrangère.

Planteurs (p. 300) : dans les colonies, Européens possédant des terres, les plantations, qu’ils font travailler par des esclaves.

Libre-échangisme (p. 300) : doctrine économique qui prône la liberté du commerce, c’est-à-dire l’élimination des obstacles douaniers ou des situations de monopole de commerce entre deux espaces.

 

Comment peut-on s’assurer de l’application de la fin de la Traite ?

_ Les Britanniques et la France s’efforcent de lutter contre la traite pratiquées par exemple jusqu’en 1862 par le Brésil. Pour cela, un droit de visite est instauré sur les navires par le West Africa Squadron.

* Le droit de visite est le droit de contrôler les navires qu’un Etat reconnaît au West Africa Squadron. La France le reconnaît en 1831.

* Le West Africa Squadron est l’escadre britannique créée en 1808 et patrouillant dans le golfe de Guinée pour intercepter les navires négriers. On l’appelle en français « la croisière ». Des navires français se joignent aux croiseurs britanniques à partir des années 1840

 

 

 

B. Comment la France met-elle fin à l’esclavage ?

 

Question 2 page 303 : Comment l’abolition de l’esclavage est-elle justifiée dans le décret ? Comment les propriétaires d’esclaves y répondent-ils ? (doc. 2, 3)  Ce sont essentiellement des arguments moraux qu’avance le décret d’abolition, auxquels les colons répondent par des arguments économiques (doc. 2).

Les propriétaires d’esclaves font peser la menace d’un soulèvement armé contre le commissaire général.

 

_ L’esclavage est aboli par la II République le 27 avril 1848 grâce à l’action de Victor Schoelcher. L’abolition est immédiate et donne la citoyenneté à 260 000 esclaves affranchis.

_ Les anciens esclaves représentent environ 60% de la population des Antilles et de la Réunion en 1848. Ils doivent trouver leur place dans des sociétés marquées par le colonialisme.

_ L’esclavage n’est aboli qu’en 1865 aux Etats-Unis, en 1885 à Cuba, en 1888 au Brésil. En Afrique, la traite arabo-musulmane reste active…

Schoelcher Victor (1804-1893) (p.300) : Défenseur de l’abolition immédiate de l’esclavage, sous-secrétaire d’Etat aux colonies au sein du Gouvernement provisoire de la République après la révolution de février 1848, il fait adopter le décret d’abolition de l’esclavage

 

 

 

 

OU TP L’abolition de l’esclavage à la Réunion

 

Question 1 page 303 : Quelle place occupent les esclaves dans la société réunionnaise avant l’abolition ? (doc. 1 ,6)

 Les esclaves représentent près des deux tiers de la population de La Réunion. Le doc. 1 donne une idée de leur importance au sein de la population active (les adultes de 14 à 60 ans) et donc de l’économie de l’île. On peut souligner, en proportion, le faible nombre de gendarmes et d’hommes de troupe.

 

Question 2 page 303 : Comment l’abolition de l’esclavage est-elle justifiée dans le décret ? Comment les propriétaires d’esclaves y répondent-ils ? (doc. 2, 3)  Ce sont essentiellement des arguments moraux qu’avance le décret d’abolition, auxquels les colons répondent par des arguments économiques (doc. 2).

Les propriétaires d’esclaves font peser la menace d’un soulèvement armé contre le commissaire général.

 

Question 3 page 303 : La mise en œuvre de l’abolition est-elle conforme à ce que prévoie le décret d’abolition ? Pourquoi ? (doc. 2, 3, 6)

Le délai de deux mois prévu dans le décret n’est pas respecté, du fait d’abord de l’éloignement géographique (le décret n’est connu qu’en juillet 1848), du fait ensuite de la réticence d’une bonne partie des propriétaires d’esclaves.

 

Question 4 page 303 : Quelles conséquences de l’émancipation redoute le commaissaire de la République ? (doc. 1, 2, 3, 4)

Joseph Napoléon Sarda-Garriga redoute autant l’anarchie que la désertion des plantations, car celle-ci donnerait raison aux propriétaires d’esclaves.

 

Question 5 page 303 : Comment le représentant s’y prend pour convaincre les futurs affranchis de continuer de travailler ? (doc. 4, 5)  

Le commissaire de la République fait preuve de fermeté vis-à-vis des colons et des esclaves, mais il démontre en même temps une volonté affichée de dialogue, qui contribue à apaiser les esprits. Il parvient ainsi à rassurer les propriétaires d’esclaves, qui obtiennent la promesse d’une indemnisation et un décret rendant le travail obligatoire pour les nouveaux affranchis. Il encourage aussi les futurs affranchis à ne pas « déserter les champs » et à se mettre au travail. Le tableau d’Alphonse Garreau (doc. 5) illustre parfaitement l’importance du travail dans le discours républicain de la fin de l’année 1848, et la comparaison avec le tableau de Biard (p. 301) est de ce point de vue frappante.

 

Question 6 page 303 : Quelle conséquence a l’abolition sur l’emploi de la main d’œuvre par les anciens propriétaires d’esclavages ? (doc. 1, 6)  

Le doc. 6, réalisé à partir de chiffres fournis par des propriétaires d’esclaves, veut montrer que certains d’entre eux, désertés par leurs anciens esclaves, ont souffert de la mise en oeuvre de l’abolition. Il révèle surtout le fait que le décret portant sur le travail obligatoire a été peu appliqué. La question de la main d’œuvre s’avère déterminante, non seulement pour la population active affranchie, mais aussi pour les vieillards, les femmes et les enfants (doc. 1), souvent livrés à eux-mêmes après l’abolition.

 

RACONTER UNE SITUATION HISTORIQUE

En vous appuyant sur les réponses aux questions, racontez les étapes de la mise en œuvre de l’abolition de l’esclavage à la Réunion.

Les principales étapes de la mise en oeuvre de l’abolition de l’esclavage à La Réunion sont :

– le décret d’abolition du 27 avril 1848 ;

– l’annonce du décret le 17 juillet 1848 ;

– l’arrivée du commissaire de la République le 17 octobre 1848 ;

– le décret du 24 octobre 1848 sur le travail obligatoire pour les nouveaux affranchis ;

– l’abolition effective de l’esclavage le 20 décembre 1848.

Partager cet article

Commenter cet article

Teddy Gérard 14/10/2016 05:07

Bonjour. L'esclavage a été aboli en décembre 1848 à l'île de La Réunion… mais quelles étaient les conditions de vie des anciens esclaves après cette date? Le statut d'homme libre n'a jamais empêché les capitalistes d'exploiter les prolétaires. Je suis tombé un peu par hasard sur l'histoire des enfants de l'îlet à Guillaume. Un bagne pour enfants dans les hauts de la Rivière Saint-Denis (1864-1879). Une forme d'esclavage… après l'abolition. J'ai posté une vidéo sur youtube, pour essayer de participer, à mon humble niveau, au devoir de mémoire… https://www.youtube.com/watch?v=IRdkYOWfcy8