Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Terminale TSTG Géographie : Réponses aux documents d'études.

3 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

« Le choc des civilisations » d’après S. Huntington

 

Il n’y a pas de « choc des civilisations » d’après Joseph Yacoub

 

 

Remarques :

 

 

Définir idéologie :

 

Une idéologie est un ensemble d’idée proposant une représentation du monde, un système politique.

 

 

 Qu’est-ce que le monothéisme (Donner un exemple) ?

 

Le monothéisme est la croyance en un Dieu unique, par exemple le christianisme ou l’Islam.

 

 

Citer un pays relevant de chacune des civilisations citées.

 

Civilisation occidentale : Etats-Unis, France.

 

Confucéenne : Chine, Vietnam.

 

Japonaise : Japon.

 

Islamique : Turquie, Arabie Saoudite, Iran, Algérie, Indonésie.

 

Hindouiste : Inde.

 

Slave orthodoxe : Russie, Serbie.

 

Latino-américaine : Brésil, Mexique, Argentine.

 

Africaine : République Sud-africaine, Ethiopie.

 

 

 

1) Présenter les documents (nada). (1 point)

 

            Les deux textes ont pour sujet le choc des civilisations, c’est-à-dire l’affrontement de territoires aux peuples de cultures différentes. Samuel Huntington publie en 1994 dans la revue Foreign Aiffairs un article expliquant la théorie du choc des civilisations. Le deuxième texte de Joseph Yacoub, communiqué au festival de géographie de Saint-Dié contredit cette théorie. La date de cette communication est importante, car octobre 2002 c’est un an et un mois après l’épisode terroriste des attentats des tours du World Trade Center en septembre 2001.

 

 

2) Expliquer et commenter la théorie du « choc des civilisations » en vous aidant des documents joints mais sans les paraphraser.

 

            La théorie du « choc des civilisations » c’est l’idée selon laquelle des peuples de cultures, langues et religions différentes doivent finir par s’affronter à cause de leurs différences. La théorie exposée par Samuel Huntington a connu un grand succès après l’attentat contre les tours du World Trade Center à New York en septembre 2001.

 

            Cette conception a-t-elle été instrumentalisée par les militaires et les politiques ? En tout cas les géographes ne sont pas tous d’accord avec S. Huntington. Par exemple la communication faite au festival de géographie de Saint-Dié en octobre 2002 contredit les affirmations d’Huntington. Selon Joseph Yacoub les différences internes entre civilisations sont trop importantes pour ériger un bloc uni contre un autre bloc uni. Les civilisations avec son élément religieux, donnée mise en valeur après les attentats islamistes, ne sont qu’une des dimensions du conflit.

 

 

3) Quelles sont les critiques portées contre la thèse de Huntington ? Donner un exemple.

 

Les critiques contre la théorie du choc des civilisations sont :

 

_ Les mondes d’une civilisation ne sont pas homogènes.

 

* Exemple pour l’orthodoxie l’Empire Byzantin et la Bulgarie se sont opposés violemment.

 

Un autre exemple c’est la division au sein de l’Islam entre sunnisme et chiisme.

 

_ Les civilisations sont en contact et s’influencent mutuellement.

 

* Exemple : la mondialisation.

 

 

 

 

ETUDE DE STATISTIQUES

 

 

1. PRESENTER LE DOCUMENT

 

Pour cela, il faut réfléchir sur la nature de l’information statistique.

 

 

* S’agit-il d’un tableau de répartition ? D’évolution ? De comparaison ?

 

Les tableaux sont des tableaux d’évolution (Cf. 3e colonne). [On peut cependant comparer les évolutions des deux pays avec les deux tableaux]

 

 

* Quelles sont les sources des données ? Peut-on émettre des réserves ?

 

_ Les sources des données sont les chiffres estimés par Population Référence Bureau, un organisme qui dresse un tableau de la population mondiale.

 

_ Les réserves portent sur les estimations faites pour l’Inde et la Chine en 1995, alors que les autres chiffres sont fiables (provenant de recensements).

 

 

* Quelles sont les informations présentées ? Quelle est la spécificité de chaque colonne ?

 

_ Les informations présentées sont les évolutions en millions d’habitants, en indices, et l’accroissement total en % de la population de deux pays, l’Inde et la Chine.

 

_ Chaque colonne utilise un critère d’analyse (unité de mesure) différent.

 

 

Les séries chronologiques sont-elles continues (une valeur pour chaque année) ? Si non, quel événement démographique important en Chine n’apparaît pas ?

 

_ Les séries chronologiques ne sont pas continues, elles montrent des écarts d’environ une dizaine d’années.

 

_ L’événement qui n’apparaît pas c’est la grande famine et la forte mortalité des années 1960, lors de la révolution culturelle lancée par le président chinois Mao Zedong.

 

 

Les intervalles étudiés sont-ils équivalents entre la Chine et l’Inde ? Quelles comparaisons est-il possible d’effectuer ?

 

_ Non. Les intervalles étudiés ne sont pas identiques entre l’Inde (tous les 10 ans) et la Chine (12 ans [1970-1982], 8 ans (1982-1990), 5 ans jusqu’en 1995).

 

_ 1982-1984 ; 1995 et 1995.

 

 

 

 

2. EXTRAIRE LES INFORMATIONS ET LES INTERPRETER

 

 

* Pourquoi peut-on parler de défi ? Quel est l’Etat qui a enregistré la plus forte croissance totale en valeur absolue depuis 1950 ?

 

_ On peut parler de défi du nombre, à cause du doublement de la population (550 millions en 1950 jusqu’à 1 211 millions en 1990 ; 361 millions en 1954 jusqu’à 915 millions en 1994) en 40 ans (1e à 2 générations) ; de plus la population atteint le milliard d’habitant.

 

_ Les opérations donnent la réponse : 915 – 361 = 554 ; 1 211 - 550 = 661. La Chine a enregistré la plus forte croissance totale en valeur absolue depuis 1950.

 

 

* En revanche, que montre l’évolution exprimée en indices ? Quel est l’inconvénient de la seule utilisation de l’indice ?

 

_ Par contre l’évolution en indice montre une plus forte augmentation de la population en Inde (253,5 en Inde contre 220 en Chine pour 1994-95).

 

_ L’inconvénient de la seule évolution de l’indice est de gommer (de ne pas montrer) les différences numériques (en nombre d’habitants) entre les deux pays.

 

 

 

En valeur relative, à quelle période la croissance de la population semble avoir été la plus forte ? Constate-t-on le même phénomène en valeur absolue ? Pour obtenir la croissance relative suffit-il d’additionner les pourcentages ?

 

_ La croissance de la population en valeur relative semble avoir été la plus forte durant la période des années 1960 à 1980. Et pour l’Inde dans les années 1980-1990.

 

_ En valeur absolue la période de plus fort accroissement de la population est : 60 à 80 pour la Chine, années 80 à 90 pour l’Inde selon les chiffres.

 

_ Non. Car par exemple en Inde dans les années 1980-1990 la croissance en pourcentage n’est pas la plus forte (23,8%).

 

 

Un démographe chinois explique comment la Chine est arrivée à un fort déséquilibre des sexes :

 

 

 

1) Quelle est la situation de la surmasculinité en Chine ? Comment a-t-elle évoluée depuis 1990 ?

 

            La surmasculinité (déséquilibre des naissances en faveur des garçons) s’étend géographiquement à toute la Chine (alors que seul le littoral chinois était concerné en 1990) et s’aggrave numériquement :   119 naissances de garçons pour 100 naissances de filles.

 

 

2) Quelles sont les causes de la situation de la surmasculinité ? Qu’est-ce que cela reflète ?

 

_ La naissance d'une fille est peu désirée  et se traduit par des pratiques limitant la naissance des filles : recours à l'échographie pour sélectionner le sexe du fœtus, à l'avortement, voire à l'infanticide des nouveaux-nés de sexe féminin... Dans les campagnes chinoises la politique de l’enfant unique a un effet pervers : la naissance d’enfant non déclaré et une surmasculinité à cause de la préférence accordée aux garçons. Le taux de mortalité des filles est supérieur à celui des garçons à cause de la négligence des soins accordés aux filles.

 

_ Le déséquilibre des naissances en faveur des garçons reflète un non-respect des droits de la femme.

 

 

3) Quelles sont les conséquences sur le mariage de cette situation ?

 

Les conséquences sont de «créer des tensions sur la nuptialité ». En effet le déséquilibre des naissances en défaveur des filles a pour conséquences prévisibles une forte augmentation des célibataires d’ici 2020 (« 30 millions de célibataires ») à cause des « femmes manquantes ».

 

 D’autres conséquences prévisibles sont le mariage des hommes avec des femmes plus jeunes, et l’émigration conjugale.

 

 

4) Pourquoi les filles sont-elles traitées ainsi ?

 

Les traditions accordent une place privilégiée aux hommes et un statut médiocre aux femmes. Le garçon reste avec les parents âgés devenus incapables de travailler alors que la fille va assurer la vieillesse de ses beaux parents. Enfin, c’est le garçon qui est chargé du maintien du culte des ancêtres.

 

 

 

 « L’or blanc » devient une valeur stratégique

 

 

1. Présenter le document.

 

Le document est un extrait d’article du journal Le Monde rédigé le 25 mars 1996 par Roger Cans. Il a pour sujet les tensions politiques crées par le manque progressif d’eau au Maghreb et au Proche-Orient.

 

 

2. Pourquoi une crise de pénurie d’eau menace-t-elle le Proche-Orient ?

 

L’eau menace de manquer au Proche-Orient (le volume d’eau/ habitant a diminué de 3 300 m3 en 1960 à 1 250 m3 en 1996) car la population augmente et les besoins en eau pour l’irrigation agricole augmentent en proportion. L’eau est principalement consacrée à l’agriculture au détriment de la consommation des habitants. Le gaspillage de l’eau (70%) à cause de l’évaporation est grand.

 

 

3. Quelles solutions sont préconisées pour éviter des « guerres de l’eau » au Proche-Orient ?

 

Pour éviter les conflits liés à la pénurie d’eau, il est possible de « moderniser le système d’irrigation », par les serres et l’arrosage goutte à goutte ce qui évite l’évaporation et le gaspillage de l’eau. On peut aussi « traiter les eaux usées » c’est-à-dire utilisée pour les besoins domestiques, etc… pour recycler l’eau et s’en servir pour l’irrigation. Enfin, en plus des solutions techniques, il existe une solution économique : celle d’éviter les gaspillages en laissant augmenter le prix de l’eau.  

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article