Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire Tle STMG : Les femmes dans la société française

11 Janvier 2015 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

 

LES FEMMES DANS LA SOCIETE FRANCAISE

Manuel Hachette 2013                                                                               4 heures

 

 

Lien Eduscol : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/35/4/06b_STMG_Hist_Term_Theme3_SE1_362354.pdf

 

 

Rappel : En 1èrele vote des femmes a été étudié en classe en première STMG

 

Introduction :

Les Femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944, à la suite de leur rôle dans la Résistance. Maisde nombreuses autres inégalités continuent d’exister dans la société française au niveau professionnel, politique et social. La lutte pour l’égalité et la conquête de droits a été importante dans la deuxième moitié du XX siècle, en particulier entre 1965 et 1985. Cette lutte continue toujours au XXI siècle par exemple pour obtenir l’égalité salariale et empêcher les discriminations à l’embauche, pour être représenté à égalité parmi les députés, etc. 

Problématiques :

1) Comment la place des femmes a-t-elle évolué dans les domaines économique, politique, social et culturel sous la Vème République ? A quelles époques ?

2) Pourquoi la place des femmes dans la société française est-elle encore aujourd’hui marquée par l’inégalité et des discriminations ? Comment réagir ?

 

  schéma évolution de la place des femmes au XX

 

 

 

Eduthèque : http://fresques.ina.fr/jalons/parcours/0004/les-femmes-dans-la-societe-francaise-depuis-1945.html

 

 

I. Quelle est la place des femmes dans la vie active ?

 

            A. Quelle est l’augmentation de la part des femmes dans la scolarité et dans l’emploi ?

 

Texte 2 page 114 : 1972, Anne Chopinet : la première femme major de l’Ecole polytechnique

Question 5 page 115 : Expliquez le parcours d’Anne Chopinet. En quoi est-il exceptionnel ?

(texte en ligne sur : http://www.lexpress.fr/informations/la-pionniere-sabre-au-clair_597521.html)

* Anne Chopinet est la première ! Cette femme se démarque par ses très bons résultats durant sa formation (major au concours d’entrée de l’Ecole polytechnique, dans les dix meilleures notes à sa sortie) et son parcours professionnel dans les plus hauts postes de l’Etat (ministère de l’industrie, du budget, Cnes) et des grandes entreprises (GEC-Alsthom).

* Ce parcours est exceptionnel car les femmes sont rarement présentes dans les hautes études et leur parcours professionnel est marqué par l’existence d’un « plafond de verre » limitant leur accès aux postes avec de hautes responsabilités et de hauts revenus. De plus, Anne Chopinet a su concilier vie de famille et vie professionnelle malgré la quantité de travail que cela représente, une « double journée de travail ».

_La place des femmes dans la société dans les années 1970 était marquée par une scolarisation et une réussite sociale moins importante que celles des hommes.

_La scolarité : Jusque dans les années 1960 filles et garçons n’étudient pas dans les mêmes écoles et ne reçoivent pas la même formation. Au XXI siècle la situation est modifiée : les filles sont plus nombreuses que les garçons à obtenir le baccalauréat. Ainsi en 2010 on trouve 58% de filles parmi les lauréats.

En effet, à partir des années 1970, la scolarisation des filles progresse. Par exemple Anne Chopinet est en 1972 a intégré de précieuses écoles comme l’Ecole polytechnique (major au concours d’entrée), des postes élevés dans l’administration de l’Etat (ministère du budget) et des grandes entreprises. Ceci en étant épouse et mère de famille.

_Le parcours professionnel des femmes connaît de nombreux obstacles :

*la vision traditionnelle de la femme «  mère au foyer » limitait les ambitions des femmes pour elles-mêmes. Elles sont spécialisées et cantonnées dans des activités « féminines » : secrétaires et institutrices, infirmières et sages-femmes.

*La double journée de travail, professionnelle et domestique (ménage et cuisine, s’occuper des enfants…), pénalisait les femmes.

 

Graphiques en barre 6 page 114 : L’évolution du taux de l’activité féminine

Question 6 page 115 : Comment le taux d’activité des femmes a-t-il évolué depuis les années 1950 ? Comment pouvez-vous l’expliquer ?

_Le taux d’activité féminine progresse depuis les années 1950. Pour les femmes dans la tranche d’âge de 25 à 54 (après la scolarité) le taux d’activité passe de 43% en 1954 à 79% n 1996. La féminisation du travail reste faible parmi les ouvriers (20% des ouvriers en 1999 sont des femmes) mais est importante dans les emplois salariés et tertiaires (76% des membres des professions intermédiaires sont des femmes).

_L’accès aux fonctions d’encadrement progresse : en 2000, un tiers des cadres sont des femmes. Mais le sommet de la hiérarchie reste masculin.

           


           B. Quelles sont les discriminations faites aux femmes dans le monde du travail ?

 

Caricature 8 page 114 : La discrimination dans l’emploi

Question 7 page 115 : Quelles limites relevez-vous à l’intégration professionnelle des femmes ?

La caricature montre la discrimination dans l’emploi par un jeu de contrastes :

* dans le dessin entre une femme debout en habits clairs et à la chevelure abondante et de l’autre un homme assis, chauve et en costume sombre. Le fait qu’elle soit debout et se penche vers lui, alors qu’il est assis les bras croisés, montre sa position de supériorité ; le côté rembourrée de la chaise de l’homme et son bureau vide de dossiers contrastent avec le sac à dos et les dossiers tenus en main par la jeune femme.

* dans le texte le contraste apparaît entre la longue liste de diplômes de la femme face à la déclaration sèche de l’homme. On se pose alors la question : à quoi sert un doctorat de japonais pour confectionner un café ?

_ La vie professionnelle des femmes connaît des obstacles à cause des discriminations pour leur embauche, l’avancée de leur carrière, l’égalité salariale avec les hommes. En 2006 les écarts entre salaires moyens annuels des cadres étaient de 23% : 48 200 euros pour les hommes et 37 200 pour les femmes. En 2011il existe 27% d’écart de rémunérationentre hommes et femmes.

_ L’inégalité résulte d’un « plafond de verre », c’est-à-dire l’ensemble des barrières invisibles entravant la carrière des femmes et dont la conséquence est la rareté de leur présence au sommet des entreprises ou des institutions publiques. De plus les femmes sont davantage affectées par la précarité du travail : travail à temps partiel et chômage.

«  Plafond de verre » : Ensemble des barrières invisibles entravant la carrière des femmes et dont la conséquence est la rareté de leur présence au sommet des entreprises ou des institutions publiques.

 

Quels sont les moyens de lutter contre ces discriminations ?

_Pour lutter contre les discriminations des lois sont établies :

* 1972 : la loi pose le principe de l’égalité salariale pour les travaux de valeur égale.

*1983 : loi Roudy sur l’égalité professionnelle entre hommes et femmes, proposée par la ministre des Droits de la femme Yvette Roudy.

 

II. Quelle est la place des femmes dans la vie politique ?

 

            A. Quelles sont les étapes de la féminisation du personnel politique face à la « gouvernance masculine » ?

 

Graphiques linéaires 1 page 112 : Les femmes candidates et élues aux élections législatives de 1958 à 2012.

Photographie 2 page 112 : 1974, Arlette Laguiller : la première femme candidate à l’élection présidentielle.

Photographie 3 page 112 : 1991, Edith Cresson : la première femme nommée Premier ministre.

Une de journaux 5 page 113 : 2007, Ségolène Royal : la première femme présente au second tour de l’élection présidentielle.

Question 1 page 113 : Quelles sont les principales étapes de l’émergence des femmes dans la vie politique ?

_ « Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes » décrète Charles de gaulle dans son Ordonnance du 21 avril 1944. L’engagement massif des femmes dans la Résistanceest récompensé, mais l’idée que la politique est une affaire d’hommes perdure… Néanmoins Valéry Giscard d’Estaing féminise le gouvernement en nommant Simone Veil ministre de la santé et en créant un ministère de la condition féminine.

_ Les principales étapes de l’émergence des femmes dans la vie politique sont :

* 1974 : Arlette Laguiller est la première femme candidate à l’élection présidentielle. 

*1991 : Edith Cresson devient la première Française chef de gouvernement.

* 2007 : Ségolène Royal est la première femme présente au second tour de l’élection présidentielle.

 

(   Question 2 page 113 : Selon vous, quelle est la date la plus importante pour la place des femmes dans la vie politique ? Justifiez votre réponse.     )

 

 

            B. En quoi consiste le combat pour la parité ?

 

Texte 4 page 113 : 2000, la loi sur la parité

+Graphiques linéaires 1 page 112 : Les femmes candidates et élues aux élections législatives de 1958 à 2012.

Question 3 page 113 : En quoi la loi sur la parité peut constituer une réponse au constat du document 1 ?

_Le nombre de femmes parlementaires ou ministre reste faible : 5,6% de députées à l’Assemblée nationale en 1945, 6,1% en 1993. En réaction à cette situation des intellectuelles lancent en 1992 l’appel « Au pouvoir citoyennes ! » avec une nouvelle devise républicaine : « Liberté, Egalité, Parité ».

_La loi du 6 juin 2000 établit la parité : désormais les partis politiques doivent présenter autant de femmes que d’hommes aux élections, sinon ils risquent des sanctions financières.

Parité : Principe selon lequel la vie publique doit être représentative de la composition de la société composée pour moi de femmes et pour moitié d’hommes.

 

Question 4 page 113 : Quelles sont les élections concernées par cette loi et quel en est l’impact ?

_La loi sur la parité permet de faire progresser le nombre de femmes candidates et élues aux élections. Mais en la France est au 63e rang mondial pour la part des femmes au Parlement (18,9% à l’Assemblée – 21,9% au Sénat).

 

Graphiques en barre page 276 : L’évolution du taux de féminisation de quelques assemblées

Question 5 page 276 : Dans quelle mesure le document 2 reflète-t-il la féminisation de la vie politique et ses limites ?

Après 2000 la féminisation de la vie politique progresse fortement. Cependant, elle reste inégale en 2010 : la parité est mieux respectée dans les conseils municipaux et les conseils régionaux qu’à l’Assemblée nationale et au Sénat.

 

III. Quelle est l’évolution de la place des femmes sur un plan social et culturel ?

 

            A. En quoi la période de 1965 à 1985 formes les « Vingt Glorieuses des femmes » ?

 

Lien http://www.ina.fr/notice/voir/CAB97144240

Organigramme page 119 : L’essentiel schématisé

Question : Quelles sont les réformes réalisées dans les domaines économiques et sociaux favorables à l’égalité homme-femme ?

_Les années 1965 à 1985 correspondent aux « Vingt Glorieuses des femmes » car elles sont marquées par de nombreuses réformes favorables à l’égalité :

* Famille : en 1970, les époux partagent l’autorité parentale. La femme peut plus facilement divorcer (1975) ou vivre en concubinage sans être un objet de scandale.

* Maîtrise de son corps : Le libre accès à la contraception par la loi Neuwirth (1967) contribue à sa liberté sexuelle. La maternité est programmée en fonction des études et des ambitions professionnelles.

 

Lien Ina (1 min 40) : http://www.ina.fr/video/CAF90010438

Quels sont les groupes en faveur des droits des femmes en action dans les années 1970 ?

_Le Mouvement de Libération des Femmesou MLF est un groupe de femmes luttant en faveur du féminisme. Ce mouvement illustre la montée de la revendication de femmes dans les années 1960 et 1970. Le MLF a par exemple lancé en 1970 le slogan : «Un enfant quand je veux, si je veux, comme je veux ». Le 26 août 1970 le MLF a tenté de déposer une gerbe sous l’Arc de Triomphe en l’honneur de la femme du soldat inconnu.

Féminisme : Mouvement pour l’égalité entre hommes et femmes.

 

 

            B. En quoi consiste la bataille pour légaliser l’IVG ?

 

Lien Ina (contexte, manifeste des 343, etc) (2 min. 06) : http://www.ina.fr/video/CAB00002510

En quoi consiste le manifeste de 343 ?

_Le « Manifeste des 343 » est une pétition rédigée par l’écrivain Simone de Beauvoir et signée par 343 femmes dont des écrivaines comme Françoise Sagan ou Marguerite Duras ou encore l’avocate Gisèle Halimi. Le manifeste a été publié le 5 avril 1971 dans le Nouvel Observateur. Elles demandent la liberté pour les femmes d’avorter et affirment avoir elles-mêmes avorté. Elles s’exposent à des poursuites judiciaires et à la prison car depuis 1920 la contraception et l’avortement sont interdits, Toute propagande anticonceptionnelle est interdite. Le crime d’avortement est passible de la Cour d’assises.

Simone de Beauvoir (1908 – 1986) : Philosophe et femme de lettres, elle est l’une des principales figures intellectuelles de la Francede l’après-guerre. Son ouvrage le Deuxième Sexe (1949) marque un moment important dans l’histoire du féminisme français et international.

Photographie page 118 : Le procès de Bobigny, novembre 1972

Lien INA (1min 02) Sortie du procès de Bobigny : http://www.ina.fr/video/CAF88043918

 

_Gisèle Halimi est une avocate de la cause féministe agissant pour la condition féminine. En 1972 elle était avocate lors du procès de Bobigny jugeant puis acquittant une adolescente ayant avorté clandestinement à la suite d’un viol.

_En effet les avortements clandestinsreprésentent un traumatisme moral et un danger physique mortel pour les femmes. Les « faiseuses d’ange » ou avorteuses utilisaient des procédures pouvant traumatiser, blesser ou rendre stérile (lavement répétés à l’eau de javel, utilisation d’aiguilles à tricoter ou de tringles de rideaux). Les avortées mourraient souvent dans des conditions de souffrance atroces à cause des chocs, perforations ou aux infections.

Cf. lien texte procès Bobigny  http://www.senat.fr/colloques/colloque_femmes_pouvoir/colloque_femmes_pouvoir8.html

Gisèle Halimi (1927- ) : Avocate et militante féministe. En 1971, elle fonde avec Simone de Beauvoir le mouvement féministe « Choisir ».

 

Lien Ina Veil (2min 14)  http://www.ina.fr/video/I07169806

Texte 9 page 115 : 1975, le vote de la loi Veil légalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG)

Question 8 page 115 : Présentez Simone Veil et listez les arguments qu’elle invoque pour faire voter la loi sur l’IVG.

Mme Veil justifie la dépénalisation de l’avortement par plusieurs points : l’inefficacité de la loi et son non respect par les médecins et autres professionnels dans les domaines de la santé et du social, car la loi ne fait pas cesser les avortements : elle les rends clandestins et dangereuxpour les avortées, parfois mortels !

_ Simone Veil est une femme politique, rescapée de la shoah. En tant que ministre de la Santé, elle défend le projet de la loi sur l’IVG (interruption volontaire de grossesse), autorisant l’avortement (1975).

Simone Veil : (née en 1927) femme politique française. Rescapée du camp d’Auschwitz, elle fait carrière dans la magistrature jusqu’à sa nomination comme ministre de la Santé en mai 1974. C’est à ce poste qu’elle fait adopter la loi Veil (janvier 1975) qui autorise l’avortement en France. Première femme à présider le Parlement européen entre 1979 et 1982, elle est élue à l’Académie française en mars 2010.

 

            C. Quels sont les combats à mener pour les droits des femmes ?

 

Texte 10 page 115 : 2012, le « manifeste des 313 » contre le tabou du viol

Question 10 page 115 : Quels combats les femmes ont-elles encore à mener ?

   (     OU

 

Photographie page 118 : Le procès de Bobigny, novembre 1972

Question 2 page 118 : Le combat pour la liberté et l’égalité des femmes est-il terminé ? En quoi le « Manifeste des 313 » est-il le pendant de celui des « 343 » ?  )

 

_Les combats pour la liberté et l’égalité des femmes ne sont pas terminés. Il reste à mener celui pour une lutte efficace contre les violences sexuelles comme le harcèlement sexuel et le viol.

*La loi de 1992 inscrit le harcèlement sexuel dans le Code pénal.

*Le manifeste des 313 publié en 2012 proteste contre l’impunité des violeurs et le silence des femmes violées (« un viol sur huit fait l’objet d’une plainte »). Ce manifeste est le prolongement de la longue lutte contre l’impunité du viol : en 1978 se déroule le procès d’Aix-en-Provence où Gisèle Halimi défend deux jeunes filles violées, en 1980 le viol n’est plus considéré par la loi comme un délit mais comme un crime.

 

            D. Quelle est la place des femmes dans le monde de la culture et dans la vision de la société ?

 

                        1. Quelle est l’importance des femmes dans le monde de la culture ?

 

Texte 12  page 117 : 1981, Marguerite Yourcenar : la première femme élue à l’académie française.

Question : En quelle année Marguerite Yourcenar est-elle élue à l’Académie française ? En quoi cet évènement constitue une rupture dans le monde de la culture ?

_Marguerite Yourcenar est en 1981 la première femme élue à l’Académie française. Cet évènement rompt avec le passé car la place des femmes dans la littérature était à la fois prestigieuse par de grands auteurs comme George Sand et Colette au XIX siècle mais aussi à part du monde littéraire masculin.

_Aujourd’hui les femmes sont présentes dans tous les domaines du monde de la culture, attribuant par exemple un prix littéraire reconnu comme le prix Fémina depuis 1904 où tous les jurés sont des femmes ; ou encore avec des réalisatrices de cinéma comme Coline Serreau réalisant en 1985 le film Trois Hommes et un couffin récompensé par trois oscars.

 

                        2. Quelle est la vision des femmes dans la société française ?

 

Publicité sexiste : Babette : http://croninet.free.fr/Site/Babette.html

Etude publicité sexiste : http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/Terriennes/Dossiers/p-20898-Ravage-des-publicites-sexistes.htm

Quelle vision de la femme est visible dans la publicité ? En quoi cela est-il dénoncé par les féministes ?

_Les féministes revendiquent une véritable égalité entre les sexes et de mettre fin aux préjugés.

_En effet les discriminations reposent sur des préjugés sexistes, sur le machisme et les conceptions patriarcalesvécus dans le cadre familial (enfance de Gisèle Halimi) et véhiculé par les médias (publicités de la crème liquide Babette de Candia). Ces conceptions se traduisent ensuite par des inégalités en société et dans la famille : ainsi les tâches domestiques sont assumées à 70% par des femmes. En 2011 122 femmes sont décédées à la suite de violences conjugales.

 

 

CONCLUSION : Un rôle des hommes discutable http://www.ina.fr/notice/voir/I05012067!

 

Les droits des femmes ne sont toujours pas respectés au début du XXI siècle : une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups. Depuis 1990 les violences conjugales sont punies par la loi.

La République ne cesse de poursuivre ce combat.

D’autres combats républicains sont livrés pour la dignité de la femme et contre les sexismes modernes par des associations comme Mix-Cités (1997), les Chiennes de garde (1999) ou encore  « Ni putes, ni soumises » est créée en mars 2003. L’association exprime la volonté des filles issues de l’immigration d’éviter la soumission en gardant leur dignité. Elle est une réponse à l’assassinat de Sohane Benziane, jeune fille brûlée vive le 4 octobre 2002 par des garçons de son quartier…

Les citoyennes et citoyens ne cessent de poursuivre le combat pour la dignité et l’égalité.

 

 

 

FICHE REVISION : LES FEMMES DANS LA SOCIETE FRANCAISE

 

DATES CLES:

 

VIE POLITIQUE :

1944 : Les Françaises obtiennent le droit de vote

1981 : Création du ministère des Droits de la femme

1991 : Edith Cresson devient la première Française chef de gouvernement.

2000 : Loi sur la parité en politique ; les partis politiques doivent présenter autant de femmes que d’hommes aux élections.

2007 : Ségolène Royal, première femme au second tour de l’élection présidentielle.

 

SOCIETE :

1967 : Loi Neuwirth autorisant la contraception

1970 : Partage de l’autorité parentale.

1975 : Loi Veil autorisant l’IVG (interruption volontaire de grossesse)

1981 : Première femme élue à l’Académie française.

2011 : 122 femmes décédées à la suite de violences conjugales.

 

VIE ECONOMIQUE :

1972 : Principe de l’égalité salariale entre hommes et femmes.

1993 : Loi sur l’égalité professionnelle

2011 : 27% d’écart de rémunération entre hommes et femmes.

 

VOCABULAIRE

Emancipation : Evolution vers la liberté d’un individu (ici les femmes),  c’est-à-dire qu’il ou elle puisse disposer librement de sa vie sans subir la domination d’un autre groupe (ici les hommes).

« Plafond de verre » : ensemble des barrières invisibles entravant la carrière des femmes et dont la conséquence est la rareté de leur présence au sommet des entreprises ou des institutions publiques.

Féminisme : Mouvement pour l’égalité entre hommes et femmes.

Parité : Principe selon lequel la vie publique doit être représentative de la composition de la société composée pour moi de femmes et pour moitié d’hommes.

 

BIOGRAPHIES

Simone de Beauvoir (1908 – 1986) : Philosophe et femme de lettres, elle est l’une des principales figures intellectuelles de la France de l’après-guerre. Son ouvrage le Deuxième Sexe (1949) marque un moment important dans l’histoire du féminisme français et international.

Gisèle Halimi (1927- ) : Avocate et militante féministe. En 1971, elle fonde avec Simone de Beauvoir le mouvement féministe « Choisir ».

Simone Veil : (née en 1927) femme politique française. Rescapée du camp d’Auschwitz, elle fait carrière dans la magistrature jusqu’à sa nomination comme ministre de la Santé en mai 1974. C’est à ce poste qu’elle fait adopter la loi Veil (janvier 1975) qui autorise l’avortement en France. Première femme à présider le Parlement européen entre 1979 et 1982, elle est élue à l’Académie française en mars 2010.

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Renza 15/04/2016 12:06

tres renza tout sa moi je veux des sucette et des trou