Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire Tle STMG : L'évolution politique de la V République 3/3

7 Janvier 2015 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

III. Quels sont les rapports entre les citoyens et la V République ?

 

A. Quelles sont les familles politiques en France ?

 

Graphiques 1 page 107 : Les valeurs de droite et de gauche

Question 1 page 107 : Comment les questions de société partagent-elles la gauche et la droite ? Comment ce partage évolue-t-il (doc. 1) ?

_Les questions de société comme la possibilité de l’avortement ou le respect de l’autorité partage les individus selon des sensibilités de droite et de gauche.

_Cependant, l’écart d’opinion sur ses sujets de société diminue avec le temps malgré de grands débats comme la question du mariage pour tous. Le clivage droite/gaucheporte désormais davantage sur les questions économiques et sociales

_Les familles politiques se regroupent autour de convictions communes. Une famille politique peut donner naissance à plusieurs partis politiques.

Droite/Gauche (p. 106) : répartition des forces politiques en deux camps dont les idées et les programmes s’opposent au moment des élections.

Parti politique (p. 106) : organisation dont les membres partagent des valeurs et des idées et mènent une action commune pour faire élire leurs représentants aux élections locales et nationales.

 

 

 

Hémicycles schématisés 2 page 109 : Scrutin majoritaire ou scrutin proportionnel ?

Quels sont les principaux partis politiques en France ? A quelle famille politique appartiennent-ils ? Qui sont leurs principaux dirigeants ou porte-parole ?

 

 

 

 

Possibilité de recherche par les élèves : choisir un parti politique pour effectuer une recherche : présenter l’origine du parti étudié, ses fondateurs, ses valeurs, l’évolution de son nom.

 

 

 

 

 

 

            B. Quels sont les rôles et la place des partis politique en France et leur évolution depuis 1958 ?

 

Affiches électorales 2 page 107 : Gauche contre droite

Question 2 page 107 : Quel camp chaque affiche défend-t-elle ?

* L’affiche du PS avec le logo d’une main tenant une rose et montrant le loup du conte du petit chaperon rouge habillé comme un patron d’entreprise défend les convictions  sociales et les intérêts économiques de ses électeurs.

* L’affiche du RPR montrant un bonnet phrygien républicain et la croix de lorraine gaulliste

 

Question 3 page 107 : Sur quoi ces affiches jouent-elles pour défendre leurs idées ?

La peur sociale, la dénonciation de la pression fiscale sont des données économiques et sociales sur lesquelles jouent les affiches. De plus, l’affiche du RPR montre une « usure » du pouvoir dans l’indication des dix ans de pouvoir socialiste.

_La bipolarisation de la vie politique française se constate à travers l’affrontement des deux partis : le PS et le RPR gaulliste devenu UMP après son union avec les centristes de l’UDF.

_La bipolarisation est dénoncée par les centristes du Modem, le front de gauche et le PCFmais surtout par l‘extrême droite du FN qualifiant d’UMPS l’offre politique des deux partis. D’autres idéologies se sont diffusées comme l’écologie politique représentée par le parti des Verts.

_Ces partis politiques ont connu plusieurs crises :

*En 2008 le PS est menacé d’implosion après l’élection contestée de Martine Aubry.

*En 2012  l’UMP connaît une grave crise et est menacée de scission.

Bipolarisation(p. 106) : organisation de la compétition politique autour de deux pôles (droite/gauche). 

PS (Parti socialiste) (p. 106) : parti de gauche fondé en 1969, dirigé jusqu’en 1981 par François Mitterrand.

RPR (Rassemblement pour la République) (p. 106) : parti politique se revendiquant du gaullisme, créé par Jacques Chirac en 1976.

UMP (Union pour un mouvement populaire) (p. 106) : parti fondé en 2002 qui rassemble les tendances gaullistes (RPR), libérales et démocrates-chrétiennes (UDF) de la droite.

UDF (p. 106) (Union pour la démocratie française) : parti du centre droit fondé en 1978.

Front de gauche(p. 106) : coalition électorale rassemblant depuis 2009 plusieurs partis de gauche et d’extrême gauche.

PCF (p. 106) (Parti communiste français) : parti de gauche révolutionnaire fondé en 1920, devenu parti républicain dans les années 1930.

FN (p. 106) (Front national) : parti nationaliste d’extrême droite fondé en 1972 par Jean-Marie Le Pen et dirigé depuis 2011 par sa fille Marine Le Pen.

Ecologie politique (p. 106) : courant politique né dans les années 1970 revendiquant la défense de l’environnement et un modèle de développement durable.

 

 

 

Evolutions des forces politiques 1901 2007

 

 

 

 

C. Quels sont les nouveaux rapports des citoyens à la politique (abstention, vote blanc, etc.) ?

 

                        1. Comment se manifeste la crise de la citoyenneté ?

 

Repère bas page 108 : L’abstention en France depuis 1958

Question 1 page 109 : L’abstention est-elle la même pour toutes les élections ?

_La crise de la citoyenneté est visible à travers deux pratiques dans le vote des citoyens :

*L’abstention connaît une forte hausse depuis la naissance de la V République. Elle est variable néanmoins selon le scrutin : forte pour les élections européennes et régionales, elle progresse pour les élections législatives, mais reste faible pour les élections municipales à cause de la proximité des élus. Les élections présidentielles - point fort de la vie politique - connaissent moins d’abstention sauf en 2002, ce qui facilité l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour des élections présidentielles. 

Abstention (p. 108) : non-participation aux élections.

 

Affiche 1 page 109 : La lutte contre l’abstention

Question 2 page 109 : Comment l’affiche présente-t-elle l’abstention ?

L’affiche présente l’abstention comme une action inutile car elle n’a pas de conséquence positive pour améliorer la vie des citoyens.

_L’abstention correspond à un désintérêt des citoyens pour la politique ou à une méfiance face aux hommes politiques. L’abstention diminue la représentativité des élus et leur légitimité pour s’exprimer au nom de tous.

 

Quelles sont les autres formes de contestation des électeurs face aux principaux partis ?

*Le vote contestataire : Les électeurs choisissent parfois de voter pour un parti politique sans vouloir le porter au pouvoir mais pour exprimer leur mécontentement face aux partis traditionnels. Lors des élections présidentielles de 2012 le score élevé de 17,9% des voix en faveur du FN montre que le votre frontiste n’est plus un vote protestataire.

Vote contestataire (p. 108) (ou vote protestataire) : tendance d’une partie des électeurs à exprimer un mécontentement vis-à-vis des principaux partis en votant pour des partis extrémistes sans adhérer à l’ensemble de leur programme.

 

Qu’est-ce qui explique cette crise de la citoyenneté ?

_La crise de la citoyenneté et le désaveu de la politique à plusieurs causes :

*L’échec des gouvernements successifs à résoudre la crise économique et sociale et en particulier la forte hausse du chômage.

*L’image du monde politique est ternie par les scandales politico-financiers et par l’impression ressentie par les citoyens que les hommes politiques sont de plus en plus éloignés de leurs difficultés quotidiennes.

 

 

 

 

 

 

2. Quelles sont les nouvelles formes de participation à la vie citoyenne ?

 

Texte 3 page 109 : La démocratie de proximité

Question 4 page 109 : Comment la ville de Saint-Gratien met-elle en pratique la démocratie de proximité ? Quels domaines sont particulièrement concernés ?

* La ville de Saint-Gratien met en place une démocratie de proximité en créant des « espaces de dialogue et d’expression » (l. 5) par quatre réunions par an pour chacun des cinq quartiers de la ville. Le dialogue a donc lieu entre les habitantsde la ville périodiquement et un lien direct avec la mairie est créé. 

* Plusieurs domaines sont concernés : animations et initiatives des habitants du quartier, informations communiquées entre les habitants et la mairie.

 

_La participation à la vie citoyenne prend des formes différentes d’autrefois avec la baisse des adhésions et du militantisme traditionnel dans les partis politiques.

*Le mouvement associatif alimente le débat des citoyens par des associations de gauche (Sos racisme, Le DAL (Droit au logement), Ni putes ni soumises…) et de droite (Civitas) ou apolitique comme Les Restos du cœur, la Fondation abbé Pierre.

*La loi du 27 février 2002 sur la démocratie de proximité prévoit la création de conseils de quartier dans les communes de plus de 20 000 habitants. Ils doivent avoir un rôle consultatif auprès du maire pour la politique de la ville.

 

 

Conclusion : La V République  a su stabiliser la démocratie en remplaçant la IV République et en donnant des pouvoirs renforcés au chef de l’exécutif. Les successeurs du général De Gaulle ont prolongé jusqu’en 1981 sa politique. Depuis 1981 l’alternance gauche –droite et les cohabitations ont montré la capacité de la V République a s’adapter. Mais la crise économique, une image ternie des hommes politiques et un désintérêt progressif des citoyens crée une crise de la citoyenneté visible dans l’abstention et le vote contestataire. Cependant, la démocratie de proximité et la vie associative montrent les capacités de renouveau de la citoyenneté.

 

 

 

FICHE REVISION T STMG GEOGRAPHIE : L’EVOLUTION POLITIQUE SOUS LA v REPUBLIQUE

 

 

 

NOTIONS :

 

 

 

Constitution : loi ou ensemble de lois définissant l’organisation des pouvoirs d’un Etat.

 

Alternance : Changement de majorité politique.

 

Cohabitation : situation politique où le président de la République appartient à un autre camp politique que son Premier ministre. La France a connu trois périodes de cohabitation : 1986-1988, 1993-1995, 1997-2002.

 

Droite/Gauche : répartition des forces politiques en deux camps dont les idées et les programmes s’opposent au moment des élections.

 

Parti politique : organisation dont les membres partagent des valeurs et des idées et mènent une action commune pour faire élire leurs représentants aux élections locales et nationales.

 

 

 

CHRONOLOGIE :

 

 

 

Naissance de la V République :

 

1958 : septembre : Adoption de la Constitution de la V République.

 

1958 : Décembre : De Gaulle est élu président de la République.

 

1962 : Octobre : Référendum sur l’élection du président de la République au suffrage universel direct.

 

1965 : Décembre : De Gaulle est réélu président de la République.

 

1968 : Mai : Crise étudiante sociale et politique qui paralyse le pays.

 

1969 : Avril : Démission de De Gaulle.

 

Les évolutions de la V République depuis 1958 :

 

1965 : Premières élections présidentielles au suffrage universel direct.

 

1981 : Première alternance à la tête de l’Etat avec l’élection de F. Mitterrand

 

1982-1983 : Lois Deferre sur la décentralisation

 

1986 : Premières élections régionales au suffrage universel direct

 

1986-1988 : Première cohabitation

 

2000 : Adoption du quinquennat

 

2002 : Loi sur la démocratie de proximité

 

2003 : La Constitution reconnaît l’organisation décentralisée de la République.

 

2008 : Réforme constitutionnelle

 

Les citoyens et la V République :

 

21 avril 2002 : J.-M. Le Pen est qualifié pour le 2e tour des présidentielles face à J. Chirac.

 

2008 : Le PS est menacé d’implosion après l’élection contestée de Martine Aubry.

 

2012 : Abstention record aux élections législatives. Grave crise à l’UMP, menacée de scission.

 

 

 

ACTEURS CLES :

 

 

 

Charles de Gaulle (1890-1970) : Officier, chef de la France libre pendant la seconde Guerre mondiale, il est président du Gouvernement provisoire de la République française (1944-1946) et fondateur de la V République, qu’il préside de 1958 à 1969.

 

Georges Pompidou (1911-1974) : Professeur, directeur général de la Banque Rothschild, Premier ministre de De Gaulle de 1962 à 1968. Après la démission de de Gaulle en 1969, il est élu président de la République. Il meurt en 1974 avant la fin de son mandat.

 

Valéry Giscard D’Estaing  (né en 1926) : Inspecteur des finances, il est plusieurs fois ministre entre1959 et 1974. Elu président de la République en 1974 face au candidat de la gauche unie, François Mitterrand, il est battu par ce dernier en 1981.

 

François Mitterrand (1916-1996) : Ministre de la IV République, principal adversaire du général De Gaulle. Il dirige le Parti socialiste à partir de 1971. Battu au 2e tour de l’élection présidentielle en 1965 et 1974, il est élu président de la République en 1981 et réélu en 1988.

 

Jacques Chirac (né en 1932) : Maire de Paris de 1977 à 1995, deux fois Premier ministre (1974-1976 puis 1986-1988), il est élu président de la République en 1995 et réélu en 2002. Il est également fondateur du RPR en 1976 et de l’UMP en 2002.

 

Nicolas Sarkozy (né en 1955) : Maire de Neuilly à 28 ans, président du conseil général des Hauts-de-Seine et député UMP, il est élu président de la République en 2007 et battu en 2012.

 

François Hollande (né en 1954) : Elu plusieurs fois député de la Corrèze entre 1988 et 2012, président du conseil général de la Corrèze de 2008 à 2012 et maire de Tulle de 2001 à 2008. Premier secrétaire du parti socialiste entre 1997 et 2008, il est élu président de la République en 2012.

 

 

 

 

 

 

 

Tableau de synthèse

 

Les institutions

_ Constitution approuvée par référendum, le 28 septembre 1958 : régime semi-présidentiel.

_ 1962 : référendum du 28 octobre approuvant l’élection du président de la République au suffrage universel.

_ 2 octobre 2000 : instauration du quinquennat.

Les présidents de la République

Charles de Gaulle (1958-1969)

Georges Pompidou 1969-1974)

Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981)

François Mitterrand (1981-1995)

Jacques Chirac (1995-2007)

Nicolas Sarkozy (2007-2012)

François Hollande (depuis 2012)

La vie politique

_ 1962 : accords d’Evian ; fin de la guerre d’Algérie

_ Crise de mai 1968

_ Les cohabitations (1986-1988 ; 1993-1995 ; 1997-2002)

_ Choc du 21 avril 2002 : l’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle.

Les grandes lois et les traités

1974 : majorité à 18 ans

1974 : Loi Veil sur l’IVG

1981 : abolition de la peine de mort

1992 : Traité de Maastricht

1998 : Loi instaurant les 35 heures de travail hebdomadaires

2000 : Loi sur la parité

 

 

Partager cet article

Commenter cet article