Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Terminale TSTG Histoire : réponses aux documents d'études

3 Juin 2007 , Rédigé par J.-V. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

Affiche Révolution nationale

 

 

1. Présenter le document

 

                L’affiche de propagande Les deux maisons France a pour auteur R. Vachet. Elle a été éditée par le Centre de propagande d’Avignon. L’affiche a été commandée par le Régime de Vichy dans un but de propagande. Elle date de 1940 soit du début de l’Etat français dans la zone sud dont dépend Avignon. Elle montre deux maisons symbolisant la France soumises à deux régimes différents : la III République et l’Etat français.

 

 

2. D’après cette affiche : quelles idées, organisations et personnes doivent être exclues ? Quelles autres doivent s’y substituer ?

 

                L’affiche met en avant l’idéologie de la Révolution nationale. Celle-ci condamne les idées et idéaux attribués à la III République car contribuant au déséquilibre de la société (maison France sur un tas de pierre la déséquilibrant) et à la dilution de l’identité nationale (France et Compagnie). Les termes tronqués montrent quelles sont les idées dénoncées : la « démo » « craties », « Parlement » mais aussi tout ce qui est en « isme » et en « iste » : le « communisme », le « radicalisme ». Le système parlementaire est accusé de corruption : « pot de vin ».

 

                Avec le système politique est aussi attaqué le système économique : « communisme », « capitalisme », « système D », et les traits de caractère qui y sont liés : « spéculation », « avarice », « égoïsme ».

 

                Un ensemble d’autres personnes est cité, destinés à l’exclusion : juifs, francs-maçons, ivrognes et anarchistes, etc… comme l’indique les mots : la « (franc)ophobie » et la « juiverie », la « franc-maçonnerie » (étoile de David avec les trois points maçonnique) et également le « désordre » et le « pastis ».

 

 

Face à cette maison France et compagnie s’oppose la maison France fondée sur des groupes traditionnels ce sont les quatre piliers marqués « légion », ce sont les militaires et anciens militaires attachés à la personne du maréchal Pétain (étoiles du bâton de maréchal), les groupes à l’écart du communisme comme du grand capitalisme : « artisanat » et « paysannerie ». L’ « école » est encore valorisée pour recréer une France nouvelle.     

 

 

3. En quoi cette politique d’exclusion et d’intégration se réfère-t-elle aux valeurs « travail, Famille, Patrie » ?

 

 

Les groupes valorisés sont les groupes soumis à une hiérarchie : militaire et écoliers ; mais aussi les groupes liés à la France traditionnelle : artisanat, paysannerie.

 

 

Carte 2E Guerre Mondiale

 

 

 

Commenter une carte historique

 

Méthode :

 

Lire une carte historique :

 

_ Lire le titre pour identifier le thème et localiser le document dans le temps et dans l’espace.

 

_ Lire attentivement la légende pour prendre connaissance des renseignements fournis : les données sont-elles quantitatives ou qualitatives ? Quels sont les figuré utilisés (de surface, ponctuels, linéaires) ? Les phénomènes représentés sont-ils hiérarchisés (variation de la couleur, de la taille des figurés…) ?

 

_ Observer l’échelle.

 

 

Présenter une carte historique

 

Indiquer le type de carte (carte tableau ou carte d’évolution), le thème et l’espace étudié, l’auteur ou la source (afin éventuellement de critiquer la fiabilité des données), la date (spécifier s’il s’agit d’un document récent ou d’un document historique), la ou les périodes étudiées, le contexte historique ou d’un phénomène représenté.

 

 

Analyser une carte historique

 

_ Définir et décrire les caractéristiques des grands ensembles spatiaux.

 

_ Relever les contrastes, les oppositions, les évolutions éventuelles.

 

_ Expliquer les données de la carte en recourant aux connaissances et, au besoin, à d’autres sources documentaires.

 

Attention !

 

_ Il faut avoir une démarche qui va du général au particulier ; ne pas oublier d’énoncer des évidences avant d’étudier les différents phénomènes.

 

 

Conclure

 

_ Indiquer la signification et la portée du document.

 

_ Envisager éventuellement les conséquences des phénomènes étudiés.

 

_ Critiquer le document (par exemple : les données sont-elles fiables ?).

 

 

 

Carte 1 page 84 : 1942 : une guerre mondiale

 

1. Présenter le document. Quel est le type de carte ? Quelle est l’utilité de ce type de carte pour étudier la Seconde Guerre mondiale ?

 

                La carte intitulé « 1942 : une guerre mondiale » est une carte de projection polaire. C’est-à-dire qu’elle montre les événements présents sur Terre et mets en relation les différents territoires. La carte montre la dimension planétaire du conflit depuis fin 1940 jusqu’en février 1943 (bataille de Stalingrad).

 

 

2. Quel est le nom des deux alliances militaires opposées ?  Quels sont les territoires possédés ou occupés par les uns et les autres ?

 

_ L’Allemagne nazie, l’Italie fasciste et le Japon impérialiste sont liés dans l’Axe. Le Royaume-Uni et ses dominions (Canada, Australie, Afrique du Sud..) sont alliés à de nombreux pays comme les Etats-Unis et l’URSS dans leur lutte contre l’Axe. Ce sont les « Alliés ».

 

_ L’Axe a des conquêtes étendues mais récentes :

 

* L’Allemagne a envahi un vaste territoire européen (depuis la France à l’Ouest jusqu’aux portes de Moscou et de Leningrad en URSS à l’Est, depuis le cercle polaire au nord de la Norvège jusqu’en Crète au Sud). L’Italie a des colonies en Afrique : Libye, Ethiopie.

 

* Le Japon a établi sa domination sur la Corée et la Mandchourie, en guerre avec la Chine depuis 1937 il contrôle le littoral chinois. Avec le déclenchement de la deuxième guerre mondiale, il domine également l’Indochine française et la Birmanie anglaise, les Indes néerlandaises et les Philippines sous influence américaine. De nombreuses îles du Pacifique passent également sous contrôle japonais.

 

_ Les Alliés sont nombreux et possèdent d’immenses et anciens territoires :

 

* Le Royaume-Uni possède le premier Empire colonial au monde : en Afrique de l’Egypte à l’Afrique du Sud, mais aussi l’Empire des Indes et de nombreuses îles et territoires dispersés.

 

* A l’exception de la France (second Empire colonial du monde) et d’autres pays ouest européens envahis (Belgique du Congo, Indes néerlandaises des Pays-Bas) les autres Etats ralliés à la lutte contre l’Axe sont des pays libres, parfois immenses comme les Etats-Unis et la Chine, l’URSS, le Brésil….

 

 

3. En Europe, le conflit est-il continental (se déroulant sur terre) ou maritime ? Et en Asie ? Quel continent n’a pas connu d’attaques sur son sol ?

 

_ En Europe le conflit est essentiellement terrestre, avec la blitzkrieg. Mais l’échec de la bataille d’Angleterre conduit à la poursuite de la guerre par un blocus des îles britanniques et une vaste guerre sous-marine dans l’océan atlantique.

 

_ En Asie la guerre est terrestre, dans les jungles de Birmanie et de Papouasie. Elle est surtout maritime dans le Pacifique avec l’attaque par les porte-avions de Pearl Harbor et de Midway.

 

_ Le continent américain n’a pas été atteint par les conflits (à l’exception de l’Etat d’Hawaï dans le Pacifique), « protégés » par les océans Pacifique et Atlantique.

 

 

4. Quelles évolutions et ruptures se sont produites fin 1940 ? début 1942 ?  

 

_ Le conflit planétaire connaît une première rupture en fin 1940 avec le retrait de la France de la III République de la guerre, et aussi de la plupart de ses colonies. Le Royaume-Uni reste longtemps seul à combattre.

 

_ En 1942 le conflit a fortement évolué, avec l’entrée en guerre de nouveaux belligérants, le Japon du côté de l’Axe ; du côté allié : l’URSS après l’agression hitlérienne en juin 1941 (opération Barbarossa), les Etats et à leur suite de nombreux pays d’Amérique après l’attaque japonaise de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

 

 

5. Où les combats importants se sont-ils déroulés ? Quels combats ne figurent pas sur la carte ?

 

_ D’importants combats se sont déroulés dans le Pacifique, avec des porte-avions (Pearl Harbor, Midway) ; entre troupes adverses dans l’enfer vert de la jungle à Guadalcanal.  Ces deux dernières batailles marquent l’extension maximale de la domination japonaise.

 

* Pour le front occidental l’Afrique est perdue avec deux batailles : El Alamein qui pousse le général Rommel a retraité d’Egypte jusqu’en Tunisie, et l’opération Torch c’est-à-dire le débarquement des anglo-américains en Afrique du Nord française.

 

* Sur le front Est la bataille de Stalingrad entraîne la destruction d’une armée entière. C’est une défaite majeure.

 

_ Les batailles ne figurant pas sur la carte sont celles donnant la victoire aux alliés : débarquement en Normandie et en Provence en juin et août 1944, poussées américaines dans le Pacifique jusqu’au Japon.

 

 

6. Que nous montre le document sur le fait que la guerre est une guerre mondiale ? Tous les territoires et Etats alliés ont-ils la même importance dans le déroulement de la guerre ?

 

_ La guerre est mondiale car elle concerne directement (batailles) ou indirectement (productions de guerre et levée de troupes) tous les continents.

 

_ Certains Etats ont une très grande importance dans le déroulement de la guerre, soit à cause de leur rôle militaire et industriel (Royaume-Uni, Etats-Unis, URSS), mais aussi car la guerre se déroule sur leur territoire (URSS). Le rôle de l’Amérique latine dans la guerre est très réduit.

 

 

7. Que peut-on reprocher au document ?

 

L’absence de renseignements sur les années 1944 et 1945 (débarquements, bombardements sur l’Allemagne, de bombes atomiques au Japon).

 

 

Le bilan humain et matériel du conflit

 

 

1. Présenter le document

 

Le document est un tableau chiffré montrant pour les principaux pays belligérants (URSS, Allemagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Japon, France) le bilan des pertes humaines et matérielles durant la seconde guerre mondiale. Le tableau a été réalisé par Marc Nouschi et publié dans son livre publié en 1996 : Bilan de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

2. Quelles sont les conséquences humaines du conflit ? Comparez la situation des Etats-Unis et de l’URSS.

 

_ Les conséquences humaines et matérielles du conflit sont très lourdes : plus de 50 millions de morts, dont plus de la moitié sont des civils. Dans les pays occupés le nombre de civils tués dépasse celui des militaires, en particulier en Pologne et en URSS. Jusqu’à 14% de la population est anéantie par les combats et les massacres de civils en URSS.

 

_ La situation entre pays est très diverse. Les Etats-Unis n’ont pas connu de victimes civiles, alors que l’URSS a payé un prix très lourds en morts, militaires et civils, sa victoire contre l’Axe.

 

 

3. Quelles sont les causes de ces différences ?

 

Les combats se sont déroulés sur le sol de l’URSS alors que les Etats-Unis ont été protégés des attaques directes grâce à la séparation des deux océans. De plus, les communistes et les Juifs ont été les victimes de la politique nazie.

 

 

 

DISCOURS DE W. CHURCHILL A FULTON (USA), 5 MARS 1946

 

 

Explication des termes, des références chronologiques et géographiques :

 

 

récemment : Le discours se situe moins d’un an après la fin de la seconde guerre mondiale

 

organisation communiste internationale : Il s’agit de la troisième Internationale, fondée en 1919 par Lénine, dans le but d’étendre le communisme dans le monde entier.

 

Stettin : Port allemand sur la mer Baltique, annexé par la Pologne en vertu des accords de Yalta et Postdam.

 

Trieste : Port italien sur l’Adriatique, frontalier de la Yougoslavie communiste.

 

rideau de fer : Frontière fermée, matérialisée par des barbelés, des champs de mines.

 

Varsovie : Pologne.

 

Berlin : Capitale de l’Allemagne, divisée en 4 zones d’occupation, américaine, anglaise, française et soviétique.

 

Prague : Capitale de la Tchécoslovaquie.

 

Vienne : Capitale de l’Autriche, divisée en zones d’occupation, occidentales et soviétique.

 

Budapest : Hongrie.

 

Belgrade : Capitale de la Yougoslavie. A la différence des capitales précédentes, elle n’est pas occupée par l’armée soviétique.

 

Bucarest : Roumanie

 

Sofia : Bulgarie

 

sphère soviétique : A l’exception de la Yougoslavie, tous ces pays sont occupée par l’Armée Rouge

 

influence soviétique : Les soviétiques contrôlent la défense, mais aussi l’économie et la vie politique, en poussant en avant les communistes locaux, qui sont investis de pouvoirs qui ne correspondent nullement à leur importance numérique.

 

très faibles : Les communistes étaient peu nombreux avant la seconde guerre mondiale en Europe de l’Est car le PC était partout pourchassé. Le nazisme a décimé leurs rangs. Ils participent après la guerre à des gouvernements de coalition dans tous les pays d’Europe de l’Est.

 

contrôle totalitaire : Importance de la police politique inféodée à l’URSS

 

Sauf en Tchécoslovaquie, il n’existe pas dans cette partie de l’Europe de vraie démocratie : La Tchécoslovaquie était déjà avant la guerre le seul pays démocratique de la région.

 

J’ai appris pendant la guerre à connaître nos amis et alliés russes : Churchill a été le premier ministre britannique pendant toute la guerre et a participé à toutes les grandes conférences de l’après guerre. Il s’est opposé aux projets de Staline lors de la conférence de Yalta.

 

Churchill : Premier ministre britannique de 1940 à 1945. Il n’est plus au pouvoir lorsqu’il prononce ce discours.

 

Fulton : Churchill prononce ce discours à Fulton, dans le Missouri, en présence du président des Etats-Unis, Truman.

 

mars 1946 : La guerre est terminée depuis moins d’une année, mais déjà apparaissent au grand jour les tensions entre les Britanniques et les Américains, d’une part, et les Soviétiques d’autre part.

 

 

Recommandations :

 

 

 

Winston Churchill, il n'est même plus premier ministre de sa gracieuse majesté puisqu'il a subit une défaite électorale. Son remplaçant est alors C. Atlee.

 

Le discours de Churchill comporte deux aspects principaux que l'élève doit  mettre en avant :

 

- une description de la situation géographique de l'Europe au sortir de la guerre avec la modification des Etats ; ce point permet de montrer que l'Union Soviétique assure sa puissance sur l'Europe de l'est grâce aux Etats dits satellites qui constituent désormais le glacis que Staline réclamait aux conférences de Yalta et de Postdam.

 

- un appel du pied aux Etats Unis devant cette menace qui s'étend partout : aux yeux de Churchill, seuls les USA et le Royaume Uni ont un parti communiste faible sinon l'ensemble des pays d'Europe est sous la menace de l'URSS.

 

L'élève doit être capable d'expliquer ce qu'est le rideau de fer.

 

 

Réponses aux questions :

 

1. Introduction : présenter le texte et son auteur les circonstances de sa rédaction et ses thèmes principaux.

 

Le texte est un discours prononcé le 5 mars 1946 aux Etats-Unis, à Fulton, en présence du président Truman, par Winston Churchill, ancien premier ministre britannique - trois thèmes : le communisme, la division de l'Europe, les mesures à prendre pour empêcher l'expansion du communisme - on peut se demander si ce discours n'a pas contribué à faire monter la tension.

 

 

2. Le communisme selon Churchill : à partir du texte quelles sont les intentions de politique extérieure que Churchill prête à Staline ? Décrivez le système politique critiqué par Churchill.

 

Pour Churchill, le communisme est un système tyrannique et expansionniste : il s'agit d'un système totalitaire à l'intérieur, qui cherche à s'étendre à l'extérieur (prosélytisme). Mais on peut aussi considérer que Staline cherche à protéger la « patrie du socialisme » par un glacis de pays satellites.

 

 

3. Le rideau de fer : expliquer l'expression. Quels sont les pays concernés dont le texte nous cite les capitales ? Quelle est la situation dans ces pays à la date du texte ? Le point de vue de Churchill doit-il être nuancé ?

 

Le rideau de fer est la frontière entre l'Europe de l'Est, occupée par les soviétiques, et l'Europe occidentale. Il est matérialisé par des barbelés. Il isole les pays d'Europe centrale et leurs capitales du reste du continent. Cependant, à la date du texte, seules la Yougoslavie et l'Albanie ont des régimes communistes, les autres pays sont dirigés par des gouvernements de coalition où les communistes sont plus ou moins puissants, mais tiennent en main quelques ministères clés comme la police.

 

 

4. Les propositions d'action : dans quel but Churchill prononce-t-il ce discours ? Que propose-t-il pour l'avenir ? Peut-on considérer ce discours comme une "déclaration de guerre froide " ?

 

Churchill propose une politique de réarmement des pays occidentaux et d'endiguement de la progression du communisme. La doctrine Truman, qui sera décidée un an plus tard, est déjà contenue dans ce discours. On peut considérer ce discours comme un déclaration de guerre froide mais aussi comme un discours d'une grande lucidité face au stalinisme.

 

 

Ich bin ein Berliner

 

 

1. Présentez la nature ainsi que l’auteur du texte ?

 

Le texte est un discours politique de John Fitzgerald Kennedy, président des Etats-Unis.

 

 

2. Quelle est la particularité de Berlin depuis la fin de la seconde guerre mondiale ?

 

Berlin est divisée entre une partie occupée par les Soviétiques ; l’autre est occupée par les Alliés : Américains, Anglais, Français.

 

 

3. Que se passe-t-il à Berlin à cette époque ?

 

Berlin est coupée par un mur.

 

 

4. Qui a fait cela et pourquoi ?

 

Les Soviétiques et leurs alliés. Cela pour empêcher les Berlinois et les Allemands de l’Est de fuir à l’Ouest (l. 15-16) : »ériger un mur pour empêcher notre peuple de s’enfuir ».

 

 

5. Contre qui est dirigé ce discours ?

 

 Contre les dirigeants soviétiques, contre les communistes de l’ouest (l. 4, 7, 9…).

 

 

6. Que leur reproche-t-il ?

 

- de ne pas comprendre l’enjeu de la lutte contre le communisme et le monde libre (l.5)

 

- de dire que l’avenir est au communisme (l.7)

 

- de vouloir collaborer avec les communistes (l.9-10)

 

- de croire aux progrès économiques de l’URSS (l. 12)

 

 

7. En conclusion, quel est le sens de l’expression « je suis un Berlinois »

 

Je suis un Berlinois veut dire « Je suis libre ». car contre le communisme qui enlève les libertés fondamentales (liberté de circulation, de recherche du bonheur, libertés individuelles).

 

 

Partager cet article

Commenter cet article