Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire 1ère : Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine. (2)

14 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

 

LE REJET DE LA III REPUBLIQUE

« Nous voulons la République parce que […] le sort de la République et celui de la résistance sont indissolublement liés et parce que la nation française ne peut s’exprimer pleinement que dans les institutions républicaines. Ce que nous voulons, c’est la IV République. La III République appartient au passé. La Révolution que nous portons en nous sera une révolution de tous les Français pour tous les Français. La république que nous portons en nous sera socialiste parce que le moment est venu […] d’arracher à une puissante oligarchie le contrôle et le bénéfice de l’économie. »

                Article de Combat, septembre 1942.

1. Quel projet de république porte le mouvement Combat ?

LA CHARTE DU CNR, 15 MARS 1944

Le Conseil National de la Résistance (CNR), fondé en mai 1943, rassemble des représentants des mouvements de résistance (huit membres), des partis politiques (six membres) et des syndicats (deux membres). Présidé par Jean Moulin, puis par Georges Bidault, il prépare, avec le général de Gaulle, l’instauration d’un gouvernement dès la libération de la France ainsi que d’importantes mesures dans les domaines économique et social :

« - L’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ;

- le retour à la nation de tous les grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques ;

- le droit au travail et le droit au repos ;

- la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur ou à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ; la garantie du pouvoir d’achat national par une politique tendant à la stabilité de la monnaie ;

- la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

- un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’Etat. »

2. Dans les propositions du CNR relevez les passages qui concernent le domaine économique et ceux qui concernent le domaine social.

 

 

 

II. Comment refonder la République et restaurer la démocratie après la 2e Guerre mondiale (1944-1947) ?

 

            A. En quoi le programme de la Résistance cherche-t-il à établir une république démocratique et sociale ?

En quoi la Libération est-elle l’occasion d’une profonde rénovation de l’idéal républicain ?

 

Texte 4 page 335 : Les objectifs de la France libre

Affiche 5 page 335 : L’Union des Résistances

Question 4 page 335 : Quels sont les valeurs et symboles républicains que défend la Résistance ?

La Résistance est une démocratie à l’œuvre comme le montre les valeurs et symboles républicains défendus par la Résistance :

* Symboles : L’affiche montre le bonnet rouge de Marianne républicain au dessus de bandes bleu et blanche (évoquant le drapeau tricolore), cela permet d’associer étroitement république et patrie. La devise républicaine est aussi  indiquée dans le texte : « idéal séculaire français de liberté, d’égalité, de fraternité » (l. 17-18).

 * Valeurs : La liberté est réaffirmée dans tous ses aspects : « que chacun soit libre de sa pensée, de ses croyances, de ses actions » (l. 19-20)

 

Question 5 page 335 : Quelles réformes de Gaulle annonce-t-il pour la libération ?

Le chef de la France libre menant la Résistance, le général de Gaulle, annonce plusieurs réformes pour la libération :

* Réformes politiques :

- restauration de la démocratie : « toutes les libertés intérieures devront leur être rendues » (l. 6-7).

- Réunion d’une Assemblée Constituante pour déterminer si la III République est restaurée ou si une IV Républiques voit le jour : « tous les hommes et toutes les femmes de chez nous éliront l’Assemblée nationale qui décidera souverainement des destinées du pays. » (l. 9-10)

- De plus, les femmes obtiennent le droit de vote puisque l’Assemblée est élue au suffrage universel

* Réformes sociales :

Plusieurs réformes sociales sont prévues pour assurer l’égalité des chances : « que chacun ait, au départ de son activité sociale, des chances égales à celles de tous les autres » (l. 21-22). Pour cela en particulier est prévues : « la sécurité sociale » l. 15

 

OU : Documents (article de Combat et programme du CNR de mars 1944)

 

_ Les mouvements issus de la Résistance veulent restaurer la République mais refusent de revenir à la III République. Le « programme d’action » du Conseil National de la Résistance du 15 mars 1944 est devenu à la Libération le symbole du renouveau démocratique et républicain. Ce programme est à l’origine de réformes démocratiques et sociales.

 

Texte 1 page 340 : Les engagements de la Résistance

Question 1 page 341 : Résumez les grandes orientations de réformes économiques et sociales annoncées ici.

 

Texte 1 page 340 : Les engagements de la Résistance

Texte 3 page 341 : Une extension des droits sociaux

 

Question 2 page 341 : Quelles orientations du programme de la Résistance sont inscrites dans le préambule de la Constitution ?

_ Création d’un Etat providence : Pour améliorer le niveau de vie des Français, la Sécurité sociale est créée en 1945. Elle est financée par les salariés et les employeurs et permet d'organiser une couverture maladie, ainsi que le financement des retraites. À partir de 1946, elle gère également une caisse d'allocations familiales. Les allocations chômage sont gérées par l'État. Les caisses étant gérées par les patrons et les salariés, le rôle des syndicats devient très important.

Etat providence (p. 342) : Ensemble des dispositifs par lesquels l’Etat intervient dans l’économie et la société, protégeant les individus et redistribuant les richesses.

 

 

Affiche de publicité 3 page 343 : La nationalisation des usines Renault

Pourquoi un drapeau français est-il devant l’emblème de la régie Renault ?

_ Les nationalisations : Sur le plan économique, de grandes entreprises sont nationalisées et le secteur public se développe. Les nationalisations concernent des entreprises qui ont collaboré (Régie Renault) et des secteurs jugés vitaux comme le secteur bancaire (Crédit Lyonnais, Société Générale), les assurances, le charbon, l'électricité et le gaz (EDF-GDF), et les transports (Air France, la RATP, la Marine marchande – la SNCF a été nationalisée au moment du Front populaire). Le haut commissariat à l'énergie atomique est créé en octobre 1945.

 

SITE INA : Le commissariat au Plan Monnet (50 s) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-economique/video/AFE85001787/le-conseil-du-plan-monnet.fr.html

 

 

_ Planification de l’économie : L'économie est planifiée avec la création du haut commissariat au plan en 1946, dirigé par Jean Monnet. L'économie de marché n'est pas remise en cause mais l'État fixe les prix, les objectifs de production, et favorise la reconstruction de l'économie par des incitations diverses (commandes d'État, fiscalité favorable, etc.) et des mesures dirigistes. De hauts fonctionnaires formés par l'École nationale d'Administration (1945) sont placés à la tête des grandes entreprises.

Plan (p. 342) : Document par lequel le gouvernement fixe des objectifs économiques pour 5 ans.

Dirigisme (p. 342) : Action d’impulsion et d’orientation de l’Etat dans l’économie et la société.

 

 

B. Quelles sont les nouvelles forces politiques à la Libération ?

 

SITE CURIOSPHERE Démission du général De Gaulle : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/106834-reportage-la-demission-de-de-gaulle-debut-1946

 Maurice Thorez, chef du PCF et ministre d'État, veut une République démocratique avec un parlement fort concentrant d'importants pouvoirs. De Gaulle est totalement hostile à ce projet constitutionnel, il pense au contraire que la France doit se doter d'un pouvoir exécutif fort. Le conflit entre les deux hommes entraîne la démission de De Gaulle le 20 janvier 1946

 

Quel est le contexte politique lors de l’adoption de la constitution de la IV République ?

_ Le Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) est présidé par le général De Gaulle jusqu’à sa démission le 20 janvier 1946. Il est soutenu par un tripartisme (MRP, SFIO, PCF) et entreprend trois travaux importants :

* Etablir une constitution républicaine. Mais l’adoption de la IV République est difficile et nécessité deux constituantes et deux référendums.

* Effectuer une épuration légale pour éviter les risques de règlements de compte ; celle-ci conduit à des sanctions mesurées (peines de mort, dont celles du Maréchal Pétain et de Laval, de prison, de révocations).

* Rénover la vie économique et sociale par des réformes profondes (nationalisations ; création de la sécurité sociale en octobre 1945).

De Gaulle (p. 336) : 1890-1970. Officier, il devient après l’Appel du 18 juin 1940 le chef de la France libre. De 1944 à 1946, il dirige le gouvernement provisoire. Il fonde en 1958 la V République dont il est le premier président jusqu’à sa démission en 1969.

Tripartisme : alliance des trois partis majoritaires à la Libération (SFIO, MRP, PCF) qui s’entendent pour gouverner la France après le départ du général de Gaulle en janvier 1946 et fonder la IV République. Cette alliance disparaît de fait, en 1947, avec le renvoi des ministres communistes.

 

Diaporama en ligne (1 min 23) : http://www.youtube.com/watch?v=AvTFYuFoHAA

 

Quelles sont les forces politiques constituant le tripartisme ?

_ Les élections du 21 avril 1945 marquent un déplacement des forces politiques vers la gauche, avec l’effacement de la droite, le déclin des partis de gouvernement de la IIIe République (parti radical) et l’affirmation des mouvements issus de la Résistance dominés par les socialistes et les communistes.

_  En effet, trois grandes forces politiques remportent 75 % des suffrages :

* le PCF de Maurice Thorez bénéficie du prestige de la Résistance,

* le Mouvement de rassemblement populaire de De Gaulle (avec des Français d'origines diverses : RPF gaulliste et CNI libéral),

*  la gauche non communiste (socialistes de la SFIO et catholiques de gauche).

Le PCF qui obtient le plus de sièges à l'Assemblée et se trouve majoritaire avec la SFIO.

 

 

 

C. Pourquoi la IV République est-elle contestée dès le début de son existence ?

 

Texte 4 page 341 : de Gaulle critique les projets institutionnels

Organigramme 5 page 341 : Les institutions de la IV République

Question 6 page 341 : Pourquoi de Gaulle souhaite-t-il que le pouvoir exécutif soit indépendant du pouvoir législatif ? Comment garantir cette indépendance ?

 

Question 7 page 341 : En quoi sa conception s’oppose-t-elle à la Constitution de la IV République ?

 

OU

 

SITE CURIOSPHERE Discours du général De Gaulle : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/106835-reportage-de-gaulle-et-le-discours-de-bayeux

Comment la vision gaullienne des institutions s’oppose-t-elle à la Constitution adoptée en 1946 ? Que veut-il éviter ?

_ Le général de Gaulle prononce un discours à Bayeux le 16 juin 1946 dans lequel il souhaite un pouvoir exécutif fort.

Selon lui, le président de la République ne doit pas être dépendant des partis représentés au Parlement, il ne doit pas être élu par les deux chambres composant le pouvoir législatif, d’où la nécessité d’un collège plus large de grands électeurs.

_ Le PCF et la SFIO sont à l'origine de la constitution de la ive République qui se caractérise par un pouvoir législatif fort, à l’opposé des conceptions du général De Gaulle. Rejetée une première fois lors du referendum de mai 1946 (53 % de non), la Constitution est finalement approuvée lors du referendum d'octobre 1946.

 

Organigramme 5 page 341 : Les institutions de la IV République

Question 5 page 341 : (A qui appartient désormais la souveraineté nationale ?) Quels sont les pouvoirs de l’Assemblée ?

_ Le pouvoir législatif :

* Le Parlement comporte deux assemblées (bicamérisme) : l'Assemblée nationale constituée de députés élus au suffrage universel pour 5 ans, et le Conseil de la République (équivalent du Sénat) élu au suffrage indirect.

* Le nombre d'élus est proportionnel au nombre de voix obtenues aux élections (représentation proportionnelle). Tous les partis sont donc représentés à l'Assemblée nationale et ils sont obligés de s'allier pour former des majorités (ce qui rend le système instable).

* C'est le Parlement qui élit le Président de la République pour 7 ans.

_ Le pouvoir exécutif : Le Président du conseil détient l'essentiel du pouvoir exécutif et dirige le gouvernement. Il est responsable devant l'Assemblée qui peut le renverser, ce qui arrive souvent car il lui est extrêmement difficile de trouver une majorité compte tenu de la multiplication des partis.

 

Quelles sont les limites du document ?

L’organigramme ne montre pas le statut des colonies.

_ Le statut des colonies : ce sont désormais des États librement associés à la France dans le cadre de l'Union Française (son assemblée à un rôle consultatif et est composée de 50 % de membres désignés par les colonies, et de 50 % de membres désignés par le Parlement).

 

 

Quel est le bilan de la IV République ?

_ La IVème République a un bilan mitigé. Elle est à l'origine de mesures sociales fondamentales pour les Français et réussit la reconstruction économique et matérielle de la France. Mais elle demeure un régime impopulaire du fait de son incapacité à résoudre la question coloniale, et de sa trop grande instabilité ministérielle.

 

 

 

 

Synthese-Resistance-et-refondation-republicaine.jpg

 

 

 

1ère Fiche programmation Histoire

 

LES COMBATS DE LA RESISTANCE (CONTRE L’OCCUPANT NAZI ET LE REGIME DE VICHY) ET LA REFONDATION REPUBLICAINE

 

 

 

 

 

1ère Fiche d’objectifs histoire

 

Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine.

 

SAVOIR   

 

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. En quoi la Résistance est-elle une démocratie en œuvre ?

                A. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus de la défaite face aux totalitarismes ?

1. En quoi le choc de la débâcle de 1940 amène à une remise en cause radicale d’une république ?

                               2. Quelles sont les réactions face à la remise en cause des valeurs républicaines et face à l’occupation nazie ?

B. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus d’un régime antirépublicain ?

II. Comment refonder la République et restaurer la démocratie après la 2e Guerre mondiale (1944-1947) ?

                A. En quoi le programme de la Résistance cherche-t-il à établir une république démocratique et sociale ?

B. Quelles sont les nouvelles forces politiques à la Libération ?

C. Pourquoi la IV République est-elle contestée dès le début de son existence ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Exode (p. 330) : Fuite des civils devant l’avancée de l’armée allemande en juin 1940.

Révolution nationale (p. 330) : idéologie du régime de Vichy qui rompt avec les principes républicains.

Corporation (p. 330) : organisation professionnelle qui réunit patrons et ouvriers d’un même secteur d’activité.

Force Françaises libres (p. 334) : Organisées dès juin 1940, ce sont les forces armées d’outre-mer de la France libre. Modestes à leur début, elles atteignent 60 000 combattants en juillet 1943.

Résistance civile (p. 332) : Modes d’action non armées (politiques, juridiques, sociaux, culturels, économiques).

Mouvements de Résistance (p. 332) : Organisation menant des actions militaires mais aussi civiles, notamment par la diffusion de journaux clandestins.

FTP (p. 332) : (Francs-tireurs et partisans) Force de résistance armée du parti communiste.

STO (p. 332) : (Service du Travail obligatoire) Service en Allemagne imposé aux jeunes Français.

FFI (p. 332) : (Forces françaises de l’intérieur) Groupes armés unis en 1944 sous l’autorité du Conseil national de la Résistance.

Maquis (p. 332) : Lieux difficiles d’accès où les résistants s’organisent et mènent une guérilla contre l’occupant nazi et le régime de Vichy.

Etat providence (p. 342) : Ensemble des dispositifs par lesquels l’Etat intervient dans l’économie et la société, protégeant les individus et redistribuant les richesses.

Plan (p. 342) : Document par lequel le gouvernement fixe des objectifs économiques pour 5 ans.

Dirigisme (p. 342) : Action d’impulsion et d’orientation de l’Etat dans l’économie et la société.

Tripartisme : alliance des trois partis majoritaires à la Libération (SFIO, MRP, PCF) qui s’entendent pour gouverner la France après le départ du général de Gaulle en janvier 1946 et fonder la IV République. Cette alliance disparaît de fait, en 1947, avec le renvoi des ministres communistes.

 

3/ JE CONNAIS LES BIOGRAPHIES DE :

 

Pétain (p. 330) : (1856-1951) Général, il s’illustre à la bataille de Verdun (1916). Officier respecté et populaire, il devient président du Conseil en juin 1940 ; il demande alors l’armistice, puis engage la France dans la Révolution nationale et la collaboration.

Jean Moulin (p. 337) : (1899-1943) Préfet à Chartres, il refuse en 1940 de se soumettre aux Allemands. Il rejoint la France libre : chargé par de Gaulle d’unifier la Résistance intérieure, il fonde le CNR en 1943. Mais il est arrêté par la Gestapo et meurt après avoir été torturé.

De Gaulle (p. 336) : 1890-1970. Officier, il devient après l’Appel du 18 juin 1940 le chef de la France libre. De 1944 à 1946, il dirige le gouvernement provisoire. Il fonde en 1958 la V République dont il est le premier président jusqu’à sa démission en 1969.

 

SAVOIR FAIRE

 

 

4/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE HISTORIQUE

5/ JE SAIS METTRE EN RELATION TEXTE ET AFFICHE

6/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

7/ JE SAIS ETUDIER UNE AFFICHE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE PHOTOGRAPHIE

9/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES TEXTES

10/ JE SAIS ETUDIER UN ORGANIGRAMME

 

 

 

                                  SAVOIR

notions

méthodes

Problématique :

En quoi la résistance est-elle à l’origine de la refondation de la République ?

 

I. En quoi la Résistance est-elle une démocratie en œuvre ?

            A. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus de la défaite face aux totalitarismes ?

1. En quoi le choc de la débâcle de 1940 amène à une remise en cause radicale d’une république ?

 

 

 

 

                        2. Quelles sont les réactions face à la remise en cause des valeurs républicaines et face à l’occupation nazie ?

 

B. En quoi la Résistance montre-t-elle le refus d’un régime antirépublicain ?

 

 

 

 

 

 

II. Comment refonder la République et restaurer la démocratie après la 2e Guerre mondiale (1944-1947) ?

 

            A. En quoi le programme de la Résistance cherche-t-il à établir une république démocratique et sociale ?

En quoi la Libération est-elle l’occasion d’une profonde rénovation de l’idéal républicain ?

 

B. Quelles sont les nouvelles forces politiques à la Libération ?

 

C. Pourquoi la IV République est-elle contestée dès le début de son existence ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exode (IA1)

Pétain (IA1)

Révolution nationale (IA1)

Corporation (IA1)

 

 

Force Françaises libres (IA2)

Résistance civile (IA2)

 

Mouvements de Résistance (IB)

FTP (IB)

STO (IB)

FFI (IB)

Maquis (IB)

Jean Moulin (IB)

 

 

 

 

Etat providence (IIA)

Plan (IIA)

Dirigisme (IIA)

 

 

 

 

De Gaulle (IIB)

Tripartisme (IIB)

 

 

 

 

Etude de carte historique (IA1)

Mise en relation texte et affiche (IA1)

Etude de texte (IA1)

Etude d’affiche (IA1)

 

 

 

Etude de photographie (IA2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en relation de textes (IIA)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude d’organigramme (IIC)

 

Partager cet article

Commenter cet article