Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Géographie 1ère S : La France en villes 3/3

18 Décembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

III. Quelles mutations liées à l’urbanisation les espaces ruraux connaissent-ils ?

 

A. Quels sont les différents types d’espaces ruraux ?

 

Diaporama en ligne (à partir de 82/90) : http://www.slideboom.com/presentations/907356/G-2-chap-2-sur-4-La-France-en-villes

 

Lien radio(+ dossier) : http://www.franceinfo.fr/emission/noeud-emission-temporaire-pour-le-nid-source-749237/2012-2013/les-periurbains-habiter-en-ville-la-campagne-11-30-2012

 

 

Carte 1 page 103 : Trois France rurales

(Division de la classe en trois groupes pour rédiger un texte sur les trois types de campagnes)

Quelle typologie des espaces ruraux peut-on établir à travers la carte ?

_ Les espaces à dominante rurale rassemblent 51% des communes françaises mais seulement 18% de la population. 11 millions de ruraux se répartissent sur 59 % du territoire    en 2007. L’espace rural se repeuple avec 75 000 nouveaux habitants chaque année. L’étalement urbain et lemitage des espaces ruraux a provoqué la diffusion du mode de vie urbain et a transformé les campagnes :

* Les « campagnes dynamiques » sont d’abord les campagnes les plus proches des grandes villes (ou des villes moyennes). La périurbanisationles a touchées avec la multiplication de lotissements pavillonnaires et le développement des migrations pendulaires domicile-travail ( entre 10-20 km pour une ville intermédiaire et jusqu'à plus de 100 kmpour Paris ) parfois dans des communes-dortoirs.

- Ces campagnes sont donc dynamisées (demande de services, proximité de centres commerciaux, création de petites activités industrielles ou tertiaires de sous traitance…) par la présence de néo-ruraux (nom donné aux populations ayant quitté les villes pour s’installer dans les villages ou dans les zones périurbaines).

- Les nouvelles campagnes sont liées au tourisme résidentiel ou de masse (balnéaire, montagnard, ou « vert ») et sont donc fortement liées aux villes, même si leur éloignement est important. Les aéroports régionaux low-costpermettent d’attirer des touristes et des résidents  dans des régions rurales offrant des aménités comme le Périgord. On compte 3 millions de résidences secondaires (10% des logements), principalement dans les régions littorales.

* Les « campagnes en transition » connaissent un dynamisme variable. Ces campagnes sont soit un peu plus éloignées des grandes villes avec une filière agroalimentaire qui reste dominante, soit sous l’influence d’une petite ville, dont certaines peuvent connaître un renouveau.

* Les « campagnes fragiles » sont éloignées des villes, elles connaissent une agriculture dominante, parfois associée à une industrie en difficulté, ou une agriculture vieillie et à faible productivité.

Espaces à dominante rurale (p. 110) : espace hors des aires urbaines. Il comprend les unités urbaines ayant moins de 5000 emplois et les communes rurales non périurbaines (70% de la superficie de la France métropolitaine et les deux-tiers des communes).

Périurbanisation, espace périurbain (p. 104) : extension de la ville au-delà du pôle urbain (il y a rupture du bâti) où 40% au moins de la population active travaille dans l’aire urbaine.

Low-cost (p. 314) : compagnie aérienne à bas prix qui propose des vols à moindre coût mais offrant moins de service que les compagnies aériennes traditionnelles. Plus généralement, bien ou service produit à faible coût.

Aménités (p. 312) : conditions favorables d’un lieu, qualité de son cadre de vie.

 

            B. Quels sont les besoins en développement des espaces ruraux ?

 

 

Carte 12 page 111 : Les zones de revitalisation rurale (ZRR)

+ Photographie 13 page 111 : Manifestation contre le désengagement des services publics.

A quoi correspond l’espace des zones de revitalisation rurale ? Quels problèmes rencontrent ces zones ?

_La « diagonale du vide » s’étend des Ardennes aux Pyrénées en passant par la Champagne, la Bourgogne, le Massif central. Les densités sont inférieures à 25 hab/km².

_Les zones de revitalisation rurale couvrent 50% du territoire métropolitain et correspondent au territoire rural regroupant des communes reconnues comme fragiles et bénéficiant à ce titre d’aides de la part des pouvoirs publics. Les pôles d’excellence rurale tentent de mettre fin au processus de désertification de ces espaces ruraux. Cependant ces espaces ruraux profonds voient les services publics se dégrader à cause de leur faible densité démographique et de la fermeture d’écoles et de bureaux de poste.

Zones de revitalisation rurale (p. 315) : dispositif de soutien aux zones rurales en difficulté (peu densément peuplées ou souffrant de handicaps) sous forme d’avantages fiscaux aux entreprises.

Pôle d’excellence rurale (p. 314) : (PER) politique de l’Etat lancée en 2005 qui soutient les acteurs locaux qui s’engagent dans des projets économiques innovants dans les espaces ruraux. On compte en 2011 près de 500 PER.

 

Couverture de magazine 16 page 111 : Couverture de Village Magazine, novembre-décembre 2007.

Quelles sont les activités professionnelles présentées ? Quelles sont les activités traditionnelles des campagnes (question de culture générale) ?

- Le magazine traite des nouvelles façons de travailler et cite l’activité résidentielle (ils se sont installés : un refuge écolo en altitude) et touristique (chambres d’hôtes).

- Les activités traditionnelles sont l’agriculture, mais elles sont en difficultés dans le rural profond, et performantes dans des régions disposant de vignobles réputés : Champagne, Bourgogne.

 

_  L’activité agricole n’emploie plus que 780 000 actifs en 2007. Cependant elle a encore un rôle important pour les paysages des espaces ruraux et pour l’économie de certaines régions :

_ Plusieurs zones rurales sont intégrées au marché mondial. Les régions de grande culture céréalière(Bassin parisien, Beauce), les régions viticoles(Bordelais, Bourgogne, Côtes du Rhône, Alsace), les régions de cultures spécialisées (maraîchers nantais) pratiquent des cultures commerciales et d'exportation.

* Elles ont adopté les méthodes de l'agriculture productiviste en se mécanisant, en employant engrais chimiques et pesticides et n'ont plus besoin de beaucoup de main d'œuvre.

* Cette modernisation a entraîné des coûts d'investissements importants. Les propriétaires de ces grandes exploitations sont surtout des hommes d'affaires suivant attentivement les cours des matières premières à la bourse.

 

 

 

 

 

 

 

Lien TDC l’avenir de l’espace rural (11 min 18) : http://www.reseau-canope.fr/tdc/tous-les-numeros/les-paysans-en-france-xixe-xxie-siecle/videos/article/lavenir-de-lespace-rural.html

 

Questionnaire :

 

1. Quelles solutions les paysans de Dordogne ont-ils imaginé pour rester au pays ?

Les paysans vendent leurs produits directement sur le marché de Brantôme les produits de leur ferme (fromage, œufs, volailles..).

 

_La diversification des productionset la vente directe permettent de couvrir une partie des dépenses des fermes, ce qui assure la survie de nombreuses exploitations familiales.

_On peut ajouter d’autres activités pour ces exploitations comme le tourisme rural avec les chambres d’hôtes, la vente directe dans les fermes avec dégustation, l’agriculture biologique, etc. Des festivals dans des petits villages contribuent à dynamiser ces espaces ruraux par exemple le célèbre festival de jazz de Marciac qui passe de 1241 habitants à  225 000 visiteurs durant le festival.

 

 2. Toutes les exploitations survivent-elles ? Quel est le risque pour le pays ?  (4 min 10)

_ Plusieurs exploitations familiales disparaissent, ce qui entraîne un risque de désertification de l’espace rural français.

 

 

3. Pourquoi la Bretagne est-elle devenue un des premiers pôles agricoles européens ? 

_L’agriculture intensive a transformé la Bretagneen l’un des premiers pôles agricoles européens. On a parlé d’un « modèle breton ». Pour rentabiliser leurs petites exploitations les jeunes agriculteurs se sont tournés vers l’élevage intensif de volailles, vaches laitières ou de porcs.

 

4. En quoi ce mode de production intensif est-il à l’origine d’une importante dégradation de l’environnement ? 

_L’élevage intensif pose problème au niveau environnemental, par exemple à cause de l’épandage de productions animales. Cela a des conséquences négatives par exemple pour la qualité de l’eau.

 

 

5. Comment caractériser l’agriculture en Beauce ? (8 min 06)

_ L’agriculture des céréales est pratiquée en Beauce sur de grandes exploitations et est très mécanisée. Les campagnes sont faiblement peuplées.

 

6. Quelles sont les conséquences de la proximité de Paris, Dreux et Chartres ? 

_ Les populations urbaines viennent s’établir en Beauce pour trouver des logements moins chers et un cadre de vie plus agréable. Les néo ruraux se voient dans la construction de lotissements qui mordent peu à peu sur la campagne environnante. L’espace des agriculteurs est très convoité pour loger les néo-ruraux mais aussi pour les activités de  loisirs (golfs).

 

 

 

 

 

OU

 

TP pages 112-113 : GERER LES TERRITOIRES : Vers un renouveau de l’espace rural profond ?

 

Question 1 page 113 : Quels sont les handicaps de la Montagne ardéchoise dans un espace français métropolisé ?

 

Question 2 page 113 : Quels sont les atouts valorisés pour son développement touristique ?

 

Question 3 page 113 : Quels sont les défis démographiques de cet espace ? Comment y répond-t-on ?

 

Question 4 page 113 : Quels acteurs sont impliqués dans les Pôles d’excellence rurale ?

Partager cet article

Commenter cet article