Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Articles avec #cours terminale stmg tag

Cours TL STG Géographie : Le développement d'Internet (1)

11 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

LE DEVELOPPEMENT D’INTERNET

 

Introduction : L’explosion du nombre d’internautes est prodigieuse : 934 millions en 2004, un milliard en 2007, trois milliards d’Internautes sont prévus pour 2015. Mais cette augmentation cache de grandes inégalités entre les pays du Nord comme les Etats-Unis et la France et les pays du Sud. Pourtant, Internet a créé une économie et tout un réseau de communication.

            Problématique : Quels sont les effets d’Internet sur les sociétés ?

 

I. En quoi le réseau Internet reflète-t-il la mondialisation et ses inégalités ?

Le réseau Internet renforce-t-il la hiérarchie des puissances économiques ?

 

            A. Explosion du phénomène Internet

 

Qu’est-ce qu’Internet ?

_ Internet est la mise en réseau mondial associant des ressources de télécommunications et des ordinateurs, serveurs et clients, destiné à l’échange d’informations de toutes natures.

 

Texte 1 page 166 : Les origines de l’Internet

Question 1 page 167 : Résumer globalement les origines de l’Internet.

_ Internet a deux origines :

* une origine américaine. La recherche universitaire a mis au point la mise en réseau de deux ordinateurs distants de 4200 km par une simple ligne téléphonique. En 1969 l’armée américaine finance la pose de câbles de fibres optiques et des lignes téléphoniques. Le réseau est laissé aux civils en 1983.

* La deuxième origine  est la convergence de plusieurs inventions réalisées en Europe (Minitel en France) et en Asie.

 

            B. En quoi l’accès à Internet est-il révélateur des inégalités mondiales ?

Carte 7 page 168 : La répartition des internautes dans le monde en 2005

Question 1 page 169 : Quels sont les Etats ayant plus de 25 millions d’internautes ? Pourquoi est-il nécessaire de relativiser ? Qu’en conclure ? Quelles sont les deux grandes régions du monde marginalisées ?

 

_ Les plus grand pays en nombre d’internautes sont les Etats-Unis, immédiatement suivis par des Etats très peuplés comme la Chine, le Japon, l’Union indienne ; enfin, les pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, France et Italie).

_ Mais ce sont les pays du Nord qui concentrent la plus grande proportion d’internautes par rapport à la population totale, en général au-delà de 50%, alors que les 133 millions d’internautes chinois forment 10% de la population du pays. Les petits Etats comme les Pays-Bas, les pays scandinaves ou Hong Kong ont plus de 65% de la population abonnés à Internet.

_ 16 % de la population mondiale a accès à Internet, mais cet accès est inégal selon le développement du pays : 70% de population en Amérique du Nord et 38% des Européens ont accès à Internet contre 3,5% des Africains.

_ On constate une « fracture numérique » entre le Nord et le Sud. L’Amérique latine et surtout l’Afrique étant marginalisées. Cette fracture existe aussi au sein des pays développés entre les groupes sociaux. En France 50% des cadres et professions supérieures diplômées sont connectées, les ouvriers et employés beaucoup moins.

Internaute (p. 173) : utilisateur plus ou moins régulier des services de l’Internet.

« Fracture numérique » (p. 173) : inégalité dans l’accès à l’Internet.

Travail à la maison : sujet 1 page 178

 

Graphique page 178 : la croissance du nombre des internautes, signe du développement de l’Internet

Question 1 page 178 : Qualifier l’évolution du nombre des internautes de 1996 à 2006. Proposer trois raisons qui expliquent cette évolution générale.

_ Le nombre d’internautes connaît une croissance exponentielle  entre 1996 et 2006, passant de 16 millions à plus d’un milliard, soit une augmentation de 6731,25%.

_ Trois raisons peuvent expliquer cet accroissement :

* raison technique : la pose de nouvelles lignes de câbles de fibre optique, le développement de logiciels, rend plus accessibles Internet à de nouvelles couches de population.

Exemple : Le système d’icônes mis au point par Microsoft a simplifié l’utilisation d’Internet.

* raison économique : le développement de l’e-commerce dans le monde incite les entreprises et leurs clients à se connecter à Internet.

Exemple : Les délocalisations des entreprises de services et télécommunications en Inde (vallée de Bangalore : la « silicon Valley de l’Inde), Chine, etc… diffusent Internet.

* raison démographique : La croissance du niveau de vie des Chinois et des Indiens entraîne la constitution d’une nombreuse classe moyenne qui peut avoir accès à Internet

Exemple en Chine où la classe moyenne (revenu annuel moyen entre 6 000 et 50 000 euros) : en 2007 compte 80 millions de personnes (6,15% de la population), 15 millions de plus par rapport à 2005.

 

Question 2 page 178 : Dégager les différentes phases de l’évolution. En choisir une et indiquer deux raisons qui justifient sa mise en valeur.

_ L’augmentation du nombre d’internautes connaît différentes étapes.

1) de 1996 à 1999 on assiste à un doublement du nombre d’internautes chaque année (16, 36, 70, 147 millions).

2) de 2000 à 2001 : une décélération par rapport à l’époque précédente. L’augmentation n’est plus que d’environ 100 millions de personnes, (147 à 248, puis 361) suivi par un bond de 175 millions (de 361 à 536).

* [Seuil des 500 millions d’internautes] Ce bond est compensé l’année suivante avec une faible augmentation (de 536 à 598), puis à nouveau une croissance autour de 100 millions de personnes tous les ans jusqu’en 2006.

* [seuil du milliard] En 2006 le nombre d’internautes s’accroît à nouveau fortement avec 276 millions de personnes.

_ De 1996 à 1999 on assiste à la diffusion d’Internet en dehors des réseaux d’universitaires. Par le biais des étudiants Internet se diffuse et connaît une forte augmentation dans les pays développés.

_ De 1999 à nos jours. Avec la massification d’Internet la réserve d’internautes proportionnellement à ceux qui sont déjà abonnés diminue. Néanmoins, avec la construction de nouvelles lignes et l’augmentation de la classe moyenne en Asie le nombre d’internautes augmente de 100 millions environ par an.

 

Question 3 page 178 : Quels Etats ou quelles grandes régions du monde contribuent-ils à l’augmentation du nombre d’internautes ? Ceux ou celles qui y contribuent le moins ?

 

_ En Asie, la Chine et l’Union indienne contribuent à l’augmentation du nombre d’internautes.

_ Le pays où le nombre d’internautes progresse peu sont les Etats d’Afrique subsaharienne et d’Asie centrale (PMA) principalement.

 

Question 4 page 178 : Comment la croissance positive pourra-t-elle se poursuivre dans un proche avenir ?

_ Pour que la croissance du nombre d’internautes puisse se poursuivre le coût de l’équipement informatique doit diminuer. Le projet de l’ONU d’un ordinateur à 100 dollars permettraient de doter d’un outil performant et moderne de nombreuses personnes dans le monde : dans les PED et dans le Quart monde (population pauvre au sein des pays riches) pour surmonter la fracture numérique.

 

II. En quoi Internet constitue-t-il un réseau de communication planétaire ?

Comment Internet favorise-t-il le développement de nouveaux marchés ?       

             

Graphiques 4 page 167 : Le commerce en ligne en France en 2004

Question 3 page 167 : Quels sont deux secteurs qui dominent le commerce en ligne ? Quelles peuvent en être les raisons ?

_ Internet est un outil de communication qui mondialise l’information et aussi des flux de marchandises avec le e-commerce. Il existe aujourd’hui 100 millions de sites web, dont beaucoup consacrés au commerce. Internet a permis la création d’entreprises « sociétés.com » et le télétravail.

_ Les deux secteurs dominant le commerce en ligne en France sont le secteur touristique (2080 millions d’euros en France en 2004) et les produits de « haute technologie » (informatique, multimédia, électroménager…).

_ Les raisons de cette domination sont une gestion plus facile des opérations de vente, de relations avec les clients dans des secteurs culturels.

Télétravail (p. 173) : travail à distance d’un salarié hors de son entreprise grâce à l’utilisation d’outils de communication électronique.

 

Quels sont les problèmes posés par le commerce en ligne au niveau mondial ?

_ Le commerce en ligne international rencontre néanmoins plusieurs difficultés : la barrière de la langue lorsque le client ou le vendeur n’utilise pas l’anglais, mais aussi le problème du transport, des formalités d’exportation et du mode de paiement. 46% des sites d’e-commerce basés aux Etats-Unis sont obligés de refuser des commandes en provenance de l’étranger car ils ne savent comment l’effectuer !

 

Caricature 17 page 170 : Le développement et le succès du livre audio

Texte 20 page 171 : Le Net, deuxième génération

Quelle est la part d’Internet dans la diffusion de la culture ?

_ Les usages d’Internet ont rapidement évolué : courrier électronique en 1960, groupes de discussion à la fin des années 1970. Au début du XXI siècle Internet a permis la diffusion d’une culture de publication personnelle et participative : échanges de fichiers multimédias, téléphonie et visiophonie, blogs, mais aussi des modèles éditoriaux comme l’encyclopédie wikipédia.

_ Internet touche toutes les parties du monde. Un cyberespace est constitué avec la création d’un monde virtuel où lieux et distances sont abolis, un « village global ».

 

Quelles personnes consultent le plus Internet ? Par quels moyens ?

_ La culture d’Internet est une culture de diplômés, de la jeunesse aussi (téléchargement de musique, etc…). La part des jeunes Français (13-24 ans) ayant accès à Internet est de 81%.

_ Internet est accessible depuis son ordinateur à domicile, mais aussi depuis des objets mobiles (téléphone mobiles). Des réseaux locaux sans fil (Wi-Fi) permettent de se connecter à condition de trouver les bornes d’accès présentes dans les lieux très fréquentés : grandes villes, aéroports.

_ Pour réduire la fracture numérique l’ONU avec l’informaticien Nicolas Negroponte a conçu un ordinateur robuste à moins de 100 dollars. Le but est de  donner aux défavorisés aient accès à l’information et à l’éducation.

 

 

Lire la suite

Cours Terminale STG Histoire : La plus grande démocratie du monde : l'Union indienne (2)

2 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

III. Comment l’Inde a-t-elle modernisée son économie ?

Quel développement pour l’Union indienne ?

 

            A. Qu’est-ce que la Révolution verte ?

 

Quelle est la situation économique et sociale en Inde en 1947 ?

_ En 1947 la situation économique de l’Inde est caractérisée par de profondes inégalités : les castes supérieures forment une élite moderne, mais il existe une très grande pauvreté de masse, ainsi que des écarts régionaux importants entre les différents Etats.  

 

Graphiques linéaires 12 page 85 : Population et production agricole

Pourquoi la situation alimentaire est-elle préoccupante dans les années 1960 et 1970 ?

_ La forte croissance de la population indienne (460 millions d’habitants en 1960, 1 milliard en 1994) liée à la transition démographique a posé le problème de la nourriture disponible. Les famines sévissent à cause du manque de céréales (blé, riz) comme dans les années 1960. La sous-alimentation est importante.

 

Quelle évolution majeure se produit à partir de 1986 ? Pourquoi ?

_ La sous-alimentation disparaît grâce à l’augmentation vertigineuse de la production de céréales. Néanmoins la malnutrition peut continuer à cause d’un manque de viandes, de corps gras, etc....

_ L’augmentation de la production agricole est le résultat de la révolution verte. Elle a permit de répondre au défi alimentaire posé par la croissance démographique. Mais elle suscite des inquiétudes sur l’environnement (trop d’engrais et de pesticides).

Révolution verte (p. 89) : politique de développement agricole fondée sur l’introduction de nouvelles variétés (blé, riz…) à haut rendement, sur l’emploi d’engrais et de pesticides, ainsi que sur l’irrigation. 

            B. Quelles ont été les politiques économiques depuis 1947 puis 1991 ?

 

Texte 11 page 85 : La voie indienne de développement

En quoi consiste la voie indienne de développement ?

_ Pour répondre au défi de la pauvreté dans un pays de forte croissance démographique, l’Etat adopte une voie indienne de développement. Le programme de Nehru puis de sa fille Indira Gandhi consiste dans le choix d’une « économie mixte » s’inspirant du socialisme. L’Etat joue un rôle majeur en nationalisant les industries stratégiques comme l’armement et les transports. Le « secteur privé subsiste » mais est « contrôlé étroitement par l’Etat » qui encadre les prix et fixe les salaires, et oriente les investissements selon « la planification mise en place en 1951 par Nehru ». 

_ Le secteur privé comporte de toutes petites entreprises mais aussi de très grands groupes comme Tata. La recherche scientifique est également privilégiée avec l’obtention de trois prix Nobel en physique, économie, médecine.

 

Texte 17 page 86 : La réorientation libérale

Question 2 page 87 : Relever dans le texte les éléments d’une réorientation du modèle de développement indien.

_ A partir de 1991 l’Inde s’engage dans une politique de libéralisation de l’économie. « L’économie fermée et administrée » est abandonnée par le pouvoir. Cela se voit par exemple dans la suppression du «système des permis » – la Licence Raj – qui contraignait toute entreprise privée à demander une autorisation administrative pour diversifier ou même augmenter sa production.

_ Les acteurs internationaux comme le « Fonds monétaire international » (FMI) ont encouragé l’Inde dans sa libéralisation économique. Les capitaux étrangers investissent en Inde.

 

Quels sont les résultats de la politique de libéralisation économique ?

_ L’Union indienne a un taux de croissance très élevé (croissance de 8% du PIB en 2006). L’économie indienne se développe grâce à plusieurs avantages dans la mondialisation : maîtrise de la langue anglaise, haut niveau de performance dans l’informatique… La ville de Bangalore est un haut lieu de la recherche scientifique avec 150 000 ingénieurs (davantage que les 120 000 de la Sillicon Valley américaine).

_ Les conséquences humaines de ce haut niveau de croissance sont la formation d’une bourgeoisie (35 millions de personnes) : l’« Inde qui brille » (Shining India). Mais cette situation contraste avec la forte pauvreté de la paysannerie : 35% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (moins de 1 dollar par jour).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IV. Comment émerge une puissance régionale et internationale ?

 

Chronologie 15 page 86 : L’Inde de 1991 à 2005

Carte 19 page 87 : L’Inde, sécurité et diplomatie

Texte 20 page 86 : « Un rêve de puissance »

Question 5 page 87 : Comment l’Inde d’aujourd’hui redéfinit-elle ses objectifs de puissance ? A quelles échelles ?

_ A partir de 1991 et de la fin de l’URSS l’Inde redéfinit sa politique extérieure pour se rapprocher des Etats-Unis. Elle s’efforce de passer du rang de puissance régionale à celui de puissance mondiale.

* à l’échelle interne l’Inde lutte contre les attentats terroristes islamistes en provenance du Pakistan (attentat islamiste contre le Parlement à New Delhi en 2001), mais aussi contre ses violences religieuses internes entre Hindous et musulmans.  

* L’Inde est une puissance régionale car depuis 1974 c’est une puissance nucléaire disposant de la bombe atomique comme ses voisins pakistanais et chinois. Elle s’efforce ainsi d’assurer sa sécurité face aux menaces de guerre avec ses voisins pour la possession du Cachemire. Elle a également rétabli des relations pacifiques avec la Chine malgré la guerre de 1962. (La Chine est devenue le second partenaire économique de l’Inde. Le président chinois Hu Jintao s’est rendu en Inde en novembre 2006).

* Au niveau international l’Inde s’efforce de jouer un plus grand rôle correspondant à son nouveau poids économique et technologique. L’Inde se rapproche de l’ASEAN (en juillet 1996 l’Inde est rentré au forum régional de l’ASEAN), mais aussi de l’Union européenne et des Etats-Unis. En effet l’Inde demande à obtenir un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU qui correspondrait à son nouveau rôle de puissance mondiale.

 

En quoi l’Inde est-elle également une puissance culturelle ?

_ L’Inde affirme un rayonnement culturel caractérisé par une synthèse des cultures indiennes et occidentales par exemple dans le cinéma : Bollywood (contraction de Bombay et Hollywood). Bollywood est le plus important centre au monde en nombre de films tournés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FICHE REVISION TSTG HISTOIRE : Décolonisation et construction de nouveaux Etats

 

DEFINITIONS :

Parti du Congrès : mouvement nationaliste hindou fondé en 1885 ; après 1947, principal parti politique de l’Inde.

Ligue musulmane : mouvement nationaliste musulman, fondé en Inde en 1906.

Partition : division, partage d’un territoire

Caste : En Inde, groupe social fermé auquel on appartient par la naissance ; la caste renvoie à une spécialisation professionnelle.

Révolution verte : politique de développement agricole fondée sur l’introduction de nouvelles variétés (blé, riz…) à haut rendement, sur l’emploi d’engrais et de pesticides, ainsi que sur l’irrigation. 

 

 

BIOGRAPHIES :

GANDHI Mohandas (1869-1948) (p. 264) :

NEHRU Jawaharlal (1889-1964) (p. 265) : Militant dès 1920 aux côtés de Gandhi, il participe aux négociations de partition qui créent l’Union indienne et le Pakistan. Premier ministre de 1947 à sa mort, il s’engage pour le non-alignement dès la conférence de Bandung.

JINNAH Ali : (1876-1948) : (p. 265)

GANDHI Indira : (1917-1984) : (p. 264)

GANDHI Rajiv : (1944-1991) : Fils d’Indira Gandhi, petit-fils de Nehru. Premier ministre entre 1984 et 1989. Assassiné en 1991 par une extrémiste tamoule.

DATES :

INDEPENDANCE DE L’INDE :

1947 : indépendance des Indes britanniques et partition entre Union indienne et Pakistan

30 janvier 1948 : assassinat de Gandhi

1947-1949 : 1ère guerre indo-pakistanaise

JUSQU’AUX ANNEES 1980 :

1948-1951 : Choix de la voie de développement

1949 : Constitution démocratique

1955-1964 : Nehru, leader du tiers-monde

1965 : 2e guerre indo-pakistanaise

1968 : Révolution verte

1974 : programme militaire nucléaire

1984 : assassinat d’Indira Gandhi

DEPUIS LES ANNEES 1990 :

1991 : début des réformes libérales

1991 : Assassinat du premier ministre Rajiv Gandhi

1996 : Défaite électorale du parti du Congrès

1999 : 4e guerre contre le Pakistan au Cachemire

1999 : Naissance du milliardième Indien.

2000 : Rapprochement diplomatique avec les Etats-Unis

 

Tle Fiche d’objectifs Histoire n°4

LA PLUS GRANDE DEMOCRATIE DU MONDE : L’UNION INDIENNE

 

   SAVOIR   

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Quelles sont les conditions de la naissance de l’Union indienne ?

                A. De quelle façon l’Inde parvient-elle à l’indépendance ?

B. Quelles crises affectent l’Inde lors de l’indépendance ?

II. Comment l’Inde devient-elle une démocratie ?

                A. Quels sont les principes de la démocratie indienne ?

B. Comment a évolué la démocratie indienne ?

III. Comment l’Inde a-t-elle modernisée son économie ?

                A. Qu’est-ce que la Révolution verte ?

B. Quelles ont été les politiques économiques depuis 1947 puis 1991 ?

IV. Comment émerge une puissance régionale et internationale ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Parti du Congrès (p. 89) : mouvement nationaliste hindou fondé en 1885 ; après 1947, principal parti politique de l’Inde.

Ligue musulmane (p. 89): mouvement nationaliste musulman, fondé en Inde en 1906.

Partition (p. 89) : division, partage d’un territoire.

Caste (p. 89) : En Inde, groupe social fermé auquel on appartient par la naissance ; la caste renvoie à une spécialisation professionnelle.

Révolution verte (p. 89) : politique de développement agricole fondée sur l’introduction de nouvelles variétés (blé, riz…) à haut rendement, sur l’emploi d’engrais et de pesticides, ainsi que sur l’irrigation. 

 

3/ JE CONNAIS LES BIOGRAPHIES DE :

GANDHI Mohandas (1869-1948) (p. 264) 

NEHRU Jawaharlal (1889-1964) (p. 265) : Militant dès 1920 aux côtés de Gandhi, il participe aux négociations de partition qui créent l’Union indienne et le Pakistan. Premier ministre de 1947 à sa mort, il s’engage pour le non-alignement dès la conférence de Bandung.

JINNAH Ali : (1876-1948) : (p. 265)

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

5/ JE SAIS CONFRONTER UNE P¨HOTOGRAPHIE ET UN TEXTE

6/ JE SAIS CONFRONTER UNE CARTE ET UNE PHOTOGRAPHIE

7/ JE SAIS ANALYSER UNE CARTE

8/ JE SAIS ETUDIER UN ORGANIGRAMME

9/ JE SAIS ETUDIER DES GRAPHIQUES LINEAIRES

10/ JE SAIS CONFRONTER UNE CHRO NOLOGIE AVEC UNE CARTE ET UN TEXTE

 

 

Lire la suite

Cours Histoire STG : La plus grande démocratie du monde : l'Union indienne (1)

2 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

LA PLUS GRANDE DEMOCRATIE DU MONDE : L’UNION INDIENNE

 

Manuel : Belin 2007, Terminale STG

 

Introduction : L’Inde comporte un milliard cent million d’habitants en 2006 et 670 millions d’électeurs inscrits. La plus grande démocratie du monde n’est indépendante que depuis 1947. Elle comporte de nombreuses religions. Aujourd’hui, la population indienne augmente de 19 millions d’individus par an qu’il faut nourrir, loger, éduquer puis trouver un travail.

Problématique : Comment un pays d’un milliard d’hommes a-t-il surmonté les conflits religieux, la pauvreté et une forte démographie ?

 

I. Quelles sont les conditions de la naissance de l’Union indienne ?

 

            A. De quelle façon l’Inde parvient-elle à l’indépendance ?

 

Texte 2 page 82 : L’Angleterre et l’indépendance de l’Inde

Question 1 page 83 : Quelle est l’attitude du gouvernement britannique face à la volonté d’indépendance de l’Inde ?

_ L’Empire des Indes est une colonie britannique considérée comme le « joyau de la couronne britannique ». Le mouvement nationaliste est ancien et demande l’indépendance. Après la 2e Guerre mondiale et les actions de Gandhi comme le mouvement « Quit india » de 1942, la Grande Bretagne accepte de négocier l’indépendance.

_ La Grande Bretagne souhaite que « l’association des peuples britanniques et indien ne prenne pas fin » (l. 16-17), c’est-à-dire veut associer l’Inde et la Grande-Bretagne dans le Commonwealth. Le 15 août 1947 l’Inde accède à l’indépendance.

 

Photographie 3 page 82 : Les négociations pour l’indépendance de l’Inde en 1947

Texte 4 page 83 : La position de la ligue musulmane

Question 3 page 83 : Quels sont les deux grands mouvements nationalistes avec lesquels le gouvernement britannique négocie ? Pourquoi en est-il ainsi ?

_ La Grande –Bretagne a négocié l’indépendance de l’Inde avec deux mouvements nationalistes car leurs buts sont différents :

* le parti du Congrès dirigé par Nehru désire l’indépendance de l’Inde au bénéfice de la majorité hindoue.

* La Ligue musulmane est dirigée par son fondateur Ali Jinnah, qui est aussi le père de l’indépendance du Pakistan. L’objectif de la Ligue musulmane est la partition et la création d’un Etat musulman (le futur Pakistan, « pays des purs »).

* On peut aussi ajouter la présence dans les négociations de Sardar Baldev Singh (1901-1961), le représentant de la minorité sikh. Il désire une unité indienne qui prenne en compte les droits des minorités.

Parti du Congrès (p. 89) : mouvement nationaliste hindou fondé en 1885 ; après 1947, principal parti politique de l’Inde.

NEHRU Jawaharlal (1889-1964) (p. 265) : Militant dès 1920 aux côtés de Gandhi, il participe aux négociations de partition qui créent l’Union indienne et le Pakistan. Premier ministre de 1947 à sa mort, il s’engage pour le non-alignement dès la conférence de Bandung.

Ligue musulmane (p. 89): mouvement nationaliste musulman, fondé en Inde en 1906.

JINNAH Ali : (1876-1948) : (p. 265)

Partition (p. 89) : division, partage d’un territoire.

 

 

B. Quelles crises affectent l’Inde lors de l’indépendance ?

           

Carte 5 page 83 : L’Inde indépendante

Photographie 6 page 83 : Violence entre hindous et musulmans lors de la partition de l’Inde

Question 5 page 83 : Quelles sont les conséquences politiques, territoriales et humaines de l’indépendance de l’empire des Indes en 1947 ?

_ L’accession de l’empire des Indes à l’indépendance provoque plusieurs conséquences :

* au niveau politique plusieurs Etats indépendants apparaissent : La Birmanie, Ceylan (future Sri Lanka) mais surtout l’Union indienne à majorité hindouiste et le Pakistan à majorité musulmane.

* La partition des Indes britanniques entraîne des recompositions territoriales après 1947. L’Union indienne est un vaste pays fortement peuplé mais dont les frontières sont contestées pour la région du Cachemire revendiquée par le Pakistan et même en partie par la Chine. Le Pakistan apparaît mais est divisé en deux : le Pakistan occidental à l’ouest (actuel Pakistan) et le Pakistan oriental qui devient indépendant en 1971 sous le nom de Bangladesh.

* Au niveau humain la création de deux Etats aboutit à d’importants transferts de population. En effet le Pakistan a vocation à rassembler les musulmans.  8 millions de musulmans et 9 millions d’hindous et de sikhs partent volontairement ou pour échapper aux violences intercommunautaires.

_ La guerre civile et religieuse est l’occasion de massacres. En effet les nouveaux gouvernements ne sont pas capables de sécuriser des migrations aussi importantes. Des centaines de milliers de morts sont le résultat de ces affrontements auxquels tentent de s’opposer Gandhi. Mais il est assassiné par un extrémiste hindou le 30 janvier 1948.

GANDHI Mohandas (1869-1948) (p. 264) :

(La partition de l'Inde entraîna également des suicides collectifs et de nombreux massacres : dans la communauté sikh, les pères exécutent leurs filles afin qu'elles ne tombent pas entre les mains des musulmans ou qu'elles ne soient pas converties à l'islam. Du côté musulman comme du côté hindou, près de 75 000 femmes sont enlevées, violées, torturées et humiliées publiquement (seins coupés). À Calcutta, en août 1946, une Action Day de la Ligue musulmane finit en bain de sang et les mosquées sont profanées. En mars 1947, les émeutes de Rawalpindi dans le Pendjab provoquent la mort de milliers de personnes.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-781732,36-941922@51-940408,0.html      )

 

Carte 7 page 84 : L’Union indienne : les hindous et les autres

Carte 14 page 85 : L’Inde et la question du Cachemire

Question 6 page 85 : Exposer la question du Cachemire

_ Le Cachemire est une région frontalière partagée entre trois pays : le Pakistan (2/5e du Cachemire), la Chine et l’Inde. Mais ce territoire est du côté indien peuplé en majorité de musulmans qui demandent l’autonomie ou le rattachement au Pakistan. Les attentats sont nombreux.

_ Plusieurs guerres ont été causées par ces revendications contradictoires : la 1ère guerre indo-pakistanaise de 1947-1949, la 2e guerre de 1965, mais aussi une guerre sino-indienne (entre Chine et Inde) en 1962.  La troisième guerre indo-pakistanaise a lieu en 1971 (pour aider l’indépendance du Bangladesh) et la 4e en 1999 (défaite du Pakistan).

 

 

 

II. Comment l’Inde devient-elle une démocratie ?

 

            A. Quels sont les principes de la démocratie indienne ?

 

Organigramme 8 page 84 : L’Inde, une démocratie parlementaire

Question 1 page 85 : Quelle est la forme de l’Etat indien mis en place au lendemain de l’indépendance ? Qu’est-ce qui en fait dans son fonctionnement une démocratie parlementaire ?

_ En 1949, sous l’impulsion du premier ministre Nehru, l’Union indienne adopte une constitution démocratique. Avec 670 millions d’électeurs en 2006 c’est la plus grande démocratie du monde.

* L’Union indienne est une démocratie car le pouvoir exécutif (le président : chef de l’Etat élu pour cinq ans, le premier ministre qui est le chef du gouvernement) et le pouvoir législatif sont séparés.

* Elle s’inspire des modèles anglais (présence de deux Chambres : le bicaméralisme) et américain (cadre fédéral où 28 Etats et 7 territoires sont représentés au sein du Conseil des Etats).

_ La démocratie indienne est parlementaire car, pour gouverner, le premier ministre doit s’appuyer sur une majorité à la Chambre du peuple.

 

Carte 7 page 84 : L’Union indienne : les hindous et les autres

Texte 9 page 84 : Les principes fondateurs

Question 3 page 85 : Comment l’Etat indien prend-il en compte la diversité religieuse du pays ?

_ L’Union indienne est un pays comportant une grande diversité religieuse. L’hindouisme est majoritaire (878 millions de fidèles, 80% de la population), l’Islam comprend 150 millions d’adeptes (14% de la population), les chrétiens sont 25 millions (2,5%), les sikhs 18 millions (2% de la population) sont surtout présent au Pendjab. Le bouddhisme est en plein essor avec 7,5 millions de personnes (1% de la population) et un fort mouvement de conversions parmi les intouchables des hors castes.

_ La constitution de l’Etat indien affirme la laïcité, c’est-à-dire la « liberté de croyance et de culte » pour toutes les religions. Néanmoins, les violences religieuses sont nombreuses. Par exemple en 1984, après l’assassinat d’Indira Gandhi par un sikh, la communauté sikh est victime de pogroms. En 1992 des violences entre hindous et musulmans à Bombay font plus de 2000 morts.

Caste (p. 89) : En Inde, groupe social fermé auquel on appartient par la naissance ; la caste renvoie à une spécialisation professionnelle.

 

            B. Comment a évolué la démocratie indienne ?

 

Texte 10 page 85 : Indira Gandhi

Photographie 13 page 85 : Nasser, Nehru et Tito.

Question 5 page 85 : Quelle continuité existe-t-il dans la politique extérieure de l’Inde menée par Nehru et celle conduite par sa fille Indira Gandhi ? Pour quelle raison et dans quel sens cette dernière l’infléchit-elle ?

_ La vie politique a longtemps été dominé par le parti du Congrès et par une dynastie : celle de Nehru premier ministre de 1949 à 1964, puis de sa fille unique Indira Gandhi qui a été premier ministre de 1966 à 1977, puis de 1980 jusqu’à son assassinat en 1984 ; son fils Rajiv Gandhi a été premier ministre à son tour de 1984 à 1989 puis a été assassiné en 1997 par une extrémiste tamoule. Depuis 1989 les partis alternent au pouvoir.

_ Nehru a été un des promoteurs du non-alignement au congrès de Bandung en 1955 et de Belgrade en 1961. Indira Gandhi doit cependant, pour trouver des alliés contre le Pakistan allié aux Etats-Unis, accepter de se rapprocher de l’URSS.

 

Texte 16 page 86 : Une démocratie fragile ?

Question 1 page 87 : Quelles sont les limites et les faiblesses de la démocratie indienne ?

_ La démocratie indienne connaît des limites et des fragilités :

* la classe politique est corrompue et a depuis 1970 des liens avec la pègre. Les électeurs sont achetés ou terrorisés. Des mafieux ont des appuis politiques.

* la montée du nationalisme hindoue constitue une menace pour les minorités à cause des violences religieuses et d’un rôle politique plus réduit.

*  Cependant, dans les années 1990, on assiste à l’éveil politique des « basses castes » dont le nombre de députés a été multiplié par deux. Un intouchable, K. R. Narayanan, a même pu parvenir en 1997 à la présidence.

Lire la suite

Cours Terminale STG Histoire : Décolonisation et construction de nouveaux Etats (4)

16 Décembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

IV. Quel est le nouveau rôle international des pays décolonisés ?  

 

A. Qu’est-ce que le non alignement ?

 

Carte 2 page 59 : L’affirmation du tiers-monde

Question 1 page 73 : A quels continents appartiennent les pays participant à la conférence de Bandung en 1955 ? Qu’ont-ils presque tous en commun dans leur histoire ?

_ Les pays participant à la conférence de Bandung (Indonésie) en 1955 sont des pays afro-asiatiques, (23 pays d’Asie et 6 d’Afrique). Ce sont essentiellement d’anciennes colonies. Cette conférence est l’acte de naissance politique du Tiers-monde.

 

Texte 1 page 72 : Le réveil de l’Asie et de l’Afrique

Question 2 page 73 : Quels sont les grands thèmes du discours de Nehru ?

Nehru, dans son discours de clôture de la conférence de Bandung, indique plusieurs grands thèmes : la solidarité des Pays en Développement (l. 1 à  5), la volonté de rattrapage économique  (l. 5 à 9), l’indépendance des pays face aux anciennes métropoles mais aussi face aux deux Grands (l. 9 à 15), condamnation du colonialisme et de la volonté de domination de l’URSS et des Etats-Unis (l. 15 jusqu’à la fin). Ce dernier point est fondateur du neutralisme politique, du non alignement.

_ La conférence de Bandung condamne le colonialisme. Les participants veulent une coopération mondiale pour lutter contre le sous-développement.

 

Carte 2 page 59 : L’affirmation du tiers-monde

Quelles sont les particularités de la conférence de Belgrade de 1961 ?

_ La conférence de Belgrade (Yougoslavie) de 1961 est la première conférence des non-alignés. Elle se tient dans un pays communiste mais indépendant de l’URSS. La Yougoslavie n’est pas une ancienne colonie mais un pays dont le chef Tito, est l’un des dirigeants les plus en vue du Tiers-monde. Avec l’Egyptien Nasser et l’Indien Nehru, Tito propose pour le Tiers-monde la voie du non-alignement. Ils refusent la bipolarisation du monde entre deux blocs opposés.

NON-ALIGNEMENT (p. 269): mouvement apparu en 1961, qui regroupe des Etats refusant la bipolarisation du monde entre deux blocs antagonistes

 

B. Quelles divergences politiques et économiques apparaissent entre les anciennes colonies ?

 

                        1) Les divergences politiques

 

Texte 1 page 72 : Le réveil de l’Asie et de l’Afrique

Affiche 2 page 72 : « Créer deux, trois, plusieurs Vietnam, voilà le mot d’ordre »

Question 4 page 73 : La voie révolutionnaire et socialiste est-elle compatible avec le non-alignement ?

_ Plusieurs pays du Sud comme en Asie la Chine, la Corée du Nord puis le Vietnam, d’Amérique comme Cuba sous Fidel Castro, mais aussi d’Afrique comme l’Ethiopie deviennent communiste. Le guérillero Che Guevara cherche à propager le communisme en Afrique (Angola) et en Amérique latine (Bolivie). Pour les communistes le développement passe par la voie révolutionnaire et socialiste. Mais, cet engagement communiste revient à se lier avec l’URSS et n’est compatible avec le non-alignement.

_  Les divergences politiques entre pays se creusent, entre les Etats alliés aux Etats-Unis et ceux alliés à l’URSS. Le mouvement né à Belgrade prend fin en 1970 avec la fin du rêve d’unité politique du tiers-monde.

 

                        2) Les divergences économiques

 

Carte 3 page 59 : Le tiers monde à la fin des années 1970

Le tiers-monde est-il dans la même situation de développement en 1970 qu’en 1950 ? Quel classement peut-on établir entre les pays ?

_ Une grande diversité dans la situation économique et du développement existe dans le  Tiers-monde :

* Les pays les plus en difficulté sont les PMA (Pays les Moins Avancés) principalement situés en Afrique subsaharienne, mais aussi en Asie.

* Des pays pauvres connaissent des difficultés économiques : Amérique centrale et du sud, Afrique australe.

* Plusieurs pays vivent de la rente pétrolière, principalement les monarchies pétrolières de la péninsule arabique.

* Il existe des pays émergents comme le Brésil, l’Argentine et le Mexique ; l’Afrique du Sud ; l’Inde et la Chine.

* Les quatre « dragons » ont une forte croissance économique et rejoignent les pays du Nord : Corée du sud, Taiwan, Singapour et Hong-Kong. Ce sont les NPI : Nouveaux Pays Industrialisés.

PMA (p. 73) : Pays les moins avancés, selon la définition donnée par la CNUCED (ONU).

 

C. Quels sont les nouveaux acteurs économiques influant sur les PED ? 

 

Texte 4 page 72 : L’appel à la communauté internationale

Graphiques 5 page 73 : Les Etats africains et asiatiques à l’ONU

Texte 6 page 73 : Pour un nouvel ordre économique international

Question 5 page 73 : Comment évolue le poids du tiers-monde à l’ONU ? Quel rôle veut-il faire jouer à cette organisation ? Dans quel but ?

_ Avec l’accession à l’indépendance le nombre d’Etats asiatiques et africains présents à l’Onu augmente fortement : 13 sur 51 Etats membres en 1945, 72 sur 129 en 1972.

_ Nombreux au sein de l’ONU, les pays en développement font de l’ONU une tribune contre le colonialisme mais aussi pour promouvoir le développement économique. Ainsi, en 1964, une conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED) est réuni pour la première fois à Genève. 120 Etats sont représentés dont 77 en voie de développement.

_ En 1967, dans la Charte d’Alger, le « groupe des 77 » définit ses buts : redonner au Sud une place satisfaisante  dans le commerce mondial en rééquilibrant les termes de l’échange ; favoriser le contrôle par chaque Etat de ses ressources  souvent aux mains des firmes multinationales.

 

Quels sont les résultats de cette politique ?

_ Les résultats de cette politique sont inégaux :

* les pays pétroliers s’organisent en fondant l’OPEP en 1960. Ils nationalisent et contrôlent leurs ressources.

* Malgré des tentatives d’organisations comme la fondation de l’OUA par Nkrumah en 1963, les Etats africains restent divisés et instables.

OPEP (p. 269) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

 

Quels sont les autres acteurs intervenant dans l’économie et le développement ?

_ D’autres acteurs économiques interviennent pour aider les PED (le FMI, la Banque Mondiale) mais aussi pour contrôler le commerce et les termes de l’échange (l’OMC).

_ De nombreuses organisations de l’ONU interviennent pour aider les PED : le FAO, l’UNESCO, l’OMS. Dès 1950 des actions contre la faim et pour le développement sont menées, ainsi que des conférences internationales.

_ Aujourd’hui, la lutte contre les inégalités causées par la mondialisation et pour une redéfinition plus équitables des rapports entre Nord et Sud est menée par le mouvement altermondialiste. C’est le cas par exemple lors des forums sociaux de Porto Alegre en 2000, comme celui de Nairobi en 2007.

FMI (p. 267) : Fonds monétaire international. Il veille à la régularité des transactions financières entre Etats, conseille et prête aux Etats en difficulté.

Banque mondiale (p. 266) : institution qui prête aux pays du Sud sous condition d’un contrôle de leurs choix économique.

OMC (p. 269) : Organisation mondiale qui succède au GATT en 1995. Organisme intergouvernemental chargé de réglementer les relations commerciales entre ses Etats membres, au moyen d’accords multilatéraux.

FAO (p. 267) : (Food and Agricultural Organization) : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, créée en 1945 dans le but d’améliorer l’état nutritionnel, le niveau de vie, la productivité agricole et le sort des populations rurales en général.   

UNESCO (p. 271) : Organisations des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

OMS (p. 269) : Organisation mondiale de la santé, rattaché à l’ONU.

 

FICHE REVISION TSTG HISTOIRE : Décolonisation et construction de nouveaux Etats

 

NOTIONS DU PROGRAMME :

Décolonisation (p. 267): processus par lequel les puissances coloniales se retirent de leurs colonies.

Anticolonialisme (p. 266): courant politique visant à remettre en cause la colonisation. Il caractérise les mouvements de libération des peuples colonisés ainsi que les mouvements qui, à l’intérieur des métropoles, les soutiennent.

Tiers-monde (p. 271): l’expression fait référence au tiers état de l’Ancien régime. Comme lui, le Tiers-monde « n’est rien » dans l’ordre mondial et demande à y « devenir quelque chose ». A partir des années 1960, le Tiers-monde regroupe l’ensemble des pays pauvres, africaines, asiatiques et latino-américains.

Nationalisme (p. 269): mouvement politique constitué de personnes qui, ayant conscience de former une communauté nationale, veulent créer un Etat souverain.

Non-alignement (p. 269): mouvement apparu en 1961, qui regroupe des Etats refusant la bipolarisation du monde entre deux blocs antagonistes.

 

BIOGRAPHIES :

NASSER Gamal Abdel (p. 265) : (1918-1970) Premier ministre, puis président de la République égyptienne de 1956 à sa mort. Il acquiert un prestige considérable comme leader de la nation arabe et du non-alignement.

HÖ CHI MINH (p. 264) : (1890-1969) Fondateur du Parti Communiste Indochinois, il proclame l’indépendance du Vietnam. Il est président du Nord-Vietnam de 1954 à 1969.

SENGHOR Léopold Sédar (p. 265) : (1906-2001) Député du Sénégal à l’Assemblée nationale de 1945 à 1958, il souhaite l’émancipation de l’Afrique. Il devient le premier président élu de la République du Sénégal en 1961.

NEHRU Jawaharlal (1889-1964) (p. 265) : Militant dès 1920 aux côtés de Gandhi, il participe aux négociations de partition qui créent l’Union indienne et le Pakistan. Premier ministre de 1947 à sa mort, il s’engage pour le non-alignement dès la conférence de Bandung.

MANDELA Nelson : né en 1918, chef historique de l’ANC, il est condamné en 1964 à la réclusion à perpétuité. Libéré en 1990, il participe aux travaux pour une Afrique du Sud démocratique et devient président de la République en 1994.

NKRUMAH Kwame : (p. 265)

BOURGUIBA Habib : (p. 264)

SUKARNO Achmed ((p. 265) : (1901-1970) Fondateur du pari national indonésien, il prépare l’indépendance indonésienne, proclamée en 1945. Président de la République en 1949, il organise a conférence de Bandung en 1955.

DATES :

1947 : indépendance des Indes britanniques et partition entre Union indienne et Pakistan

1946-1954 : Guerre d’Indochine

1954-1962 : Guerre d’Algérie

1955 : Conférence de Bandung et naissance politique du Tiers-monde.

1957 : Indépendance du Ghana

1960 : Indépendances en Afrique noire française

1961 : Conférence de non-alignés à Belgrade

1964 : 1ère CNUCED

1973 : premier choc pétrolier

1982 : début de la crise de la dette

1994 : génocide des Tutsis au Rwanda

1994 : Nelson Mandela président de la République en Afrique du Sud.

 

Tle Fiche d’objectifs Histoire n°4

DECOLONISATION ET CONSTRUCTION DE NOUVEAUX ETATS

   SAVOIR   

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 I. Comment et par quelles étapes se sont déroulées les décolonisations ?

                A. Quel tableau dresser de l’état des lieux au moment de l’indépendance ?

                               1. Où sont localisés les grands empires coloniaux ?

                               2. Quelles sont les origines de la décolonisation ?

                                               * Un contexte international anticolonialiste

* Des mouvements nationalistes hostiles au colonialisme.

                B. Comment les Etats parviennent-ils à l’indépendance ?

                               1) Quelles sont les différentes vagues d’accession à l’indépendance ?

2) Comment des négociations permettent à des colonies à parvenir à l’indépendance ?

                                               * Dans les colonies françaises

* Dans les colonies anglaises

3) Comment se déroulent les guerres d’indépendance ?

C. Quels sont les héritages de la colonisation ?                              

                               1) Quels liens subsistent entre les anciennes colonies et les anciennes métropoles ?

                               2. Quels problèmes sont liés aux frontières issues de la décolonisation ?

II. Quelle construction nationale pour les nouveaux Etats indépendants ?

III. En quoi consiste le défi du développement ?

                A. Quelles sont les difficultés des nouveaux Etats ?

B. Quelles sont les causes de la fragilité économiques des nouveaux Etats ?

C. Quelles sont les différentes stratégies de développement et leurs résultats ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

ANTICOLONIALISME (p. 266): courant politique visant à remettre en cause la colonisation. Il caractérise les mouvements de libération des peuples colonisés ainsi que les mouvements qui, à l’intérieur des métropoles, les soutiennent.                                           

NATIONALISME (p. 269): mouvement politique constitué de personnes qui, ayant conscience de former une communauté nationale, veulent créer un Etat souverain.

DECOLONISATION (p. 267): processus par lequel les puissances coloniales se retirent de leurs colonies.

Mouvement nationaliste (p. 61) : organisation politique réclamant l’indépendance d’une colonie qui veut devenir une nation.

Autonomie (p. 65) : situation d’une colonie qui s’administre elle-même tout en restant sous la souveraineté de la métropole.

Union française (p. 65) : en 1946, ensemble formé par la France métropolitaine et les territoires dépendants d’elle.

Communauté française (p. 65) : ensemble formé en 1958 par la France métropolitaine, les Dom et TOM, les colonies autonomes d’Afrique noire.

Coopération (p. 65) : politique de soutien au développement économique, social et culturel des anciennes colonies.

Commonwealth (p. 65) : organisation maintenant des liens de solidarité entre le Royaume-Uni et ses anciennes colonies devenues Etats souverains.

Guérilla (p. 268) : guerre de harcèlement et d’embuscades menée par des troupes non régulières.

Viêt-minh (p.67) : Ligue révolutionnaire pour l’indépendance du Vietnam, fondée en 1941 par Hô Chi Minh

Harkis (p. 81) : soldats algériens combattant dans l’armée française ou dans des unités auxiliaires.

OUA (p. 68) : Organisation de l’unité africaine, fondée en 1963 par trente pays indépendants d’Afrique. Elle se donnait pour but d’encourager l’unité et la solidarité de l’Afrique et d’éliminer toute forme de colonialisme.         

Etat-nation (p. 69) : Etat indépendant qui sur un territoire reconnu rassemble des populations se reconnaissant toutes comme appartenant à une même nation.

TIERS-MONDE (p. 271): l’expression fait référence au tiers état de l’Ancien régime. Comme lui, le Tiers-monde « n’est rien » dans l’ordre mondial et demande à y « devenir quelque chose ». A partir des années 1960, le Tiers-monde regroupe l’ensemble des pays pauvres, africaines, asiatiques et latino-américains.

IDH (p. 268) : indicateur du développement humain calculé par l’ONU. Il est compris entre 0 et 1. La moyenne mondiale est de l’ordre de 0,740.

Pays sous-développé (p. 71) : pays qui ne parviennent pas à satisfaire les besoins essentiels de sa population.

Termes de l’échange (p. 71) : rapport entre les prix moyens à l’exportation et les prix moyens à l’importation. Cet indicateur permet de mesurer le « pouvoir d’achat » e’un pays dans le commerce mondial.

Néocolonialisme (p. 71) : domination indirecte, de nature économique ou culturelle, d’un pays sous-développé par un pays développé.

OPEP (p. 269) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

FMI (p. 267) : Fonds monétaire international. Il veille à la régularité des transactions financières entre Etats, conseille et prête aux Etats en difficulté.

Banque mondiale (p. 266) : institution qui prête aux pays du Sud sous condition d’un contrôle de leurs choix économique.

OMC (p. 269) : Organisation mondiale qui succède au GATT en 1995. Organisme intergouvernemental chargé de réglementer les relations commerciales entre ses Etats membres, au moyen d’accords multilatéraux.

FAO (p. 267) : (Food and Agricultural Organization) : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, créée en 1945 dans le but d’améliorer l’état nutritionnel, le niveau de vie, la productivité agricole et le sort des populations rurales en général.  

UNESCO (p. 271) : Organisations des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

OMS (p. 269) : Organisation mondiale de la santé, rattaché à l’ONU.

3/ JE CONNAIS LES BIOGRAPHIES DE :

GANDHI (p. 264) : 1869-1948

NEHRU (p. 265) : 1889-1964

HÖ CHI MINH (p. 264) : (1890-1969) Fondateur du Parti Communiste Indochinois, il proclame l’indépendance du Vietnam. Il est président du Nord-Vietnam de 1954 à 1969.

SENGHOR Léopold Sédar (p. 265) : (1906-2001) Député du Sénégal à l’Assemblée nationale de 1945 à 1958, il souhaite l’émancipation de l’Afrique. Il devient le premier président élu de la République du Sénégal en 1961.

NKRUMAH (p. 265) : (1909-1972) En 1949, il fonde le Parti de la Convention du peuple et milite pour l’indépendance de la Gold Coast (Côte-de-l’Or) en préconisant des méthodes non violentes d’émancipation, à l’exemple de Gandhi. Il obtient des Britanniques l’autonomie interne en 1951 et en 1957, l’indépendance du Ghana. Il tente de constituer l’Afrique en grand ensemble politique unifié. Il est renversé par un coup d’Etat militaire en 1966.

SUKARNO  Achmed (p. 265) : Fondateur du Parti national indonésien en 1927, il proclame l’indépendance de l’Indonésie en 1945. Sorti vainqueur de la guerre de décolonisation qui l’oppose aux Pays-Bas jusqu’en 1949, il devient président des Etats-Unis d’Indonésie et l’une des figures de l’émergence du tiers-monde en organisant la conférence de Bandung en 1955. Il est renversé par un coup d’Etat militaire en 1966.

SAVOIR FAIRE

5/ JE SAIS ANALYSER UNE CARTE

6/JE SAIS ANALYSER UN TEXTE

7/JE SAIS CONFRONTER PLUSIEURS DOCUMENTS

8/JE SAIS ANALYSER DES GRAPHIQUES

 

Lire la suite

Cours Terminale STG Histoire : Décolonisation et construction de nouveaux Etats (3)

16 Décembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

III. En quoi consiste le défi du développement ?

 

            A. Quelles sont les difficultés des nouveaux Etats ?

 

(Partager la classe en 3 rangées opérant des tris et les justifiant : la première sur la rubrique démographique, la seconde sur l’économique, la dernière sur le social et le culturel).

 

Liste 1 page 70 : Les critères du sous-développement

Question 1 page 71 : Classer les critères du sous-développement en quatre rubriques : démographiques, économiques, sociaux, culturels.

_ Les critères du sous-développement dans le domaine démographique sont nombreux : malgré une forte  mortalité infantile (2) la croissance démographique est importante (13). Cela s’explique par la transition démographique : le passage d’une situation caractérisée par une forte natalité et une forte mortalité à un régime démographique moderne où la natalité et le mortalité sont faibles. La période intermédiaire est celle d’une forte baisse de la mortalité grâce à l’introduction des vaccins et de la médecine moderne qui luttent contre les maladies des masses (2), mais aussi du maintien d’une forte natalité. Pendant cette période intermédiaire la population augmente fortement.

_ Le Tiers-monde se caractérise par des difficultés d’ordre social et économique. Les structures économiques et sociales sont disloquées (12).

* Cela se constate dans l’existence de très violentes inégalités sociales (11) visibles dans les insuffisances alimentaires de la population (1), principalement des agriculteurs à basse productivité (4). Les citadins et les « classes moyennes » étant au contraire peu nombreuses (5).

* Dans le secteur économique le PNB/hab. (Produit national brut par habitant) est faible (8). Cela s’explique par une situation de subordination économique (10), mais aussi car les ressources sont négligées ou gaspillées (3) par exemple avec un très grand nombre de places de fonctionnaires attribuées aux « clients » du chef de l’Etat. Ces fonctionnaires étant eux-mêmes corrompus (hypertrophie et parasitisme du secteur tertiaire [7]). Le secteur industriel est récent et peu performant (6). Tous ces facteurs aboutissant à un fort chômage ou encore au sous-emploi et au travail des enfants. 

_ Toutes ces conditions sont encore aggravées par une forte proportion d’analphabètes (2) qui n’empêchent pas la prise de conscience de la situation par les populations (14).

 

_ Le Tiers-monde se caractérise par des difficultés d’ordres sociaux et économiques, mais aussi démographiques et culturels. Pour mesurer le sous-développement il a été créé un indice : l’IDH. Celui-ci mesure le niveau d’instruction, l’espérance de vie à la naissance et le Produit National Brut par habitant.

_ Les pays sous-développés sont caractérisés par la pauvreté de la majorité de la population, par leur forte croissance démographique, et l’importance de l’analphabétisme.

TIERS-MONDE (p. 271): l’expression fait référence au tiers état de l’Ancien régime. Comme lui, le Tiers-monde « n’est rien » dans l’ordre mondial et demande à y « devenir quelque chose ». A partir des années 1960, le Tiers-monde regroupe l’ensemble des pays pauvres, africaines, asiatiques et latino-américains.

IDH (p. 268) : indicateur du développement humain calculé par l’ONU. Il est compris entre 0 et 1. La moyenne mondiale est de l’ordre de 0,740.

Pays sous-développé (p. 71) : pays qui ne parviennent pas à satisfaire les besoins essentiels de sa population.

 

B. Quelles sont les causes de la fragilité économiques des nouveaux Etats ?

 

Graphiques 3 page 70 : Le tiers-monde et les exportations

Question 3 page 71 : Comment se traduit la dépendance des nouveaux Etats dans le commerce international ? Quel est le risque lié à la mono-exportation ?

_ Les nouveaux pays cherchent à parvenir à leur indépendance économique face aux anciennes métropoles. Pour cela il leur faut modifier les infrastructures et les circuits jusque là orientés en fonction des intérêts du colonisateur : chemins de fer et routes orientés vers les ports, priorité aux cultures commerciales et aux richesses du sous-sol…

* En effet, la dépendance économique des nouveaux Etats dans le commerce international se voit dans la part tenue dans l’exportation par un seul produit : en 1967 plus de 90% des exportations de la Mauritanie était constitué de minerais de fer, 70% des exportations de l’Algérie correspondait au seul pétrole. Les cultures commerciales sont aussi importantes : plus de 80% des exportations du Tchad en 1967 résident en coton.

_ Le risque lié à la mono-exportation est celui de voir le prix du produit exporté diminué et donc le revenu du pays baisser également. Or, les prix des produits sont fixés par les pays développés. Cette dégradation des termes de l’échange creuse les écarts de richesse entre pays en voie de développement et pays développés dont la valeur des produits manufacturés augmentent.

* Les compagnies originaires des pays développés présentes sur les pays en développement exploitent leurs richesses naturelles, avec parfois peu de retombées pour les populations locales. On parle parfois à ce sujet de néocolonialisme.

Termes de l’échange (p. 71) : rapport entre les prix moyens à l’exportation et les prix moyens à l’importation. Cet indicateur permet de mesurer le « pouvoir d’achat » e’un pays dans le commerce mondial.

Néocolonialisme (p. 71) : domination indirecte, de nature économique ou culturelle, d’un pays sous-développé par un pays développé.

 

Quels facteurs internes expliquent ce mauvais développement ?

RECIT :

_ Les nouveaux pays ont hérité d’une économie dépendante : ils exportent une ou deux matières premières mais n’ont pas été industrialisés. Par exemple l’économie de la Côte d’Ivoire repose sur le cacao. Or les cours de ce produit sont fixés par les gros acheteurs des pays industrialisés. Quand il baisse c’est la crise généralisée des années 1980.

_ Mais cette crise révèle une exploitation des richesses marquées par la corruption et le gaspillage. Félix Houphouët-Boigny, président de la Côte d’Ivoire de 1960 à 1990, a financé lui-même les 250 millions d’euros nécessaires à la construction d’une réplique de la basilique Saint-Pierre de Rome dans son village de Yamoussoukro, devenue capitale.   

 

 

C. Quelles sont les différentes stratégies de développement et leurs résultats ?

 

Carte 3 page 59 : Le tiers monde à la fin des années 1970

Qu’est-ce qui caractérise les quatre « dragons » en 1970 ?

_ Le décollage économique et la croissance forte des quatre « dragons » (Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong et Singapour) s’expliquent par le choix de l’industrialisation des pays asiatiques dans les années 1950-1960. Les pays ont développés une industrie industrialisante, c’est-à-dire une industrie permettant de développer d’autres industries.

 

Texte 4 page 71 : La voie de développement ivoirienne

+ Texte 5 page 71 : La voie de développement tanzanienne

Question 4 page 71 : Comparer les deux voies de développement. En quoi ces deux pays africains divergent-ils ?

_ Plusieurs voies de développent sont adoptées par les pays décolonisés.

* Certains pays africains comme la Côte d’Ivoire ont adoptés une stratégie de développement extravertie. L’ouverture commerciale permet de vendre des denrées agricoles (cacao ivoirien) ou des ressources énergétiques (pétrole algérien) pour financer le développement du pays. Mais cela crée une forte dépendance vis-à-vis de la demande extérieure.

*  De 1950 à 1980 la majorité des Etats ont choisie une voie de développement socialiste autocentrée. La priorité est donnée au marché intérieur plutôt qu’aux relations commerciales avec l’extérieur. L’agriculture est collectivisée, les ressources nationalisées (comme le gaz et le pétrole en Algérie). C’est le Tanzanien Julius Nyerere, proche de Fidel Castro, qui a été le promoteur de cette voie socialiste en Afrique.

(La Tanzanie produit du riz, du café, du sisal : une plante tropicale dont la fibre permet de fabriquer des cordages).

Ce modèle s’accompagne d’efforts en faveur de l’enseignement et de tentatives pour une amélioration des conditions sanitaires. Mais le modèle s’effondre avec l’effondrement de l’URSS.

 

Texte 20 page 79 : La réorientation libérale.

Question 3 page 79 : Comment, pour sortir de la crise, l’Algérie réoriente son modèle ?

_ L’Algérie voulait financer son développement par les ressources en pétrole passées sous le contrôle de l’Etat. La priorité était donnée à l’industrialisation (raffinage, chimie, sidérurgie) au détriment de l’agriculture. Dans les années 1980 la diminution des revenus pétroliers, les résultats décevants de la politique d’industrialisation et les faiblesses du secteur agricole provoquent des difficultés économiques et sociales (fort chômage des jeunes, carences dans les secteurs éducatifs et sanitaires). En 1988 éclatent des émeutes de la faim.

_ A partir de 1994 l’Algérie abandonne son modèle de développement socialiste. Des réformes sont faites pour ouvrir le marché national et adopter l’économie de marché : les entreprises publiques sont privatisées, une demande d’adhésion est formulée auprès de l’OMC. Néanmoins, le rôle de l’Etat reste important en Algérie, en Inde, etc…

 

Quels projets de zone de libre-échange souhaitent créer l’Algérie ?

_ L’Algérie souhaiterait (l. 17 à 19) créer des zones de libre-échange avec l’Union européenne et les Etats-Unis. En effet, les projets de création de grands marchés régionaux se multiplient : Union européenne à 27 en Europe ; Union du Grand Maghreb et Unité africaine sur le continent africain ; ASEAN en Asie.

_ Le but de ces créations de zone de libre-échange est de favoriser l’économie et le développement des pays membres. Cependant, les réussites sont limitées.

Quel est le bilan de ces stratégies de développement ?

_ En 2007 le bilan du développement des Pays en Développement est contrasté :

* Positif en Asie, pour les pays émergents, les dragons, ou encore l’Inde. En Inde par exemple l’alimentation de la population a été possible grâce à la révolution verte, la modernisation de l’économie est importante. Par exemple le groupe sidérurgique Tata se lance après 1945 dans la construction d’automobiles et de camions, puis dans l’électronique. La vallée de Bangalore est aujourd’hui une zone importante pour l’électronique et la recherche, comparable avec la Sillicon Valley américaine.

* Le bilan est négatif en Afrique. En particulier avec la crise économique depuis 1980, des épidémies comme le Sida, et une instabilité politique importante.

Lire la suite

Cours Terminale STG Histoire : Décolonisation et construction de nouveaux Etats (2)

16 Décembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

C. Quels sont les héritages de la colonisation ?

                       

                        1) Quels liens subsistent entre les anciennes colonies et les anciennes métropoles ?

 

 

Photographie 21 page 79 : Les présidents Bouteflika et Chirac

Pourquoi les relations entre Algérie et France sont-elles fortes ? Quelles sont les formes de ces relations ?

_ Les relations entre Algérie et France sont fortes à cause de l’héritage colonial. Celui-ci  prend plusieurs formes pour les anciennes colonies :

* une influence culturelle à travers la francophonie.

* des liens économiques à travers la coopération,

* des accords de solidarité comme la Convention de Lomé entre Union européenne et pays de l’ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) signée en 1975, ou encore le Commonwealth.

* des liens migratoires à travers les Européens expatriés (« Pieds noirs ») et les émigrés.

 

                        2. Quels problèmes sont liés aux frontières issues de la décolonisation ?

 

Texte 2 page 68 : La question des frontières

Qui a tracé les frontières héritées par les anciennes colonies ? Sont-elles adaptées aux nouveaux pays indépendants ?

_ La décolonisation donne naissance à de nombreux nouveaux pays. Mais les frontières des nouveaux Etats ont été tracées par les colonisateurs. Elles posent problèmes car elles peuvent séparer une même population entre plusieurs pays.

 

Ces frontières sont-elles généralement remises en causes ?

_ Pour éviter des conflits les Etats issus de la décolonisation ont décidés de ne pas modifier les frontières héritées de la colonisation. L’Organisation de l’Unité africaine (OUA) a déclaré les frontières intangibles. 

_ Pour éviter ces conflits l’ONU incite à conserver les mêmes frontières et s’oppose aux sécessions (par exemple au Congo-Kinshasa, au Nigeria).

OUA (p. 68) : Organisation de l’unité africaine, fondée en 1963 par trente pays indépendants d’Afrique. Elle se donnait pour but d’encourager l’unité et la solidarité de l’Afrique et d’éliminer toute forme de colonialisme.

 

Quels pays ont remis les causes les frontières ? Avec quels résultats ?

_ Plusieurs pays ont remis en cause les frontières. Cela a causé des conflits (comme entre le Maroc et l’Algérie en 1963-1964). En Asie des guerres ont éclaté entre l’Inde et le Pakistan pour la possession du Cachemire, mais aussi entre le Pakistan occidental et oriental. Cette guerre a abouti à la création du Bangladesh. En Afrique une guerre civile en Ethiopie a conduit à l’indépendance de l’Erythrée.

 

OU

Cartes 5 page 83 : L’Inde indépendante

Carte 14 page 85 : L’Inde et la question du Cachemire.

 

 II. Quelle construction nationale pour les nouveaux Etats indépendants ?

           

Texte 1 page 68 : Construire un Etat-Nation

Question 1 page 68 : Qu’est-ce qui rend difficile la construction des Etats-Nations en Afrique ?

_ La construction d’Etats-nations est difficile.

* En effet les nouveaux pays doivent construire un sentiment national au sein de leurs populations. Mais les Etats regroupent souvent des ethnies différentes, présentes parfois dans d’autres pays voisins. Des violences peuvent éclater comme au Nigeria entre les Ibos chrétiens du Biafra face aux Haoussas musulmans entre 1967 et 1970.

* Des dictatures s’installent. Des régimes autoritaires mettent l’Etat au service d’un groupe et de son chef (Etat patrimonial). C’est le cas en 1965 au Zaïre ou le chef de l’armée le général Mobutu prend le pouvoir et pille les richesses du pays, ou Bokassa qui devient empereur de Centrafrique.

Etat-nation (p. 69) : Etat indépendant qui sur un territoire reconnu rassemble des populations se reconnaissant toutes comme appartenant à une même nation.

 

Carte 3 page 68 : Les libertés publiques dans les pays en développement en 2006.

+ Texte 5 page 69 : Bénin et le « renouveau démocratique »

Question 4 page 69 : Quelle est la situation dominante dans le domaine des libertés publiques ? En quoi le Bénin apparaît-il comme une exception ?

_ La plupart des pays qui accèdent à l’indépendance deviennent des dictatures qui ne respectent pas les libertés individuelles : dictatures communistes de Chine, Vietnam dirigées par un parti unique, monarchies absolues d’Arabie saoudite, dictatures militaires de Birmanie ou l’armée dirige le pays.

* Il existe aussi des régimes parlementaires dénaturés avec des élections truquées, de la corruption et des présidents élus à vie comme en Egypte et la plupart des pays africains.

* Les démocraties sont rares : Inde et Sénégal grâce aux actions de leurs leaders démocrates dans la décolonisation En 1994 Nelson Mandela devient président de la République en Afrique du Sud. C’est la fin de l’apartheid, c’est-à-dire de la ségrégation raciale.

_ Le Bénin en 2006 constitue une exception au sein des pays africains car c’est une démocratie. En effet le continent africain a connu de nombreux coups d’Etats (21dans les années 1960, 16 dans les années 1970, 18 dans les années 1980).

 

Texte 5 page 69 : Le Bénin et le « renouveau démocratique »

Quels sont les facteurs qui expliquent l’arrivée de la démocratie au Bénin ?

_ La population aspire à la démocratie après les nombreuses années de dictature. La société civile est active en faveur de la démocratie : ONG de défense des droits de l’Homme, médias indépendants…

 

Qu’est-ce qui menace la démocratie ?

_ La démocratie reste fragile à cause du sous-développement. Ainsi, l’analphabétisme complique la participation à la vie politique : comment voter et s’informer quand on a pas accès à l’écrit ? De plus, les inégalités et les divisions sociales, ethniques et religieuses entretiennent l’instabilité.

 

Carte 3 page 68 : Les libertés publiques dans les pays en développement en 2006.

_ Les mouvements pour la démocratie s’amplifient en 1980 et débouchent vers 1990 sur les progrès du pluralisme politique (existence de plusieurs partis politiques) et sur la démocratisation en Afrique noire, en Corée du Sud et en Indonésie.  

 

Lire la suite

Cours Terminale STG Histoire : Décolonisation et construction de nouveaux Etats (1)

16 Décembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

DECOLONISATION ET CONSTRUCTION DE NOUVEAUX ETATS

 

Manuel : Belin 2007, Terminale STG

 

Introduction : La décolonisation peut se définir comme étant le processus par lequel des territoires dominés par d’autres pays parviennent à l’indépendance. Or, au XIX siècle, les Etats européens ont acquis de vastes empires en Afrique et en Asie.

Problématique : Comment les anciennes colonies parviennent-elles à l’indépendance ? Comment les peuples s’organisent-ils pour construire un Etat une fois indépendant ?

 

I. Comment et par quelles étapes se sont déroulées les décolonisations ?

 

            A. Quel tableau dresser de l’état des lieux au moment de l’indépendance ?

 

                        1. Où sont localisés les grands empires coloniaux ?

 

Double carte de couverture du manuel : Le monde en 1945

Carte 1 page 58 : les étapes de la décolonisation en Afrique et en Asie depuis 1945

Quelles sont les métropoles coloniales européennes en 1945 ? Quels pays dominent-elles ?

_ Au sortir de la seconde guerre mondiale plusieurs pays européens disposent d’Empires coloniaux s’étendant sur la presque totalité du continent africain et sur une grande partie de l’Asie. Les principaux en taille sont les empires coloniaux anglais (Empire des Indes,  Afrique noire…) et français (Afrique du Nord et Afrique noire, Indochine…). Les Pays-Bas dominent l’Indonésie ; la Belgique maîtrise le Congo (mesurant plusieurs fois la taille de la Belgique).

_ Les Italiens (Libye, Somalie…), les Portugais (Angola, Mozambique…) mais aussi les Japonais (Corée depuis 1910) maîtrisaient des colonies.

_ La Chine n’était pas une colonie, cependant elle a été victime de « traités inégaux » la soumettant au pouvoir économique des puissances européenne et américaine. Par exemple la concession de Shanghai échappe aux lois de la Chine.

 

                        2. Quelles sont les origines de la décolonisation ?

                       

                                    * Un contexte international anticolonialiste

 

Texte 3 page 60 : Le contexte international

Pourquoi le contexte international après 1945 est-il particulièrement favorable à la décolonisation ?

_ La 2e Guerre Mondiale prend fin en Europe le 8 mai 1945 et en Asie le 2 septembre 1945. L’Europe est ruinée et dévastée par la guerre, elle n’a plus les moyens de conserver des colonies. Le contexte international est favorable à l’anticolonialisme :

* La lutte contre le nazisme s’est faite au nom de la liberté. Les idéaux inspirés des droits de l’Homme comme la liberté et l’égalité sont revendiqués par les élites colonisées formées dans les métropoles comme Gandhi ou Hô Chi Minh.

* Les deux grandes puissances sorties vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale sont hostiles au colonialisme. En effet les Etats-Unis sont une ancienne colonie britannique, l’URSS a une idéologie marxiste dénonçant l’exploitation de l’homme par l’homme, des colonies par la métropole. Les communistes soutiennent les guérillas pour l’indépendance (Indochine…).

* La création de l’ONU donne une tribune aux pays nouvellement indépendants pour condamner la colonisation. Ils revendiquent le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. »

* La conférence afro-asiatique de Bandung en 1955 en Indonésie condamne le colonialisme.

ANTICOLONIALISME (p. 266): courant politique visant à remettre en cause la colonisation. Il caractérise les mouvements de libération des peuples colonisés ainsi que les mouvements qui, à l’intérieur des métropoles, les soutiennent.

                                   

                      * Des mouvements nationalistes hostiles au colonialisme.

 

Photographie 4 page 63 : Un meeting du parti du Congrès dans les années 1930.

+ Texte 5 page 63 : La pensée politique de Nehru

Question 4 page 63 : Dégager les objectifs et les formes d’action du mouvement nationaliste indien.

_ Le nationalisme indien est ancien, il a pour objectif « l’indépendance politique du pays » (l. 11), c’est-à-dire la décolonisation. Les objectifs économiques sont par contre différents pour Gandhi (« l’éloge de la pauvreté » l. 4-5) et pour Nehru. Ce dernier désire la suppression de la pauvreté et l’élévation du niveau de vie.

_ Le mouvement nationaliste indien s’organise en suivant le modèle démocratique anglais avec la création du parti du Congrès en 1885 dont les chefs sont Gandhi à partir de 1915 puis Nehru en 1929.

NATIONALISME (p. 269): mouvement politique constitué de personnes qui, ayant conscience de former une communauté nationale, veulent créer un Etat souverain.

DECOLONISATION (p. 267): processus par lequel les puissances coloniales se retirent de leurs colonies.

GANDHI (p. 264) : 1869-1948

NEHRU (p. 265) : 1889-1964

Mouvement nationaliste (p. 61) : organisation politique réclamant l’indépendance d’une colonie qui veut devenir une nation.

 

Portraits de personnages clés page 90

Quels sont les autres chefs indépendantistes et sur quels idéaux s’appuient-ils ?

_ Les mouvements nationalistes portent à leurs têtes des chefs porteurs d’idéaux différents.

* En Inde Gandhi prône la non-violence et s’appuie sur les valeurs spirituelles indiennes.

*  En Indochine le communiste Hô Chi Minh souhaite transformer la société vietnamienne sur le modèle communiste.

* Au Sénégal Léopold Senghor est président de 1960 à 1980. Poète, il célèbre dans ses écrits la grandeur de la civilisation de l’Afrique noire, la négritude.

HÖ CHI MINH (p. 264) : (1890-1969) Fondateur du Parti Communiste Indochinois, il proclame l’indépendance du Vietnam. Il est président du Nord-Vietnam de 1954 à 1969.

SENGHOR Léopold Sédar (p. 265) : (1906-2001) Député du Sénégal à l’Assemblée nationale de 1945 à 1958, il souhaite l’émancipation de l’Afrique. Il devient le premier président élu de la République du Sénégal en 1961.

  

            B. Comment les Etats parviennent-ils à l’indépendance ?

 

                        1) Quelles sont les différentes vagues d’accession à l’indépendance ?

 

Chronologie Indépendances, tiers monde pages 58-59.

+ carte 1 page 58 : Les étapes de la décolonisation en Afrique et en Asie depuis 1945

Quelles sont les différentes vagues de décolonisation (dans quels lieux ? Pour quelles périodes) ?

_ La décolonisation débute en Asie dès la fin de la Seconde guerre mondiale, alors que les Japonais ont perdu la guerre et que les troupes des métropoles coloniales ne sont pas encore là comme pour l’Indochine, l’Indonésie. Elle se poursuit ensuite en Afrique en profitant du processus de décolonisation.

* En Asie (1945-1954) la décolonisation permet l’accès à l’indépendance de l’Empire des Indes en 1947, avec la naissance de l’Union indienne, du Pakistan, de la Birmanie, etc… Mais, les Pays-Bas et la France refusent de perdre leurs colonies. Des guerres de décolonisation se déroulent en Indonésie hollandaise (indépendance en 1949) et en Indochine française (de 1946 à 1954).

* En Afrique du Nord (1956-1962) les protectorats français de Tunisie et du Maroc parviennent pacifiquement à l’indépendance en 1956. Mais l’Algérie, colonie de peuplement, est le lieu d’une guerre de 1954 à 1962.

* En Afrique centrale, occidentale et orientale (années 1960) les colonies parviennent par la négociation à l’indépendance. Dès 1957 pour le Ghana de Nkrumah, en 1960 pour l’Afrique noire française.

* En Afrique australe et en Océanie (1970-1980) la décolonisation est plus tardive. En effet le dictateur du Portugal désire conserver ses colonies. L’affrontement en Angola et au Mozambique dure jusqu’au renversement de la dictature au Portugal. En 1975 les colonies portugaises d’Afrique et d’Océanie (Timor oriental) parviennent enfin à l’indépendance. La fin de la guerre froide permet aussi la fin du régime d’apartheid en Afrique australe (1991) et la fin de sa domination sur la Namibie. 

NKRUMAH (p. 265) : (1909-1972) En 1949, il fonde le Parti de la Convention du peuple et milite pour l’indépendance de la Gold Coast (Côte-de-l’Or) en préconisant des méthodes non violentes d’émancipation, à l’exemple de Gandhi. Il obtient des Britanniques l’autonomie interne en 1951 et en 1957, l’indépendance du Ghana. Il tente de constituer l’Afrique en grand ensemble politique unifié. Il est renversé par un coup d’Etat militaire en 1966.

 

                        2) Comment des négociations permettent à des colonies à parvenir à l’indépendance ?

 

                                   * Dans les colonies françaises

 

Texte 2 page 64 : La politique de la France en Afrique noire

+ Photographie 1 page 64 : A Tunis, au lendemain du discours de Carthage

Question 3 page 64 : A partir de 1954, sur quelle voie la France s’engage-t-elle en Tunisie et en Afrique noire ? Pour quelles raisons ?

_ La France s’engage en Afrique noire, en Tunisie et au Maroc dans la voie de l’octroi de l’autonomie. Cela se réalise par étapes :

* En 1946 la IV République établit l’Union française entre la métropole et les territoires dépendants de la France. Les autochtones reçoivent la citoyenneté française et le droit de vote pour les élections au Parlement de la métropole. Deux africains deviennent députés et même ministres : Félix Houphouët-Boigny et Léopold Sédar Senghor.

* En 1956 la loi Gaston Defferre accorde aux territoires africains une large autonomie interne.

Autonomie (p. 65) : situation d’une colonie qui s’administre elle-même tout en restant sous la souveraineté de la métropole.

Union française (p. 65) : en 1946, ensemble formé par la France métropolitaine et les territoires dépendants d’elle.

 

Texte 2 page 64 : La politique de la France en Afrique noire

+ Affiche 6 page 65 : Affiche de 1958 en faveur de la Communauté franco-africaine

Question 4 page 64 : En quoi la Communauté française s’inscrit-elle dans le prolongement de l’orientation proposée en 1956 ?

_ La Communauté française est créée en 1958. Elle permet un passage progressif et pacifique de l’Afrique noire vers l’indépendance en 1960. Les liens entre France et Afrique continuent après l’indépendance à travers la coopération.

Communauté française (p. 65) : ensemble formé en 1958 par la France métropolitaine, les Dom et TOM, les colonies autonomes d’Afrique noire.

Coopération (p. 65) : politique de soutien au développement économique, social et culturel des anciennes colonies.

 

                                    * Dans les colonies anglaises

 

Texte 5 page 65 : Le Royaume-Uni et le Commonwealth

+ Texte 3 page 64 : L’indépendance du Ghana

+ Photographie 4 page 64 : Jomo Kenyatta brandit l’acte d’indépendance du Kenya

Question 5 page 64 : Dans quel esprit se déroule la décolonisation de la Côte-de-l’Or et du Kenya ? Quelles nouvelles relations sont établies avec l’ancienne métropole ?

_ Les colonies britanniques passent progressivement de la domination britannique à l’indépendance. Ce passage est pacifique malgré des épisodes violents comme celui de la révolte des Mau Mau au Kenya de 1952 à 1956. Les pays d’Afrique noire obtiennent leur indépendance par étapes : par exemple la Côte-de-l’Or devient autonome en 1951, puis indépendante en 1957 sous le nom de Ghana.

_ Les nouveaux Etats indépendants s’associent au Royaume-Uni par le Commonwealth. Les pays membres sont passés de 6 en 1945 à 52 en 2006.

 

Commonwealth (p. 65) : organisation maintenant des liens de solidarité entre le Royaume-Uni et ses anciennes colonies devenues Etats souverains.

                      

                       3) Comment se déroulent les guerres d’indépendance ?

 

Texte 4 page 66 : L’ONU et la guerre en Indonésie

+ Photographie 5 page 67 : Combattants nationalistes indonésiens à Djakarta en 1948

Question 4 page 67 : Comment les Indes néerlandaises accèdent-elles à l’indépendance ?

_ Les Indes néerlandaises luttent les armes à la main contre la puissance coloniale. Le nationaliste Sukarno a proclamé l’indépendance en 1945 de la République indonésienne. Mais les Pays-Bas interviennent militairement en 1947 et 1948. L’opposition armée de la guérilla et l’opposition internationale de l’ONU (vote d’une résolution en faveur de la fin des hostilités) forcent les Pays-Bas à reconnaître l’indépendance de l’Indonésie.

SUKARNO  Achmed (p. 265) : Fondateur du Parti national indonésien en 1927, il proclame l’indépendance de l’Indonésie en 1945. Sorti vainqueur de la guerre de décolonisation qui l’oppose aux Pays-Bas jusqu’en 1949, il devient président des Etats-Unis d’Indonésie et l’une des figures de l’émergence du tiers-monde en organisant la conférence de Bandung en 1955. Il est renversé par un coup d’Etat militaire en 1966.

 

Carte 1 page 66 : La guerre d’Indochine, 1946-1954

+ Texte 2 page 66 : La guérilla vietnamienne

+ Photographie 3 page 66 : « Une » de France-Soir, 22 juillet 1954

Question 3 page 67 : Quel type de guerre mène le Viêt-minh ? Quelle grande victoire militaire celui-ci remporte-t-il en 1954 ? Quelles en sont les conséquences politiques ?

_ Le Viêt-minh lutte contre l’armée française depuis 1946 pour obtenir l’indépendance par une guérilla soutenue par les communistes chinois.

_ L’armée française a subie plusieurs défaites, dont celle majeure de Diên Biên Phu en 1954. _ La conséquence de cette défaite est la signature des accords de Genève en 1954 qui reconnaissent l’indépendance de l’Indochine.

Guérilla (p. 268) : guerre de harcèlement et d’embuscades menée par des troupes non régulières.

Viêt-minh (p.67) : Ligue révolutionnaire pour l’indépendance du Vietnam, fondée en 1941 par Hô Chi Minh

 

Texte 5 page 75 : La « sale guerre »

Question 3 page 75 : Quelles exactions font de la guerre d’Algérie une « sale guerre » ?

_ La guerre d’Algérie est qualifiée de « guerre sale » à cause des massacres mutuels : les attentats du FLN (Front de Libération National) tuent des Européens mais aussi des Algériens favorables à la présence française et des Harkis ; l’armée française pratique la torture et des exécutions sommaires.

Harkis (p. 81) : soldats algériens combattant dans l’armée française ou dans des unités auxiliaires.

 

Texte 7 page 75 : Les accords d’Evian

Question 4 page 75 : Quelle est l’issue de la guerre ? Que prévoient les accords d’Evian ?

_ La guerre d’Algérie commence en 1954 et se termine en 1962 par les accords d’Evian.

_ L’Algérie devient un Etat indépendant alors que cette colonie de peuplement française depuis 1830 était considérée comme une partie de la France. Un million de « pieds noirs » (sur 10 millions d’habitants) quittent l’Algérie.

Lire la suite

Cours Terminale STG : Union européenne (2)

15 Décembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

II. Quels sont les contrastes spatiaux de l’Union européenne ?

 

            A. En quoi les élargissements successifs ont-ils renforcés les contrastes au sein de l’Union européenne ?

 

Carte 2 page 19 : L’Europe depuis 1989

+carte 2 page 17 : l’Europe au temps de la guerre froide, dans les années 1950

+ frise chronologique 3 pages 18-19 : les relations internationales de 1991 à nos jours

Quels ont été les élargissements successifs de la CEE puis de l’UE ?

_ La CEE (Communauté économique européenne) a été crée en 1957 avec la signature du traité de Rome par six pays : Le couple franco-allemand, l’Italie et le Benelux.

_ La fin de la guerre froide a permis la transformation de la CEE en Union européenne en 1992 par le traité de Maastricht. L’espace Schengen permet la libre circulation des personnes, et l’euro est une monnaie commune à 13 pays de l’UE.

_ Depuis le 1er janvier 2007 l’UE comporte 27 pays, dont plusieurs anciennes démocraties populaires. En particulier, en 2004, l’UE a intégré 10 nouveaux pays d’Europe centrale et orientale et les îles de Chypre et Malte.

_ Plusieurs autres pays sont candidats comme la Croatie et la Macédoine dans les Balkans, et la Turquie.

CEE : Communauté économique européenne.

Espace Schengen : espace de libre circulation des personnes.

 

Carte par anamorphose 8 page 202 : Elargissements et disparités économiques des Etats européens.

Question 1 page 203 : Où se situe la principale fracture économique au sein de l’UE ?

_ L’écart de PIB par hab. est très important entre les anciens et les nouveaux membres de l’UE. Il est par exemple de 69 800 euros au Luxembourg contre 2800 euros en Bulgarie. La fracture économique est également sociale avec un taux de chômage plus élevé, des salaires plus bas et une moins bonne protection sociale dans les nouveaux entrants. 

 

Carte 12 page 203 : La refonte des aides régionales (2007-2013)

Question 4 page 203 : Comment l’UE tente-t-elle de réduire les différenciations économiques régionales ? Dans quels Etats en particulier ? Pour quelles raisons ?

_ L’Union européenne tente de réduire les différences économiques régionales par une politique de transfert financiers (aides au crédit), en particulier avec le FEDER, créé en 1975, ou encore la PAC pour moderniser l’agriculture et donner un revenu décent aux agriculteurs.

_ L’aide est apportée aux pays et aux régions les plus pauvres, par exemple les pays méditerranéens comme le sud de l’Espagne et le Mezzogiorno italien, la Grèce ; et aussi les pays d’Europe centrale et orientale. D’autres régions sont encore aidées comme les marges celtiques des pays riches (Pays de Galle au Royaume-Uni, Irlande) et les régions ultrapériphériques (Outre-mer français).

_ L’UE cherche à développer l’économie des régions européennes en retard pour réduire les écarts entre les régions européennes et ainsi favoriser l’approfondissement de l’UE. Des pays comme l’Espagne ou l’Irlande (le « tigre celtique » ont fortement bénéficié de cette politique.

 

FEDER : Fonds européen de développement régional créé en 1975.

PAC : Politique agricole commune.

Ultrapériphérie : région insulaire européenne d’outre-mer à fortes contraintes.

Approfondissement : politique de rapprochement, d’intégration des économies des pays de l’Union européenne. Par exemple, l’union monétaire avec l’euro.

 

            B. Quelle typologie peut-être dressée ?

 

Carte 1 page 186 : l’Union européenne à 27 : une aire de puissance, de disparités spatiales.

+ carte 11 page 203 : Une forte hiérarchie de nœuds et de réseaux

Quels sont les différents ensembles de l’UE ?  Comment expliquer les atouts de chaque ensemble ?

_ L’Europe s’organise selon un modèle centre-périphérie :

* Le centre est constitué par les métropoles de la dorsale européenne (de Londres à Milan) avec des les deux mégapoles de Paris et de Londres, et aussi les capitales européennes (Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg), la banque centrale européenne (Francfort), les principales places boursières (Londres, Milan, Francfort). La zone bénéficie également d’une large ouverture sur le monde avec la façade maritime du Nothern Range, et les hubs de Londres et Paris.

_ Les régions périphériques intégrées correspondent à la majeure partie de l’Europe occidentale. Les littoraux touristiques valorisent les côtes de la France, l’Espagne et l’Italie.

_ Avant la crise de 2008 les investissements et les délocalisations dynamisent des régions comme le sud de l’Espagne, l’Irlande (le « tigre celtique »), les PECO. Aujourd'hui une partie de la jeunesse irlandaise quitte le pays pour échapper à la crise.

_ La Galice espagnole, le Mezzogiorno (sud de l’Italie), les îles de Méditerranée (Chypre et Malte) connaissent des difficultés liées à leur niveau économique et parfois à leur insularité posant des problèmes de transport. La crise a particulièrement affectée la Grèce, soumise à une difficile politique de rigueur budgétaire.

_ Les régions de l’extrême nord comme la Laponie sont désavantagées par leur climat extrêmement froid.

Dorsale européenne : autre terme pour définir la mégalopole européenne.

Nothern Range : série (ou rangée) de ports le long de la façade maritime du nord-ouest de l’Europe, du Havre à Hambourg, en passant par Rotterdam, troisième port mondial.

       

 

L’Union européenne

 

   SAVOIR   

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I. L’Union européenne est-elle une aire de puissance ?

II. Quels sont les contrastes spatiaux de l’Union européenne ?

                A. En quoi les élargissements successifs ont-ils renforcés les contrastes au sein de l’Union européenne ?

                B. Quelle typologie peut-être dressée ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Europe à géométrie variable : tendance des Etats membres à adhérer ou non aux différentes décisions de l’UE.

CEE : Communauté économique européenne.

Espace Schengen : espace de libre circulation des personnes.

FEDER : Fonds européen de développement régional créé en 1975.

PAC : Politique agricole commune.

Ultrapériphérie : région insulaire européenne d’outre-mer à fortes contraintes.

Approfondissement : politique de rapprochement, d’intégration des économies des pays de l’Union européenne. Par exemple, l’union monétaire avec l’euro.

Dorsale européenne : autre terme pour définir la mégalopole européenne.

Nothern Range : série (ou rangée) de ports le long de la façade maritime du nord-ouest de l’Europe, du Havre à Hambourg, en passant par Rotterdam, troisième port mondial.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS L’ESPACE :

 

_ La dorsale européenne                                     _ Les mégapoles Paris et Londres      

 _  La Nothern Range                                        _ Les PECO       

_ Les capitales européennes (Bruxelles, Strasbourg,  Luxembourg)                       

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ANALYSER UN TABLEAU CHIFFRE

5/ SAIS ANALYSER UNE CARTE

6/ JE SAIS COMPARER DES CARTES

7/ JE SAIS ANALYSER UNE CARTE PAR ANAMORPHOSE

 

 

FICHE REVISION TSTG GEOGRAPHIE : Union Européenne

 

DEFINITIONS :

 

CEE : Communauté économique européenne.

Espace Schengen : espace de libre circulation des personnes.

Europe à géométrie variable : tendance des Etats membres à adhérer ou non aux différentes décisions de l’UE.

Approfondissement : politique de rapprochement, d’intégration des économies des pays de l’Union européenne. Par exemple, l’union monétaire avec l’euro.

FEDER : Fonds européen de développement régional créé en 1975.

Ultrapériphérie : région insulaire européenne d’outre-mer à fortes contraintes.

PAC : Politique agricole commune.

Dorsale européenne : autre terme pour définir la mégalopole européenne.

Nothern Range : série (ou rangée) de ports le long de la façade maritime du nord-ouest de l’Europe, du Havre à Hambourg, en passant par Rotterdam, troisième port mondial.

 

CHIFFRES CLES :

 

Les habitants de l’Union (2010) : 27 pays et 500 millions d’habitants, 7% de la population mondiale.

La place de l’Europe : 25% des échanges mondiaux sont européens. L’Europe produit 20% du PIB mondial.

Ecarts de PIB/hab. : 69 800 euros au Luxembourg, 2800 euros en Bulgarie.

Intégration : 25 Etats sont membres de l’Espace Schengen (9 Etats supplémentaires en 2007).

 

DATES :

1957 : Création de la CEE

1992 : signature du traité de Maastricht par lequel la CEE est remplacée par l’UE.

2003 : division de l’Union européenne au sujet de l’intervention militaire américaine en Irak.

2007 : Union européenne à 27 membres.

 

Fiche d’identité de l’Union Européenne à 25

Superficie (UE 27)

4 millions km²

Population (UE 27)

500 millions d’habitants

 (3e rang derrière Chine et Inde)

Fécondité (nombre d’enfants par femme)

1,5

Espérance de vie

78 ans

(H : 75, F : 81)

PIB milliards en € (en% PIB mondial)

28%

PIB par habitant

21 100 €

Commerce total avec le monde en milliards d’€

1 799

Part du commerce mondial des biens

17,7%

Part du commerce mondial des services

25   %

Part du commerce mondial (biens+services)

20   %

Part de l’IDE mondial (entrées)

20,5%

Part de l’IDE mondial (sorties)

45,2%

Ouverture au commerce international (commerce total/PIB)

                                                27% 

 

 

Les habitants de l’Union : 27 pays et 500 millions d’habitants

La place de l’Europe : 25% des échanges mondiaux sont européens. L’Europe produit 20% du PIB mondial

25 Etats sont membres de l’Espace Schengen depuis l'entrée de 9 Etats en 2007. 

7% de la population mondiale

22% du PIB mondial

40% du commerce mondial

 

 

 

Lire la suite

Cours Terminale STG : Union européenne (1)

15 Décembre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

UNION EUROPEENNE

 

Introduction : L’Union européenne est l’association volontaire regroupant 27 Etats. Il ne faut pas confondre l’UE avec l’Europe (le continent européen) comportant 51 pays et territoires (734 millions d’habitants). L’UE, en regroupant 27 de ces pays développés, forme un vaste ensemble aux importantes ressources économiques, mais aussi caractérisé par des écarts de développement entre les anciens et les nouveaux Etats Membres.

Problématique : L’Union européenne est-elle une nouvelle aire de puissance dans le monde ? Quelles sont les spécificités spatiales de l’Union européenne ?

 

I. L’Union européenne est-elle une aire de puissance ?

 

            A. Quelle est la puissance économique de l’U. E. ?

 

T. P. Questions 1 à 3 page 221

Tableau 2 page 188 : La Triade en chiffres en 2005

Question 1 page 221 : Quelle est la singularité territoriale et politique de l’Union européenne par comparaison aux Etats-Unis et au Japon ?

_ L’Union européenne est un ensemble formé par 27 pays uni progressivement depuis 1957. Les Etats-Unis et le Japon ont une seule économie nationale, alors que l’Union européenne regroupe des économies au niveau différent. L’écart est important entre l’économie de cinq des dix  premières puissances mondiales (Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Espagne) et celle des pays en retard économique : Bulgarie, Roumanie.

_ L’Union européenne est une grande puissance économique, mais ce n’est pas une puissance politique comme les Etats-Unis : par exemple elle n’est présente à l’ONU qu’au titre d’observateur.

 

Question 2 page 221 : relever et expliquer les fondements de la puissance économique de l’Union européenne au sein de la Triade. Quels sont les principaux espaces où s’exerce cette puissance ?

_ La puissance économique de l’Union européenne est fondée sur plusieurs facteurs :

* L’UE est un vaste marché de 500 millions d’habitants au fort pouvoir d’achat. Son PIB supérieur à celui des Etats-Unis en fait une zone attractive. Elle est ainsi la première zone d’élection des IDE (45% des Ide contre 17% pour les Etats-Unis).

* L’Union européenne est une puissance commerciale. Elle a le  premier rang de la valeur de la production agricole, de la production industrielle, et des services (39,5% des exportations mondiales de marchandises en 2005). Cette puissance se constate également par le grand nombre de FTN (53 FTN classée parmi les 100 premières mondiales en 2005).

* L’UE dispose d’une population bien formée, de centres de recherches (technopôles) lui permettant de développer des recherches (23,5% de la part de recherche et développement dans le monde en 2005).

 

 

 

 

   

Question 3 page 221 : Dégager les fragilités et les limites de la puissance économique de l’Union européenne dans le monde ?

_ L’UE est une grande puissance économique et commerciale, par contre ses dépenses militaires sont très réduites. Cela montre l’absence de défense et de diplomatie commune à l’UE. Les divisions internes de l’UE sont importantes sur la stratégie de l’UE dans le monde. Par exemple les Français et les Allemands se sont opposés aux Anglais, Espagnols et Polonais au sujet de l’intervention américaine en Irak en 2003. A l’intérieur de l’UE les Etats membres décident parfois de ne pas appliquer les décisions européennes. Cette Europe à géométrie variable se voit par exemple avec la décision du Royaume Uni de ne pas faire pas parti de l’espace Schengen.

_ L’UE est aussi associé à l’AELE (Association européenne de libre échange) pour former l’EEE (espace économique européen). La puissance commerciale de l’Union européenne s’explique en effet par l’importance des échanges internes entre pays européens. L’UE a des difficultés pour affirmer ses intérêts au niveau mondial en parlant d’une seule voix.

Europe à géométrie variable : tendance des Etats membres à adhérer ou non aux différentes décisions de l’UE.

 

 

 

 

Fiche d’identité de l’Union Européenne à 25

Superficie (UE 27)

4 millions km²

Population (UE 27)

492 millions d’habitants

 (3e rang derrière Chine et Inde)

Fécondité (nombre d’enfants par femme)

1,5

Espérance de vie

78 ans

(H : 75, F : 81)

PIB milliards en € (en% PIB mondial)

28%

PIB par habitant

21 100 €

Commerce total avec le monde en milliards d’€

1 799

Part du commerce mondial des biens

17,7%

Part du commerce mondial des services

25   %

Part du commerce mondial (biens+services)

20   %

Part de l’IDE mondial (entrées)

20,5%

Part de l’IDE mondial (sorties)

45,2%

Ouverture au commerce international (commerce total/PIB)

                                                27% 

 

Lire la suite

Cours Terminale STG : Centres d'impulsion mondiaux et inégalités de développement (3)

22 Octobre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

  

III. Quels problèmes posent les inégalités de développement ?

 

            A. Quelles sont les grandes fractures mondiales de développement ?

 

Carte 3 page 196 : Evolution de l’IDH de 1975 à 2000

Texte 4 page 197 : Les pays les moins avancés (PMA)

Carte repère page 184 : les « Nord » et les « Sud »

Question 3 page 197 : Quels types de pays ont vu leur IDH augmenter plus lentement que la moyenne mondiale ? Relever des données chiffrées.

_ Les pays du Nord et du Sud sont séparés par leur niveau de développement mesuré par l’IDH. Les pays émergents connaissent une forte croissance économique et un fort développement, mais les PMA sont dans une situation très difficile. En effet les 50 PMA connaissent des difficultés économiques (surendettement, revenu moyen inférieur à 900 dollars/hab. en 2000). Leur économie repose sur l’agriculture, car ils ne sont quasiment pas industrialisés. Les difficultés sont aussi sanitaire : l’espérance de vie est de 51 ans (75 ans dans les pays du Nord, 63 en moyenne dans les pays du Sud). La majorité de la population est analphabète, en particulier les filles. 

 

IDH (p. 195) : indicateur du développement humain calculé par l’ONU. Il est compris entre 0 et 1. La moyenne mondiale est de l’ordre de 0,740.

 

Comment se manifestent les inégalités à différentes échelles ?

_ Les inégalités sont fortes à l’échelle mondiale entre Nord et Sud, mais aussi entre pays du Sud. Au Sud, 15 Etats accueillent plus de 80% des IDE. A l’échelle nationale les inégalités se retrouvent entre les villes et les campagnes : au Vietnam, 80% des IDE se concentre à Hanoi et à Hô Chi Minh-Ville. Cela accélère l’exode rural et le déséquilibre entre les régions.

                       

Carte 5 page 197 : Part de la population mondiale vivant avec moins de 1 dollar par jour.

La richesse est-elle également répartie entre les pays à l’échelle mondiale ?

_ Les fractures de développement sont mesurables entre le Nord et le Sud mais aussi entre les pays du Sud. La production de richesse dans le monde augmente (le PIB mondial par habitant a été multiplié par 5 au XX siècle) mais à des rythmes différents selon les pays. Les écarts de revenus s’accentuent avec le temps : de 1 à 30 en 1961, de 1 à 80 en 2008.

_ Les écarts de revenus individuels sont considérables et s’accentuent. Le PIB varie entre 62 000 dollars par habitant/an (Luxembourg) et 550 dollars (Sierra Léone).

 

Quels problèmes posent la pauvreté dans le monde ?

_ La pauvreté de masse concerne 2,7 milliards de personnes qui vivent avec moins de 2 dollars/jour. 1,1 milliard de personnes vivent avec moins de 1 dollar par jour.  Ces personnes vivent sous le seuil de pauvreté.

_ La pauvreté pose le problème de l’accès à l’alimentation : 842 millions de personnes souffrent de la faim. L’accès aux services et aux équipements est également difficile : 1,2 milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, 800 millions de personnes n’ont pas accès aux soins.

_ Le problème de développement se retrouve pour tous les âges de la vie : 250 millions de travailleurs ont entre 5 et 14 ans, 875 millions d’adultes sont analphabètes.

 

 

 

            B. Comment parvenir au développement durable ?

 

Carte 1 page 198 : Les grandes atteintes à l’environnement dans le monde

Question 1 page 199 : Passer en revue tous les types d’atteintes à l’environnement en vous appuyant chaque fois sur un exemple.

_ Les atteintes à l’environnement prennent de multiples formes :

* dans les pays développés les atteintes à l’environnement sont surtout des pollutions industrielles : pluies acides en Europe et sur la côte atlantique de l’Amérique du Nord ; contamination nucléaire après l’explosion de Tchernobyl en 1986 ; marées noires sur la côte atlantique européenne, nombreuses pollutions chimiques ou liés aux pesticides, accidents industriels (explosion de l’usine Seveso en Italie, AZF en France à Toulouse).

* dans les pays en développement les atteintes à l’environnement  sont liées à l’agriculture : la dégradation des sols et la désertification est forte (Nordeste brésilien, sahel africain…), la déforestation est importante dans la zone équatoriale (en particulier en Amazonie et en Indonésie). Ces dégradations entraînent une forte réduction de la biodiversité. Les accidents industriels se multiplient avec la croissance du nombre d’usines, en particulier au Brésil et en Inde (explosion de l’usine Bhopal).

 

Graphiques en barre 2 page 198 : Les émissions de dioxyde de carbone dans le monde en 2002.

+ Carte 1 page 184 : Les « Nord » et les « Sud »

Question 3 page 199 : Quels types de pays émettent le plus de dioxyde de carbone ?

_ Les émissions de dioxyde de carbone sont à l’origine de dérèglement climatique. Le rejet massif dans l’atmosphère de CO² (60% des gaz à effet de serre) provoque un effet de serre. Selon le GIEC la température pourrait s’élever de 4° d’ici à 2100 et le niveau des océans monter de 59 cm.

_ Les principaux Etats pollueurs sont les pays développés. En tête les Etats-Unis (aux alentours de 6 milliards de tonnes de CO²) puis l’Union européenne (4 milliards de tonnes). Les pays émergents sont d’importants pollueurs. Ainsi la Chine est le deuxième pays émetteur de gaz à effet de serre (avec plus de 3 milliards de tonnes de CO²).

 

Gaz à effet de serre (GES) (p. 199) : gaz qui maintiennent une température moyenne de 15° C sur Terre.

Effet de serre (p. 199) : réchauffement de la Terre provoqué par l’émission excessive dans l’atmosphère de gaz à effet de serre d’origine humaine.

 

Texte 4 page 199 : Peut-on continuer comme çà ?

Photographie 5 page 199 : Manifestation de Greenpeace devant la Banque de développement asiatique

Question 4 page 199 : De quelle manière assiste-t-on à une prise de conscience environnementale ?

_ Les partis écologistes et les ONG  comme WWF et Greenpeace mobilisent les opinions publiques pour faire prendre conscience des dangers sur l’environnement. Leur action en faveur du développement durable n’a été écouté que tardivement. En 1992 le sommet de la terre à Rio de Janeiro est signé par 178 pays. Mais le protocole de Kyoto de 1998 contraignant les pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre n’a pas été ratifié par les Etats-Unis !

Pour protéger l’environnement il faudrait un profond changement dans les habitudes de vie.

 

Développement durable (p. 199) : processus qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » (Rapport Brundtland, ONU, 1987).

 

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>