Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Articles avec #cours terminale stmg tag

Cours géographie Tle STMG : Centres d'impulsion et inégale intégration 1/3

13 Septembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

CENTRES D’IMPULSION ET INEGALE INTEGRATION

Manuel Hachette 2013                                                                               4 heures

 

Textes de référence :

Méthodes : http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=60880

Programme : http://cache.media.education.gouv.fr/file/33/80/0/STMG_hist_geo_225800.pdf

 

Introduction : La mondialisation entraîne un accroissement des relations entre les territoires mais aussi une forte hiérarchisation des espaces. La Triade (Amérique du Nord, Europe occidentale, Asie orientale) exerce un rôle dominant en particulier grâce à des villes mondiales puissantes comme New York, Tokyo ou Londres. Mais, l’émergence de nouvelles puissances économiques comme la Chine ou l’Inde remet en cause cette hiérarchie. De plus, plusieurs territoires, en particulier en Afrique, sont marginalisés car peu intégrés à la mondialisation. 

Problématique : Comment l’espace mondial est-il organisé et hiérarchisé dans le cadre de la mondialisation ?

 

I. Comment l’espace mondial est-il dominé par trois aires de puissance ?

 

A. Quelles sont les caractéristiques de la mondialisation permettant une hiérarchie des territoires ?

 

                        1. En quoi consiste la mondialisation ?

 

Carte 1 page 141 : Les dynamiques de la mondialisation

Question 1 page 141 : Repérez les principales étapes de l’extension de la mondialisation.

La mondialisation connaît plusieurs étapes :

* A partir du XV siècle les Grandes Découvertes permettent la mise en relation de continents éloignés en créant des liens politiques, économiques et culturels (création de colonies, évangélisation, commerce à l’échelle mondiale).

* Du XIX à la première moitié du XX siècle une seconde mondialisation étend les colonies sur une grande part de l’Afrique, de l’Asie et de l’Océanie. Un essor technique se produit à cause de la Révolution Industrielle.

* A partir de 1980 commence une troisième mondialisation avec une grande importance du commerce régulé par l’OMC, des sièges de grands organismes économiques internationaux comme le FMI et la Banque mondiale. On note aussi l’apparition de pays émergents (BRICS) concurrençant les anciens centres d’impulsions (Triade) ;

 

En quoi consiste la mondialisation ?

_ La mondialisation est l’intégration croissante d’espaces et d’hommes à l’échelle mondiale résultant d’évolutions économiques, techniques, culturelles liées à l’extension du système économique capitaliste.

_ La mondialisation comporte des acteurs spatiaux importants comme les organisations internationales du FMI et de la Banque mondiale ou encore l’OMC.

FMI (p. 140) : (Fonds monétaire international) : organisation internationale créée en 1944 qui vise à stabiliser le système monétaire international pour favoriser le développement économique.

OMC (p. 140) : (organisation mondiale du commerce) : organisation internationale fondée en 1995, regroupant actuellement 157 Etats. Elle a pour but de créer des règles favorisant le commerce international dans un cadre de libre-échange.

 

 

Photographie 2 page 141 : Le port et le quartier d’affaire de Singapour

Question 3 page 141 : Décrivez en quoi consiste une interface maritime ?

Une interface maritime associe des zones industrialo-portuaires visibles dans la présence de nombreuses et immenses grues de déchargement, avec de nombreux conteneurs sur les bateaux et les ports. Derrière le port s’élancent des gratte-ciels où se décident les affaires économiques.

 

_ La mondialisation est possible grâce à la multiplication des échanges, en particulier sur les façades littorales qui jouent le rôle d’interfaces avec les ports de Singapour et Shanghai en Asie, New York aux Etats-Unis, Rotterdam en Europe. En effet les échanges commerciaux se sont développés en passant de 58 milliards en 1948 à 18255 milliards en 2011. Des transports multimodaux rendant plus faciles et plus rapides les transports de marchandises.

INTERFACE (p. 140) : zone de contact entre deux espaces ou territoires aux caractéristiques différentes. Elle peut être maritime (la Manche) ou terrestre (la frontière Mexique-Etats-Unis) ; linéaire (littoral chinois) ou ponctuelle (Singapour). Les contacts peuvent susciter des échanges ou des conflits.

Façades (p. 140) : Lieu entretenant des liens privilégiés avec l’extérieur.

Transports multimodaux (p. 140) : transports utilisant plusieurs modes, comme la mer, le rail et la route.

 

                                   2. Comment définir une aire de puissance ?

 

Carte 1 page 143 : La superpuissance des Etats-Unis

Question 2 page 143 : A l’aide du document 1, définissez ce qu’est une aire de puissance. 

Une aire de puissance peut combiner plusieurs types de puissance : économique (grandes entreprises nommées FTN, organisations financières comme le FMI, Bourses comme Wall Street ou le Board of trade à Chicago…), culturelle (présence d’université comme le MIT ou Harvard, de centre de création artistique (Hollywood pour le cinéma), militaire (flottes de guerre…), politique (droit de véto à l’ONU).

 

Carte 1 page138 : Les territoires de la mondialisation

Question 1 page 138 : Où sont situées les aires de puissance dans le monde ?

_ Trois grandes aires de puissance (Amérique du Nord, Europe occidentale, Asie orientale) exercent leur influence sur le monde, par exemple en concentrant 70% des échanges mondiaux. Ce sont les centres où se concentrent population, capitaux et pouvoir de décision.

AIRE DE PUISSANCE (p. 142) : espace géographique constitué de régions ou d’Etats qui, en raison de leur importance démographique, économique, culturelle et/ou militaire, exercent une influence ou une domination sur le monde.

Centre (p. 140) : lieu de concentration de population, de capitaux, de capacités de création et de pouvoirs. Le centre domine les périphéries.

 

 

B. Quelles sont les caractéristiques des trois grandes aires de puissance ?

 

1. Pourquoi les Etats-Unis sont-ils une « hyperpuissance »  ?

 

Carte 1 page 143 : La superpuissance des Etats-Unis

Question 1 page 143 : Citez trois éléments de la puissance des Etats-Unis.

_ Les Etats-Unis ont une capacité d’intervention dans le monde entier grâce à une puissance globale s’exerçant dans tous les domaines : le hard power (pouvoir de contrainte par exemple militaire) et le soft power (capacité d’influencer sur le plan diplomatique et culturel).

* La puissance géopolitique est visible à travers la Maison Blanche à Washington, le siège de l’ONU à New York et son droit de veto au Conseil de sécurité.

* La puissance militaire : Les Etats-Unis assurent 50% des dépenses militaires mondiales et ont la capacité d’intervenir dans le monde entier. Ils disposent d’alliances comme l’OTAN.

* La puissance économique : les Etats-Unis représentent 27,4% du PIB mondial pour 5,4% de la population. Ils possèdent 1/3 des FTN et des chercheurs du monde. De plus les Etats-Unis font partie de l’ALENA avec le Canada (onzième puissance mondiale) et le Mexique, et à l’APEC (coopération économique pour l’Asie-Pacifique). Les Bourses de Chicago (BOT) et de New York (Wall Street) ainsi que le siège du FMI renforcent la puissance économique des Etats-Unis.

* Rayonnement culturel : ils exportent leur modèle culturel dans le monde par leurs films (Hollywood) et TV. Ils disposent de grandes universités comme le MIT ou Harvard.

_ Depuis la chute de l’URSS c’est la seule superpuissance mondiale, parfois qualifiée d’hyperpuissance.

Puissance globale (p. 140) : Etat ayant des ressources humaines, matérielles et culturelles suffisantes pour influer sur l’ensemble du monde en vue de satisfaire ses propres intérêts.

FTN (p.140) : (Firme transnationale) entreprise exerçant des activités de production et/ou de services dans plusieurs Etats.

ALENA (p. 140) : (Accord de libre-échange nord-américain) communauté économique créée en 1994 groupant le Canada, les Etats-Unis et le Mexique.

 

 

 

 

2. En quoi l’Europe occidentale connaît une intégration inachevée ?

 

Texte 2 page 143 : Les enjeux d’une intégration européenne

Question 3 page 143 : Expliquez pourquoi on peut dire que l’intégration de l’aire européenne est inachevée ?

L’intégration européenne reste inachevée à cause de la « crise de 2008 » (l. 2) et des risques d’éclatement de la zone euro (difficultés de la Grèce, taux de chômage élevé en Espagne). De plus la construction européenne est difficile : les institutions européennes manquent de pouvoir et de légitimité « aux yeux des Européens » (l. 11-12).

 

_ L’Union européenne (28 Etats en 2013) a un poids important dans la mondialisation : 20% du PIB mondial, 25% des échanges mondiaux. Elle dispose d’atouts dans la mondialisation comme sa façade littorale la Northern Range (rangée des ports nords-européens du Havre à Hambourg en passant par Anvers et Rotterdam).

_ Mais l’intégration européenne reste inachevée à cause de difficultés :

* économique : la crise de 2008 et les risques d’éclatement de la zone euro (difficultés de la Grèce, taux de chômage élevé en Espagne).

* politique : la construction européenne est difficile : les institutions européennes manquent de pouvoir et de légitimité pour les peuples européens « eurosceptiques ».

* social : les écarts de richesse sont importants entre le Nord-Ouest de l’Union européenne (Royaume-Uni, Luxembourg, Allemagne…) et l’Est (Bulgarie, Roumanie). L’écart de richesse entre la Roumanie et le Luxembourg est de 1 à 9.

Union européenne (p. 142) : actuellement, association de 28 Etats en 2013 qui ont délégué à des organes communs certaines compétences, surtout économiques. L’Union européenne est née en 1992, à la suite de la CEE, créée en 1957. Elle a le PIB mondial et compte plus de 500 millions d’habitants.

 

3. Comment l’Asie orientale s’affirme-t-elle ?

 

Caricature 3 page 143 : L’émergence de la puissance chinoise

Question 4 page 143 : Identifiez trois éléments de l’affirmation de l’Asie orientale.

PIB fort.

Plusieurs pôles économiques : Japon/Chine (mais aussi dragons

Rivalité avec les Etats-Unis (flux commerciaux, atelier du monde pour Chine)

La métaphore du dragon correspond aussi à la Corée du Sud, à Singapour et Taïwan ; celle des « tigres asiatiques » à d’autres pays d’Asie.

 

_ L’Asie occupe une place grandissante au sein de l’économie mondiale : au Japon et à la Chine s’ajoutent les dragons et les Nouveaux Pays Industrialisés d’Asie (NPIA) ou tigres asiatiques en Asie du sud et du sud-est.

* La Chine est devenue en 2010 la deuxième puissance économique du monde devant le Japon. Elle a intégré l’OMC en 2001. La Chine bénéficie d’une croissance de 10% par an en moyenne de 1990 à 2004. Grâce au faible salaire de sa main d’oeuvre le pays est le premier exportateur mondial de marchandises en 2009, l’ « atelier du monde ».

* Le Japon : C’est la troisième puissance économique mondiale mais le pays connaît des crises depuis 1991 avec un endettement public massif, la précarité des emplois et une consommation ralentie, le vieillissement de la population.

* Les dragons et les tigres asiatiques : copiant le modèle japonais des pays ont connu un fort développement économique. Leur décollage économique repose sur une industrie d’exportation et sur le développement technologique.

_ Les pays asiatiques s’associent à travers l’ASEAN pour créer une vaste zone de libre-échange.

« Dragons » (p. 142) : expression qui désigne quatre Etats d’Asie orientale (Corée du Sud, Hong Kong, Singapour et Taïwan) ayant connu une très forte croissance industrielle à partir des années 1970. ils sont désormais classés dans les pays développés.

« Tigres asiatiques » (p. 142) : expression qui désigne cinq Etats d’Asie orientale (Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Vietnam, Philippines) qui entament un processus de développement industriel.

ASEAN (Associationof South Asian Nations) Plus 3 (p. 142) : accord entre des pays d’Asie orientale (Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam) en vue de créer une zone de libre-échange avec la Chine, le Japon et la Corée du Sud.

 

 

Comparaison des 3 plus grandes mégalopoles 

Source des 3 cartes et du tableau : page web : http://teleline.terra.es/personal/san-juan/megalopoles.htm

 

MEGALOPOLE AMERICAINE

MEGALOPOLE JAPONAISE

MEGALOPOLE EUROPEENNE

DIMENSIONS

800 Km de long, 100 à 200 de large

1200 km de long, ruban de moins de 100 km de large.

1500 km de long sur 100 à 200 km de large

POPULATION

55 millions d'habitants

90 millions d'habitants.

70 millions d'habitants

PRINCIPALES AGGLOMERATIONS

Boston

New-York

Philadelphie

Baltimore

Washington

Tokyo

Kawasaki

Yokohama

Nagoya

Kyoto

Kobé

Hiroshima

Fukuoka

Londres

Randstadt Holland

Villes de la Ruhr

Zone Rhin-Main

Milan

CARACTÉRISTIQUES

Malgré les chiffres, la plus puissante (la seule ?) : Concentration de pouvoirs.

(Maison Blanche, Onu, FMI...)

Très déséquilibrée : Tokyo écrase les autre foyers. (Un des piliers de la "triade")

Contestée par certains : Paris serait laissé sur la touche .....

Lire la suite

A. Quelles sont les caractéristiques du Monde multipolaire de l’après guerre froide ? 1. Quelles sont les caractéristiques..."> Cours Histoire Tle STMG : Le jeu des puissances dans un espace mondialisé de 1945 à nos jours 3/3

13 Septembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

III. Quels sont les nouveaux conflits du XXI siècle ? <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

 

A. Quelles sont les caractéristiques du Monde multipolaire de l’après guerre froide ?

 

1. Quelles sont les  caractéristiques de la puissance américaine ?

 

Texte 1 page 29 : La politique extérieure américaine en 2009

Question 1 page 29 : Relevez les différentes expressions montrant que la politique extérieure américaine définie en 2009 est en rupture avec la politique conduite depuis 2001.

Les expressions sont : « une plus grande coopération entre un plus grand nombre d’acteurs, ( …) en passant progressivement d’un monde multipolaire à un monde composé de multiples partenaires » (l. 4 à 7)

« « instaurer un système de coopération internationale » (l. 11-12)

 

_ L’élection en 2008 du président américain Barak Obama constitue une rupture dans la politique étrangère américaine par l’établissement d’un nouveau multilatéralisme s’appuyant sur le dialogue entre partenaires et la diplomatie.

_ Cette attitude internationale contraste avec l’unilatéralisme de Georges W. Bush qui en réponse aux attentats du 11 septembre <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /> 2001 a pratiqué en opposition à leurs alliés (France) à l’ONU une guerre préventive en Irak en 2003. Les pays de l’ « Axe du mal » étaient menacés d’invasion car considérés comme menaçant la « pax americana ».

BARACK Obama (p. 28) : (né en 1961) Président démocrate élu en 2008 et réélu en 2012, il incarne les espoirs d’une Amérique nouvelle et obtient le prix Nobel de la paix en 2009. Sa politique étrangère prône le retour au dialogue. Elle se traduit par le retrait des troupes américaines d’Irak en 2011 et d’Afghanistan en 2014. Elle n’exclut pas la fermeté comme en témoigne l’exécution d’Oussama Ben Laden au Pakistan en 2011.

Unilatéralisme (p. 26) : politique extérieure d’un Etat qui défend ses intérêts sans tenir compte de la communauté internationale.

Guerre préventive (p. 26) : type de guerre où on attaque par anticipation un adversaire, en supposant qu’un futur conflit est inévitable. Elle est considérée comme illégale par le droit international.

Axe du mal (p. 26) : expression utilisée par George W. Bush, président des Etats-Unis de 2000 à 2008, pour désigner les « Etats-voyous », comme la Corée du Nord ou l’Iran, qui constituent selon lui une menace pour l’ordre mondial.

 

Question 2 page 29 : Caractérisez la nouvelle forme de puissance définie par les Etats-Unis ?

_ Les Etats-Unis constitue l’unique superpuissance depuis la fin de l’URSS. C’est une hyperpuissance pouvant agir dans tous les domaines. Ils disposent du smart power combinant le hard power (capacité de contrainte militaires et économiques) et le soft power (force d’influence culturelle).

Smart power (p. 28) : théorisée en 12004, le terme fait référence à la combinaison des stratégies de hard power et de soft power.

Hard power (p. 28) : puissance reposant sur des moyens militaires et économiques qui caractérise les relations internationales jusqu’à la fin de la guerre froide.

Soft power (p. 28) : théorisé en 1990, il repose sur la capacité à persuader les autres Etats sans avoir à utiliser la force. Il se décline en attraction (capacité à attirer vers soi) et en émission (capacité à diffuser son influence).

 

2. En quoi l’hégémonie américaine est-elle remise en cause ?

 

Couverture de journal 1 page 27 : Le 11 septembre 2001

Question 1 page 27 : En quoi la Une du journal rend-elle compte du choc provoqué par les attentats du 11 septembre ?

_ Les attentats du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles du World Trade Center et ont provoqué un immense choc aux Etats-Unis et dans le monde. Les 19 pirates de l’air d’Al-Qaïda détournent quatre avions et provoquent la mort de 3000 personnes.

_ Les objectifs du terrorisme sont d’influencer par la terreur l’opinion publique en s’en prenant aux civils, de toucher les symboles de la puissance américaine : la puissance économique avec le WTC, la puissance militaire par le Pentagone…

Terrorisme (p. 26) : ensemble des actes violents (sabotages, attentats, assassinats, prises d’otages) visant le plus souvent des civils. Il s’agit par la terreur de faire pression sur un Etat ou d’internationaliser une cause.

Al-Qaïda (p. 26) : en arabe, « la base ». Mouvement islamiste et fondamentaliste fondé en 1987 par Oussama Ben Laden qui appelle à la constitution d’un front islamique mondial contre les Juifs et les Occidentaux.

 

Quelles sont les autres crises et faiblesses fragilisant la puissance américaine ?

_ La puissance américaine est fragilisée depuis les attentats de 2001 et l’enlisement militaire lors des interventions en Afghanistan (2001) et en Irak (2003). L’image des Etats-Unis est noircie par les exactions commises par l’armée américaine (par exemple dans les prisons irakiennes, lors des bombardements qui ne touchent par leurs cibles mais des civils en Afghanistan et au Pakistan).

_ La crise économique de 2007 l’économie et la société américaine par une forte montée du chômage et des inégalités sociales. Cela suscite des mouvements de contestation comme en 2011 le groupe Occupy Wall Street, cherchant à organiser des manifestations contre le capitalisme financier.

 

 

                        2. Quelles puissances émergentes s’affirment dans un monde multipolaire ?

 

Carte 1 page 17 : De nouvelles formes de puissance

Question 1 page 17 : Identifiez les différentes formes de puissance. En quoi sont-elles complémentaires ?

Le monde est hiérarchisé avec des Etats exerçant un rôle dirigeant grâce à leur puissance. Mais il existe différents types de puissances : économiques, diplomatiques et militaires, culturelle. Ces formes de puissances sont complémentaires car elles constituent un modèle de façon de vivre (comme le modèle américain, ou de développement économique japonais, ou de paix au sein de l’Europe).

 

Question 3 page 17 : Justifiez l’expression « monde multipolaire » pour caractériser le monde actuel.

_ Le monde actuel est un monde multipolaire car plusieurs Etats s’affirment comme puissances régionales et mondiales. Ce sont non seulement les pays du Nord économique et de la Triade (Etats-Unis, union européenne, Japon), mais aussi les grands Etats-continents du Sud très peuplés (Plus d’un milliard d’habitants en Inde et en Chine), performants dans le domaine économique grâce à leurs ressources (gaz de Russie, or de l’Afrique du sud, hydrocarbures des monarchies pétrolières…) ou leur technologie avancée (Corée du Sud), grâce aussi à leur rayonnement culturel (Bollywood en Inde).

Monde multipolaire (p. 28) : monde dans lequel il existe plusieurs centres de pouvoir et non plus un seul (monde unipolaire) ou deux (monde bipolaire). La multipolarité désigne la distribution de la puissance éclatée entre plusieurs pôles concurrents (Etats-Unis, Union européenne, Japon, Chine et autres pays émergents). Elle ne doit pas être confondue avec le multilatéralisme qui désigne la manière dont ce pouvoir est exercé.

 

Caricature 2 page 29 : un modèle européen ?

Question 3 page 29 : Quels sentiments cette caricature traduit-elle à l’égard de la construction européenne ?

_ L’Union européenne propose un modèle d’association de pays. Regroupant des pays qui se sont affrontés avec violence lors de deux guerres mondiales (réconciliation franco-allemande), elle a permis de construire en se basant sur le droit international une situation de paix et de prospérité (libre-circulation des hommes et des marchandises dans l’espace Schengen). L’Union européenne a reçu le prix Nobel de la paix en 2012 pour son action en faveur de la démocratie et des droits de l’homme.

_ L’Union européenne affronte plusieurs crises :

* économique depuis 2007 avec hausse du chômage et des inégalités dans les sociétés, crise de la dette aggravée par les politiques d’austérité dans les pays du « club med » ou PIGS (Portugal, Italie, Grèce, Espagne [Spain]).  

* constitutionnelle avec le développement de l’euroscepticisme des citoyens européens et le rejet du projet de Constitution en 2005.

* des divisions fortes entre partisans et opposants du soutien aux Etats-Unis dans son intervention en Irak en 2003. 

 

 

Photographie 3 page 29 : La cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques à Pékin, en 2008.

Question 4 page 29 : En quoi l’organisation des Jeux olympiques marque-t-elle l’émergence de la puissance chinoise ?

_ La Chine s’affirme comme une puissance majeure sur la scène internationale à travers de grands évènements comme les Jeux olympiques à Pékin en 2008 ou l’exposition internationale à Shanghai en 2010. Par l’organisation de ces manifestations la Chine veut montrer sa puissance :

* Economique : La Chine est « l’atelier du monde », avec de nombreuses entreprises produisant à bas coût des produits industriels destinés à l’exportation. Depuis 2010 la Chine est la deuxième puissance économique mondiale avec un PIB de 5 878 milliards de dollars en 2011. Mais les inégalités sociales sont fortes : 1% des ménages chinois possèdent un tiers de la richesse du pays tandis que le quart de la population la plus pauvre n’en détient que 1%.

* Politique et militaire : La Chine a une politique extérieure nommée émergence pacifique où elle affirme sa volonté de devenir une puissance régionale et mondiale. Malgré la participation de la Chine a un programme pour la stabilité politique de la région nommé OCS les tensions avec les pays voisins sont fortes. En effet la Chine revendique de s’emparer de Taïwan, de prendre possession des îles Spratleys, etc…

Emergence pacifique (p. 28) : politique extérieure chinoise depuis 2005 selon laquelle la Chine, puissance en développement, ne souhaite que partager les responsabilités dans les affaires du monde et retrouver la place qui lui est due.

OCS (p. 28) : (Organisation de coopération de Shanghai) : organisation intergouvernementale asiatique créée en 1996 pour stabiliser politiquement la région et promouvoir un développement économique.

 

 

Carte 4 page 17 : De nouvelles formes de puissance

Quelles sont les principales organisations économiques montrant des intégrations régionales ? En quoi cela montre-t-il l’affirmation du Sud dans la mondialisation ?

 

_ Les organisations régionales se sont multipliées dans le monde sur le modèle de l’Union européenne :

* En Amérique du nord se trouvent l’ALENA autour des Etats-Unis et au sud le MERCOSUR autour du Brésil.

* En Asie et Océanie : l’ASEAN.

_ Le Sud s’affirme à travers des groupes regroupant des puissances régionales sur plusieurs continents comme les BRICS ou l’IBAS ou G3 regroupant Inde, Brésil et Afrique du Sud depuis 2003 dans des rencontres régulières autour des questions de développement et de gouvernance mondiale. 

ALENA (p 140) : (Accord de libre-échange nord-américain) : communauté économique créée en 1994 groupant le Canada, les Etats-Unis et le Mexique.

MERCOSUR (p. 28) : (Mercado del Sur) association régionale née en 1991, dominée par le Brésil et qui intègre cinq pays d’Amérique latine.

ASEAN (p 142) : (Association of South East Asian Nations) Plus 3 : accord entre des pays d’Asie orientale (Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam) en vue de créer une zone de libre-échange avec la Chine, le Japon et la Corée du Sud.

BRICS (p. 28) : (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) acronyme utilisé depuis 2001, les BRICS forment un groupe dont le premier sommet a eu lieu en 2009 en Russie. L’Afrique du Sud y a participé pour la première fois en 2011.

 

B. Quels sont les nouveaux conflits dans le monde au début du XXI siècle ?

 

1. Quels sont les nouveaux déséquilibres mondiaux ?

 

Photographie 3 page 27 : Les conflits dans les démocraties

Question 4 page 27 : Quels sont les modes d’action du mouvement des Indignés ?

_ La crise économique et sociale de 2007 provoque des conflits dans les sociétés des pays développés. Par exemple le mouvement des Indignés est né en Espagne en 2011. Il tente de contester la mondialisation néolibérale par plusieurs moyens : appels sur Internet, manifestations, marches, campements (sit-in).

_ De nouvelles fractures sociales et économiques sont apparues depuis la crise de 2007-2008 (émeutes de la tortillas au Chiapas dans le Mexique). Une tentative pour répondre à la crise économique et sociale apparaît avec le G20 et les efforts pour mettre en place une gouvernance mondiale.

G20 (p. 26) : instance de concertation, rassemblant les 20 pays les plus riches (90% du PIB mondial). Né en 1999 lors de la crise financière asiatique, elle se réunit de manière fréquente depuis 2008-2009.

 

 

 

 

 

 

 

 

                        2. Quelles sont les instabilités politiques et les guerres du XXI siècle ?

 

Carte 1 page 16 : De nouvelles conflictualités au début du XXI siècle

Question 1 page 16 : Identifiez les nouvelles sources de tensions ou de crises dans le monde. Localisez les régions les plus particulièrement concernées.

_ Le monde de l’après Guerre froide connaît de nombreuses tensions. Les causes des tensions et des conflits sont nombreuses :

* l’islamisme alimente des actions terroristes dans le monde pouvant dégénérer en guerre (contre les talibans en Afghanistan en 2001, la secte Boko Haram au Nigeria massacrant les professeurs et enlevant les lycéennes pour les transformer en esclaves provoquant la colère des populations…). 

* territoriaux avec des litiges frontaliers entre Etats comme entre l’Algérie et le Maroc, ou encore entre le Maroc et les groupes indépendantistes du Sahara occidental.

* politiques pour renverser les dictateurs comme lors des révolutions du printemps arabes en 2011.

_ Mais les conflits sont complexes comme le montre les trois guerres civiles qui se succèdent depuis 2004 en Centrafrique, débutant pour un motif politique avec un coup d’Etat en 2003 et se prolongeant dans un conflit entre rebelles pillards et milices d’autodéfenses puis en conflit inter religieux.

Islamisme (p. 26) : mouvement politique qui veut faire de l’islam le fondement de l’ordre politique, économique et social, grâce à la conquête du pouvoir par la violence révolutionnaire ou par la voie légale.

Talibans (p. 26) : de l’arabe taleb, « étudiant en religion ». Fondamentalistes musulmans au pouvoir en Afghanistan entre 1996 et 2001.

 

 

Question 3 page 16 : Présentez les acteurs de la sécurité internationale. Peut-on parler d’une gestion collective ?

_ La sécurité internationale est assumée par plusieurs acteurs :

* Les attentats du 11 septembre 2001 ont affaibli la position des Etats-Unis comme « gendarme du monde ». Néanmoins, les Etats-Unis sont toujours déterminant dans la résolution des conflits grâce à leur armée (intervention en ex Yougoslavie) et à leur diplomatie (rôle dans les accords d’Oslo pour une paix israélo-palestinienne en 1993, accords de Dayton en 1995). 

* L’OTAN est l’alliance militaire qui tente en ex Yougoslavie d’établir la paix entre les adversaires. L’OTAN a parfois été chargé par le Conseil de sécurité de l’ONU d’assurer des missions de maintien de la paix.

* L’ONU : Les casques bleus de l’ONU est une force ayant pour mission le maintien ou le rétablissement de la paix et de la sécurité internationale. Ils ont reçu le prix Nobel de la paix en 1956 et 1988. L’Assemblée générale et le Conseil de sécurité de l’ONU adoptent des résolutions pour résoudre les conflits et rétablir la paix internationale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FICHE REVISION T STMG GEOGRAPHIE : LE JEU DES PUISSANCES DANS UN ESPACE MONDIALISE DE 1945 A NOS JOURS

 

NOTIONS DU PROGRAMME 

 

Monde bipolaire (p. 20) : Division du monde en deux blocs. L’Ouest est dominé par les Etats-Unis, l’Est par l’URSS. Les Etats, sous la domination d’une grande puissance, partagent une idéologie commune et sont liés par des accords politiques, économiques et militaires.

Guerre froide (p. 18) : terme apparu en 1947 pour qualifier la nature nouvelle du conflit. La guerre froide oppose les Etats-Unis et l’URSS, dans une guerre sans affrontement direct et où les belligérants essaient de ne jamais dépasser un certain seuil de tensions, du fait de l’arme nucléaire.

Nationalités (p. 22) : né à la fin du XVIII siècle, le principe des nationalités légitime l’existence d’un Etat pour chaque peuple se considérant comme une nation, au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Terrorisme (p. 26) : ensemble des actes violents (sabotages, attentats, assassinats, prises d’otages) visant le plus souvent des civils. Il s’agit par la terreur de faire pression sur un Etat ou d’internationaliser une cause.

Monde multipolaire (p. 28) : monde dans lequel il existe plusieurs centres de pouvoir et non plus un seul (monde unipolaire) ou deux (monde bipolaire). La multipolarité désigne la distribution de la puissance éclatée entre plusieurs pôles concurrents (Etats-Unis, Union européenne, Japon, Chine et autres pays émergents). Elle ne doit pas être confondue avec le multilatéralisme qui désigne la manière dont ce pouvoir est exercé.

 

CHRONOLOGIE

 

1947 : début de la guerre froide ; doctrines Truman et Jdanov.

1949 : division de l’Allemagne entre la RFA et la RDA suite à la crise de Berlin. Première bombe atomique soviétique ; Equilibre de la terreur.

1950-1953 : guerre de Corée.

1961 : construction du mur de Berlin.

1962 : crises des missiles de Cuba.

1989 : chute du mur de Berlin ; effondrement du communisme en Europe de l’Est.

1990 : réunification allemande

1991 : dislocation de l’URSS ; première guerre du Golfe.

1991-1995 : guerre en Yougoslavie.

2001 : attentats du 11 septembre à New York. Guerre contre les talibans en Afghanistan.

2003 : intervention américaine en Irak.

 

 

ACTEURS 

 

TRUMAN Harry S. (1884-1972) (p. 18) : Président des Etats-Unis de 1945 à 1953, il est à l’origine du lancement de la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki. Il définit le containment et organise le bloc américain à partir de 1947.

STALINE, Joseph Djougachvili (1878-1953) : Secrétaire général du parti communiste de l’URSS à partir de 1922, il lance la collectivisation en 1928 et met en place un régime totalitaire. Il organise après 1945 la prise de contrôle de l’URSS sur les démocraties populaires.

GORBATCHEV Mikhaïl (né en 1931) (p. 22) : Secrétaire général du Parti communiste de l’URSS (PCUS) à partir de 185 et président de l’URSS à partir de 1990, il entame une politique de réformes et reçoit le prix Nobel de la paix en 1990. Il quitte le pouvoir en 1991.

BARACK Obama (p. 28) : (né en 1961) Président démocrate élu en 2008 et réélu en 2012, il incarne les espoirs d’une Amérique nouvelle et obtient le prix Nobel de la paix en 2009. Sa politique étrangère prône le retour au dialogue. Elle se traduit par le retrait des troupes américaines d’Irak en 2011 et d’Afghanistan en 2014. Elle n’exclut pas la fermeté comme en témoigne l’exécution d’Oussama Ben Laden au Pakistan en 2011.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire Tle STMG : Le jeu des puissances dans un espace mondialisé de 1945 à nos jours 2/3

13 Septembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

II. Comment le monde bipolaire cesse-t-il d’exister (1989-1991) ?

 

A. Comment s’effondre le bloc de l’Est entre 1989 et 1991 ?

 

                        1. Quelles sont les causes de la chute du bloc de l’Est ?

 

Affiche 2 page 23 : Les conséquences de la politique de Gorbatchev en URSS

+ Repères bas de la page 22

Question 3 page 23 : Quelles sont les origines de l’éclatement de l’URSS ?

_ L’arrivée au pouvoir en 1985 de Gorbatchev en URSS a de fortes conséquences sur l’Europe de l’Est et sur l’URSS. Il met fin au totalitarisme en URSS par des réformes :

* Face à la crise économique (pénurie) les réformes économiques intitulées Perestroïka permettent la libéralisation de l’économie. Cependant, l’économie est déstabilisée.

* Les réformes politiques nommées Glasnost donne la liberté d’expression (fin de la censure, démocratisation) aux citoyens. Mais une opposition politique se développe.

Gorbatchev Mikhaïl (né en 1931) (p. 22) : Secrétaire général du Parti communiste de l’URSS (PCUS) à partir de 185 et président de l’URSS à partir de 1990, il entame une politique de réformes et reçoit le prix Nobel de la paix en 1990. Il quitte le pouvoir en 1991.

Glasnost (p. 22) : en russe « transparence ». Politique visant à établir la liberté d’expression et à permettre une meilleure information des citoyens.

Perestroïka (p. 22) : en russe, « restructuration ». Réformes en profondeur du système soviétique avec la libéralisation de l’économie, la démocratisation de la vie politique et la politique de détente à l’extérieur.

 

Carte 2 page 15 : La fin du bloc de l’Est, 1989-1991

Question 1 page 15 : Caractérisez les relations entre les démocraties populaires et l’URSS et leurs évolutions.

_ L’URSS domine les démocraties populaires politiquement, militairement et économiquement. En cas de grave crise politique et sociale l’URSS intervient dans les Etats satellites :

* par des ordres exercés par les troupes locales (répression en Pologne des dissidents du syndicat Solidarnosc en 1980)

*  par des envois de troupes du Pacte de Varsovie comme pour l’insurrection de Budapest en Hongrie en 1956 ou le printemps de Prague en Tchécoslovaquie en 1968).

Dissidents (p. 22) : opposant au régime, ici communiste.

 

Photographie 1 page 23 : Le passage à l’Ouest de la population de Berlin-Est, le 12 novembre 1989.

Carte 2 page 15 : La fin du bloc de l’Est, 1989-1991

Question 1 page 23 : Comment les régimes communistes disparaissent-ils d’Europe de l’Est en 1989 ?

_ Les changements intervenus en URSS provoquent la volonté des changements des sociétés civiles de l’Europe de l’Est. M. Gorbatchev décide de ne pas faire intervenir l’armée.

* Le rideau de fer ne fonctionne plus depuis que la Hongrie a décidé en juin 1989 d’ouvrir ses frontières avec l’Autriche et le monde libre.

* Les négociations du pouvoir communiste avec l’opposition permettent de mettre fin aux démocraties populaires sans violences. La Tchécoslovaquie connaît une « révolution de velours ». Seule la Roumanie connaît des violences avec l’exécution du dictateur Ceausescu (décembre 1989).  

* La chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 et la réunification de l’Allemagne en 1990 montrent l’unité retrouvée de l’Europe.

Société civile (p. 22) : ensemble des structures sociales indépendantes de l’Etat, comme l’Eglise, les syndicats, les intellectuels.

                        2. Comment s’explique la chute du mur de Berlin ?

 

Photographie 1 page 23 : le passage à l’ouest de la population de Berlin-Est, le 12 novembre 1989

Quels facteurs expliquent la chute du mur de Berlin ?

_ La chute du mur de Berlin se produit le 9 novembre 1989. Plusieurs facteurs expliquent cet évènement qui constitue une rupture au sein de la Guerre froide :

(   * Facteurs externes à la RDA :

- L’arrivée d’un nouveau dirigeant à la tête de l’URSS en 1985 M. Gorbatchev provoque des mutations profondes dans le bloc de l’Est (réformes, désir de paix avec les Etats-Unis). En octobre 1989 M. Gorbatchev annonce que l’URSS refuse d’intervenir dans les démocraties populaires (comme ce fut le cas en 1956 lors de l’insurrection de Budapest ou en 1968 lors du « printemps de Prague » en Tchécoslovaquie). Désormais les démocraties populaires sont libres de choisir leur système politique.

- Les démocraties populaires ouvrent leurs frontières. Des milliers d’Allemands de l’Est se rendent à la frontière austro-hongroise pour pouvoir rejoindre l’Occident démocratique. L’exode massif  des Allemands de l’Est contourne le mur de Berlin qui n’a plus d’utilité.  )

 

* Facteurs internes à l  a RDA :

- Les manifestations de masse à Berlin-Est pour entrer en RFA et l’absence de soutien soviétique en cas de répression fragilise le pouvoir du dirigeant communiste Erich Honecker. Il doit démissionner.

- Les nouveaux dirigeants de la RDA annoncent l’ouverture de la frontière avec la RFA. Une transition démocratique commence en RFA et s’achève avec la réunification de l’Allemagne le 3 octobre 1990.

 

                        3. Comment l’implosion de l’URSS met fin à la Guerre froide ?

 

Lien Ina Coup d’Etat contre Gorbatchev (3 min): http://www.ina.fr/video/CAB91039434

Comment  en est-on arrivé là ?

_ Les réformes de M. Gorbatchev effraient les dirigeants communistes conservateurs qui organisent un coup d’Etat en août 1991. Ce dernier est déjoué par Boris Eltsine, mais M. Gorbatchev affaibli ne peut éviter la fin de l’URSS. Le Parti communiste est dissout et Gorbatchev doit démissionner le 25 décembre 1991.

 

Carte 2 page 15 : La fin du bloc de l’Est, 1989-1991

Question 3 page 15 : Localisez et citez les Etats qui naissent de l’implosion de l’URSS.

_ La fin de la dictature communiste permet le réveil des nationalités. L’Union des Républiques Socialistes Soviétiques est une fédération formée de 15 républiques. Cet Empire multinational implose et donne naissance à de nouveaux pays comme l’Ukraine, les pays baltes ou la Biélorussie. L’URSS prend fin et est remplacé par la CEI (Communauté des Etats Indépendants).

 

 

 

 

 

 

 

 

            B. Comment le réveil des nationalités bouleverse-t-il la carte de l’Europe ?

 

Comparaison cartes 1 page 19 et 2 p 251

Quelles sont les autres modifications de la carte européenne à la fin de la guerre froide ?

_ La géographie de l’Europe se modifie avec la fin de la guerre froide. De nouveaux pays apparaissent parmi les PECO comme la Moldavie ou l’Ukraine, réapparaissent comme les Etats baltes... La Tchécoslovaquie se sépare en deux Etats pacifiquement lors du « divorce de velours » (République Tchèque et Slovaquie).

PECO (p. 24) : pays d’Europe centrale et orientale.

 

 

Caricature 3 page 25 : La guerre en Yougoslavie 1991-1995

Question 3 page 25 : A quel type de guerre l’implosion de la Yougoslavie donne-t-elle naissance ?

_ La fin des dictatures communistes permet le réveil des nationalités. C’est le cas dans l’ex Yougoslavie multiethnique qui implose en se divisant en plusieurs Etats au cours d’une guerre civile.

_ L’ex Yougoslavie était une fédération multinationale. Elle a éclaté lors des proclamations d’indépendance de la Slovénie, de la Croatie et de la Macédoine en 1991, de la Bosnie-Herzégovine en 1992. La Serbie réagit par une intervention armée pour réaliser une grande Serbie. Les violences sont nombreuses contre les civils avec une purification ethnique et un bilan de 300 000 morts et 4 millions de réfugiés.

_ Les violences interethniques ont montré l’impuissance politique et militaire des casques bleus et de l’Union européenne dans ce conflit européen. L’OTAN menée par les Etats-Unis est intervenue en 1994 pour arrêter le conflit (accords de Dayton de 1995). Les criminels de guerre sont jugés par la CPI.

 

Nationalités (p. 22) : né à la fin du XVIII siècle, le principe des nationalités légitime l’existence d’un Etat pour chaque peuple se considérant comme une nation, au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Purification ethnique (p. 24) : expulsion ou élimination physique de groupes ethniques minoritaires à l’intérieur d’un Etat ou d’un territoire.

CPI (p. 22) : (Cour Pénale Internationale) créée en 1998, cette juridiction permanente juge les crimes les plus graves (crime contre l’humanité), crime de génocide, crime de guerre).

 

 

Lire la suite

Cours Histoire Tle STMG : Le jeu des puissances dans un espace mondialisé de 1945 à nos jours 1/3

13 Septembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

LE JEU DES PUISSANCES DANS UN ESPACE MONDIALISE DE 1945 A NOS JOURS

Manuel Hachette 2013                                                                               5 heures

 

Introduction : Le monde est transformé après la seconde guerre mondiale. Les deux grands vainqueurs, URSS et Etats-Unis sont des superpuissances qui s’affrontent de 1945 jusqu’à la fin de l’URSS en 1991. Pendant cette période de Guerre froide les crises ont été nombreuses, en particulier à Berlin, et dangereuses à cause de la puissance destructrice de l’arme atomique.

            Avec la fin de l’URSS de nouveaux rapports de force se mettent en place, aussi bien en Europe qui s’unit dans l’Union Européenne que dans un monde multipolaire où de nouveaux types de conflits (guerre civile en ex Yougoslavie, terrorisme…) apparaissent.

 

Problématique : Comment le jeu des puissances s’organise-t-il dans un espace mondialisé de 1945 à nos jours ?

 

 

I. Comment débute la guerre froide (1947-1949) ?

 

Caricature 1 page 12 : Duel à tête d’épingle

Qu’est-ce que la Guerre Froide ? Comment la Guerre Froide provoque la bipolarisation du monde, de l’Europe et de l’Allemagne ? (1945-1949)

 

            A. Comment s’opposent deux modèles politiques et économiques ?

 

1. Quels sont les deux blocs qui s’opposent ?

 

Carte page 14 : Le monde dans les années 1950 : un monde bipolaire

Question 1 page 14 : Identifiez les espaces où le communisme s’étend après la Seconde Guerre mondiale.

_ Après la Seconde Guerre mondiale et la conférence de Yalta (4-11 février 1945) le monde est divisé. Ce monde bipolaire se compose de deux blocs :

* Le bloc communiste comprend l’URSS dominant par le pacte de Varsovie les démocraties populaires d’Europe de l’Est : Pologne, Hongrie, Bulgarie, Tchécoslovaquie, RDA…Ces états satellites ont été conquis par l’Armée rouge pendant la Seconde guerre mondiale. Les autres pays communistes alliés sont en particulier la Corée du Nord et la République Populaire de Chine depuis 1949.

MONDE BIPOLAIRE (p. 20) : Division du monde en deux blocs. L’Ouest est dominé par les Etats-Unis, l’Est par l’URSS. Les Etats, sous la domination d’une grande puissance, partagent une idéologie commune et sont liés par des accords politiques, économiques et militaires.

Pacte de Varsovie (p. 20) : alliance militaire fondée en 1955, regroupant les armées des pays communistes européens sous la direction de l’URSS.

Démocratie populaire (p. 20) : terme utilisé par l’URSS pour distinguer les pays communistes d’Europe de l’Est des démocraties libérales de l’Ouest. Dans la réalité, ces régimes sont des dictatures, qui calquent leur organisation mutuelle, mais crée un climat de terreur.

Etats satellites (p. 20) : Etat dépendant de l’URSS.

 

Question 2 page 14 : Citez les étapes de la constitution du bloc occidental.

* Le bloc occidental s’est constitué à travers différentes étapes.

- des alliances : Les Etats-Unis  s’est associé à des pays par des accords bilatéraux (Japon, Corée du Sud), par la signature du pacte de Rio en 1947 avec les pays d’Amérique latine. La principale alliance montre l’atlantisme des Etats-Unis avec l’OTAN qui associe les pays d’Europe de l’ouest (Royaume-Uni, France, RFA…).

- des aides économiques comme le plan Marshall (1947-1951) en faveur de l’Europe de l’ouest. La puissance économique des Etats-Unis est renforcée par les accords de Bretton Woods de 1944 par lesquels le dollar devient la monnaie de référence, par les accords du GATT qui suppriment progressivement les barrières douanières.

Atlantisme (p. 20) : Conception géopolitique qui privilégie l’alliance entre l’Europe et les Etats-Unis, fondée sur l’idée de la défense de valeurs communes et la peur de l’expansion communiste.

OTAN (p. 20) : (Organisation du traité de l’Atlantique Nord) : organisation militaire fondée en 1950 qui découle d’une alliance défensive, le pacte atlantique signé en avril 1949 par les Etats-Unis, le Canada et 9 pays européens.

Accords de Bretton Woods (p. 18) : Accords signés en juillet 1944 réformant le système monétaire international en limitant les fluctuations monétaires. Le dollar devient monnaie de référence.

GATT (p. 18) : (Général Agreement on Tariffs and Trade) accords signés en 1947, devant supprimer à terme les barrières douanières.

 

 

Question 3 page 14 : Identifiez les lieux et les formes de l’affrontement entre les Etats-Unis et l’URSS.

_ La Guerre froide se caractérise par des affrontements périphériques et indirects entre Etats-Unis et URSS comme :

* la guerre de Corée entre 1950 et 1953 opposant les Nord-Coréens équipés par l’URSS et soutenus par un million de « volontaires chinois » à la Corée du Sud défendu par les forces de l’ONU constituées essentiellement de soldats américains.

* En Europe les Soviétiques renversent la démocratie et impose une dictature communiste en Tchécoslovaquie avec le « coup de Prague » de 1948.

GUERRE FROIDE (p. 18) : terme apparu en 1947 pour qualifier la nature nouvelle du conflit. La guerre froide oppose les Etats-Unis et l’URSS, dans une guerre sans affrontement direct et où les belligérants essaient de ne jamais dépasser un certain seuil de tensions, du fait de l’arme nucléaire.

 

Question 4 page 14 : relevez un élément qui rend la guerre impossible entre les Etats-Unis et l’URSS.

_ Une guerre directe entre les deux puissances nucléaires (Etats-Unis en 1945, URSS en 1949) aurait pour conséquence la destruction de l’humanité. Cet équilibre de la terreur rend impossible la troisième guerre mondiale. 

Equilibre de la terreur (p. 20) : équilibre des forces de destruction lié à la possession de la bombe atomique par les Etats-Unis et l’URSS. Cette situation rend la guerre impossible, par peur d’une destruction mutuelle, mais crée un climat de terreur.

 

                        2. Quelles sont les divisions idéologiques entre les deux superpuissances ?

 

                                   a. En quoi consistent la doctrine Truman et la politique d’endiguement ?

 

Texte 2 page 19 : La doctrine Truman

Question 2 page 19 : Comment la situation est-elle perçue par les Etats-Unis ?

_ Les « pressions » (l. 4) soviétique sur la Grèce et la Turquie incitent le président Truman à élaborer en mars 1947 la doctrine Truman. Pour défendre la liberté et la sécurité des « peuples libres » (l. 2, 6, 19) les Etats-Unis doivent intervenir par un « soutien économique et financier » (l. 8-9). Le plan Marshall accorde 13.5 milliards de $ sur quatre ans à l’Europe de l’ouest.

TRUMAN Harry S. (1884-1972) (p. 18) : Président des Etats-Unis de 1945 à 1953, il est à l’origine du lancement de la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki. Il définit le containment et organise le bloc américain à partir de 1947.

 

Question 3 page 19 : Relevez les passages du texte qui définissent le containment américain ?

_ Le président Truman veut « sauvegarder leurs libertés » (l. 20-21) aux peuples libres par une politique d’endiguement du communisme.

Containment ou endiguement (p. 18) : politique américaine qui vise à contenir l’expansion communiste.

_ Un proche collaborateur de Staline, Jdanov, est à l’origine d’une doctrine dénonçant l’impérialisme des Etats-Unis et son soutien aux puissances coloniales comme la France et le Royaume-Uni.

Impérialisme (p. 18) : politique d’un pays qui cherche à conserver ou à étendre sa domination sur d’autres peuples ou sur d’autres territoires.

Staline, Joseph Djougachvili (1878-1953) : Secrétaire général du parti communiste de l’URSS à partir de 1922, il lance la collectivisation en 1928 et met en place un régime totalitaire. Il organise après 1945 la prise de contrôle de l’URSS sur les démocraties populaires.

                                   b. Quelles sont les caractéristiques politiques et économiques des deux modèles idéologiques qui s’opposent ?

 

Publicité 1 page 21 : Le modèle américain

Affiche de propagande 2 page 21 : La République démocratique allemande (RDA), une démocratie populaire.

Question 1 page 21 : Citez trois caractéristiques du modèle américain (doc. 1)

_ Le modèle idéologique des Etats-Unis a plusieurs caractéristiques :

* la démocratie avec des libertés individuelles.

* une économie capitaliste et de libre entreprise avec le modèle de vie américain nommé american way of life.

Modèle idéologique (p. 20) : système d’idées visant à fonder l’organisation d’une nouvelle société, en promouvant des pratiques politiques, économiques, sociétales et culturelles.

 

Question 2 page 21 : A quel modèle la RDA se rattache-t-elle ?

_ L’URSS et les démocraties populaires comme la RDA ont adopté le modèle économique du communismel’Etat contrôle et dirige l’économie à travers des plans. L’Etat est contrôlé par le parti communiste qui est un parti unique. 

Communisme (p. 20) : idéologie fondée par Karl Marx et Friedrich Engels au XIX siècle, prônant une société sans classes et sans Etat.

 

            B. En quoi l’Allemagne montre-t-elle les divisions de la Guerre froide ?

 

Carte 1 page 19 : 1945-1947 : une Europe qui se divise

Question 1 page 19 : Caractérisez la situation de l’Allemagne et de l’Europe à la fin de la seconde Guerre mondiale (doc. 1).

_ L’Europe est divisée à la fin de la seconde guerre mondiale entre deux zones d’influence séparées par un rideau de fer. L’expression est employée par le premier ministre anglais Winston Churchill lors d’un discours prononcé le 5 mars 1946 (devant le président américain Harry Truman). 

_ Les accords de Yalta prévoient également l’occupation militaire de l’Allemagne et son partage en quatre secteurs. L’Allemagne de l’Est est sous occupation soviétique, l’Allemagne de l’ouest est occupée par les Britanniques, les Américains et les Français. La capitale Berlin est aussi divisée en quatre zones.

 

Photographie 3 page 19 : Le blocus de Berlin du 24 juin 1948 au 12 mai 1949

Question 4 page 19 : En quoi la crise de Berlin est-elle caractéristique de la guerre froide ?

La crise de Berlin est caractéristique de la Guerre froide car c’est un affrontement où il n’y a pas de combat militaire mais une grande tension.

_ Berlin Ouest est un îlot occidental en pleine zone soviétique et devient une vitrine de l’Occident capitaliste. Mais les accès sont rares entre l’Allemagne de l’ouest et Berlin (voies terrestre routière et ferroviaire réservées, couloir aérien).

_ Le but des Soviétiques en coupant les liaisons terrestres entre l’Allemagne de l’Ouest et Berlin est de « forcer les Occidentaux à se retirer et faire passer toute la ville sous leur autorité ». Le blocus de Berlin dure entre juin 1948 et mai 1949. C’est la première tension diplomatique et militaire entre les deux superpuissances.

 

Quelles sont les conséquences du blocus pour les Ouest Berlinois ? Comment réagissent les Occidentaux face à ce blocus ?

_ Les Berlinois de l’ouest auraient pu rencontrer des difficultés pour s’approvisionner en produits de premières nécessité : aliments, médicaments, etc…

_ Pour contrer le blocus soviétique les Américains organisent un vaste pont aérien. Durant 11 mois, un avion cargo se pose toutes les trois minutes sur les trois aéroports disponibles. Des milliers d’avions au total transportent près de 2,5 millions de tonnes de ravitaillement en un an.

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (4)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

IV. Quelles sont les rivalités pour le contrôle des ressources naturelles stratégiques ?

 

Quels affrontements futurs sont prévisibles pour le contrôle de ces ressources ?

           

            A. Quelles sont les tensions provoquées par le pétrole ?

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Question 1 page 37 : Dans quels pays sont localisés les grands gisements pétrolifères ? Pourquoi les ressources en eau représentent-elles un enjeu de première importance dans la région ?

_ Le Proche-Orient assure près de 30% de la production mondiale de pétrole, et comporterait jusqu’à 60% des ressources prouvées d’hydrocarbures (pétrole et gaz).

* Les monarchies pétrolières comme l’Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Qatar ou le Koweït, disposent d’importants revenus en pétrodollars, investis ensuite dans l’économie industrielle ou de services. L’Irak et l’Iran disposent tous deux d’importants gisements mais sont des pays instables ou menacés de guerre.

_ Les ressources en eau dans ce vaste espace désertique du Proche-Orient sont précieuses. La rareté de l’ « or bleu » provoque des tensions entre les pays.

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Texte 17 page 36 : Le tournant de 1973

Question 4 page 37 : Qu’est-ce que l’OPEP ? Quel rôle joue-t-elle dans la crise de 1973 ?

_ L’OPEP est un groupe comprenant les pays exportateurs de pétrole, principalement des monarchies pétrolières du Proche-Orient. Les pays membres de l’OPEP cherchent à prendre le contrôle de la ressource pétrolière.

_ Lors de la guerre du Kippour entre les pays arabes et Israël, ce dernier a été soutenu (livraison d’armes) par les Etats-Unis. L’OPEP décide en représailles le quadruplement du prix du pétrole ainsi que la diminution de la production. C’est le premier choc pétrolier en 1973. Les conséquences sont la crise économique et l’apparition du chômage dans les pays industrialisés. Le second choc pétrolier a lieu en 1979 lors de la révolution islamique en Iran et les prix du pétrole multipliés par 10.

OPEP (p. 39) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

Choc pétrolier (p.39) : Brutale et forte augmentation du prix du pétrole.

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Photographie 16 page 36 : La rencontre entre Roosevelt, président des Etats-Unis et Ibn Séoud, roi d’Arabie.

Question 3 page 37 : Quel est selon vous l’enjeu de la relation privilégiée entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite depuis 1945 ?

_ Le pétrole est devenue une ressource stratégique dont les Etats-Unis cherchent à sécuriser l’approvisionnement à travers des liens privilégiés avec le principal producteur : l’Arabie saoudite. Dès 1945, les Etats-Unis  garantie la sécurité militaire de l’Arabie saoudite en échange de la sécurité des approvisionnements de l’ « or noir » à destination des Etats-Unis.

_ Lorsque l’Irak a envahi le Koweït en 1990, l’Arabie saoudite se sentait menacé. Les Etats-Unis sont intervenus à la tête d’une puissante coalition en 1991.

 

_ Les révolutions du « printemps arabes » de 2011 débuté en Tunisie ont trouvé un écho au Proche-Orient. L’Egypte a connu la chute du dictateur Hosni Moubarak, la Syrie est en guerre civile avec de nombreuses victimes malgré la réprobation de l’opinion publique internationale.

 

 

            B. Quelles sont les tensions provoquées par l’accès à l’eau ?

 

Tableau 3 page 39 : Evolution de la population des principaux Etats du Proche-Orient

Comment évoluent la population et les besoins en eau du Proche-Orient ?

_ L’eau est rare dans le Proche-Orient désertique. Tous les pays sauf la Turquie de l’ouest et le nord de l’Iran reçoivent moins de 300 mm de précipitations. En dessous de 300 mm d’eau la culture de céréales n’est possible que s’il y a irrigation. Or, la population s’accroît ainsi que les besoins en eau pour l’industrie,  et les secteurs domestiques et agricoles. De plus les nappes sont surexploitées, elles se salinisent.

 

Texte 19 page 37 : Les enjeux de l’eau

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Pourquoi le projet de construction de barrages en Turquie provoque-t-il des tensions avec l’Irak et la Syrie ?

_ La Turquie est un pays montagneux où prennent leurs sources les fleuves Tigre et Euphrate, dont dépendent l’approvisionnement en eau de la Syrie et de l’Irak. La Turquie désire construire une série de barrages (GAP) pour développer son économie. Mais, le débit en eau des pays en aval diminuerait fortement (90% pour l’Irak). Les tensions pourraient provoquer une « guerre de l’eau ».

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Pourquoi existe-t-il des tensions liées à l’usage de l’eau entre Israël et ses voisins ?

_ Israël, lors des guerres israélo-arabes, a augmenté son territoire et pris le contrôle du bassin du Jourdain. La Jordanie, pays enclavé, dépend ainsi entièrement pour l’eau d’Israël.

(A la suite de la guerre des 6 jours, 40% de l'eau d'Israël viennent de territoires occupés et l'eau est déclarée par l'Etat d'Israël « ressource stratégique sous contrôle militaire ». Israël occupe le plateau du Golan avec les sources du Jourdain, le lac Tibériade et le fleuve Litani)

* Les Palestiniens manquent d’eau pour leurs besoins, alors que les colonies juives disposent d’eau pour leur développement agricole et leurs besoins domestiques.

 

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Quels types de pays ont conçus des usines de dessalement de l’eau de mer ?

_ Les besoins en eau augmentent, aussi les pays disposant d’importants revenus (Israël, les monarchies pétrolières) implantent des usines de dessalement d’eau de mer.

* Par exemple l’entreprise française Véolia a construit l’usine d’Ashkelon, produisant 108 millions de m3 d’eau par an (230.000 m3/jour), soit un sixième de la consommation domestique de l’Etat hébreu. Véolia doit aussi livrer en début 2009 une usine à Sûr, dans le Sultanat d'Oman, produisant 80 000 m3/jour.

 

Conclusion : L’eau est donc disponible pour les pays riches, mais les tensions restent fortes à cause du partage inégale de l’eau entre des pays qui connaissent déjà d’autres causes de tensions. L’ « or bleu » pourrait-il être la cause de guerre de l’eau au XXI siècle ?

 

 

 

Te Fiche d’objectifs histoire n°2

 

LE PROCHE-ORIENT DEPUIS 1945

 

    SAVOIR   

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I. Quelles sont les caractéristiques du Proche-Orient ?

II. Quels furent les conflits autour du nouvel Etat d’Israël ?

            A. Comment les conflits israélo-arabes…

            B. …sont devenus un conflit israélo-palestinien ?

III. Quels sont les conflits politiques majeurs au Proche-Orient ?

            A. En quoi la crise de Suez est-elle à la fois une crise de décolonisation et de guerre froide ?

            B. Quelles sont les tensions du « gendarme du monde » américain contre l’Irak et l’Iran ?

IV. Quelles sont les rivalités pour le contrôle des ressources naturelles stratégiques ?    

            A. Quelles sont les tensions provoquées par le pétrole ?

            B. Quelles sont les tensions provoquées par l’accès à l’eau ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Sunnisme/chiisme 

Sionisme (p. 39) : projet d’un Etat national juif en Palestine. Sion est une des collines de Jérusalem, et ce nom est souvent employé pour désigner la ville elle-même.

ONU (p. 269) : Organisation des Nations Unies, fondée lors des conférences interalliées de Dumbarton Oaks en 1944 et de San Francisco en 1945.

OLP (p. 269) : Organisation de libération de la Palestine, fondée en 1964.

OPEP (p. 269) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

Résolution de l’ONU (p. 39) : décision votée par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Intifada (p. 39) : « guerre des pierres », soulèvement des populations civiles contre l’occupant israélien.

Choc pétrolier (p.39) : Brutale et forte augmentation du prix du pétrole.

 

3/ JE SAIS QUI SONT LES PERSONNAGES :

ARAFAT Yasser (p. 264) : (1920-2004) chef historique du mouvement palestinien.

RABIN Yitzhak (p. 265) : (1922-1995)

HUSSEIN Saddam (p. 265) : (1937-2006)

KHOMEINY Rouhalla Moussvi (1900-1989) : Professeur de théologie, membre du haut clergé chiite, il s’oppose aux mesure de modernisation, de laïcisation et d’occidentalisation prises par le shah d’Iran. Arrêté en 1963, il part en exil. En 1979, la révolution menée par ses partisans renverse le shah d’Iran. Il rentre à Téhéran et instaure une République islamique. Il appelle les musulmans du monde entier à provoquer d’autres révolutions islamiques. Il élimine ses adversaires et impose un ordre islamique rigoureux.

 

4/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

1948 : Naissance de l’Etat d’Israël ;    1956 : crise de Suez ;     1967 : guerre des Six Jours ;

1973 : guerre du Kippour, 1er choc pétrolier ;   1978 : accords israélo-palestinien de Camp David ;

1979 : révolution islamiste iranienne, 2e choc pétrolier ;   1980-1988 : guerre Iran-Irak ;

1981 : assassinat du président égyptien Sadate ;    1987-1993 : 1ère Intifada ;   1991 : guerre du Golfe ;

1993 : accords de paix de Washington ;   2003 : guerre en Irak ;  2006 : relance du programme nucléaire iranien  2007 : prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas ;  2007 : islamiste Abdullah Gül président de la république turque.

 

SAVOIR FAIRE

 

5/  JE SAIS REALISER UNE CARTE

6/ JE SAIS ANALYSER UN TEXTE

7/ JE SAIS METTRE EN RELATION UN TEXTE, CARTE, PHOTOGRAPHIE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE CHRONOLOGIE

 

Tle Fiche d’objectifs histoire n°2

LE PROCHE-ORIENT DEPUIS 1945

                                              

                                  SAVOIR

notions

méthodes

En quoi le Proche-Orient est-il un espace de crises ?

I. Quelles sont les caractéristiques du Proche-Orient ?

 

II. Quels furent les conflits autour du nouvel Etat d’Israël ?

Comment se sont transformés les conflits anciens du Proche-Orient ?

            A. Comment les conflits israélo-arabes…

          

           B. …sont devenus un conflit israélo-palestinien ?

 

III. Quels sont les conflits politiques majeurs au Proche-Orient ?

Quels sont les affrontements actuels dans le Proche-Orient ?

            A. En quoi la crise de Suez est-elle à la fois une crise de décolonisation et de guerre froide ?

            B. Quelles sont les tensions du « gendarme du monde » américain contre l’Irak et l’Iran ?

IV. Quelles sont les rivalités pour le contrôle des ressources naturelles stratégiques ?

Quels affrontements futurs sont prévisibles pour le contrôle de ces ressources ?

            A. Quelles sont les tensions provoquées par le pétrole ?

           B. Quelles sont les tensions provoquées par l’accès à l’eau ?

 

Sunnisme/chiisme

 

 

 

 

Sionisme

 

Intifada

 

 

 

Résolution de l’ONU

 

 

 

 

 

 

OPEP

Choc pétrolier

 

Etude de carte

 

Mise en relation texte et carte

Je sais étudier une chronologie

 

 

Mise en relation texte et carte

 

Etude de texte

 

 

 

 

 

Etude de carte

Etude de tableau chiffré

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (3)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

III. Quels sont les conflits politiques majeurs au Proche-Orient ?

 

Quels sont les affrontements actuels dans le Proche-Orient ?

 

            A. En quoi la crise de Suez est-elle à la fois une crise de décolonisation et de guerre froide ?

 

Dessin 2 page 32 : La nationalisation du canal de Suez par le président égyptien Nasser

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Question 3 page 33 : Montrer l’importance stratégique du canal de Suez.

_ Le Proche-Orient est une région stratégique pour plusieurs raisons par sa production de pétrole et les routes maritimes qui permettent d’évacuer ce pétrole, de relier les pays d’Asie, d’Afrique et les pays méditerranéens. Le canal de Suez est particulièrement important car il permet d’éviter de contourner l’Afrique pour aller d’Europe ou d’Afrique du Nord en Asie et Océanie, et d’acheminer le pétrole depuis les pays producteurs vers les pays développés consommateurs.

 

Dessin 2 page 32 : La nationalisation du canal de Suez par le président égyptien Nasser

Texte 3 page 32 : Les interférences de la guerre froide au Proche-Orient

Question 4 page 33 : Quelles sont les répercussions internationales de la décision de Nasser en 1956 ?

_ Le président égyptien Gamal Abdel Nasser (1918-1970) décide pour financer des grands travaux (construction du barrage d’Assouan) de nationaliser le canal de Suez (26 juillet 1956), au détriment de la compagnie franco-anglaise propriétaire. Mais les gouvernements anglais et français réagissent par une intervention militaire (31 octobre 1956) avec l’aide d’Israël qui envahit le désert du Sinaï (dès le 29 octobre 1956). 

* Mais, l’opinion mondiale est hostile à l’intervention franco-anglaise considérée comme une opération coloniale. Aussi, dès le 2 novembre 1956 l’ONU exige le retrait des troupes militaires. L’URSS menace les franco-britanniques. Les Etats-Unis ne soutiennent pas les occidentaux. Aussi Français et Britanniques sont obligés de se retirer (dès le 7 novembre 1956 (jusqu’au 24). Les Israéliens le 7 mars 1957.).

* Les conséquences internationales de la crise de Suez sont nombreuses. Dans le cadre de la Guerre froide l’URSS renforce son prestige dans le Proche-Orient. Les anciennes puissances coloniales par contre perdent leur influence.

 

 

 

            B. Quelles sont les tensions du « gendarme du monde » américain contre l’Irak et l’Iran ?

 

Texte 4 page 33 : La guerre Iran-Irak (1980-1988)

Question 2 page 33 : Expliquer les origines de la guerre entre l’Iran et l’Irak dans les années 1980.

_ Le 22 septembre 1980 le dictateur irakien Saddam Hussein envahit l’Iran. La guerre (1980-1988) provoque environ un million de morts. Elle a plusieurs origines :

* Le nouveau régime politique en Iran inquiète l’Irak. En effet, en 1979 éclate en Iran la révolution islamique.  L’ayatollah Khomeiny établit une dictature religieuse, une théocratie dirigée par le clergé chiite. L’Irak comporte 60% de chiites, Saddam Hussein veut diminuer l’influence de l’Iran sur sa population par cette guerre et pense l’emporter facilement sur un régime récent. Les Etats-Unis soutiennent l’Irak contre l’Iran islamiste.

* Le dictateur irakien souhaitait également accroître l’étendue de son débouché maritime sur le golfe persique au détriment de l’Iran.

HUSSEIN Saddam (p. 265) : (1937-2006)

KHOMEINY Rouhalla Moussvi (1900-1989) : Professeur de théologie, membre du haut clergé chiite, il s’oppose aux mesure de modernisation, de laïcisation et d’occidentalisation prises par le shah d’Iran. Arrêté en 1963, il part en exil. En 1979, la révolution menée par ses partisans renverse le shah d’Iran. Il rentre à Téhéran et instaure une République islamique. Il appelle les musulmans du monde entier à provoquer d’autres révolutions islamiques. Il élimine ses adversaires et impose un ordre islamique rigoureux.

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Photographie 5 page 33 : « Une » de Libération, 9 août 1990

Texte 6 page 33 : « L’échec de Bush au Moyen-Orient »

Question  5 page 33 : Comment les Etats-Unis s’impliquent-ils directement au Proche-Orient ?

_ Les Etats-Unis interviennent dans la région stratégique du Proche-Orient par des négociations politiques (accord de paix de Washington entre Israël et l’OLP en 1993), par des pressions diplomatiques (envers l’Iran pour faire cesser son programme nucléaire). Les présidents George Bush père et fils sont intervenus militairement en Irak pour lutter contre Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe en 1991, lors de la guerre en Irak en 2003.

_ L’influence des Etats-Unis au Proche-Orient recule, ainsi que les espoirs de paix :

* Les attentats suicides et la guerre civile transforme l’occupation de l’Irak en « bourbier irakien ».

* Les iraniens multiplient des provocations (menace d’extermination d’Israël par la bombe nucléaire) sous la présidence d’Ahmaninedjad. Depuis 2006, la relance du programme nucléaire iranien provoque de fortes tensions internationales.

 

Texte 6 page 33 : « L’échec de Bush au Moyen-Orient »

Photographie 7 page 33 : Manifestation du partis islamiste du Hezbollah au Liban

Question 6 page 33 : En quoi l’affirmation de l’islamisme est-elle un facteur de tensions ?

_ L’islamisme progresse dans le Proche-Orient comme l’indique leurs victoires électorales (victoire législative du Hamas en dans les territoires palestiniens le 25 janvier 2006 ; élection du président de la république turque Abdullah Gül le 28 août 2007…).

_ La poussée de l’islamisme pousse à l’affrontement interne comme au Liban entre le Hezbollah chiite et d’autres factions, dans la bande de Gaza entre Hamas et Fatah. Les violences se multiplient par exemple les attentats terroristes d’Al Qaida Maghreb en Algérie (à Batna le 6 septembre 2007 avec 22 morts).

_ Au niveau extérieur les islamistes multiplient les provocations et les affrontements par exemple en envoyant des missiles sur les villes israéliennes depuis la frontière du sud Liban, ce qui a provoqué en retour un affrontement au sud Liban entre Israël et le Hezbollah

 

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (2)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

II. Quels furent les conflits autour du nouvel Etat d’Israël ?

 

Comment se sont transformés les conflits anciens du Proche-Orient ?

 

            A. Comment les conflits israélo-arabes…

 

Texte  8 page 34 : Proclamation de la naissance de l’Etat d’Israël

Carte 12 a page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 1 page 35 : Quel est le sens du projet sioniste ? Comment se concrétise-t-il au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ?

_ L’antisémitisme (haine des juifs) provoque au XIX la naissance du sionisme. Le génocide des juifs durant le la seconde guerre mondiale renforce la volonté de créer un foyer national juif où ils seraient à l’abri des persécutions. Les liens historiques du judaïsme avec la terre de Palestine et la ville de Jérusalem (« terre promise », ville fondée par David dans la Bible) pousse à l’émigration juive vers la Palestine.

_ L’Onu adopte un plan de partage de la Palestine, autrefois sous mandat britannique (forme de domination coloniale anglaise), en deux Etats : l’un juif, l’autre arabe, et une zone internationale : Jérusalem. Le 14 mai 1948 l’Etat d’Israël est proclamé. Par la loi du retour tous les juifs peuvent immigrer en Israël.

Sionisme (p. 39) : projet d’un Etat national juif en Palestine. Sion est une des collines de Jérusalem, et ce nom est souvent employé pour désigner la ville elle-même.

ONU (p. 269) : Organisation des Nations Unies, fondée lors des conférences interalliées de Dumbarton Oaks en 1944 et de San Francisco en 1945.

 

Texte  9 page 34 : L’Organisation de libération de la Palestine (OLP)

Carte 12 b page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 2 page 35 : Quel est le bilan territorial à l’issue de la première guerre israélo-arabe ? Quels sont l’objectif et les moyens d’action de l’OLP ?

_ Les pays arabes voisins (Egypte, Jordanie, Syrie) refusent l’existence de l’Etat d’Israël et attaquent le nouvel Etat dès sa création. La première guerre israélo-arabe dure de 1948  à 1949. Elle se termine par une extension du territoire israélien au nord (de Nazareth jusqu’à la frontière du Liban), au sud (dans le désert de Néguev), et surtout s’étend jusqu’à Jérusalem. L’Etat arabo-palestinien est rayé de la carte.

_ En mai 1964 l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est créée. La Charte de l’OLP définit comme objectif création d’un Etat palestinien par la destruction d’Israël et l’interdiction aux Juifs de rester en Palestine. Pour cela l’OLP préconise la lutte armée (article 9).

OLP (p. 269) : Organisation de libération de la Palestine, fondée en 1964.

 

Chronologie page 38 : Périodes-clés et repères

Quelles guerres et actions militaires opposent Israéliens et ses voisins arabes ?

_ Les guerres israélo-palestiniennes sont nombreuses depuis la création d’Israël et se terminent par la victoire d’Israël sur ses voisins coalisés :

* La crise de Suez en 1956 met aux prises les Egyptiens d’un côté, les Israéliens et leurs alliés français et anglais de l’autre.

* Du 5 au 10 juin 1967 se déroule la Guerre des Six Jours. Israël réalise une guerre préventive contre la coalition de la Ligue arabe (Egypte, Syrie, Jordanie, Irak). Les armées arabes sont écrasées.  De nombreux territoires occupés.

* En 1973 éclate la guerre du Kippour. Syriens et Egyptiens attaquent par surprise et remportent des victoires sur Israël. Mais l’aide militaire américaine permet le rétablissement puis la victoire d’Israël. En représailles, les pays de l’OPEP décident d’augmenter de 70% le prix du baril de pétrole, provoquant le 1er choc pétrolier.

OPEP (p. 269) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

 

Texte  10 page 34 : La Résolution 242 de l’ONU

Photographie 11 page 34 : Un camp de réfugiés palestiniens en Jordanie en 1972

Carte 12 c page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 3 page 35 : Pourquoi l’année 1967 marque-t-elle un tournant majeur dans le face-à-face israélo-palestinien ?

_ L’année 1967 constitue un tournant majeur dans le face-à-face israélo-palestinien. En effet, à la fin de la guerre des Six Jours Israël a triplé sa superficie : La Cisjordanie est occupée, La bande de Gaza et le désert du Sinaï pris sur l’Egypte, le plateau du Golan enlevé à la Syrie. Surtout, Jérusalem Est est occupée et la ville devient capitale d’Israël. La colonisation israélienne s’accentue sur ses terres. Israël refuse d’appliquer la résolution de l’ONU demandant le retrait des territoires occupés et le « règlement du problème des réfugiés ».

_ Dès 1948, 700 000 Palestiniens ont quitté les territoires sous domination israélienne (exil volontaire et expulsions). En 1967, ce sont 300 000 Palestiniens qui s’enfuient vers la Jordanie. Cette population, en croissance démographique, est estimée par l’ONU en 2005 à plus de quatre millions de personnes, dont plus de un million vivant dans les camps de réfugiés.

Résolution de l’ONU (p. 39) : décision votée par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Sur la carte, quel territoire est restitué par Israël ? Pourquoi ?

_ Le désert du Sinaï est restitué par Israël à l’Egypte en 1982.

_ En effet, en 1978 le président égyptien Anouar el-Sadate, le premier ministre israélien Menahim Begin (deux  prix Nobel de la paix en 1978)  ont signés les accords israélo-égyptiens de Camp David. Les accords sont signés à la Maison Blanche grâce à la médiation du président américain Jimmy Carter. Ces accords permettent l’existence du premier traité de paix entre Israël et un pays arabe en 1979.

* Les pays arabes sont hostiles au traité. L’Egypte, autrefois leader du monde arabe, se retrouve isolée. Les islamistes assassinent même Sadate en 1981.

* Néanmoins, les accords de Camp David montrent aux pays arabes qu’il est possible de négocier avec Israël. Ils ont rendu possible d’autres accords comme les accords de paix de Washington en 1993.

 

 

            B. …sont devenus un conflit israélo-palestinien ?

 

Comment réagissent les Palestiniens aux accords de Camp David ?

_ Les accords de Camp David ont brisé l’unité arabe contre Israël. Les Palestiniens s’emparent de la cause : les guerres israélo-arabes deviennent une guerre israélo-palestinienne.

 (   _ Les Palestiniens à l’extérieur d’Israël commencent une suite d’attentats terroristes (attentats de Munich contre les athlètes israéliens lors des jeux olympiques en 1972).   )

_ Le désespoir dans les camps de réfugiés est tel que la jeunesse se livre à une guérilla contre les forces israéliennes, jetant des pierres et des cocktails Molotov contre les forces militaires israéliennes : c’est l’intifada. Elle dure de 1987 à 1993 et se caractérise par des actes de désobéissance civile et des grèves.

Intifada (p. 39) : « guerre des pierres », soulèvement des populations civiles contre l’occupant israélien.

 

Photographie 13 page 35 : Les accords de Washington en 1993

Carte 12 d page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 4 page 35 : Qui sont les acteurs de l’initiative de paix au début des années 1990 ? Quelle forme de règlement de la question israélo-palestinienne propose-t-elle ?

_ L’échec de la stratégie de guerre des Palestiniens (terrorisme, Intifada) et la fin du soutien des pays arabes après la guerre Irak/Koweït amène l’OLP a négocié avec les Israéliens. Le chef palestinien Yasser Arafat et l’israélien Yitzhak Rabin signent des accords de paix à Washington en 1993, avec la médiation du président américain Bill Clinton. L’OLP renonce au projet de destruction d’Israël.

_ Les négociations entre Israël et les Palestiniens aboutissent à la création de l’Autorité palestinienne. Des territoires sont évacués (et des colonies juives démantelées) par les Israéliens et sont confiés à l’autorité palestinienne (ex. bande de Gaza en septembre 2005).

 

ARAFAT Yasser (p. 264) : (1920-2004) chef historique du mouvement palestinien.

RABIN Yitzhak (p. 265) : (1922-1995)

 

Aujourd’hui, qui est le successeur de Yasser Arafat ? Quels problèmes rencontrent l’Autorité palestinienne pour exercer son pouvoir ?

_ Depuis 2005 le successeur de Yasser Arafat est le président élu Mahmoud Abbas.

_ Mais, les élections (municipales en 2005, législatives en 2006) donnent le pouvoir au mouvement islamiste et terroriste Hamas. Les tensions interpalestiniennes aboutissent à la guerre civile et à la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en 2007.

_ Les Israéliens, pour endiguer le terrorisme et les attentats suicides, construisent un vaste « mur de séparation ». Mais les frontières données par le mur aux Israéliens amputent le territoire palestinien d’un large espace.

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (1)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

LE PROCHE-ORIENT DEPUIS 1945

Livre : Belin programme 2007

Introduction : Le Proche-Orient est une zone de conflit. Les tensions sont fortes et anciennes pour des raisons politiques et économiques, pour des conflits de frontières, de contrôle de ressources comme le pétrole et l’eau, à cause aussi des tensions religieuses et nationales. La création depuis 1948 de l’Etat d’Israël, la révolution islamique en Iran en 1979, les guerres du Golfe (Iran-Irak, Irak –coalition mondiale, Irak/Etats-Unis) avivent encore les tensions.

 

Problématique : En quoi le Proche-Orient est-il un espace de crises ?

 

I. Quelles sont les caractéristiques du Proche-Orient ?

 

Qu’est-ce que le Proche-Orient (carte à faire remplir par les élèves) ?

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Question 1 page 33 : (   Quels pays forment le Proche-Orient ?)

 Pourquoi peut-on parler d’une mosaïque ethnique et religieuse ?

(    _ Les pays formant le Proche-Orient sont sur deux continents : africain avec l’Egypte, et asiatique avec les pays de la péninsule arabique : Arabie saoudite et les émirats, mais on compte aussi dans le Levant la Jordanie, la Syrie, le Liban, Israël. On compte aussi l’Irak et l’Iran, ainsi que deux peuples sans territoires : les Kurdes et les Palestiniens. )

 

_ Le Proche-Orient est une mosaïque d’ethnies parlant des langues différentes, même si parfois celles-ci appartiennent à la même famille :

* Les pays sont principalement arabophones en Afrique (Egypte), en Asie comme pour les pays de la péninsule arabe (Arabie saoudite, Emirats arabes Unis….), dans le Levant (Jordanie, Syrie, Liban) et en Irak. Une autre langue sémitique est pratiquée au Proche-Orient : l’hébreu.

* La Turquie est turcophone, une langue ouralo-altaïque. Deux populations parlent une langue indo-européenne : les Kurdes, et les Iraniens qui usent du persan.  

_ L’Islam est majoritaire au Proche-Orient. En effet, il est né dans la péninsule arabique ou se trouve ses deux principaux lieux saints : la Mecque et Médine. Mais l’Islam se divise en de nombreuses branches, les deux principales étant le sunnisme et le chiisme (présent de façon majoritaire en Iran, Irak, Bahreïn, et avec une forte minorité au Yémen et au Liban). Les lieux saints du chiisme sont les villes saintes de Qom en Iran, de Kerbala et Nadjaf en Irak.

* Les chrétiens sont présents mais minoritaires au Proche-Orient, installés en Egypte (Coptes), au Liban (Maronites), en Israël (une partie des Palestiniens).

* Une forte présence juive se retrouve en Israël. Dans ce pays se trouve Jérusalem, ville trois fois sainte car les trois monothéismes sont apparentés et honorent la ville de David et Salomon (mur du temple), de la crucifixion du Christ (église du saint Sépulcre), de la mort de Mahomet (dôme du rocher).

 

Quelle est la situation politique du Proche-Orient ?

_  Le Proche-Orient ne comporte que peu de démocraties stables : Israël et la Turquie. Les autres pays sont des monarchies absolues (Arabie saoudite), des dictatures (Syrie), une théocratie (Iran)… Le Liban et l’Irak sont des démocraties très instables et sous influence étrangère.

_ Les pays sont hostiles les uns aux autres pour des raisons religieuses (Arabie Saoudite/Iran ; Israël/ Iran), pour des questions de frontières (Irak/Koweït) et sont parfois en situation de guerre civile : Liban, Irak, Syrie.

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Quelle est la situation du peuple Kurde au niveau  des frontières ? Au niveau militaire ?

_ Le peuple kurde n’a pas d’Etat regroupant la totalité de sa population. Les Kurdes forment des minorités nationales dans plusieurs pays : Irak, Iran, Syrie et surtout Turquie.

_ La guérilla kurde opposent l’Etat central est les Kurdes dans les provinces frontières. Le PKK combat en Turquie. Les Kurdes irakiens ont été gazés (tuant hommes, femmes et enfants) par le frère du dictateur Saddam Hussein : Ali le chimique.

_ Les révolutions arabes de 2011 ont opposé les populations aux dirigeants dictatoriaux, provoquant la chute du dictateur Egyptien et une guerre civile en Syrie.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours TL STG : Uniformisation et fractures du monde (3)

19 Octobre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

IV. Quelles sont les formes de résistance à l’uniformisation des cultures ?

           

Quels sont les acteurs de la résistance à l’uniformisation culturelle ?

 

            A. Quel rôle joue les Etats face à domination culturelle américaine ?

 

Texte 5 page 237 : diversité culturelle : l’exception française

Question 3 page 237 : Définir à l’aide du texte la diversité culturelle. Pourquoi la France y est-elle particulièrement attachée ?

_ La diversité culturelle (ou exception culturelle) désigne le principe selon lequel les créations culturelles ne doivent pas être soumises au processus de libéralisation des échanges car elles ne constituent pas des marchandises comme les autres.

_ La France, pays au patrimoine culturel important, a fait reconnaître en 2005 par une convention de l’UNESCO, la possibilité pour les Etats de soutenir les secteurs de la culture et de la création artistique.

* L’opposition est forte avec les Etats-Unis qui accuse la France de protectionnisme.

* La France à travers l’exception culturelle défend une culture et une langue dans le monde. Les médias comme France culture, RFI, TV5 ou France 24 ont pour vocation de diffuser les valeurs de la Francophonie en France et dans le monde (le Français est la langue officielle de 29 pays).

Patrimoine culturel (p. 237) : héritage culturel légué par les générations précédentes et qui se transmet aux générations futures.

UNESCO (p. 237) : Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

 

            B. Quel rôle joue les ONGs dans l’altermondialisme ?

 

Texte 1 page 238 : L’émergence d’un militantisme mondial

Question 1 page 239 : Quel type d’organisations ont joué un rôle majeur dans l’émergence du mouvement altermondialiste ?

_ Le mouvement altermondialiste s’exprime à travers des ONG comme Médecin Sans frontières, etc…Elles organisent des forums sociaux pour critiquer la gouvernance mondiale et les décisions prises par le G8 ou au Forum de Davos.

Altermondialistes (p. 239) : individus et associations qui critiquent la mondialisation ultralibérale et proclament qu’ « un autre monde est possible » (Forum social mondial de Porto Alegre en 2001).

Gouvernance mondiale (p. 239) : art d’exercer le pouvoir, de prendre des décisions à l’échelle du monde pour faire face aux défis du développement à l’ère de la mondialisation.

G8 (p. 239) : groupe des huit pays les plus industrialisés du monde.

Forum de Davos (p. 239) : réunion annuelle, en Suisse, de responsables de FTN et d’hommes politiques.

 

Affiche et texte 3 page 236 : L’argumentaire de Breizh Cola, un cola breton

Question 2 page 236 : Quel modèle économique et culturel est mis en cause dans l’argumentaire de Breizh Cola ?

_ Plusieurs organisations réagissent face à une menace de coca-colonisation, cette expression inventée après la seconde Guerre mondiale désigne une forme de néo-colonialisme culturel exercé par les Etats-Unis à l’égard de l’Europe occidentale. Un exemple est fourni avec la création du Breizh Cola breton, mais aussi avec le Corsica  Cola corse, ou le Mecca Cola musulman.

 

            C. Comment s’exprime le rejet de l’uniformisation de la culture par les groupes communautaires ?

 

Texte 1 page 236 : Mondialisation et crise identitaire

Question 1 page 236 : Relever les facteurs qui, selon l’auteur, vont à l’encontre d’une uniformisation des cultures. Selon lui, quelles sont les causes des mutations en cours ?

_ L’uniformisation du monde est contestée par la persistance d’aires culturelles et par les contestations de groupes communautaires. Les réactions identitaires et le repli communautaire s’accompagnent parfois de violence comme avec la montée des nationalismes et de l’islamisme à l’exemple des actions d’Al Qaida.

 

Repli identitaire/communautaire (p. 237) : attitude d’un individu ou d’un groupe qui ne reconnaît comme essentielles que les valeurs de sa communauté (ethnique, religieuse, culturelle) d’appartenance.

 

Lire la suite

Cours TL STG Géographie : Uniformisation et fractures du monde (2)

19 Octobre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

II. Comment les manifestations sportives participent-elles à la mondialisation ?

 

Comment le football exprime-t-il la mondialisation ?

Quelles sont les limites à la mondialisation du sport ?

 

Texte 3 page 232 : La Coupe du monde de football : une nécessaire mondialisation

Question 2 page 233 : Quels sont pour les Etats les enjeux d’une participation à des compétitions sportives telles que les Jeux Olympiques ou la Coupe du monde de football ?

_ Les grandes manifestations sportives rassemblent une immense foule de spectateurs et téléspectateurs (Les Jeux Olympiques de Sidney de 2000 ont rassemblé jusqu’à 4 milliards de téléspectateurs simultanément, le Mondial de Football de 2006 en Allemagne a été suivi par 32,5 milliards de téléspectateurs cumulés sur 215 pays).

_ Les Etats participent à la mondialisation sportive par leur participation aux Jeux Olympiques où la variété des épreuves et l’ouverture aux différents pays de ces épreuves. En effet même si les pays sont regroupés en association (207 pays dans la FIFA : Fédération Internationale de Football Association ; 203 pays dans le CIO : Comité International Olympique), le monde sportif est organisé en pôles :

* La plupart des grands sports sont issus d’Europe (jeux anglais comme le football, le rugby, le tennis ; des sports olympiques comme l’escrime) ou des Etats-Unis (basket-ball). Les Etats-Unis et l’Europe comptent la majorité des médaillés des grandes compétitions.

* L’Afrique et l’Amérique du Sud fournissent des sportifs devenant l’image de la réussite sociale. Les joueurs de football du monde entier aspirent à entrer dans les grands clubs européens.

* Les pays émergents d’Asie et les pétromonarchies organisent des compétitions et sont des marchés d’avenir.

 

Caricature 6 page 233 : Le football

Question 3 page 233 : Décrire le document. Quel message son auteur veut-il faire passer ?

_ Le football reflète aussi les inégalités dans le monde. Des FTN emploient de jeunes enfants pour confectionner les chaussures (Nike) ou les ballons utilisé par les enfants du Nord. Ceci alors que les enfants du Sud rêvent parfois de parvenir à la gloire et au succès par le sport. Le sport est ainsi devenu un enjeu économique dans la mondialisation. Un club de football comme Manchester United appartient à des investisseurs américains et vend davantage de  produits dérivés au Japon et en Chine qu’en Angleterre.

_ Les manifestations sportives véhiculent les valeurs du sport (« l’essentiel n’est pas gagner mais de participer » du baron Pierre de Coubertin fondateur des Jeux Olympiques moderne) mais aussi l’image des sponsors et des partenaires officiels (Coca-Cola, Adidas…). La mondialisation du sport se constate aussi avec le poids croissant de la télévision et l’entrée en bourse des clubs de foot.

 

   

III. Comment les grandes aires de civilisation résistent-elles à la mondialisation ?

VIDEO DESSOUS DES CARTES : CHOC DES CIVILISATIONS

            A. Quelles sont les différentes aires de civilisation ?

 

Carte 1 page 226 : Civilisations et religions dans le monde

+ Carte page 258 : La mondialisation de la culture

En quoi les aires de civilisation reflètent une diversité culturelle ?

_ Les aires de civilisations partagent le monde en civilisations dont les éléments constitutifs sont les langues, les religions, la culture… Les aires de civilisations sont difficiles à établir car la diversité culturelle est forte dans le monde.

* Par exemple, pour la diversité linguistique, l’humanité pratique 6700 langues différentes. Néanmoins, un grand nombre de ces langues sont menacées de disparition. Face aux langues locales il existe des langues internationales dont l’influence correspond à un ancien empire colonial (français, espagnol, portugais) ou à une aire culturelle (arabe).

*  Les 3 langues les plus parlées dans le Monde sont le Mandarin (chinois) avec plus d’un milliard de locuteurs,  plus de 500 millions d’anglophones, et 382 millions hispanophones. Le Français ne regroupe que 290 millions de francophones, et les Russophones 285 millions de locuteurs.

Aire de civilisation (p. 266) : ensemble géographique qui regroupe des espaces marqués par une civilisation donnée.

Civilisation (p. 266) : L’ensemble des caractéristiques sociales, culturelles, religieuses, historiques et matérielles d’une société.

 

Quelles sont les principales aires de civilisation ?

_ Les géographes établissent une liste variable de 7 à 9 aires de civilisations :

* L’aire occidentale correspond à la vieille Europe et au nouveau continent de l’Amérique du Nord ; ainsi qu’à l’Australie. Les valeurs de l’aire occidentale sont le respect des Droits de l’homme et la démocratie, et les religions dominantes sont le catholicisme et le protestantisme. L’apport de l’antiquité gréco-romaine, de la Renaissance et de la philosophie des Lumières est majeur. Elle comprend environ 800 millions d’individus.

* L’aire latino-américaine est marquée par le catholicisme, les deux langues dominantes sont l’espagnol et le portugais (Brésil lusophone). La culture occidentale se mêle aux héritages précolombiens et africains. Elle compte 600 millions de personnes issues d’un important métissage (Amérindiens, Blancs, Noirs).

* L’aire orthodoxe s’étend en Europe depuis la Grèce et les Balkans jusqu’en Russie d’Asie. Les langues sont slaves, mais aussi du grec (environ 300 millions d’habitants).

_ Les aires de civilisation asiatiques comprennent environ deux milliards d’individus. Ce sont des civilisations du riz avec de fortes densités de population.

* l’aire de civilisation chinoise est ancienne et met en valeur des sagesses orientales comme le bouddhisme, le confucianisme et le taoïsme.

* L’aire de civilisation indienne trouve son unité dans l’Hindouisme et la langue hindi.

* L’aire de civilisation japonaise est limitée à l’archipel. Elle comprend 130 millions de personnes. Elle a élaboré une culture raffinée où les intérêts collectifs priment sur ceux de l’individu. Les religions principales sont le bouddhisme et le shintoïsme.

_ L’aire de civilisation africaine s’étend sur l’Afrique subsaharienne et l’île de Madagascar et comporte 600 millions d’individus. Elle se caractérise par une grande diversité ethnique et par les religions animistes.

_ L’aire de civilisation islamique comprend l’Afrique du Nord et saharienne, le Proche et Moyen Orient, mais aussi l’Indonésie (le premier pays musulman au monde). Elle comporte un milliard de pratiquants. Sa civilisation repose sur l’observance des « cinq piliers » de l’Islam et sur l’écriture arabe. Elle est divisée entre plusieurs branches de l’Islam.

 

Le dessous des cartes consacré au « choc des civilisations »

 

Comment s’appelle l’auteur de la théorie du « choc des civilisations » ? …………………………….

 

Quelles sont les 9 civilisations actuelles selon lui ? …………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

 

Quelle confusion révèle ce classement ? ……………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………………

 

Pourquoi l’existence d’une civilisation islamique est-elle contestable ? ……………………………..

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

 

Pourquoi la thèse du « choc des civilisations » est-elle souvent évoquée dans les médias ? ………....

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

 

Comment Jean-Christophe Victor (le présentateur du dessous des cartes) considère-t-il cette thèse ?

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

 

Quelle est la cause du terrorisme ? …………………………………………………………………....

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

 

 

 

CORRIGE  Le dessous des cartes consacré au « choc des civilisations »

 

 

Comment s’appelle l’auteur de la théorie du « choc des civilisations » ? Samuel Huntington

 

(Quelles sont les 9 civilisations actuelles selon lui ? Occidentale, orthodoxe, latino-américaine, africaine, islamique, hindoue, chinoise, bouddhiste, japonaise.)

Quelles sont les 3 civilisations actuelles selon lui qui risquent d’entrer en conflit? Chrétienne : orthodoxe, confucéenne et asiatique, islamique.

 

 

Quelle confusion révèle ce classement ? Confusion entre civilisation et religion. Certaines civilisations correspondent à des aires religieuses, d’autres non.

 

Pourquoi l’existence d’une civilisation islamique est-elle contestable ? Les musulmans sont partagés entre sunnites et chiites. Ils appartiennent à des peuples très différents (arabes, turcs, perses, …)

 

Pourquoi la thèse du « choc des civilisations » est-elle souvent évoquée dans les médias ? Parce qu’elle influence beaucoup la politique menée par les Etats-Unis.

 

Comment Jean-Christophe Victor (le présentateur du dessous des cartes) considère-t-il cette thèse ? Il considère qu’elle est une réponse simple et rapide face à l’inquiétude que constitue le terrorisme.

 

Quelle est la cause du terrorisme ? On ne sait pas. Est-ce une question de religion ? De développement ? De richesse ? Sans doute un peu de tout cela.

 

« Le choc des civilisations » d’après S. Huntington

La politique mondiale entre dans une nouvelle phase dans laquelle la source fondamentale de conflit ne sera plus idéologique, ni économique. Les heurts entre civilisations seront dominants. (…)

Le monde sera façonné dans une large mesure par les relations entre 7 ou 8 civilisations majeures : les civilisations occidentale, confucéenne, japonaise, islamique, hindouiste, slave orthodoxe, latino-américaine et peut-être africaine.

Les lignes de fracture entre les civilisations seront les lignes de front des batailles du futur. (…) L’axe central de la politique mondiale sera vraisemblablement le conflit entre « l’Ouest et le reste ».

S. Huntington, extrait d’un article paru dans la revue Foreign Affairs, 1994.

 

 

Il n’y a pas de « choc des civilisations »

C’est une réalité de dire que notre planète est divisée et subdivisée en civilisations, religions et cultures. (…) Mais s’il existe des caractéristiques communes, cela ne veut pas dire que ces mondes sont homogènes. Pour ne citer que quelques-uns, l’orthodoxie se décline au pluriel, de même que le catholicisme, ainsi que le protestantisme et l’islam. (…) Il n’y a pas eu, dans l’histoire, deux ennemis plus féroces que les Empire byzantin et bulgare, pourtant adeptes tous les deux de l’orthodoxie. Les civilisations ont toujours été en contact et se sont influencées réciproquement. (…) Dès lors, la civilisation et son élément religieux ne sont plus qu’une dimension des conflits parmi d’autres paramètres.

Joseph Yacoub, communication faite au festival de géographie de Saint-Dié, octobre 2002.

 

 

1) Définir idéologie :

Une idéologie est un ensemble d’idée proposant une représentation du monde, un système politique.

 

2) Citer un pays relevant de chacune des civilisations citées.

Civilisation occidentale : Etats-Unis, France.

Confucéenne : Chine, Vietnam.

Japonaise : Japon.

Islamique : Turquie, Arabie Saoudite, Iran, Algérie, Indonésie.

Hindouiste : Inde.

Slave orthodoxe : Russie, Serbie.

Latino-américaine : Brésil, Mexique, Argentine.

Africaine : République Sud-africaine, Ethiopie.

 

3) Quelles sont les critiques portées contre la thèse de Huntington ? Donner un exemple.

Les critiques contre la théorie du choc des civilisations sont :

_ Les mondes d’une civilisation ne sont pas homogènes.

* Exemple pour l’orthodoxie l’Empire Byzantin et la Bulgarie se sont opposés violemment.

Un autre exemple c’est la division au sein de l’Islam entre sunnisme et chiisme.

_ Les civilisations sont en contact et s’influencent mutuellement.

* Exemple : la mondialisation.

 

 

B. Pourquoi Samuel Huntington parle-t-il de « choc des civilisations » ?

 

Carte 1 page 226 : Civilisations et religions dans le monde

+ Carte page 258 : La mondialisation de la culture

Quelles sont les principales religions dans le monde ?

_ Le monothéisme (croyance en un Dieu unique) regroupe la religion juive, deux milliards d’adeptes du christianisme et un milliard de pratiquants de l’Islam. Cependant, les religions orientales comportent de nombreux adeptes : 800 millions d’hindouistes, 350 millions de bouddhistes. La religion est un fondement important des civilisations, or, l’Islam et le christianisme sont des religions prosélytes.

 

Où sont les foyers de tensions religieuses ?

_ Le géographe américain Samuel Huntington a établi une théorie du « choc des civilisations ». Les civilisations s’affronteraient dans leurs zones de contacts, par exemple dans les Balkans en ex-Yougoslavie où la religion orthodoxe, l’Islam et le catholicisme sont présents. Cette théorie a eu beaucoup de succès après les attentats contre le World Trade Center à New York le 11 septembre 2001.    

 

Pourquoi la thèse de Samuel Huntington peut-elle être critiquée ?

_ La thèse de Samuel Huntington est critiquée car elle ne prend pas assez en compte la diversité interne des aires de civilisation. Par exemple l’aire de civilisation islamique est partagée au niveau religieux entre Sunnites et Chiites, au niveau des peuples et des langues entre Arabes, Perses, Turcs… En Irak de durs affrontements opposent Chiites et Sunnites. Le risque de tels affrontements est aussi présent au Liban…

 

 

 

 

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>