Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Articles avec #cours 1ere tag

Cours 1ère Histoire : Mutations des sociétés depuis 1850 (2)

31 Août 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

II. Quelles mutations du travail la France a-t-elle connues depuis 1945 ?

 

            A. Pourquoi modernité et déclin du monde paysan sont-ils allés de pair dans les campagnes françaises ?

Assiste-t-on à la « fin des paysans » ?

 

Tableau chiffré 1 page 58 : Une baisse spectaculaire du nombre de paysans

+ Texte 2 page 58 : Le travail agricole dans une société industrielle

Question 1 page 59 : Justifiez l’expression d’Henri Mendras « la fin des paysans »

_ Le sociologue Henri Mendras écrit en 1967 un livre au titre provocateur : « La Fin des paysans ». Il montre la diminution rapide du nombre de paysans : On passe de 6 millions de paysans en 1945 à 3 millions en 1968. (La population rurale représente 47% de la population française totale en 1946, et 30% en 1968). L’agriculture occupe 36% des actifs en 1946, 15% en 1968, et 3% en 2010.

 

Question 2 page 59 : Selon Henri Mendras, quels facteurs expliquent le recul de la paysannerie ?

_ Le recul de la paysannerie s’explique par plusieurs facteurs : exode rural, morts d’agriculteurs sans successeurs, mais aussi transformation du statut du paysan, qui passe du nombreux petit propriétaire exploitant à l’agriculteur mécanisé et peu nombreux.

 

 Texte 2 page 58 : Le travail agricole dans une société industrielle

+ Photographie 3 page 58 : La modernisation du travail d’agriculteur

Question 4 page 59 : Pourquoi et comment le métier d’agriculteur s’est-il modernisé ?

_ Le métier d’agriculteur a imité l’industrie en se dotant massivement de machines agricoles et en utilisant les engrais chimiques, les pesticides, de façon à accroître le rendement. De plus, l’agriculture est devenu un marché obéissant aux demandes des clients et des grandes enseignes de distribution (calibrage des fruits, chaîne du froid pour le transport, traçabilité des produits). L’agriculteur est ainsi au service d’une industrie agro-alimentaire.

_ L’Union européenne et l’Etat ont favorisé cette évolution avec la PAC.

PAC (p. 64) : (politique agricole commune) Ensemble des dispositifs mis en place à partir de 1962 afin de moderniser et de dynamiser es agricultures des Etats membres de la construction européenne (CEE puis UE).

 

B. Comment s’est effectué la féminisation de la population active ?

 

Graphiques linéaires  page 1 page 52 : L’évolution de la population active

Question 1 page 52 : Comment la population active évolue-t-elle depuis 1850 ? Comparez la situation des hommes et celle des femmes.

_ Entre 1851 et 1911 la population active passe de 16 à 20 millions de personnes. Entre 1911 et 1962 la population active est stable autour de 20 millions de personnes.

* La population active augmente fortement en France avec l’arrivée sur le marché de l’emploi de la génération des baby-boomers après la seconde guerre mondiale. Elle passe à 24,8 en 1990 et à 27 millions en 2010.

* La population active est aujourd’hui vieillissante (arrivée des papy-boomers à la retraite).

_ La part des femmes dans l’emploi augmente fortement après la seconde guerre mondiale. Plusieurs causes expliquent cela :

* le développement du salariat offre de nombreux emplois aux femmes.

* les mentalités évoluent et l’image traditionnelle de la femme au foyer est remplacée par l’image de la femme active. La diffusion de l’électroménager permet de passer moins de temps dans les travaux domestiques (on parle toujours des trois journées de travail de la femme : métier, enfants, travaux domestiques).

* un changement de société avec l’accès des filles à l’éducation et, à partir de la diffusion des moyens de contraception et de la maîtrise de la fécondité, la possibilité de concilier métier et vie de famille (existence de crèche, allocations familiales, etc…).

Baby-boomers (p. 64) : Enfants nés pendant la période dite de baby-boom (1945-1965) durant laquelle la France connaît une forte natalité.

 

Graphiques en barre 1 page 60 : Croissance et féminisation

Question 6 page 61 : Comparez les évolutions des effectifs masculins et féminins. Qu’en concluez-vous sur la féminisation de ces métiers ?

_ Les femmes ont toujours été actives (ex. les munitionnettes pendant la 1ère guerre mondiale), mais pendant les trente Glorieuses la tertiarisation de la société a permis avec une forte progression du travail féminin. Les femmes ont essentiellement trouvés des places parmi les employés et moins parmi les cadres où la part des hommes est supérieure à celle des femmes.

_ L’inégalité dans l’emploi se retrouve dans la carrière, le salaire (les femmes gagnent en moyenne 7000 euros de moins par an que les hommes en France en 2011). A partir des années 1970 les femmes sont particulièrement touchées par le chômage. Elles sont souvent contraintes d’accepter les emplois les plus précaires et les moins rémunérés.

Employé (p. 60) : Membre d’un groupe aux contours flous rassemblant des professions variées : secrétaires et agents de bureau, agents hospitaliers, vendeurs mais aussi domestiques ou encore pompiers.

Cadre (p. 60) : Terme apparu à la fin des années 1930 pour désigner un employé ayant des responsabilités importantes dans l’entreprise.

 

Texte 5 page 61 : Le renouvellement de la figure du cadre

Question 8 page 61 : Que dire de la part des femmes dans l’emploi des cadres ?

_ Le nombre de cadres augmente fortement de 1950 à 1980. Ils forment aujourd’hui 15% des salariés, mais le nombre de femmes cadres est réduit. Cela s’explique par le « plafond de verre ».

_ L’expression « Plafond de verre » est apparue aux Etats-Unis à la fin des années 1970 pour désigner l’existence de règles implicites limitant l’accès de certains groupes (femmes, immigrés…) aux postes de responsabilité dans la vie politique ou économique.

 

C. Assiste-t-on à la fin de la « classe ouvrière » ?

 

Caricature 2a page 56 : Le rejet de l’usine

+ Caricature 3 page 57 : Un regard critique sur l’automatisation.

Question 1 page 56 : Décrivez et expliquez ces dessins. De quelles évolutions rendent-ils compte ?

Les caricatures montrent les difficultés de la situation ouvrière en 1968 et en 1982.

* L’illustration anonyme pour une affiche du 22 mai 1968, pendant la période d’agitation et de revendication ouvrière, montre un ouvrier porteur de six bras avec dans chaque main un outil. Le côté géométrique renforce l’effet de déshumanisation assimilant l’homme à une machine. Le slogan : A bas les cadences infernales ».

_Le travail à la chaîne, chronométré, de l’OST, est dénoncé pour sa pénibilité en particulier en mai 1968.

* La caricature de Plantu de 1982, sans doute parue dans le journal Le Monde, montre un ouvrier en bleu de travail portant en bandoulière sa caisse à outils. Il est mécontent. Au-dessus de lui, deux immenses robots le regarde et pose la question : « Mais qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire de lui ??? ».

_ Dans les années 1980 l’automatisation a supprimé des emplois ouvriers, en particulier ceux des OS. Le travail à la chaîne des ouvriers n’existe plus. Aujourd’hui des chaînes de montage robotisé remplacent les hommes. 

 

Caricature 2a page 56 : Le rejet de l’usine ; photographie 2b : Une usine occupée en mai 1968

Photographie 4 page 57 : Une réalité ouvrière, le chômage.

Question 7 page 57 : Dans ces deux documents, quels sont les travailleurs mobilisés ? Montrez qu’en 2001, les revendications ont changé. Pourquoi ?

_ Mai 1968 a été une période de forte agitation ouvrière avec plus de 5 millions de grévistes dans l’industrie. Les OS et les syndicats (Force ouvrière : FO, Confédération Générale des Travailleurs : CGT, Confédération Française Démocratique du Travail : CFDT) occupent les usines. Les accords de Grenelle de mai 1968 tente de satisfaire les revendications ouvrières : augmentation de 35% du SMIG (salaire Minimal Interprofessionnel Garanti), création de section syndicale d’entreprise… Cependant les conditions de travail (chronométrage des tâches, etc…) restent identiques.

_ La fin des Trente glorieuses et la croissance dépressive a vu une forte mutation du travail industriel. Des centaines de milliers d’emplois ouvriers, en particulier peu ou pas qualifiés sont supprimés à cause de la mécanisation et de la concurrence extérieure. La désindustrialisation s’est accompagnée d’une augmentation forte et durable du chômage : le chômage de masse et d’une augmentation de la précarité dans l’emploi avec les CDD en particulier pour les jeunes sans diplômes, ou dans les vieilles régions industrielles (« pays noirs » en Lorraine et dans le Nord).

* Le taux de chômage en France est de 9,1% ; mais de 13,2% pour les ouvriers et 20,8% pour les OS. Les plans de licenciements des entreprises provoquent des mouvements sociaux et des manifestations comme celle des salariés de Moulinex en 2001.

Syndicats (p. 56) : Association de personnes ayant pour but la défense d’intérêts communs, matériels ou moraux, spécialement dans le domaine professionnel.

Désindustrialisation (p. 64) : Processus économique qui marque le recul des activités industrielles dans une région ou dans un pays.

Chômage (p. 52) 

CDD (p. 64) : (contrat à durée déterminée) Contrat de travail établi pour une durée limitée définie entre l’employeur et le salarié ; s’oppose au CDI (contrat à durée indéterminée).

 

Texte 5 page 57 : la fin de la « classe ouvrière » ?

Question 2 page 57 : Quelles modifications affectent le travail ouvrier au tournant du XXI siècle ?

_ Des transformations majeures ont affecté le monde ouvrier : l’automatisation qui remplace leur travail de production en travail de surveillance ; les emplois sont en majorité dans les entreprises de moins de 500 employés et plus dans les grandes entreprises ; tertiarisation avec la transformation du poste d’ouvrier en poste d’employés.

_ Ce passage du secteur secondaire au secteur des services correspond à la théorie du « Déversement ». Une théorie économique selon laquelle les gains de productivité obtenus par le progrès économique permettent le transfert des emplois d’un secteur d’activité vers un autre.

_ Au chômage de masse des ouvriers, à la transformation de leurs conditions de travail et leur basculement dans le tertiaire s’ajoute la disparition de la « conscience de classe » avec le recul du nombre d’adhérents aux syndicats, au mode de vie ouvrier qui se rapproche des autres catégories sociales.

_ Avec la société de consommation et la tertiarisation de l’économie la société industrielle est remplacée par une société postindustrielle (où les nouvelles technologies de l’information et de la communication et le secteur des services sont prééminentes).

 

 

 

SCHEMA DE SYNTHESE

 

 

Schema-de-synthese-mutations-des-societes-depuis-1850.jpg

Lire la suite

Cours 1ère Histoire : Mutations des sociétés depuis 1850 (1)

31 Août 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

MUTATIONS DES SOCIETES DEPUIS 1850

 

4 heures                                                          Manuel Nathan Côte 2011

 

Frise chronologique page 51

 

 

 

Introduction : L’industrialisation de la société dans les années 1850 transforme les cadres traditionnels des modes de vie et de travail : les sociétés rurales deviennent des sociétés de plus en plus industrielles. Mais, après les « trente glorieuses » s’affirment des sociétés postindustrielles caractérisées par des mutations accélérées. La population active est le reflet des bouleversements économiques et sociaux comme le montre l’exemple de la France depuis les années 1850.

Problématiques : Quels bouleversements la population active a-t-elle connus ?

Comment a évolué la politique d’immigration de la France ?

 

 

I. Comment s’est effectué le passage d’une France agricole à une société industrielle entre 1850 et 1945 ?

 

A. Quelles sont les conséquences de l’industrialisation sur la population active?

 

Graphiques circulaires 2 page 52 : L’évolution de la répartition de la population active

+ Graphiques linéaires 5 page 53 : Répartition des principales catégories socioprofessionnelles

Questions 2 page 52 : Quelles sont les grandes évolutions du travail ? Montrez notamment quels métiers reculent fortement et lesquels prennent de l’ampleur.

_ De 1850 à 1870 les agriculteurs (secteur primaire) regroupe plus de la majorité de la  population active. Le nombre d’agriculteurs ne cesse de diminuer même si le secteur primaire reste le plus important en nombre jusqu’en 1926.

* Ce recul du nombre de salariés agricole s’explique par l’exode rural causé par la mécanisation de l’agriculture. Les ouvriers agricoles sont souvent des paysans-ouvriers (travaillant dans les champs en été, en hiver comme ouvriers dans les villes) qui, parce que leurs emplois sont remplacés par des machines, s’installent définitivement comme ouvriers dans les villes.

* Le nombre d’agriculteurs exploitants diminue fortement après 1914 et 1945.

_ Le secteur secondaire (industriel) est en forte croissance à partir de 1850. Il devient le principal employeur en 1926 avec un tiers des actifs en moyenne. Cependant, la crise des années 1930 et la seconde guerre mondiale font décroître le nombre d’emplois dans l’industrie.

* L’augmentation du nombre des ouvriers s’explique par un changement dans leur travail : en 1850 les ouvriers disposent d’un savoir-faire reconnu et maîtrisent des techniques complexe. Puis, le taylorisme et l’OST (organisation scientifique du travail) au XX siècle permettent l’emploi d’une masse d’ouvriers peu qualifiés (cols bleus) chargés d’une tâche simple et répétitive.

_ Le secteur tertiaire s’accroît régulièrement avec la tertiarisation progressive de la société.

* Les agents de maîtrise et ingénieurs sont les cadres et employés (cols blancs) qualifiés des entreprises. Leur nombre progresse avec l’essor de l’industrie

* Les domestiques, personnel au service de la bourgeoisie, disparaissent progressivement de la société française.

Population active (p. 52) : La population active comprend toutes les personnes pourvues d’un emploi ainsi que celles qui sont au chômage. Traditionnellement, la population active est divisée en trois catégories : secteur primaire (agriculture), secondaire (industrie), tertiaire (services : commerce, administration, transports…).

Exode rural : départ important et définitif des habitants des campagnes vers les villes.

 

  

LIEN CDDP Besançon Lieux de travail (2 min) : http://www.sceren.com/cyber-librairie-cndp.aspx?l=lieux-d-architecture-n-1-lieux-de-travail&prod=546287

 

Question 2 page 55 : Quels sont les lieux de travail ? Peut-on parler d’un monde ouvrier uniforme ? Pourquoi ?

_ Des ateliers aux usines les lieux de travail des ouvriers changent. Le travail à domicile, encore fréquent au XIX siècle par exemple à Lyon dans le textile, disparaît progressivement avec l’accroissement de la taille des machines outils et l’introduction de l’OST. D’immenses usines modernes en acier et en verre s’élèvent pour remplacer les obscures chambres de travail d’autrefois.  Les OS (ouvriers spécialisés) sont peu payés et sont souvent des femmes et des enfants, des immigrés. Avec l’OST les conditions de travail s’uniformisent.

 

Texte 5 page 55 : Le travail ouvrier à l’heure de l’OST

Question 6 page 55 : Présentez ce document. Sur quels principes l’OST repose-t-elle ? Pourquoi l’auteur parle-t-il de « bagne » ?

_ Le texte de l’ouvrier Georges Navel raconte la pénibilité de son expérience du travail à la chaîne dans Travaux édité en 1945.

_ L’OST a pour principes le chronométrage des tâches et la répétition de mêmes gestes simples à exécuter par des OS, ouvriers sans qualification, souvent des femmes et des enfants, des immigrés.

_ L’OST est à l’origine de la constitution d’une classe ouvrière caractérisée par un travail répétitif et pénible.

 OS (p. 54) : (Ouvrier spécialisé) : ouvrier sans qualification, travaillant dans une usine selon les principes de l’OST.

 

B. Comment se développe le salariat ?

 

Texte 2 page 60 : Les employés du Bon Marché

Question 2 page 61 : De quels employés s’agit-il ? Est-ce nouveau au XIX siècle ?

_ Le salariat se développe au XIX siècle avec l’augmentation des emplois dans le commerce et les services. Emile Zola décrit dans son roman Au Bonheur des dames (1883) ce développement avec les métiers de vendeurs et chefs de rayons sur l’exemple du grand magasin le Bon Marché fondé en 1852.

_ La naissance des grands magasins est un phénomène nouveau au XIX car auparavant les boutiques spécialisés (chapeliers, mercerie pour la couture, épiciers…) vendent au détail les produits.

(     Les grands magasins concurrencent les boutiquiers de la petite bourgeoisie avec une mise en scène de la marchandise dans un espace de vente, un accès direct aux produits et des prix fixés.      )

Salariat (p. 63) : Mode de rémunération par le salaire résultant d’un contrat de travail passé entre l’employeur et l’employé. Le salaire est le plus souvent versé de manière mensuelle au XX siècle. Patrons et membres des professions indépendantes ne sont pas salariés.

 

Graphiques linéaires 5 page 53 : Répartition des principales catégories socioprofessionnelles

Quels sont les autres emplois par lesquels se développe le salariat ?

_ Le développement du tertiaire conduit à une hausse du nombre de salariés :

* Les domestiques (cochers, cuisinières, bonnes…) occupent une part importante des emplois du tertiaire jusqu’au début du XX siècle. En effet employer des domestiques montre son appartenance à la bourgeoisie. (carte postale 2 page 63)

* L’industrialisation provoque aussi le développement des banques, commerces, administrations, etc… Aussi le nombre d’employés de bureau et de magasin, d’enseignants se multiplie.

 

Lire la suite

Cours 1ère Histoire : Croissance et mondialisation depuis 1850 (4)

17 Août 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

IV. Comment s’organisent les économies-monde successives ?

 

A. Comment le Royaume-Uni domine-t-il l’économie mondiale entre 1850 et 1914 ?

 

1. Comment s’organise l’économie monde britannique ?

 

Carte 1 page 20 : L’économie-monde britannique (1850-1914)

Question 1 page 21 : Comment expliquer la domination de l’Europe sur le monde à la fin du XIX et au début du XX siècles ?

_ L’Europe de la fin du XIX siècle domine le monde par sa puissance industrielle l’emportant sur les autre pays du monde qui, sauf les Etats-Unis et le Japon, sont en voie d’industrialisation ou en retard d’industrialisation.

 

Quels facteurs font du Royaume-Uni le centre de l’économie mondiale ?

_ Le Royaume-Uni, pays pionnier de l’industrialisation (invention du procédé Bessemer pour la production d’acier en 1855), dispose de nombreux atouts pour être le centre de l’économie mondiale au XIX siècle (économie-monde) :

* Il a un vaste Empire colonial sur tous les continents (« Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais » : un tiers de la superficie terrestre et 400 millions de personnes en 1914). La création du Commonwealth permet de garder des liens avec des colonies de peuplement (Australie et Nouvelle-Zélande, Canada…).

* De plus le Royaume-Uni dispose pour relier ses colonies et les autres territoires d’une grande puissance navale (la marine marchande britannique contrôle 60% du trafic mondial) avec des ports situés sur les principaux flux maritimes (Alexandrie à proximité du Canal de Suez percé en 1869, Le Cap en Afrique, Bombay en Inde…).

* Tous ces points permettent au Royaume-Uni de disposer d’un important commerce extérieur mondial facilité par sa politique de libre-échange. En 1860 ce pays concentre 53% de la production mondiale de fer et 25% des exportations alors qu’il ne représente que 2% de la population mondiale.

* Enfin, Londres est une capitale financière internationale (avec La City) assurant de nombreux investissements dans le monde : 930 millions aux Etats-Unis, 670 millions au Canada et en Amérique du Sud… En 1913 près de la moitié des capitaux investis dans le monde sont britanniques. La livre sterling est ainsi la monnaie internationale de référence à la fin du XIX siècle et jusqu’à la 1ère Guerre mondiale : la moitié des transactions internationales s’effectuent en livre sterling, indexé sur l’or.

Economie-monde (p. 21) : Système dans lequel un vaste espace acquiert, en raison de l’importance de ses échanges, une unité et une autonomie économique.

Commonwealth (p. 294) : Communauté créée en 1931 pour maintenir des liens entre le Royaume-Uni et ses anciennes possessions.

 

A partir de vos réponses à la question, réalisez un schéma explicatif simple de l’économie-monde britannique.

  Organigramme Economie-monde britannique

 

2. Pourquoi peut-on dire que l’Angleterre est l’atelier du monde au XIX siècle ?

 

Graphique linéaire 1 page 34 : La première nation industrielle du  monde

Question 1 page 35 : Montrez l’avance industrielle du Royaume-Uni au XIX siècle.

Le Royaume-Uni est la première et la plus importante nation industrielle dès 1820. Pays pionnier de l’industrialisation elle domine largement ses concurrents qui ne connaissent leur « décollage industriel » (take off) qu’en 1860 et ne parviennent pas à la concurrencer de façon significative avant 1900.

 

Question 2 page 35 : Qu’est-ce qui marque son déclin au début du XX siècle ? Quels pays sont ses principaux concurrents ?

Le déclin de la puissance industrielle du Royaume-Uni est visible dans le passage d’un statut de quasi monopole de production de houille (charbon destinée à l’industrie pour les machines à vapeur, la fabrication de l’acier…) à une concurrence de plus en plus vive. A partir des années 1900 le Royaume-Uni est largement dépassé par les Etats-Unis (en 1913 le Royaume-Uni produit 300 millions de tonnes de houille, et les Etats-Unis 500) et en passe d’être rattrapé par l’Allemagne vers 1913.

 

Dessin 3 page 34 : Le Crystal Palace de Londres, symbole de la modernité britannique

Question 3 page 35 : Décrivez ce document : comment le Crystal Palace rend-t-il compte de la modernité de l’économie britannique ?

_ En 1851 la première exposition universelle se tient à Londres et est l’occasion pour le Royaume-Uni de montrer la modernité de l’économie britannique et sa puissance industrielle. En effet le palais des expositions, le Crystal Palace, est construit avec les matériaux de la modernité industrielle : le fer et le verre.

* La technique de construction (assemblage d’éléments préfabriqués) montre au monde la supériorité technique des Britanniques.

* Mais les 5000 ouvriers édifiant le Crystal Palace recevaient un faible salaire et travaillaient  dans des conditions difficiles, illustrant ainsi les difficultés sociales des ouvriers au XIX siècle.

 

Pour en savoir plus : vous pouvez consulter les extraits du livre en ligne sur Goggle books :   les fiches 54 et 55 de 100 fiches d'histoire du XIX siècle par Sophie Kerignard (chapitre montée des antagonismes) : http://books.google.com/books?id=pIWUJejLnS0C&pg=PA182&hl=fr&source=gbs_toc_r&cad=4#v=onepage&q&f=false

 

 

 

B. Quelles sont les caractéristiques de l’économie-monde américaine ? (1914- années 1970)

 

1. Comment les Etats-Unis sont-ils devenus une « hyperpuissance » au XX siècle ?

 

Carte 2 page 20 : Après 1945, les Etats-Unis dominent le monde

Question 2 page 23 : Quelles évolutions se sont produites au XX siècle ?

Après la seconde guerre mondiale la guerre froide et la décolonisation fragmentent le monde en trois ensembles : les pays capitalistes développés avec à leur tête les Etats-Unis, le Bloc de l’Est communiste et dictatorial replié sur lui-même, les pays du tiers Monde en retard de développement.

_ Dès la première guerre mondiale la puissance (militaire, mais aussi industrielle et économique) des Etats-Unis s’affirme au détriment de celle de l’Europe. Avec la seconde guerre mondiale et la Guerre froide, les Etats-Unis deviennent la superpuissance du monde libre et capitaliste. La puissance militaire (navale, aérienne et nucléaire) et les alliances diplomatiques des Etats-Unis en font le dépositaire d’une grande force de contrainte dans le monde : le Hard Power (capacité d’influencer d’autres pays par des moyens militaires et économiques).

 

 

Texte 2 page 36 : Le plan Marshall, un outil de la puissance américaine

Question 3 page 37 : Quel est l’objectif du plan Marshall ? Montrez que ce plan permet l’affirmation de la domination économique et politique des Etats-Unis.

Le plan Marshall consiste dans le don ou le prêt par les Etats-Unis de 13 milliards de dollars en marchandises pour aider le continent dévasté par la seconde guerre mondiale à se reconstruire. Cela permet à l’Europe d’importer des produits américains pour se reconstruire. Cependant, ces dons sont aussi un moyen d’influencer la politique intérieure des Etats qui reçoivent ces dons, en particulier de les ancrer dans le Bloc de l’Ouest face au Bloc de l’Est communiste et totalitaire.

 

_ Les Etats-Unis joue le rôle de chef du monde libre et capitaliste. Au sortir de la seconde guerre mondiale le pays a été épargné par le conflit (contrairement aux autres pays industrialisés dévastés par la seconde guerre mondiale). Le pays possède 2/3 du stock d’or mondial en 1945 et réalise la moitié de la production industrielle au monde.

 

   

SUR LES ACCORDS DE BRETTON WOODS : (Site curiosphère)

accords de Bretton Woods http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/107374-reportage-bretton-woods-lhegemonie-du-dollar-americain

  ET fin du système de Bretton Woods (1971) : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/107375-reportage-15-aout-1971-la-fin-du-systeme-de-bretton-woods

 

 

 

2. Quelles sont les aspects de la puissance américaine dans le monde ?

 

Affiche publicitaire 5 page 37 : Un mode de vie qui s’exporte

Question 5 page 37 : Que nous apprend cette affiche sur l’influence des Etats-Unis dans le monde ?

L’affiche publicitaire montre que :

_ Dès les années 1960 en France et dans le monde le mode de vie américain (l’american way of life) s’est imposée comme référence et modèle. Des FMN comme coca-cola ou encore Mac Donald modifie les habitudes alimentaires et culturels des Français : le coca-cola et les sodas remplacent le vin, la restauration rapide (fast food) s’impose. On parle de coca-colonisation.

_ La société d’abondance des Trente Glorieuses voit l’américanisation des goûts et de la culture. La musique américaine (jazz, rock) est vendue par les Majors (sociétés de l’industrie musicale dominante pour la vente du disque). Ainsi s’exerce le Soft Power américain (puissance douce : capacité d’influencer indirectement un autre pays par l’attractivité culturelle, économique…).

 

Texte 3 page 37 : La puissance des firmes multinationales

Question 6 page 37 : Pourquoi et comment Neruda critique-t-il la puissance des FMN ?

_ De nombreuses critiques s’élèvent contre une mondialisation dominée par les Etats-Unis. Par exemple le poète et prix Nobel de littérature chilien Pablo Neruda critique dans son poème « La United Fruit Company » la FMN du même nom exploitant et dominant les économies d’Amérique latine comme des républiques bananières. En effet, les Etats-Unis ont une économie-monde continentale (avec des liens étroits avec ses voisins, en particulier le Canada et le Mexique) et transatlantique (avec l’Europe de l’Ouest).

 

 

 

SITE CURIOSPHERE : De l’invention du dollar à la dépression de 1929 : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/22-economie-geopolitique/107373-reportage-de-linvention-du-dollar-a-la-depression-de-1929

 

 Bretton Woods : l’hégémonie du dollar américain : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/22-economie-geopolitique/107374-reportage-bretton-woods-lhegemonie-du-dollar-americain

 

 

Carte 4 page 37 : Les Etats-Unis, pilotes de l’économie mondiale

+ Texte 2 page 36 : Le plan Marshall, un outil de la puissance américaine

+ Carte 2 page 20 : Après 1945, les Etats-Unis dominent le monde

Question 4 page 37 : A l’aide des documents et de la carte 2 page 20, montrez que le rayonnement américain est mondial.

_ Les Etats-Unis aident à la reconstruction des pays européens avec le plan Marshall mais aussi en créant des institutions mondiales dont le siège est sur leur territoire : FMI et BIRD

(Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement).

_ La puissance des Etats-Unis permet à celui-ci de fixer les nouvelles règles économiques mondiales avec les accords de Bretton Woods (1944) qui instaure le dollar comme nouvelle monnaie internationale, ou encore en créant en 1947 le GATT diminuant les droits de douane pour faciliter les échanges mondiaux.

FMI (p. 30) : (Fonds monétaire international) créé en 1944, il a pour objectif de veiller à la stabilité monétaire et financière. Il peut aider par des crédits des Etats en difficulté.

GATT (p. 30) : (Général Agrement on Tarrifs and Traid) Signés à Genève en octobre 1947 par 23 pays assurant à eux seuls 80% du commerce mondial, ces accords interdisent toute mesure visant à protéger les marchés nationaux. L’OMC a succédé au GATT en 1995.

 

A partir des connaissances tirées de vos réponses précédentes, réalisez un schéma explicatif simple de l’économie-monde américaine.

Organigramme Economie-monde américaine 

 

 

C. Pourquoi peut-on parler d’économie-monde multipolaire ? (années 1970 à nos jours)

 

 

Carte l'émergence d'un nouvel espace économique mondial

 

 

 

Question 2 page 39 : A l’aide des document et de la carte 3 page 21, distinguez les pôles qui dominent l’économie mondiale

            OU

Carte 3 page 21 : Au début du XXI siècle, une mondialisation multipolaire

+ Tableau chiffré 1 page 38 : Une ouverture croissante des économies sur le monde.

+ Graphique linéaire 4 page 39 : Un développement inégal à l’échelle du monde : l’évolution de l’IDH

Quels sont les principaux pôles économiques du XXI siècle ?

_ Les principaux pôles économiques du XXI siècle sont :

*  les pays du Nord et surtout ceux de la Triade (Etats-Unis, Japon, Union Européenne) sont les centres majeurs de la mondialisation.

* Des Etats continents (immense territoire et forte population) comme le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine (BRIC) forment d’importants centres de la mondialisation. Le Brésil exportateur de produits agricoles est qualifié de « ferme du monde », la Chine vendant ses produits manufacturés est qualifiés d’ « usine du monde » et l’Inde, en raison de ses services informatiques le « bureau du monde ». La Russie est un important exportateur d’hydrocarbures (pétrole et gaz).

* L’Asie occupe une place grandissante au sein de l’économie mondiale : à la Chine et aux dragons s’ajoutent désormais les pays émergents qualifiés de NPIA en Asie du sud et du sud-est.

* Les pays pétroliers du Proche et Moyen Orient occupent eux aussi une place croissante comme centres secondaires de la mondialisation (tourisme d’affaires à Dubaï, chaîne de télévision qatarie Al Jazeera…).

Triade (p. 38) : Expression qui désigne les trois pôles qui dominent le monde : Etats-Unis, Union européenne et Japon.

Dragons (p. 38) : L’expression désigne quatre pays d’Asie qui connaissent une forte croissance à partir des années 1960 : la Corée du Sud, Hong Kong, Singapour et Taïwan.

NPIA (p. 38) : (Nouveaux Pays Industrialisés d’Asie) : Pays d’Asie qui s’industrialisent rapidement à partir des années  1980 : Malaisie, Thaïlande, Philippines, Indonésie, Vietnam.

 

Extrait de reportage de radio-canada (du début jusqu’à 1’55 environ « temple de la mondialisation » ;   + 3’55 : « ils parlent tous l’anglais » jusqu’à  5’08 (9 à 10 000 dollars).

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2008/RDI2/TelejournalSurRdi200802112100_5.asx&epr=true

 

 

Comment s’explique la montée des puissances émergentes ? (exemple de l’Inde)

_ La ville de Bangalore abrite « la silicon valley indienne ». Les ingénieurs indiens sont anglophones, bien formés et coûtent moins cher que leurs équivalents occidentaux. Par exemple un ingénieur nord américain gagne en moyenne entre 45 et 50 000 dollars. Un ingénieur indien ne coûte qu’entre 9 et 10 000 dollars.

_ La montée des puissances émergentes et des pays ateliers s’expliquent par le faible coût d’une nombreuse main d’œuvre bien formée.

 

 

 

Question 3 page 39 : Montrez que tous les pays ne s’insèrent pas de la même façon dans la mondialisation et ne connaissent pas non plus le même développement.

OU

Quelle hiérarchie peut-on établir entre ces pôles économiques ? Quels espaces sont laissés en marge ?

_ Les crises du début du XXI siècle (crise des subprimes en 2007, de la dette publique en 2011) et la montée des Etats émergents bouleversent la hiérarchie économique pour créer un monde multipolaire :

* Les Etats-Unis reste une grande puissance économique (performance des FMN américaines, dollar monnaie de référence, industries de haute technologie (Silicon Valley) avec l’informatique, l’aérospatiale). (   Le pays est fragilisé par les crises et la dégradation de sa note souveraine par les agences de notation pour emprunter (août 2011)    )

* L’Union européenne et le Japon ont un poids économique important (le PIB total de l’UE est équivalent à celui des Etats-Unis) mais leur population est vieillissante (22,6% de la population japonaise en 2010 à plus de 65 ans). La crise économique de 2008 les a sévèrement affecté, alors que le Japon a connu une faible croissance depuis 1992.

* La Chine est devenue en 2010 la deuxième puissance économique du monde devant le Japon. Depuis son ouverture au capitalisme la Chine bénéficie d’une croissance de 10% par an en moyenne de 1990 à 2004. Le pays est le premier exportateur mondial de marchandises en 2009.

_ L’affirmation des BRIC est révélatrice de l’éclatement du Sud entre pays émergents et pays en développement :

* Les pays du BRIC (parfois du BRICS lorsqu’on ajoute l’Afrique du Sud) se caractérisent par une croissance économique rapide leur PIB cumulé représentait 23,8% du total mondial en 2009. Des firmes originaires des BRIC investissent dans les pôles de la Triade. Ces pays émergents apparaissent comme les nouveaux moteurs d’une économie qui devient multipolaires.

* Les NPIA et les pays pétroliers obtiennent d’importants revenus permettant de développer leur pays, en devenant un pays atelier ou en exportant l’or noir.

* Au contraire, les PED (Pays en développement) et PMA (Pays les moins avancés, essentiellement en Afrique) sont mal intégrés à la mondialisation.

Monde multipolaire (p. 38) : Monde dans lequel plusieurs pôles – l’expression peut désigner des pays ou des régions plus ou moins vastes – ont l’ambition de peser d’un poids à peu près égal dans les échanges économiques et dans les relations internationales.

 

A partir des connaissances tirées de vos réponses précédentes, réalisez un schéma explicatif simple de l’économie-monde multipolaire

  Organigramme-Economie-monde-multipolaire-copie-1.jpg

 

Lire la suite

Cours 1ère Histoire : Croissance et mondialisation depuis 1850 (3)

17 Août 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

III. Quels sont les nouveaux cadres de pensée liés à la croissance ?

 

Partager la classe en trois groupes de travail pour répondre à partir du manuel aux trois questions sur les courants de pensées.

Lire les pages 32 et 33 du manuel et répondre aux questions suivantes :

 

Lire le chapitre A et B page 32 du manuel + la biographie d’Adam Smith

1. Qu’est-ce que le libéralisme ?

_ Le libéralisme est une idéologie élaborée par Adam Smith (p. 32) dominante dans les mentalités du XIX à nos jours. Ce courant de pensée propose comme modèle le capitalisme, le libre-échange  et une faible intervention de l’Etat dans l’économie.

_ L’économiste britannique David Ricardo (1772-1823) pense ainsi que la croissance du commerce international peut assurer à tous les pays la prospérité. Il est en conséquence partisan du libre-échange. Il expose ses idées dans Des principes de l’économie politique et de l’impôt en 1817.  

Idéologie (p. 24) : Idéologie qui prône la liberté d’entreprendre et la limitation du rôle de l’Etat dans l’économie afin d’assurer l’enrichissement général.

Adam Smith (p. 32) : (1732-1790) Philosophe et économiste écossais, considéré comme le fondateur de la science économiste moderne, son ouvrage Recherches sur la nature et les causes de la richesse des Nations (1776) nourrit la pensée libérale tout au long du XIX siècle.

Capitalisme (p. 27) : système économique qui repose sur la propriété privée des moyens de production et d’échange, avec pour finalité la recherche du profit.

 

Lire le chapitre A et B pages 32-33 du manuel + biographies de Karl Marx et John Keynes

2. Quels courants de pensée dénoncent les dérives ou les abus du capitalisme ?

_ Les inégalités sociales provoquées par le capitalisme suscitent des courants de pensée désireux de réformer ou de supprimer le capitalisme :

* S’opposant au libéralisme le marxisme est inspiré des théories de Karl Marx et Friedrich Engels. Il imagine une lutte des classes entre riche bourgeoisie et prolétariat (p. 199) se terminant par une révolution instaurant la dictature du prolétariat et l’abandon du capitalisme au profit d’une société communiste égalitaire. Les moyens de production appartiendrait aux prolétaires.

* Les propositions de reformer le capitalisme pour en supprimer les excès par des lois sociales viennent des socialistes comme le dirigeants de la SFIO Jean Jaurès (1859-1914) ou Léon Blum (1872-1950).

* Le syndicalisme ouvrier (syndicats CGT (confédération générale des Travailleurs par exemple) désire améliorer les conditions de travail et de rémunération des ouvriers.

* Le keynésianisme a une grande influence à partir du milieu du XX siècle. Les théories de John Maynard Keynes réconcilient le libéralisme et l’intervention de l’Etat dans l’économie. L’Etat doit agir de façon à relancer l’économie et la consommation, aider les chômeurs, etc…

Marxisme (p. 33) : courant intellectuel réclamant des idées économiques et politiques de Karl Marx et Friedrich Engels. Il se fonde sur la théorie de la lutte des classes.

Karl Marx (p. 33) : (1818-1883) Brillant intellectuel allemand, socialiste engagé, Karl Marx devient avec  Friedrich Engels un grand théoricien du socialisme. Dans le Manifeste du Parti communiste (1848), ils proposent une transformation radicale de la société et l’abandon du capitalisme.

Prolétariat (p. 199) : Les membres les plus pauvres de la société, qui n’ont que leur de travail pour vivre ; prolétaire s’oppose à capitaliste. Pour les communistes, ce terme désigné plus globalement la classe ouvrière.

Léon Blum (p. 388) : (1872-1950) : Homme politique français, il s’engage en politique au moment de l’affaire Dreyfus. En 1920, au moment du Congrès de Tours, il choisit de rester à la SFIO alors que la majorité de ses membres part fonder le parti communiste. Il ets l’un des principaux dirigeants de la SFIO et occupe à trois reprises la présidence du Conseil (en 1936-37, en 1938 et en 1946). Les réformes qu’il fait adopter quand il dirige le gouvernement du Front populaire marquent de réelles avancées sociales. Arrêté en 1940, il est jugé par le régime de Vichy lors du procès de Riom et livré aux nazis pour être déporté en Allemagne de 1943 à 1945.

John Maynard Keynes (p. 33) : (1883-1946) Economiste britannique (Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, 1936) et acteur important de l’économie, il a notamment participé à la mise en place du système de Bretton Woods en 1944.

 

Lire le chapitre C page 33 du manuel + biographies de Karl Marx et John Keynes

3. Par qui et pourquoi la mondialisation est-elle critiquée aujourd’hui ?

_ À partir de 1980 la mondialisation est critiquée par le mouvement de l’altermondialisme.

* Les altermondialistes remettent en cause les anciens modèles de croissance créateurs d’inégalités sociales (catégories sociales comme les paysans du Sud…) et spatiales (pays pauvres comme les pays les moins avancés en Afrique).

*  La société de consommation est également accusée de provoquer pollutions et gaspillage de ressources

* Les firmes multinationales et les spéculateurs boursiers sont aussi accusés d’instaurer un système économique où la dérégulation financière leur permettent de s’enrichir en dehors de toute éthique morale (crise de 2008, scandales des enfants employés par Nike).

Mondialisation (p. 21) : phénomène qui se caractérise par l’accroissement et l’internationalisation des échanges de tous ordres (marchandises, services, capitaux, informations, personnes).

Altermondialisme (p. 32) : Mouvement hétérogène qui entend promouvoir une autre mondialisation, plus soucieuse des équilibres sociaux et écologiques et plus juste envers les pays du Sud.

Dérégulation financière (p. 32) : absence de règles définies visant à contrôler les marchés financiers.

 

Quelles sont les solutions proposées par les altermondialistes ?

_ La remise en cause des modèles de croissance anciens et de la société de consommation s’accompagnent de propositions pour d’autres politiques :

* Le développement durable : cet autre modèle de développement connaît un succès grandissant au début du XXI siècle. Il propose de réaliser une croissance en prenant mieux en compte les besoins des populations et en respectant l’environnement.

* Les économistes de la décroissance (ou « objecteurs de croissance ») : Dès 1968 le Club de Rome demande à chercheurs du MIT des rapports sur les conséquences des politiques économiques et industrielles. La croissance économique est accusée de causer pollutions et la pénurie de matière première, de détruire les écosystèmes. Les économistes de la décroissance proposent de réduire les dépenses énergétiques, de relocaliser les activités économiques de façon à réduire l’empreinte écologique ; au plan individuel ils proposent une démarche de simplicité volontaire.

 

Développement durable (p. 32) : Notion définie en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement : « Développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. »

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours 1ère Histoire : Croissance et mondialisation depuis 1850 (2)

17 Août 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

II. Quels sont les moteurs de la croissance sur la longue durée ?

 

          A. Quel est le rôle des structures économiques ?

 

                        1. Quel est le rôle des innovations technologiques ?

 

Rappel début de chapitre

 

 Lien explosion des flux maritime depuis 1960 (4 min 35) : http://www.dailymotion.com/video/xmbrdv_l-explosion-des-flux-maritimes-depuis-1960_news#

 

 

Tableau 1 page 22 : Les innovations au cœur de la croissance

Quel est le nombre d’innovations en rapport avec les transports ? En quoi est-ce important ?

_ Dès 1879 le moteur d’automobile et le caoutchouc synthétique sont inventés. Les innovations se succèdent rapidement pour perfectionner les moyens de transports rapides : pneumatique en 1888, démarreurs électriques pour automobiles en 1905. L’avion est de son côté élaboré en 1890.

           

_ Dès la seconde phase d’industrialisation les innovations technologiques sont à l’origine de la création de nouveaux produits commercialisables. Les produits sont diffusés plus rapidement et plus massivement auprès des consommateurs grâce à l’essor des transports rapides : trains à vapeur, puis camions…

 

 

 

 

Liens : Trente Glorieuses (4 min 47):

http://www.dailymotion.com/video/xhpiww_les-30-glorieuses_news#

Quelques produits des Trente Glorieuses (4 min 26):

http://www.dailymotion.com/video/xcikb3_les-trente-glorieuses-a-travers-que_news#

 

 

Texte 3 page 29 : Le temps de l’abondance

Question 3 page 29 : Relevez les innovations évoquées dans ce texte. En connaissez-vous d’autres qui ont marqué cette période ?

_ La croissance des Trente Glorieuses est alimentée par de nombreuses innovations qui ont transformé le mode de vie de la « génération bénie » (Jean Boissonnat) :

(        * dans le secteur des transports rapides : automobiles, avion à réaction Concorde ; dans le secteur de la distribution avec les hypermarchés ; dans le secteur pharmaceutique et social avec la diffusion de la pilule contraceptive ; dans le secteur des loisirs et communication avec la télévision, le portable…     )

_ Des produits sont symboles de cette société de consommation : le réfrigérateur, la télévision, le four et l’automobile.

_ On parle parfois de troisième révolution industrielle avec comme innovations majeures  l’énergie nucléaire, l’aérospatiale et Internet.

 

Texte 3 page 29 : Le temps de l’abondance

+ Texte 5 page 29 : La tertiarisation des économies en Europe de l’ouest

Question 5 page 29 : Montrez que les mutations technologiques et les transformations de la population actives sont liées.

_ Les mutations technologiques des Trente Glorieuses sont à l’origine d’une transformation de la population active avec le déclin du secteur primaire (agriculture, pêche) et le développement du secteur des services.

_ La tertiarisation de la société en Europe de l’ouest est visible en particulier avec l’augmentation du nombre de chercheurs et ingénieurs : il passe en Grande-Bretagne de 50 000 en 1921 à 480 000 en 1966.

 

Tertiarisation (p. 28) : Economie dans laquelle le secteur tertiaire – celui des services aux personnes et aux entreprises – occupe une place grandissante.

 

 

                        2. En quoi les transformations des modes de productions permettent-elles la croissance ?

 

Tableaux statistiques 4 page 23 : L’automobile : une production en série pour un marché de masse.

Question 6 page 23 : Comment évoluent la production et la consommation automobile ?

_ Le nombre d’automobiles construites augmente fortement, par exemple la célèbre Ford T (1908) produites en série à un coût abordable. De nouvelles catégories de consommateurs apparaissent, alimentant le processus de croissance en créant la société de consommation.

 

 

Extrait du Film de Charlie Chaplin Les temps modernes

http://www.youtube.com/watch?v=47JCfISFqQc

 

OU      http://www.dailymotion.com/video/x269ib_modern-times-he-s-crazy_creation

OU      http://www.dailymotion.com/video/x2oxw8_chaplin-with-a-spanner-set-modern-t_fun

 

OU

 

Photographie 2 page 26 : Le travail à la chaîne

 

 

Quelles sont les causes de cette augmentation de la production automobile ?

_ De nouveaux modes de productions nés aux Etats-Unis (taylorisme et fordisme) augmentent très fortement la productivité. L’OST est née dans l’industrie automobile avec le travail à la chaîne crée par l’ingénieur Taylor.

Productivité (p. 27) : Mesure du rapport entre la production de biens et la quantité de facteurs de production utilisés pour produire ces biens (par ex. le capital et le travail).

OST (p. 27) : (organisation scientifique du travail) Ensemble des moyens et des procédés mis en œuvre dans les usines afin d’augmenter la production et la productivité. L’OST est née dans l’industrie automobile américaine au tout début du XX siècle, avant de connaître un large succès durant tout le siècle.

Taylor (p. 393) : Ingénieur américain. Il met au point à la fin du XIX siècle un système d’organisation scientifique du travail (OST). Il cherche à améliorer la productivité du travail en rationalisant la production (décomposition et mesure du travail, recours à la machine…). L’OST est souvent appelé « taylorisme ».

 

         3. Comment les marchés ont-ils été transformés par la société de consommation ?

 

Affiche publicitaire 3 page 23 : La société de consommation

Question 7 page 23 : Décrivez l’affiche. Quels arguments sont mobilisés pour vendre les automobiles Ford ? Pourquoi peut-on dire que le fabricant s’adresse au plus grand nombre ?

_ Le constructeur d’automobile américain Henry Ford (1863-1947) utilise la publicité pour inciter à acheter ses voitures en utilisant des arguments économiques : la Ford T produite en série a un coût de fabrication diminuée, il peut donc vendre à un prix réduit et s’adresser à un plus grand nombre de consommateurs : des salariés comme par exemple ses propres ouvriers. La voiture n’est plus un produit de luxe réservé aux seuls notables.

_ Par la publicité et des prix abordables des produits de nouveaux marchés de consommation se sont ouverts et étendus à un plus grand nombre de personnes.

 

Texte 2 page 28 : Le triomphe de la société de consommation

Question 6 page 29 : Comment ces documents rendent-ils compte du triomphe de la société de consommation ?

_ Avec les Trente Glorieuses la consommation de masse s’est généralisée. Des « temples de la consommation » sont apparus avec les hypermarchés de grands groupes comme Carrefour et Casino en France, Wal Mart aux Etats-Unis, qui ont remplacé les épiceries et les boutiquiers.

_ L’automobile, en permettant un déplacement individuel à distance, a permis ce changement dans les pratiques de consommation.

 

 

(   document d’illustration

 

De nouveaux marchés favorisent la croissance économique

 

 

)

 

B. Quel est le rôle des acteurs de la croissance ?

 

            * Qui sont les acteurs de la croissance ?

 

- Banques et Etats, institutions internationales

 

Organigramme 5 page 23 : Le groupe bancaire du Crédit lyonnais en 1880

 Question 4 page 23 : Quels types d’activités le Crédit lyonnais finance-t-il ?

Le Crédit Lyonnais collecte l’épargne des Français et utilise cet argent pour réaliser des investissements. Ainsi, directement ou indirectement elle dirige ou contrôle partiellement des entreprises de plusieurs types : assurances (Le Monde, La Paternelle), travaux publics (société égyptienne de travaux publics), des entreprises de constructions mécaniques, des eaux et éclairages (Lyonnaise des Eaux et de l’Eclairage) et surtout de nombreux crédits fonciers (en France, Algérie, Egypte).

 

Question 5 page 23 : Pourquoi les banques sont-elles indispensables à la croissance ?

Les banques sont nécessaires à la croissance car elles fournissent les investissements dont on besoin les industriels et entrepreneurs pour réaliser leurs projets.

 

Affiche publicitaire 4 page 29 : L’essor du Crédit

Question 7 page 29 : Décrivez et expliquez le sens de cette affiche. Quelle pratique économique encourage les consommateurs à acheter ?

* L’affiche de 1966 se décompose en deux parties : la partie supérieure figurant la projection dans l’avenir montre la maison rêvée par un jeune couple. La partie inférieure comporte des rubriques écrites dans différentes tailles mais mettant en valeur le nom de la Société Générale. La forme de l’encadré blanc fait penser à une pierre, la première à poser pour édifier la maison, comme l’indique le texte « construisez pierre à pierre votre maison… »

* Le sens de l’affiche est d’inciter les personnes à souscrire un « prêt bancaire », donc un crédit, auprès de la Société Générale qui a une « convention avec l’Etat ». En effet le taux réduit du prêt à crédit est possible grâce à l’aide de l’Etat. Le texte indique que l’Etat intervient en passant des conventions et aussi car l’épargne-logement est « net d’impôt ».

 

_ Les Banques d’affaires et les sociétés d’investissements permettent de financer la création d’entreprises et des projets industriels. Elles achètent pour cela des actions d’une société anonyme en contrepartie d’actions (parts de l’entreprise) et reçoivent des dividendes (part des bénéfices) de l’entreprise.

_ De plus les banques de dépôt permettent aux particuliers, en particulier à partir des Trente Glorieuses, de bénéficier d’emprunt permettant d’acheter à crédit.

Société anonyme (p. 27) : Société dont le capital est divisé en actions (il s’agit de parts) librement négociables.

 

* L’Etat et les institutions internationales (OMC) donnent un cadre de lois pour favoriser la croissance, pour faire respecter les règles de la concurrence. L’Etat peut favoriser la croissance en accordant des aides (exemple : en France pour les particuliers l’épargne logement, des facilités fiscales ou des subventions pour les entreprises, etc…

 

 

- Entreprises

 

Extrait d’un reportage sur le Bibendum de Michelin :

 

http://www.dailymotion.com/video/x6xm8k_michelin-une-vente-gonflee_auto

0’50 à 2’25 : Guide Michelin (origine, gastronomie et tourisme) : Michelin a crée ces guides pour que les notables se déplacent et ne restent pas dans leur villes (donc qu’ils usent des pneus).

A partir de 3’35 : Evolution de Bibendum, le symbole publicitaire de Michelin : Au départ il est gros et fume des cigares comme les notables clients de Michelin, puis il évolue en fonction de l’époque et de la clientèle…

 

 

Lien sur l'histoire de Perrier :  http://www.perrier.com/FR/entrezbulle/rubrique141.asp

 

OU

 

Question à poser aux élèves : citer les entreprises ou des institutions qui permettent la croissance de l’économie.

 

_ Les acteurs de la croissance sont nombreux et interviennent dans plusieurs domaines :

* pour la fabrication de marchandises : ce sont les entreprises depuis les petites et moyennes entreprises (PME) jusqu’aux Firmes Multinationales présentes dans plusieurs pays comme Loréal pour les cosmétiques, Michelin pour les pneus, Ford pour les automobiles…

- Exemple : la Firme Michelin est créé en 1899 par les frères André et Edouard Michelin à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme. Michelin est aujourd’hui l’un des plus importants fabricants de pneus au monde. L’entreprise est symbolisée par le bonhomme Bibendum. Elle est implantée dans 19 pays en 2010.

Firme multinationale (p. 36) : grande entreprise qui possède ou contrôle plusieurs filiales de production dans plusieurs pays.

 

 

Schéma de synthèse

 

 

Lire la suite

Cours 1ère Histoire : Croissance et mondialisation depuis 1850 (1)

17 Août 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

CROISSANCE ET MONDIALISATION DEPUIS 1850

 

5 heures                                                          Manuel Nathan Côte 2011

 

Introduction : De 1850 à nos jours la croissance économique a profondément transformé les sociétés, créant des économies-monde exerçant une influence mondiale (Royaume-Uni au XIX siècle, Etats-Unis ensuite, Triade et Etats émergents comme la Chine aujourd’hui).

            Les mutations des sociétés ont été majeures. La population active, par exemple en France, a reflété ses bouleversements, passant de l’artisan à l’ouvrier, puis de l’ouvrier à l’employé dans le secteur des services. La société française a été modifiée également dans sa composition du fait de l’immigration au XX siècle.

 

Problématique : 1) Quelles sont les différentes phases et les caractéristiques de la croissance économique du milieu du XIX siècle jusqu’à nos jours ?

2) Autour de quels pôles mondiaux ces différentes phases de la croissance se sont-elles structurées ?

 

 

Images disponibles sur le site :

http://www.histgeographie.com/croissance_et_mondialisation_depuis_1850.ws

  

I. Quelles sont les différentes phases de la croissance économique de1850 à nos jours ?

 

A. Quels sont les cycles successifs de croissance ?

 

 

Organigramme-industrialisation-demarrage-economique.jpg 

 

 

Fiche documents : Les grandes phases de la croissance économique

 

OU

 

Frise chronologique : haut de la page 19

 

A partir de vos connaissances et de la frise chronologique page 19 (+ tableau 1 a page 22 : les innovations au cœur de la croissance), réaliser une courbe simplifiée des phases de croissance et de dépression.

 

 

Frise phases de croissance et dépression

1. Quelles sont les grandes phases de la croissance économique ?

2. Sur quelles productions la croissance économique repose-t-elle ?

 

_ La croissance économique est forte de 1850 à nos jours. Mais elle connaît différentes phases, avec des alternances de cycles de croissance et de dépression. 

* 1848-1873 : une première phase d’industrialisation (parfois nommée 1ère révolution industrielle) est basée sur le charbon et la vapeur, le textile, la métallurgie. Elle a donné naissance aux pays noirs (régions d’extraction du charbon comme le Pays de Galles, le Nord-Est de la France…).

* 1896-1929 : la seconde phase d’industrialisation (2e révolution industrielle) repose sur l’électricité, la chimie et la production automobile mais aussi le pétrole et l’avion ainsi que la mécanique.

* 1945-1973 : La période des Trente Glorieuses (expression de Jean Fourastié en 1979) est celle d’une forte croissance (plus de 5% dans les pays occidentaux, 10% au Japon) liée à la société de consommation, avec la diffusion de biens d’équipement des ménages (produits blancs des appareils ménagers comme le réfrigérateur, le four ; les produits gris de l’électronique et de l’audiovisuel : téléviseur…).

* de 1973 -1990 : Après les chocs pétroliers la croissance dépressive est une période de montée du chômage mais de pouvoir d’achat élevé dans les pays développés. On parle parfois de « Trente Piteuses » après 1973 avec la désindustrialisation et les délocalisations.

* 1990-2008 : le développement d’Internet a été le moteur de la Net économie. Mais la spéculation financière est à l’origine d’une crise majeure en 2008.

Croissance économique (p. 27) : Augmentation durable de la production et des profits.

Dépression (p. 27) : Mouvement de longue durée durant lequel la croissance ralentit, les profits baissent et le chômage s’installe durablement.

Industrialisation (p. 27) : processus d’extension et d’intensification des activités industrielles durant lequel la production industrielle dépasse la production agricole.

Société de consommation (p. 27) : société dans laquelle la majeure partie de la population dispose d’un niveau de vie suffisant pour consommer de nombreux biens et services.

 

 

B. Comment la croissance est-elle affectée par des crises (guerres et crises économiques) ?

 

                        * Quelles sont les principales crises dans la croissance mondiale ?

 

Frise chronologique page 19

Observez la frise chronologique : quels évènements sont des tournants majeurs, mettant fin à l’économie monde britannique et à l’économie monde américaine ?

_ Des crises graves constituent des tournants dans l’économie mondiale : ainsi, le Krach boursier de 1929 est suivi par une période de dépression économique puis par la seconde guerre mondiale ; en  1973 et 1979 le 1er et 2e chocs pétroliers inaugurent une longue période nommée « croissance dépressive ».

Crise économique (p. 395) : retournement de la conjoncture qui interrompt la phase de croissance.

 

 

* Comment une crise peut-elle entraîner une dépression : l’exemple de la Grande Dépression (1873-1896) ?

 

_ La première crise importante est celle du 9 mai 1873 lorsque la bourse de Vienne s’effondre. Plusieurs banques d’affaires chutent à leur tour, entraînant le reste de l’économie dans la Grande Dépression (1873-1896).

 

(  document d’illustration

 

 

* Quels sont les mécanismes d’une crise : l’exemple de la crise de 1929 ?

 

 

Texte 1 page 24 : Panique à Wall Street : le « jeudi noir »

Question 1 page 25 : Où et comment la crise est-elle née ?

_ La crise de 1929 est née à la Bourse de Wall Street, à New York, à la suite d’un Krach boursier, c’est-à-dire de l’effondrement des cours des actions.

_ Le « jeudi noir » du 24 octobre 1929 la « bulle spéculative » éclate entraînant la ruine des actionnaires qui retirent leur argent des banques. La crise provoque alors la faillite des banques. Les consommateurs ruinés n’achètent plus ce qui propage la crise au secteur industriel et agricole, provoquant fermeture d’usines et chômage. Les Etats-Unis retirent leurs capitaux d’Europe ce qui étend la crise à l’Europe et au monde.

 

Extrait de : Archives Gaumont Pathé - Le journal de l'année 1933

 

http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/107363-reportage-crise-de-1929-du-krach-boursier-au-new-deal

 

Résumé :

24 octobre 1929 à Wall Street : c’est le krach financier. Le président Hoover affirme la prospérité alors qu’on ne voit que des chômeurs. 1932 est l’année la plus sombre : les américains redécouvrent les soupes populaires. Franklin Roosevelt est élu le 8 novembre 1932. Il met en place un programme économique novateur : le New Deal et relance l’activité par une politique d’investissements publics dans tous les domaines

 

OU

 

SITE TV5 MONDE : http://www.tv5.org/TV5Site/webtv/video-6631-Le_24_octobre_1929_a_Wall_Street_les_Etats_Unis_sombraient_dans_le_jeudi_noir.htm

 

Texte 4 page 25 : Une solution à la crise : le New Deal

Question 6 page 25 : Quelles solutions sont envisagées pour sortir de la crise ?

_ Le New Deal ou nouvelle voie est une politique de redressement économique lancée de 1933 à 1938 par le président américain Franklin Delanoë Roosevelt.

_ Les solutions proposées pour sortir de la dépression sont de faire intervenir l’Etat dans l’économie :

* retour à l’emploi par des embauches et des investissements de l’Etat (avec une politique de grands travaux comme la construction de barrages, etc…)

* soutenir les couches les plus pauvres de la population comme les agriculteurs (cf. les raisins de la colère de John Steinbeck) en réduisant la production pour faire remonter les cours, en distribuant des subventions par l’AAA (l’Agricultural Adjustment Act).

* réforme des marchés financiers (réouverture des banques après examen par l’Etat de leur solvabilité, garantie des dépôts dans la limite de 5000 dollars par déposants…).

_ Le président Roosevelt s’inspire pour le New Deal des idées de l’économiste John Maynard Keynes.

Franklin Delanoë Roosevelt (p. 392) : (1882-1945) Elu président des Etats-Unis en 1932, il entreprend pendant la période de dépression des années 1930 de grandes réformes économiques dans le cadre du New Deal. Très populaire, il est réélu en 1936, 1940 et 1944. Il engage son pays dans la guerre après l’attaque de Pearl Harbor en 1941 et participe activement à l’après-guerre par sa présence aux conférences de Téhéran (1943) et Yalta (1945).

John Maynard Keynes (p 33) : (1883-1946) Economiste britannique (Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, 1936) et acteur important de l’économie, il a notamment participé à la mise en place du système de Bretton Woods en 1944.

 

(   Document d’illustration

 

 

 


Graphiques linéaires 2 page 24 : Les conséquences de la crise de 1929

Question 2 page 25 : Montrez qu’il s’agit d’une crise mondiale. Comment se manifeste-t-elle ?

* La crise est mondiale car elle affecte des pays de trois continents différents : Etats-Unis d’Amérique ; Japon en Asie ; Allemagne, Royaume-Uni et France en Europe. Ces deux derniers pays étant à la tête d’un vaste Empire colonial de part le monde…

* La crise se manifeste par un effondrement de la production industrielle : par exemple de 40 points pour les Etats-Unis et l’Allemagne entre 1929 et 1932. Le taux de chômage augmente très fortement : jusqu’à plus de 20% pour les Etats-Unis !

 

Question 3 page 25 : Quelle année apparaît comme la plus difficile ?

L’année 1932 est la plus difficile car la production industrielle est au plus bas (-40 points par rapport à 1929 aux Etats-Unis) et le chômage est le plus élevé aux Etats-Unis, Allemagne et Royaume-Uni.

 

Question 4 page 25 : Tous les pays connaissent-ils le même parcours dans cette crise ?

La crise n’affecte pas de la même façon les différents pays. Les pays le plus touchés dans les premières années de la crise sont les Etats-Unis et l’Allemagne avec les plus forts reculs de la production industrielle et la plus haute montée de chômage. Le taux de chômeurs reste élevé aux Etats-Unis et Royaume-Uni…

 

)

 

 

 

                        * Quelles sont les crises contemporaines ?

 

 

Frise chronologique animée

http://missiontice.ac-besancon.fr/hg/SPIP/spip.php?article38

 

Quelles sont les crises après les Trente Glorieuses et leurs conséquences ?

_ Avec le 1er (1973) et le 2e choc pétrolier (1979) la période des Trente Glorieuses prend fin. La période suivante est celle de la « croissance molle » aussi appelée « Trente Piteuses » caractérisées par la désindustrialisation, des délocalisations d’usines, mais aussi par le chômage massif qui remplace le plein emploi, la montée de l’exclusion avec de nombreux travailleurs pauvres (emplois précaires, femmes à temps partiels seules avec enfants, jeunes actifs sans diplômes…).

 

 

  Organigramme Crise des années 1930 et crise contemporaine

 

Lien graphiques Monde diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/crisedette

 

 

« Le 15 septembre 2008 restera au capitalisme mondialisé ce que furent le Jeudi Noir d’octobre 1929 pour l’Etat minimal ou le 11 septembre 2001 pour l’après-Guerre froide : l’écroulement d’un monde et le basculement dans l’inconnu. Au-delà de la crise la plus dangereuse depuis la déflation des années 1930, la mondialisation traverse une révolution. Révolution économique avec la fin du cycle néolibéral qui débuta à la fin des années 1970[…]. Révolution géopolitique avec le basculement de la hiérarchie des nations et des continents, placée sous le signe du déclin relatif de l’Occident et des Etats-Unis d’une part, le rattrapage accéléré des nouvelles superpuissances du Sud d’autre part. Révolution politique avec le défi d’imaginer des institutions et des règles pour la mondialisation […]. Révolution intellectuelle avec l’effondrement de nombre de croyances et de principes qui ont structuré l’histoire des dernières décennies et qui se révèlent comme autant d’illusions […]. Hier encore triomphant, le capitalisme mondialisé se trouve en coma dépassé et placé en réanimation intensive par les Etats. »

            Nicolas BAVEREZ, Crises, chaos et fins de monde, Perrin, coll. « Tempus », 2009.

1. Dans quels domaines la crise financière de 2008 a-t-elle eu un impact ?

La crise financière de 2008 a des impacts dans de nombreux domaines :

- économique avec une dépression des économies inédite depuis 1930.

- géopolitique et politique : la hiérarchie des puissances économique set modifiée au profit du Sud dans le cadre de la mondialisation.

- intellectuelle : effondrement de principes de l’ultralibéralisme.

 

_ En 2008 l’éclatement de la bulle immobilière (crise des subprimes : spéculation des banques sur le remboursement des achats de maison à crédit) aux Etats-Unis et la montée excessive des prix des matières premières (produits agricoles, pétrole) a conduit à une crise mondiale, à des émeutes de la faim dans plusieurs pays (Mexique : révolte de la tortillas).

_ Plusieurs pays sont très fortement touchés comme l’Islande (crise financière majeure en 2008), l’Irlande avec le départ de sa jeunesse qualifiée mais sans emploi, la Grèce avec son très fort endettement public en 2010… La crise s’est élargie à la zone euro.

 

 

 

 

LA CRISE DE 2008

 

« Le 15 septembre 2008 restera au capitalisme mondialisé ce que furent le Jeudi Noir d’octobre 1929 pour l’Etat minimal ou le 11 septembre 2001 pour l’après-Guerre froide : l’écroulement d’un monde et le basculement dans l’inconnu. Au-delà de la crise la plus dangereuse depuis la déflation des années 1930, la mondialisation traverse une révolution. Révolution économique avec la fin du cycle néolibéral qui débuta à la fin des années 1970[…]. Révolution géopolitique avec le basculement de la hiérarchie des nations et des continents, placée sous le signe du déclin relatif de l’Occident et des Etats-Unis d’une part, le rattrapage accéléré des nouvelles superpuissances du Sud d’autre part. Révolution politique avec le défi d’imaginer des institutions et des règles pour la mondialisation […]. Révolution intellectuelle avec l’effondrement de nombre de croyances et de principes qui ont structuré l’histoire des dernières décennies et qui se révèlent comme autant d’illusions […]. Hier encore triomphant, le capitalisme mondialisé se trouve en coma dépassé et placé en réanimation intensive par les Etats. »

            Nicolas BAVEREZ, Crises, chaos et fins de monde, Perrin, coll. « Tempus », 2009.

1. Dans quels domaines la crise financière de 2008 a-t-elle eu un impact ?

 

 

LA CRISE DE 2008

 

« Le 15 septembre 2008 restera au capitalisme mondialisé ce que furent le Jeudi Noir d’octobre 1929 pour l’Etat minimal ou le 11 septembre 2001 pour l’après-Guerre froide : l’écroulement d’un monde et le basculement dans l’inconnu. Au-delà de la crise la plus dangereuse depuis la déflation des années 1930, la mondialisation traverse une révolution. Révolution économique avec la fin du cycle néolibéral qui débuta à la fin des années 1970[…]. Révolution géopolitique avec le basculement de la hiérarchie des nations et des continents, placée sous le signe du déclin relatif de l’Occident et des Etats-Unis d’une part, le rattrapage accéléré des nouvelles superpuissances du Sud d’autre part. Révolution politique avec le défi d’imaginer des institutions et des règles pour la mondialisation […]. Révolution intellectuelle avec l’effondrement de nombre de croyances et de principes qui ont structuré l’histoire des dernières décennies et qui se révèlent comme autant d’illusions […]. Hier encore triomphant, le capitalisme mondialisé se trouve en coma dépassé et placé en réanimation intensive par les Etats. »

            Nicolas BAVEREZ, Crises, chaos et fins de monde, Perrin, coll. « Tempus », 2009.

1. Dans quels domaines la crise financière de 2008 a-t-elle eu un impact ?

 

 

LA CRISE DE 2008

« Le 15 septembre 2008 restera au capitalisme mondialisé ce que furent le Jeudi Noir d’octobre 1929 pour l’Etat minimal ou le 11 septembre 2001 pour l’après-Guerre froide : l’écroulement d’un monde et le basculement dans l’inconnu. Au-delà de la crise la plus dangereuse depuis la déflation des années 1930, la mondialisation traverse une révolution. Révolution économique avec la fin du cycle néolibéral qui débuta à la fin des années 1970[…]. Révolution géopolitique avec le basculement de la hiérarchie des nations et des continents, placée sous le signe du déclin relatif de l’Occident et des Etats-Unis d’une part, le rattrapage accéléré des nouvelles superpuissances du Sud d’autre part. Révolution politique avec le défi d’imaginer des institutions et des règles pour la mondialisation […]. Révolution intellectuelle avec l’effondrement de nombre de croyances et de principes qui ont structuré l’histoire des dernières décennies et qui se révèlent comme autant d’illusions […]. Hier encore triomphant, le capitalisme mondialisé se trouve en coma dépassé et placé en réanimation intensive par les Etats. »

            Nicolas BAVEREZ, Crises, chaos et fins de monde, Perrin, coll. « Tempus », 2009.

1. Dans quels domaines la crise financière de 2008 a-t-elle eu un impact ?

 

Lire la suite

Cours 1ère Histoire : La politique nazie d'extermination (2)

26 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

III. Quel est le bilan de la persécution nazie des Juifs et des Tziganes ?

 

Tableaux chiffrés 1 page 294 : La destruction des Juifs d'Europe

Question 1 page 295 : Quels pays sont les plus frappés (doc. a) ?

_ Les pays les plus frappés par la politique nazie d'extermination des Juifs sont ceux d'Europe de l'Est. La Pologne comportait 3 200 000 juifs avant guerre. 3 000 000 soit 90% de la population juive a été exterminé. Cette proportion se retrouve pour les Etats Baltes (202 000 juifs tués) et pour l'Allemagne (120 000 juifs tués). En chiffre absolu les pays les plus touchés sont la Pologne puis l'URSS (700 000 victimes, soit 23% de la population juive). 

_ Les pays d'Europe de l'Est sont davantage frappés car ce sont des pays occupés directement (Pologne) ou en guerre (URSS). De plus, la volonté de conquête d'un "espace vital" à l'Est et la conception d'une croisade anticommuniste contre les judéo-bolcheviks accentuent les meurtres de juifs, par exemple avec les einsatzgruppen "groupes d'intervention" qui sont créés au printemps 1941 pour exécuter méthodiquement les Juifs. 

 

Question 2 page 295 : En quoi ce bilan met-il en évidence le projet de "solution finale" (doc. b) ?

_ Les massacres de Juifs et de Tziganes ne résultent pas de crimes de guerre, mais d'une volonté de destruction comme le montre l'importance de l'extermination en camp des Juifs (54% des morts juifs). Le camp d'Auschwitz avec 1000 000 de morts montre l'importance du gazage et du meurtre planifié dans la Shoah. Cependant, plusieurs méthodes de destruction des Juifs ont été employés : la mort dans les ghettos (800 000 victimes), l'exécution en plein air, souvent par des einsatzgruppen (1 300 000)... 

_ Au total ce sont plus de 5 000 000 de Juifs et 250 000 tziganes qui ont été exterminés par les nazis (les trois cinquièmes des Juifs d'Europe et le tiers de la population tzigane).

 

Question 3 page 295 : Quelle année marque un tournant (doc. c) ? Pourquoi ?

_ L'année 1942 marque un tournant dans la politique d'extermination juive car 2 700 000 juifs ont été exterminés cette année soit davantage que toutes les autres années. Cela correspond à la décision de la "solution finale" prise à la conférence de Wannsée et à la mainmise sur un grand nombre de Juifs après l'invasion de l'URSS. 

 

Texte 2 page 294 : La première défiition de "crime contre l'humanité"

Question 4 page 295 : Comment cette première définition de la notion nouvelle de "crime contre l'humanité" permet-elle de condamner les nazis?

_ Le Tribunal international de Nuremberg juge les criminels nazis  du 18 octobre 1945 au 1er octobre 1946. La barbarie nazie a provoqué un choc et besoin de réaffirmer la dignité de l’humanité à travers la déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, mais aussi la création de la notion de crimes contre l’humanité. Cette nouvelle notion permet d'ériger un tribunal affirmant siéger au nom de la conscience universelle.

 

Crime contre l'humanité (p. 286) : "Actes inhumains" et toutes les formes de persécution, notamment raciales, perpétrés contre les populations civiles. Ces crimes sont imprescriptibles.

 

 

1ère Fiche objectifs histoire n°11

 

LA POLITIQUE NAZIE D'EXTERMINATION

 

SAVOIR

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Comment se met en place l'extermination des Jufs et des Tziganes ?

                A. Quelles sont les conceptions raciales et idéologiques du nazisme ?

                B. Quelles sont les discriminations envers les Tziganes et les Juifs ?

II. Comment est organisé l'univers concentrationnaire ? (à différentes échelles)

                A. A l'échelle européenne ?

                B. A l'échelle des villes ?

                C. A l'échelle des camps ?

III. Quel est le bilan de la persécution nazie des Juifs et des Tziganes ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Antisémitisme (p. 330) : haine des juifs

Pogrom (p. 333) : émeute accompagnée de pillage er de meurtres dirigée, au départ dans l'empire russe, contre les communautés juives.

Aryaniser (p. 330) : confisquer une entreprise ou un commerce appartenant à un juif et le donner ou le vendre à un non-juif ou "Aryen". Sous l'impulsion des nazis, les différents Etats collaborateurs ont procédé à l'aryanisation.

Ghetto (p. 284) : Quartier où les Juifs étaient contraints de résider ; par extension, lieu où une moinorité se trouve séparée du reste de la population.

Shoah (p. 286) : Mot hébreu signifiant "anéantissement", qui désigne l'extermination des Juifs par les nazis.

Crime contre l'humanité (p. 286) : "Actes inhumains" et toutes les formes de persécution, notamment raciales, perpétrés contre les populations civiles. Ces crimes sont imprescriptibles.

 

3/ JE CONNAIS LA BIOGRAPHIE DE :

 

Heydrich (page 285) : (1904-1942)

 

4/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

 

Mars 1933 : Ouverture du camp de concentration de Dachau.

1er avril 1933 :  Boycott des boutiques et entreprises juives.

Nuit du 9 au 10 novembre 1938 : Nuit de Cristal, pogrom contre les magasins juifs.

15 septembre 1935 : Lois de Nuremberg.

30 janvier 1939 : Discours d'Hitler menaçant les Juifs d'extermination en cas de guerre.

2 octobre 1940 : Fondation du ghetto de Varsovie.

20 janvier 1942 : Conférence de Wannsee décidant de la "solution finale" d'extermination des Juifs.

Eté 1942 : Rafle de 310 000 Juifs dans le ghetto de Varsovie.

Avril à mai 1943 : Révolte du ghetto de Varsovie.

18 octobre 1945 au 1er octobre 1946 : Tribunal international de Nurembreg chargé de juger les criminels nazis.

 

 

SAVOIR FAIRE

5/ JE SAIS ANALYSER UNE CHRONOLOGIE

6/ JE SAIS REPONDRE A DES QUESTIONS SUR UN TEXTE

7/ JE SAIS ANALYSER UNE CARTE

8/ JE SAIS ANALYSER UN PLAN

9/ JE SAIS ANALYSER UN TABLEAU CHIFFRE

 

 

Lire la suite

Cours 1ère Histoire : La politique nazie d'extermination (1)

26 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

LA POLITIQUE NAZIE D'EXTERMINATION

 

Document d'accroche : Photographie pages 278-279 : Survivant du camp d'Auschwitz

Décrire la photographie : quel est le décor ? Quel est l'état de santé des personnages ? Quel est leur uniforme ?

(Attention : risque de reconstitution par les communistes)

* Décor : derrière des barbelés (privation de liberté, autrefois électrifiés pour empêcher l'évasion des déportés, moyen pour eux de se suicider)

* Etat de santé : personnages maigres

* uniforme rayé pour être reconnaissable. Certains, les "nuits et brouillards" avec une cible dans le dos.

 

Introduction : La politique raciste et antisémite nazie a provoquée l'extermination de plus de 5 millions de Juifs et 250 000 Tziganes.

 

Problématique : Comment l'Allemagne, pays de culture, a pu organiser de façon industrielle et méthodique la mise à mort de millions de personnes pour leur origine religieuse ou ethnique ?

 

I. Comment se met en place l'extermination des Jufs et des Tziganes ?

 

            A. Quelles sont les conceptions raciales et idéologiques du nazisme ?

 

Catalogue des insignes des déportés page 283

Quelles sont les différentes catégories de déportés ?

_ L'idéologie raciale nazie conduit à la persécution de nombreuses catégories de personnes :

*  pour leurs opinions politiques (triangle rouge : politiques comme les communistes ; triangle noir : associaux c'est-à-dire anarchistes),

* pour des délits et des crimes de droit commun (triangle vert : voleurs, violeurs, criminels...). Ils deviennent souvent kapos, des détenus encadrant les autres ayant tous les droits sur eux.

* des apatrides (triangle bleu : personnnes sans nationalités : comme après la disparition des Etats baltes, de la Pologne...),

* pour leurs croyances religieuses (triangle violet : bibelforscher ou témoin de Jehovah),

* pour leur origine religieuse ou ethnique (étoile jaune : les juifs ; triangle marron : les tziganes).

 

Quelles catégories n'apparaissent pas ? Quel sort leur est réservé ?

_ D'autres catégories de personnes n'apparaissent pas : les homosexuels (triangle rose) sont envoyés en camps de concentration ; les handicapés mentaux sont exterminés (70 000 malades mentaux gazés entre octobre 1939 et août 1941).

 

Comment nommer les conceptions raciales du nazisme ?

_ Le nazisme a une idéologie raciste et antisémite. Les Juifs sont considérés comme des parasites nuisibles pour la "race aryenne".

 

Antisémitisme (p. 330) : haine des juifs

 

            B. Quelles sont les discriminations envers les Tziganes et les Juifs ?

 

Chronologie haut de la page 296

+ Photographie haut de la page 284 : la nuit de Cristal

Quels sont les actes antisémites ? Quelles sont les lois antisémites ? Que révèle l'évolution de ces actes et lois ?

* Dès l'arrivée au pouvoir des nazis en 1933 commence la persécution des opposants et des Juifs avec l'ouverture en mars 1933 du camp de concentration de Dachau, et le boycott des boutiques et entreprises juives1er avril 1933. La nuit de Cristal dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938 consiste dans la déstruction par les nazis de nombreux magasins juives. Les éclats de verres formées par les vitrines brisées donne ce nom de cristal à ce vaste pogrom antisémite.

* En plus des actes de violence, des lois sont décidées par les nazis pour organiser des persécutions contre les Juifs et les Tziganes. Les Lois de Nuremberg du 15 septembre 1935 organisent la "mort économique" et civile des juifs. En effet les biens juifs sont aryanisés pour être confiés à des Allemands non juifs, et ils perdent leurs droits (exclusion de l'armée, de la justice, de la fonction publique, de l'enseignement... Interdiction des mariages mixtes).

* La détérioration de la condition des Juifs en Allemagne puis dans les zones soumises aux nazis montrent une montée de la violence physique et morale dans la persécution, jusqu'à la décision d'exterminer les juifs. Le 30 janvier 1939 Hitler, dans un discours, menace les Juifs d'extermination en cas de guerre. 

 

Pogrom (p. 333) : émeute accompagnée de pillage er de meurtres dirigée, au départ dans l'empire russe, contre les communautés juives.

Aryaniser (p. 330) : confisquer une entreprise ou un commerce appartenant à un juif et le donner ou le vendre à un non-juif ou "Aryen". Sous l'impulsion des nazis, les différents Etats collaborateurs ont procédé à l'aryanisation. 

 

Texte 3 page 288 : La conférence de Wannsee (20 janvier 1942)

Présenter le document.

_ Le texte de la conférence de Wannsée du 20 janvier 1942 a été consigné dans un rapport secret par Heydrich, chef de la police de sécurité. Ce document utilisé lors du tribunal de Nuremberg jugeant les criminels nazis pour indiquer les responsabilités des dirigeants nazis dans l'extermination des Juifs.

 

Heydrich (page 285) : (1904-1942)

 

Question 3 page 289 : Que signifie précisément, d'après ce document, l'expression "solution finale" ?

_ L'expression "solution finale" apparait la première fois dans le texte de la conférence de Wannsée. Elle désigne la mise à mort par différents moyens (mort lente par le travail, gazage, mais aussi stérilisation, etc..) des populations juives en Europe.

 

 

 

 

( Question 4 page 289 : Que peut signifier le choix de la programmer d'ouest en est, précisément en ce début 1942 ? )

L'expansion nazie se fait vers l'est dans un "drang nacht osten" à la conquête d'un espace vital (lebensraum page 282). La conquête de la Pologne à partir de septembre 1939 puis l'attaque de l'URSS le 22 juin 1941 agrandit les territoires occupés à l'Est et rend illusoire les projets d'évacuation des juifs vers Madagascar. Ce début 1942, alors que la partie occidentale de l'URSS est occupé ainsi que sa nombreuse population juive, correspond à ce moment de prise de conscience par les nazis.

)

 

Question 5 page 289 : En quoi ce programme est-il spécifique de la "question juive" ? Pourrait-il s'appliquer à d'autres populations non aryennes ?

_ Le programme d'extermination de la population juive est spécifique de l'obsession nazie de pureté de la race. Les juifs, considérés comme des parasites, des "bacilles" doivent être éliminés pour "l'hygiène raciale". Les Latins (Italiens et Français) ne sont pas aussi mal considérés. Les Slaves, considérés comme des "sous-hommes, sont destinés à être esclaves. Cependant, les Tziganes sont également destinés à l'extermination comme les Juifs.

 

 

 

II. Comment est organisé l'univers concentrationnaire ? (à différentes échelles)

 

            A. A l'échelle européenne ?

 

Carte 1 pages 280-281 : L'Europe sous la botte allemande en 1942

Où sont localisés les camps de concentration ? D'extermination ? Pourquoi ces emplacements ?

_ Les camps de concentration sont situés en Allemagne (mais aussi dans l'Alsace occupée), alors que les camps d'extermination sont localisés dans l'ancienne Pologne. Il n' y a pas de camps de la mort en dehors du territoire du Grand Reich (Allemagne et ancienne Pologne) car l'extermination des juifs doit se dérouler à l'abri des regards étrangers.

Camp de concentration : camp de la mort lente par le travail regroupant des opposants au régime.

Camps d’extermination : centres de mise à mort immédiate, ouverts à partir de la fin de l’année 1941 et destinés à tuer juifs et Tziganes.

 

De quels pays sont originaires le plus grand nombre de victimes ? Le plus petit nombre ? Pourquoi ces différences ?

_ Les victimes juives sont principalement originaires de l'Europe de l'Est (3 millions de Juifs de Pologne, 700 000 Juifs d'URSS, 260 000 de Tchécoslovaquie, 130 000 en Lituanie...) car ce sont des territoires où les Juifs étaient nombreux et car l'occupation à l'Est est particulièrement brutale dans ces pays en guerre ou sous contrôle direct de l'Allemagne nazie.

 

 

            B. A l'échelle des villes ?

 

Plan 2 page 281 : Plan du ghetto de Varsovie

Comment est organisé le ghetto ?

_ Le ghetto est organisé comme une partie de la ville où les Juifs sont parqués à l'écart du reste de la population. Des murs sont construits pour renforcer cet isolement et cette séparation.  Les Juifs disposent d'organes de gouvernement interne comme le Conseil juif (Judenrat) et la police. Mais ces organes sont obligés de collaborer avec les nazis...

 

Ghetto (p. 284) : Quartier où les Juifs étaient contraints de résider ; par extension, lieu où une moinorité se trouve séparée du reste de la population.

 

Quelle est l'évolution de l'espace occupé par les juifs dans le ghetto d'octobre 1940 à juillet 1942 ?

_ L'espace occupé par les Juifs diminue avec le temps et la forte mortalité dans le ghetto. Des ghettos sont constitués dans les villes polonaises de Lodz, Cracovie... Le ghetto de Varsovie fondé le 2 octobre 1940 regroupe 440 000 Juifs sur 4 km². Il est divisé en deux parties : le grand ghetto et le petit ghetto relié par un pont. Mais, en juillet 1942, les Juifs sont expulsés du petit ghetto. D'avril à mai 1943 les Juifs survivant se révoltent mais ne parviennent pas à empêcher la destruction du ghetto et de ses habitants.

 

+ Photographie bas de la page 284 : Dans le ghetto de Varsovie

+ Photographie 3 page 291 : La rafle qui déclenche la révolte de janvier 1943

Quelles sont les conditions de vie dans les ghettos ?

_ La mortalité est très forte dans les ghettos à cause de la faim, mais aussi du travail forcé et du typhus. On compte 4 000 à 5000 morts par mois en 1941-1942 dans le ghetto de Varsovie.

_ De plus, des rafles emportent des juifs vers les camps d'extermination d'Auschwitz et de Treblinka (310 000 Juifs dans l'été 1942), n'épargnant ni les femmes ni les enfants.

 

            C. A l'échelle des camps ?

 

Plan 3 page 281 : Plan du camp d'extermination Auschwitz-Birkenau

Quelles sont les différentes fonctions du camp ? Quel est son but principal ?

_ Le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau comprend plusieurs fonctions : c'est un centre de transport d'où viennent par voie ferroviaire les déportés. C'est sur la rampe de "sélection" que sont choisis les valides qui peuvent survivre alors que les jeunes enfants, les malades et les vieillards sont gazés peu après dans les chambres à gaz.  La principale fonction du camp étant de tuer : plus d'un million de Juifs, Tziganes, Slaves, résistants, etc... La mise à mort de tant de Juifs est appelée la Shoah. Pour les Tziganes on parle de Porainos.

_ Le camp est aussi un moyen d'enrichissement pour les SS : travail gratuit des déportés, pillage des prisonniers ("Canada")

 

Shoah (p. 286) : Mot hébreu signifiant "anéantissement", qui désigne l'extermination des Juifs par les nazis.

 

Lire la suite

Cours 1ère L/ES Histoire : Les régimes totalitaires (3)

18 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

IV. Comment les totalitarismes ont encadré les masses ?

 

            A. Comment s’exerce la domination d’un parti unique ?

 

Texte 2 page 236 : Staline définit le rôle du parti communiste (1924)

Question 3 page 236 : Quel est le rôle du parti communiste d’après Staline ?

Le Parti est indispensable pour l’établissement et le maintien du communisme en URSS. « Le Parti est l’instrument de la dictature du prolétariat ». Pour cela le Parti doit avoir une « discipline de fer ».

 

_ Dans les régimes totalitaires domine un parti unique comme le parti communiste en URSS. Le parti (PNF en Italie, NSDAP en Allemagne, PC en URSS) contrôle tous les rouages de l’Etat ainsi que la société dans tous ses aspects (les loisirs sont contrôles et pris en charge par les régimes totalitaires par exemple). Le parti unique est lui-même au service du chef unique car le chef dirige à la fois le parti et l’Etat.

 

            B. Comment la société est-elle soumise à une intense propagande ?

 

Texte 5 page 247 : La propagande vue par un dignitaire nazi

Question 7 page 247 : Quels moyens sont mobilisés au service de la propagande dans l’Allemagne nazie ?

_ La propagande cherche à convaincre les individus d’une politique. Pour cela elle s’appuie sur toute la gamme des médias modernes : en particulier la radio où sont diffusés les discours d’Hitler et de Goebbels.

_ Le cinéma est également utilisé par exemple les films d’Eisenstein comme Le cuirassé Potemkine en 1925 ou Ivan le terrible tourné entre 1942-1944 qui reçoit le prix Staline en 1945.

_ Les ministères de la propagande surveillent les livres et la presse, le cinéma et la radio.

           

            C. Qu’est-ce que le culte du chef ?

 

Texte 3 page 245 : Le culte de Staline vu par André Gide   (+ photo p. 136 : Congrès nazi Nuremberg)

Question 7 page 149 : Comment se manifeste concrètement le culte de la personnalité en URSS ?

_ Le culte du chef est présent partout. André Gide décrit en 1936 dans son livre Retour d’URSS le culte de Staline qui se manifeste par la multiplication des portraits et statues, par des louanges tournant à l’idolâtrie.

_ Le chef charismatique est en effet considéré comme un surhomme. Ainsi Mussolini est à la fois décrit comme athlète et écrivain, législateur et artiste. Le chef est également considéré comme un guide infaillible : (« Mussolini a toujours raison »). Le chef porte un titre montrant cette infaillibilité : Duce pour Benito Mussolini, Führer pour Hitler. Joseph Staline est le « petit père des peuples ». Le chef dirige à la fois le parti et l’Etat.

_ Des grandes cérémonies politiques célèbrent le culte du chef par exemple en Allemagne les congrès du parti nazi à Nuremberg de 1936. La mise en scènes grandioses montre un peuple discipliné et enthousiaste sous l’autorité de son chef.

Charismatique (p. 330) : se dit d’une personne qui séduit et fascine les foules. On parle d’un « leader charismatique ».

 

Texte 2 page 245 : Le Credo fasciste          (+ image du haut 1 page 148)

Question 4 page 245 : Comment Mussolini est-il dépeint ?

_ Le mythe du chef s’appuie sur la culture chrétienne au travers de la figure du sauveur. Mais l’image du guide s’inspire également des empereurs romains.

 

            D. Comment s’exerce la répression ?

 

Texte 6 page 237 : Le parti communiste analyse les grands procès (1938)

Question 10 page 237 : Quels sont les actes reprochés aux trotskistes et aux boukhariniens ? Ces motifs sont-ils vraisemblables ?

_ Les anciens compagnons de Lénine (Trotski, Boukharine) et leurs partisans sont accusés par le parti communiste sous la domination de Staline de multiples trahisons : rétablissement du capitalisme, complot contre Lénine, espionnage, entente avec les pays étrangers pour faciliter l’invasion du pays… Mais ces accusations ne sont pas crédibles. Elles cachent l’élimination par Staline d’opposants prestigieux (car anciens compagnons de Lénine).

_ Dès 1933, 25% des membres du parti communistes sont exclus. Les « procès de Moscou » se déroulent une première fois en 1936 où des dizaines de milliers de membres du parti sont exécutés ou déportés en Sibérie. En 1938, une deuxième série de « procès de Moscou » est organisée: Boukharine est à son tour condamné à mort. Les déportations et exécutions reprennent.

_ En 1939, le bilan est le suivant: tous les dirigeants du parti bolchevik de 1917 encore vivants en 1935 ont été exécutés (sauf Staline et Trotski exilé en 1929, mais Staline le fait assassiner en 1940), 70% des membres du Comité Central ont été liquidés et 60% des délégués au congrès de 1934. Dans l'armée, 2 maréchaux sur 4, tous les amiraux, 14 des 16 généraux d'armée... 35% des officiers sont exécutés.

 

Quels sont les autres moyens de surveillance et de répression des régimes totalitaires ?

_ Les régimes totalitaires comportent des polices politiques : Guépéou puis NKVD en URSS, OVRA en Italie, Gestapo en Allemagne.

_ Les ennemis du régime sont confinés en Italie dans des endroits isolés (procédure de confinamento comme l’illustre le livre Le Christ s’est arrêté à Eboli). En URSS les individus qui n’avaient parfois que le tort d’être propriétaires paysans (koulaks) sont déportés en Sibérie dans des goulags. En Allemagne les opposants communistes ou démocratiques sont envoyés en camps de concentration comme Dachau ; les juifs et tziganes sont eux envoyés en camps d’extermination.

Gestapo (p. 331) : abréviation de Geheime Staaspolizei, « police secrète d’Etat » créée en 1933 par Goering. Cette police politique du parti national-socialiste dispose de moyens illimités. Elle s’attaque surtout aux mouvements de résistance européens, aux juifs et à tous ceux jugés ennemis du nazisme.

 

 

            E. Comment l’Etat pratique un dirigisme économique ?

 

Texte 6 page 243 : Le premier plan quinquennal en URSS (1928)

Question 12 page 243 : Quels sont les objectifs du plan quinquennal ?

_ L’économie est dirigée dans les pays totalitaires dans le but de préparer une société nouvelle, communiste et sans classes en URSS ; pour préparer la guerre (économie de guerre) en Italie et en Allemagne. En URSS la planification de l’économie se manifeste dans des plans quinquennaux où  l’Etat décide de toutes les mesures à prendre, sans initiatives privées.

 

Question 13 page 243: Quel est sa priorité ?

_ Le but est de préparer une société marquée par la collectivisation en URSS, où la propriété n’existe pas. La priorité est donnée au secteur industriel pour moderniser le pays autrefois essentiellement agricole.

_ Les paysans sont regroupés dans des Sovkhozes (fermes directement gérées par l’Etat soviétique) et des kolkhozes (en URSS, coopérative placée sous la tutelle du parti communiste qui regroupe le bétail et les terres qui sont alors cultivées en commun par les paysans).

 

Question 14 page 243 : Selon la dernière phrase, comment Staline entend-t-il le financer ?

_ L’URSS compte financer seule le développement économique basé sur l’industrie lourde. Mais, faute de capitaux, les paysans sont transformés de force en ouvriers soumis à une discipline de fer (cadences élevées, absences punies). Les ouvriers sont incités à travailler davantage avec l’exemple d’Alexeï Stakhanov, célèbre mineur qui aurait réalisé l’abattage de 14 fois plus de charbon que la norme en vigueur. Il est érigé en modèle par le régime.

_ En Italie et en Allemagne l’Etat intervient dans l’économie par une politique grands travaux pour lutter contre le chômage (bonification des terres marécageuses dans les Marais Pontins en 1931 en Italie, construction d’autoroute en Allemagne). En Allemagne, pour préparer la guerre, Goering lance en 1936 un plan quadriennal de réarmement et une politique d’autarcie.

 

Autarcie (p. 330) : caractéristique des régimes hitlérien et mussolinien, mais aussi stalinien, l’autarcie vise à réduire les échanges avec l’étranger et à n’autoriser que les importations indispensables. Le pays doit se suffire à lui-même. Il faut pour cela encourager la production agricole, organiser la collecte et le recyclage des métaux et développer des produits nationaux de substitution, comme le pétrole ou le caoutchouc synthétiques.

 

Ne pas confondre

 

REGIME AUTORITAIRE

REGIME TOTALITAIRE

Libertés individuelles

Suspendues par crainte de l’opposition

Supprimées par idéologies

Société

Surveillance et répression des opposants

Embrigadement et répression de masse

Economie

Libéralisme plus ou moins tempéré

Dirigisme et/ou planification

Culture

Censure

Censure et culture officielle

Politique extérieure

Agressivité et/ou méfiance envers les ingérences extérieures

Agressivité et impérialisme

 

1e Fiche d’objectifs histoire n°5

LES REGIMES TOTALITAIRES

 

    SAVOIR   

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I. Comment les totalitarismes parviennent au pouvoir ?

                A. La révolution russe et la succession de Lénine par Staline (héritage politique)

                B. La crise de l’après guerre et la marche sur Rome de Mussolini (coup d’Etat)

                C. La crise économique et le succès électoral du NSDAP (élection démocratique)

II. Quelles sont les différentes idéologies et comment sont-elles appliquées ?

                A. L’abolition de la propriété en URSS : dékoulakisation et goulag

                B. Le rôle de l’Etat dans l’embrigadement de la population en Italie 

                C. L’idéologie raciste et antisémite : les camps de concentration et d’extermination

III. Quelle est la politique étrangère de chaque Etat totalitaire ?

                A. Comment l’Italie cherche à recréer l’Empire romain ?

                B. Comment l’URSS désire répandre le communisme dans le monde entier ?

                C. Comment s’exprime le pangermanisme nazi ?

IV. Comment les totalitarismes ont encadré les masses ?

                A. Comment s’exerce la domination d’un parti unique ?

                B. Comment la société est-elle soumise à une intense propagande ?

                C. Qu’est-ce que le culte du chef ?

                D. Comment s’exerce la répression ?

                E. Comment l’Etat pratique un dirigisme économique ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Totalitarisme  : le régime politique qui vise au contrôle absolu de la personne, tant dans sa vie publique que privée.

Fascisme (p. 331) : vient du nom des « Faisceaux de combat » créés en 1919, le faisceau (assemblage de verges liées autour d’une hache, dans la Rome antique) symbolisant l’union et l’autorité. Le fascisme est un système politique qui encadre tous les aspects de la vie politique, économique et sociale sous l’autorité d’un Etat qui exalte le sentiment national.

Pangermanisme : volonté de regrouper tous les Allemands dans un seul pays.

Nazisme : doctrine nationale socialiste. Il désigne aussi le régime instauré en Allemagne de 1933 à 1945 et se caractérise par un Etat fort, le mythe du chef, l’antibolchevisme, le refus de la lutte des classes et la recomposition d’une « communauté » allemande selon un  critère racial.

Dictature du prolétariat (p. 331) : concentration de tous les pouvoirs au profit du parti communiste, qualifié d’ « avant-garde du prolétariat ». En fait, cette assimilation de la volonté du parti à celle du peuple conduit à mettre hors la loi tous ceux qui entrent en désaccord avec lui.

Goulag : ensemble des camps de travail forcé en URSS. Il en existait des milliers situés dans des régions éloignées.

Autodafé (p. 330) : de l’espagnol auto da fe, « jugement sur les matières de la foi ». a l’origine, jugement prononcé par l’Inquisition contre un impie, un juif ou un hérétique. Par extension, le mot désigne la destruction par le feu d’un objet, souvent un livre, que l’on désavoue.

Antisémitisme (p. 330) : haine des Juifs.

Aryaniser (p. 330) : confisquer une entreprise ou un commerce appartenant à un juif et le donner ou le vendre à un non-juif ou « Aryen ». Sous l’impulsion des nazis, les différents Etats collaborateurs ont procédé à l’aryanisation. 

Impérialisme (p. 332) : politique d’expansion d’un Etat qui cherche à assurer sa domination politique, culturelle et économique sur d’autres.

Espace vital (p. 331) : Lebensraum en allemand. Pour les Nazis, territoires nécessaires à la vie et à l’expansion du peuple allemand. La conquête de l’espace vital doit procurer à la « race aryenne » matières premières, terres et esclaves.

Charismatique (p. 330) : se dit d’une personne qui séduit et fascine les foules. On parle d’un « leader charismatique ».

Gestapo (p. 331) : abréviation de Geheime Staaspolizei, « police secrète d’Etat » créée en 1933 par Goering. Cette police politique du parti national-socialiste dispose de moyens illimités. Elle s’attaque surtout aux mouvements de résistance européens, aux juifs et à tous ceux jugés ennemis du nazisme.    

Autarcie (p. 330) : caractéristique des régimes hitlérien et mussolinien, mais aussi stalinien, l’autarcie vise à réduire les échanges avec l’étranger et à n’autoriser que les importations indispensables. Le pays doit se suffire à lui-même. Il faut pour cela encourager la production agricole, organiser la collecte et le recyclage des métaux et développer des produits nationaux de substitution, comme le pétrole ou le caoutchouc synthétiques.

 

3/ JE CONNAIS LES BIOGRAPHIES DE :

Staline (p. 228)                                     Mussolini (p. 229)                                Hitler (p. 230)

 

4/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

Les dates repères

FASCISME

NAZISME

STALINISME

1922 : Marche sur Rome

1925 Lois Fascistissimes

 

1929 Accords du Latran

 

1925 Mein Kampf

 

 

1933 Hitler chancelier

1935 Lois de Nuremberg

 

 

1928 Staline seul au pouvoir

1930 Dékoulakisation

1932-1933 Famine en Ukraine

 

1937-1938 Grande terreur

 

SAVOIR FAIRE

5/ Je sais répondre à des questions sur un texte.

6/ Je sais analyser une carte.

7/ Je sais étudier des graphiques.

8/ Je sais étudier un document de propagande : carte postale.

9/ Je sais comparer des cartes.

10/ Je sais étudier un texte littéraire : André Gide.

 

 

Lire la suite

Cours 1ère L/ES Histoire : Les régimes totalitaires (2)

18 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

II. Quelles sont les différentes idéologies et comment sont-elles appliquées ?

 

            A. L’abolition de la propriété en URSS : dékoulakisation et goulag

 

Photographie 3 page 236 : Manifestation paysanne (1932)

Question 5 page 237 : Quels sont les responsables désignés par les paysans ?

_ L’URSS est un pays communiste où les classes sociales des paysans et des ouvriers sont mises en valeur symboliquement. Cependant, la population est encadrée par les membres du parti communiste, par exemple dans les manifestations paysannes organisées dans le cadre de dékoulakisations (destruction des paysans propriétaires).

 

Question 6 page 237 : Pourquoi ne peut-on pas parler de manifestation spontanée ?

_ Le « Parti est l’instrument de la dictature du prolétariat » écrit Staline, c’est-à-dire que le parti communiste  contrôle le pouvoir à tous les échelons. La population est obligée d’obéir sinon elle risque la déportation au goulag : 15 millions de personnes sont déportés entre 1930 et 1953.

Dictature du prolétariat (p. 331) : concentration de tous les pouvoirs au profit du parti communiste, qualifié d’ « avant-garde du prolétariat ». En fait, cette assimilation de la volonté du parti à celle du peuple conduit à mettre hors la loi tous ceux qui entrent en désaccord avec lui.

Goulag : ensemble des camps de travail forcé en URSS. Il en existait des milliers situés dans des régions éloignées.

 

Texte 4 page 249 : Le travail quotidien de la police politique en URSS

Question 6 page 249 : Quel est le rôle de la GPU ?

_ La police politique (Guépéou puis NKVD en URSS) s’appuie sur un important réseau d’informateurs et d’espions pour surveiller la population soviétique. Les accusations de complot sont nombreuses pour cacher les échecs du régime. Le gouvernement stalinien s’appuie sur la peur. Des « purges » frappent les différentes catégories de population sans exception. A la fin de la vie de Staline le « complot des blouses blanches » permet de s’attaquer aux médecins…

 

 

            B. Le rôle de l’Etat dans l’embrigadement de la population en Italie 

 

Texte 2 page 248: Les « squadristi » : des professionnels de la violence

Question 1 page 249 : Qui sont les cibles de la violence des fascistes ?

_ Les fascistes organisés en « squadristi » pratiquent la violence politique. Ils s’attaquent aux communistes dans les campagnes, ceux occupant les terres lors du début des années 1920. Ils s’attaquent encore aux syndicalistes en détruisant les locaux et les biens, en frappant et parfois tuant les personnes. Les hommes politiques locaux sont également visés, les élus des villages sont obligés de démissionner sous peine de violences contre eux ou leurs familles. 

 

Comment se prolongent ces violences une fois les fascistes au pouvoir ?

_ En novembre 1926 les lois fascistissimes sont promulguées (mise en application par le pouvoir exécutif).

_ Ces lois imposent : la dissolution de tous les partis politiques et des syndicats, la déchéance des députés de l’opposition. Elles interdisent le droit de grève, et prévoient le recensement des citoyens suspects. De plus, sont créées l’OVRA, une police secrète et un tribunal spécial de défense de l’État.

 

Photographie du haut page 235 : La jeunesse embrigadée en Italie : les Ballilas

+ Photographie 1 page 246 : Rassemblement des « Avant-gardistes » à Rome, le 3 septembre 1935

Question 1 page 247: Décrivez la photographie. Pourquoi le régime fasciste réunit-il ces jeunes à l’occasion de cérémonies grandioses ?

La photographie montre dans un cadre architectural combinant immeubles droits, place dégagée, statues… de vastes groupes d’enfants des deux sexes regroupés selon leur âge pour des défilés organisés de façon quasi militaires.

* L’Etat fasciste réunit ces jeunes dans un but d’encadrer la population dès le plus jeune âge.

 

_ L’Etat fasciste a une forte emprise sur les individus. En effet il organise l’encadrement de la jeunesse :

* de 4 à 8 ans, l’enfant est fils de la Louve,

* de 8 à 14, il intègre les ballilas et reçoit une formation prémilitaire,

* de 14 à 18 dans les avant-gardistes, avant d’entrer dans les Jeunesse italiennes du Parti

 

 

            C. L’idéologie raciste et antisémite : les camps de concentration et d’extermination

 

Photographie page 139 : La propagande en Allemagne nazie

Qu’indique la photographie sur le rapport entre nazisme et culture ?

_ « Quand j’entends le mot culture je sors mon révolver » disait le ministre de l’Information et de la propagande Goebbels. Des autodafés se multiplient en Allemagne à partir de 1933 où des milliers d’ouvrages jugés contraire à l’idéologie nazie sont brûlés.

Autodafé (p. 234) : de l’espagnol auto da fe, « jugement sur les matières de la foi ». a l’origine, jugement prononcé par l’Inquisition contre un impie, un juif ou un hérétique. Par extension, le mot désigne la destruction par le feu d’un objet, souvent un livre, que l’on désavoue.

 

Carte postale 7 page 241: Carte postale nazie de 1936

Question 13 page 241 : A qui s’adresse cette carte postale ?

_ Le peuple allemand est soumis dans l’Allemagne nazie à une intense propagande en faveur des théories xénophobes et antisémites du nazisme. Racisme et antisémitisme sont des caractères originaux du nazisme le distinguant d’autres totalitarismes. L’Aryen allemand est considéré comme supérieur racialement. La pureté raciale exige des lois (lois de Nuremberg de 1935) pour protéger la pureté du sang allemand !

_ « Je crois agir dans le sens du Créateur tout-puissant, en luttant contre le juif, je défends l’œuvre du Seigneur » écrit Hitler dans Mein Kampf. 80 000 handicapés sont exterminés avant 1939. Lors de la « nuit de Cristal » du 9 novembre 1938 280 synagogues sont incendiées et plus de 30 000 juifs arrêtés. Une contribution d’un milliard de Reichsmark est exigée de la communauté juive.

Antisémitisme (p. 330) : haine des Juifs.

 

Question 14 page 241 : Comment sont représentés les élèves et l’instituteur juifs ?

La propagande nazie se voit par exemple dans une carte postale de 1936 où les juifs sont représentés comme différent physiquement des Allemands Aryens blonds aux yeux bleus. Les juifs sont montrés avec des lèvres épaisses, de petits yeux et surtout un nez crochu. Ils sont différent physiquement mais aussi mentalement : parmi les enfants on voit un malade au teint pâle toussant fortement, un enfant méchant tirant la couette d’une jeune fille blonde, un malade mental tire la langue au ciel ! Les enfants sont ceux de l’instituteur juif dont la carrure épaisse et l’air méchant contraste avec la gentillesse de l’instituteur blond à l’entrée de l’école.

 

Photographie 6 page 249 : Le camp de concentration de Dachau en 1936

Question 11 page 249 : Quels sont les objectifs des camps de concentration ?

_ Les camps de concentration ont pour objectif d’enfermer les opposants au régime nazi : partisans de la démocratie et des droits de l’homme, hommes politiques, communistes… ceci de façon à museler le pays et d’établir un régime d’ordre et de terreur en Allemagne.

_ Les personnes considérées comme inférieures racialement (Juifs, Tziganes…) subissent d’abord des vexations symboliques (port de l’étoile jaune pour les juifs), puis des professions leurs sont interdites (enseignement, médecine), leurs biens sont attaqués (nuit de cristal) ou confisquées (aryanisation), enfin ils sont déportés dans des camps d’extermination où ils subissent la mort par gazage, etc...

Aryaniser (p. 330) : confisquer une entreprise ou un commerce appartenant à un juif et le donner ou le vendre à un non-juif ou « Aryen ». Sous l’impulsion des nazis, les différents Etats collaborateurs ont procédé à l’aryanisation. 

 

III. Quelle est la politique étrangère de chaque Etat totalitaire ?

 

Etude de la carte pages 258-259 : La marche à la guerre en Europe

Des aspirations expansionnistes contradictoires :

 

            A. Comment l’Italie cherche à recréer l’Empire romain ?

 

Carte pages 258-259: La marche à la guerre en Europe

Quels sont les territoires dont cherchent à s’emparer l’Italie ?

_ L’Italie fasciste de Mussolini est impérialiste. Elle veut conquérir des territoires pour former un nouvel Empire romain autour de la Méditerranée. Elle se lance dans une politique d’annexion par la conquête de l’Etat africain chrétien d’Ethiopie dès octobre 1935. De plus, l’Italie annexe l’Albanie en avril 1939.

_ Les revendications territoriales italiennes sont nombreuses : terres irrédentes, mais aussi la Savoie et la Corse sur la France, la Tunisie …

 

Impérialisme (p. 332) : politique d’expansion d’un Etat qui cherche à assurer sa domination politique, culturelle et économique sur d’autres.

 

            B. Comment l’URSS désire répandre le communisme dans le monde entier ?

 

Pourquoi existe-t-il un accord entre Allemagne et URSS ?

_ Le pacte germano-soviétique de non-agression signé le 23 août 1939 établi la paix entre Allemagne et URSS. L’URSS cherche à se protéger des invasions, à diffuser le communisme dans le monde, mais aussi à reprendre des territoires perdus lors de la 1ère guerre mondiale : des dispositions secrètes du pacte germano-soviétique donne à l’URSS les Etats baltes ainsi que la partie orientale de la Pologne.

 

            C. Comment s’exprime le pangermanisme nazi ?

 

Carte 1 page 240 : L’Allemagne en 1919

+ Carte pages 258-259 : La marche à la guerre en Europe

Quels territoires cherchent à conquérir l’Allemagne nazie ?

_ L’Allemagne nazie dans l’entre-deux guerres cherche à reprendre les territoires perdus par le traité de Versailles. Elle est pangermaniste et tente de regrouper les Germanophones dans un seul pays en annexant l’Autriche (Anschluss en 1938), en s’emparant des Sudètes de la Tchécoslovaquie, territoire peuplé de 3 millions d’Allemands.

_ L’Allemagne désire aussi s’emparer de la Pologne pour relier l’Allemagne à la Prusse orientale malgré le corridor de Dantzig. Mais sa politique d’annexion va au-delà des territoires allemands. Hitler veut une expansion pour l’Est pour donner un « espace vital » (Lebensraum), des territoires à coloniser pour les Allemands.

 

Espace vital (p. 331) : Lebensraum en allemand. Pour les Nazis, territoires nécessaires à la vie et à l’expansion du peuple allemand. La conquête de l’espace vital doit procurer à la « race aryenne » matières premières, terres et esclaves.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>