Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Articles avec #cours 1ere tag

Cours géographie 1ère : mobilités, flux et réseaux de communication (2)

8 Avril 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

II. En quoi le territoire français est-il un carrefour inégalement intégré à la mondialisation ?

 

            A. Comment le territoire français est-il structuré par des réseaux de transport ?

 

Carte 1 page 154 : Un espace de transit entre Europe rhénane et méditerranéenne

Quels sont les différents types de transport ? En quoi forment-ils des réseaux ? Lesquels sont les plus importants ?

_ Le territoire français  comporte plusieurs types de transport qui, en s’associant, forment des réseaux parcourus par des flux de marchandises et de voyageurs :

* Les réseaux routier et autoroutier sont très développés. Le réseau routier français est à lui seul le cinquième du réseau routier européen. Les autoroutes comptent 11 000 km de voies et 2 000 km sont en projet. 83% du trafic de marchandises en 2008 s’opèrent par le réseau routier. Le trafic de voyageurs est assuré à 83% par les voitures individuelles, à 5% par les autobus.

* Le réseau ferroviaire permet le transport de 11% des voyageurs et de 10% des marchandises. Mais transport de marchandises et de voyageurs connaissent deux dynamiques différentes : les passagers disposent de LGV (lignes à grandes vitesses) performants reliant des destinations en France et en Europe. Le ferroutage est présenté comme une voie de développement pour le trafic de marchandises.

* Le transport fluvial et maritime : Le transport fluvial est réduit avec 2% du trafic de marchandises. La moitié du trafic fluvial est tournée vers le Benelux, l’Allemagne et la Suisse. Le trafic transmanche représente 42 millions de personnes par an, dont beaucoup de touristes.

* Le réseau aérien est polarisé autour du hub Roissy Paris-Charles –de-Gaulle.

Flux (p. 162) : déplacement d’objets matériels (marchandises, personnes) ou immatériels (informations, capitaux) entre deux lieux.

Ferroutage (p. 164) : technique de transport combiné rail-route. Elle consiste àv faire circuler des véhicules routiers (camions ou remorques de camions) sur des wagons de chemin de fer conçus à cet effet.

 

Publicité SNCF ferroutage (41 secondes) :

http://www.youtube.com/watch?v=gj9Q6lf4Fdk&feature=related

Difficultés ferroutage (1 min 46) : http://www.youtube.com/watch?v=H3VBrk30yM8

 

 

Carte 1 page 154 : Un espace de transit entre Europe rhénane et méditerranéenne

Carte 1 page 177 : Axes et grands carrefours du réseau de communication

Quels sont les principaux axes de transport sur le territoire français ?

_ Le territoire français comporte un axe majeur permettant de relier l’Europe du nord à l’espace méditerranéen : l’axe Lille-Paris-Lyon-Marseille.

 

Schema-Les-transports-francais-ouverts-sur-l-Europe.jpg

 

 

Carte 1 page 177 : Axes et grands carrefours du réseau de communication

Quel est le rôle des façades maritimes dans l’intégration de la France à l’Europe ?

_ Les grandes façades maritimes françaises assurent à la France une ouverture vers un vaste avant pays (vers le reste du monde) et sont pleinement intégrées à l'Europe et au monde. Le Havre et Marseille-Fos font partie des cinq premiers ports européens en termes de volume total de marchandises. Ils ont cependant un arrière-pays (hinterland) moins intéressant que les ports rhénan et sont moins bien placés que leurs concurrents de la Northern range (façade maritime européenne).

 

Quel est le rôle des régions frontalières dans l’intégration de la France à l’Europe ?

_ Les régions transfrontalières du nord et de l'est de la France sont au cœur des flux vers le nord mais aussi vers l'Ouest de l'Europe (Alsace-Lorraine ; Alpes).

_ Les régions frontalières du sud permettent une ouverture vers la péninsule ibérique.

 

 

Carte 2 page 155 : La stratégie de l’Union européenne en faveur du réseau de transports trans-européens

En quoi la France est un territoire carrefour des flux européens ?

_ La France est un territoire carrefour des flux européens car elle concentre sur son espace plusieurs réseaux performants de transport. Le pays bénéficie de sa proximité avec la riche dorsale européenne. La France est un carrefour entre l’Europe rhénane et l’Europe méditerranéenne.

_ La politique de l’Union européenne en faveur des réseaux trans-européens favorise le rôle de carrefour de la France. L’Union européenne encourage la création d’infrastructures pour développer les échanges comme le Réseau transeuropéen de transport (RTE-T). Depuis 1996 le TGV Thalys relie la France à la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne. Les lignes à grande vitesse Barcelone-Montpellier et Lyon-Turin devraient prolonger le réseau TGV vers l’Italie et l’Espagne.

 

 

            B. Quels sont les équipements permettant les grands flux de transports ?

 

Possibilité 1 :

 

LIEN INA : histoire du port du Havre (2 min 24) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-economique/video/HA00001391899/avant-l-inauguration-de-port-2000-historique-du-port-du-havre.fr.html

Quelles sont les différentes extensions du port du Havre vers l’est ?

 

LIEN INA : port 2000, pour redynamiser le Havre (2 min 16) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/3059854001010/dossier-port-2000-pour-redynamiser-le-port-du-havre.fr.html

Quel type de port est aménagé ?

Un port à conteneur.

 

Quelle est l’étendue des quais de port 2000 ?

4 km de long construit de toute pièce sur l’estuaire pour accueillir les plus grands navires.

 

Quel est l’avantage de gagner un port directement sur l’estuaire ?

Le port est directement accessible (les navires ne passent pas d’écluses). Le gain de temps est important (rapidité d’arrivée donc de manutention du navire…).

 

Quel est le but de ce nouveau port ?

Etre compétitif pour rester un port d’entrée ou de sortie de l’Europe. Cela aurait transformé le 5e port européen en port secondaire avec des dangers sur l’emploi et l’économie.

 

Quelles sont les trois raisons de la réussite du port du Havre ?

Les trois raisons sont le port à conteneur, les liaisons transatlantiques et l’industrie pétrochimique.

 

 

Possibilité 2 :

 

TP pages 170-172 : Connecter le territoire à l’espace mondial

 

1. Port 2000 : un aménagement portuaire majeur

Question 1 page 171 : Quels aménagements importants accompagnent la création de Port 2000 (doc. 1, 2) ?

Avec Port 2000, Le Havre dispose de quais et de terminaux accessibles aux plus grands porte-conteneurs, avec une capacité de traitement de plus de 6 millions de conteneurs par an. Les grands armateurs (Maersk, 1er armateur mondial) y disposent de terminaux dédiés.

 

Question 2 page 171 : Dans quels buts (doc. 2, 4, 5) ?

L’objectif de ces aménagements est de renforcer la place du Havre, actuellement loin derrière Rotterdam, Anvers et Brême au sein de la Northern Range, en exploitant sa situation à l’extrémité Nord-Ouest de la façade maritime, pour en faire une porte d’entrée possible de l’Europe sur le monde.

 

Question 3 page 171 : Quelles interrogations et difficultés provoquent ces aménagements (doc. 2, 3, 6, 7) ?

Le problème réside dans l’insuffisance des liaisons de transports durables vers l’intérieur (pas de terminal fret ferroviaire et fluvial ; Le Havre à l’écart des grands axes ferroviaires ; insuffisance des aménagements le long de la Seine) et l’extérieur (insuffisance du cabotage maritime qu’il faudrait développer).

 

2. Le canal Seine-Nord : atout ou risque pour Le Havre

Question 1 page 172 : En quoi ce projet ouvre-t-il des perspectives de développement pour le port du Havre (doc. 8, 11) ?

Le projet ouvre de nouvelles possibilités de transport fluvial vers la Picardie, la région Nord-Pas de Calais et, au-delà, vers le réseau très important du Benelux. Il pourrait valoriser la porte du Havre, la plus directement placée sur l’Atlantique et accessible sans écluse aux plus gros navires.

 

Question 2 page 172 : Quels avantages la voie fluviale présente-t-elle (doc. 9, 10) ?

Le transport fluvial est une alternative au transport routier en utilisant des moyens adaptés.

 

Question 3 page 172 : Quelles réserves peut-on faire concernant ce projet (doc. 9, 11) ?

D’après la FGTE-CFDT, le projet fluvial n’est peut-être pas le plus urgent pour Le Havre qui attend la modernisation de la ligne ferroviaire Le Havre-Paris et la réalisation du projet de rocade ferroviaire Le Havre-Amiens-Reims. D’autre part, le maire du Havre s’interroge sur les effets pervers d’un projet qui peut sans doute favoriser Le Havre, mais aussi avantager des concurrents beaucoup plus puissants comme Rotterdam et Anvers, en leur donnant l’occasion d’étendre leur hinterland jusqu’à la Seine.

 

 

Possibilité 3 :

 

Carte 2 page 157 : Horizon 2030 : nouvelles priorités après le « Grenelle Environnement »

Quelles sont les principales infrastructures permettant les flux de voyageurs et de marchandises ?

 

_ Les principaux flux de voyageurs et de marchandises empruntent des grands couloirs comme l’axe Lille-Paris-Lyon-Marseille. D’autres axes se développent comme les axes fluviaux et les façades littorales:

* Axes fluviaux le long du Rhône, du Rhin ou encore de la Seine. L’axe séquanien comporte 1367 km de voies navigables (dont 564 km de voies à grand gabarit, voies de tonnage supérieur à 650 tonnes). Le Port Autonome de Paris est le premier port fluvial de France et le deuxième en Europe.

* Façades littorales : La France dispose de quatre façades maritimes. L’une d’entre elles est particulièrement développée : celle de la Rangée Atlantique allant de Calais à Dunkerque et s’étendant au-delà jusqu’à Hambourg.

_ Le port du Havre est un port fluvio-maritime situé au débouché de la Seine et ouvert sur la façade littorale de la Rangée Atlantique. L’aménagement d’un nouveau port à conteneur (Port 2000) renforce son rang de 5e port européen (4 km de nouveaux quais directement accessible aux grands navires porte-conteneurs et un traitement de 6 millions de conteneurs par an). Le projet du canal Seine Nord pourrait valoriser le Havre et représenter une alternative au transport routier.

_ D’autres infrastructures existent pour favoriser les flux de marchandises comme les zones logistiques proches des métropoles.

Porte conteneurs (p. 314) : navire conçu pour transporter des conteneurs.

Logistique (p. 314) : ensemble des activités liées aux transports.

 

Carte 2 page 157 : Horizon 2030 : nouvelles priorités après le « Grenelle Environnement »

Quels sont les projets d’implantations des grands équipements de transport ?

 _ Le Grenelle Environnement  tente d’apporter des solutions durables en donnant la priorité au ferroviaire et au transport maritimeautoroute » ferroviaire ou de la mer), dans la logique des réseaux trans-européens.

Grenelle de l’environnement (p. 313) : négociations entre l’Etat, les organisations non gouvernementales (ONG), les entreprises, les syndicats et les collectivités locales qui se sont déroulées en 2007 dans le but d’intégrer le développement durable aux politiques aux politiques d’aménagement. La loi « Grenelle1 » de 2009, propose des mesures concernant l’énergie et le bâtiment, les transports, la biodiversité et les milieux naturels, la gouvernance et les risques pour l’environnement et la santé. La loi dite « Grenelle 2 » de 2010 correspond à la mise en application d’une partie des engagements du Grenelle Environnement.

 

RAPPEL

 LIEN VIDEO : Manifestation contre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes

(cf. carte 9 page 83)

Les forces de l'ordre ont dû intervenir pour contenir une centaine de manifestants anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes : http://www.youtube.com/watch?v=89cuE80YBsc

 

_ Les débats animent les acteurs économiques et les citoyens sur les choix d’aménagements à opérer. Le projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, dont les travaux sont prévus de 2014 à 2017, doit détruire 2000 hectares de bocage et entraîner la disparition de plusieurs exploitations agricoles. Le conflit d’usage et l’atteinte à l’environnement, les doutes sur la réalité des retombées économiques montrent les tensions liées aux transports.

 

 

 

 

Des transports hiérarchisés et ouverts sur le monde

Quels sont les principaux axes empruntés par les flux de voyageurs et de marchandises ?

 

Quels sont les couloirs empruntés par ces flux selon les modes de transport ?

 

 

Lire la suite

Cours géographie 1ère : Mobilités, flux et réseaux de communication dans la mondialisation (1)

1 Avril 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

MOBILITES, FLUX ET RESEAUX DE COMMUNICATION DANS LA MONDIALISATION

Manuel Magnard                                                                                     5 à 7 heures

 

Introduction :

La mondialisation entraîne la multiplication des déplacements dans le monde et en France. Les flux sont nombreux et variés : de personnes et de marchandises, d’informations et de capitaux… Ils empruntent des modes et des infrastructures variées : routes et autoroutes, navires et avions, câbles et téléphonie mobile…

            Mais le territoire français est inégalement connecté par ces flux à l’Europe et au monde. En effet les réseaux de transport et le numérique sont inégalement présents et performants à l’intérieur du territoire français.

Problématiques :

1) En quoi le territoire français exerce-t-il un rôle de carrefour pour les flux en Europe ?

2) En quoi le territoire français est-il inégalement intégré au flux de la mondialisation ?

 

Powerpoint en ligne : http://www.youtube.com/watch?v=_KIPiOq6Rfs

 

 

Voilà un site qui permet de travailler pour Roissy mais qui est surtout très intéressant et même amusant : la fréquentation aérienne en direct. On voit tous les avions qui sont en vol, leur déplacement, on peut savoir d'où vient l'avion, où il va. Cela montre bien les zones de concentration. Par contre rien là où il n'y a pas de "balise", l'océan Atlantique, les pays pauvres (l'Afrique)  :  www.flightradar24.com

 

I. Etude de cas : En quoi Roissy est-elle une plate-forme multimodale et un hub mondial ?

 

TP pages 158-161

 

A. En quoi Roissy est-il le premier hub aéroportuaire européen ?

 

Question 1 page 158 : Quels éléments font la puissance du hub de Roissy (1, 2, 4, 5 et image satellite p. 70-71) ?

 

 

Question 2 page 158 : Comment le hub assure-t-il l’ouverture du territoire sur l’Europe et le monde (3, 4, 6, 7) ?

 

 

Question 3 page 158 : En quoi Air France-KLM est-il un acteur majeur et privilégié de Roissy (1, 2, 6, 7) ?

 

  

B. Quels sont les atouts et les contraintes de la plateforme multimodale ?

 

Question 1 page 160 : Quels transports sont interconnectés à Roissy (8, 10, 11) ?

 

 

 

Question 2 page 160 : Quels rôles la gare joue-t-elle pour l’aéroport (8, 10, 11) ?

 

Question 3 page 160 : Quel est l’impact de la plate-forme multimodale sur l’organisation des territoires (8, 10, 11) ?

 

C. Comment assurer le développement durable de Roissy ?

 

 

Question 1 page 161 : Quelles sont les nuisances dénoncées par les riverains (12, 13) ?

 

 

Question 2 page 161 : Quels changements souhaitent-ils dans le fonctionnement de l’aéroport ? Quelles en seraient les conséquences pour l’activité de Roissy et le territoire national (12, 13) ?

 

 

Question 3 page 161 : En quoi le projet Euro Carex peut-il être une réponse (12, 14) ?

 

 

_ Le hub de Roissy est une plate-forme multimodale permettant la connexion du territoire français à l’Europe et au monde. C’est un équipement majeur dans l’économie et dans l’organisation de l’espace local, régional, national et international : il est le 6e aéroport international avec 60 millions de voyageurs, plus de 2 millions de tonnes de marchandises traitées, 10 % du PIB régional.

Hub (p. 313) : point d’un réseau de transport international qui concentre et redistribue les voyageurs et les marchandises dans de nombreuses directions.

Multimodale (p. 314) : combinaison de plusieurs mode de transport : maritime, terrestre (routier, ferroviaire, fluvial, aérien).

 

_ Le hub de Roissy est un aéroport concurrencé. Il doit s'adapter face à l'augmentation des flux et à la saturation de ses infrastructures par une modernisation et une extension constante de ses équipements. Mais cette politique de développement se heurte à la proximité de zones urbaines (et à l'hostilité des riverains), limitant l'espace disponible.  Aussi se pose la question de la délocalisation d'une partie du trafic vers des aéroports régionaux (c'est déjà le cas pour les compagnies low cost) et vers le réseau ferroviaire grande vitesse.

 

 

SITES SUR ROISSY :

- Le site de l’établissement public d’aménagement de la Plaine-de-France :

www.plainedefrance.fr

- le site de la société Aéroports de Paris :

www.aeroportsdeparis.fr

- Un certain nombre de guides pratiques, créés pour les voyageurs :

www.cdgfacile.Com

 

SYNTHESE : Schémas hub de Roissy

Echelle locale

 

Schéma 11 page 160 : L’organisation spatiale de la plate-forme multimodale

 

 

Organisation-spatiale-de-la-plate-forme-multimodale-de-Rois.jpg

 

Echelle régionale :

 

ROISSY : hub mondial et plate-forme multimodale

 

 

 Roissy-hub-mondial-et-plate-forme-multimodale.jpg

 

 

 

Roissy-hub-aerien-et-plate-forme-multinationale-.jpg

 

 

 

 

Lire la suite

Cours géographie 1ère : (archive 2012) Les espaces productifs dans la mondialisation (3)

25 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

  Archive 2012 : allègement de programme

 

 

 

III. Quels sont les effets de la concurrence internationale sur les espaces agricoles ?

Une agriculture peut-elle être à la fois protégée, nourricière, saine et compétitive internationalement ?

 

A. Quelles sont les stratégies des acteurs agricoles pour être compétitifs au sein de la mondialisation ?

 

Lien vidéo : http://www.m6bonus.fr/actualites-2238/video-expliquez_nous_l_agriculture-61850.html

 

Tableau-chiffre-agriculture-francaise.jpg

 

En quoi ce tableau est-il révélateur de l’insertion de l’agriculture française dans la mondialisation ?

_ La France est la quatrième puissance agricole mondiale et le premier producteur agricole de l’Union européenne. Le secteur agricole s’appuie sur de puissantes FTN : Danone (produits laitiers), Doux (volailles), Limagrain (semences). L’ensemble des filières des industries agro-alimentaires représente près de 20% du PIB. La France, première bénéficiaire de la Politique Agricole Commune (10 milliards d’euros en 2008) doit négocier avec des pays comme le Royaume-Uni désireux de réduire les aides.

Politique Agricole Commune (p. 314) : mise en place dès le traité de Rome, elle a permis à l’UE de devenir autosuffisante et même excédentaire en termes de production agricole. Plusieurs fois amendée, elle constitue aujourd’hui le deuxième poste des dépenses de l’UE.

 

Couverture magazine Télérama 11 page 143 : Le nombre de paysans ne cesse de diminuer dans une agriculture toujours plus productive.

Quels sont les dangers menaçant l’agriculture française ?

_ Concurrence : La mondialisation soumet à une très forte concurrence les agriculteurs français. Les céréaliculteurs sont en concurrence avec les pays neufs du groupe de Cairns, avec la Russie et l’Ukraine ; les viticulteurs sont concurrencés par les vins américains et chiliens…

_ Dépendance des marchés internationaux : Les prix des productions agricoles et donc les revenus des agriculteurs évoluent en fonction des fluctuations de la demande mondiale. L’activité des agriculteurs est clairement dépendante de l’évolution des marchés internationaux. Les petits producteurs sont parfois conduits à la faillite…

_ Crise environnementale : la pollution produite par l’agriculture est variée : risques sanitaires liés aux excès d’engrais et de pesticides, pollution des nappes souterraines ; forte consommation d’eau lors des épisodes de sécheresse (pour irriguer le maïs)… Elle est de plus en plus contestée par les citoyens à l’exemple des algues vertes en Bretagne provoquée par les nitrates issues de l’agriculture intensive.

Cairns (p. 312) : le groupe de Cairns est une organisation internationale créé en août 1986 à Cairns en Australie, réunissant des pays exportateurs de produits agricoles partisans de la libéralisation des échanges de produits agricoles et opposés aux subventions et mesures de protection notamment de l’Union européenne et des Etats-Unis.

 

 

Illustration 10 page 143 : Les labels, atouts de l’agriculture de demain

A quelles stratégies économiques correspondent ces labels convoités par les espaces agricoles français ?

_ Les agriculteurs adoptent des stratégies diverses pour rivaliser dans une concurrence accrue par la mondialisation :

* adoption de labels : les labels permettent de certifier l’origine ou la qualité d’un produit agricole. Ils permettent aussi de valoriser les produits des agriculteurs auprès des consommateurs. Dans un but d’harmonisation les labels européens remplacent les labels français.

* adoption du développement durable pour l’agriculture sous la forme de l’agriculture biologique ou de l’agriculture raisonnée.

* L’emploi des biotechnologies est l’objet de débat : La France finance la recherche sur les OGM (organismes génétiquement modifiés) mais la culture est interdite.

Appellation d’origine contrôlée (p. 312) : créé en 1912, l’AOP est un label européen pour protéger « un produit dont la production, la transformation et l’élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté. »

Agriculture biologique (p. 312) : agriculture qui n’utilise pas de produits chimiques.

Agriculture raisonnée (p. 312) : agriculture qui limite les nuisances environnementales.

 

TP pages 146-147

 

Question 1 page 147 : A quels défis le vignoble de Bordeaux est-il confronté (2, 4) ? Quelles en sont les conséquences ?

Le vignoble bordelais est confronté à la diminution de la demande et à la concurrence internationale. Les ventes ont fortement chuté, mettant en péril certaines exploitations viticoles.

 

Question 2 page 147 : Quelle stratégie les acteurs du vignoble déploient-ils (1, 3, 6) ?

L’avenir du vignoble bordelais peut reposer sur son image positive (les grands crus ont une réputation mondiale) et trouver des débouchés nouveaux vers les marché émergents d’Asie, en Chine essentiellement. Le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) est en ce domaine un acteur majeur.

 

Question 3 page 147 : Sur quels atouts le vignoble de Bordeaux peut-il compter (1, 5, 6, 7) ? 

La région bordelaise peut compter sur plusieurs atouts. Un axe consiste à faire découvrir le vignoble et le patrimoine monumental, avec la mise en place de l’oenotourisme qui attire des visiteurs du monde entier. Plusieurs acteurs ont un rôle capital : chambre de commerce de Bordeaux, communes, offices de tourisme, propriétaires de Châteaux…

 

_ Le patrimoine paysager est attractif. Il suscite en plus des activités agricoles de nouvelles formes de tourisme : l’agritourisme est une activité touristique basée sur une exploitation agricole (gîtes ruraux, chambres d’hôte, campings à la ferme), ou encore l’oenotourisme comme dans les Bordelais ou sur la route des vins d’Alsace (140 kilomètres, 300 domaines viticoles et 48 des 50 grands crus sur un ensemble de 67 communes).  

Oenotourisme (p. 314) : tourisme dont l’objectif est la découverte des régions viticoles et de leurs productions.

 

 

 

            B. Quels sont les différents espaces français de production agricole ?

 

Carte 1 page 132 : L’atout des espaces de la production agricole

Quels sont les différents types d’espaces agricoles français et les atouts de l’agriculture ?

L’organisation de la légende permet de distinguer :

– les espaces agricoles intégrés à la mondialisation (régions spécialisées dans la grande culture céréalière, l’élevage intensif, le vignoble…) ;

– les ports de la façade occidentale de la France tournés vers les flux mondiaux de produits agricoles ;

– les espaces en marge de la mondialisation pour lesquels différents acteurs (locaux, nationaux, européens) agissent pour assurer leur avenir.

_ La France présente une grande diversité des espaces agricoles, en raison des systèmes d’exploitation agricoles (systèmes polyculturaux, agriculture intensive), des types de cultures (céréales, vins) ou encore des dynamiques économiques en œuvre : abandon de terres devenant des friches ou valorisation par le tourisme vert.

_ La France dispose d’outils performants pour valoriser sa filière agricole comme des grands ports. Rouen est le premier port céréalier de l’UE (7,5 millions de tonnes de céréales en 2010). Les céréales venues de tout le Bassin parisien sont exportées vers les pays de l’UE (770 000 t) et de Méditerranée (4,5 millions de tonnes vers l’Afrique du Nord, 1 million de tonnes vers le Proche et Moyen Orient).

 

Quelles sont les caractéristiques et les productions des espaces agricoles intégrés à la mondialisation ?

_ Les différences d’insertion dans la mondialisation provoquent une hiérarchisation dans la performance économique des espaces agricoles :

* Les espaces agricoles intégrés à la mondialisation pratiquent une agriculture intensive liée aux industries agro-alimentaires. Ils se concentrent sur quelques grands ensembles régionaux :

1) L’agriculture industrielle s’étend du Nord-Pas-De-Calais à la région Centre :

- Le Bassin Parisien  est une zone de grande culture céréalière dotée de grandes exploitations très mécanisées dirigées par des agri-managers aux revenus élevés. Les céréales et les cultures industrielles (oléagineux, betteraves sucrières, pommes de terre) sont cultivées.

- Le Bassin aquitain exploite de manière intensive le maïs.

2) L’Ouest (Val de Loire, Bretagne 1ère région d’élevage de France) forme une zone d’élevage intensif pour la production de lait et de viande (élevages bovins, porcins, avicoles). Ce sont des petites exploitations pratiquant un élevage hors-sol. Cette agriculture a des conséquences écologiques néfastes comme la pollution des eaux.

3) La France méridionale est le domaine d’agricultures spécialisées :

            - vergers et cultures maraîchères du Comtat Venaissin et du Roussillon.

            - vignobles du Languedoc-Roussillon et de Corse. En Corse, avec l’effondrement de la vente des vins de table, vignoble est passé de 1970 à 1990 de 32 000 hectares à 10 000 hectares. Depuis 1990 les viticulteurs réagissent par une amélioration de la qualité.

4) Les cultures spécialisées sont liées aux conditions et aux traditions de leurs espaces agricoles :

- Les vignobles mondialement connus sont présent en Bordelais, Champagne et Bourgogne.

- Les cultures spécialisées comme les cultures tropicales (canne à sucre, bananes…) sont pratiquées dans les territoires ultramarins de la France : Martinique, Guadeloupe, Réunion et façade littorale de la Guyane.

Agriculture intensive (p. 312) : agriculture qui obtient de hauts rendements à l’hectare par l’utilisation de techniques modernes de production.

agri-manager (p. 142) : agriculteur qui gère son exploitation comme une entreprise, en liaison avec les firmes agroalimentaires et la demande du marché.

Industries agro-alimentaires (p. 142) : ensemble des industries qui transforment les produits de l’agriculture avant leur mise sur le marché.

 

Quelles sont les caractéristiques des espaces agricoles à faible productivité ?

_ Les espaces à faible productivité agricole sont souvent en recul démographique. Les systèmes polyculturaux sont présents mais peu performant économiquement. Les friches ou la forêt progressent dans le massif central et les montagnes de Corse, les Pyrénées et le Jura. 

_ Des dynamiques positives existent cependant : les régions de moyenne montagne comportant un élevage extensif bénéficient de label AOC pour la vente de leurs fromages et produits laitiers. Ce sont parfois des territoires paysagers où le tourisme vert se développe.

Systèmes polyculturaux (p. 315) : systèmes de cultures où l’on pratique plusieurs cultures sur une même exploitation.

Friches (p. 313) : champs où l’on ne pratique plus l’agriculture. Plus généralement, ancien espace productif laissé à l’abandon.

Tourisme vert (p. 268) : ensemble des loisirs pratiqués en milieu rural, centrés sur la découverte de la nature, des terroirs et du patrimoine.

 

 

 Carte-agriculture-francaise.jpg

 

 

CARTE DE SYNTHESE : ESPACES PRODUCTIFS FRANÇAIS DANS LA COMPETITION INTERNATIONALE

 

 Croquis-Espaces-productifs-francais-dans-la-competition-i.jpg

 

 

organigramme--les-espaces-productifs-dans-la-mondialisation.jpg 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours géographie 1ère : Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (2)

19 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

II. Comment l’espace français s’intègre-t-il dans la mondialisation ?

 

            A. Quelles sont les dynamiques des espaces productifs français dans la mondialisation à plusieurs échelles ?

 

                        1. Echelle nationale :    

 

A partir de la carte 1 page 130, réaliser un schéma sur le sujet suivant : Les dynamiques des espaces industriels en France.

 

Les dynamiques des espaces industriels en France

 

 Choreme-les-dynamiques-des-espaces-industriels-en-France.jpg

 

 

Carte 1 page 130 : Organisation et dynamiques spatiales de l’espace industriel

Quels sont les territoires dont les dynamiques sont positives ? Négatives ? Pourquoi ?

_ La France est la cinquième économie mondiale et une grande puissance industrielle. L’industrie représente 78% des exportations nationales et les secteurs de l’aéronautique et de la pharmacie progressent. Mais la désindustrialisation (Nord, Lorraine) est une réalité : depuis 1980 la France a perdu 2 millions d’emplois industriels. De 40% en 1968 les emplois industriels sont descendus à 13% de l’emploi total aujourd’hui. Le déclin est fort pour les industries lourdes et le textile.

_ La mondialisation fait passer la France d’un espace productif national à une diversité d’espaces productifs locaux. Une nouvelle carte des espaces productifs se met en place : l’opposition de part et d’autre de la ligne Le Havre-Marseille entre une France agricole et tertiaire au Sud-Ouest et un Nord-Est industriel s’efface à cause du recul de l’emploi industriel qui affecte plus fortement les anciennes régions industrielles.

* Dans le Nord-Est les politiques de reconversion industrielle (comme à Valenciennes, Nancy) tentent de diminuer les effets de la crise. Le patrimoine industriel est parfois valorisé.

* Le Sud-Ouest bénéficie de l’émergence de technopoles et d’un effet Sun Belt. L’effet Sun Belt désigne, par analogie avec les Etats-Unis ; l’attractivité pour les entreprises et la main-d’œuvre du sud et de l’ouest du pays (régions littorales et métropoles).

Désindustrialisation (p. 312) : diminution ou disparition de l’activité industrielle.

Reconversion industrielle (p. 315) : rénovation du tissu industriel des régions en crise par la création d’activités nouvelles.

 

Schema-repartition-des-espaces-productifs.jpg

 

 

2. Echelle régionale : 

 

Texte 4 page 139 : Regain de forme dans les régions

Quelles sont les raisons donnant un « regain de forme » (améliorant la compétitivité) aux régions ?

_ Les régions bénéficient de plusieurs points grâce auxquels leur dynamisme s’accroît :

* création de pôles de compétitivité comme Energivie en Alsace avec le projet d’embauche de 10 000 emplois en 10 ans.

* L’innovation et la recherche et développement sont à l’origine de la performance du secteur de la haute technologie avec des centres importants comme l’Institut national de l’énergie solaire (INES) au Bourget du Lac (Rhône-Alpes). Ainsi peuvent se créer de nouvelles filières d’activités (activités numériques avec les jeux vidéo, les robots intelligents) en Ile-de-France. L’Etat assure un important financement des recherches.

* Les IDE permettent l’essor de nombreux secteurs (comme dans l’agro-alimentaire en Bretagne). La France est attractive pour les financements  à cause de sa position centrale dans l’Union européenne et située à proximité de la riche dorsale européenne.

* Les Firmes transnationales (Airbus mais aussi Axa, Vinci, Alstom) et le secteur du luxe (parfum et cosmétique comme L’Oréal, LVMH, Hermès) sont des acteurs majeurs au niveau économique. Ainsi Hermès et LVMH sont présents au Brésil. Ces FTN peuvent assurer l’essor de régions et de métropoles (Pour Airbus Midi Pyrénées et métropole toulousaine).

* Les métropoles comme Paris ou Toulouse, les noeuds de communication, les territoires innovants sont favorisés alors que d’autres territoires, plus enclavés ou spécialisés dans des productions où la concurrence internationale tourne à leur désavantage, peinent à attirer les activités économiques.

Innovation (p. 313) : création ou amélioration de nouveaux produits ou de services en relation avec les dernières technologies issues de la recherche. L’innovation permet aux entreprises d’être compétitives sur le marché mondial.

Recherche et développement (p. 315) : ensemble des activités destinées à avoir des applications industrielles.

Investissement direct à l’étranger (p. 314) : mouvement international de capitaux réalisé par une firme dans le but de créer, de développer ou de maintenir une filiale à l’étranger. Il peut s’agir aussi de prendre le contrôle d’une entreprise étrangère. Par convention, un investissement direct à l’étranger est établi si l’investisseur acquiert au moins 10% du capital social de l’entreprise convoitée.

Firmes transnationales (p. 313) : entreprise exerçant ses activités dans plusieurs Etats directement ou par l’intermédiaire de filiales.

 

Organigramme-les-acteurs-d-un-territoire-de-l-innovation.jpg

 

 

 

3. Echelle locale :

 

Carte 2 page 133 : Les espaces du tourisme

En quoi le tertiaire est-il une force pour la France ?

Le territoire français a de nombreux atouts (héritages naturels, historiques…) et dispose d’aménagements spécifiques (littoral, montagne, parcs récréatifs…). Les effets induits sur le territoire et l’activité des services sont considérables.

_ Le tertiaire et en particulier le tourisme est une activité motrice de l’économie française :

* La France est le 4e exportateur mondial de services. Le tertiaire fournit 75% des emplois dans le tourisme (entreprises Accor, Club Méditerranée), les services financiers (Société générale, Crédit agricole, Allianz), la santé… mais aussi les fonctions périproductives.

* L’espace touristique comprend différents espaces. Paris est une des villes les plus touristiques au monde pour la richesse de son patrimoine et ses magasins de luxe. Un « croissant périphérique » du tourisme s’étend de la Manche aux Alpes. Le littoral métropolitain et des DROM (Antilles, La Réunion) comporte des stations balnéaires ; dans les Alpes du Nord on trouve trois générations de stations de sport d’hiver : dans les vallées (Chamonix, Megève), vers 1800 mètres d’altitude (l’Alpe-d’Huez, Val d’Isère), stations intégrées au dessus de 1800 mètres (Les Arcs, Tignes).

Tertiaire (p. 144) : secteur d’activité qui englobe le commerce, le transport et les services. Il s’oppose aux secteurs primaire (agriculture, pêche) et secondaire (industrie).

Services (p. 138) : ensemble des activités relevant du secteur tertiaire. Les services offrent un savoir et un travail (banques, publicité, transport, enseignement, santé…).

Fonctions périproductives (p. 138) : fonctions correspondant aux activités nécessaires au fonctionnement des entreprises (assurances, banques, gestion, publicité, transport…).

Stations intégrées (p. 315) : station de sports d’hiver ou station balnéaire conçus pour une prise en charge totale des touristes : activités sportives, loisirs, équipements, hébergement, commerces, etc.

 

Schéma 16 page 145 : Organisation d’une station de sports d’hiver

 

Schema-organisation-d-une-station-de-sports-d-hiver.jpg

 

B. Quels sont les facteurs d’évolution des localisations des activités sur les territoires français ?

 

ACTIVITE : Préparer un débat sur le sujet : « Les délocalisations, une désindustrialisation de la France ? »

Constitution de groupes avec un travail de recherche sur manuel et d’analyse à travers les questions des pages 150-151. Groupes contre les délocalisations : faire les questions 1 à 3 page 150 ; groupes pour les délocalisations : faire les questions 1 à 3 page 151.

 

GROUPE : CONTRE LES DELOCALISATIONS

 

Question 1 page 150 : Quels sont les acteurs industriels les plus touchés par les délocalisations industrielles (1, 2) ? Pourquoi ?

Les activités industrielles traditionnelles (métallurgie, automobile…) et celles qui emploient beaucoup de main-d’œuvre (industries du cuir, du jouet…) sont les premières victimes des délocalisations vers les pays où le coût du travail est faible.

 

Question 2 page 150 : Quelles sont les conséquences sociales des fermetures d’usines (2, 3) ?

Une forte augmentation du chômage.

 

Question 3 page 150 : Quelles régions sont davantage gagnées par la désindustrialisation liée aux délocalisations (2) ?

Les « vieilles » régions industrielles fondées sur l’exploitation minière et la fabrication d’acier (Nord, Lorraine…), les régions spécialisées dans une mono-activité (industries textiles, automobile…) sont les plus touchées.

 

GROUPE : POUR LES DELOCALISATIONS

 

Question 1 page 151 : Pour quelles raisons les entreprises délocalisent-elles (2, 4, 5) ?

Les délocalisations ont pour but la conquête de nouveaux marchés, notamment vers les pays émergents d’Asie. Elles s’inscrivent dans la logique de la mondialisation : la France bénéficie aussi de l’installation d’entreprises étrangères.

 

Question 2 page 151 : Les délocalisations ont-elles uniquement des effets négatifs sur l’emploi et l’économie (4) ?

Toutes les activités industrielles n’ont pas vocation à être délocalisées (les coûts de transport pouvant être trop élevés). Les pertes d’emploi sont à relativiser : moins de 7 %.

 

Question 3 page 151 : Quels arguments sont développés pour relativiser le déclin de l’industrie française (6, 7) ?

La diminution de l’emploi productif est compensée par la croissance des emplois des services destinés à l’industrie (+ de 3 millions).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : Le temps des dominations coloniales (3)

18 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

III. Quelles sont les contestations du fait colonial ?

 

            A. Quelles sont les contestations de la part des colonisés ?

 

Texte 5 page 277 : L’éveil du nationalisme algérien.

 

Texte 4 page 279 Les espoirs déçus de l’élite indochinoise

Question 8 page 279 : Comment expliquer les frustrations de ces jeunes Vietnamiens ?

Les élites vietnamiennes formées en Occident ne peuvent une fois revenues dans leur pays obtenir l’égalité avec les Européens. Cela génère des frustrations et des revendications indépendantistees.

 

_ Le développement économique des colonies et l’action scolaire contribuent à promouvoir de nouvelles élites indigènes. Mais le blocage du système colonial contribue à l’émergence de mouvements de contestation du colonialisme sous différentes formes :

* Politique : la contestation est précoce en Asie avec Ho Chi Minh, fondateur du parti communiste indochinois en 1930 et Gandhi en Inde. En Algérie le mouvement de l’Etoile nord-africaine fondée par Messali Hadj en 1926 revendique l’indépendance.

* Armée : la guerre du Rif affecte le nord du Maroc de 1921 à 1926. Les révoltés sous la direction d’Abd el-Krim sont vaincus par les troupes franco-espagnoles avec l’appui de l’artillerie et de l’aviation.

* culturelle : Léopold Sedar Senghor réfléchit à une forme de fédération africaine associée à égalité avec la France au sein d’un empire démocratique et réalise des poèmes sur la négritude.

Ho Chi Minh (p. 281) : (1890-1969) Nguyên Ai Quôc, connu sous le nom de Hô Chi Minh (« celui qui éclaire »), quitte l’Indochine française en 1911, s’installe en France en 1919 et adhère au parti communiste français en 1920. De retour en Indochine, il fonde le parti communiste indochinois en 1930. Nationaliste et communiste à la fois, il proclame l’indépendance du Vietnam en 1945 et dirige la lutte contre la France de 1946 à 1954.

Messali Hadj (p. 390) : (1898-1974) Leader nationaliste algérien. Immigré en France après 1918, il y fonde un des premiers mouvements nationalistes algériens, l’Etoile Nord-Africaine en 1926. A la dissolution de cette organisation, il fonde le parti du Peuple algérien en 1937. Après guerre, il crée le Mouvement pour le Triomphe des libertés démocratiques (MTLD) puis le Mouvement national algérien qui devient un vivier du nationalisme algérien. Au cours de la guerre d’Algérie, les partisans de Messali Hadj s’opposent parfois durement au FLN qui finit par triompher dans cette guerre intestine au nationalisme algérien. Il n’obtient la nationalité algérienne qu’en 1965 et il meurt en France sans avoir pu revenir dans son pays.

Senghor (p. 281) : Léopold Sédar Senghor (1906-2001) : Originaire du Sénégal, agrégé de grammaire, écrivain, il est le fondateur du mouvement de la négritude, en 1935. Il s’intéresse également à la politique : élu à l’Assemblée constituante française en 1945, il occupe plusieurs postes ministériels entre 1955 et 1960 et devient président de la République du Sénégal en 1963.

Négritude (p. 280) : Ensemble des valeurs culturelles et spirituelles propres aux Noirs africains, et revendiquées par eux.

 

 

            B. Pour quelles raisons les Européens dénoncent-ils la colonisation ?

 

Texte 2 page 285 : La construction du Congo-Océan vue par le journaliste français Albert Londres

Quelle situation dénonce Albert Londres ?

_ L’influence des intellectuels est limitée mais n’empêchent pas le journaliste Albert Londres de témoigner de l’horreur du travail forcé sur la ligne de chemin de fer Congo-Océan (1921-1934) ; des écrivains comme André Gide dénoncent les atrocités commises par les Français dans Voyage au Congo en 1925.

 

HISTOIRE DES ARTS : La colonisation vue par Hergé dans Tintin au Congo

 

Tintin-au-Congo--imaginaire-colonial.jpg

 

 

1. Quelle est l’attitude de Tintin envers les Congolais ?

 

2. Quel reproche est fait aux Congolais ?

 

3. Comment est habillé le Congolais ne voulant pas travailler ? Qu’est-ce que cela indique ?

 

 

Quelles sont les autres oppositions au colonialisme ?

_ L’opposition à la colonisation dans les métropoles est diverse : des milieux chrétiens, des libéraux qui s’opposent aux coûts financiers de la colonisation ou encore Albert Einstein qui assume la présidence de la Ligue contre l’oppression coloniale créée à Bruxelles en 1927.

L’écrivain Anatole France, républicain humaniste, dénonce l’hypocrisie du système colonial.

_ Le Président Wilson dans son programme de paix en 14 points affirme le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

 

 

Affiche-100-ans-de-domination-.jpg

 

 

Caricature-PCF-trahissant-la-France-coloniale.jpg

 

Affiche de 1927 d’André Galland

 

1. Qui sont les personnages représentés ?

 

2. Qui donne le couteau ? Que représente l’ombre en bas à droite ?

 

 

Quel parti politique est opposé à la colonisation ? Pourquoi ?

_ Dans les années 1920 le Parti communiste est opposé à la colonisation. En effet la doctrine marxiste dénonce l’exploitation de l’homme par l’homme, du colonisé par le colon et la métropole. L’anticolonialisme est un prolongement de l’anticapitalisme.

 

 

CONCLUSION : Schéma de synthèse

 

 

Schema-Colonisation-principes-et-application.jpg

 

 

 

 

1ère Fiche programmation Histoire

 

LE TEMPS DES DOMINATIONS COLONIALES

 

 

 

1ère Fiche d’objectifs histoire

 

LE TEMPS DES DOMINATIONS COLONIALES

 

SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Comment s’opèrent la conquête et le partage colonial du monde et de l’Afrique à la fin du XIXe siècle ?

A. Quelles sont les causes de l’expansion européenne ?

B. Quelles sont les rivalités européennes pour le partage des territoires ?

                1. Quels territoires sont partagés par les puissances coloniales ?

             2. Quelles sont les crises manifestant les rivalités entre pays européens ?

C. En quoi la situation de l’Afrique est-elle exemplaire du partage et des rivalités coloniales ?

                               1. En quoi la conférence de Berlin fixe-t-elle les règles de partage de l’Afrique ?

2. En quoi la colonisation de l’Afrique est-elle quasiment achevée à la fin du XIX siècle ?

II. Comment est l’empire français au moment de l’exposition coloniale de 1931, entre réalités, représentations et contestations ?

A. Quelle est l’étendue de l’Empire colonial français ?

B. Quels sont les mythes et les représentations de l’Empire colonial ?

                               1. Comment la propagande coloniale influence-t-elle les conceptions du monde colonial ?

2. En quoi la colonisation ne respecte pas les principes démocratiques de la III République ?

III. Quelles sont les contestations du fait colonial ?

                A. Quelles sont les contestations de la part des colonisés ?

                B. Pour quelles raisons les Européens dénoncent-ils la colonisation ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Colonie (p. 272) : Territoire occupé et administré par un Etat étranger (la « métropole »).

Colonie de peuplement (p. 276) : Colonie dans laquelle s’installe définitivement un grand nombre d’habitants venus de métropole.

Mandats (p. 272) : Après la Première Guerre mondiale, territoire confié par la SDN aux puissances victorieuses qui l’administrent en son nom.

Protectorat : (p. 272) : Régime juridique établi par un traité international selon lequel un Etat « protégé » renonce à certains éléments de souveraineté (défense, politique étrangère, douanes…) au profit d’un Etat « protecteur ».

Colonie d’exploitation (p. 278) : colonie exploitée pour fournir aux métropoles des matières premières et dans laquelle le peuplement d’origine européenne est très faible.

Négritude (p. 280) : Ensemble des valeurs culturelles et spirituelles propres aux Noirs africains, et revendiquées par eux.

 

3/ JE CONNAIS LES BIOGRAPHIES DE :

 

Ho Chi Minh (p. 281) : (1890-1969) Nguyên Ai Quôc, connu sous le nom de Hô Chi Minh (« celui qui éclaire »), quitte l’Indochine française en 1911, s’installe en France en 1919 et adhère au parti communiste français en 1920. De retour en Indochine, il fonde le parti communiste indochinois en 1930. Nationaliste et communiste à la fois, il proclame l’indépendance du Vietnam en 1945 et dirige la lutte contre la France de 1946 à 1954.

Messali Hadj (p. 390) : (1898-1974) Leader nationaliste algérien. Immigré en France après 1918, il y fonde un des premiers mouvements nationalistes algériens, l’Etoile Nord-Africaine en 1926. A la dissolution de cette organisation, il fonde le parti du Peuple algérien en 1937. Après guerre, il crée le Mouvement pour le Triomphe des libertés démocratiques (MTLD) puis le Mouvement national algérien qui devient un vivier du nationalisme algérien. Au cours de la guerre d’Algérie, les partisans de Messali Hadj s’opposent parfois durement au FLN qui finit par triompher dans cette guerre intestine au nationalisme algérien. Il n’obtient la nationalité algérienne qu’en 1965 et il meurt en France sans avoir pu revenir dans son pays.

Senghor (p. 281) : Léopold Sédar Senghor (1906-2001) : Originaire du Sénégal, agrégé de grammaire, écrivain, il est le fondateur du mouvement de la négritude, en 1935. Il s’intéresse également à la politique : élu à l’Assemblée constituante française en 1945, il occupe plusieurs postes ministériels entre 1955 et 1960 et devient président de la République du Sénégal en 1963.

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE HISTORIQUE

5/ JE SAIS METTRE EN RELATIONS TEXTE ET CARTE HISTORIQUE

6/ JE SAIS ETUDIER UNE CARICATURE

7/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE ILLUSTRATION

9/ JE SAIS ETUDIER UN ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

10/ JE SAIS ETUDIER UN TABLEAU STATISTIQUE

 

 

 

 

 

 

 

                                               SAVOIR

notions

méthodes

Problématiques : 

1) Comment s’opère le partage colonial de l’Afrique au XIX siècle ?

2) Quel est l’état de l’empire français au moment de l’exposition coloniale (dans ses réalités, ses représentations, les contestations qu’il suscite) ?

I. Comment s’opèrent la conquête et le partage colonial du monde et de l’Afrique à la fin du XIXe siècle ?

A. Quelles sont les causes de l’expansion européenne ?

 

B. Quelles sont les rivalités européennes pour le partage des territoires ?

                1. Quels territoires sont partagés par les puissances coloniales ?

             2. Quelles sont les crises manifestant les rivalités entre pays européens ? 

 

 

 

 

C. En quoi la situation de l’Afrique est-elle exemplaire du partage et des rivalités coloniales ?

                               1. En quoi la conférence de Berlin fixe-t-elle les règles de partage de l’Afrique ?

2. En quoi la colonisation de l’Afrique est-elle quasiment achevée à la fin du XIX siècle ?

 

 

II. Comment est l’empire français au moment de l’exposition coloniale de 1931, entre réalités, représentations et contestations ?

A. Quelle est l’étendue de l’Empire colonial français ?

 

 

 

 

 

B. Quels sont les mythes et les représentations de l’Empire colonial ?

                               1. Comment la propagande coloniale influence-t-elle les conceptions du monde colonial ?

 

2. En quoi la colonisation ne respecte pas les principes démocratiques de la III République ?

 

 

III. Quelles sont les contestations du fait colonial ?

                A. Quelles sont les contestations de la part des colonisés ?

 

 

 

                B. Pour quelles raisons les Européens dénoncent-ils la colonisation ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Colonie (IIA)

Colonie de peuplement (IIA)

Mandats (IIA)

Protectorat (IIA)

 

 

 

 

 

 

Colonie d’exploitation (IIB2)

 

 

 

Ho Chi Minh (IIIA)

Messali Hadj (IIIA)

Senghor (IIIA)

Négritude (IIIA)

 

 

 

 

 

 

 

Etude de carte (IA)

 

 

 

 

 

Mise en relation de cartes (IB2)

Mise en relations carte et texte (IB2)

Etude de caricature (IB2)

 

Etude de texte (IC1)

 

 

Etude d’illustration (IC2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en relation de documents (ensemble documentaire) (IIB1)

 

Etude de tableaux statistiques (IIB2)

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : Le temps des dominations coloniales (2)

18 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

I. Comment est l’empire français au moment de l’exposition coloniale de 1931, entre réalités, représentations et contestations ?

 

A. Quelle est l’étendue de l’Empire colonial français ?

 

Carte 3 page 267 : L’Empire français à son apogée dans les années 1930.

Question 5 page 266 : Décrivez l’Empire français dans les années 1930.

_ L’Empire français est en 1930 le second du monde et s’étend sur trois continents et 12 millions de km². Il comporte plus de 60 millions d’habitants et forme avec la métropole la « plus grande France » de 100 millions d’habitants.

 

Quelles sont les différentes formes de la domination française ?

_ La domination française prend des formes différentes. Un Empire colonial est un agrégat de territoires sous influence étrangère à des degrés divers, sous administration directe ou indirecte. Les statuts des colonies sont divers :

* Des colonies sont sous la dépendance de la métropole, mais conservent leur administration interne : ce sont les protectorats comme pour la Tunisie (1881) et le Maroc (1912). L’Indochine en 1887 est une fédération de quatre protectorats et d’une colonie. 

*  La plupart des colonies sont des possessions directement placées sous la souveraineté de la métropole. Les territoires sont annexés. Par exemple l’Algérie conquise à partir de 1830 est devenue une colonie de peuplement. En Afrique les colonies comportent les territoires appartenant à l’A.O.F. (Afrique occidentale française) dont la capitale est Dakar et ceux appartenant à l’A.E.F. (Afrique équatoriale française) dont la capitale est Brazzaville (capitale de l’actuelle Congo-Brazzaville). La France contrôle aussi la grande île orientale de Madagascar. De nombreux territoires d’Océanie sont des colonies.

* Des territoires confiés par la SDN après la 1ère Guerre mondiale sont administrés par la France. Ce sont les mandats du Levant (Syrie et Liban), du Togo et Cameroun.

* Des zones d’influence existent, comme en Chine, où les Européens se partagent les intérêts stratégiques et économiques sans dominer politiquement le pays. La France dispose d’une concession (quartier réservé) dans la ville de Shanghai.

Colonie (p. 272) : Territoire occupé et administré par un Etat étranger (la « métropole »).

Colonie de peuplement (p. 276) : Colonie dans laquelle s’installe définitivement un grand nombre d’habitants venus de métropole.

Mandats (p. 272) : Après la Première Guerre mondiale, territoire confié par la SDN aux puissances victorieuses qui l’administrent en son nom.

Protectorat : (p. 272) : Régime juridique établi par un traité international selon lequel un Etat « protégé » renonce à certains éléments de souveraineté (défense, politique étrangère, douanes…) au profit d’un Etat « protecteur ».

 

Quelles sont les caractéristiques de l’administration coloniale ?

_ Les caractéristiques de l’administration coloniale du XIX et XX siècle : la colonisation des XIXe et XXe siècles est très différente de celle des siècles antérieurs. La mission civilisatrice au nom de laquelle les Européens s’emparent de l’Afrique conduit à lutter contre l’esclavage et la traite négrière.

_ Le système colonial français génère rarement (sauf dans le cas de l’Algérie) la constitution de colonies de peuplement. Il se limite à la présence de coloniaux, essentiellement des fonctionnaires et des militaires, qui administrent les territoires. Par exemple l’Indochine comporte 34 000 Français pour une population de 2,6 millions d’habitants en 1930.

 

 

B. Quels sont les mythes et les représentations de l’Empire colonial ?

 

                        1. Comment la propagande coloniale influence-t-elle les conceptions du monde colonial ?

 

Lien vidéo documentaire Exposition coloniale (8 min 44) : http://www.cndp.fr/tdc/tous-les-numeros/exhibitions-linvention-du-sauvage/videos/article/lexposition-coloniale-de-1931-la-vitrine-de-lempire.html

 

Ensemble documentaire pp 274-275.

Bilan page  275 : A l’aide des documents et de vos réponses aux questions, montrez comment l’Exposition de 1931 entend contribuer à la mise en valeur de l’œuvre coloniale.

_ L’exposition coloniale de 1931 exalte la politique coloniale. Elle marque le triomphe du colonialisme en Europe qui bénéficie d’un large soutien politique. L’opinion publique est de plus en plus réceptive à la propagande coloniale (célébration du centenaire de l’Algérie française en 1930, exposition coloniale de 1931 qui succède à celle de Marseille en 1922).

L’exposition coloniale est organisée dans le bois de Vincennes sous la direction du maréchal Lyautey du 6 mai au 15 novembre 1931. Elle rencontre un grand succès avec 12 000 exposants, 33 millions de tickets vendus, 8 millions de visiteurs venus accomplir le « tour du monde en un jour ». L’exposition constitue un moment majeur de la propagande colonialiste française.

_ Cependant l’exposition suscite des oppositions : une contre-exposition est organisée à Paris, le Collectif de douze surréalistes (dont André Breton, Paul Eluard, Louis Aragon, René Char) diffuse un tract le 30 avril 1931 : « Ne visitez pas l’Exposition Coloniale ».

 

 

Graphique-circulaire-succes-exposition-coloniale-1931.jpg

 

LIEN DOSSIER : Affiche coloniale exposition de 1931 : http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=873&d=11&t=321

 

 

Chanson 1 page 282 : Le roi du Dahomey Béhanzin et ses Amazones

Quelles conceptions justifient la colonisation pour les Européens ?

La chanson exprime la croyance selon laquelle la colonisation permet d’apporter la liberté à l’Afrique : « Libre enfin, le Noir, désormais vivrait au Dahomey » et aussi qu’il faut imposer cette liberté par la force « Braquer sans tarder le canon » contre des dirigeants cruels « fait trancher pour son bon plaisir la tête à son peuple martyr ».

 

_ Plusieurs conceptions justifient la colonisation pour les Européens. Confortés par leur supériorité technique, les Européens sont convaincus de la supériorité de leur civilisation. C’est à cette époque que naissent les théories de la supériorité de l’Homme blanc (fardeau de l’homme blanc de Rudyard Kipling), ainsi que les bases du racisme contemporain (Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines). Cette prétendue supériorité sert la légitimation de l’expansion territoriale de l’Europe, l’affirmation de la mission civilisatrice de l’Europe venant alimenter la bonne conscience des colonisateurs. La doctrine des « 3 C » consiste en la pratique de la Christianisation et de la Civilisation des peuples d’Afrique par la pratique du Commerce de leurs produits et non de leurs hommes (interdiction de l’esclavage et de la traite négrière).

 

 

 

2. En quoi la colonisation ne respecte pas les principes démocratiques de la III République ?

 

Carte 1 page 278 : L’économie indochinoise dans les années 1930.

Texte 2 page 278 : L’Indochine française, une colonie d’exploitation

Question 4 page 279 : Pourquoi l’Indochine est-elle une colonie d’exploitation ?

_ Une économie de pillage ? Les intérêts économiques de la France sont imposés aux populations indigènes, ce qui engendre des inégalités sociales. L’Indochine est ainsi une colonie d’exploitation dont les ressources (économie minière avec le charbon du Tonkin, économie de plantation avec le caoutchouc extrait des hévéas de Cochinchine, poivre du Cambodge…) sont exportées alors que la population vit dans la misère.

Colonie d’exploitation (p. 278) : colonie exploitée pour fournir aux métropoles des matières premières et dans laquelle le peuplement d’origine européenne est très faible.

 

Texte 2 page 276 : La dénonciation du Code de l’indigénat

Question 3 page 277 : Pourquoi peut-on dire que le Code de l’indigénat est injuste et abusif ?

_ Les populations indigènes ne sont pas associées à la gestion de leur territoire Les colonisés sont privés de droit et soumis au travail forcé par le Code de l’indigénat. Ce dernier correspond à l’ensemble des mesures juridiques appliquées par l’administration coloniale aux seuls « indigènes », qui ont ainsi un statut inférieur aux citoyens français (liste extensive de délits, peines alourdies, etc.). Il est aboli en 1946.

 

Tableaux statistique 3 page 276 : Les inégalités de la société algérienne.

Quelles sont les inégalités au sein des colonies ?

_ L’Algérie est une colonie de peuplement dont la société connaissait de fortes inégalités. Les trois départements français d’Algérie abritent une population européenne (« pieds noirs ») disposant des meilleures terres agricoles et des indigènes dépossédés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : (ARCHIVE 2012) Le temps des dominations coloniales (1)

18 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

LE TEMPS DES DOMINATIONS COLONIALES

7 à 8 heures (4 à 5 heures)                                               Manuel Nathan Côte 2011

 

Introduction : En 1850 les principaux pays européens disposent d’une puissante industrie, connaît la révolution des transports. La supériorité de leur technologie s’accompagne d’une forte croissance démographique. Ceci provoque des migrations humaines et rapidement un contrôle de vastes territoires peuplés en dehors du continent européen.

De 1850 à 1939 tous les continents à l’exception de l’Europe et de l’Amérique sont touchés. L’Afrique est un continent colonisé dans sa presque totalité, en particulier par deux immenses Empires : britannique et français.

 

Problématiques :  

1) Comment s’opère le partage colonial de l’Afrique au XIX siècle ?

2) Quel est l’état de l’empire français au moment de l’exposition coloniale (dans ses réalités, ses représentations, les contestations qu’il suscite) ?

 

Chronologie-colonisation.jpg

 

 

 

ARCHIVE 2012 : allégement de programme

 

I. Comment s’opèrent la conquête et le partage colonial du monde et de l’Afrique à la fin du XIXe siècle ?

 

A. Quelles sont les causes de l’expansion européenne ?

 

Carte 1 page 20 : L’économie-monde britannique (1850-1914)

Question 1 page 21 : Comment expliquer la domination de l’Europe sur le monde à la fin du XIX et au début du XX siècles ?

_ L’impérialisme des Européens est rendu possible à cause de la puissance industrielle et démographique des pays européens, ainsi que par la révolution des transports :

* Puissance industrielle : La Révolution Industrielle est une des causes de l’expansion européenne : elle nécessite la recherche de matières premières et de débouchés nouveaux. Elle conduit à la supériorité technique et technologique de l’Europe sur les autres parties du Monde.

* Révolution des transports : L’Europe dispose d’une importante production industrielle, celle-ci est exportée dans le monde en direction des colonies. En 1910 l’Europe assure 58% des exportations mondiales et 65% des importations. Cette facilité dans les exportations est liée à la Révolution des transports, en particulier avec le passage de la marine à voile à celle à vapeur, mais il faut des escales pour avitailler le navire dans son périple maritime, ce qui entraîne la création de comptoirs puis de colonies (Le Cap sur la routes des Indes britanniques).

* Puissance démographique : L’expansion démographique des Européens : à partir du 2ème quart du 19ème siècle, l’Europe entre dans la transition démographique. Cela se traduit par une augmentation sans précédent de la population L’Europe passe de 275 millions d’habitants vers 1850 à 481 millions en 1913. Cela conduit à la fois à une volonté d’expansion territoriale et à une émigration massive vers les pays neufs (Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Brésil…) etc. Environ 40 millions d’Européens quittent l’Europe entre 1800 et 1913. De 1900 à 1913 plus d’un million d’Européens quittent le « vieux continent ». L’émigration diffuse la civilisation européenne. En 1913 un habitant du monde sur 3 est Européen ou d’origine européenne.

 

 

B. Quelles sont les rivalités européennes pour le partage des territoires ?

 

            1. Quels territoires sont partagés par les puissances coloniales ?

 

Carte 2 page 267 : Les Empires en 1914

Questions 4 page 266 : Quelles sont les deux principales puissances coloniales en 1914 ?

_ Les territoires des colonies sont partagés par les  grandes puissances coloniales en 1914 :

* le Royaume-Uni, c’est la plus grande puissance coloniale : sur son Empire, « le soleil ne se couche jamais ». Elle a des possessions en Afrique (de l’Egypte au Nord jusqu’à la province du Cap en Afrique du Sud), en Inde, Asie du Sud-Est ; dominions (possession anglaise ayant le droit de se gouverner elle-même, tout en reconnaissant la souveraineté britannique) en Australie, Canada…).

*  La France a un Empire important, centré sur l’Afrique Noire, le Maghreb et l’Indochine.

 

 

 Schema-dominations-coloniales-RU-et-France.jpg

 

 

Quels sont les autres Empires coloniaux en 1914 ?

_ L’Allemagne qui s’est lancée tardivement dans la course coloniale, a seulement quelques colonies en Afrique (Afrique  orientale allemande, Togo, Cameroun, Sud-ouest africain allemand) et en Océanie (Nouvelle Guinée).

_ D’autres pays européens ont un Empire colonial comme le Portugal (Angola, Mozambique en Afrique), l’Italie (Libye, Erythrée, Somalie en Afrique), la Belgique (Congo Belge) et les Pays-Bas en Océanie (Indes Néerlandaises) et en Amérique (Surinam). 

 

 

2. Quelles sont les crises manifestant les rivalités entre pays européens ? 

 

Carte 1 page 266 : Les Empires vers 1860

+ Carte 2 page 267 : Les Empires en 1914

Questions 2 et 3 page 266 : Où l’expansion coloniale a-t-elle été particulièrement l’objet de rivalités entre Européens ? Qui en sont les acteurs ?

 

Carte 1 page 268 : La course aux colonies en Afrique

Texte 6 page 269 : Fachoda, la rivalité franco-britannique.

Question 9 page 269 : Présentez la crise de Fachoda. Quel risque fait-elle courir ?

 

Lien documentaire (6 min 52) Fachoda, une guerre évitée : http://www.cndp.fr/tdc/tous-les-numeros/exhibitions-linvention-du-sauvage/videos/article/fachoda-une-guerre-evitee.html

 

_ Les rivalités nationales en Europe : le colonialisme est au fond une manifestation des rivalités entre les grandes puissances européennes.

* La colonisation française est par exemple à bien des égards une compensation de la perte de l’Alsace-Lorraine en 1871. De même l’Angleterre fait de son empire économique la base de sa puissance politique. Ou encore, la toute nouvelle Allemagne (l’Unité date de 1871) cherche à s’affirmer comme grande puissance mondiale en se lançant dans une politique coloniale active.

* La colonisation conduit d’ailleurs à des crises annonciatrices de la Première Guerre Mondiale (Fachoda entre la France et le Royaume-Uni, les deux crises marocaines d’Agadir et de Tanger entre la France et l’Allemagne).

 

 

 

Caricature sur la conférence de Berlin

 

  Caricature-Congres-de-Berlin-1885.jpg

 

C. En quoi la situation de l’Afrique est-elle exemplaire du partage et des rivalités coloniales ?

 

                        1. En quoi la conférence de Berlin fixe-t-elle les règles de partage de l’Afrique ?

 

Texte 2 page 268 : La conférence de Berlin (1884-1885)

Question 6 page 269 : Quel problème cette conférence entend-elle régler ?

 

_ La conférence de Berlin, en 1885, est un moment clé du partage colonial de l’Afrique. Elle en a fixé les règles : la liberté et l’égalité du commerce dans les bassins du Congo et du Niger, la lutte contre l’esclavage et les conditions de reconnaissance des prises de possessions européennes sur les côtes.

 _ Les partages se font en 1890 (traités entre Anglais et Français en Afrique de l’Ouest et entre Anglais et Allemands en Afrique de l’Est), en 1894 (délimitation entre Français, Allemands et le Congo de Léopold II) et 1898 entre Français et Anglais après la crise de Fachoda.

 

 

 

2. En quoi la colonisation de l’Afrique est-elle quasiment achevée à la fin du XIX siècle ?

 

Carte 1 page 268 : La course aux colonies en Afrique

(Texte 5 page 269 : Accord de partage entre la France et le Royaume-Uni)

Questions 8 page 269 : Pourquoi peut-on parler d’un partage de l’Afrique ?

_ En 1914 le continent africain est presque entièrement partagé par les Européens et colonisé à l’exclusion du Libéria fondé par les Etats-Unis pour le retour des esclaves et du royaume chrétien d'Ethiopie après sa victoire contre les Italiens à Adoua en mars 1896.

 

Poème 3 page 268 : La conquête de l’Afrique vue par un poète africain

Illustration 4 page 269 : La résistance des Hereros contre les Allemands en Afrique du Sud-Ouest.

Questions 5 page 269 : Comment réagissent les populations locales ?

_ La domination européenne est contestée par des résistances locales comme la révolte en 1904 des Hereros contre les Allemands en Afrique du Sud-Ouest. La répression (1904-1908) fait passer leur population d’une centaine de milliers à 15 000. Leurs terres sont confisquées et données aux colons allemands, les survivants Hereros enfermés dans des camps de travail forcé. On qualifie parfois ce massacre de premier génocide du siècle.

 

 

 

Lire la suite

Cours Géographie 1ère : Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (1)

11 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

LES DYNAMIQUES DES ESPACES PRODUCTIFS DANS LA MONDIALISATION

6-7 heures                                                                                         Manuel Magnard 2011

 

Introduction : Les espaces productifs français ont fortement évolué depuis 1973 et la fin des Trente Glorieuses. Le recul des industries traditionnelles dans le cadre de la nouvelle division internationale du travail a entraîné la reconversion d'anciennes régions industrielles tandis que d'autres activités se développaient en particulier dans les grandes aires urbaines.
Les activités économiques françaises se sont donc territorialisées autour des réseaux et carrefours reliant le pays aux grands centres de la mondialisation. Cet impact de la mondialisation sur les espaces productifs est particulièrement perceptible sur les espaces agricoles français confrontés aujourd'hui à la perspective d'importantes mutations.
 
 

Problématiques : Comment les logiques de la mondialisation modifient-elles l’organisation de l’espace économique français ? Quels sont les effets de la mondialisation sur les territoires productifs ?

 

I. Etude de cas : Un territoire de l’innovation : Grenoble.

 

Introduction : La région grenobloise est caractérisée depuis plus de 50 ans par son dynamisme industriel basé sur l’alliance entre les entreprises et l’Université. Depuis 2005 la région abrite un pôle de compétitivité. La loi définie le pôle de compétitivité comme : « le regroupement sur un même territoire d’entreprises, d’établissements d’enseignement supérieur et d’organismes de recherche publics ou privés qui ont vocation à travailler en synergie pour mettre en œuvre des projets de développement économique pour l’innovation ».

Problématique : « Quelles sont les caractéristiques et les raisons du succès de ce territoire de l’innovation ? »

 

            A. Quels sont les atouts de Grenoble pour relever le défi de l’innovation ?

 

Question 1 page 135 : Pourquoi l’innovation est-elle importante pour l’avenir de l’activité industrielle en France (doc. 4) ? Quels sont les atouts de Grenoble (doc. 2, 3) ?

_ Face à l’émergence de nouvelles puissances industrielles, l’innovation est un des atouts majeurs de la France pour relever le défi de la concurrence internationale. La politique industrielle impulsée par l’État et les collectivités locales vise à favoriser la recherche, notamment par la création des pôles de compétitivité.

_ Grenoble est bien placée pour jouer la carte de l’innovation.

La cité de l’Isère a très tôt développé des activités nouvelles comme l’hydroélectricité. Aujourd’hui, avec Minalogic, pôle de compétitivité mondial, le campus Minatec... le territoire grenoblois est après l’Île-de-France le premier pôle de recherche français.

 

Question 2 page 135 : Dans quels domaines s’exerce la recherche à Grenoble (doc. 1, 2, 3,4) ?

L’innovation porte surtout sur les techniques de miniaturisation électronique, puces intelligentes, logiciels... mais aussi sur les domaines de la santé, de l’environnement.

 

Question 3 page 135 : Qu’est-ce qu’un « pôle de compétitivité (voir lexique) ? Quel est l’impact du pôle de compétitivité Minalogic (doc. 4, 5) ?

_ Le pôle de compétitivité regroupe sur un même territoire des entreprises, des établissements d’enseignement supérieur et des organismes de recherche publics ou privés avec pour vocation d’élaborer ensemble des projets majeurs d’innovation.

_ Minalogic fédère près de 150 acteurs de l’industrie, de la recherche, de l’enseignement...

 

 

            B. Quels sont les nouveaux territoires de l’industrie ?

 

Question 1 page 137 : Décrivez les paysages industriels à Grenoble et autour de Grenoble (doc. 1,6) ?

Le rapprochement spatial des activités industrielles et de la recherche donne naissance à des paysages spécifiques. C’est le cas du campus Minatec où de l’ancienne Zirst de Meylan, rebaptisée Inovallée, où des bâtiments modernes abritent production et recherche dans un cadre agréable au pied de la chaîne alpine.

 

Question 2 page 137 : Quelles sont les industries présentes dans la région (doc. 7, 8, 9) ?

Les activités dominantes concernent aussi bien l’industrie que les services : technologies informatiques et de fabrication de logiciels ; biotechnologies ; électronique ; multimédia, mécanique...

Elles sont installées à Grenoble et dans les villes de sa périphérie.

 

Question 3 page 137 : Pourquoi l’industrie se localise-t-elle à Grenoble ou près de Grenoble (doc. 9, 10, 11) ?

Les activités industrielles et les services se localisent désormais à proximité des grandes agglomérations pour bénéficier des moyens de communication rapides (autoroute, aéroport,

LGV), des services destinés aux entreprises (banque, assurance, publicité, marketing...), des laboratoires, des universités.

 

Question 4 page 137 : Définissez « parc scientifique et technologique » (voir lexique)

On parle de technopôle (ou de parc scientifique et technologique) lorsque, sur un même lieu, l’industrie et la recherche sont rassemblées.

 

Site Inovallée : http://www.inovallee.com/

 

 

_ Le technopôle de Grenoble a été fondé en 1971 et est après l’Ile-de-France le premier pôle de recherche français.

* Les caractéristiques : Le technopôle d’Inovallée s’étend sur 110 hectares de terrains et compte 320 entreprises employant 10 000 personnes. Le pôle de compétitivité a comme activité les nouvelles technologies  (logiciels, miniaturisation électronique, multimédias), les domaines de la santé et de l’environnement (biotechnologies).

* Les éléments ayant permis l’émergence d’une capacité d’innovation sont le rôle des universités et de la recherche, quantitativement et qualitativement puissantes à Grenoble (55 000 étudiants, 5 900 chercheurs, 3 universités, 1 Grande Ecole, et 1 IEP ; une excellence scientifique reconnue en sciences de la matière, sciences de l’univers, sciences de l’ingénieur et sciences sociales).

* L’activité du pôle : Le pôle de compétitivité a une stratégie de compétitivité internationale vigoureuse. Le doublement du site de production de micro et nanocomposants à Crolles, qui est le versant industriel de l’opération MINATEC, est présenté comme le plus gros investissement industriel des années 2000-2010 en France.

Technopôle (p. 315) : pôle d’activités proche d’une grande ville, réunissant la recherche et des industries de haute technologie (informatique, télécommunication).

 Pôle de compétitivité (p. 140) : sur un même territoire, regroupement et mise en relation d’entreprises, d’établissements d’enseignement supérieur, d’organismes de recherches (publics ou privés), avec pour vocation d’élaborer ensemble des projets de développement économique pour l’innovation. Lancés en 2004 par l’Etat, les pôles de compétitivité peuvent bénéficier de subventions publiques.  

 

 

SCHEMAS ETUDE DE CAS : UN TERRITOIRE DE L’INNOVATION : GRENOBLE

 

1) Dessiner le schéma 11 page 137 : Schéma d’un parc scientifique et technologique.

 

Schéma d’un parc scientifique et technologique :

 

 

Schema-d-un-parc-scientifique-et-technologique.jpg

 

 

 

 

2) Dessiner le schéma 7 page 136 : L’industrie de haute technologie autour de Grenoble.

 

Schéma de l’étude de cas : Un territoire de l’innovation : Grenoble

 

Schema-L-industrie-de-haute-technologie-autour-de-Grenoble.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : La fin des totalitarismes (3)

7 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

II. Comment le totalitarisme soviétique prend fin entre l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir et  l’implosion de l’URSS ?

 

Texte 1 page 250 : La politique de réforme de Gorbatchev

Caricature 2 page 250 : La perestroïka, une rupture idéologique ?

Texte 3 page 251 : La glasnost en URSS

Question 4 page 251 : En quoi cette politique est-elle une rupture décisive ?

_ En 1985 l’arrivée au pouvoir de M. Gorbatchev inaugure des changements provoquant une rupture en URSS : réformes économiques de la perestroïka et liberté d’expression avec la glasnost doivent permettre d’assouplir le système soviétique sans remettre en cause l’idéologie communiste.

* Rupture avec la dictature communiste par la glasnost : La censure est abolie et les médias peuvent aborder des sujets sensibles comme l’explosion de Tchernobyl en 1986, le malaise des soldats envoyés en Afghanistan. De plus Gorbatchev démocratise l’URSS : il modifie la Constitution et organise les premières élections en partie libres de l’URSS en mars 1989 (présence de candidatures libres).

* Rupture avec l’économie centralisée avec la perestroïka : Dans les années 1980 l’URSS connaît une grave crise économique révélant les échecs de l’économie centralisée soviétique. Pour relancer l’économie Gorbatchev entreprend d’assouplir la planification, de donner de l’autonomie aux entreprises et créer un secteur privé soumis au marché. Le but est de débloquer un système économique marqué par la mauvaise qualité des productions et le manque de motivation des travailleurs.

Gorbatchev (p. 253) : (né en 1931) Adhérent du parti communiste en 1952, il en devient secrétaire général en 1985. Il tente de réformer le système soviétique en lançant la perestroïka et la glasnost. Contraint d’accepter la disparition de l’URSS, il démissionne le 25 décembre 1991.

Glasnost (p. 253) : (« transparence » en russe) Politique consistant à établir la liberté d’expression en URSS. Elle est initiée par M. Gorbatchev à partir de 1985.

Perestroïka (p. 253) : (« restructuration » en russe) Politique de réformes économiques et sociales menées par M. Gorbatchev entre 1985 et 1991 en URSS.

 

Caricature-de-Plantu-sur-la-Perestroika.jpg

 

 

Quelles sont les crises affectant l’URSS ?

_ La progression du chômage et de l’inflation, les grèves et les manifestations paralysant le pays pendant l’été 1989 montrent l’aggravation de la crise économique et sociale.

_ La liberté donnée aux médias permet de critiquer les échecs et les crimes du régime soviétique. Les habitants de l’URSS s’interrogent sur l’efficacité et la légitimité du communisme, ce qui aboutit à une crise morale.

 

 

 

Texte 5 page 251 : La fin du régime soviétique

Question 7 page 251 : D’après ce texte, qu’est-ce qui explique l’échec de Gorbatchev ?

L’échec de Gorbatchev à réformer l’URSS et sauver le communisme s’explique par la volonté des Républiques composant l’URSS à prendre leur indépendance : Pays Baltes, Moldavie, Ukraine, Biélorussie. L’URSS a implosé.

Même la Russie dirigée par Boris Eltsine a déclaré son indépendance, ce qui met fin de fait au communisme. M. Gorbatchev est obligé de démissionner de sa présidence de l’URSS le 25 décembre 1991.

 

_ Dès 1989 M. Gorbatchev reconnaît aux démocraties populaires le droit de choisir leur politique et donc de sortir du communisme. La politique extérieure du désengagement contribue à la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 et à la fin du bloc soviétique.

_ À l’intérieur de l’URSS les revendications nationalistes s’intensifient et les pays Baltes proclament leur indépendance au printemps 1991. Face aux risques d’implosion de l’URSS les conservateurs tentent un coup d’Etat en août 1991 contre Gorbatchev, c’est un échec mais M. Gorbatchev est affaibli politiquement. Le président de la Russie Boris Eltsine parvient à interdire le PCUS en novembre 1991.

_ Le 21 décembre 1991 les chefs d’Etat de onze ex-républiques soviétiques, dont la Russie, déclarent leur indépendance et la dissolution de l’URSS ainsi que la création de la CEI (Communauté des Etats Indépendants). Gorbatchev doit démissionner le 25 décembre 1991. Avec la fin de l’URSS prend fin le totalitarisme soviétique.

 

Conclusion : La fin du totalitarisme soviétique est d’abord le résultat d’un processus interne amorcé au temps de Khrouchtchev, et qui s’est accélérée sous Gorbatchev après une phase de « stagnation » sous Brejnev. L’initiative est dans les deux cas venue du sommet, du fait d’une prise conscience par les deux dirigeants de l’impasse d’un système qu’ils souhaitaient sauver. Si la relative libéralisation relative et les volontés réformatrices de Khrouchtchev ont débouché sur un recul, la Perestroïka et la Glasnost ont fait tomber ce qui restait d’un système usé, dont la chute ne peut s’expliquer seulement par celle du Mur de Berlin.

 

 

Schema-synthese-fin-des-totalitarismes.jpg

Tableau-fin-des-totalitarismes.jpg

 

Tableau-chronologique-comparatif-fin-des-totalitarismes.jpg

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : (Archive 2012) La fin des totalitarismes (2)

7 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

  ARCHIVE : Programme allégé 2012

 

II. En quoi la déstalinisation marque-t-elle une rupture dans la politique de l’URSS ?

 

            A. En quoi consiste la déstalinisation ?

 

Texte  1 page 248 : Khrouchtchev au XX Congrès du PCUS

Texte 2 page 248 : La réhabilitation des prisonniers

Question 1 page 249 : Quels aspects du totalitarisme stalinien sont dénoncés dans le « rapport secret » ?

Le rapport secret dénonce le stalinisme qui s’appuie sur la « terreur » (l. 12) avec la déportation de millions de personnes au goulag : « Des arrestations et des déportations massives de plusieurs milliers de personnes, des exécutions sans procès » (l. 7-8) et les purges du parti communiste à travers les procès de Moscou (« accusations mensongères » l. 15 « contre d’honnêtes travailleurs du parti et de l’Etat soviétique » (l. 14).). Un autre aspect du stalinisme est dénoncé : le « culte de la personnalité » (l. 18) : « Staline lui-même, utilisant toutes les méthodes concevables, a encouragé la glorification de sa propre personne. » (l. 19-21).

Staline est décrit comme un tyran sanguinaire, incompétent, responsable de la situation économique catastrophique du pays.

_ La mort de Staline en 1953 permet une évolution du régime communiste en mettant fin au culte de la personnalité et à la terreur de masse. Khrouchtchev parvenu au pouvoir entame la déstalinisation à travers le rapport communiqué au XX Congrès du Parti communiste d’URSS le 24 février 1956. Les crimes de Staline sont dénoncés comme la déportation de certains peuples, les purges à travers les procès de Moscou ou encore le culte de la personnalité.

Khrouchtchev (p. 252) : (1894-1971) Adhérent du parti communiste depuis 1918, il devient premier secrétaire du PCUS après la mort de Staline (1953). Il s’impose dans la direction du parti et entreprend la déstalinisation en 1956, mais ses échecs politiques (rupture avec la Chine, crise de Cuba, difficultés économiques) l’isolent au sein du parti. Il est obligé de démissionner en 1984, remplacé par Leonid Brejnev.

Déstalinisation (p. 248) : Processus débuté en 1953 dès la mort de Staline puis officialisé par Khrouchtchev au XX Congrès du PCUS en 1956. Il vise à mettre fin au culte de la personnalité de Staline et à la terreur stalinienne.

 

Question 2 page 249 : Expliquez ce que sont les réhabilitations et montrez qu’elles sont la conséquence du « rapport secret » ?

Les réhabilitations sont l’autorisation accordée aux déportés de pouvoir revenir du goulag.

_ Le pouvoir autorise le retour du goulag des déportés : Dès le 27 mars 1953 une amnistie permet la libération de 1,2 million de prisonniers. Parmi les libérés on compte Alexandre Soljenitsyne, l’auteur de l’archipel du goulag dénonçant ce système pénitentiaire.

 

Question 3 page 249 : Pourquoi peut-on dire que ce type de décision marque la sortie du totalitarisme stalinien ?

_ Le rapport secret est rapidement dévoilé et a d’immenses répercussions en URSS et dans les pays satellites :

* en URSS : Le culte de Staline prend fin : les lieux portant son nom sont débaptisés ainsi Stalingrad devient Volgograd, ses statues et portraits disparaissent, son corps est retiré en 1961 du mausolée de la place rouge.

* au sein des démocraties populaires : Le passage brusque du culte de la personnalité à la dénonciation des crimes de Staline fragilise les pouvoirs des démocraties populaires en ébranlant le mythe de l’URSS.

 

           B. Quelles sont les limites de la déstalinisation ?

 

1. Quelles sont les limites dans la politique intérieure ?

 

Texte 5 page 249 : Les limites de la déstalinisation en URSS : le cas Pasternak

Question 7 page 249 : Pourquoi Pasternak est-il finalement interdit de publication en URSS ?

_ Les limites de la déstalinisation sont visibles dans le maintien de la censure pour la littérature comme l’illustre l’affaire Pasternak. Le chef d’oeuvre Le Docteur Jivago écrit par Boris Pasternak (1890-1960) décrit le passage de la Russie tsariste à l’URSS communiste. Le livre est interdit de publication en URSS mais est publié dans les pays démocratiques. L’écrivain reçoit le prix Nobel de littérature en 1958 mais est obligé sous la pression des autorités soviétiques de le refuser.

 

HISTOIRE DES ARTS : Le docteur Jivago

 

Lien bande annonce : Le docteur Jivago (3 min 41) :

 http://www.youtube.com/watch?v=xZvlRD4Z_iY

 

Lien réaction des dirigeants soviétiques à son prix Nobel de littérature (1958) : http://www.dailymotion.com/video/x34ujv_boris-pasternak-1890-1960_creation#

OU : http://www.youtube.com/watch?v=_qkRY_M3L2g

 

 

Texte article pour en savoir plus sur l’Affaire Jivago :

 http://www.erudit.org/culture/nb1073421/nb1114663/21175ac.pdf

 

 

 

Photographie 3 page 255 : Prix Nobel de littérature en 1974

Lien L’Archipel du goulag (1 min) : http://www.youtube.com/watch?v=zZnonfnKDQw

Quel est le sort des artistes, écrivains et intellectuels en URSS ?

_ Les intellectuels soviétiques sont soumis au réalisme soviétique. Cette doctrine officielle soviétique dans le domaine de l’art indique que l’art et les artistes doivent être au service de la diffusion des idées révolutionnaires pour faire triompher le socialisme. L’écrivain Soljenitsyne ou le scientifique Sakharov entrent en dissidence et réclament les libertés fondamentales. Leurs œuvres sont publiés en secret (« samizdat ») comme l’Archipel du goulag de Soljenitsyne. Mais les intellectuels sont menacés par la police politique et assignés à résidence, exilés (Soljenitsyne), ou même sont internés de force en hôpital psychiatrique.

Dissidence (p. 252) : Mouvement d’opposition au régime communiste soviétique mené au nom des droits de l’Homme.

Soljenitsyne (p. 392) : (1918-2008) : Ecrivain russe, il combat dans l’Armée rouge au cours de la Seconde Guerre mondiale. En 1945, il est condamné à 8 ans de camp pour avoir critiqué Staline et sa gestion de la guerre dans sa correspondance. Libéré en 1953, il est envoyé en exil au Kazakhstan. Réhabilité en 1956, il publie en 1962 Une journée d’Ivan Denissovitch dans lequel il critique le goulag. Il devient alors un écrivain dissident. La parution à l’étranger de l’Archipel du goulag en 1973 provoque son expulsion d’URSS. Prix Nobel de littérature, il ne rentre en Russie qu’en 1994.

Samizdat (p. 253) : (« autoédition » en russe) Ensemble des techniques (manuscrit, dactylographie, photocopie, microfilm, textes recopiés à la main) utilisées en URSS pour reproduire des textes interdits par le régime soviétique et sa censure.

 

Les-detenus-du-goulag-de-1940-a-1979.jpg

 

Le goulag continue-t-il d’exister après la mort de Staline ? Quelles sont les populations visées par la déportation ?

_ Le goulag est dénoncé mais maintenu. La libération massive des détenus en 1953 permet de diminuer fortement le nombre de déportés, mais le système totalitaire soviétique conserve le goulag comme outil de répression.

_ La répression est maintenu sous les successeurs de Staline surtout avec la « stagnation » brejnévienne :

* Des peuples déportés sous Staline comme les Baltes et les Tchétchènes sont autorisés à revenir dans leurs patries en 1956-1957. Mais les Tatars de Crimée et les Allemands de la Volga sont maintenus en déportation jusqu’à la fin des années 1980. 

* Le dirigeant soviétique Léonid Brejnev (1964-1982) conserve le goulag pour les criminels, délinquants et dissidents ; utilise les hôpitaux psychiatriques pour enfermer les dissidents… Pour le dissident polonais Adam Michnik, après Staline il existe un « totalitarisme sans crocs ».

 

 

 La-dictature-du-PC-sous-Brejnev.jpg

 

Comment le Parti communiste contrôle-t-il l’Etat ?

_ Le Parti communiste contrôle l’Etat et exerce une dictature sur l’URSS. La bureaucratie et l’armée sont renforcées. La corruption est généralisée au profit du parti communiste et des privilégiés du régime : la Nomenklatura alors que la population manque de tout.

 

 

 Photographie-penuries-en-URSS.jpg

 

La queue des Moscovites en 1981 pour acheter du pain

A quoi voit-on l’échec de l’économie soviétique ? Quelles en sont les conséquences pour la population ?

_ L’économie et la société soviétique sont en proie à d’importantes difficultés :

* L’économie est inefficace avec le poids des lourdes dépenses militaires causées par la course aux armements avec les Etats-Unis puis l’enlisement dans le conflit afghan.

* Le divorce est croissant entre une « Nomenklatura » largement corrompue et une population au niveau de vie caractérisée par la pénurie de biens essentiels.

 

 

 

2. Quelles sont les limites dans la politique extérieure ?

 

Texte 3 page 249 : Les effets de la déstalinisation en Hongrie

Photographie 4 page 249 : La répression du soulèvement hongrois en 1956

Question 6 page 249 : Quelle est la réaction de l’URSS face à la démocratisation en Hongrie?

_ La déstalinisation a des conséquences dans les démocraties populaires. A la suite du rapport Khrouchtchev dénonçant les crimes de Staline, les Hongrois se soulèvent contre le système communiste les 22-24 octobre 1956 pour demander des réformes démocratiques et le retrait des Soviétiques de leur pays. La réaction de l’URSS est brutale : le 4 novembre 1956 les chars soviétiques reprennent Budapest par la force, 20 000 Hongrois sont tués lors de l’insurrection.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>