Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Articles récents

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (3)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

III. Quels sont les conflits politiques majeurs au Proche-Orient ?

 

Quels sont les affrontements actuels dans le Proche-Orient ?

 

            A. En quoi la crise de Suez est-elle à la fois une crise de décolonisation et de guerre froide ?

 

Dessin 2 page 32 : La nationalisation du canal de Suez par le président égyptien Nasser

Carte 15 page 36 : Les enjeux de l’eau, du pétrole et du nucléaire

Question 3 page 33 : Montrer l’importance stratégique du canal de Suez.

_ Le Proche-Orient est une région stratégique pour plusieurs raisons par sa production de pétrole et les routes maritimes qui permettent d’évacuer ce pétrole, de relier les pays d’Asie, d’Afrique et les pays méditerranéens. Le canal de Suez est particulièrement important car il permet d’éviter de contourner l’Afrique pour aller d’Europe ou d’Afrique du Nord en Asie et Océanie, et d’acheminer le pétrole depuis les pays producteurs vers les pays développés consommateurs.

 

Dessin 2 page 32 : La nationalisation du canal de Suez par le président égyptien Nasser

Texte 3 page 32 : Les interférences de la guerre froide au Proche-Orient

Question 4 page 33 : Quelles sont les répercussions internationales de la décision de Nasser en 1956 ?

_ Le président égyptien Gamal Abdel Nasser (1918-1970) décide pour financer des grands travaux (construction du barrage d’Assouan) de nationaliser le canal de Suez (26 juillet 1956), au détriment de la compagnie franco-anglaise propriétaire. Mais les gouvernements anglais et français réagissent par une intervention militaire (31 octobre 1956) avec l’aide d’Israël qui envahit le désert du Sinaï (dès le 29 octobre 1956). 

* Mais, l’opinion mondiale est hostile à l’intervention franco-anglaise considérée comme une opération coloniale. Aussi, dès le 2 novembre 1956 l’ONU exige le retrait des troupes militaires. L’URSS menace les franco-britanniques. Les Etats-Unis ne soutiennent pas les occidentaux. Aussi Français et Britanniques sont obligés de se retirer (dès le 7 novembre 1956 (jusqu’au 24). Les Israéliens le 7 mars 1957.).

* Les conséquences internationales de la crise de Suez sont nombreuses. Dans le cadre de la Guerre froide l’URSS renforce son prestige dans le Proche-Orient. Les anciennes puissances coloniales par contre perdent leur influence.

 

 

 

            B. Quelles sont les tensions du « gendarme du monde » américain contre l’Irak et l’Iran ?

 

Texte 4 page 33 : La guerre Iran-Irak (1980-1988)

Question 2 page 33 : Expliquer les origines de la guerre entre l’Iran et l’Irak dans les années 1980.

_ Le 22 septembre 1980 le dictateur irakien Saddam Hussein envahit l’Iran. La guerre (1980-1988) provoque environ un million de morts. Elle a plusieurs origines :

* Le nouveau régime politique en Iran inquiète l’Irak. En effet, en 1979 éclate en Iran la révolution islamique.  L’ayatollah Khomeiny établit une dictature religieuse, une théocratie dirigée par le clergé chiite. L’Irak comporte 60% de chiites, Saddam Hussein veut diminuer l’influence de l’Iran sur sa population par cette guerre et pense l’emporter facilement sur un régime récent. Les Etats-Unis soutiennent l’Irak contre l’Iran islamiste.

* Le dictateur irakien souhaitait également accroître l’étendue de son débouché maritime sur le golfe persique au détriment de l’Iran.

HUSSEIN Saddam (p. 265) : (1937-2006)

KHOMEINY Rouhalla Moussvi (1900-1989) : Professeur de théologie, membre du haut clergé chiite, il s’oppose aux mesure de modernisation, de laïcisation et d’occidentalisation prises par le shah d’Iran. Arrêté en 1963, il part en exil. En 1979, la révolution menée par ses partisans renverse le shah d’Iran. Il rentre à Téhéran et instaure une République islamique. Il appelle les musulmans du monde entier à provoquer d’autres révolutions islamiques. Il élimine ses adversaires et impose un ordre islamique rigoureux.

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Photographie 5 page 33 : « Une » de Libération, 9 août 1990

Texte 6 page 33 : « L’échec de Bush au Moyen-Orient »

Question  5 page 33 : Comment les Etats-Unis s’impliquent-ils directement au Proche-Orient ?

_ Les Etats-Unis interviennent dans la région stratégique du Proche-Orient par des négociations politiques (accord de paix de Washington entre Israël et l’OLP en 1993), par des pressions diplomatiques (envers l’Iran pour faire cesser son programme nucléaire). Les présidents George Bush père et fils sont intervenus militairement en Irak pour lutter contre Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe en 1991, lors de la guerre en Irak en 2003.

_ L’influence des Etats-Unis au Proche-Orient recule, ainsi que les espoirs de paix :

* Les attentats suicides et la guerre civile transforme l’occupation de l’Irak en « bourbier irakien ».

* Les iraniens multiplient des provocations (menace d’extermination d’Israël par la bombe nucléaire) sous la présidence d’Ahmaninedjad. Depuis 2006, la relance du programme nucléaire iranien provoque de fortes tensions internationales.

 

Texte 6 page 33 : « L’échec de Bush au Moyen-Orient »

Photographie 7 page 33 : Manifestation du partis islamiste du Hezbollah au Liban

Question 6 page 33 : En quoi l’affirmation de l’islamisme est-elle un facteur de tensions ?

_ L’islamisme progresse dans le Proche-Orient comme l’indique leurs victoires électorales (victoire législative du Hamas en dans les territoires palestiniens le 25 janvier 2006 ; élection du président de la république turque Abdullah Gül le 28 août 2007…).

_ La poussée de l’islamisme pousse à l’affrontement interne comme au Liban entre le Hezbollah chiite et d’autres factions, dans la bande de Gaza entre Hamas et Fatah. Les violences se multiplient par exemple les attentats terroristes d’Al Qaida Maghreb en Algérie (à Batna le 6 septembre 2007 avec 22 morts).

_ Au niveau extérieur les islamistes multiplient les provocations et les affrontements par exemple en envoyant des missiles sur les villes israéliennes depuis la frontière du sud Liban, ce qui a provoqué en retour un affrontement au sud Liban entre Israël et le Hezbollah

 

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (2)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

II. Quels furent les conflits autour du nouvel Etat d’Israël ?

 

Comment se sont transformés les conflits anciens du Proche-Orient ?

 

            A. Comment les conflits israélo-arabes…

 

Texte  8 page 34 : Proclamation de la naissance de l’Etat d’Israël

Carte 12 a page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 1 page 35 : Quel est le sens du projet sioniste ? Comment se concrétise-t-il au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ?

_ L’antisémitisme (haine des juifs) provoque au XIX la naissance du sionisme. Le génocide des juifs durant le la seconde guerre mondiale renforce la volonté de créer un foyer national juif où ils seraient à l’abri des persécutions. Les liens historiques du judaïsme avec la terre de Palestine et la ville de Jérusalem (« terre promise », ville fondée par David dans la Bible) pousse à l’émigration juive vers la Palestine.

_ L’Onu adopte un plan de partage de la Palestine, autrefois sous mandat britannique (forme de domination coloniale anglaise), en deux Etats : l’un juif, l’autre arabe, et une zone internationale : Jérusalem. Le 14 mai 1948 l’Etat d’Israël est proclamé. Par la loi du retour tous les juifs peuvent immigrer en Israël.

Sionisme (p. 39) : projet d’un Etat national juif en Palestine. Sion est une des collines de Jérusalem, et ce nom est souvent employé pour désigner la ville elle-même.

ONU (p. 269) : Organisation des Nations Unies, fondée lors des conférences interalliées de Dumbarton Oaks en 1944 et de San Francisco en 1945.

 

Texte  9 page 34 : L’Organisation de libération de la Palestine (OLP)

Carte 12 b page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 2 page 35 : Quel est le bilan territorial à l’issue de la première guerre israélo-arabe ? Quels sont l’objectif et les moyens d’action de l’OLP ?

_ Les pays arabes voisins (Egypte, Jordanie, Syrie) refusent l’existence de l’Etat d’Israël et attaquent le nouvel Etat dès sa création. La première guerre israélo-arabe dure de 1948  à 1949. Elle se termine par une extension du territoire israélien au nord (de Nazareth jusqu’à la frontière du Liban), au sud (dans le désert de Néguev), et surtout s’étend jusqu’à Jérusalem. L’Etat arabo-palestinien est rayé de la carte.

_ En mai 1964 l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est créée. La Charte de l’OLP définit comme objectif création d’un Etat palestinien par la destruction d’Israël et l’interdiction aux Juifs de rester en Palestine. Pour cela l’OLP préconise la lutte armée (article 9).

OLP (p. 269) : Organisation de libération de la Palestine, fondée en 1964.

 

Chronologie page 38 : Périodes-clés et repères

Quelles guerres et actions militaires opposent Israéliens et ses voisins arabes ?

_ Les guerres israélo-palestiniennes sont nombreuses depuis la création d’Israël et se terminent par la victoire d’Israël sur ses voisins coalisés :

* La crise de Suez en 1956 met aux prises les Egyptiens d’un côté, les Israéliens et leurs alliés français et anglais de l’autre.

* Du 5 au 10 juin 1967 se déroule la Guerre des Six Jours. Israël réalise une guerre préventive contre la coalition de la Ligue arabe (Egypte, Syrie, Jordanie, Irak). Les armées arabes sont écrasées.  De nombreux territoires occupés.

* En 1973 éclate la guerre du Kippour. Syriens et Egyptiens attaquent par surprise et remportent des victoires sur Israël. Mais l’aide militaire américaine permet le rétablissement puis la victoire d’Israël. En représailles, les pays de l’OPEP décident d’augmenter de 70% le prix du baril de pétrole, provoquant le 1er choc pétrolier.

OPEP (p. 269) : Organisation des pays exportateurs de pétrole, fondée en 1960.

 

Texte  10 page 34 : La Résolution 242 de l’ONU

Photographie 11 page 34 : Un camp de réfugiés palestiniens en Jordanie en 1972

Carte 12 c page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 3 page 35 : Pourquoi l’année 1967 marque-t-elle un tournant majeur dans le face-à-face israélo-palestinien ?

_ L’année 1967 constitue un tournant majeur dans le face-à-face israélo-palestinien. En effet, à la fin de la guerre des Six Jours Israël a triplé sa superficie : La Cisjordanie est occupée, La bande de Gaza et le désert du Sinaï pris sur l’Egypte, le plateau du Golan enlevé à la Syrie. Surtout, Jérusalem Est est occupée et la ville devient capitale d’Israël. La colonisation israélienne s’accentue sur ses terres. Israël refuse d’appliquer la résolution de l’ONU demandant le retrait des territoires occupés et le « règlement du problème des réfugiés ».

_ Dès 1948, 700 000 Palestiniens ont quitté les territoires sous domination israélienne (exil volontaire et expulsions). En 1967, ce sont 300 000 Palestiniens qui s’enfuient vers la Jordanie. Cette population, en croissance démographique, est estimée par l’ONU en 2005 à plus de quatre millions de personnes, dont plus de un million vivant dans les camps de réfugiés.

Résolution de l’ONU (p. 39) : décision votée par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Sur la carte, quel territoire est restitué par Israël ? Pourquoi ?

_ Le désert du Sinaï est restitué par Israël à l’Egypte en 1982.

_ En effet, en 1978 le président égyptien Anouar el-Sadate, le premier ministre israélien Menahim Begin (deux  prix Nobel de la paix en 1978)  ont signés les accords israélo-égyptiens de Camp David. Les accords sont signés à la Maison Blanche grâce à la médiation du président américain Jimmy Carter. Ces accords permettent l’existence du premier traité de paix entre Israël et un pays arabe en 1979.

* Les pays arabes sont hostiles au traité. L’Egypte, autrefois leader du monde arabe, se retrouve isolée. Les islamistes assassinent même Sadate en 1981.

* Néanmoins, les accords de Camp David montrent aux pays arabes qu’il est possible de négocier avec Israël. Ils ont rendu possible d’autres accords comme les accords de paix de Washington en 1993.

 

 

            B. …sont devenus un conflit israélo-palestinien ?

 

Comment réagissent les Palestiniens aux accords de Camp David ?

_ Les accords de Camp David ont brisé l’unité arabe contre Israël. Les Palestiniens s’emparent de la cause : les guerres israélo-arabes deviennent une guerre israélo-palestinienne.

 (   _ Les Palestiniens à l’extérieur d’Israël commencent une suite d’attentats terroristes (attentats de Munich contre les athlètes israéliens lors des jeux olympiques en 1972).   )

_ Le désespoir dans les camps de réfugiés est tel que la jeunesse se livre à une guérilla contre les forces israéliennes, jetant des pierres et des cocktails Molotov contre les forces militaires israéliennes : c’est l’intifada. Elle dure de 1987 à 1993 et se caractérise par des actes de désobéissance civile et des grèves.

Intifada (p. 39) : « guerre des pierres », soulèvement des populations civiles contre l’occupant israélien.

 

Photographie 13 page 35 : Les accords de Washington en 1993

Carte 12 d page 35 : La question israélo-palestinienne

Question 4 page 35 : Qui sont les acteurs de l’initiative de paix au début des années 1990 ? Quelle forme de règlement de la question israélo-palestinienne propose-t-elle ?

_ L’échec de la stratégie de guerre des Palestiniens (terrorisme, Intifada) et la fin du soutien des pays arabes après la guerre Irak/Koweït amène l’OLP a négocié avec les Israéliens. Le chef palestinien Yasser Arafat et l’israélien Yitzhak Rabin signent des accords de paix à Washington en 1993, avec la médiation du président américain Bill Clinton. L’OLP renonce au projet de destruction d’Israël.

_ Les négociations entre Israël et les Palestiniens aboutissent à la création de l’Autorité palestinienne. Des territoires sont évacués (et des colonies juives démantelées) par les Israéliens et sont confiés à l’autorité palestinienne (ex. bande de Gaza en septembre 2005).

 

ARAFAT Yasser (p. 264) : (1920-2004) chef historique du mouvement palestinien.

RABIN Yitzhak (p. 265) : (1922-1995)

 

Aujourd’hui, qui est le successeur de Yasser Arafat ? Quels problèmes rencontrent l’Autorité palestinienne pour exercer son pouvoir ?

_ Depuis 2005 le successeur de Yasser Arafat est le président élu Mahmoud Abbas.

_ Mais, les élections (municipales en 2005, législatives en 2006) donnent le pouvoir au mouvement islamiste et terroriste Hamas. Les tensions interpalestiniennes aboutissent à la guerre civile et à la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en 2007.

_ Les Israéliens, pour endiguer le terrorisme et les attentats suicides, construisent un vaste « mur de séparation ». Mais les frontières données par le mur aux Israéliens amputent le territoire palestinien d’un large espace.

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire TL STG : Le Proche-Orient depuis 1945 (1)

7 Juin 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

LE PROCHE-ORIENT DEPUIS 1945

Livre : Belin programme 2007

Introduction : Le Proche-Orient est une zone de conflit. Les tensions sont fortes et anciennes pour des raisons politiques et économiques, pour des conflits de frontières, de contrôle de ressources comme le pétrole et l’eau, à cause aussi des tensions religieuses et nationales. La création depuis 1948 de l’Etat d’Israël, la révolution islamique en Iran en 1979, les guerres du Golfe (Iran-Irak, Irak –coalition mondiale, Irak/Etats-Unis) avivent encore les tensions.

 

Problématique : En quoi le Proche-Orient est-il un espace de crises ?

 

I. Quelles sont les caractéristiques du Proche-Orient ?

 

Qu’est-ce que le Proche-Orient (carte à faire remplir par les élèves) ?

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Question 1 page 33 : (   Quels pays forment le Proche-Orient ?)

 Pourquoi peut-on parler d’une mosaïque ethnique et religieuse ?

(    _ Les pays formant le Proche-Orient sont sur deux continents : africain avec l’Egypte, et asiatique avec les pays de la péninsule arabique : Arabie saoudite et les émirats, mais on compte aussi dans le Levant la Jordanie, la Syrie, le Liban, Israël. On compte aussi l’Irak et l’Iran, ainsi que deux peuples sans territoires : les Kurdes et les Palestiniens. )

 

_ Le Proche-Orient est une mosaïque d’ethnies parlant des langues différentes, même si parfois celles-ci appartiennent à la même famille :

* Les pays sont principalement arabophones en Afrique (Egypte), en Asie comme pour les pays de la péninsule arabe (Arabie saoudite, Emirats arabes Unis….), dans le Levant (Jordanie, Syrie, Liban) et en Irak. Une autre langue sémitique est pratiquée au Proche-Orient : l’hébreu.

* La Turquie est turcophone, une langue ouralo-altaïque. Deux populations parlent une langue indo-européenne : les Kurdes, et les Iraniens qui usent du persan.  

_ L’Islam est majoritaire au Proche-Orient. En effet, il est né dans la péninsule arabique ou se trouve ses deux principaux lieux saints : la Mecque et Médine. Mais l’Islam se divise en de nombreuses branches, les deux principales étant le sunnisme et le chiisme (présent de façon majoritaire en Iran, Irak, Bahreïn, et avec une forte minorité au Yémen et au Liban). Les lieux saints du chiisme sont les villes saintes de Qom en Iran, de Kerbala et Nadjaf en Irak.

* Les chrétiens sont présents mais minoritaires au Proche-Orient, installés en Egypte (Coptes), au Liban (Maronites), en Israël (une partie des Palestiniens).

* Une forte présence juive se retrouve en Israël. Dans ce pays se trouve Jérusalem, ville trois fois sainte car les trois monothéismes sont apparentés et honorent la ville de David et Salomon (mur du temple), de la crucifixion du Christ (église du saint Sépulcre), de la mort de Mahomet (dôme du rocher).

 

Quelle est la situation politique du Proche-Orient ?

_  Le Proche-Orient ne comporte que peu de démocraties stables : Israël et la Turquie. Les autres pays sont des monarchies absolues (Arabie saoudite), des dictatures (Syrie), une théocratie (Iran)… Le Liban et l’Irak sont des démocraties très instables et sous influence étrangère.

_ Les pays sont hostiles les uns aux autres pour des raisons religieuses (Arabie Saoudite/Iran ; Israël/ Iran), pour des questions de frontières (Irak/Koweït) et sont parfois en situation de guerre civile : Liban, Irak, Syrie.

 

Carte 1 page 32 : Une région d’instabilité

Quelle est la situation du peuple Kurde au niveau  des frontières ? Au niveau militaire ?

_ Le peuple kurde n’a pas d’Etat regroupant la totalité de sa population. Les Kurdes forment des minorités nationales dans plusieurs pays : Irak, Iran, Syrie et surtout Turquie.

_ La guérilla kurde opposent l’Etat central est les Kurdes dans les provinces frontières. Le PKK combat en Turquie. Les Kurdes irakiens ont été gazés (tuant hommes, femmes et enfants) par le frère du dictateur Saddam Hussein : Ali le chimique.

_ Les révolutions arabes de 2011 ont opposé les populations aux dirigeants dictatoriaux, provoquant la chute du dictateur Egyptien et une guerre civile en Syrie.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : la Laïcité (2)

30 Mai 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

II. Quelles sont les évolutions de la laïcité depuis le début du XX siècle ?

 

A. En quoi la laïcisation de la société est-elle une politique qui divise les Français ?

 

 

LIEN (9 min, à voir jusque 4 min) : http://www.youtube.com/watch?v=nFxnhNDVbgY

 

 

Photographie 1 page 370 : L’expulsion des moines chartreux en 1903

En quoi cette expulsion des Chartreux montre-t-elle une division des Français ?

L’expulsion des chartreux montre la division des Français entre anticléricaux et ceux partisans d’un enseignement religieux, mais aussi plus généralement des effets de la laïcisation de la société française et de la résistance à son encontre.

 

_ La laïcisation ou sécularisation de la société française dans les débuts de la III République se traduit dans des mesures qui s‘opposent à la puissance et aux pratiques de l’Eglise catholique.

* La parole de Léon Gambetta à la Chambre des députés en 1877  « Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! »  est suivi de multiples mesures : le repos dominical pour raisons religieuses est aboli en 1879 ; à partir de 1881, les cimetières ne sont plus réservés aux seuls croyants (on encourage même les enterrements civils en 1887) ; les prières au Parlement sont supprimées en 1884, année où est rétabli le divorce (malgré l'opposition de l'Eglise) ;  on enlève les crucifix dans les hôpitaux, les tribunaux, les écoles.

* La loi sur les associations de 1901 contraint les congrégations religieuses à demander une autorisation pour exister. De nombreuses autorisations sont refusées et 2500 congrégations d’enseignement religieux sont dissoutes.

Congrégations (p. 370) : associations de religieux ou de religieuses.

  

 

            B Comment la laïcité est-elle progressivement acceptée par les catholiques français ?

 

 

Illustration 1 page 368 :

Comment évolue le combat politique de la laïcité entre 1882 et 1982 ?

 

* Comment le climat passionné s’apaise-t-il après la Première Guerre mondiale et l’Union sacrée ?

_ La Première guerre mondiale entraîne une union sacrée qui met fin à la discorde avec les catholiques : les croyants acceptent la laïcité puisque l’Etat garantit la liberté des cultes.

* La République accepte des compromis comme en 1919 le maintien pour les départements de l’Alsace et de la Moselle (allemande depuis 1871) du statut du concordat : enseignements religieux à l’école, indemnisation des ministres des cultes, etc.

* De plus, les relations diplomatiques avec la papauté sont rétablies en 1921, en 1924 le pape accepte la loi de 1905.

 

* Pourquoi l’image de l’Eglise catholique s’améliore-t-elle par leurs actions pendant la seconde guerre mondiale ?

_ Malgré le soutien des catholiques extrémistes aux ligues d’extrême-droite dans les années 1930 et l’anticléricalisme de l’extrême gauche, l’image de l’Eglise catholique s’améliore avec la seconde guerre mondiale. En effet, des réseaux catholiques aident et cachent des enfants juifs pour leur éviter la déportation. Des catholiques s’engagent dans la résistance comme Henri Grouès dit l’abbé Pierre. Les démocrates chrétiens participent aux travaux du Conseil National de la Résistance (CNR) et ont gagné en influence à la Libération.

 

* Comment les catholiques participent-ils à la vie politique après la seconde guerre mondiale ?

_ Les catholiques résistants se regroupent dans un parti politique : le Mouvement républicain populaire (MRP).  Le MRP forme avec la SFIO socialiste et le Parti communiste  une alliance pour gouverner la France à la Libération : le tripartisme. La laïcité est intégrée dans la Constitution de la IV République, ce qui n’empêche pas des membres importants du MRP de participer aux gouvernements de la IV République comme Robert Schuman, Georges Bidault ou Pierre Pfimlin.  Les démocrates chrétiens sont représentés par un parti politique important qui rallie le gaullisme en 1958. Là encore la laïcité reconnue par la Constitution de la V République n’est pas un obstacle à la participation des catholiques à la vie politique.

 

Comment la laïcité est-elle acceptée et reconnue par les catholiques

_ Le principe de laïcité triomphe dans les Constitutions de 1946 et 1958 instaurant des républiques laïques. Les catholiques acceptent et approuvent ce caractère laïc du régime politique. Seule une minorité isolée d’intégristes catholiques rejettent la laïcité. En effet la République ne remet pas en cause les pratiques religieuses et fait preuve de tolérance envers les pratiques religieuses. De plus, les bienfaits de la laïcité sont reconnus par le pape Jean-Paul II en 2005.

 

 

C. Comment la Laïcité s’adapte-t-elle aux transformations de la société française ?

 

1. Comment évoluent les pratiques religieuses des Français ?

 

La fête de la Raison : la déchristianisation est encouragée par les autorités de l’Etat dès la révolution française. La Fête de la Raison a été célébrée dans la cathédrale de Notre-Dame.

 

 

Cette déchristianisation révolutionnaire a pris fin. Mais la société française se détourne progressivement du catholicisme.

 

Les-differentes-religions-en-France-en-2007.jpg

 

 Pratique religieuse en France en 2006

 

Quelles sont les transformations de la pratique religieuse en France entre 1905 et nos jours (athéisme, diversité religieuse, etc.) ?

 

_ Entre 1905 et nos jours la société française est marquée par plusieurs évolutions qui favorise l’acceptation de la laïcité :

* la déchristianisation se marque par un recul de plus en plus rapide de la pratique religieuse au cours du XX siècle.

* la séparation entre vie privée et préceptes religieux s’accentue. Dès 1930 le chanoine et sociologue Fernand Boulard observe ces phénomènes dans les campagnes et surtout dans les villes.

 

Quelles sont les questions qui opposent encore Etat et Eglise catholique ?

_ Les désaccords entre Eglise catholique et République portent sur des questions de société. L'Église est attachée à une vision traditionnelle de la famille, aussi certains catholiques s'opposent à l'IVG (avortement) en 1975 ou au PACS en 1999 (pacte civil de solidarité encadrant l’union de personnes de sexe opposé ou de même sexe).

 

 

 

Photographie 2 page 371 : La création du Conseil français du culte musulman (2003)

+ Diagramme circulaire : les différentes religions en France

En quoi cette photographie montre la diversité des religions en France ?

_ Le paysage des religions en France s’est fortement modifié depuis 1880 avec les différentes vagues d’immigrations. En 2007 seuls 51 % des Français se déclarent catholiques. Les musulmans sont aujourd'hui 6 millions et forment la seconde religion de France, en plus des juifs, des protestants, mais aussi des bouddhistes et d'autres religions. 31% des Français se déclarent sans religion.

_ La pratique religieuse s'est effondrée : seuls 8 % des catholiques et 17 % des musulmans français disent avoir une pratique régulière. Les fêtes religieuses les plus importantes (le Ramadan, Noël, etc.) restent cependant respectées.

 

En quoi la création du Conseil français du culte musulman montre le besoin de l’Etat de structurer la représentation des musulmans en France ?

_ L'État doit faire face à de nouveaux défis pour assurer sa mission de garant de la liberté des cultes, tout en veillant au respect des principes de la laïcité.

_ Les débats sont nombreux : sur la représentation de mouvements fondamentalistes dans le Conseil français du culte musulman (créé en 2003), sur la construction de nouvelles mosquées, sur la question du voile islamique, mais aussi sur la lutte contre les sectes (loi contre les dérives sectaires de 2001) ou sur le financement de l'enseignement privé.

 

 

D. En quoi la question scolaire est-elle révélatrice des valeurs de la laïcité ?

 

                        1. Quelles sont les valeurs laïques de l’école républicaine ?

 

Texte 5 page 321 : Former des républicains

Question 6 page 321 : Quelles sont, pour l’auteur, les différences entre la formation d’un républicain et celle d’un catholique ?

_ Les radicaux sont au pouvoir entre 1899 et 1904. Ils sont anticléricaux et rationalistes, comme Ferdinand Buisson qui dénonce l’éducation cléricale aboutissant selon lui à une « foi aveugle et [une] obéissance passive », contraires aux valeurs républicaines.

_ L’Eglise catholique dénonce une « école sans Dieu » contraire aux valeurs et aux traditions de la France « fille aînée de l’Eglise ». .

 

Texte 1 page 320 : Les lois sur l’organisation de l’école publique

Texte 5 page 321 : Former des républicains

Question 5 page 321 : Comment se manifeste la volonté de fonder une école laïque ?

_ Les lois de Jules Ferry établissent un enseignement gratuit (1881), obligatoire (1882) mais aussi laïque (loi du 30 octobre 1886). Le but de l’enseignement est exprimé par Ferdinand Buisson qui a collaboré avec Jules Ferry pour la fondation de l’école laïque : « faire un républicain ». Pour cela il faut lui donner une instruction mais aussi la capacité de réflexion personnelle qui est le fondement de la liberté de conscience du citoyen.

 

            2. En quoi le financement d’un enseignement religieux a pu être un débat républicain à la fin du XX siècle ?

 

LIEN INA (3 min) :

 http://www.ina.fr/fresques/jalons/fiche-media/InaEdu01096/manifestation-a-versailles-le-4-mars-1984-en-faveur-de-l-ecole-privee.html

 

Illustration 1 page 368 : La célébration du centenaire de la loi sur la laïcité de l’école

Photographie 4 page 369 : Pour la défense de l’école publique et laïque

+ Photographie 3 page 371 : Les manifestations contre la loi Savary (1984)

Question 4 page 369 : Pour les défenseurs de l’école laïque, quel est le rapport entre école laïque et république ?

L’école laïque est considérée comme un des principes fondamentaux de la République, car la laïcité est au fondement du Pacte républicain. Cela explique les vives réactions pour défendre la laïcité.

_ La laïcité est objet de débat entre les partisans de l’ « école publique » et les défenseurs de l’ « école libre » :

* 1959 : Les écoles privées sont souvent des écoles confessionnelles. Plus de 90% des écoles privées dépendent de l’Eglise catholique en France. Au sortir de la Seconde guerre mondiale les catholiques demandent une aide de l’Etat pour les écoles privées afin de permettre un réel choix des familles. En 1959 la droite vote la loi Debré qui accorde un financement public aux écoles libres qui acceptent d’appliquer les programmes définis par l’Etat. La gauche est indignée car elle juge la mesure trop favorable aux écoles privées.

 * 1984 : Le parti socialiste au pouvoir depuis 1981 veut changer la loi Debré et réaliser unification des enseignements public et privé sous le contrôle de l’Etat. Les défenseurs de l’école libre se mobilisent et organisent des manifestations. Le 24 juin 1984 entre 550 000 (selon la police) et deux millions (selon les organisateurs) de personnes manifestent. Face à l’ampleur des manifestations la loi du ministre de l’Education Alain Savary est retirée en juillet.

Ecole libre (p. 368) : Expression qui désigne les écoles privées, par référence au libre choix de la famille.

 

 

LIEN INA  (1 min 24) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/education-et-enseignement/video/CAB94006387/manifestation-politiciens.fr.html

 

Question 5 page 369 : Pourquoi se mobilisent-ils alors en 1994 ?

* 1994 : Le projet de loi du ministre de l’Education François Bayrou envisage d’augmenter les subventions de l’Etat aux écoles privées. Ce projet provoque une mobilisation des associations de défense de la laïcité et près d’un million de personnes participent à une manifestation pour la défense de l’enseignement public. La loi n’est pas retirée, mais la querelle s’apaise néanmoins.

 

Quelle est la situation des écoles libres aujourd’hui ?

_ Les écoles confessionnelles sont largement laïcisées dans le recrutement de leurs enseignants et dans leur public d’élèves. Elles doivent accepter des élèves de toutes confessions et suivent les mêmes programmes que les écoles de l’enseignement public. De nombreuses familles n’y mettent pas leurs enfants pour des questions religieuses.

 

 

            2. En quoi l’affaire du voile islamique montre les nouveaux enjeux de la laïcité à la fin du XX siècle ?

 

LIEN INA (2 min) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/education-et-enseignement/video/2417718001013/debat-sur-le-voile-islamique.fr.html

 

 

Photographie 3 page 369 : 1989, la question du port du foulard à l’école

Texte 5 page 369 : Laïcité et signes d’appartenance religieuse à l’école

Question 2 page 369 : Quel problème nouveau est posé à l’école publique ?

_ En 1989 l’exclusion d’un établissement scolaire de deux jeunes filles musulmanes refusant de retirer leur « tchador » ou « foulard islamique » relance le débat de la laïcité.

* Les médias s’emparent du sujet et un vif débat a lieu sur l’islam, la laïcité et l’école. Le ministre de l’Education nationale, Lionel Jospin, ne souhaite pas l’exclusion des jeunes filles voilées, mais des intellectuels de droite et de gauche comme Elisabeth Badinter, Régis Debray ou Alain Finkielkraut  appellent à la défense de la laïcité dans un manifeste publié par Le Nouvel Observateur.

_ Une centaine d’exclusion ont été prononcées depuis les années 1990. La loi du 15 mars 2004 encadre dorénavant le port des signes religieux à l’école et réaffirme le principe de laïcité qui garantit un espace public commun.

 

Question 3 page 369 : Est-ce le signe religieux en lui-même qui pose problème ?

_ Le problème du  voile islamique dépasse la question de l’école et devient un débat de société :

* des associations féministes dénoncent le voile comme une atteinte à la laïcité mais également au principe de l’égalité hommes-femmes, intégrant ainsi la notion d’égalité des sexes au principe de laïcité.

*  des organisations musulmanes manifestent pour défendre la liberté de porter le voile. En 2010, un nouveau débat sur le « voile intégral » entraîne l’adoption d’une nouvelle loi interdisant de dissimuler son visage dans l’espace public.

 

 

 

Conclusion : L’école est ensuite le principal enjeu des luttes entre les défenseurs de la laïcité et l’Eglise catholique. Elle est ainsi le lieu où se sont manifestés les nouveaux défis auxquels doit répondre la laïcité aujourd’hui.

Pour la plupart des français pratiquants, la religion doit se conformer au droit français, quels que soient ses débats internes sur le dogme, de même que l’Etat n’a pas à intervenir dans ces débats théologiques et doit se contenter de faire respecter la loi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Lien sonore pour réviser : http://www.franceinter.fr/em/la-marche-de-l-histoire/102762

 

  Emission sur 1905, la séparation de l'Eglise et de l'Etat à écouter sur France Inter

 

 

 

 

1ère Fiche programmation Histoire

 

LA REPUBLIQUE, LES RELIGIONS ET LA LAÎCITE DEPUIS LES ANNEES 1880

 

 

 

 

 

 

 

1ère Fiche d’objectifs histoire

 

LA REPUBLIQUE, LES RELIGIONS ET LA LAÏCITE DEPUIS LES ANNES 1880

 

SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Quels sont les débats sur la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905 ?

            A. Quelles conceptions de la laïcité s’opposent ?

                        1) Comment se manifeste la laïcité de combat avant 1905 ?

                        2) Comment se manifeste la laïcité tolérante avec la loi de séparation des Eglises et de l’Etat ?

B. Quelles sont les oppositions à la loi de 1905 ?

II. Quelles sont les évolutions de la laïcité depuis le début du XX siècle ?

A. En quoi la laïcisation de la société est-elle une politique qui divise les Français ?

B Comment la laïcité est-elle progressivement acceptée par les catholiques français ?

C. Comment la Laïcité s’adapte-t-elle aux transformations de la société française ?

D. En quoi la question scolaire est-elle révélatrice des valeurs de la laïcité ?

                        1. Quelles sont les valeurs laïques de l’école républicaine ?

                         2. En quoi le financement d’un enseignement religieux a pu être un débat républicain à la fin du XX siècle ?

                         3. En quoi l’affaire du voile islamique montre les nouveaux enjeux de la laïcité à la fin du XX siècle ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Anticléricalisme (p. 366) : opposition à l’influence des Eglises dans les affaires publiques.

Concordat (p. 370) : Traité entre un pape et un etat définissant les relations entre l’Eglise et cet Etat.

Congrégations (p. 370) : associations de religieux ou de religieuses.

Laïcité (p. 370) : Principe qui consiste à supprimer l’influence de la religion dans la vie publique et à la réduire à la sphère privée.

Inventaires (p. 370) : Comptabilisation des biens de l’Eglise survenue en 1906 à la suite de la loi de séparation de 1905.

Congrégations (p. 370) : associations de religieux ou de religieuses.

Ecole libre (p. 368) : Expression qui désigne les écoles privées, par référence au libre choix de la famille.

SAVOIR FAIRE

 

3/ JE SAIS ETUDIER UNE CARICATURE

4/ JE SAIS ETUDIER UNE PHOTOGRAPHIE

5/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

6/ JE SAIS CONFRONTER DES TEXTES

7/ JE SAIS METTRE EN RELATION TEXTE ET PHOTOGRAPHIE

8/ JE SAIS ETUDIER UNE ILLUSTRATION

9/ JE SAIS ETUDIER UN DIAGRAMME CIRCULAIRE

 

 

 

 

 

                                  SAVOIR

notions

méthodes

Problématique : En quoi la laïcité est-elle un des fondements de la République ? Comment se met progressivement en place la laïcité à partir de 1880 ?

 Quelles sont les caractéristiques de la laïcité républicaine ?

I. Quels sont les débats sur la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905 ?

 

            A. Quelles conceptions de la laïcité s’opposent ?

 

                        1) Comment se manifeste la laïcité de combat avant 1905 ?

 

                        2) Comment se manifeste la laïcité tolérante avec la loi de séparation des Eglises et de l’Etat ?

 

 

B. Quelles sont les oppositions à la loi de 1905 ?

 

 

II. Quelles sont les évolutions de la laïcité depuis le début du XX siècle ?

 

A. En quoi la laïcisation de la société est-elle une politique qui divise les Français ?

 

B Comment la laïcité est-elle progressivement acceptée par les catholiques français ?

 

C. Comment la Laïcité s’adapte-t-elle aux transformations de la société française ?

 

D. En quoi la question scolaire est-elle révélatrice des valeurs de la laïcité ?

 

                        1. Quelles sont les valeurs laïques de l’école républicaine ?

 

                         2. En quoi le financement d’un enseignement religieux a pu être un débat républicain à la fin du XX siècle ?

 

                         3. En quoi l’affaire du voile islamique montre les nouveaux enjeux de la laïcité à la fin du XX siècle ?

 

 

 

 

 

Anticléricalisme (IA1)

Concordat (IA1)

Congrégations (IA1)

 

 

 

 

Laïcité (IA2)

 

 

 

 

Inventaire (IB)

 

 

 

Congrégation (IIA)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecole libre (IID2)

 

 

 

 

 

Etude de caricature (IA1)

Etude de photographie (IA1)

 

 

 

 

 

Etude de texte (IA2)

Confrontation de textes (IA2)

 

 

Mise en relation texte et photographie (IB)

 

Etude de photographie (IIA)

 

 

 

 

 

Etude d’illustration (IIB)

 

Etude de diagramme circulaire (IIC)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : La Laïcité (1)

30 Mai 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

LA REPUBLIQUE, LES RELIGIONS ET LA LAÎCITE DEPUIS 1880

 

 

Introduction :

Les rapports entre la politique et les Religions sont déterminés par l'idée de la laïcité, notion essentielle du projet républicain. La laïcité s'est élaborée depuis 1880 à travers des combats et des débats (séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905, question scolaire) qui l'ont  opposé parfois violemment à l'Eglise catholique. Aujourd'hui la laïcité est parfois débattue (débat sur le voile islamique dans les lieux publics) ou contestée à travers des violences (agression de personnels hospitaliers masculin ayant accouché des femmes musulmanes). Pourtant la laïcité est une valeur dominante et consensuelle de la République.

Les caractères de la laïcité républicaine peuvent être définis à travers les écrits de Ferdinand Buisson, l’un des pères fondateurs de la République : neutralité de l’Etat en matière de religion, liberté et égalité des cultes, liberté de conscience. Le modèle qui s’impose sous la IIIe République est celui d’une laïcité tolérante qui repose sur le respect de la liberté et qui s’oppose à une laïcité de combat incarnée notamment par Emile Combes.

 

Problématique : En quoi la laïcité est-elle un des fondements de la République ? Comment se met progressivement en place la laïcité à partir de 1880 ?

 Quelles sont les caractéristiques de la laïcité républicaine ?

 

 

 Chronologie laïcité

 

 

 

 

I. Quels sont les débats sur la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905 ?

 

            A. Quelles conceptions de la laïcité s’opposent ?

 

                        1) Comment se manifeste la laïcité de combat avant 1905 ?

 

Caricature 1 page 366 : La République menacée

Question 1 page 367 : Quelles sont les relations entre l’Eglise et la République d’après ce document ?

_ Les partisans de la III République considèrent l’Eglise catholique comme un adversaire politique. En effet l’Eglise catholique a soutenu la droite cléricale qui veut rétablir la monarchie.

* La puissance et l’hostilité de l’Eglise catholique suscitent l’anticléricalisme de Républicains : L’Eglise est puissante car depuis le concordat de 1801 le catholicisme est officiellement « la religion de la majorité des Français ». Evêques et curés sont payés par l’Etat et appartiennent à la fonction publique. De plus l’Eglise a une place importante dans l’enseignement avec la loi Falloux de 1850 (l’école est surveillée par le curé et le maire, l’éducation religieuse est obligatoire). Les anticléricaux considèrent que l’Eglise catholique manipule la population en utilisant son poids dans l’enseignement

* Les Républicains s’inspirent de la philosophie des Lumières et de la Révolution française. Ils reprennent à leur compte l’opposition soulignée par les philosophes français entre la « raison » et l’ « obscurantisme » religieux. Le catholicisme est aussi considéré comme un pilier de la monarchie. « Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! »  s’exclame Léon Gambetta à la Chambre des députés en 1877.

Anticléricalisme (p. 366) : opposition à l’influence des Eglises dans les affaires publiques.

Concordat (p. 370) : Traité entre un pape et un etat définissant les relations entre l’Eglise et cet Etat.

 

Photographie 1 page 370 : L’expulsion des moines chartreux en 1903

Pourquoi les moines chartreux sont-ils expulsés ?

_ Les élections législatives de 1902 ont vu la victoire du « bloc des gauches » avec un programme anticlérical. Le gouvernement anticlérical d’Emiles Combes (1902-1904) conduit à l’interdiction d’enseigner aux congrégations. Cela entraîne le départ de milliers de religieux et la rupture des relations diplomatiques avec le Vatican.

Congrégations (p. 370) : associations de religieux ou de religieuses.

  

 

                        2) Comment se manifeste la laïcité tolérante avec la loi de séparation des Eglises et de l’Etat ?

 

Texte 2 page 366 : Extraits de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905

Question 2 page 367 : Expliquez le contexte ; les objectifs et les principales dispositions de la loi de 1905 ?

_ La loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905 est adoptée dans un contexte où les Républicains anticléricaux sont au pouvoir. Le climat est passionné à cause de la politique anticléricale d’Emile Combes (expulsion des congrégations, rupture des relations avec le Vatican).

_ Les objectifs sont d’affirmer la liberté de conscience, la liberté et l’égalité des cultes (art. 1) à travers plusieurs dispositions « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte » (art. 2). De plus la création d’association pour gérer les biens des Eglises est prévue. Pour cela il faut procéder à l’inventaire des biens des Eglises (art.3).

 

 

Texte 2 page 366 : Extraits de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905

Texte 3 page 367 : Les Républicains défendent la loi

Question 3 page 367 : Pourquoi est-elle, pour son rapporteur Aristide Briand, une loi « de liberté et de loyauté » ?

_ Le texte présenté par Aristide Briand est un texte de compromis visant à ménager les Juifs, protestants et catholiques. La loi établit la liberté de conscience et de culte mais renvoie la religion dans la sphère privée. Les Eglises perdent le revenu que leur versait l’Etat mais gagne en échange une certaine indépendance.

 

_ Les caractères de la laïcité républicaine peuvent être définis à travers les écrits de Ferdinand Buisson (prix Nobel de la paix en 1927, créateur du mot laïcité et président de la commission parlementaire chargé de mettre en œuvre la séparation de l’Eglise et de l’Etat), l’un des pères fondateurs de la République : neutralité de l’Etat en matière de religion, liberté et égalité des cultes, liberté de conscience.

_ Le modèle qui s’impose sous la IIIe République est celui d’une laïcité tolérante qui repose sur le respect de la liberté et qui s’oppose à une laïcité de combat incarnée notamment par Emile Combes.

Laïcité (p. 370) : Principe qui consiste à supprimer l’influence de la religion dans la vie publique et à la réduire à la sphère privée.

 

 

C. Quelles sont les oppositions à la loi de 1905 ?

 

Texte 4 page 367 : La réaction du pape Pie X

Question 4 page 367 : Pourquoi la loi est-elle condamnée par le pape Pie X ?

_ Le pape Pie X condamne en 1906 par l’encyclique Vehementer nos le principe et les modalités de la séparation des Eglises et de l’Etat. La France, « fille aînée de l’Eglise » depuis le baptême de Clovis le 25 décembre 498, rompt ses liens avec l’Eglise catholique en mettant fin au concordat et en établissant un Etat indépendant de toutes religions.

 

Texte 2 page 366 : Extraits de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905

Photographie 5 page 367 : La crise des inventaires : les églises barricadées

Question 5 page 367 : Quelle conséquence cette position va-t-elle avoir en France ?

_ Lors de l’adoption de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat une majorité d’évêques est favorable à la loi. Des intellectuels catholiques expliquent que la loi n’empêche ni de croire ni de pratiquer. Cependant, la condamnation par le pape aboutit à une résistance des catholiques qui contestent en particulier les inventaires des biens de l’Eglise.

_ La loi stipule que les édifices religieux sont propriétés de l'État, mais l’Etat accepte que les associations religieuses constituées selon la loi de 1901 exercent gratuitement un culte dans ces édifices. Juifs et protestants acceptent la loi mais les fidèles catholiques et son clergé refusent les inventaires. En effet des éléments sacrés réservés aux prêtres lors des messes (calices pour recueillir le sang du Christ) pourraient être profanés. Aussi, de violentes oppositions apparaissent dans les régions fortement pratiquantes de l’Ouest et des Pyrénées. 

_ En 1907 le gouvernement de Clemenceau décide de mettre fin au conflit en ordonnant la suspension de la création des associations et donc la fin des inventaires. Le clergé catholique se maintient dans les églises.

Inventaires (p. 370) : Comptabilisation des biens de l’Eglise survenue en 1906 à la suite de la loi de séparation de 1905.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : La République et la question ouvrière Le Front Populaire (2)

30 Mai 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

II. En quoi les grèves des mois de mai et de juin 1936 ont enfin favorisé l’affirmation de l’identité ouvrière ?

 

A. Dans quelle mesure les grèves révèlent les mutations du travail des ouvriers ?

 

Texte 1page 360 : Les cadences infernales

Question 1 page 361 : Comment le travail est-il organisé ?

 

Question 2 page 361 : Pourquoi ce système est-il particulièrement oppressant pour les ouvriers ?

 

_ Les grèves avec occupations d’usine sont révélatrices des mutations d’une classe ouvrière, désormais dominée par la masse des travailleurs de la grande usine soumis aux méthodes de l’organisation scientifique du travail (taylorisme et fordisme). Les ouvriers forment la majorité de la population active et peuvent organiser des manifestations de masse.

OST (p. 27) : (organisation scientifique du travail) Ensemble des moyens et des procédés mis en œuvre dans les usines afin d’augmenter la production et la productivité. L’OST est née dans l’industrie automobile américaine au tout début du XX siècle, avant de connaître un large succès durant tout le siècle.

 

            B. En quoi les grèves de 1936 expriment le sentiment de fierté d’être ouvrier ?

 

Texte 7 page 362 : Les grèves de la joie

Question 10 page 363 : Quels sont, d’après Simone Weil, les sentiments des ouvriers ?

 

_ Un immense espoir naît chez les ouvriers : deux millions de grévistes cessent le travail et occupent les usines, dans une atmosphère de fête, pour soutenir le gouvernement face aux patrons.

_ Les grèves et manifestations ouvrières entraînent une transformation de l’image de la classe ouvrière : elle apparaît comme une catégorie sociale homogène formée des travailleurs dans de grandes usines, ils disposent de valeurs communes républicaines et sociales, défendues par des syndicats puissants comme la CGT.

 

 

III. En quoi le Front populaire montre le renouveau du mouvement ouvrier ?

 

Texte 9 page 363 : Les accords de Matignon (7 juin 1936) : préambule

+ Photographie 7 page 364 : Arrestation d’un manifestant lors d’une grève au Havre en juin 1907

Par qui sont négociés et signés les accords de Matignon ? Qu’est-ce que cela change dans la pratique des luttes sociales ?

_ Les accords de Matignon sont signés par les syndicats et le patronat, et négociés avec l’aide de l’Etat. L’intervention de l’Etat permet de nouvelles pratiques dans les luttes sociales. Les gouvernements n’envoient plus la police ou l’armée pour réprimer les grèves (avec parfois des morts d’ouvriers) comme à l’époque du gouvernement Clémenceau (1906-1909) surnommé le « briseur de grèves ». Les négociations et les grèves sans violences sont compatibles avec les valeurs républicaines.

 

Texte 9 page 363 : Les accords de Matignon (7 juin 1936) : article 5

Dans quelle mesure cet article facilite le développement du mouvement syndical ?

_ Les accords de Matignon permettent la création de syndicats au sein des entreprises et reconnaissent le droit d’adhérer à un syndicat. Cela facilite l’augmentation des effectifs des mouvements ouvriers.

 

Affiche 2 page 365 : Le 1er mai 1936

Quelles organisations représentent les ouvriers ? Quelles sont leurs sensibilités politiques ?

_ Le mouvement ouvrier est représenté par des syndicats et des partis, principalement la CGT (Confédération Générale du Travail, proche du parti communiste) et la CGTU (Confédération Générale du Travail Unitaire, proche des socialistes réformistes de la SFIO).

_ Le PCF a été jusqu’en 1934 hostile aux « partis bourgeois » et à la SFIO réformiste. Le Front populaire permet le renouveau du mouvement ouvrier avec le rapprochement des syndicats et des partis divisés depuis 1920 et facilite le ralliement des ouvriers à la République. L’union des partis de gauche au sein du Front populaire reste une référence majeure dans le mouvement ouvrier français.

 

 

 

 

Conclusion : L’héritage social du Front populaire

« Le Front populaire inscrit sur le long terme la question sociale dans la problématique républicaine. Après la Seconde Guerre mondiale, cet héritage sera repris pendant la période de reconstruction, avec le projet du Conseil national de la résistance, les nationalisations de 1945, la mise en place de la Sécurité sociale, celle des Comités d’entreprises, ou la mise en place d’un SMIG en 1950. L’Etat providence mis en place en France après la guerre est largement inspiré par la période du Front populaire.

 

Les mesures emblématiques du Front populaire, congés payés et semaine de 40 heures, continuent de servir de référence à la gauche française, sur le plan social comme dans le domaine économique. »

 

 

Schéma synthèse Front populaire 0002

 

 

 

1ère Fiche d’objectifs histoire

 

LA REPUBLIQUE ET LA QUESTION OUVRIERE : LE FRONT POPULAIRE

 

SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Comment les ouvriers obtiennent-ils une reconnaissance de l’Etat avec la formation du Front populaire ?

A. En quoi le monde ouvrier est-il marginalisé avant le Front populaire ?

            B. En quoi les réformes du Front populaires intègrent les ouvriers dans le monde républicain ?

                        1. Comment le premier gouvernement avec un socialiste à sa tête parvient-il au pouvoir ?

                        2. Quelles sont les réformes adoptées par le Front populaire ?

II. En quoi les grèves des mois de mai et de juin 1936 ont enfin favorisé l’affirmation de l’identité ouvrière ?

A. Dans quelle mesure les grèves révèlent les mutations du travail des ouvriers ?

            B. En quoi les grèves de 1936 expriment le sentiment de fierté d’être ouvrier ?

III. En quoi le Front populaire montre le renouveau du mouvement ouvrier ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Front populaire (p. 364) : alliance des partis de gauche (communistes, socialistes et radicaux) aux élections législatives de 1936. Par extension, désigne la périodes ou cette coalition gouverne et réalise des réformes sociales d’ampleur (40h, congés payés…).

Syndicat (p. 364) : association de personnes ayant pour but la défense d’intérêts communs, matériels ou moraux, spécialement dans le domaine professionnel.

Convention collective (p. 364) : Contrat conclu entre des représentants du patronat et des salariés d’une branche professionnelle sur les conditions de travail et de rémunération.

OST (p. 27) : (organisation scientifique du travail) Ensemble des moyens et des procédés mis en œuvre dans les usines afin d’augmenter la production et la productivité. L’OST est née dans l’industrie automobile américaine au tout début du XX siècle, avant de connaître un large succès durant tout le siècle.

 

3/ JE CONNAIS LES BIOGRAPHIES DE :

 

Léon Blum (p. 365) : (1872-1950) Homme politique français, il est l’un des principaux dirigeants de la SFIO. Les réformes qu’il fait adopter quand il dirige le gouvernement du Front populaire marquent de réelles avancées sociales. Arrêté en 1940, il est jugé par le régime de Vichy lors du procès de Riom et livré aux nazis pour être déporté en Allemagne.

 

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

5/ JE SAIS ETUDIER UNE AFFICHE

6/ JE SAIS METTRE EN RELATION DES PHOTOGRAPHIES

7/ JE SAIS ETUDIER UNE PHOTOGRAPHIE

8/ JE SAIS ETUDIER UN TABLEAU STATISTIQUE

9/ JE SAIS METTRE EN RELATION TEXTE ET PHOTOGRAPHIE

 

 

1ère Fiche programmation Histoire

 

LA REPUBLIQUE ET LA QUESTION OUVRIERE : LE FRONT POPULAIRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                  SAVOIR

notions

méthodes

Problématique : En quoi le Front populaire marque un tournant dans les relations entre la République et les ouvriers ?

 

I. Comment les ouvriers obtiennent-ils une reconnaissance de l’Etat avec la formation du Front populaire ?

 

A. En quoi le monde ouvrier est-il marginalisé avant le Front populaire ?

 

 

            B. En quoi les réformes du Front populaires intègrent les ouvriers dans le monde républicain ?

 

                        1. Comment le premier gouvernement avec un socialiste à sa tête parvient-il au pouvoir ?

 

                        2. Quelles sont les réformes adoptées par le Front populaire ?

 

 

 

II. En quoi les grèves des mois de mai et de juin 1936 ont enfin favorisé l’affirmation de l’identité ouvrière ?

 

A. Dans quelle mesure les grèves révèlent les mutations du travail des ouvriers ?

 

            B. En quoi les grèves de 1936 expriment le sentiment de fierté d’être ouvrier ?

 

III. En quoi le Front populaire montre le renouveau du mouvement ouvrier ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Front populaire (IB1)

Léon Blum (IB1)

 

Syndicat (IB2)

Convention collective (IB2)

 

 

OST (IIA)

 

 

 

 

Etude de texte (IA)

Etude d’affiche (IA)

 

 

 

 

 

 

 

Mise en relation de photographies (IB1)

 

Etude de photographie (IB2)

Etude de tableau statistique (IB2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en relation texte et photographie (III)

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : La République et la question ouvrière : le Front Populaire (1)

30 Mai 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

LA REPUBLIQUE ET LA QUESTION OUVRIERE : LE FRONT POPULAIRE

Manuel Nathan Côte                                                                            5 heures

 

Introduction : La République s’adapte aux évolutions sociales et culturelles de la société française.

Dans les années 1930, les ouvriers restent marginalisés, le régime s’étant enraciné dans les campagnes et avec l’appui des classes moyennes et ayant rejeté le modèle révolutionnaire illustré par la Commune. De leur côté, les ouvriers ne se reconnaissent pas dans les républicains de gouvernement d’origine bourgeoise. Malgré une amélioration de leur condition depuis le XIXe siècle, ils demeurent dans une situation fragile qui est aggravée par la crise économique de 1929.

Le Front populaire rompt avec cette situation en assurant une intégration plus complète des ouvriers dans la République.

 

Problématique : En quoi le Front populaire marque un tournant dans les relations entre la République et les ouvriers ?

 

 

 

 

I. Comment les ouvriers obtiennent-ils une reconnaissance de l’Etat avec la formation du Front populaire ?

 

A. En quoi le monde ouvrier est-il marginalisé avant le Front populaire ?

 

Texte 5 page 361 : L’espoir des ouvriers

Question 7 page 361 : Quelles sont les revendications des ouvriers ? Montrez que le contexte de la victoire du Front populaire est propice aux espoirs ?

Le monde ouvrier exprime de multiples revendications dans le contexte de la victoire du Front populaire. Plusieurs des demandes formulées dans le texte correspondent à la volonté d’établir plus de justice dans le travail : « sanctions plus ou moins sévères et injustes », « insultes », « coups ». D’autres revendications correspondent aux demandes sociales (« salaires, congés payés… »).

 

Affiche 2 page 361 : La France s’enfonce dans la crise

Question 3 page 361 : Comment la crise de 1929 se répercute-t-elle sur les ouvriers ?

_ Le monde ouvrier éprouve un malaise dans la période précédant le Front populaire à cause de plusieurs crises :

* En 1929 la crise économique américaine éclate. En 1931 elle provoque en France des faillites bancaires, une forte hausse du chômage... Celui-ci passe de 1700 chômeurs secourus en 1930 à 500 000 chômeurs complets en 1935. Le nombre d’emplois a diminué de 1 800 000. (De 1930 à 1935 la production d’acier diminue de 40%.)

_ La crise est également sociale L’importante baisse du niveau de vie provoque le manque de produits de base (alimentation…). La faible protection sociale entraîne la hausse de la pauvreté. De spectaculaires marches de la faim débutent pour protester contre les effets de la crise économique. Les soupes populaires se multiplient.                

 

Pourquoi la crise est-elle également politique ?

_ La crise est également une crise politique : les gouvernements luttent sans succès contre la crise économique. Le gouvernement de Pierre Laval en 1935 décide de réduire les dépenses publiques (traitement des fonctionnaires…) pour équilibrer le budget, mais aussi de baisser les salaires pour diminuer le coût du travail.  Le pouvoir d’achat des ouvriers diminue ce qui aggrave la situation des ouvriers. Le mécontentement social se traduit par des grèves dès 1935.

_ La politique de lutte contre la crise des nombreux gouvernements qui se succèdent est inefficace. L’impuissance des hommes politiques à résoudre les difficultés économiques provoque, dans l’opinion des classes frappées par la crise, une remise en cause des valeurs républicaines et de l’efficacité de la démocratie.

 

 

 

            B. En quoi les réformes du Front populaires intègrent les ouvriers dans le monde républicain ?

 

                        1. Comment le premier gouvernement avec un socialiste à sa tête parvient-il au pouvoir ?

 

LIEN VIDEO INA (1 min 46) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAB8100563701/ce-que-fut-le-front-populaire.fr.html

 

Photographie 6 page 362 : La victoire du Front populaire

Photographie 7 page 362 : Les « grèves sur le tas »

Question 8 page 363 : Dans quelle ambiance se déroule la victoire du Front populaire ?

_ Le Front populaire est une alliance électorale regroupant plusieurs partis politiques : le parti radical au centre, les socialistes de la SFIO, les communistes du PCF. La réunification des syndicats CGT et CGTU montre la volonté d’union de la gauche, surmontant la division traditionnelle entre communistes et socialistes datant du Congrès de Tours (1920).

_ La peur du communisme s’explique par les idéaux communistes : abolition de la propriété, instauration d’une dictature soviétique. Aussi le socialiste SFIO Léon Blum (1872-1950) forme un gouvernement avec l’appui du PCF mais sans la participation de ceux-ci au gouvernement (absence de ministres communistes).

Front populaire (p. 364) : alliance des partis de gauche (communistes, socialistes et radicaux) aux élections législatives de 1936. Par extension, désigne la périodes ou cette coalition gouverne et réalise des réformes sociales d’ampleur (40h, congés payés…).

Léon Blum (p. 365) : (1872-1950) Homme politique français, il est l’un des principaux dirigeants de la SFIO. Les réformes qu’il fait adopter quand il dirige le gouvernement du Front populaire marquent de réelles avancées sociales. Arrêté en 1940, il est jugé par le régime de Vichy lors du procès de Riom et livré aux nazis pour être déporté en Allemagne.

 

_ Les candidats du Front populaire remportent les élections législatives le 3 mai 1936 (376 sièges contre 222 à leurs adversaires). La SFIO obtient le plus grand nombre de députés, aussi son chef Léon Blum devient-il président du Conseil. Pour la première fois des femmes participent au gouvernement, dont Irène Joliot-Curie (prix Nobel de chimie) à la recherche scientifique.

_ Le programme du Front populaire tient en trois mots : pain, paix et liberté. Des réformes sociales sont annoncées, facilitées par la vague de grèves de l’été 1936.

_ Léon Blum veut installer une politique de « reflation » inspiré du New Deal américain. Dans ce but le déficit du budget doit financer une politique de relance par l’augmentation des bas salaires et la diminution du temps de travail (semaine de 40 heures) sans baisse de salaires. Les grands travaux doivent permettre de lutter contre le chômage. La croissance doit augmenter les rentrées fiscales et permettre le retour à l’équilibre du budget.

 

 

                        2. Quelles sont les réformes adoptées par le Front populaire ?

 

 

Texte 9 page 363 : Les accords de Matignon (7 juin 1936)

Question 11 page 363 : Quelles sont les principales mesures des accords de Matignon ?

 

 

Question 12 page 363 : Pourquoi ces accords constituent-ils une victoire pour les ouvriers ?

 

_ Les discussions syndicats-patronat organisées par le gouvernement aboutissent aux accords Matignon signés le 7 juin 1936  accordant des droits syndicaux et des avancées sociales :

* conventions collectives.

* augmentation des salaires (7 à 15%).

* liberté d'action syndicale (droit d’adhérer à un syndicat…).

* création des comités d'entreprise (organisme formé par des représentants élus des salariés).

 

_ Le Parlement vote d'importantes lois sociales les 11 et juin 1936 :

* deux semaines de congés payés par an : beaucoup de Français voient la mer pour la 1ère  fois. 600 000 personnes bénéficient de ces congés en 1936, 1,8 million l’année suivante.

* semaine de 40 heures (et non 48).

* nationalisations des Chemins de Fer (S.N.C.F.), du secteur de l’armement et de l’aéronautique.

_ Pour lutter contre le danger de l’extrême droite les Ligues sont interdites.

Syndicat (p. 364) : association de personnes ayant pour but la défense d’intérêts communs, matériels ou moraux, spécialement dans le domaine professionnel.

Convention collective (p. 364) : Contrat conclu entre des représentants du patronat et des salariés d’une branche professionnelle sur les conditions de travail et de rémunération.

 

Photographie 10 page 363 : Eté 1936, les premiers congés payés

Tableau  statistique 3 page 361 : Evolution du budget annuel d’une famille ouvrière parisienne

Quelles sont les dépenses de type culturel en 1937 ? Ont-elles augmentées depuis 1906 ?

 

_ Les grandes réformes du Front populaire visent non seulement à améliorer la condition ouvrière mais aussi à démocratiser la culture :

* Jean Zay, ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts de 1936 à 1939 porte de 13 à 14 ans l’école obligatoire. Il encourage les bibliobus.

 * Léo Lagrange, sous secrétaire d’Etat aux Loisirs, tente de promouvoir les loisirs populaires à travers plusieurs mesures : encouragement des auberges de jeunesse, billets de chemin de fer à tarif réduit (-40%) pour que les classes populaires puissent profiter des congés payés.

_ Les ouvriers éprouvent de la reconnaissance envers une République qui se soucie de leur dignité et de leur bien-être. Lors des premiers départs en congés payés on peut lire sur quelques panneaux : « Merci Blum ! ». En prenant en compte les aspirations du monde ouvrier le Front populaire a permis le ralliement à la République des ouvriers.

 

 

 

caricature congés payés 1936 0002

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : La V République (1958-1962) (2)

30 Mai 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

II. Quel est le fonctionnement de la V République ?

 

Lien INA (2 min 51) : http://www.youtube.com/watch?v=ywdfHSCZJpw&feature=related

 

 

Texte 1 page 346 : Les fonctions et pouvoirs du président

Question 1 page 347 : Quelles sont les fonctions qui font du président le chef du pouvoir exécutif ? Quels sont les pouvoirs qui lui permettent d’intervenir dans les orientations et débats politiques ?

 

 

Organigramme 2 page 347 : Les institutions de la V République en 1958

Question 2 page 347 : Pourquoi peut-on dire que le régime reste parlementaire ?

 

_ Le général de Gaulle désire un nouvel équilibre des pouvoirs au profit de l’exécutif.

_ La constitution de la V République est approuvée des Français par le référendum du 28 septembre 1958 :  

* La constitution renforce considérablement le pouvoir du président, qui est chef de l’Etat. Il dirige la politique extérieure, commande les armées et peut prendre les pleins pouvoirs en cas de crise (article 16 de la Constitution).

Le président, élu au suffrage universel depuis 1962,  peut également dissoudre l’Assemblée nationale, et proposer directement des lois au peuple par référendum.

* Le premier ministre est subordonné au président. Le gouvernement a l’initiative des lois et conduit la politique de la nation. Il nomme aussi des dirigeants dans les administrations et les grands services publics.

* Le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) vote les lois, peuvent saisir le Conseil constitutionnel, et dans des cas extrêmes renverser le gouvernement par une motion de censure (article 49 de la Constitution).

_ Le système est donc un régime semi-présidentiel.

Motion de censure (p. 350): Texte mettant en cause la responsabilité du gouvernement. Si elle est votée à la majorité absolue des députés, le gouvernement doit démissionner.

Régime semi présidentiel (p. 350) : Régime qui combine un régime parlementaire avec un pouvoir présidentiel fort, « clef de voûte des institutions » selon Michel Debré.

Parlement (p. 350): Ensemble formé par l’Assemblée nationale et du Sénat.

 

Approfondissement :

« Les pouvoirs du Parlement (composé de l'Assemblée nationale et du Sénat) sont donc affaiblis. Son ordre du jour est fixé par le gouvernement qui dans certaines circonstances peut même faire adopter un texte sans vote (article 49-3). Une série de mesures limitent le pouvoir des députés : le gouvernement peut imposer le « vote bloqué » d'un de ses projets de loi qui ne peut alors pas être modifié par le Parlement, ce dernier ne se réunit que 6 mois dans l'année, le nombre de commissions permanentes (chargées d'étudier les lois) est limité, ce qui relève de la loi est strictement défini (tout le reste est donné au gouvernement), le budget doit être voté dans les 70 jours par les députés sinon il est appliqué par le gouvernement par ordonnance. La Parlement garde cependant son pouvoir législatif et ses membres ont aussi l'initiative des lois (ils peuvent faire des propositions de loi ; pour le gouvernement on parle de projet de lois). L'élaboration des lois suit un parcours codifié entre l'Assemblée nationale et le Sénat qui retrouve un réel pouvoir législatif. En cas de désaccord avec l'Assemblée nationale, c'est cette dernière qui a cependant « le dernier mot ». »

 

III. En quoi la modification de la Constitution de 1962 constitue : « le commencement absolu de la V République » ?

 

            A. Pourquoi l’élection du président au suffrage universel renforce-t-elle l’autorité du président ?

 

INA : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/106843-reportage-de-gaulle-et-le-suffrage-universel

1) Quelle modification veut introduire le général de Gaulle pour l'élection du président ? Quelle conséquence ce la aurait-il pour le pouvoir du président ?

2) Quelle est la réaction des partis politiques ? Du premier ministre ?

3) Quelle procédure permet d'établir la modification ?

4) A partir des réponses aux questions établir un schéma simple de la V République.

 

 

 

Texte 4 page 349 : De Gaulle et la pratique du pouvoir

Texte 5 page 349 : Contre l’élection du président au suffrage universel

Question 5 page 349 : Selon Paul Reynaud et Pierre Mendès France, quel doit être le rôle de l’Assemblée et des partis politiques ?

 

Texte 5 page 349 : Contre l’élection du président au suffrage universel

Question 6 page 349 : Quels risques présente l’élection du suffrage universel ? Quelle conséquence cela peut-il avoir sur la vie politique ?

 

Texte 6 page 349 : Pour l’élection du président au suffrage universel

Question 7 page 349 : Quels sont les arguments de Georges Pompidou en faveur de l’élection du suffrage universel ?

 

 

Quelle proposition de Gaulle fait-il en 1962 ? Comment la justifie-t-il ?

_ En 1962 le président Charles de Gaulle propose d’élire le président de la République directement au suffrage universel, et non plus par un collège (assemblée) de 80 000 Grands électeurs (parlementaires, conseillers généraux et municipaux).   

_ Les Français approuvent par référendum la révision de la Constitution. La légitimité et l’autorité du président de la République sont renforcées car il est le seul élu de la République à obtenir sa fonction par le vote de l'ensemble des citoyens français. La rupture de 1962 marque, selon la formule de Raymond Aron, le « commencement absolu de la Ve République ».

 

Caricature Moisan

Pourquoi parle-t-on de monarchie républicaine ?

_ La proposition d’élire directement le président au suffrage universel est inacceptable pour les parlementaires : le 5 octobre 1962 ils renversent le gouvernement par motion de censure. De Gaulle réplique par la dissolution de l'Assemblée.

_ Les Français en votant oui à la modification de la Constitution transforment la France en un véritable régime présidentiel. Les caricaturistes et journalistes du Canard enchaîné parlent même de « monarchie républicaine »

           

 

B. Comment un lien direct est-il établi entre le président et les Français ?

 

Photographie 3 page 347 : De Gaulle et les Français

Affiche 5 page 347 : L’élection du président au suffrage universel (1962)

Question 5 page 347 : Montrez que l’usage des bains de foule renforce la présidentialisation.

 

_ De Gaulle est le fondateur et le premier président de la V République. Il marque fortement de son empreinte la fonction présidentielle par sa pratique du pouvoir. Il estime que le Président doit avoir un lien direct avec les Français et multiplie les « bains de foule », même s'il a été l'objet de plusieurs tentatives d'assassinat. De plus l’usage du référendum et l’utilisation des médias permettent de renforcer ce lien direct avec les Français.

 

 

            C. Comment la pratique gaullienne du pouvoir influence-t-elle le fonctionnement des institutions ?

 

Caricature sur l’histoire des arts : De Gaulle monarque

Quelle est la pratique gaullienne du pouvoir ?

_ Jusqu’en 1962 De Gaulle est accaparé par la politique internationale et la résolution de la crise algérienne. La politique extérieure est le « domaine réservé » du président. Il laisse au gouvernement la gestion de la politique intérieure, même si aucun texte ne l'y contraint. Dans les faits, de Gaulle donne un certain nombre d'orientations à son premier ministre. Cette répartition de la gestion des politiques intérieure et extérieure au sein de l'exécutif passe pour une coutume de la Ve République. Dans les faits, elle n'a jamais été totalement respectée.

_ La pratique du pouvoir par le général de Gaulle influence le fonctionnement des institutions pour les décennies postérieures : domination du président, tendance à la bipolarisation de la vie politique, rôle majeur de l’élection présidentielle. Elle favorise la personnalisation de la vie politique qu’accélèrent les progrès de la médiatisation.

 

 

  Schema-synthese-V-Republique.jpg

 

 

HISTOIRE DES ARTS : Caricature de De Gaulle

 

Site pour trouver des caricatures sur De Gaulle : http://www.de-gaulle-edu.net/recreation/caricatures/galerie/index.htm

 

 

 

1ère Fiche programmation Histoire

 

UNE NOUVELLE REPUBLIQUE (1958-1962)

 

 

 

 

 

1ère Fiche d’objectifs histoire

 

UNE NOUVELLE REPUBLIQUE (1958-1962)

 

SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

I. En quoi les crises affectant la IV République provoque-t-elle son effondrement et la naissance de la V République ?

A. Quelles sont les crises expliquant l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle ?

B. Comment se déroule l’adoption de la V République ?

II. Quel est le fonctionnement de la V République ?

III. En quoi la modification de la Constitution de 1962 constitue : « le commencement absolu de la V République » ?

            A. Pourquoi l’élection du président au suffrage universel renforce-t-elle l’autorité du président ?

B. Comment un lien direct est-il établi entre le président et les Français ?

            C. Comment la pratique gaullienne du pouvoir influence-t-elle le fonctionnement des institutions ?

 

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Motion de censure (p. 350): Texte mettant en cause la responsabilité du gouvernement. Si elle est votée à la majorité absolue des députés, le gouvernement doit démissionner.

Régime semi présidentiel (p. 350) : Régime qui combine un régime parlementaire avec un pouvoir présidentiel fort, « clef de voûte des institutions » selon Michel Debré.

Parlement (p. 350): Ensemble formé par l’Assemblée nationale et du Sénat.

 

3/ JE CONNAIS LES BIOGRAPHIES DE :

 

Michel Debré (p. 351) : (1912-1996) Homme politique, résistant, il est élu au Conseil de la République entre 1948 et 1958. Gaulliste, il participe à la rédaction de la Constitution de la V République. Il est Premier ministre de 1959 à 1962 puis plusieurs fois ministres jusqu’en 1973.

 

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

5/ JE SAIS ETUDIER UNE CARICATURE

6/ JE SAIS ETUDIER UNE PHOTOGRAPHIE

7/ JE SAIS ETUDIER UN ORGANIGRAMME

8/ JE SAIS ETUDIER UN REPORTAGE VIDEO

9/ JE SAIS CONFRONTER DES TEXTES

10/ JE SAIS ETUDIER UNE AFFICHE

 

 

 

 

 

 

                                  SAVOIR

notions

méthodes

Problématique :

1) Comment renouveler la République par la création de la V République ? (1958-1962)

2) Comment concilier la République et un pouvoir exécutif fort ?

 

I. En quoi les crises affectant la IV République provoque-t-elle son effondrement et la naissance de la V République ?

 

A. Quelles sont les crises expliquant l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle ?

 

B. Comment se déroule l’adoption de la V République ?

 

II. Quel est le fonctionnement de la V République ?

 

 

 

 

III. En quoi la modification de la Constitution de 1962 constitue : « le commencement absolu de la V République » ?

 

            A. Pourquoi l’élection du président au suffrage universel renforce-t-elle l’autorité du président ?

 

B. Comment un lien direct est-il établi entre le président et les Français ?

 

            C. Comment la pratique gaullienne du pouvoir influence-t-elle le fonctionnement des institutions ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel Debré (IB)

 

Motion de censure (II)

Régime semi présidentiel (II)

Parlement (II)

 

 

 

 

 

 

 

Etude de texte (IA)

Etude de caricature (IA)

Etude de photographie (IA)

 

 

 

 

 

Etude d’organigramme (II)

 

 

 

 

 

 

Etude de reportage vidéo (IIIA)

Confrontation de textes (IIIA)

 

Etude d’affiche (IIIB)

Lire la suite

Cours Histoire 1ère : La V République (1958-1962) (1)

30 Mai 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

Chronologie V République 1958-1962 

 

 

UNE NOUVELLE REPUBLIQUE (1958-1962)

 

Introduction : Une nouvelle République est instaurée en 1958. Née dans un contexte de troubles, de menaces de guerre civile, le régime s’affirme progressivement en accordant un rôle plus important au pouvoir exécutif. Le rôle du président est majeur. Il se renforce encore par une mesure votée par référendum en 1962 : l’élection du président de la République au suffrage universel. Cette mesure est qualifiée par R. Aron de «commencement absolu de la Ve République ».

 

Problématique :

1) Comment renouveler la République par la création de la V République ? (1958-1962)

2) Comment concilier la République et un pouvoir exécutif fort ?

 

 

 

 

 

I. En quoi les crises affectant la IV République provoque-t-elle son effondrement et la naissance de la V République ?

 

A. Quelles sont les crises expliquant l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle ?

 

 

LIEN INA : (3 min 15) http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/epoques/video/I08217985/constitution-de-la-cinquieme-republique.fr.html

 

LIEN (7 min 40) : Le retour de De Gaulle au pouvoir : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/109599-reportage-de-gaulle-le-retour-au-pouvoir

 

Texte 1 page 344 : La crise politique en 1958

Question 1 page 345 : A quelles faiblesses la IV République est-elle confrontée ? Quelles sont les deux issues possibles à cette crise selon l’auteur ?

_ La IV République est un régime impopulaire et menacé. Le pouvoir exécutif était sous la tutelle du pouvoir législatif. Des gouvernements éphémères (instabilité ministérielle) se succèdent sans pouvoir résoudre les crises, en particulier la crise algérienne.

 

Caricature 2 page 348 : L’arrivée du général de Gaulle au pouvoir en 1958, un coup d’Etat ?

Pourquoi le général de Gaulle apparaît-il dans cette caricature comme un danger pour la République ?

 

Photographie 2 page 344 : Les Français d’Algérie appellent de Gaulle au pouvoir

Question 2 page 345 : Pourquoi peut-on dire que les évènements d’Alger défient le gouvernement républicain ?

_ Le 13 mai 1958 des émeutiers favorables à l’Algérie française s’emparent du pouvoir à Alger et forment un Comité de salut public dirigé par le général Massu. Les insurgés demandent le retour du général de Gaulle au pouvoir.

 

LIEN INA (19 s) : http://www.ina.fr/divertissement/humour/video/I00012921/charles-de-gaulle-et-la-carriere-de-dictateur.fr.html

_ Le 15 mai 1958 de Gaulle déclare être « prêt à assumer les pouvoirs de la République ». Lors de la conférence de presse du 19 mai 1958 il rassure sur sa volonté de respecter les libertés publiques fondamentales en rappelant son passé de résistant et de républicain.

 

 

B. Comment se déroule l’adoption de la V République ?

 

Texte 4 page 345 : De Gaulle annonce une nouvelle République

Question 5 page 345 : Quelles sont les mesures annoncées pour mettre fin à la crise ? Pourquoi de Gaulle veut-il élaborer une nouvelle constitution ?

_ Après une longue traversée du désert De Gaulle est rappelé au pouvoir par le président René Coty le 29 mai 1958. Il est nommé Président du Conseil le 1er juin 1958 en pleine crise algérienne, avec la menace d'un putsch des généraux à Alger et d'une guerre civile. Il apparaît alors comme la seule personnalité ayant suffisamment d'influence pour mettre fin à une situation très grave. Mais il pose des conditions pour son retour : la ive République doit disparaître.  

 

_  La rédaction du texte de la Constitution est réalisée durant l’été 1958 par le général de Gaulle et Michel Debré, fidèle de De Gaulle et ministre de la Justice.

_ Les débats sont importants durant l’été 1958. Michel Debré parvient à faire accepter à des ministres soucieux de garantir la stabilité des gouvernements face à l'Assemblée un rôle plus important du Président de la République. Le texte final est un texte de compromis.

Michel Debré (p. 351) : (1912-1996) Homme politique, résistant, il est élu au Conseil de la République entre 1948 et 1958. Gaulliste, il participe à la rédaction de la Constitution de la V République. Il est Premier ministre de 1959 à 1962 puis plusieurs fois ministres jusqu’en 1973.

 

 

Résultat du 2e référendum sur la Constitution de la IV R

 

 

Résultat du référendum sur la Constitution de 1958

 

_ La nouvelle Constitution est approuvée par referendum le 28 septembre 1958 par 80 % de votes favorables. Cette forte approbation tranche avec la courte majorité obtenue par la Constitution précédente et donne au texte une légitimité incontestable.

_ En effet, la Constitution de 1958 apparaît comme l’unique solution pour régler la crise algérienne et sortir de l'incapacité de la ive République, qui est un régime très impopulaire.

 

_ Les communistes et une partie des socialistes ont dénoncé dès juin 1958 « un coup d’Etat ».

_ Les opposants à la nouvelle Constitution (l’extrême-droite poujadiste, une partie des radicaux dont Pierre Mendès France, une partie de l’UDSR dont François Mitterrand, et le PCF) essuient un échec aux élections législatives. Le parti gaulliste (L’Union pour la nouvelle  République, l’UNR) et ses alliés détiennent la majorité absolue.

_ Le 21 décembre 1958 de Gaulle est élu au suffrage indirect par 77% des 80 000 grands électeurs. Il devient le premier président de la Ve République.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Cours géographie 1ère : L'Union européenne dans la mondialisation (3)

24 Mai 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

III. En quoi la Méditerranée forme une interface avec l’Union européenne ?

 

En quoi les relations entre les pays méditerranéens sont-elles fortes mais dissymétriques ?

 

            A. Quels sont les contrastes entre pays de l’Union européenne et pays du Sud et de l’Est méditerranéen (PSEM) ?

 

                        1. Quels sont les contrastes de développement et de richesses ?

 

 

 

Tableau 12 page 253 : L’écart de développement entre le Sud et le Nord de la Méditerranée

Quels sont les contrastes autour de la Méditerranée ?

_ La Méditerranée présente d’importants contrastes de développement entre les pays développés du Nord regroupés dans l’Union européenne et les pays du Sud et de l’Est méditerranéen (PSEM) en voie de développement.

* L’écart se mesure à travers l’indice de développement humain (IDH). L’IDH synthétise trois données : le PIB réel par habitant, l’espérance de vie, et le niveau de d’éducation (évalué par le taux d’alphabétisation des adultes et le nombre moyen d’années d’études). Chaque élément est noté entre 0 et 1 ; l’IDH constitue la moyenne des trois.

* L’IDH montre des différences importantes : 0,89 en France contre 0,59 en Syrie. Au niveau de la richesse le PIB/hab. espagnol (33 600 dollars) est huit fois supérieur à celui du Maroc (4 700 dollars).

 

 

Quels sont les écarts de développement entre pays du Sud et de l’Est Méditerranéen ?

_ Les contrastes sont importants également entre PSEM : Israël, bien que situé au Proche-Orient a un IDH élevé le plaçant dans les pays développés du Nord. Entre pays du Sud économique le niveau de développement varie selon les PSEM. Ainsi l’IDH du Maroc n’est que de 0,654 contre 0,806 pour la Turquie. L’espérance de vie en Libye s’élevait à 77 ans contre seulement 69 ans dans la bande de Gaza.

_ Les inégalités existent aussi à l’intérieur des pays. Malgré le manque de données on estime l’IDH du Liban à 0,803, et à 30% la population du pays vivant en dessous du seuil de pauvreté.

 

 

2. Quels sont les contrastes démographiques ?

 

D’après vos connaissances, quelles sont les différences démographiques (fécondité, âge de la population) entre l’Union européenne et les PSEM ?

_ Les situations démographiques en Europe et dans les PSEM sont différentes :

* L’Europe a achevé sa transition démographique. Elle a une natalité basse, souvent inférieure au seuil de renouvellement de la population (2,1 enfants par femme) et une espérance de vie élevée. Le pourcentage de jeunes dans la population est faible, le nombre d'adultes et de personnes âgées augmente. La population est donc vieillissante.

* Dans les PSEM la population a une natalité et une fécondité fortes, même si elles se réduisent (3 enfants par femme en Égypte). L'espérance de vie est plus basse qu’en Europe. Le taux d'accroissement naturel (natalité moins mortalité) est fort : la part des moins de 15 ans est très importante dans les PSEM (parfois plus d' 1/3 de la population). Les Etats du sud de la Méditerranée sont en croissance démographique et ont une population jeune.

 

 

3. Quels sont les contrastes culturels ?

 

Publicité 1 page 212 : Istanbul en Turquie : une capitale en voie d’intégration

En quoi la tour de Galata peut être un symbole des anciens échanges et confrontations entre peuples de Méditerranée ?

La tour de Galata a été construite par les Génois en 1348 à Constantinople, ville située à cheval sur l’Europe et l’Asie. Elle est aujourd’hui un lieu touristique en Turquie. La tour est donc un symbole du rôle de Constantinople -Istanbul comme lieu de rencontre pacifique ou guerrière des peuples de Méditerranée.

 

Quels sont les héritages historiques unissant ou opposant la Méditerranée ?

Les héritages de l’histoire sont importants en Méditerranée où les civilisations prestigieuses (Egypte pharaonique, Grèce minoenne puis classique et hellénistique…) et les Empires (Empires perses, d’Alexandre le Grand et de ses successeurs, Empire romain) se sont succédés.

 

_ Les relations entre les peuples de la Méditerranée sont marquées par les héritages historiques.

* Dès l’Antiquité  civilisations et Empires prestigieux ont pris pour cadre la Méditerranée (Egypte pharaonique, Empire romain…). L’Europe a pour base les héritages de la civilisation gréco-romaine dont la démocratie et les codes de lois romains.

* Au Moyen Age, avec le développement des monothéismes deux aires culturelles se développent puis se confrontent. L’aire chrétienne au nord et l’aire musulmane à l’est et au sud se sont affrontés lors des invasions arabo-musulmanes du VIII siècle, pendant la reconquête de l’Espagne par les chrétiens et les croisades.

* L’époque coloniale a été le moment d’une autre confrontation : conquête coloniale de l’Algérie par la France à partir de 1830 et sanglante guerre de décolonisation de 1954 à 1962, etc. Des rancoeurs issues de la décolonisation existent dans les PSEM.

_ Les échanges culturels reposent aujourd’hui sur le développement du tourisme et les liens migratoires.

 

Conclusion : Interface en Méditerranée

 

En quoi la Méditerranée est une interface entre Union européenne et Etats du Sud ? 

 

_ La Méditerranée est une interface car elle met en relation les pays industrialisés et développés regroupés dans l'UE et les PSEM en développement. Elle permet aussi la rencontre et les échanges entre deux aires culturelles par le tourisme ou l’immigration, les échanges économiques, etc.

 

 

B. Quelles sont les relations humaines et économiques entre Etats de Méditerranée ?

 

1. Quelle est l’importance des flux migratoires ?

 

Lien reportage sur l’île de Lampedusa et itinéraire des clandestins (2 min 42) :

http://www.dailymotion.com/video/x37tfv_france24-fr-reportage-ile-de-lamped_news

 

Carte 14 page 253 : L’UE inquiète d’un renforcement des migrations

Quelles sont les routes anciennes et nouvelles empruntées par les clandestins ?

_ L’immigration dans l’UE est réservée aux travailleurs qualifiés et « cerveaux » (« brain drain »). Les migrants désireux de rejoindre l’Union européenne clandestinement sont guidés par des réseaux de passeurs à travers plusieurs routes traversant l’Afrique subsaharienne à destination du Maghreb et de là vers les vastes littoraux italiens et espagnols.

_ De nouvelles routes se sont mises en place contournant la Méditerranée et utilisant la Turquie comme place tournante de l’immigration clandestine avant de pénétrer en Grèce et de longer les littoraux de l’Adriatique pour pénétrer dans les pays de l’espace Schengen

 

Quelles sont les destinations finales des migrants clandestins ?

_ Les migrants souhaitent rejoindre les pays de l’Union européenne à haut niveau de vie, en particulier le Royaume-Uni et l’Allemagne. Ils souhaitent aussi  rejoindre les diasporas établies dans les pays d’accueil (5 millions de Français d’origine maghrébine en France, 3 millions de Turcs en Allemagne…).

 

Quelles sont les causes des migrations clandestines et légales vers l’Union européenne ?

 _ Les causes des migrations des PSEM vers l’UE sont de natures économiques et politiques : * Au niveau économique l’écart de niveau de vie entre l’Union européenne et les PSEM est important. Le PIB par habitant moyen de l’UE est d’environ 28 000 dollars tandis que celui des PSEM et d’environ 8 500 dollars. Cette différence nourrit le désir de rejoindre l’Europe.

* Au niveau politique l’UE apparaît comme un espace démocratique au contraire de nombreux PSEM. Les révolutions arabes de 2011 ont suscité également un départ vers l’UE pour fuir les combats ou rejoindre un espace démocratique.

 

 

LIEN POLITIQUE DE L’IMMIGRATION DE L’UNION EUROPEENNE (11 min)

http://www.dailymotion.com/video/x8wj14_migration-et-l-union-europeenne_news

 

Carte 14 page 253 : L’UE inquiète d’un renforcement des migrations

Quels sont les obstacles aux migrations dans l’Union européenne ? Comment est-ce ressenti dans les PSEM ?

_ La CEE puis l’Union européenne tente depuis 1973 et la fin des Trente Glorieuses de mettre fin aux vagues de clandestins. Une zone de surveillance maritime renforcée a été mise en place par l’agence européenne Frontex chargée de la gestion de la coopération aux frontières extérieures de l’UE.

_ L’existence d’une « forteresse Europe » et les dispositions prises par l’Union européenne pour tarir le flot des migrants (pressions sur les pays du Maghreb pour qu’ils contrôlent les candidats au départ, réouverture en 2011 du centre d’accueil d’immigrés clandestins à Lampedusa, 224 centres de rétention pouvant contenir 30 000 personnes, etc.) est critiquée par les candidats au départ des PSEM.

 

                        2. En quoi la Méditerranée est un espace parcouru par d’importants flux touristiques ?

 

Carte 2 page 247 : Le partenariat EUROMED, pour un nouvel ensemble régional Nord-Sud demain

Quelles sont les origines et les destinations des flux touristiques ?

_ Le bassin méditerranéen est le premier pôle touristique mondial avec 31% du tourisme international. Chaque année 300 millions de touristes se rendent en Méditerranée. Les touristes européens se dirigent vers les pays du Sud à la recherche de littoraux ensoleillés et d’une hôtellerie à faibles coûts.

 

Quelles sont les conséquences économiques de ce tourisme ?

_ L’économie touristique est nécessaire à l’économie de pays méditerranéens comme la Grèce et l’Egypte, la Tunisie ou le Maroc. L’île de Chypre reçoit 14% de son PIB grâce aux retombées économiques du tourisme.

 

3. En quoi les relations économiques en Méditerranée sont-elles dissymétriques (inégales) ?

 

                                   a. Les flux commerciaux

Possibilité 1 :

 

Question 1 page 257 : Quelle est la stratégie de Renault en Turquie et au Maroc (1, 2, 3, 5) ? En quoi est-elle favorisée par la politique de voisinage de l’UE ?

La stratégie de Renault en Turquie et, prochainement, au Maroc est de produire à bas coût pour le marché local et pour exporter vers d’autres marchés en développement mais aussi vers l’Europe, où la Logan connaît un grand succès. En Turquie, Renault est ainsi le premier constructeur sur le marché local et le premier exportateur. Avec l’implantation d’autres constructeurs et équipementiers, l’industrie automobile est devenue une industrie clé en Turquie et plus seulement pour des véhicules bas de gamme. Les accords commerciaux avec l’UE favorisent les activités de Renault dans les deux pays en facilitant l’accès au marché européen.

 

Question 2 page 257 : Les investissements du constructeur européen répondent-ils aux stratégie de développement de la Turquie et du Maroc (2, 3, 4, 5) ?

Les investissements de Renault répondent aux stratégies de développement des deux pays. Par exemple, le gouvernement marocain veut exploiter les avantages du nouveau port de Tanger pour attirer des investisseurs et industrialiser le Nord du pays notamment grâce à l’automobile. Il a donc consenti des avantages importants à Renault pour l’attirer à proximité de la future capitale marocaine de l’automobile. Grâce aux facilités de Tanger, les sites Renault d’Europe du Nord-Ouest sont à moins de deux jours, ce qui permet une synergie très intéressante pour le constructeur entre ces différents sites de production.

 

Question 3 page 257 : Avec quelles limites de la part de l’investisseur européen (3, 6) ?

Renault répond à la stratégie industrielle de l’État marocain mais non sans tirer le maximum d’avantages (zone franche, exemptions fiscales, etc.). D’autre part, l’État français, toujours principal actionnaire du groupe, a fait pression sur le constructeur pour qu’il limite la délocalisation de la fabrication de certains modèles (comme la Clio IV à Bursa) pour sauvegarder l’emploi sur des sites nationaux. Les intérêts nationaux et industriels ne sont pas absents dans la construction de l’ensemble euro-méditerranéen.

 

 

Possibilité 2 :

 

Lien commerce Tunisie tour du monde d’un jean (7 min 48) :

http://www.dailymotion.com/video/xb0h0j_tunisie-le-tour-du-monde-d-un-jeans_people

 

 

Graphiques en barre 13 page 253 : La dépendance économique vis-à-vis de l’UE

En quoi les PSEM sont-ils dépendant commercialement de l’UE ?

_ La valeur du commerce international (importations et exportations) entre UE et PSEM correspondent à 60 milliards d’euros en 2010. Mais les échanges entre l’UE et les PSEM sont déséquilibrés  et renforcent la dépendance des PSEM envers l’UE. L’UE représente 42% des échanges pour les PSEM. La situation est variable selon les pays.

* L’UE représente 76% du commerce extérieur tunisien (pays atelier au service de l’Europe, par exemple dans la fabrication de jeans) mais ne compte que pour 8% de celui de l’UE.

* L’Algérie et la Libye s’enrichissent par la vente d’hydrocarbure à l’UE. D’autres PSEM vendent des textiles, des produits miniers (phosphates du Maroc) ou agricoles à l’UE.

 

Quelles sont les raisons de l’importance des échanges entre PSEM et UE ?

_ Le faible coût de la main d’œuvre des PSEM attire les IDE des FTN (différence salariale de 1 à 4 entre Tunisie et Royaume-Uni). L’UE représente ainsi 1/3 des IDE à destination des PSEM qui deviennent (Tunisie, Turquie) des pays ateliers pour l’UE.

 

                                   b. Les flux financiers

 

Quelle est l’importance des flux économiques venant de l’UE pour les PSEM ?

_ Les PSEM reçoivent une partie importante de leurs devises par des flux financiers en provenance de l’UE :

* Les IDE s’accroissent dans les PSEM (usines délocalisées, centre d’appel, etc.). L’UE finance des programmes de développement sur la rive Sud.

* Les fonds envoyés par les immigrés dans leur pays d’origine sont nommés remises et constituent des sommes très importantes: les Egyptiens envoient près de 5,9 milliards de dollars ; les Marocains : 5,7 milliards ; les Algériens : 2,9 milliards ; les Tunisiens : 1,7 milliard. Ces remises sont essentielles pour l’économie des PSEM (entre 5 et 40% de leur PIB) pour la Jordanie, l’Egypte, le Liban, le Maroc.

 

                                    c. Les flux maritimes

 

Schéma 9 page 251 : La Nothern range dans la stratégie de Maersk, 1er armateur mondial

Quels sont les ports méditerranéens choisis par Maersk ? Sont-ils en relation ?

Les ports méditerranéens choisis par Maersk sont Algésiras en Espagne et Tanger au Maroc. Les deux pays méditerranéens sont proches et en concurrence. Cela montre l’importance des relations maritimes en Méditerranée.

 

Quelles sont les relations maritimes entre les Etats méditerranéens ?

_ La façade méditerranéenne est la 2e la plus importante de l’UE après celle de la Northern Range. La Méditerranée est en effet le lieu de 30% du trafic maritime international et de 20à 25% du transport maritime d’hydrocarbures.

* Les flux de transit sont importants : le cabotage ne représente seulement que 1/5 du trafic total. Les flux est-ouest (Suez-Gibraltar) sont majeurs avec des produits variés comme le pétrole du Moyen-Orient et de Bakou ou les conteneurs provenant d’Asie.

* Des points de passage sont stratégiques comme Gibraltar ou le canal de Suez modernisé.

* Des hubs portuaires s’affirment comme Algésiras (Espagne du Sud) ou Gioia Taura (Italie du Sud) et servent de ports d’éclatement vers l’Europe du Nord. Les ports du Nord (Marseille, Barcelone) sont à l’écart.

           

 

 

C. Quels sont les partenariats et les tensions entre Etats méditerranéens ?

 

Quels sont les liens et les clivages entre pays méditerranéens ?

 

                        1. Quels sont les partenariats institutionnels entre Etats méditerranéens ?

 

                                    * politique européenne de voisinage

 

Carte 2 page 247 : Le partenariat EUROMED, pour un nouvel ensemble régional Nord-Sud demain

Pourquoi les espoirs des PSEM d’intégrer l’UE est-il faible ?

_ L’UE limite les possibilités d’intégrer l’union a des pays européens. Les pays méditerranéens d’Afrique et d’Asie ne peuvent rentrer dans l’UE. Même la Turquie à cheval sur deux continents, candidate et en négociations avec l’UE, rencontre de grandes réticences pour son entrée dans l’UE.

 

Quels sont les PSEM inclus dans la politique européenne de voisinage ?

_ L’Union européenne pratique une politique de voisinage avec plusieurs Etats méditerranéens (Maroc, Algérie, Egypte) en leur permettant de se rapprocher de l’UE par une ouverture réciproque, mais sans offrir de perspectives d’adhésion. L’UE apporte ainsi une aide financière (13 milliards d’euros de 1995 à 2010).

Politique de voisinage (p. 314) : politique qui vise à sa rapprocher de l’UE (démocratie, Etat de droit, ouverture réciproque) sans offrir de perspectives d’adhésion.

 

En quoi consiste cette politique de voisinage ?

_ L’UE a multiplié les partenariats sous différents aspects avec les PSEM :

* Le processus de Barcelone date de 1995 et il met en place les bases du partenariat euro -méditerranéen. En 2008 le partenariat se renforce avec la naissance de l’Union pour la Méditerranée (UPM) qui est une institution chargée d’encourager des politiques communes à l’échelle du bassin méditerranéen. L’UPM a des objectifs concrets (dépollution, plan solaire, gestion des déchets…).

* MEDA est un programme de coopération économique et financière du partenariat euroméditerranéen, lancé en 1996 (MEDA I) et modifié en 2000 (MEDA II). Il se substitue aux différents protocoles financiers bilatéraux existants avec les dix pays partenaires du bassin méditerranéen (2 milliards d’euros par an sur les fonds de la Banque européenne d’investissement).

Processus de Barcelone (p. 314) : lancé en 1995 à Barcelone, cadre pour le développement des relations bilatérales et régionales entre les 15 Etats membres de l’UE de l’époque et 14 pays méditerranéens. Il jette les bases du partenariat euro -méditerranéen qui s’est par la suite élargi et a donné naissance à l’Union pour la Méditerranée.

Union pour la Méditerranée (p. 315) : depuis 2008, dans le prolongement du processus de Barcelone, l’Union pour la Méditerranée a pour but de promouvoir l’intégration économique et les réformes démocratiques dans seize pays voisins situés au sud de l’UE, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

 

Quelles sont les politiques écologiques menées en Méditerranée ?

_ Les politiques écologiques menées en Méditerranée commencent dès 1975 :

* Le Plan bleu a des objectifs de développement durable en Méditerranée, définis par l’ONU et par les pays riverains en 1975.

* Le PAM (Plan d’action pour la Méditerranée) est une politique mise en œuvre en 1975 sous l’égide du PNUE afin de lutter contre les pollutions en mer Méditerranée.

 

 

Publicité 11 page 253 : Un projet universitaire : l’Université Euro-Méditerranéenne (EMUNI)

+ localisation carte 2 page 247 : Le partenariat EUROMED, pour un nouvel ensemble régional Nord-Sud demain

En quoi consiste le projet de l’université euro- Méditerranéenne ?

_ La politique culturelle en Méditerranée peut être illustrée avec le projet de l’Université Euro-Méditerranée (EMUNI) débuté en 2008. 142 institutions d’enseignement supérieur et de recherche appartenant à 137 pays ont adhérés à l’EMUNI. Des échanges d’étudiants et de chercheurs et des projets communs ont été mis en place avec l’EMUNI.

 

 

Texte 2 page 281 : Méditerranée, l’Union prend déjà l’eau

_ L’UPM rencontre des difficultés à cause des tensions en Méditerranée (conflit israélo-palestinien) et du manque de financement.

 

 

 

 

 

 

 

1ère Fiche programmation Géographie

 

L’UNION EUROPEENNE DANS LA MONDIALISATION

 

  

 

 

 

1ère Fiche d’objectifs GEOGRAPHIE

 

L’UNION EUROPEENNE DANS LA MONDIALISATION

 

SAVOIR   

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. En quoi l’Union européenne est-elle un acteur et un pôle majeurs de la mondialisation ?

                A. En quoi l’UE est  un carrefour des flux mondialisés ?

                               1. Quelle est la place de l’UE dans les échanges commerciaux ?

2. Quelle est la place de l’UE dans les flux d’IDE ? 

                               3. En quoi les métropoles de l’UE ont-elles un rôle actif dans la mondialisation ?

B. Quels facteurs font de l’UE espace attractif ?

                               1. En quoi l’UE est un espace développé qui attire des flux humains ?

2. Quel est le rôle international de l’UE ?

                                                   a. au niveau des institutions internationales…

                                               b. au niveau de l’aide internationale…

                                               c. au niveau économique…

II. En quoi la Nothern Range constitue une interface d’importance mondiale ? ( à plusieurs échelles) ?

A. En quoi la Northern Range constitue-t-elle la deuxième façade maritime du monde ? (échelle mondiale)

                               1. Comment définir la Northern Range ?

                               2. Quels sont les liens de la Northern Range avec le reste du monde ?

                B. En quoi la Nothern Range polarise-t-elle le trafic portuaire de l’UE ? (échelle européenne)

                               1. En quoi la Northern Range polarise-t-elle le trafic portuaire de l’UE ?

                            2. Quelle hiérarchie s’est établie entre les différents ports concurrents ?

C. Quels aménagements portuaires constituent le Northern Range (échelle locale) ?

III. En quoi la Méditerranée forme une interface avec l’Union européenne ?

                A. Quels sont les contrastes entre pays de l’Union européenne et pays du Sud et de l’Est méditerranéen (PSEM) ?

                               1. Quels sont les contrastes de développement et de richesses ?

                               2. Quels sont les contrastes démographiques ?

                               3. Quels sont les contrastes culturels ?

B. Quelles sont les relations humaines et économiques entre Etats de Méditerranée ?

1. Quelle est l’importance des flux migratoires ?

                               2. En quoi la Méditerranée est un espace parcouru par d’importants flux touristiques ?

3. En quoi les relations économiques en Méditerranée sont-elles dissymétriques (inégales) ?

                                               a. Les flux commerciaux

                                               b. Les flux financiers

                                               c. Les flux maritimes

C. Quels sont les partenariats et les tensions entre Etats méditerranéens ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Investissement direct à l’étranger (p. 314) : mouvement international de capitaux réalisé par une firme dans le but de créer, de développer ou de maintenir une filiale à l’étranger. Il peut s’agir aussi de prendre le contrôle d’une entreprise étrangère. Par convention, un investissement direct à l’étranger est établi si l’investisseur acquiert au moins 10% du capital social de l’entreprise convoitée.

Firme transnationale (p. 313) : entreprise exerçant ses activités dans plusieurs Etats directement ou par l’intermédiaire de filiales.

Ville mondiale (p. 270) : ville qui exerce des fonctions stratégiques à l’échelle mondiale, un centre qui organise des flux et s’inscrit dans des réseaux, un pôle de commandement dans la mondialisation.

Hub (p. 313) : point d’un réseau de transport international qui concentre et redistribue les voyageurs et les marchandises dans de nombreuses directions.

Euronext (p. 313) : Compagnie née de la fusion des Bourses de Paris, d’Amsterdam et de Bruxelles en 2000. Elle crée la plus grande place boursière mondiale en fusionnant avec la Bourse de New York en 2006. En 2011, la fusion avec la Bourse de Francfort est annoncée.

G20 (p. 313) : G7, G8, G20 : depuis 1975, groupe constitué des cinq pays les plus  industrialisés du monde auxquels se sont ajoutés le Canada et l’Italie (G7) ; le G7 est devenu G8 depuis 1997 avec l’association de la Russie. Le G20 a été créé en 1999 pour favoriser une concertation internationale élargie après une série de crises financières. Depuis 2008, il se réunit au niveau des chefs d’Etat ou de gouvernement. Les pays du G20 représentent plus de 90% du PIB mondial.

OMC (p. 248) : Organisation mondiale du commerce. Créée en 1995, elle constitue un cadre de négociation des règles régissant le commerce international et un lieu de règlement des différends.

Etat fédéral (p. 248) : regroupement de plusieurs collectivités politiques (Etats fédérés) qui effectuent un transfert de compétences à l’Etat fédéral.

Traité de Lisbonne (p. 315) : héritier du projet avorté de Constitution européenne, il a été approuvé en octobre 2007 et est entré en vigueur en décembre 2009. Il a pour finalité d’améliorer le fonctionnement des institutions au sein de l’Union européenne élargie.

ONG (p. 314) : association sans but lucratif constituée par des personnes privées dont le champ d’action est international.

Objectifs du Millénaire pour le développement (p. 314) : signés en septembre 2000 à New York par 189 pays sous l’égide des Nations unies, ils ont pour but premier la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim.      

Interface (p. 250) : zone de contact entre deux ensembles géographiques différents par l’importance du peuplement, du niveau de développement… L’interface peut-être un lieu de conflit ou d’enrichissement mutuel par des échanges de toutes natures.

Hanse (p. 250) : du XII au XVI siècles, association des villes marchandes riveraines de la mer du Nord et de la Baltique.

ZIP (p. 315) : Zone industrialo portuaire : zone aménagée près d’un port et accueillant des activités portuaires et industrielles.

Politique de voisinage (p. 314) : politique qui vise à sa rapprocher de l’UE (démocratie, Etat de droit, ouverture réciproque) sans offrir de perspectives d’adhésion.

Processus de Barcelone (p. 314) : lancé en 1995 à Barcelone, cadre pour le développement des relations bilatérales et régionales entre les 15 Etats membres de l’UE de l’époque et 14 pays méditerranéens. Il jette les bases du partenariat euro -méditerranéen qui s’est par la suite élargi et a donné naissance à l’Union pour la Méditerranée.

Union pour la Méditerranée (p. 315) : depuis 2008, dans le prolongement du processus de Barcelone, l’Union pour la Méditerranée a pour but de promouvoir l’intégration économique et les réformes démocratiques dans seize pays voisins situés au sud de l’UE, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

SAVOIR FAIRE

3/ JE SAIS ETUDIER UNE CARTE

4/ JE SAIS ETUDIER UNE CARICATURE

5/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

6/ JE SAIS ETUDIER UN TABLEAU STATISTIQUE

7/ JE SAIS ETUDIER UN SCHEMA

8/ JE SAIS ETUDIER DES GRAPHIQUES LINEAIRES

9/ JE SAIS ANALYSER UN REPORTAGE VIDEO

10/ JE SAIS ETUDIER UNE PHOTOGRAPHIE

11/ JE SAIS REALISER UN SCHEMA

12/ JE SAIS ETUDIER UN GRAPHIQUE EN BARRES

 

 

 

                                  SAVOIR

notions

méthodes

Problématiques :

1) En quoi l’Union européenne est-elle un des centres d’impulsion de la mondialisation ?

2) Qu’est-ce qui fait de la Northern Range une façade maritime mondiale ?

3) En quoi la Méditerranée est-elle un espace d’ouverture de l’UE au Sud ? Quelles relations économiques, géopolitiques et culturelles découlent de la position d’interface ?

I. En quoi l’Union européenne est-elle un acteur et un pôle majeurs de la mondialisation ?

            A. En quoi l’UE est  un carrefour des flux mondialisés ?

                        1. Quelle est la place de l’UE dans les échanges commerciaux ?

2. Quelle est la place de l’UE dans les flux d’IDE ? 

 

 

 

                        3. En quoi les métropoles de l’UE ont-elles un rôle actif dans la mondialisation ?

 

B. Quels facteurs font de l’UE espace attractif ?

                        1. En quoi l’UE est un espace développé qui attire des flux humains ?

2. Quel est le rôle international de l’UE ?

                                   a. au niveau des institutions internationales…

 

 

 

 

                                        b. au niveau de l’aide internationale…

 

 

                                        c. au niveau économique…

 

II. En quoi la Nothern Range constitue une interface d’importance mondiale ? ( à plusieurs échelles) ?

A. En quoi la Northern Range constitue-t-elle la deuxième façade maritime du monde ? (échelle mondiale)

                        1. Comment définir la Northern Range ?

           

                        2. Quels sont les liens de la Northern Range avec le reste du monde ?

            B. En quoi la Nothern Range polarise-t-elle le trafic portuaire de l’UE ? (échelle européenne)

                        1. En quoi la Northern Range polarise-t-elle le trafic portuaire de l’UE ?

                             2. Quelle hiérarchie s’est établie entre les différents ports concurrents ?

 

C. Quels aménagements portuaires constituent le Northern Range (échelle locale) ?

 

III. En quoi la Méditerranée forme une interface avec l’Union européenne ?

En quoi les relations entre les pays méditerranéens sont-elles fortes mais dissymétriques ?

            A. Quels sont les contrastes entre pays de l’Union européenne et pays du Sud et de l’Est méditerranéen (PSEM) ?

                        1. Quels sont les contrastes de développement et de richesses ?

                        2. Quels sont les contrastes démographiques ?

                        3. Quels sont les contrastes culturels ?

 

B. Quelles sont les relations humaines et économiques entre Etats de Méditerranée ?

1. Quelle est l’importance des flux migratoires ?

                        2. En quoi la Méditerranée est un espace parcouru par d’importants flux touristiques ?

3. En quoi les relations économiques en Méditerranée sont-elles dissymétriques (inégales) ?

                                   a. Les flux commerciaux

                                   b. Les flux financiers

                                   c. Les flux maritimes

C. Quels sont les partenariats et les tensions entre Etats méditerranéens ?

Quels sont les liens et les clivages entre pays méditerranéens ?

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Investissement direct à l’étranger (IA2)

Firme transnationale (IA2)

 

Ville mondiale (IA3)

Hub (IA3)

Euronext (IA3)

 

 

 

G20 (IB2a)

OMC (IB2a)

Etat fédéral (IB2a)

Traité de Lisbonne (IB2a)

 

ONG (IB2b)

Objectifs du Millénaire pour le développement (IB2b)

 

 

 

 

 

 

Interface (IIA1)

 

 

 

 

Hanse (IIB1)

 

 

ZIP (IIC)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Politique de voisinage (IIIC)

Processus de Barcelone (IIIC)

Union pour la Méditerranée (IIIC)

 

 

 

 

 

 

Etude de carte (IA1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude de caricature (IB2a)

 

 

 

 

Etude de texte (IB2b)

 

 

Etude de tableau statistique (IB2c)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude de schéma (IIB2)

Etude de graphiques linéaires (IIB2)

Analyse de reportage vidéo (IIC)

Etude de photographie (IIC)

Réalisation de schéma (IIC)

 

 

 

 

Etude de graphique en barres (IIIB3a)

 

Lire la suite