Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Tutorat : Construire l'argumentation

24 Octobre 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Tutorat et accompagnement personnalisé 2e

 

Construire l’argumentation

 

Tout le devoir consiste à développer une argumentation. Il ne s’agit pas de décrire pour décrire ni de raconter pour raconter, mais d’utiliser de descriptions et des récits de faits pour prouver ce que l’on veut désormais démontrer.

 

L’introduction

Elle doit être brève ; pas plus d’une demi page dans un devoir de six. Elle comprend :

- Quelques lignes sur le contexte dans lequel s’intègre le sujet ; cela ne doit pas être le prétexte à un étalage de connaissances ; il ne s’agit que de mentionner quelques faits généraux qui aident à comprendre le cadre géographique et/ou historique.

- La présentation de la problématique. C’est indispensable, et à exprimer le plus clairement possible. C’est souvent en lisant ce point (ou en constatant son absence) que le correcteur sait si le candidat a compris le sujet ou non.

- Les limites du sujet : son cadre géographique, et les périodes à étudier. Si un sujet d’histoire comprend des dates, il faut brièvement expliquer pourquoi elles sont importantes (par exemple 1945 : c’est la fin de la seconde guerre mondiale, donc une date charnière).

 - L’annonce du plan (seulement des grandes parties ; pas des sous-parties).

 

 

Le développement

C’est le développement qui contient l’argumentation. Préparé au brouillon, le plan doit être structuré rigoureusement de façon que le correcteur puisse suivre sans effort le cheminement du raisonnement. Il faut concevoir chaque partie et chaque sous partie comme des éléments de réponse à la question posée dans al problématique. Si à la lecture de l’une le correcteur n’a pas vu la relation entre ce qui est écrit et la problématique, c’est que la (sous-) partie est hors- sujet. On ne consacrera pas une partie au contexte : c’est l’environnement du sujet et non le sujet lui-même. On peut éventuellement indiquer quelques éléments de contexte au début pour bien cadrer la partie dans l’espace et dans le temps, mais il faut se souvenir que la place du contexte est dans l’introduction.

 

Le plan doit apparaître au premier regard du correcteur sur la copie : on change de ligne en passant d’une sous – partie à la suivante. On fait de même et on passe une ligne pour aller d’une partie à l’autre. Ne pas laisser de trop larges espaces blancs entre deux parties ; cela nuit à l’impression d’unité que le devoir doit donner.

 

Chaque partie doit se présenter ainsi :     

 

- Obligatoirement, la ou les premières phrases annoncent à l’avance ce qui y sera démontré.

- Ensuite, on développe l’argumentation, en y intégrant les récits, les descriptions, les croquis, tableaux ou organigrammes qui l’illustrent.

- La partie s’achève par une ou deux phrases qui font le bilan de ce qui y a été démontré et qui font la transition avec la suite.

 

 

La conclusion

 

Elle doit être brève, mais soignée : c’est elle qui laisse au correcteur la dernière bonne ou mauvaise impression.

Elle fait le bilan de ce qui a été démontré, exprime le choix final que l’on a fait en cas d’alternative.

Elle s’achève par un élargissement par rapport au cadre géographique et/ou chronologique. Si le sujet concernait le monde méditerranéen, on peut esquisser une comparaison avec d’autres interfaces Nord-Sud. Si le sujet s’arrête en 1991, on peut mentionner les grandes lignes de ce qui s’est produit ensuite…

 

 

Bien rédiger

Est-il besoin d’insister sur la nécessité de bien rédiger, clairement, l’ensemble du devoir ? Si vous ne comprenez rien après la lecture de quelques pages d’un livre, vous ne continuez pas plus loin. Le correcteur du devoir s’efforcera de tout lire, mais se donner du mal à comprendre l’empêche d’adhérer à une argumentation qui lui est obscure.

 

Il faut bien évidemment construire des phrases qui respectent les règles de la syntaxe ; on n’utilisera pas le style télégraphique, ni le langage SMS. Ne se servir que des abréviations officielles (S.N.C.F., P.N.B., U.R.S.S.) et non celles que vous avez inventées : si pour vous pdt. signifie « président », pour moi c’est peut-être « pomme de terre ».

 

Mais bien rédiger, c’est aussi construire chaque phrase et choisir chaque mot de façon que le lecteur comprenne que tout répond à la problématique. Deux phrases contenant les mêmes connaissances peuvent- être l’une tout-à-fait dans le sujet, l’autre complètement en dehors selon la façon de construire la phrase et le choix des mots. 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article