Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Pesanteurs et dynamismes de la France (1848-1914)

9 Février 2010 Publié dans #Cours 1ère

PESANTEURS ET DYNAMISMES DE LA FRANCE (1848- 1914)

 

Introduction : La France se transforme entre 1850 et 1914 sous l’action de l’industrialisation. Cependant la situation de la France est contrastée. Quatrième puissance économique mondiale et dotée de transports modernes avec la Révolution des transports, elle est encore rurale et sa population vieillit. 

Problématique : Quels sont les facteurs d’évolution et les mutations de la société française ?

 

I. Quelles sont les transformations économiques de la France ?

 

Problématique : Comment le territoire national est-il maîtrisé grâce aux réseaux de transports ?

 

            A. Quels sont les dynamismes économiques ?

 

METHODE : Commenter une carte historique : page 113

 

Question 2 page 113 : D’après la carte, expliquez pourquoi le Second Empire est un moment décisif du développement économique de la France.

            La carte montre le développement économique de la France sous le Second Empire. En effet, sur la carte sont représentés les équipements de transports (chemins de fer, ports) et infrastructures commerciales et financières (chambres de commerce, agences du Crédit lyonnais) de l’époque.   

            On constate l’important développement des chemins de fer entre 1850 et 1870 car durant cette période les lignes du réseau ferré se sont étendues à toute la France, de même le nombre de chambres de commerce créées sous le Second Empire s’est multiplié.

 

Question 3 page 113 : Décrivez et analysez la répartition géographique des équipements et des activités industrielles et financières sous le Second Empire.

            L’équipement ferroviaire délaisse les Alpes, l’intérieur de la Bretagne et la Corse, est peu dense au sud et à l’ouest de la France. Le maillage est plus serré autour de la capitale (en particulier en direction du port océanique de Paris : Le Havre) et dans le nord de la France à proximité des gisements houillers.

            Les canaux doublent et complètent les grands axes (d’Alsace vers le Nord, entre Toulouse et Bordeaux) pour éviter la saturation de ces axes et améliorer le transport des pondéreux.

            En lien avec le développement de compagnies de navigation maritime comme les Messageries maritimes (MM) et la Compagnie Générale Transatlantique (CGT) des ports sont développés sous le second Empire, comme Le Havre et Nantes pour le commerce avec l’Amérique. Mais trois ports méditerranéens sont développés (Sète, Nice et Marseille) Ce développement est à mettre en relation avec le développement des liens en direction des colonies françaises en méditerranée (Algérie et Levant [intérêts français au Liban et en Syrie])  mais aussi en Asie (Indochine) via le canal de Suez creusé sous la direction du Français Ferdinand de Lesseps.   

            La période du Second Empire est celle de la multiplication des chambres de commerce dans la partie Est et Sud de la France où elles étaient peu nombreuses. Ainsi s’opère un rééquilibrage partiel de l’offre financière en France. Mais la partie nord de la France continue de compter davantage de Chambres de commerce. L’époque est aussi celle de la croissance du nombre d‘agences du Crédit lyonnais le long de la voie rhodanienne puis le long de la côte méditerranéenne.      

_ L’époque du Second Empire (1851-1870) est celle d’une croissance économique et du développement des infrastructures commerciales (chambres de commerce) et équipements de transports (extension du réseau ferré à l’ensemble du territoire, aménagement de canaux et de ports en particulier méditerranéens pour la liaison avec les colonies). L’action de l’Etat a aidé ce développement.

Question 4 page 113 : L’action de l’Etat sous le Second Empire a-t-elle permis un rééquilibrage de l’espace économique français ?

            L’Etat est à l’origine de nombreux développements économiques. La centralisation se manifeste dans le réseau de transports en étoile autour de la capitale. De nouvelles zones sont équipées comme la zone rhodanienne et des littoraux méditerranéens pour les chambres de commerce. Mais ce développement correspond aussi à un dynamisme de Lyon, Marseille…

            Des espaces comme l’intérieur de la Bretagne, la Corse, les Alpes et le centre de la France sont peu dotés d’équipements. Bien plus, l’arrivée des transports ferroviaires contribue à faciliter l’exode rural et à la désertification d’espaces intérieurs.

 

_ L’action de l’Etat vise à développer l’économie française, dans le contexte de la Révolution Industrielle. L’aboutissement de ces efforts est un développement économique mais aussi une centralisation accrue comme le montre le réseau de transports en étoile autour de la capitale

_ Les résultats du développement économique de la France et de son équipement en transport sont différents selon les régions. Dans la zone rhodanienne et sur les littoraux méditerranéens l’économie se développe avec l’aide des deux grands pôles formés par les villes de Lyon et de Marseille. Par contre, dans les zones montagnardes et rurales, l’exode rural et la dépopulation des campagnes est facilité par le développement des transports.

 

_ Le développement économique français se poursuit après la période du second Empire. De 1871 à 1914 le taux de croissance du PIB par habitant est de 1,4%. Il est inférieur à celui de l’Allemagne (1,7%) mais supérieur à celui de la Grande Bretagne (1,2%). 

Un ralentissement économique de 1870 à 1890 n’empêche pas une forte reprise à partir de 1890 jusqu’en 1914.

_ Les succès français sont nombreux avec l’automobile (Panhard, Peugeot, Renault), le caoutchouc (Michelin), l’aviation (Bréguet, Farman), mais aussi le cinéma avec Pathé et Gaumont.

_ La France en en 1913 la quatrième puissance économique mondiale. Ses exportations représentent 15% du PIB en 1913 soit un des taux les plus élevés d’Europe.

 

            B. Quels sont les impacts de la révolution des transports ?

 

Cartes 1 page 102 : Le réseau ferroviaire en 1855 et en 1913.

Question 1 page 103 : Décrivez la croissance du réseau de chemin de fer.

Le réseau s’accroît fortement entre les deux dates. Le réseau est construit en étoile, et se densifie fortement tout en se partageant entre plusieurs compagnies.

 

_ La progression du réseau ferré est très importante. En 1870 17 500 km sont en place. En 1939, avec 59 000 km de voies le réseau ferré français est le plus dense d’Europe.

_ Le chemin de fer devient une puissante industrie qui emploie 360 000 personnes, dispose de plus de 14 000 locomotives et de 42 000 wagons.

 

Question 2 page 103 : Quels sont les propriétaires de ce réseau ?

Le réseau est la propriété de six compagnies importantes et de quelques compagnies locales. 

 

_ À partir du Second Empire une Révolution des transports unifie le territoire national, tout en renforçant la centralisation du pays. En 1842 une loi fixe les grandes directions des « lignes principales » des chemins de fer et précise les rôles de l’Etat et de six compagnies ferroviaires privées (Nord, Est, Ouest, Midi, Paris-Orléans, Paris—Lyon-Méditerrannée).

_ Les réseaux de communication dont les plans sont achevés par Freycinet, sont disposés en étoiles sans chercher à se raccorder aux réseaux voisins. Freycinet est ministre des Travaux publics (18771879), où son nom est attaché à la multiplication de lignes de chemin de fer souvent de qualité médiocre (plan Freycinet), dans le but de désenclaver les régions mal desservies.

_ Le territoire national est progressivement progressé grâce à l’achèvement du réseau routier et surtout ferroviaire.

II. Quelles sont les évolutions dans la population française ?

 

Problématique : Quelle est la spécificité de la transition démographique française ?

 

            A. Quelle est la situation démographique française ?

 

                        1. Quelle est la croissance de la population française ?

 

Question 3 page 101: Comment évoluent les populations de ces quatre pays ?

            Les populations d’Allemagne, de Grande Bretagne, de France et d’Italie voient leur population augmenter tout au long de la période. En 110 ans la population de la Grande Bretagne quadruple en passant d’environ 10 millions à approximativement 40 millions, de l’Allemagne triple en passant de 20 à 60 millions, de l’Italie double en passant de 15 à 30 millions. Celle de la France se contente de doubler en passant de 20 à 40 millions.

             

Question 4 page 101: Quelle est la place de la France par rapport aux autres pays ?

La France, deuxième pays européen le plus peuplé en 1851, passe à la sixième place en 1911. 

 

_ La population française passe de 36,4 millions en 1851 à 41,4 millions en 1911 (dans les frontières actuelles) : à la veille de la Première Guerre mondiale, elle a régressé de la deuxième à la sixième place Europe. 

_ De 1890 à 1914 la France gagne seulement 1 300 000 habitants contre 16 millions en Allemagne et 5 millions en Italie. La population française s’accroît en moyenne de 0,1% par an, alors que le Royaume-Uni s’accroît à un rythme de 0,9%.

 

                        2. Quelles sont les particularités de la transition démographique française ?

 

Graphiques 1 page 101 : natalité et mortalité en France, au cours du XIX siècle

Question 1 page 101 : Comment évoluent la natalité et la mortalité au cours du XIX siècle ? Comment expliquer le pic de mortalité ?

* De 1800 à 1901 le taux de natalité ne cesse de diminuer en passant d’environ 33 0000 à approximativement 22 000 naissances.  Le taux de mortalité est inférieur à ce taux de natalité, mais l‘écart entre ces deux taux diminuent fortement au cours du XIX siècle. On assiste à la transition démographique française.

* La France connaît un pic de mortalité dans les années 1870-71. Ce pic de mortalité s’explique par la guerre avec la Prusse et les Etats allemands puis la guerre civile française entre Communards (mouvements révolutionnaires de gauche) et Versaillais (partisans de l’ordre). La mortalité est le résultat des combats, des victimes civiles et militaires et de la guerre, et de la répression des allemands et des Versaillais sur la population civile.

 

_ La France connaît de façon précoce la transition démographique avec une baisse du taux de natalité (à peine supérieur à 20 pour mille à la fin du XIX siècle) et un recul plus lent du taux de mortalité (25 pour 1000 en 1815, 17 à 18 pour 1000 en 1913).   

_ La diminution de la fécondité s’explique par la volonté des familles françaises de limiter les naissances. Ce malthusianisme a pour cause la volonté des familles françaises d’assurer l’avenir de leurs enfants en limitant le nombre de ceux-ci.  Cette évolution débute dans les familles bourgeoises puis s’étend aux classes moyennes et au monde ouvrier. Les régions catholiques du Nord et de la Bretagne sont épargnées.

 

 

Transition démographique (p. 96) : passage d’une période où les taux de natalité et de mortalité sont élevés à une période où ils sont bas.

Taux de mortalité (p. 334) : Rapport du nombre de décès au cours d’une période (en général l’année) à la population totale au milieu de la période.

Taux de natalité (p. 334) : Rapport du nombre de naissances au cours d’une période (en général l’année) à la population totale au milieu de la période.

Malthusianisme (p. 96) : Le malthusianisme tire son nom du pasteur anglican, T. R. Malthus. Dans son Essai sur le principe de population (1798), il part de l’idée que la population s’accroît plus vite que les subsistances et prône la réduction volontaire des naissances. En démographie, le mot désigne le mouvement qui préconise la limitation de la natalité. En économie, il désigne l’attitude d’un patronat qui refuse d’investir.

 

Texte 4 page 101 : Les causes de la mortalité en France

Question 5 page 101 : Quelles sont les causes de la mortalité évoquées dans le texte ?

Les causes de la mortalité évoquées sont la tuberculose (l. 10 à 12) et l’alcoolisme (l. 16).

 

Question 6 page 101 : Quelles sont les conséquences de cette mortalité ?

La tuberculose est une maladie pulmonaire qui est en 1882 en Europe la cause de 1 décès sur 7. Le texte cite 150 000 morts par an en France (l. 11).

 

_ La tuberculose et l’alcoolisme causent de nombreux morts. Mais, à partir des années 1880, les travaux de Pasteur (1822 – 1895) sur la vaccination et les progrès de l’hygiène font reculer la mortalité. Cependant, en 1900, 1907 et 1911 on enregistre « plus de tombeaux que de berceaux ». La mortalité infantile est élevée dans les milieux populaires. Ainsi à Lille en 1900 la mortalité infantile est de 380 pour 1000 dans les immeubles ouvriers.

Mortalité infantile (p. 332) : nombre d’enfants morts avant l’âge d’un an.

 

                                   3. Quelle est la situation de l’immigration en France ?

 

Tableau 5 page 101 : Les étrangers en France

Question 7 page 101 : Pourquoi l’accueil de populations immigrées peut-il être un moyen de lutter contre le vieillissement de la population ?

La société française vieillit, l’arrivée d’une population jeune peut permettre d’assurer le renouvellement des générations et éviter un trop grand déséquilibre entre les âges.

 

_ Pour lutter contre le vieillissement de la population et le déclin démographique, la France a recours à l’immigration dès 1880. En 1850, 3 80 000 étrangers sont en France. En 1911 ils sont au nombre de 1 133 000  (3% de la population totale). Les immigrés sont Italiens, belges, Polonais et Espagnols.

 

Question 8 page 101 : Quels problèmes cela peut-il poser ?

L’arrivée de populations d’origine étrangère peut provoquer des difficultés d’intégration mais aussi déclencher la xénophobie.

 

Question 9 page 101 : Comment expliquer que la proportion des étrangers en France puisse baisser ?

La naturalisation, c’est-à-dire l’octroi de la nationalité française à des individus d’origine étrangère, peut expliquer la baisse de la proportion d’étrangers en France.

 

_ Les immigrés arrivant en France acceptent des bas salaires, provoquant ainsi la colère et la xénophobie des ouvriers. En 1893, à Aigues-Mortes, des ouvriers italiens et français travaillant dans les salins s’affrontent et provoquent 9 morts et une centaine de blessés du côté italien.

            B. Quelles sont les transformations urbaines ?

 

                        (   1. Comment la capitale est-elle transformée ?     )

 

Carte 1 page 106 : Les transformations de Paris sous le Second Empire.

Question 1 page 107 : Quels sont les transformations, les créations ou aménagements voulus par le préfet Haussmann, sous le Second Empire.

_ Le préfet Haussmann (1809 -1891), dirige les transformations de Paris sous le Second Empire en élaborant un vaste plan de rénovation.

* Il équipe la capitale d’axes de transports faciles comme les nombreuses gares et voies ferrées de Paris : Gare Saint Lazare, gare du Nord, gare de l’Est, gare de Lyon, gare d’Austerlitz, gare Montparnasse. Dans le même temps de larges avenues sont percées dans Paris. Une douzaine d’entre elles partent de la célèbre place de l’Etoile, dont la célèbre avenue Champs-Elysées.

* Il réalise aussi la construction d’édifices religieux (Saint-Augustin, Trinité) et de monuments (Bibliothèque Nationale, palais de l’industrie, préfecture de Police…). Des grands magasins se dressent à cette époque : La Samaritaine, Au Printemps…

* La ville de Paris connaît d’autres transformations. La ville accroît sa taille par l’annexion de plusieurs communes en 1859 (Bercy, Auteuil…). A cette extension de la ville s’ajoute l’aménagement de grands espaces verts (Bois de Boulogne, Bois de Vincennes).

 

_ La capitale française est transformée sous le Second Empire par des travaux dirigés par le préfet de la Seine de 1853 à 1869 le baron Haussmann (1809 -1891). Les travaux du baron Haussmann ont modifié Paris à 60 %. Afin de mettre en valeur les monuments nouveaux ou anciens, il met en scène de vastes perspectives sous forme d'avenues ou de vastes places. L'exemple le plus représentatif est la place de l'Étoile d'où partent douze avenues dont la plus célèbre de toutes : l'avenue des Champs-Élysées. Il aménage un certain nombre de parcs et jardins afin de permettre à la population de respirer. C'est le cas du jardin du Luxembourg, ou encore du parc des Buttes-Chaumont. Des règlements imposent des normes très strictes quant à la hauteur et au style architectural des édifices. L'immeuble de rapport et l'hôtel particulier s'imposent comme modèles de référence.

_ La capitale s’agrandie en annexant des communes alentours en 1859 (Bercy, Auteuil).

 

Texte 3 page 107 : Les transformations sociologiques

Question 4 page 107 : Quelles sont les conséquences sociales des travaux ? Pourquoi est-ce jugé néfaste par ces deux auteurs ?

Les travaux de transformation de la capitale aboutissent à forcer les ouvriers à quitter le centre de Paris pour la banlieue. La mixité sociale et les liens d’entraide n’existent plus, et entraînent en conséquence des tensions entre les espaces occupés par les catégories aisées, et les zones où résident les populations pauvres.

 

Carte 5 page 107 : La nouvelle carte sociologique de Paris

Question 7 page 107 : Où se situent majoritairement les classes populaires ? Les classes possédantes ?

Les classes populaires se localisent dans l’Est populaire où se concentrent usines et ouvriers. Les classes possédantes se retrouvent à l’Ouest dans les « beaux quartiers ».

 

_ Paris compte trois millions d’habitants en 1910. C’est une ville moderne (ouverture d’un métro en 1900, grands magasins) et industrielle avec de nombreuses usines comme Renault employant 4 000 ouvriers en 1913. La ville connaît l’essor de matériel électrique, d’industrie aéronautique et cinématographique.

_ la ville est divisée entre un Est populaire où se retrouvent usines et ouvriers et un Ouest où se situent les « beaux quartiers ».

 

                        (    2. En quoi la France est-elle un pays de villes moyennes ?   )

 

Carte 1 page 10 : Industrialisation et urbanisation en 1850

Carte 2 page 10 : Industrialisation et urbanisation dans les années 1930

Les villes françaises importantes (+ de 100 000 habitants) sont-elles nombreuses en 1850 ? En 1930 ? 

 

_ La France est un pays de villes moyennes. La Révolution des transports a nourri les mouvements migratoires vers les villes mais la France reste moins urbanisée que la Grande Bretagne ou l’Allemagne. En 1911 seulement 16 villes dépassent 100 000 habitants. Au même moment la Grande-Bretagne et l’Allemagne en comptent une cinquantaine. 

_ La part de la population urbaine augmente et passe de 20% à la fin du XVIII siècle à près de 45% dans les années 1910.

_ De grandes agglomérations prennent leur essor comme Lyon, Marseille, Toulouse, Lille, Bordeaux.

_ Dans les villes moyennes se concentrent les artisans, les commerçants, les fonctionnaires et les employés. Deux millions d’actifs travaillent dans les boulangeries, boucheries, épiceries, cafés (on en compte 500 000  en 1913, soit 1 pour 53 adultes).  

 

            C. Quelle est la situation du monde rural ?

 

Tableau 1 page 108 : La population active par secteur d’activité (1856-1906)

Question 1 page 109 : Comment chaque secteur de l’économie évolue-t-il en pourcentage ?

Le secteur primaire voit son importance diminuer puisque le pourcentage de la population active passe de 51 % en 1856 à 43 % en 1906. Le secondaire reste stable : 31 % en 1856 et 30 % en 1906. Le secteur connaissant un grand essor est le tertiaire passant de 18 % en 1856 à 27 % en 1906.

 

Question 2 page 109 : Ce constat est-il valable pour les effectifs ? Pourquoi ?

Le constat établi pour l’évolution en pourcentage n’est pas valable pour les effectifs, car, quelque soit le secteur concerné, la population augmente fortement : de 7 305 000 personnes en 1856 à 8 855 000 en 1906 pour le primaire, de 4 418 000 à 6 338 00 pour le secondaire, et surtout de 2 493 000 à 5 528 000 pour le secondaire.

 

_ Malgré l’industrialisation la France demeure un pays rural. En 1911 la population rurale représente 56 % de la population totale alors que la population active agricole occupe 43 % des actifs.  

 

Texte 4 page 108 : La journée d’une paysanne bretonne vers 1900

Question 6 page 109 : Comment pouvez-vous qualifier la journée d’une paysanne ? Justifiez votre réponse.

La journée de la paysanne est saturée d’occupations, le travail est omniprésent. Les travaux domestiques et des champs occupent toute la journée.

 

Photographie 5 page 109 : La moisson vers 1900

Question 7 page 109 : Quels sont les avantages de la mécanisation ? Quelles sont les contraintes ?

La mécanisation permet d’accroître la productivité du travail, mais a comme contraintes de coûter cher (coût d’acquisition des machines agricoles) et de libérer des emplois parmi les ouvriers agricoles et les artisans dont les emplois ne sont plus indispensables. Cela alimente l’exode rural

 

_ L’exode rural concerne essentiellement les non-paysans : artisans, forgerons, fabricants d’habits ou d’outils, attirés par les salaires plus élevés de la ville, mais aussi les ouvriers agricoles dont les emplois sont libérés par la mécanisation progressive. 

Exode rural (p. 98) : Migration des habitants des campagnes vers les villes, l’exode rural entraîne une mutation professionnelle qui réduit le poids des actifs agricoles au profit de l’industrie et des services.

1e Fiche d’objectifs histoire n°4

 

PESANTEURS ET DYNAMISMES DE LA FRANCE (1848- 1914)

 

SAVOIR

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. Quelles sont les transformations économiques de la France ?

                A. Quels sont les dynamismes économiques ?

                B. Quels sont les impacts de la révolution des transports ?

II. Quelles sont les évolutions dans la population française ?

                A. Quelle est la situation démographique française ?

                               1. Quelle est la croissance de la population française ?

                               2. Quelles sont les particularités de la transition démographique française ?

                               3. Quelle est la situation de l’immigration en France ?

                B. Quelles sont les transformations urbaines ?

                               1. Comment la capitale est-elle transformée ?    

                               2. En quoi la France est-elle un pays de villes moyennes ?  

                C. Quelle est la situation du monde rural ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

 

Transition démographique (p. 96) : passage d’une période où les taux de natalité et de mortalité sont élevés à une période où ils sont bas.

Taux de mortalité (p. 334) : Rapport du nombre de décès au cours d’une période (en général l’année) à la population totale au milieu de la période.

Taux de natalité (p. 334) : Rapport du nombre de naissances au cours d’une période (en général l’année) à la population totale au milieu de la période.

Malthusianisme (p. 96) : Le malthusianisme tire son nom du pasteur anglican, T. R. Malthus. Dans son Essai sur le principe de population (1798), il part de l’idée que la population s’accroît plus vite que les subsistances et prône la réduction volontaire des naissances. En démographie, le mot désigne le mouvement qui préconise la limitation de la natalité. En économie, il désigne l’attitude d’un patronat qui refuse d’investir.

Mortalité infantile (p. 332) : nombre d’enfants morts avant l’âge d’un an.

Exode rural (p. 98) : Migration des habitants des campagnes vers les villes, l’exode rural entraîne une mutation professionnelle qui réduit le poids des actifs agricoles au profit de l’industrie et des services.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

 

1851-1870 : Second Empire.

1870 - 1890 : Ralentissement économique de la France.

1880 : Travaux de Pasteur (1822 – 1895) sur la vaccination et les progrès de l’hygiène.

1880 : Recours de la France a à l’immigration.

1893 : Emeutes xénophobes et ouvrières à Aigues-Mortes (9 Italiens morts et une centaine de blessés).

1900 : Ouverture du métro parisien.

1910 : Paris compte trois millions d’habitants.

1911 : La population rurale représente 56 % de la population totale.

 

4/ JE CONNAIS LES EVENEMENTS BIOGRAPHIQUES :

 

1853 – 1869 : Baron Haussmann (1809 -1891) préfet de la Seine.

18771879 : Freycinet est ministre des Travaux publics

1822 – 1895 : Louis Pasteur

 

SAVOIR FAIRE

 

 

5/ JE SAIS ANALYSER UNE CARTE HISTORIQUE

 

6/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

 

7/ JE SAIS REPONDRE A DES QUESTIONS SUR UN TEXTE

 

8/ JE SAIS ANALYSER UN TABLEAU STATISTIQUE

 

 

1ère Fiche d’objectifs géographie n°4

 

PESANTEURS ET DYNAMISMES DE LA FRANCE (1848- 1914)

                                  SAVOIR

notions

méthodes

Quels sont les facteurs d’évolution et les mutations de la société française ?

I. Quelles sont les transformations économiques de la France ?

Comment le territoire national est-il maîtrisé grâce aux réseaux de transports ?

           A. Quels sont les dynamismes économiques ?

 

            B. Quels sont les impacts de la révolution des transports ?

II. Quelles sont les évolutions dans la population française ?

Quelle est la spécificité de la transition démographique française ?

            A. Quelle est la situation démographique française ?

                        1. Quelle est la croissance de la population française ?

                        2. Quelles sont les particularités de la transition démographique française ?

                        3. Quelle est la situation de l’immigration en France ?

            B. Quelles sont les transformations urbaines ?

                        1. Comment la capitale est-elle transformée ?   

                        2. En quoi la France est-elle un pays de villes moyennes ?  

            C. Quelle est la situation du monde rural ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Transition démographique 

Taux de mortalité 

Taux de natalité 

Malthusianisme

Mortalité infantile

 

 

 

 

 

Exode rural 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter une carte historique 

 

 

 

 

 

Etude de graphiques

 

Etude de tableau statistique

 

Etude de cartes

 

 

Etude de textes

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article