Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Miniature de L'échelle du paradis, d'après l'Hortus Deliciorum de Herrade de Landsberg

4 Mars 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Histoire des arts

 

 

 

La page du site suivant vous propose de découvrir une miniature extraite de l'Hortus Deliciarum, un manuscrit de l'abbesse du monastère de Hohenbourg, Herrade de Landsberg.

 

http://www.bacm.creditmutuel.fr/HORTUS_PLANCHE_9.html

 

Le travail consiste à décrypter et analyser la miniature

 

L-Echelle-du-paradis-de-l-Hortus-Deliciarum-Herrade-de-Land.jpg

 

 

I. DECRYPTER

 

A. Les éléments de la miniature :

 

Voici la traduction du texte en haut de la miniature« Cette échelle signifie l’ascension des vertus et le religieux exercice de la sainteté, qui permettent d’obtenir la couronne de la vie éternelle.

Cette échelle, beaucoup s’appliquent à la gravir, mais blessés par les flèches que lancent les diables, ils se désistent ; séduits et tirés vers le bas par des soucis terrestres et leur concupiscence, ils tombent misérablement. »

 

Puis vient les différents personnages de bas en haut :

 

1. Le diable sous forme de dragon attendant les chutes.

2. Le chevalier attiré par les chevaux, les armes et les soldats à commander.

3. La moniale attirée par un jeune clerc lui faisant miroiter de l’argent.

4. Le prêtre attiré par les bons mets et sa concubine qui lui fait signe.

5. Le moine mendiant attiré par un panier de pièces d’argent.

6. Le moine attiré par son lit.

7. Un ermite, négligeant la prière, privé de paradis.

8. Les anges protégeant une chrétienne qui n’a pas péché contre les démons.

 

B. Les textes accompagnants les personnages de la miniature :

 

1. Le diable sous forme de dragon attendant les chutes.

Le diable est représenté en bas de l’échelle sous la forme d’un dragon et le texte mentionne que c’est lui qui provoque les nombreuses chutes.

Reste le texte inscrit sur le montant de l’échelle : Tous ceux qui sont tombés du haut de l’échelle, le Seigneur, grâce au remède de la pénitence, peut les rendre capables de reprendre la montée.

 

2. Le chevalier attiré par les chevaux, les armes et les soldats à commander.

 Une femme laïque et un militaire tout en bas de l’échelle. La femme est attirée par de belles parures et de beaux édifices ; le chevalier par des chevaux, des armes et des soldats à commander. Ils sont là, dit le texte, pour tous les laïcs aimant trop les richesses et plaisirs du monde.

 

3. La moniale attirée par un jeune clerc lui faisant miroiter de l’argent.

La moniale du côté gauche de l’échelle est à la même hauteur que le prêtre du peuple. Elle est attirée par un presbyter (peut-être le clerc qui a la charge spirituelle du couvent) qui fait miroiter de l’argent ; d’après le texte placé un peu plus haut, cette moniale représente toutes les mauvaises moniales, qui se montrent sensibles aux cadeaux qu’on leur offre et à d’autres séductions, comme les plaisirs du monde et les richesses de leurs familles ; elles ne vont plus vers Dieu et perdent la couronne de vie.

 

4. Le prêtre attiré par les bons mets et sa concubine qui lui fait signe.

Le prêtre du peuple (clericus) dans une position curieuse, tout à fait renversé, qui est attiré, non pas par l’édifice de son église, mais par ce qui est plus proche de lui : les bons mets de table et son amie qui lui fait signe. Un texte indique que ce clerc désigne tous les mauvais clercs, qui se livrent aux excès du manger et boire, à la luxure, à la simonie et à d'autres vices ; il tombe à la renverse et n’atteindra jamais la couronne de vie.

Simonie : pratique consistant à acheter une charge ecclésiastique, en violation du droit de l’Eglise (droit canonique).

Nicolaïsme : mariage ou concubinage des clercs, interdit depuis l’Antiquité.

 

5. Le moine mendiant attiré par un panier de pièces d’argent.

Le moine mendiant, attiré par un grand panier rempli de pièces d’argent. Le texte indique que son cœur est totalement fixé, immobilisé, là où se trouve son trésor.

 

6. Le moine attiré par son lit.

Le moine reclus que l’on voit attiré par son lit où il aime se reposer. Selon le texte, le repos voluptueux du sommeil le rend mou.

 

7. Un ermite, négligeant la prière, privé de paradis.

L’ermite, à propos duquel le texte dit : Qu’en s’appliquant trop à bien cultiver son jardin, il néglige la prière et se trouve privé des douceurs de la contemplation céleste.

 

8. La charité

Tout en haut de l’échelle à droite, nous voyons, sortant d’un nuage, la main du Seigneur tenant la couronne de vie. Un personnage qui se tient en haut de l’échelle est la charité. Elle tend la main vers la couronne de vie. Le texte à droite précise qu’elle est la seule à parvenir à l’acquisition de la récompense céleste. Un autre texte, au-dessus d’elle et à gauche indique que la charité représente tous les saints et les élus qui, grâce à la garde des anges, parviennent aux récompenses éternelles.

Du haut en bas de l’échelle se trouve toute la série des personnages qui se détournent de la couronne de vie et se penchent vers en bas où quelque chose les attire.

 

 

II. LE SENS GENERAL ET LE CONTEXTE

 

A. Représentation

« Cette planche représente l’échelle qui conduit au ciel. Ce thème de l’échelle est un thème de la littérature chrétienne mis en vogue par saint Jean Climaque, et souvent repris par les maîtres de la spiritualité. Le cheminement du chrétien vers le but de sa vie, le bonheur céleste, était compris comme une montée, et l’échelle était la voie qui se prêtait le mieux pour matérialiser cette ascension. »

 

Jean Climaque : Jean Climaque (Klimax veut dire échelle en grec) est un moine syrien du VI au VII siècle. Il devient moine à 16 ans au monastère sainte Catherine du Sinaï. A 20 ans il se retire comme ermite mais donne un enseignement à ses disciples. Il devient abbé puis retourne à la fin de sa vie  son ermitage. Il est auteur de L’Echelle sainte et de Lettre au Pasteur. Il est considéré comme un saint par les Eglises orthodoxe et catholique.

 Site : http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Climaque/Table.html

 

B. Liste des vertus correspondant aux barreaux de l’échelle 

« D’après un des textes du manuscrit, voici la liste de vertus qui correspondaient aux quinze degrés : patience, bénignité, piété, simplicité, humilité, mépris du monde, pauvreté volontaire, paix, amabilité, joie spirituelle, résignation, foi, espérance, longanimité, persévérance. Arrivé au terme on avait réussi à acquérir la vertu, c’est-à-dire la charité. »

 

III. ANALYSE

 

Après avoir lu les informations ci-dessus, répondre aux questions suivantes :

 

1. Présenter le document.

UNE VISION DE LA SOCIETE

2. Quelles sont les catégories sociales qui apparaissent dans la miniature ? Quelles sont les catégories sociales qui n’apparaissent pas ? Pourquoi ?

3. Pour le clergé : quels sont les différents types de clercs qui sont présents ? D’après la cause de leur chute, déduisez quelles sont leurs activités.

UNE VISION DE L’AU-DELA

4. Quelles sont les créatures surnaturelles qui apparaissent ? Que tentent-elles de faire ? Pourquoi s’opposent-elles ?

5. Est-il difficile de parvenir au paradis ? Pourquoi ?

SYNTHESE

6. Rédiger un texte de deux paragraphes pour répondre à la question suivante : Qu’est-ce que cette miniature nous apprend sur la vision de la société du Moyen Age et sur les représentations religieuses à cette époque ?

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

pierre 02/02/2016 19:26

excuser moi mais y a t il les réponses?

claudine garcia 27/08/2012 12:44


Bonjour ;


 


J'ai utilisé votre page pour faire une fiche d'ex pour mes élèves ; si cela vous intéresse... faites moi un mail !


D'autre part, je trouve très intéressante la place de la moniale qui,à mon avis, représente les auteurEs : la seule du même côté que la charité, la seule à avoir un "intermédiaire" de tentation


En tous cas, merci pour ce travail !