Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Le discours de Bayeux de 1946

10 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #TL : Documents et exercices

En lien avec le programme de français, voici la préparation de l'étude du texte Le discours de Bayeux de 1946

 

 

LE DISCOURS DE BAYEUX 1946

 

SOURCES ET LIENS :

 

1) Site pour écouter des extraits du discours de Bayeux par le général De Gaulle

 

http://www.crdp-reims.fr/cinquieme/page4.htm

 

2) Dite de l’INA pour voir et écouter le discours de Bayeux 1946

 

http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE99000039/discours-de-bayeux.fr.html

 

3) Le texte

 

http://fr.wikisource.org/wiki/Discours_de_Bayeux_(1946)

 

 

EXERCICE SUR LE DOCUMENT   

Texte 1 page 296 : Le discours de Bayeux du général de Gaulle (16 juin 1946)

 

Présenter le document.

 

 

Question 2 page 296 : Comment la vision gaullienne des institutions s’oppose-t-elle à la Constitution adoptée en 1946 ? Que veut-il éviter ?

 

 

CORRECTION   

 

Texte 1 page 296 : Le discours de Bayeux du général de Gaulle (16 juin 1946)

 

Présenter le document.

Le 16 juin 1946 le général de Gaulle prononce à Bayeux, l’une des premières villes à l’avoir accueilli à son retour en France en juin 1944, un discours célèbre où il expose ses vues en matière constitutionnelle.

 

A cette date la France n’a toujours pas de constitution : les Français ont refusé le retour à la III République (octobre 1945) et le projet de Constitution, élaboré par une assemblée constituante dominée par la gauche socialiste et communiste (mai 1946). De Gaulle a démissionné le 20 janvier 1946, pour marquer son désaccord avec le projet constitutionnel qu’élabore la deuxième assemblée constituante. Dépourvu de toute fonction officielle, il demeure cependant, aux yeux de la majorité des Français l’homme de la France libre, celui qui a sauvé l’honneur national, et à ce titre conserve un immense prestige.

 

Question 2 page 296 : Comment la vision gaullienne des institutions s’oppose-t-elle à la Constitution adoptée en 1946 ? Que veut-il éviter ?

 

            De Gaulle souhaite un exécutif aux pouvoirs renforcés, sans nier pour autant ceux du législatif qui est l’émanation de la nation par son vote. Mais, selon lui, le président de la République ne doit pas être dépendant des partis représentés au Parlement, il ne doit donc pas être élu par les deux chambres composant le pouvoir législatif, d’où la nécessité d’un collège plus large de grands électeurs.

 Ce président de la République devra choisir librement le gouvernement en tenant compte du choix des Français qui se seront exprimés lors des élections. Il désignera ses ministres en fonction de la majorité qui se dégage au Parlement, mais ceux-ci ne pourront être des représentants des formations politiques, cela signifie qu’ils ne pourront être à la fois membres du gouvernement et parlementaires.

Il entend respecter une stricte séparation des pouvoirs qui est, selon lui, la garantie d’une indépendance à l’égard des partis politiques à l’encontre desquels il ne cache pas sa méfiance.

 

            Lorsqu’il prononce le discours à Bayeux, le premier projet de Constitution élaboré par les forces du tripartisme est déjà connu. Il prévoit un législatif composé d’une seule chambre (monocamérisme, malgré l’opposition du MRP, la chambre unique ayant laissé un triste souvenir en France lors de la Convention).

            De Gaulle propose de respecter la tradition du bicamérisme qui permet à la chambre haute, élue au suffrage universel indirect, de tempérer la chambre basse élue au suffrage universel direct.

            Il dénonce aussi l’élection du président de la République par le seul Parlement, ce qui en ferait l’otage des partis politiques et ne lui laisserait pas la latitude nécessaire pour mener à bien sa mission qui est de définir les grandes orientations de la France.

 

Partager cet article

Commenter cet article