Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

La société de consommation à travers les chansons

8 Novembre 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Histoire des arts

 

 

 

Questions :

 

1) Dans la chanson de Boris Vian indiquez quels sont les produits phares de la société de consommation. Lesquels ne sont pas indiqués ?

2) Quel effet produit l'accumulation d'énumération d'objets ?

3) Quel est le sens de la chanson de Boris Vian ?

 

4) Dans la chanson de Jean-Jacques Goldman expliquez ce que la phrase "Les supermarchés mes temples à moi " rèvèle de la société de consommation de masse.

5) En quoi cette chanson est-elle aussi une critique de la télévision ?

La société de consommation à travers les chansons

La complainte du progrès chantée par Boris Vian

http://www.youtube.com/watch?v=sKziJEi1kvk

 

http://www.youtube.com/watch?v=K8OgFHhBJ1g&feature=related

Les Choses de Jean-Jacques Goldman

http://www.youtube.com/watch?v=7oNV2KIhYko

 

http://www.wat.tv/video/jean-jacques-goldman-choses-1qi9w_2g7bz_.html

Autrefois pour faire sa cour
On parlait d'amour
Pour mieux prouver son ardeur
On offrait son coeur
Maintenant c'est plus pareil
Ça change ça change
Pour séduire le cher ange
On lui glisse à l'oreille

Ah Gudule, viens m'embrasser, et je te donnerai...
Un frigidaire, un joli scooter, un atomixer
Et du Dunlopillo
Une cuisinière, avec un four en verre
Des tas de couverts et des pelles à gâteau !
Une tourniquette pour faire la vinaigrette
Un bel aérateur pour bouffer les odeurs
Des draps qui chauffent
Un pistolet à gaufres
Un avion pour deux
Et nous serons heureux !

Autrefois s'il arrivait
Que l'on se querelle
L'air lugubre on s'en allait
En laissant la vaisselle
Maintenant que voulez-vous
La vie est si chère
On dit : "rentre chez ta mère"
Et on se garde tout

Ah Gudule, excuse-toi, ou je reprends tout ça...
Mon frigidaire, mon armoire à cuillères
Mon évier en fer, et mon poêle à mazout
Mon cire-godasses, mon repasse-limaces
Mon tabouret-à-glace et mon chasse-filous !
La tourniquette à faire la vinaigrette
Le ratatine-ordures et le coupe friture

Et si la belle se montre encore rebelle
On la fiche dehors, pour confier son sort...
Au frigidaire, à l'efface-poussière
A la cuisinière, au lit qu'est toujours fait
Au chauffe-savates, au canon à patates
A l'éventre-tomate, à l'écorche-poulet !

Mais très très vite
On reçoit la visite
D'une tendre petite
Qui vous offre son coeur
Alors on cède
Car il faut qu'on s'entraide
Et l'on vit comme ça jusqu'à la prochaine fois
Et l'on vit comme ça jusqu'à la prochaine fois
Et l'on vit comme ça jusqu'à la prochaine fois !

Si j'avais si j'avais ça
Je serais ceci je serais cela
Sans chose je n'existe pas
Les regards glissent sur moi
J'envie ce que les autres ont
Je crève de ce que je n'ai pas
Le bonheur est possession
Les supermarchés mes temples à moi

Dans mes uniformes, rien que des marques identifiées
Les choses me donnent une identité

Je prie les choses et les choses m'ont pris
Elles me posent, elles me donnent un prix
Je prie les choses, elles comblent ma vie
C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis

Des choses à mettre, à vendre, à soumettre
Une femme objet qui présente bien
Sans trône ou sceptre je me déteste
Roi nu, je ne vaux rien

J'ai le parfum de Jordan
Je suis un peu lui dans ses chaussures
J'achète pour être, je suis
Quelqu'un dans cette voiture
Une vie de flash en flash
Clip et club et clop et fast food
Fastoche speed ou calmant
Mais fast, tout le temps zap le vide
Et l'angoisse

Plus de bien de mal, mais est-ce que ça passe à la télé
Nobel ou scandale ? On dit 'V.I.P'

Je prie les choses et les choses m'ont pris
Elles me posent, elles me donnent un prix
Je prie les choses, elles comblent ma vie
C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis

Des choses à mettre, à vendre, à soumettre
Une femme objet qui présente bien
Sans trône ou sceptre je me déteste
Roi nu, je ne vaux rien

Je prie les choses et les choses m'ont pris
Elles me posent, elles me donnent un prix
Je prie les choses, elles comblent ma vie
C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis

Un tatouage, un piercing, un bijou
Je veux l'image, l'image et c'est tout
Le bon 'langage' les idées 'qu'il faut'
C'est tout ce que je vaux

 

Partager cet article

Commenter cet article

Caroline 17/03/2013 12:10


Bonjours, est-ce qu'il y a le corrigé de ce sujet quelque part ?


Merci de me répondre.

M. Martineau 20/03/2013 18:28



Bonjour,


ce sujet ne comporte pas de corrections mais en cas de besoin je peux donner aux élèves des conseils et des indications pour mieux comprendre et répondre aux questions.


Cordialement