Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Culture, arts et religions à l'âge industriel 1850-1939 (4)

23 Octobre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

  DIAPORAMA HISTOIRE DES ARTS

 

V. En quoi consiste la révolution des arts ?

Quelles missions pour l’art ? Quelles sont les ruptures dans la peinture ?

 

            A. Qu’est-ce que le réalisme ?

 

Raboteurs de Parquet

Peinture 3 page 57 : Les Raboteurs de parquet

Quel sujet a été choisi par le peintre ? Où se déroule la scène ?

_ Le sujet choisi par Caillebotte est un sujet mettant en scène la vie quotidienne avec le plus grand réalisme.

_ La scène se déroule dans l’appartement du peintre. Il a choisi de représenter les ouvriers travaillant pour lui.

 

Quelle impression se dégage du tableau ?

La fatigue, l’effort des ouvriers sont représentés sans chercher à embellir la condition de vie des ouvriers.

 

  Enterrement à Ornans

 

Texte 2 page 56 : Les critiques contre Un enterrement à Ornans

Question 2 page 57 : En réfléchissant au sujet traité, aux dimensions, à la composition, aux couleurs et au dessin de ces toiles, montrez en quoi elles sont caractéristiques de la peinture réaliste.

La peinture réaliste représente les individus et  les objets sans chercher à les embellir, en étant le plus proche de la réalité vécue.

 

_ L’art n’a plus pour mission de représenter le Beau, en choisissant des sujets nobles : « religion, mythologie, batailles, portraits de souverains ». Le réalisme cherche à représenter la vérité en se basant sur le réel.

 _ Gustave Courbet (Un enterrement à Ornans (p. 56), les cribleuses de blé (p. 45) ) est le chef de file du « réalisme » peint des scènes de la vie quotidienne. Le scandale est important car Les critiques trouvent les tableaux grossiers.

Réalisme (p. 333) : courant littéraire et artistique de la seconde moitié du XIX siècle qui privilégie la représentation exacte de la nature et des hommes et insiste sur la necéssité de montrer la réalité sociale de l’époque.

 

            B. Qu’est-ce que l’impressionnisme ?

 

Caricature 3 page 58 : caricature de Cham ; texte 5 page 59 : Un barbouillage extravagant.

Question 3 page 59 : Quel a été l’accueil fait aux premières œuvres impressionnistes par la critique ? Pourquoi ?

_ Les critiques et une partie du public ne comprennent pas les premières œuvres impressionnistes. Pour eux, comme le caricaturiste Cham, il s’agit de barbouillage et de tableaux mal faits. 

 

_ La peinture est profondément bouleversée au XIX° et au XX° siècles. Les peintures académiques, imitant encore les canons de la Renaissance, sont abandonnées par les peintres d’avant-garde qui rejettent le conformisme.

_ Ces avantgardistes, dont beaucoup travaillent à Paris, alors lieu d’innovation artistique majeur, sont presque unanimement rejetés par la critique d’art qui voit en eux des imposteurs sans talent (« 5 ou 6 aliénés, un groupe de malheureux atteints de la folie ou de l’ambition » ; « les gens pouffent de rire devant leurs oeuvres » ; « un amas de choses grossières »… écrit un critique du Figaro visitant l’exposition impressionniste de 1874). Plusieurs tableaux créent de véritables scandales (L’Origine du Monde, Olympia (page 47), Le Déjeuner sur l’Herbe de Manet…).

 

 

  Impression soleil levant

Peinture 1 page 58 : Impression, soleil levant

Quel est le sujet du tableau ? Quelles sensations se dégagent de l’œuvre ?

Le tableau a pour sujet un soleil levant. Cependant, il n’est pas représenté de façon réaliste mais en peignant les sensations lumineuses données à cet instant par le jeu des lumières.

 

_ Les impressionnistes sortent des ateliers, vont peindre des paysages pour en rendre l’aspect global, la luminosité, sans essayer de les restituer exactement ; le souci de l’exactitude des contours, de la forme, disparaît en effet avec la diffusion de la photographie. Le miroitement de la lumière devient le sujet principal.

Impressionnisme (p. 332) : mouvement pictural qui se développe contre les conceptions académiques de l’art dans le dernier quart du XIX siècle.

 

            C. Quelles sont les avants-gardes dans la peinture ?

 

Peinture 1 page 60 : Port en Normandie

Pourquoi ce tableau est-il déconcertant ?

Le tableau est déconcertant car il montre une forme reconnaissable, mais par un jeu de formes qui ne renvoie pas à la réalité visuelle quotidienne.

 

_ Les peintres deviennent de moins en moins figuratifs.

Dans les années 1880 trois artistes ouvrent de nouvelles voies :  

1. Cézanne simplifie les formes et montre l’objet sous différents angles.

2. Van Gogh exprime ses passions par la violence des couleurs (p. 48)

3. Gauguin appuie les traits des contours avec la technique du cloisonnisme. 

_ Cézanne est l’un des premiers à utiliser des formes géométriques dans ses toiles impressionnistes. Mais à partir de Picasso et des cubistes, les formes sont totalement destructurées pour laisser place à un « tableau-objet » sans correspondance avec le monde réel, réduit à des formes géométriques. La peinture devient abstraite.

Peinture figurative : peinture qui représente la forme réelle des choses.

Cloisonnisme : à cerner les surfaces de traits fortement appuyés.

Peinture abstraite : peinture qui s’affranchit de la réalité.          

 

The Dream Dali

Peinture 3 page 60 : The Dream (Le Rêve)

Question 3 page 61 : Décrivez le tableau et définissez l’atmosphère qui s’en dégage.

_

_ L’atmosphère est celle d’un rêve. Le monde apparaît irréel, impossible, et pourtant la maîtrise de la perspective, de la technique picturale simule la réalité.

 

 _ Le figuratif est abandonné par les peintres abstraits qui laissent place au jeu des couleurs et des formes. Les surréalistes privilégient également l’imagination sur la forme, influencés par les théories de leur temps (Bergson qui restaure le poids de l’intuition dans la raison, Freud qui révèle le poids de l’inconscient).

 

Aquarelle abstraite Kandinsky

Peinture 4 page 61 : Aquarelle abstraite

_ Kandinsky abandonne la représentation du réel en 1910. L’œuvre d’art devient indépendante de la réalité extérieure.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article