Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Tle Géographie : L'organisation du territoire des Etats-Unis (2)

10 Janvier 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

II. En quoi la répartition de la population indique les lieux de puissance ?

 

            A. Où se concentre la population ? Pourquoi ?

 

Carte 1 page 98 : Répartition de la population et croissance urbaine 

Question page 98 : Décrivez la répartition spatiale de la population sur le territoire des Etats-Unis ?

 

_ La moitié de la pop est concentrée à l’Est du 100ème méridien avec la Mégalopolis, les rives des Grands Lacs, les Appalaches et le littoral atlantique.

_ Au-delà du 100ème méridien, les densité faiblissent pour des raisons historiques (le peuplement s’est fait d’est en Ouest) et naturelles (aridité).

_ La façade pacifique est plus dense avec l’axe californien (San Francisco / Los Angeles) et le Puget Sound (Seattle / Portland).

 

Carte 1 page 98 : Répartition de la population et croissance urbaine 

 

_ La population se concentre également sur les littoraux. On appelle ce phénomène le thalassotropisme.

_ De vastes aires urbaines se sont formées sur la côte Est : la mégalopole.

 

Thalassotropisme : Attractivité des littoraux sur les hommes et les activités.

 

Mégalopole (p. 28) : grande région urbaine formée par un tissu urbain continu de plusieurs métropoles qui se rejoignent ; le terme a été utilisé initialement par J. Gottmann pour qualifier le littoral Nord-Est des Etats-Unis.

 

 

Cf chapitre III sur l’urbanisation

 

B. Quels sont les flux migratoires ?

 

                        1. Migrations externes

 

Texte 5 page 105: La croissance démographique s’emballe ?

Les Etats-Unis est-il un pays d’immigration ? Quelle est l’attitude des Etats-Unis envers l’immigration (ouverture, fermeture) ? Quelles sont les origines des immigrants ?

 

_ La population américaine est issue de l’immigration. Les Etats-Unis sont le premier pays d’immigration du monde. Depuis le XIXème, plus de 50 M d’immigrés sont venus s’installer aux Etats-Unis. Aujourd’hui encore, 1/3 de la croissance démographique provient de l’immigration.

_ L’ouverture à l’immigration a évolué dans le temps : les Etats-Unis s’ouvrent à une très grande vague à la fin du 19ème alimentée par l’explosion démographique européenne. Puis ils se ferment dans les années 1920 par les lois des quotas. Actuellement, ils accueillent volontiers les « cerveaux » mais luttent toujours plus contre l’immigration illégale de travailleurs clandestins peu qualifiés.

_ L’origine des migrants a aussi évolué. Les Blancs, en particulier les WASP (White Anglo-Saxon Protestants) qui sont les premiers immigrants restent majoritaires mais ils voient leur part relative diminuer par rapport aux Asiatiques et surtout aux Hispaniques qui sont en passe de devenir la première des minorités devant les Noirs.

 

Photographie 2 page 119 : Arrivée d’immigrants à New York au début du XX siècle

Quels problèmes posent l’immigration ?  

 

_ On parle à propos des Etats-Unis de société cosmopolite ou pluriethnique. Pendant longtemps, l’idéologie du Melting Pot sert de ciment à la société (société composée d’une vaste classe moyenne où chacun quelque soit son origine peut réussir par son travail et son mérite dans le cadre du libéralisme économique). Cela dit, le Melting Pot est largement un mythe. Les ethnies se juxtaposent plus qu’elles ne se mélangent et la ségrégation, en particulier à l’intérieur des espaces urbains, est très forte.

_ Les Etats-Unis semblent être devenus aujourd’hui un salad bowl où chaque minorité vit sa propre vie : un Latino peut passer toute sa vie dans certaines régions de Floride ou de Californie sans parler anglais.

Melting Pot : Société composée d’une vaste classe moyenne où chacun quelque soit son origine peut réussir par son travail et son mérite dans le cadre du libéralisme économique.

Salad Bowl : métaphore pour souligner que la société américaine peut-être comme la salade composée constituée d’éléments mélangés mais distincts et ayant des caractéristiques particulières. Contrairement au melting-pot, le salad-bowl prône l’existence d’une société multiculturelle.

 

                        2. Migrations internes

 

Carte 2 page 99 : Evolutions de la population

Question page 98 : Quelles sont les principales dynamiques de la population ?

 

_ La population américaine est mobile. La périphérie ensoleillée des Etats-Unis (Sun Belt) attire les flux migratoires internes (du Nord-Est) et externes (Mexicains). La population hispanique est bien représentée dans ces régions et augmente plus vite que les autres groupes ethniques. La Sun Belt accueille également de nombreux parcs naturels nationaux et constitue une destination touristique appréciée. Les retraités sont également nombreux à quitter les régions froides du Nord-Est pour les espaces littoraux au cadre de vie agréable, en particulier de Floride. Le dynamisme économique de la Sun Belt attire enfin des travailleurs. Cet essor du déplacement pour changer de lieu de travail s’appuie sur le fait que 91% des actifs sont des salariés avec une grande mobilité géographique (20% des américains déménagent chaque année).

 

 



III. Quelles sont les particularités de l’urbanisation des Etats-Unis ?

 

            A. Quel est le poids des villes dans les dynamiques spatiales ?

 

Carte 1 page 98 : Répartition de la population et croissance urbaine 

+ Carte 3 p. 99 : les dynamiques des interfaces

Quel est le niveau d’urbanisation des Etats-Unis ?

 

_ La population américaine est essentiellement urbaine : le taux d’urbanisation a dépassé les 50 % dès les années 1920. Aujourd’hui 8 Américains sur 10 (82%)  vivent dans une ville et un sur deux dans une ville de plus de un million  d’habitants. La Mégalopolis (chapelet continu de villes de Boston à Washington) regroupe à elle seule 45 millions d’habitants.

_ Les Etats-Unis comptent 24 villes  de plus de 2 millions d’habitants dont 5 de rang mondial (New York, Los Angeles, San Francisco, Chicago, Washington) qui symbolisent la puissance des Etats-Unis.

Mégalopolis (p. 122) : inventé par le géographe français Jean Gottman en 1960, le terme de Mégalopolis s’applique à al conurbation établie sur 800 km de long en bordure de l’Atlantique, entre Boston et la baie de la Chesapeake.

 

Où le réseau urbain est-il très dense ?

 

_ Le réseau urbain est très dense au Nord-est (New York, Boston, Philadelphie, Washington, Baltimore…), autour des Grands Lacs (Chicago, Detroit, Cleveland), ainsi que dans le Sud-est (Atlanta, Dallas, Houston). Il se relâche vers l’Ouest et se densifie à nouveau sur la côte Pacifique (Los Angeles, San Francisco, Seattle).

 

En quoi le territoire américain est-il métropolisé ?

 

_ Le territoire américain est métropolisé. La hiérarchie place aux premiers rangs New York, puis Los Angeles, San Francisco, Chicago et la capitale fédérale Washington. Dans ces villes mondiales se prennent les décisions politiques, économiques, financières. Ce sont des lieux d’innovation technologiques et culturelle. Ces grandes métropoles entretiennent des relations avec le reste du monde par un puissant réseau de communications et d’informations.   

Métropolisation (p. 24) : concentration des hommes et des activités dans quelques très grandes villes, les métropoles.





B. Quelle est l’organisation urbaine des agglomérations américaines ?

 

Schéma 1 page 105 : Schéma de la structure et des dynamiques d’une aire urbaine

 

Décrire les différentes auréoles de la ville américaine.

 

_ La ville américaine se compose d’auréoles concentriques successives analysées des les années 1930 par l’Ecole sociologique de Chicago.

* Elle se caractérise d’abord par son centre qui est le reflet de la puissance américaine. On parle de CBD (Central Business District). Ils sont consacrés aux affaires (bourses, sièges sociaux, banques…) et aux services supérieurs (marketing, cabinets juridiques, communication…). Envahis par les " cols blancs " ils sont actifs le jour mais déserts la nuit où il y règne une certaine insécurité.

Central Business District (p. 104) : CBD : Quartier des affaires : la bourse et les banques en sont les éléments moteurs.

 

* La première couronne abrite des quartiers résidentiels de la première génération qui sont habités par les classes laborieuses. Lorsqu’ils sont dégradés, il s’y forme des ghettos ethniques et sociaux. Le centre élargi ( CBD et  première couronne ) porte le nom de Downtown.

Dowtown (p. 104) : nom désignant le centre-ville. Plus vaste que le CBD, il englobe les quartiers administratifs (Civic center), des quartiers d’affaires et des quartiers résidentiels plus ou moins dégradés.

 

* Les autres couronnes correspondent à une extension toujours plus spectaculaire des banlieues, nommées « suburbs » aux Etats-Unis et qui abritent aujourd’hui la moitié de la population. Celles-ci sont très diverses socialement (essentiellement les classes moyennes mais aussi les catégories les plus aisées à l’extrême périphérie). Elles ont une fonction essentiellement résidentielle mais il s’y développe de plus en plus des activités de service et de nouveaux centres d’activités.

* En périphérie des villes se forment des Edge city regroupant des parcs de bureaux et des centres commerciaux à proximité des autoroutes et des aéroports.

 Suburb (p.104) : banlieue dont l’habitat typique est la maison individuelle. La ségrégation socio-spatiale marque aussi les banlieues ; ainsi les ethnoburbs désignent les quartiers de banlieues peuplées d’immigrants d’une même origine.

Edge city [p. 104] (edge : lisière, bordure) : nom donné, aux Etats-Unis, aux noyaux urbains qui se forment à la périphérie des villes, près des autoroutes ou des aéroports, regroupant des centres commerciaux, des parcs de bureaux.

           

Tableau chiffré 6 page 105 : Les principales agglomérations urbaines

+ Schéma 1 page 105 : Schéma de la structure et des dynamiques d’une aire urbaine

En quoi la croissance urbaine peut-elle provoquer une crise des villes ? Quelles sont les solutions ?

 

_ Les villes américaines sont par ailleurs en crise. Elles sont dues à l’endettement croissant des villes-centres (croissance du fonctionnariat, politiques sociales) aggravé par le départ progressif des classes moyennes qui abaisse les recettes fiscales et l’arrivée massive des catégories sociales défavorisées qui augmente les dépenses des programmes sociaux.

_ Les conséquences de l’endettement sont la dégradation des équipements urbains, la crise budgétaire (plusieurs villes se sont déclarées en banqueroute et ont dû faire appel à l’aide de l’Etat fédéral), voire même de véritables guerres urbaines (cf. les émeutes de Los Angeles en 1992 dans le quartier de Watts).

_ Les solutions résident dans la reconquête des centres-villes. On y lutte contre l’insécurité par un renforcement des moyens policiers. On réhabilite les quartiers dégradés par une politique de rénovation. Cette dernière profite cependant aux classes aisées (phénomène de gentrification) et ne fait en fait qu’accroître la ségrégation et déplacer les problèmes dans d’autres quartiers.

Gentrification : Processus d'occupation des quartiers centraux des villes par une classe sociale aisée.

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article