Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours TL STG Histoire : Les classes moyennes en France

14 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

LES CLASSES MOYENNES EN FRANCE

 

Manuel Belin 2007

 

Introduction : La notion de classes moyennes recouvre une catégorie sociale dont les activités et les revenus sont très hétérogènes. Les classes moyennes connaissent un grand essor de 1945 à 1975, mais elles sont frappées par le ralentissement de la croissance après 1970.

 

Problématique : Comment définir les classes moyennes et expliquer leur croissance ?

 

I. En quoi les classes moyennes sont un groupe hétérogène ?

           

Comment définir les classes moyennes ? Quels groupes constituent les classes moyennes ?

 

Graphique de pourcentage 3 page 124 : Définir les classes moyennes par les revenus ?

Question 1 page 125 : Pourquoi parle-t-on de « classes moyennes » au pluriel ?

_ La notion de « classes moyennes » recouvre un ensemble de groupes hétérogènes par les revenus et les activités. Les classes moyennes sont un vaste ensemble regroupant un Français sur deux, formant 40 à 60% de la population active en France. Les classes moyennes se situent entre les classes supérieures et les classes pauvres.

* Les classes moyennes constituent une mosaïque avec des revenus hétérogènes qui s’étendent de 1143 (classes moyenne inférieure) à 3429 (classes moyenne supérieure) euros par mois. Les classes moyennes ont en commun une certaine aisance car leur salaire net mensuel se situe autour de 2000 euros, environ 1,5 fois le SMIC.

* Les catégories sociales sont également très différentes. Ce sont généralement des professions intermédiaires. Cependant les statuts sociaux sont variés : secteur public (fonctionnaires dans l’administration [fonctionnaires de police], l’enseignement [Professeurs, éducateurs spécialisés], les services médico-sociaux [infirmiers]) ; secteur privé (employé [employés de banques], cadres moyens et supérieurs [cadres supérieurs]) ; indépendants comme les professions libérales ([médecins généralistes]) ainsi que les patrons ([patron de PME) et les artisans.

 

Catégorie sociale (p. 266) : ensemble de personnes classées selon leur profession, leur secteur d’activité ou leur revenu. L’Insee classe les actifs en PCS : « professions et catégories socioprofessionnelles », appelées auparavant CSP : catégories socioprofessionnelles.

Professions intermédiaires (p. 131) : dans le secteur privé, ensemble des professions qui par leur niveau de responsabilité se situent entre les cadres et les agents d’exécution ; dans le public, elles regroupent les enseignants, les infirmières, les assistantes sociales et certaines catégories de fonctionnaires.

Profession libérale (p. 131) : profession de caractère intellectuel (architecte, avocat, médecin…) exercée en cabinet privé.

 

 

II. Qu’est-ce qui explique la massification des classes moyennes ?

                       

            A. Quels sont les secteurs économiques où se « développent » les classes moyennes ?

 

Texte 1 page 124 : L’essor des classes moyennes depuis 1945

Question 2 page 125 : Comment l’auteur explique-t-il l’essor des classes moyennes depuis 1945 ?

_ Les classes moyennes connaissent un grand essor dans les Trente Glorieuses (1945-1973). Cet essor s’explique par la tertiarisation de la société qui se traduit par l’augmentation du nombre de salariés (12 millions en 1954, 18 millions en 1975, 20 millions en 1982). Le pourcentage d’actifs dans le tertiaire augmente fortement : 24,8% en 1946 ; 51,2% en 1975 ; 72,8% en 2005).

Trente Glorieuses (p. 271) : En France, de 1945 à 1975, période de forte croissance économique et de transformation profonde des modes de vie.

Tertiarisation : essor du secteur tertiaire, en particulier des services.

 

Texte 1 page 124 : L’essor des classes moyennes depuis 1945

+ courbes 2 page 124 : L’évolution des catégories socio-professionnelles en France.

Question 6 page 125 : Parmi les CSP composant les classes moyennes, lesquelles connaissant la plus forte expansion depuis 1945 ?

_ Depuis 1945 le nombre d’employés et de cadres a fortement augmenté. En effet, l’essor des grandes entreprises a nécessité des cadres et des employés administratifs, industriels ou commerciaux de plus en plus nombreux.

* Les professions intermédiaires se sont également fortement développées. Cela s’explique par le développement de la place de l’Etat en France. L’Etat-providence a augmenté les effectifs de la fonction publique recrutée sur concours. La massification de l’enseignement a exigé la multiplication du nombre d’enseignants et du personnel éducatif.

Etat-providence (p. 131) : Etat qui intervient pour établir une plus grande justice sociale par la protection contre le chômage, la maladie, la vieillesse.

 

            B. Quel rôle joue l’éducation dans la promotion sociale ?

 

Graphiques 4 page 131 : L’obtention du baccalauréat, par génération, selon le milieu social.

Quelles sont les évolutions du pourcentage de bacheliers entre 1949 et 1978 pour chaque catégorie socio-professionnelle (CSP) ?

_ Toutes les catégories socio-professionnelles connaissent une augmentation de leur niveau d’étude entre 1949 et 1978. Entre ces deux dates le nombre de bachelier pour une classe d’âge passe de 20% à 60% quelque soit l’origine professionnelle des parents

* L’augmentation est particulièrement forte pour les enfants d’ouvriers : de 10% en 1949, le nombre de bacheliers passe à 46 % en 1978. Cela permet à de nombreux enfants d’ouvriers d’intégrer les classes moyennes en devenant employé, etc… La promotion sociale est importante durant les Trente Glorieuses grâce à l’éducation. Cependant le nombre d’enfants de cadre bachelier progresse également de 70% en 1949 à 90% en 1978.

 

OU

 

Texte 7 page 126 : L’ « ascenseur social » durant les Trente Glorieuses

+ Tableau statistique 8 page 126 : L’origine sociale des étudiants dans les Facultés en 1967-1968.

Question 3 page 127 : Comment les classes moyennes ont-elles bénéficié de l’ascension sociale durant les Trente Glorieuses ?

_ Toutes les catégories socio-professionnelles ont accès à l’éducation universitaire en 1968. Cependant, les enfants des professions libérales et cadres supérieurs sont surreprésentés (32,1% en 1968 contre 10,2% pour les enfants des ouvriers pourtant plus nombreux). La promotion sociale grâce à l’éducation est néanmoins une réalité : durant les Trente Glorieuses la proportion de fils d’ouvriers devenus cadres a augmenté de 2 à 8%.

Promotion sociale (p. 131) : mouvement d’ascension sur l’échelle sociale, par le statut et le revenu.

 

 

III. Quelles mutations ont affectées les classes moyennes ?

 

            A. Quelles sont les évolutions politiques et sociales liées à la massification des classes moyennes ?

 

                        1. Quelles évolutions politiques ?

 

Texte 14 page 127 : Classes moyennes et gouvernement au centre

Question 2 page 127 : Comment le président Giscard d’Estaing traduit-il en termes socio-politiques le poids numérique des classes moyennes dans la société ?

_ Les classes moyennes se sont développées numériquement et économiquement. Elles intéressent les hommes politiques qui tentent de les intégrer à leur électorat.

* Les mutations économiques ont mis en difficultés les boutiquiers et les commerçants avec l’apparition des supermarchés. Le mécontentement des professions indépendantes s’exprime en 1956 avec une percée du vote poujadiste lors des élections législatives.

* En 1976, le président de la République Valéry Giscard d’Estaing, définit dans son livre Démocratie française, un projet de société regroupant les classes moyennes.

 

Poujadisme (p. 131) : au milieu des années 1950, mouvement de protestation sociale de petits commerçants et d’artisans déstabilisés par la modernisation économique, ce qui se traduit par un rejet de la classe politique.

                       

                        2. Quelles mutations sociales et culturelles ?

 

Courbes 9 page 126 : L’évolution salariale

+ Texte 10 page 126 : Le temps des cadres

+ Affiche 12 page 127 : Affiche du Club Méditerranée, 1960

Question 5 page 127 : A quels types de consommation ouvre la forte augmentation du pouvoir d’achat des cadres entre 1950 et 1975 ?

_ Le pouvoir d’achat des classes moyennes s’accroît durant les Trente Glorieuses. Ainsi, les salaires augmentent durant les Trente Glorieuses de 3,5 % par an. Le pouvoir d’achat des familles augmente avec l’entrée massive des femmes dans les emplois du secteur tertiaire.

_ Mais c’est surtout le pouvoir d’achat des cadres qui bénéficie de ces hausses. Cela se traduit par une forte consommation et la multiplication des offres de loisirs : la société de vacances Club Méditerranée est créée en 1949, en 1954 est créée la FNAC (Fédération nationale d’achat des cadres), ce groupement d’achat était alors réservé aux cadres.

_ Les classes moyennes, ciblées par la publicité, entrent dans la société de consommation en achetant voitures et télévisions… Le tourisme de masse se développe.

     

 

            B. En quoi la crise économique (ralentissement de la croissance) remet en cause la mobilité ascendante ?

 

Texte 16 page 128 : Le « grand renversement » pour les classes moyennes.

Question 2 page 127 : Classer les facteurs économiques et sociaux permettant d’évoquer un « grand renversement » pour les classes moyennes depuis le milieu des années 1980.

_ Avec la fin des Trente Glorieuses et le début de la dépression économique en 1973, les classes moyennes rencontrent des difficultés économiques. Le risque de déclassement social est fort à cause du ralentissement de la croissance, du chômage de masse. Les enfants des classes moyennes en particulier connaissent des difficultés :

* les salaires augmentent très peu, parfois en dessous de l’inflation ce qui entraîne la diminution du pouvoir d’achat : depuis 1982 les enseignants ont perdu entre 9 et 20 % de leur pouvoir d’achat selon les catégories.

* les emplois sont plus rares : le chômage touche non seulement les professions peu qualifiées mais aussi les employés et les cadres du secteur privé.

*  les titres scolaires et universitaires sont dévalorisés.

 

Déclassement social (p. 131): mouvement de régression sur l’échelle sociale.

 

 

Courbes page 17 : Des diplômes de plus en plus difficiles à monnayer

+ courbes 18 page 128 : L’ascenseur social en panne

Question 3 page 129 : Quel lien établir entre la dévalorisation des diplômes et les difficultés de l’ascension sociale pour les classes moyennes ?

_ La massification de l’enseignement universitaire contribue à la dévalorisation des diplômes à la fin des Trente Glorieuses. La proportion des 35-39 ans titulaires d’un diplôme de 1er cycle (bac +2) occupant un emploi de cadre est de 82% en 1984, mais seulement de 62% en 2004.

_ La promotion sociale est plus difficilement assurée pour les classes moyennes par l’éducation. Ainsi, l’accès aux Grandes Ecoles à tendance à se refermer pour les enfants des classes moyennes par rapport à l’époque des Trente Glorieuses.

 

  

FICHE REVISION TSTG HISTOIRE : Les classes moyennes en France

 

DEFINITIONS :

Catégorie sociale (p. 266) : ensemble de personnes classées selon leur profession, leur secteur d’activité ou leur revenu. L’Insee classe les actifs en PCS : « professions et catégories socioprofessionnelles », appelées auparavant CSP : catégories socioprofessionnelles.

Profession libérale (p. 131) : profession de caractère intellectuel (architecte, avocat, médecin…) exercée en cabinet privé.

Professions intermédiaires (p. 131) : dans le secteur privé, ensemble des professions qui par leur niveau de responsabilité se situent entre les cadres et les agents d’exécution ; dans le public, elles regroupent les enseignants, les infirmières, les assistantes sociales et certaines catégories de fonctionnaires.

Promotion sociale (p. 131) : mouvement d’ascension sur l’échelle sociale, par le statut et le revenu.

Déclassement social (p. 131): mouvement de régression sur l’échelle sociale.

Etat-providence (p. 131) : Etat qui intervient pour établir une plus grande justice sociale par la protection contre le chômage, la maladie, la vieillesse.

Tertiarisation : essor du secteur tertiaire, en particulier des services.

Poujadisme (p. 131) : au milieu des années 1950, mouvement de protestation sociale de petits commerçants et d’artisans déstabilisés par la modernisation économique, ce qui se traduit par un rejet de la classe politique.

Trente Glorieuses (p. 271) : En France, de 1945 à 1975, période de forte croissance économique et de transformation profonde des modes de vie.

 

CHIFFRES CLES :

Actifs du tertiaire (en % de la population active) :

1946 : 24,8%           1975 : 51,2%                  2005 : 72,8%

 

DATES :

1945-1973 : période des Trente Glorieuses

1954 : création de la FNAC (Fédération nationale d’achat des cadres). Ce groupement d’achat leur est alors réservé.

1956 : Percée poujadiste lors des élections législatives

1973-2008 : période de dépression économique.

 

 

Te Fiche d’objectifs histoire n°6

Les classes moyennes en France

 

   SAVOIR   

 

1/ JE SAIS REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES :

 

I. En quoi les classes moyennes sont un groupe hétérogène ?

II. Qu’est-ce qui explique la massification des classes moyennes ?                    

            A. Quels sont les secteurs économiques où se « développent » les classes moyennes ?

            B. Quel rôle joue l’éducation dans la promotion sociale ?

III. Quelles mutations ont affectées les classes moyennes ?

            A. Quelles sont les évolutions politiques et sociales liées à la massification des classes moyennes ?

                        1. Quelles évolutions politiques ?          

                        2. Quelles mutations sociales et culturelles ?

            B. En quoi la crise économique (ralentissement de la croissance) remet en cause la mobilité ascendante ?

 

2/ JE SAIS DEFINIR :

Catégorie sociale (p. 266) : ensemble de personnes classées selon leur profession, leur secteur d’activité ou leur revenu. L’Insee classe les actifs en PCS : « professions et catégories socioprofessionnelles », appelées auparavant CSP : catégories socioprofessionnelles.

Professions intermédiaires (p. 131) : dans le secteur privé, ensemble des professions qui par leur niveau de responsabilité se situent entre les cadres et les agents d’exécution ; dans le public, elles regroupent les enseignants, les infirmières, les assistantes sociales et certaines catégories de fonctionnaires.

Profession libérale (p. 131) : profession de caractère intellectuel (architecte, avocat, médecin…) exercée en cabinet privé.

Trente Glorieuses (p. 271) : En France, de 1945 à 1975, période de forte croissance économique et de transformation profonde des modes de vie.

Tertiarisation : essor du secteur tertiaire, en particulier des services.

Etat-providence (p. 131) : Etat qui intervient pour établir une plus grande justice sociale par la protection contre le chômage, la maladie, la vieillesse.

Promotion sociale (p. 131) : mouvement d’ascension sur l’échelle sociale, par le statut et le revenu.

Poujadisme (p. 131) : au milieu des années 1950, mouvement de protestation sociale de petits commerçants et d’artisans déstabilisés par la modernisation économique, ce qui se traduit par un rejet de la classe politique.

Déclassement social (p. 131): mouvement de régression sur l’échelle sociale.

 

3/ JE SAIS REPERER DANS LE TEMPS :

 

1945-1973 : période des Trente Glorieuses

1954 : création de la FNAC (Fédération nationale d’achat des cadres). Ce groupement d’achat leur est alors réservé.

1956 : Percée poujadiste lors des élections législatives

1973-2008 : période de dépression économique.

 

SAVOIR FAIRE

 

4/ JE SAIS ANALYSER UN GRAPHIQUE

5/ JE SAIS ETUDIER UN TEXTE

6/JE SAIS ANALYSER DES COURBES

7/ JE SAIS METTRE EN RELATION COURBES, TEXTE ET AFFICHE

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article