Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours TL L/ES Géographie : Quels sont les contrastes spatiaux de développement du Brésil ? (2)

18 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

II. Quels sont les aspects du développement brésilien ?

 

Texte 2 page 254 : Brésil : vers quel développement ?

 

Quels produits sont exportés par le Brésil ?

 

            A. En quoi le Brésil est-il une puissance agricole ?

 

_ Le Brésil bénéficie d’une gamme de climats chauds : climat équatorial au nord ; climat tropical et subtropical vers le sud avec même un climat tempéré dans le sud-est. Cela offre au Brésil une grande diversité de cultures.

 

_ La puissance agricole du Brésil s’explique par plusieurs autres facteurs comme l’immensité du territoire permettant la diversité des climats, ainsi que la colonisation intérieure avec des fronts pionniers.

_ L'organisation de cet espace est stratégique : les régions les plus difficiles sont consacrées à l'élevage, les plaines littorales aux plantations pour l’agriculture d'exportation. L’intérieur pour la mise en valeur par la colonisation des espaces. Les cultures vivrières sont encore très présentes mais il y a eu une force tendance à les refouler vers l'intérieur.

_ Les capitaux étrangers (FMN de l'agroalimentaire) s’ajoutent pour contribuer à cette puissance agricole du Brésil.

_ La somme de tous ces facteurs est de faire du Brésil une puissance agricole : 1ère pour le café, la canne à sucre, les agrumes, 2ème pour le soja, les bovins, 3ème pour le maïs, le porc, 5ème pour le cacao, 8ème pour le coton brut... bois... Le Brésil est le 3ème exportateur de produits agricoles ; son intégration à un système agro-industriel lui permet d'exporter des produits agroalimentaires.

 

            B. Quel est le développement industriel du Brésil ?

 

_ La production est diversifiée, elle est le résultat d'un appel aux capitaux étrangers, d'une ouverture de l'économie et d'une remontée des filières. Il y a aujourd'hui autant d'actifs dans l'industrie que dans l'agriculture (20%).

_ Les principales productions sont le textile, l’agroalimentaire ; l’industrie lourde (8ème pour l'acier), l’automobile (11ème grâce aux investissements étrangers : Renault, Ford, Volkswagen), chantiers navals, aéronautique (Embraer), informatique, pharmacie, armement ....79% des produits exportés sont des produits industriels. L'essentiel de cette production est concentrée au Sudeste.

 

            C. Comment le Brésil est-il une puissance régionale intégrée dans la mondialisation ?

 

_ Le Brésil a un poids important en Amérique Latine (50% de la superficie et de la population). Il est un élément moteur du MERCOSUR crée en 1991.

_ L’intégration dans la mondialisation s’effectue par le biais du commerce, surtout avec les Etats-Unis mais aussi l’Union européenne.

_ L’intégration se passe également par le biais des loisirs de masse : tourisme, carnavals, football...
C'est aussi un symbole de l'antimondialisation... (cf Porto Alegre).

_ C’est un pays émergent et l’une des puissances montantes du Sud : puissance agricole (cacao, café, agrumes, soja), mais aussi un NPI (textile, sidérurgie, agro-alimentaire, automobile, aéronautique), grand pays exportateur (dans le monde entier et à l’échelle régionale dans le cadre du MERCOSUR) largement intégré à la mondialisation.

_ A l’échelle du Sud, il apparaît comme un pays assez développé : IDH moyen (0.777), RNB par hab. moyen (entre 6000 et 15000 dollars par an) taux d’urbanisation élevé, taux de fécondité en baisse.

Mercosur (page 336) : marché commun de l’Amérique du Sud qui regroupe, depuis 1991, le Brésil, l’Argentine, le Paraguay, l’Uruguay. Le Chili et la Bolivie ont signé un accord de libre-échange avec le Mercosur en juillet 1996, la Colombie est candidate à l’adhésion. Le Venezuela est membre depuis 2005.

 

III. Quelles sont  les limites du développement brésilien ?

 

Problématiques : Quelles sont les inégalités de développement que l'on perçoit à l'échelle du territoire ? Comment s'expliquent ces violents contrastes ?

 

            A. En quoi existent-ils des contrastes régionaux très forts ?

 

Croquis page 269 : Le Brésil, un territoire inégalement développé

 

_ Il existe une opposition entre le littoral et l'intérieur du Brésil :

* le littoral est occupé depuis les temps anciens de la colonisation. Il connaît une forte concentration de population et de grands pôles urbains, et constitue un espace économique dynamique doté de structures portuaires...

* L'intérieur est moins mis en valeur, moins peuplé (le Centre Ouest et Amazonie : 61% de la surface et 13% de la population). Il est peu mis en valeur à cause de l’immensité, des problèmes du coût, des infrastructures, de l’exploitation anarchique...

 

_ Une opposition littorale existe aussi entre le Nordeste et le Sud et Sudeste.

* Elle est humaine (la population réside au sud), démographique (la Transition Démographique est presque finie au sud mais pas dans le nord), culturelle (avec une différence du taux d’alphabétisation), économique (le nord-est est une région pauvre, avec une industrialisation faible, le Sertao est une zone de sécheresse...)

* le Sud et le Sud-Est : ce sont des régions dynamiques comportant des plantations, une industrialisation, des ports ...

_ Cette opposition engendre de fortes migrations du Nord Est vers le Sud Est.

_ Le cœur économique est formé par Sao Paulo, Belo Horizonte et Rio de Janeiro. Ce coeur cumule des centres de décisions économiques, une forte activité, un important marché de consommateurs, des infrastructures...

 

_ La capitale Brasilia a été édifiée à partir de 1959 dans le but de promouvoir une plus grande égalité socio-spatiale dans le pays. Le lieu d’implantation de la capitale fut choisi pour sa position centrale. Brasilia concentre  les moyens de direction politique du pays, mais n’a pas pu s’imposer comme pôle directionnel et attractif face aux grandes métropoles de la façade atlantique.

 

Croquis de synthèse : les contrastes régionaux au Brésil

 

 

Croquis de synthèse : les contrastes régionaux au Brésil

 

  

            B. Quels sont les contrastes régionaux ?

 

Introduction : On dit du Brésil qu’il évoque « une Suisse dans un Pakistan ». Cela traduit l’opposition entre la région riche et développée du pays, qui correspond au Sud et au Sudeste, et le reste du pays, qui est beaucoup moins riche et moins développé.

schémas 3 p 255 pour les cycles

 

                        1. En quoi le Sud et Sudeste forment-ils le cœur économique ?

 

_ Sud et Sudeste produisent 76% du RNB du Brésil avec 57% de la population, sur 18% de la surface du pays. Le Sud et Sudeste comportent les régions industrielles (triangle industriel Sao Paulo / Rio de Janeiro / Belo Horizonte), mais aussi les régions d’agriculture commerciale moderne (agrumes, café). Ces régions sont ouvertes sur le monde par leurs ports et sont animées par de grandes métropoles (Sao Paulo).

 _ Sud et Sudeste sont développées à partir du 19ème siècle (le cycle du café provoque l’enrichissement. Les capitaux sont réinvestis dans le secondaire et le tertiaire et donne naissance à une classe moyenne solvable). Elles sont encore favorisées par l’intégration du Brésil à la mondialisation (choix d’un développement extraverti depuis les années 60 : modernisation agricole, privatisations et investissements étrangers).

 

_ Le niveau de vie est supérieur au reste du pays avec des salaires plus élevés, un IDH plus élevé, un analphabétisme faible, des taux de fécondité et de mortalité infantile plus faibles.  Cependant, les inégalités sont fortes dans les villes.

 

                        2 Pourquoi le Nordeste est-il la région la plus pauvre ?

 

Photo 4 p. 279 : la pauvreté du Nord Est

+ Schéma 3 page 255 : Nord-Est/Sud-Est : deux trajectoires opposées

 

_ Le Nordeste est densément peuplé depuis la colonisation du pays par les Portugais (culture de la canne à sucre dans le cadre d’un système esclavagiste), c’est une région encore assez rurale, qui joue un rôle économique réduit.

 

_ La région du Sertao est une vaste poche de pauvreté au Brésil où se concentrent des paysans sans terres et des ouvriers agricoles.

_ Le Sertao est la région semi –aride du Nordeste, autour de la vallée du Sao Francisco, marqué par des sécheresses qui peuvent durer plusieurs années (les secas) et qui présente les retards économiques et sociaux les plus graves du pays.

 

Photographie 8 page 256 : De profondes inégalités foncières

_ Elle reflète le mieux les problèmes liés à l’inégale répartition des terres au Brésil :

* Une minorité de propriétaires terriens sont à la tête d’immenses exploitations, (appelées latifundios), sur lesquelles travaillent des ouvriers agricoles misérables. 

* A l’inverse, de nombreux petits paysans cultivent des petites exploitations (minifundios) qui leur permettent à peine de survivre et de nombreux paysans sont sans-terre.

Latifundio : très grande propriété foncière, peu mises en valeur, où se maintiennent des relations sociales traditionnelles entre le propriétaire et les travailleurs de la terre (emplois précaires, très faibles salaires).

Minifundio : Petites exploitations de paysans très pauvres. Elles sont cultivées avec des moyens manuels et produisent des cultures vivrières permettant à peine de survivre.

 

_ Le Nordeste est la région la moins développée du Brésil (IDH faible, analphabétisme plus élevé, la faim continue de faire des victimes chaque année. L’un des projets du président Lula est le plan « Faim zéro »). En conséquence le Nordeste est une région d’émigration, d’exode rural vers les villes du Sud Est. 

 

                        3.  En quoi le Centre-Ouest et le Nord sont-ils des régions très peu peuplées ?

 

En quoi le Brésil du Centre-Ouest et du Nord est-il un Brésil pionnier ?

 

 

_  Le Brésil du Centre-Ouest et du Nord amazonien est peuplé de 25 millions d’habitants. Mais la densité est faible : moins de 5 habitants au km² soit 14,5% des Brésiliens sur 64% du territoire.

 

_ Le peuplement du Brésil s’est effectué à partir du littoral, de plus la mise en valeur des régions de l’intérieur est assez récente et ponctuelle : 

* Après avoir connu le cycle de l’or (XVIII siècle), le Mato Grosso est devenue une région d’élevage extensif, mais voit aussi se développer la culture du soja dans d’immenses exploitations modernes.

* Après la fin du cycle du caoutchouc (invention du caoutchouc synthétique), l’Amazonie a décliné : dans les années 1970, le gouvernement a lancé un « front pionnier » : la forêt recule face au percement des routes transamazoniennes, à l’exploitation minière et au développement agricole (petits terrains donnés aux colons, grands domaines d’élevage extensif).

 

 _ Des parcs naturels et des réserves indiennes tentent de préserver les premiers occupants de cette région, c’est une région intermédiaire en terme de développement (le Mato Grosso est plus riche et plus développé que l’Amazonie).

 

            C Quels problèmes posent la question agraire ?

 

Graphiques 8 page 256 : De profondes inégalités foncières

 

_ La persistance de la faim et de la pauvreté résulte en grande partie d'une répartition très inéquitable des terres. Deux tiers des ruraux Brésiliens soit 20 millions de personnes sont pauvres, ne disposent pas d’eau potable et d’électricité, et sont pour la plupart analphabètes.  

_ Dans les latifundios les modes d'exploitations sont modernes mais extensifs. Ces exploitations sont peu nombreuses mais gèrent l'essentiel du sol et pratiquent l'agriculture commerciale.

_ Au contraire, dans les microfundios les modes d'exploitations sont traditionnels et tournés vers l'agriculture vivrière. Ces exploitations sont très nombreuses mais gèrent peu de sol. Ainsi des familles « sans terre » travaillent comme journaliers ou occupent sauvagement des terres.

 

Affiche 9 page 256 : Mieux répartir les terres : la réforme agraire

 

_ Les tentatives de « réforme agraire » ont échoué et l'on tente de réduire le problème par distribution de terres sur fronts pionniers. Le « Mouvement des Sans-terre » tente d'occuper les terres sous-exploitées pour faire pression sur le président « Lula » da Silva.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article