Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours TL L/ES Géographie : Unité et diversité des Suds(2)

18 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

C. Quelles sont les inégalités  sociales et culturelles ?

 

            1. L'inégal accès à la culture.

 

Texte 2 page 247 : L’éducation de filles, un défi pour le Sud.

 

_ Les femmes sont exclues de l'instruction. En effet sur les 880 millions d’analphabètes dans le monde, 2/3 sont de femmes. Au Niger en 2003 moins de 10% des femmes savent lire et écrire contre 20% des hommes.

 

Quels contrastes existent entre Nord et Sud en matière d’analphabétisme ?

La carte montre la contraste entre le Nord et le Sud au niveau de l’alphabétisation.

 

_ Les pays du Nord sont alphabétisés à plus de 95%. Dans les pays du Sud 115 millions d’enfants ne vont pas à l’école primaire et le travail des enfants persiste. Cela entrave le développement  à venir.

 

Où le taux d’analphabétisme est-il plus élevé ?

_ Le taux d’analphabétisme (p. 360) est très fort en Asie du Sud, au Moyen-Orient et surtout en Afrique subsaharienne où moins d'un adulte sur deux sait lire et écrire.        

 

Taux d’analphabétisme (p. 360) : dans une population, pourcentage de personnes qui n’ont pas appris à lire et à écrire.  

 

En quoi la situation de l’Afrique est-elle préoccupante ? Quelles en sont les causes ?

_ En Afrique le taux d’adultes alphabétisés est particulièrement bas (inférieur à 50% pour au moins 17 pays).

_ Cette situation s’explique car En Afrique 175 nouveau-nés sur mille n’atteignent pas l’âge de 5 ans. Seulement 57% des survivants sont scolarisés, et, parmi ces derniers 27% terminent le cycle élémentaire d’études. Dans l’Etat du Centrafrique, entre 1989 et 2003, cinq années scolaires ont été invalidées en raison de mutineries et de rebellions, mais aussi parce que l’Etat n’arrive plus à faire face à ses obligations. 

 

             2. Le problème du logement est lié à l'explosion urbaine

 

Comparaison photographies 4 page 255 : La pauvreté du Nord-Est et 11 p. 257 : Copropriété fermée à Curitiba.

Schéma 4 page 268 : Sao Paulo, contrastes de richesse

 

Où se localise Sao Paulo ? La situation de Sao Paulo est-elle identique pour les pays du Nord ? Les autres pays du Sud ?

Sao Paulo est une agglomération du Brésil. L’état de l’urbanisation dans ce pays est différent de ce que l’on trouve dans les pays du Nord mais aussi dans les pays du Sud.

 

_ La croissance urbaine est terminée dans les pays du Nord. Ce sont des pays très urbanisés avec 75 à 80 % de citadins. Mais la croissance urbaine reste forte dans les pays du Sud, avec néanmoins des différences entre pays.

* La croissance se ralentit dans les pays les plus développés d'Amérique Latine (Mexique, Brésil, Argentine, Chili), dont les taux d'urbanisation ont presque rejoint ceux des pays du Nord.

* elle est forte en Asie et surtout en Afrique subsaharienne, où on peut parler d'une véritable « explosion urbaine ».

 

Quels problèmes peuvent rencontrer les habitants de Sao Paulo et des villes des PED?

Dans Sao Paulo comme dans d’autres agglomérations du Sud, se posent plusieurs problèmes : 

 

_ Les agglomérations des pays en développement rencontrent des problèmes

* de logement à cause de la forte croissance de sa population. Aussi se développe un habitat « informel » (sur les deux milliards de citadins vivant aujourd'hui dans les pays du Sud, un milliard vivent dans des bidonvilles).

* des problèmes d'équipements et d'infrastructures (routes, transports en commun, approvisionnement en eau et en électricité,…)

* des problèmes d'insalubrité et de pollution.

 

L’opposition entre les quartiers de Sao Paulo est-elle forte ? 

_ De forts contrastes urbains existent dans les agglomérations des PED, entre les quartiers modernes et riches et les quartiers pauvres. Cela pose des problèmes d'emploi et de violence.

 

Décrire le quartier moderne de São Paulo.

_ São Paulo est une immense agglomération (la troisième au monde) avec 18 millions d’habitants. Elle est aussi la principale métropole économique du Brésil.

_ São Paulo est caractérisée par un urbanisme débridé. Elle est en 2003, la 7e ville du monde dans le classement des buildings avec 2 578 gratte-ciel. On y trouve notamment une réplique de l’Empire State Building de New York, « Torre do Banespa » datant de 1947.

 

Comment caractériser le bidonville de São Paulo ? A quoi peut-on le comparer ?

_ São Paulo abrite une favela, c’est-à-dire des bidonvilles brésiliens. Il s'agit de quartiers situés sur des terrains occupés illégalement, le plus souvent insalubres (marécages, pentes raides des collines), et dont les habitations sont construites avec des matériaux de récupération. Les plus connues et les plus étendues se trouvent dans la ville de Rio de Janeiro, qui en compte près de 800 et rassemble 10% de la population urbaine.

_ Les difficultés des favelas sont nombreuses : manque d'infrastructures (égouts par exemple), misère, violence : les gangs de la drogue se font la guerre dans les rues, trafics illégaux de drogue, de fusils d'assaut AK 47...

_ A Rio, les habitants opposent les favelas à l' « asphalte », qui désigne les quartiers aisés ou de classes moyennes. Cependant une majorité de carioca habitant dans les favelas sont des gens « ordinaires » qui n'ont aucune connivence avec les mafias. Beaucoup d'entre eux ont un travail, comme femme de ménage, chauffeur de bus, de taxi, chauffeur pour les transports touristiques... Ce sont des personnes pauvres, et pas uniquement des mafieux, dont les chefs dirigeants habitent pour leur part dans « l'asphalte »...

Favela (p. 335) : initialement ensemble de maisons légères construites illégalement à Rio par des migrants du Nord-Est ; par extension terme brésilien équivalent à bidonvilles.

 

(   

_ L’Afrique ne vit plus dans des cases en paille mais, de plus en plus, dans des cabanes de bidonvilles, des habitations construites avec des matériaux de récupérations (tôles, bidons) et dénuées le plus souvent du raccordement au tout-à-l’égout, à l’eau courante et à l’électricité…

 

Qu’est-ce qui peut expliquer les bidonvilles en Afrique ?

_ Les continents africain et asiatique sont encore ruraux, très agricoles. Ce retard dans l'urbanisation a entraîné un phénomène de « rattrapage ». Cet exode rural est massif car les campagnes sont souvent misérables. Cela croissance anarchique des villes, mal contrôlée par les autorités.

 

_ En 1900 l’Afrique était le continent le moins urbanisé : 3% seulement de la, population pour l’ensemble des pays en développement. Cependant, entre 1950 et 2000, sa croissance urbaine a été de 4,4% - un record mondial, l’Amérique latine ne suivant qu’avec 3,5% et l’Asie avec 3,4% - aboutissant à multiplier par onze le nombre de ses citadins. Ceux-ci, en 2003, sont devenus majoritaires avec 55% de la population, achevant ainsi le rattrapage urbain de l’Afrique par rapport au reste du monde. La transition urbaine est donc, le processus par lequel comme dans les pays développés, la majorité de la population devient urbaine.

 

Transition urbaine : Processus par lequel comme dans les pays développés, la majorité de la population devient urbaine.       )

  

            3. Comment mesurer l'inégalité de développement ?

 

Carte 2 page 245 : Un bien-être encore mal partagé

 

_ Le  PIB/hab évalue la richesse seulement. Aussi deux autres critères ont été créés pour mesurer le développement : l’IDH et l’IPH (indicateur de la pauvreté humaine). L’IPH  évalue le niveau relatif de la pauvreté humaine en % de la population totale.

_ L’IPH indique le nombre d’individus souffrant des manques élémentaires, il est supérieur à 30 % dans 46 pays.

 

PIB (p. 336) : Produit intérieur brut : total des richesses produites sur le territoire national. Dans les pays du Sud, il ignore ce qui a été consommé dans le cadre familial et les biens produits et échangés par des entreprises non déclarées. Il sous-estime donc la production de richesse dans les pays du Sud.

 

 I. D. H. (p. 246) [Indicateur ou Indice de développement humain] : synthétise trois données : le PIB réel par habitant, l’espérance de vie, et le niveau de d’éducation (évalué par le taux d’alphabétisation des adultes et le nombre moyen d’années d’études). Chaque élément est noté entre 0 et 1 ; l’IDH constitue la moyenne des trois.

 

I.P.H. (p. 246) [Indicateur ou Indice de pauvreté humaine] : pour les pays du Sud, l’IPH mesure les déficits élémentaires : faible longévité (risque de décéder avant 40 ans), manque d’éducation de base (pourcentage d’analphabètes), non-accès aux ressources de santé et à l’eau potable, nombre d’enfants de moins de cinq ans victimes de malnutrition. Un indice spécifique (IPH 2) est calculé pour les pays du Nord.

 

Carte 2 page 245 : Un bien-être encore mal partagé

 

La situation est-elle identique entre pays du Nord et du Sud ? Entre pays du Nord ? Entre pays du Sud ?

 

La carte fait ressortir une inégalité entre les pays du Nord plus développés et les pays du Sud moins développés. La carte montre également de grands écarts entre les situations des différents pays du Sud.

 

_ Les écarts de richesse sont importants entre Nord (80% du PIB mondial) et Sud : Le PIB de l’Autriche équivaut au PIB cumulé des 49 PMA. Les contrastes sont forts entre pays du Sud mais aussi entre pays du Sud, mais aussi pays du Nord. 

* Dans les pays industrialisés du Nord : la pauvreté existe et touche un nombre inégal de personnes selon le système de protection sociale (% plus élevé aux Etats-Unis et au Royaume-Uni qu’en Europe de l’Ouest et au Japon ; les pays scandinaves ont un IPH très bas). Les espaces de pauvreté dans les pays du Nord sont qualifiés de Quart Monde.

* Dans les pays en développement : la pauvreté de masse existe toujours : plus d’1,2 milliard de personnes, soit 1 homme sur 5, vit avec moins de 1 dollar par jour, liée notamment au sous-emploi ; l’Amérique du Sud et l’Asie orientale ont une situation plus favorable que l’Asie du Sud et surtout que l’Afrique.

Partager cet article

Commenter cet article