Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours TL L/ES Géographie : Quels sont les contrastes spatiaux de développement au Brésil ? (1)

18 Mai 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

Quels sont les contrastes spatiaux de développement au Brésil ?

 

Introduction

            Le Brésil est un pays d'Amérique Latine qui appartient au Sud économique, c'est à dire à l'ensemble des pays pauvres. Il est néanmoins considéré comme une puissance économique mondiale avec un classement vers le 11ème ou 12ème rang au niveau du PNB.

Le Brésil fait donc partie des géants des Pays en Développement - avec la Chine, le Mexique ou l'Inde - qui s'intègre de plus en plus à la mondialisation.

Problématique : Comment ce pays est-il parvenu à ce stade sans vraiment encore atteindre un développement total ? Comment se manifestent les inégalités à toutes les échelles ?

 

I. Quels sont les facteurs de développement du Brésil ?

 

            A. En quoi le Brésil est-il un des géants du Sud ?

 

Question à partir de représentations de s élèves : Quelles images avez-vous du Brésil ?

 

 _ Le Brésil bénéficie d’une image positive liée à ses performances au foot ou dans des sports comme le tennis et la course automobile (Ayrton Senna). C’est un pays symbole de danse et de la fête avec la célébrité de son carnaval et de la samba. La beauté de ses plages ensoleillées fréquentées par les touristes, le succès de ses feuilletons télévisés (les novelas) contribuent au succès international du Brésil.

_ Mais aussi d’une image négative : celle de 65 millions de pauvres, des favelas, de la violence, des paysans sans-terre, de la déforestation en Amazonie.

 

Carte 2 page 252 : le territoire, immense, est inégalement mis en valeur

 

En quoi le territoire brésilien est-il immense ?

           

            Quelles sont les dimensions du Brésil ?

 

_ Le territoire brésilien est immense avec 8,5 millions de km² (soit 15 fois la France) peuplé par 180 millions d’habitants. Le Brésil est le pays le plus important du continent sud-américain. S’étirant de 4000 km d'ouest en est et 3700 du nord au sud.

           

            Le pays est-il ouvert sur l’étranger ?

 

_ Le Brésil a une très large ouverture maritime (plus de 7400 km de côtes) vers l'océan Atlantique et des frontières communes avec dix Etats

 

            Quelles sont les données naturelles (relief et les climats du pays) ? 

 

_ Le relief  se divise en deux grands ensembles : au nord une vaste plaine drainé par l'Amazone et ses affluents et au sud des plateaux et massifs anciens.

_ Une grande diversité de cultures est permise grâce aux climats chauds mais variés. 

 

            Le pays bénéficie-t-il d’avantages naturels ? Lesquels ?

_ Le Brésil bénéficie des produits industrialisables en grande quantité : c’est le 2e producteur de fer et de phosphates, le 4e de bauxite, le 5e d’étain. Le pays produit aussi de l’argent et de l’or, du cuivre et du nickel, de la potasse, du zinc... Des matières premières permettant d'envisager une base industrielle mais elles sont très souvent localisées à l'intérieur.

_ Le pays dispose pour ses ressources énergétiques de fleuves gigantesques pouvant fournir de l'hydroélectricité. Mais le charbon et le pétrole sont en quantité plus réduite.

 

Carte 1 page 252 : Un peuplement tout en contrastes

 

Quels sont les contrastes dans les densités de la population ?

 

_ La densité moyenne est de 21 hab/km2 mais la répartition sur le territoire est inégale. Les Brésiliens se concentrent sur les littoraux et notamment dans le Sudeste. L'intérieur est délaissé.

_ La population est citadine (80 %) avec de nouveau des contrastes sud/nord. Les mégapoles concentrent population et activités (Sao Paulo : 18 millions, Rio de Janeiro : 11 millions, Belo Horizonte : 4 millions...)

_ La population est mobile comme en témoigne l'exode rural encore vivace ou les migrations vers les fronts pionniers amazoniens. Il existe aussi des phénomènes d’émigration vers les pays voisins, par exemple vers la Guyane française.

 

Le Brésil est-il fortement peuplé ? Pourquoi ?

Oui. Le nombre d’agglomérations de plusieurs millions d’habitants l’indique.

 

_ La population du Brésil est de 180 millions d’habitants.

_ La croissance démographique reste vigoureuse même si le Brésil a entamée la sortie de la transition démographique. En 2002 L’accroissement naturel est de 1.3% /an soit 2.5 millions de Brésiliens chaque année. L’indice de fécondité est de 2,2 enfants par femme. Le taux de natalité de 22 pour mille alors que le taux de mortalité est de 7 pour mille.  La population est donc abondante mais aussi jeune : 28% a moins de 15 ans et 6% plus de 65 ans.

_ Le Brésil offre donc une main d’œuvre abondante, bon marché et un marché de consommation aux fortes potentialités.

 

Quelle est l’origine de la population brésilienne ?

 

_ La population brésilienne est métissée du fait d'une longue histoire coloniale. La majorité de la population  est d'origine européenne (53%). Par exemple 25 millions de Brésiliens sont d’origine italienne.  La population comporte également des métis (37%), des noirs (6%), des amérindiens (1%), et des asiatiques (1%). Par exemple la plus forte communauté japonaise du monde en dehors du japon est présente à Sao Paulo avec plus de 900 000 personnes. Il y a peu de discrimination raciale.

 

La population bénéficie-t-elle du développement du pays ?

 

_ La population se développe avec des progrès dans l'alphabétisation : (80 %) et des revenus qui augmentent (le PNB a doublé en 25 ans : 3700 $/hab. en 1980 et 8000 $/hab. en 2004).

_ Cependant, on parle souvent de « mal-développement » car c’est un développement très inégal : selon les régions, selon l’appartenance ethnique (les Blancs ont des revenus en moyenne deux fois plus élevés que les Noirs et les métis), selon les quartiers des villes.

 

Croquis de synthèse : Population et peuplement au Brésil

 

 

Croquis de synthèse : Population et peuplement au Brésil

 

  

            B. Quelles sont les stratégies de développement du Brésil ?

 

Schémas 3 page 255 : nord-est/Sud-est : deux trajectoires opposées

 

Quels sont les cycles économiques au Brésil et leurs conséquences ?

 

_ Le Brésil a été colonisé par les Portugais à partir du XVI siècle.  L’exploitation de ses richesses naturelles ont permis le développement du pays lors de cycles économiques successifs (canne à sucre, or, caoutchouc, café). Mais ces types d’exploitions ont entraîné une mise en valeur déséquilibrée du territoire.

 

 

_ Jusqu'au début du XXème siècle il s'agit de cycles économiques dans lesquels on a croissance, prospérité puis dépression (par exemple : sucre, café).

_ 1930-1964 : c’est l’époque d’un développement autocentré ou politique de substitution aux importations.

* Les objectifs visés sont : parvenir à l’auto suffisance, à l’indépendance vis à vis des marchés extérieurs, à l’industrialisation avec les produits locaux.

* Les stratégies employées sont : la diversification de l'agriculture, le développement d'industries nationales. L'État joue un rôle important : par la protection des marchés, la création d'entreprises nationales ( Petrobas, Electrobas), le développement des industries légères et lourdes, l’aménagement du territoire en créant la nouvelle capitale Brasilia.

 * Les Résultats sont : croissance de l0% mais le marché intérieur s'essouffle.

_ 1964-1973 : La période est celle du développement d'une économie extravertie : avec une nouvelle industrialisation grâce à l’apport de capitaux étrangers (150 milliards de dollars investi dans le pays depuis 1995), à l’exportation, et au front pionnier pour la mise en valeur du territoire. C'est le « miracle brésilien », mais il prend fin  avec le choc pétrolier de 1973.

_ Les crises financières des années 1980 et 1990 et les politiques d’ajustement du FMI accélèrent la libéralisation et l’ouverture de l’économie. Depuis 1995 150 milliards de dollars ont été investis au Brésil, mais cela renforce sa dépendance vis-à-vis du Nord.

_Actuellement : la libéralisation du commerce a permis l’intégration du Brésil dans le commerce mondial mais il y a essoufflement de la croissance.

 

Développement extraverti : développement réalisé en ouverture sur l’extérieur, c’est-à-dire en réduisant les mesures protectionnistes destinées à s’abriter de la concurrence étrangère, en accueillant les investissements internationaux et en cherchant à accroître les exportations.

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article