Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours TL Histoire : La vie politique en France après 1945 (1)

19 Mars 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

Evolution de la vie politique en France de 1945 à nos jours

 

Introduction : La vie politique française depuis 1945 jusqu’à nos jours se caractérise par la succession de deux régimes politiques : la IV (1945- 1958) et la Ve République (1958 à nos jours). Ces deux Républiques ont façonné diversement la France.

Problématique : Quelles sont les grandes phases de la vie politique depuis 1945 ?

 

I. Quelles sont les réalisations et les échecs de la IV République (1946 – 1958) ?

 

            A. Comment expliquer l’instabilité politique ?

 

                        1. Par qui la Constitution de la IV République est-elle contestée ?

 

SITE CURIOSPHERE Démission du général De Gaulle : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/106834-reportage-la-demission-de-de-gaulle-debut-1946

 

Quel est le contexte politique lors de l’adoption de la constitution de la IV République ?

_ Le Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) est présidé par le général De Gaulle jusqu’à sa démission le 20 janvier 1946. Il est soutenu par un tripartisme (MRP, SFIO, PCF) et entreprend trois travaux importants :

* Etablir une constitution républicaine. Mais l’adoption de la IV République est difficile et nécessité deux constituantes et deux référendums.

* Effectuer une épuration légale pour éviter les risques de règlements de compte ; celle-ci conduit à des sanctions mesurées (peines de mort, dont celles du Maréchal Pétain et de Laval, de prison, de révocations).

* Rénover la vie économique et sociale par des réformes profondes (nationalisations ; création de la sécurité sociale en octobre 1945).

De Gaulle (p. 291) : 1890-1970.

Tripartisme (p. 286) : alliance des trois partis majoritaires à la Libération (SFIO, MRP, PCF) qui s’entendent pour gouverner la France après le départ du général de Gaulle en janvier 1946 et fonder la IV République. Cette alliance disparaît de fait, en 1947, avec le renvoi des ministres communistes.

Référendum (p. 288) : consultation directe des citoyens ayant le droit de vote. Ceux-ci sont appelés à répondre par « oui » ou par « non » à une question se rapportant à un texte de loi où à la ratification d’un traité. Selon l’article 11 de la Constitution de 1958, le référendum est de la seule compétence du président de la République.

 

SITE CURIOSPHERE Discours du général De Gaulle : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/106835-reportage-de-gaulle-et-le-discours-de-bayeux

 

Affiches des partis page 287 : MRP, SFIO, PCF, de 1945

+ Texte 1 page 296 : Le discours de Bayeux du général de Gaulle (16 juin 1946)

Question 2 page 296 : Comment la vision gaullienne des institutions s’oppose-t-elle à la Constitution adoptée en 1946 ? Que veut-il éviter ?

_ Le général de Gaulle prononce un discours à Bayeux le 16 juin 1946 dans lequel il souhaite un pouvoir exécutif fort.

Selon lui, le président de la République ne doit pas être dépendant des partis représentés au Parlement, il ne doit pas être élu par les deux chambres composant le pouvoir législatif, d’où la nécessité d’un collège plus large de grands électeurs.

 

_ Les partis politiques ont des positions variées par rapport à la IV République. La SFIO, les radicaux, le MRP (Mouvement républicain populaire fondé en 1944) acceptent le régime et participent aux gouvernements. 

_ Plusieurs partis  des bords politiques opposés s’opposent au régime :

* Le PCF depuis que les 4 ministres communistes ont démissionnés du gouvernement en mai 1947, mettant fin au tripartisme.

* Le RPF (gaullistes) a été fondé en 1947 par le général De Gaulle et est actif jusqu’en 1953.

* Les Poujadistes expriment le mécontentement des petits patrons et des boutiquiers face au poids fiscal et aux mutations de la société française (ex. création de supermarché). Ils se situent à l’extrême droite.

 

                        2. Pourquoi la IV République crée t-elle une instabilité gouvernementale ?

 

Organigramme 2 page 296 : Les institutions de la IV République

   

 

Dans la Constitution de la IV République, qui détient le pouvoir exécutif ? Le pouvoir législatif ?

_ La Constitution de la IV République est adoptée par référendum en octobre 1946. Les femmes ont le droit de vote depuis 1944.

_ Le pouvoir exécutif est détenu par un président de la République élu par les parlementaires pour 7 ans. Il a des pouvoirs limités. Il nomme le président du conseil qui détient le véritable pouvoir (les deux présidents sont René Coty et Vincent Auriol).

_ Le pouvoir législatif est détenu par deux assemblées :

* Les députés de l’Assemblée nationale sont élus pour 5 ans au suffrage universel direct, au scrutin de liste proportionnel.

* Le conseil de la République n’a qu’une voix consultative (elle donne des avis)

Constitution (p. 376) : texte fondamental qui définit les institutions politiques d’un pays en organisant les différents pouvoirs et en précisant leurs rapports et leurs droits réciproques.

Scrutin proportionnel (p. 294) : mode de scrutin dans lequel les candidats se présentent sur les listes dressées par les partis. Les candidats sont élus selon le pourcentage de voix obtenu par chaque liste.

 

Question 1 page 297 : En analysant les relations entre les éléments de l’organigramme, dites quelle est la nature du régime fondé par la Constitution de 1946. Quels sont ses avantages, ses inconvénients ?

_ La IV République donne la primauté au législatif sur l’exécutif c’est un régime d’assemblée.

Régime d’assemblée (p. 286) : […] régime politique dans lequel une assemblée détient tous les pouvoirs.

 

Caricature 3 page 296 : L’impuissance gouvernementale

Question 3 page 297 : Quel est le problème politique auquel la IV République est confrontée ?

 

_ La IV République est confrontée au problème majeur de l’instabilité gouvernementale. En effet :

* le gouvernement a besoin de deux votes successifs de l’Assemblée pour entrer en fonction (double investiture). Le premier vote investi le président du Conseil, le second la composition de son gouvernement.

* les chefs de partis renversent les gouvernements à la moindre crise.

_ En conséquence l’attente entre deux gouvernements est souvent longue et les ministères fort courts. On compte 23 gouvernements en 14 ans alors que les problèmes de décolonisation exigeraient plus de continuité. Cette instabilité ministérielle discrédite le régime auprès de l’opinion publique malgré la valeur de certains hommes politiques au pouvoir comme Pierre Mendès-France.

Investiture (p. 286) : acte par lequel l’Assemblée nationale confie à un homme politique, par un vote acquis à la majorité absolue, la mission de former le gouvernement.

Mendès-France (p. 289) :

 

 

            B. Quelles sont réussites économiques et les choix politiques de la IV République ? 

 

                        1. Quelles sont les réalisations économiques ?

 

SITE INA : Le commissariat au Plan Monnet (50 s) : http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-economique/video/AFE85001787/le-conseil-du-plan-monnet.fr.html

Graphiques en barre 4 page 297 : Le palmarès économique de la IV République

Question 4 page 297 : Quels sont les indices de la réussite économique de la IV République ?

 

_ L’époque de la IV République est celle du début des Trente Glorieuses. La croissance économique est forte avec, entre 1949 et 1957, une progression de 50 % du PNB. Les défis à relever ont été nombreux :

* LA RECONSTRUCTION :  

La situation économique de la France est désastreuse en 1945 et elle le reste jusqu’en 1950 : la France souffre de pénuries, d’inflation, de manque de main d’œuvre ; le rationnement n’est levé qu’en 1949 ; le SMIG est crée en 1950 puis indexé sur les prix (1952).Le SMIG devient le SMIC en 1970. L’aide du plan Marshall permet à la France de connaître après 1950 une forte expansion.

* L’ECONOMIE DIRIGEE :

- Pour assurer la reconstruction la France procède à des nationalisations sur l’énergie, les transports, les grandes banques et assurances et quelques grandes entreprises industrielles (ex. Renault). L’Etat intervient ainsi directement dans la vie économique.

- Pour les hommes politiques la modernisation de la France passe par la planification. Le 21 décembre 1945 est créé le Commissariat général au Plan confié à Jean Monnet. La planification est indicative, c’est-à-dire qu’elle définit des priorités. En 1947 un premier plan d’équipement et de modernisation est lancé, puis un second en 1952.

SMIC (p. 292) : Salaire minimum interprofessionnel de croissance.

Nationalisation (p. 379) : Transfert à l’Etat de la propriété d’une entreprise privée.

Planification (p. 380) : programmation des réalisations économiques d’un Etat en fonction d’objectifs prédéfinis. On peut distinguer la planification incitative (à la française) qui permet une concertation entre l’Etat, les entrepreneurs et les syndicats, et la planification impérative très dirigiste et rigide, utilisée en URSS et dans les démocraties populaires.

 

Photographie p. 289 Pierre Poujade

* LES TROUBLES SOCIAUX :

- Ils proviennent de l’inflation et de la rapide transformation économique que connaît la France : de grandes grèves de salariés éclatent en 1947 et 1953.

- Les petits artisans et les commerçants sont affectés par le poids des impôts et par la concentration des entreprises. Ils se regroupent dès 1953 dans le mouvement poujadiste. Ce dernier réussit à faire élire plus de 50 députés aux élections législatives de 1956. Cela  provoque la formation d’un front républicain soutenu aussi par le PCF.

 

 

                        2. Quelles sont les orientations politiques de la IV République ?

 

Texte 5 page 297 : Un ancien ministre juge la IV République

Quelles sont les grandes orientations de politique extérieures décidées par la IV République ?

_ La IV République décide de grandes orientations qui déterminent la place de la France dans le monde.

* L’ATLANTISME :

Dans le contexte de la guerre froide entre Américains et Soviétiques la France choisit clairement son camp. Elle accepte l’aide du plan Marshall ce qui lui permet une reconstruction rapide. Elle signe également le traité de l’alliance atlantique (OTAN) en 1949.

* LA CONSTRUCTION EUROPEENNE :

Ce sont des français(J. Monnet, R. Schumann, R. Pleven) qui proposent aux autres pays de l’ouest européen la création d’une communauté du charbon et de l’acier (CECA en 1951), puis d’une communauté européenne de défense (CED en 1952), finalement refusée par la France en 1954. Le pays signe les traités de Rome qui organisent la Communauté économique européenne (CEE) et l’EURATOM en 1957.

* LA DECOLONISATION :

- Dès décembre 1946 La France envoie un corps expéditionnaire en Indochine (face à la révolte du Viet Minh dirigé par Hô Chi Minh). La guerre dure jusqu’en 1954 et la bataille de Dien Bien Phu. Les accords de Genève négociés par le président du conseil Pierre Mendès France accordent l’indépendance à la péninsule indochinoise (indépendance du Laos et du Cambodge, partage du Viet Nam en deux.)

- En 1954 débute la guerre d’Algérie. La « question algérienne » mine la vie politique française. Les gouvernements successifs laissent agir les militaires et couvrent la pratique de la torture. Les Européens d’Algérie refusent une négociation avec le FLN et entrent en rébellion contre le gouvernement en constituent des comités de salut public le 13 mai 1958. La crainte de la guerre civile précipite le ralliement des forces politiques au général de Gaulle qui est investi président du Conseil le 1er juin 1958.

 

 

 

Question 5 page 297 : Quel bilan l’auteur dresse-t-il de l’œuvre de la IV République ? A quelles causes impute-t-il son échec ?

 

Cf. TRANSPARENT

 

Partager cet article

Commenter cet article