Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours TL Histoire : La construction de l'Europe de l'Ouest de 1945 à 1989 (1)

15 Février 2011 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

 

LA CONSTRUCTION DE L’EUROPE DE L’OUEST DE 1945 A 1989

 

« Un jour viendra où les armes vous tomberont des mains à vous aussi ! Un jour viendra où la guerre vous paraîtra aussi absurde et aussi impossible entre Paris et Londres, entre Petersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu'elle serait impossible et paraîtrait absurde aujourd'hui entre Rouen et Amiens, entre Boston et Philadelphie. Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne, absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l'Alsace, toutes nos provinces se sont fondues dans la France. Un jour viendra où il n'y aura plus d'autres champs de bataille que les marchés s'ouvrant au commerce et les esprits s'ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le véritable arbitrage d'un grand sénat souverain qui sera à l'Europe ce que le Parlement est à l'Angleterre, ce que la Diète est à l'Allemagne, ce que l'Assemblée législative est à la France. »

            Victor Hugo, Discours inaugural du congrès de la Paix, Paris, 21 août 1849.

 

Introduction : Victor Hugo espérait dès le XIX siècle la constitution des Etats-Unis d’Europe. Aristide Briand l’a proposé pendant l’entre-deux-guerre. Leur but était la paix entre les peuples européens. 

            Les massacres de la seconde Guerre mondiale et la menace soviétique rendent nécessaire l’association des paix européens pour éviter de nouveaux conflits internes et pour contrer la menace soviétique. 

            Après 1945 en effet, l’Europe est divisée en deux : les pays à l’est de l’Europe rentrent sous domination de l’URSS et deviennent des satellites sans liberté. Les pays à l’ouest du continent s’organisent librement.

 

Problématique :

* Comment des peuples qui se sont déchirés pendant des siècles ont-ils réussi à s’unir autour de valeurs communes ?

* Comment s’est effectuée la construction européenne à l’ouest du continent pour préserver la paix et la liberté ?

 

 (   Annonce du plan : Au départ, simple projet de coopération dans le cadre de la guerre froide, la construction européenne permet vite à l’Europe de l’Ouest de reprendre son indépendance et de se renforcer.  )

 

2 à 3 heures

 

Construction européenne procède de plusieurs facteurs : idéal qui associe rejet des « guerres civiles » européennes et recherche d’un modèle, une réaction à la menace soviétique, une volonté d’utilisation de la puissance de la communauté au service des politiques nationales. Elle se traduit par la mise en place d’une politique d’intégration et de convergence.

 

 

 

Axe d’analyse :

* réconciliation franco-allemande

* Pères fondateurs de l’Europe : Adenauer ; Monnet, Schumann (cf. 2 page 220)

* axe franco-allemand : De Gaulle et Adenauer 4 page 221 (divergences de vue)

* page 226 : coupe franco-allemand

 

I. Comment l’Europe occidentale peut-elle se relever et faire face au bloc soviétique ? (1945-1972)

 

Introduction : La construction européenne procède de plusieurs facteurs : en particulier un idéal qui associe rejet des « guerres civiles » européennes et recherche d’un modèle, ainsi qu’une réaction à la menace soviétique,

 

            A. En quoi l’Europe est-elle un continent divisé et dominé au lendemain de la seconde Guerre mondiale ?

 

Carte 1 page 23 : L’Europe en 1945

En quoi l’Europe est-il un continent divisé et dominé ?

_ Le continent européen est divisé après la seconde Guerre mondiale entre l’URSS dominant les démocraties populaires à l’est du rideau de fer, et les pays de l’ouest sous protection américaine. En effet l’expansion communiste de l’URSS de Staline menace l’Europe de l’ouest.

_ La protection américaine s’exerce, conformément aux décisions prises à la conférence de Yalta (1945), sur l’ouest de l’Europe. L’aide et la protection américaine s’exercent à travers le plan Marshall (1947) et celle de l’OECE (1948), la création de l’OTAN (1949).

* L’OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique) est créée le 16 avril 1948. Cet organisme gère l’aide du plan Marshall (12 milliards de dollars fournis en quatre ans aux seize pays qui l’ont accepté).

* L’OTAN est le traité d’alliance défensive entre les pays des deux rives de l’Atlantique Nord. Tout pays agressé reçoit le soutien des autres.

 

_ La réaction à la menace soviétique conduit à la recherche d’un modèle démocratique unissant les pays européens. Face à l’idéologie communiste le Conseil de l’Europe (création en mai 1949) réaffirme les valeurs démocratiques occidentales.

* Le Congrès de La Haye avait appelé en mai 1948 à la constitution des Etats-Unis d’Europe. (Les 800 délégués de 19 pays, sous l’initiative de Winston Churchill, se sont déclarés favorables à ce projet.)

* Le Conseil de l’Europe comporte 10 puis rapidement 21 membres (tous les pays d’Europe occidentale). Son rôle est de défendre la démocratie et de promouvoir la coopération dans les domaines de la culture et de la justice. Pour cela le Conseil de l’Europe bénéficie de plusieurs institutions : une Assemblée consultative siégeant à Strasbourg, et un conseil des ministres représentant les gouvernements.

 

 

 

_ La réconciliation franco-allemande est un des moteurs de la construction européenne, par la volonté d’éviter de nouvelles guerres.

  

            B. Quelles sont les origines de la construction européenne ?

 

                        1. Quel est le rôle de la CECA dans le rapprochement franco-allemand ?

 

Texte page 214 : La déclaration Schuman, fondation de la CECA (1950)

Question 2 page 214 : Quel est le but premier de la CECA ? Comment y parvenir ? Pourquoi peut-on qualifier la méthode choisie de pragmatique ? En quoi ce texte est-il marqué par le contexte de guerre froide ?

Le document reprend ce que l’on peut considérer comme le texte fondateur de la construction européenne. L’initiative de créer la Communauté européenne du charbon et de l’acier revient à la France (Robert Schuman et Jean Monnet).

* Très clairement, l’objectif de la CECA est le maintien de la paix.

* Il s’agit en plaçant sous une autorité supranationale les productions de charbon et d’acier de rendre impossible toute guerre future entre la France et l’Allemagne en créant une « solidarité de production ».

* L’objectif est ambitieux et global mais la mise en œuvre est pratique. Il s’agit de ne pas brusquer les nations en évoquant des « Etats-Unis d’Europe » à la manière de Briand en 1929, il s’agit au contraire de se cantonner à un domaine limité mais décisif. On voit dans cette approche la touche personnelle de Jean Monnet (Commissaire au plan) qui est persuadé que seules des solidarités de fait peuvent permettre de bâtir l’Europe, non des approches théoriques.

* Pour ne pas braquer l’URSS, hostile à tout ce qui s’apparente à un rattachement de l’Allemagne à l’Ouest. Schuman indique que la production commune sera offerte « à l’ensemble du monde sans distinction ».

 

         LIEN VIDEO : Les pères de l'Europe : Jean Monnet : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/42-citoyennete/104359-reportage-les-peres-de-leurope-jean-monnet

 

_ Dès le 9 mai 1950 deux pères fondateurs de l’Europe Jean Monnet et Robert Schuman proposent à la France et à l’Allemagne de mettre en commun la production de charbon et d’acier, nécessaire à la reconstruction et à l’industrie de guerre.

_ La CECA désigne la Communauté européenne du charbon et de l’acier. Elle est fondée le 18 avril 1951 par le traité de Paris avec les trois pays du Benelux, la France, la RFA et l’Italie. 

_ Le but de tels accords est de promouvoir la paix entre pays européens en favorisant le rapprochement des pays d’Europe occidentale sur des bases économiques.

_ La CECA est condamnée par l’URSS est en proie à l’hostilité de la Grande-Bretagne.

Jean MONNET (p. 207)

Robert SCHUMAN (p. 207)

 

Affiche 3 page 215 : Affiche française en faveur de la CED (1951-1954)

Question 3 page 215 : Décrivez et analysez le document. Pourquoi le parallélisme suggéré peut-il être choquant pour la population française ?

* Le document est une affiche sur fond rouge sang qui montre les croix allemandes et françaises des soldats morts à la guerre (trois guerres franco-allemandes sont évoquées avec trois dates : 1870-1871, 1914-1918, 1939-1945). On voit les civils malheureux de chaque camp : femmes et enfant.

* Le parallélisme opéré entre les souffrances des civils des deux camps peut choquer l’opinion française car les Allemands sont tenus responsables des conflits et ont montré de la cruauté envers les civils dans l’occupation des territoires français.

 

_ Le projet de rapprochement des nations européennes autour d’une coopération militaire échoue avec le rejet par les Français de la CED (Communauté Européenne de Défense). La France est à l’origine en 1952 d’un traité prévoyant la création d’une armée européenne. Mais le 30 août 1954 l’Assemblée nationale française rejette ce traité.   

                       

                        2. Quels sont les buts de la CEE ?

 

Texte 4 page 215 : Résolution de la Conférence européenne de Messine (1955)

Question 4 page 215 : Quels sont les objectifs à long terme de la création d’un Marché commun ? Pourquoi est-ce un prolongement logique du choix fait en 1950 avec la CECA ?

            Il faut souligner ici que la conférence de Messine fait suite à l’échec de la CED. On voit clairement que les Européens font alors un retour vers l’Europe économique, seule capable d’être réalisée en l’état actuel des opinions. On trouve dans ce texte, comme pour la CECA, l’idée que la construction européenne doit aboutir à une amélioration du niveau de vie de la population. Il ne s’agit plus seulement du charbon et de l’acier mais de la « fusion progressive des économies nationales ». L’objectif ambitieux est de relever l’Europe et de lui rendre « son influence et son rayonnement ». Il faut rappeler qu’à cette époque, les Etats-Unis soutiennent ardemment toutes ces initiatives. En 1957, le traité de Rome (création de la Communauté économique européenne) est l’aboutissement des négociations ouvertes après la conférence de Messine.

 

_ En juin 1955 la conférence de Messine réunit les ministres des affaires étrangères des six pays de la CECA. Sous l’impulsion de Jean Monnet est crée un Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe. Après l’échec de la CED la Conférence de Messine opère un retour vers l’Europe économique. Le but est de parvenir par la construction européenne à l’amélioration du niveau de vie de la population.

_ Les pères de l’Europe sont les Français Jean Monnet et Robert Schuman, l’Allemand Konrad Adenauer ou le Belge P. H. Spaak.

 

  LIEN VIDEO : Les couples franco-allemand : http://www.curiosphere.tv/video-documentaire/25-histoire-geoetcivilisations/104361-reportage-les-couples-franco-allemands-peres-de-leurope

 

 

Konrad Adenauer (1876-1967) :

Un des « père fondateurs » de la construction européenne.

1916-1933 : Maire de Cologne

1933 : Opposant au nazisme, il est chassé de sa mairie

1945-1949 : Fonde la Parti chrétien-démocrate à la politique extérieure résolument européenne et pacifiste.

1949-1963 : Chancelier de la RFA, il s’efforce de restaurer l’économie de son pays et de l’intégrer dans l’Europe de l’Ouest.

 

 

Texte page 230 : Préambule du traité de Rome, 25 mars 1957

Questions 1 à 5 page 230

1. Présentez le document

            Ce document est un texte officiel. Il s’agit du préambule au traité de Rome instituant une Communauté économique européenne (CEE), on peut rappeler qu’un second traité a été signé à Rome qui institue Euratom (marché commun nucléaire). Ce document est signé par six pays fondateurs : Belgique, Pays-Bas, France, RFA, Italie et Luxembourg. Cette signature est le fruit de la crise provoquée par l’échec de la CED en 1954 qui rend nécessaire une relance européenne. Trois hommes s’y attachent : Jean Monnet, Jean Beyen (ministre des affaires étrangères néerlandais), P. H. Spaak (président belge de l’assemblée de la CECA).

            Le traité de Rome est aussi le fruit du rapprochement franco-allemand (arrivée au pouvoir de l’Européen convaincu Guy Mollet, règlement de la question sarroise) et du contexte international marqué par la décolonisation qui débute, par l’échec de Suez qui fait prendre conscience aux Français de leur impuissance désormais face aux Etats-Unis et à l’URSS et par les événements de Budapest qui ravivent l’anticommunisme dont on sait qu’il est un puissant facteur de la construction européenne.

 

2. Quels sont les buts essentiels assignés à la CEE ?

On peut distinguer deux types d’objectifs : économique et social, politique et diplomatique. D’abord, la CEE a pour vocation d’assurer « le progrès économique et social » et « l’amélioration constante des conditions de vie et d’emploi ». Il faut rappeler que cet objectif est une des raisons d’être originelles de la construction européenne. Ensuite, il s’agit bien de stabiliser l’Europe et de sauvegarder « la paix et la liberté ». Il faut replacer cette phrase dans le contexte international et souligner la permanence de l’idée selon laquelle la prospérité garantit la liberté politique (cf. plan Marshall). Nous retrouvons donc bien dans ce texte les motivations premières de la construction européenne qui trouvent leur source dans le libéralisme, le christianisme social et le socialisme démocratique. On peut d’ailleurs rappeler que les « pères » de la CEE (les auteurs du mémorandum qui a servi de base à la conférence de Messine) sont issus tous les trois de ces courants politiques : Beyen (libéral), Bech (démocrate-chrétien) et Spaak (socialiste).

 

3. Comment y parvenir ?

            Il faut « renforcer l’unité [des] économies ».Pour ce faire, la libre circulation des produits doit être encouragée ce qui implique : « la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux », c’est-à-dire l’abaissement des tarifs douaniers et de toutes les entraves au commerce (protection non tarifaire) afin de constituer un vaste marché commun. Une période de transition de 12-15 ans est prévue par ailleurs pour réaliser cet objectif. En outre, ce vaste marché commun doit posséder un tarif extérieur commun (« politique commerciale commune »).

            Le deuxième moyen est l’élaboration de politiques économiques communes. Le texte parle d’une « action concertée pour garantir la stabilité dans l’expansion ». Il faut souligner que c’est à l’initiative de la France (G. Mollet) que ce type de préoccupation est introduit. Les Français ne veulent pas entendre parler de marché commun si ce n’est fait pour harmoniser et égaliser les conditions de la concurrence.

 

4. Expliquez l’attention portée aux pays d’outre-mer.

Les « pays d’outre-mer » dont il est question, ce sont les territoires sous administration française et belge en Afrique pour l’essentiel. La France a particulièrement pesé pour les inclure dans l’accord. En effet, en 1957, le problème colonial est encore largement appréhendé en terme de puissance. L’idée est donc d’intégrer les pays d’outre-mer pour éviter une rupture induite par le tarif douanier commun européen. En outre, l’objectif étant « d’assurer le développement de leur prospérité, la France voit l’occasion de partager avec ses partenaires les investissements coloniaux. Cette association des territoires d’outre-mer est décidée pour une période d’essai de cinq ans. Nous pouvons indiquer que ces exigences françaises ont pesé lourdement dans la dernière phase du débat contribuant à replacer la France au centre de la négociation alors qu’elle était disqualifiée depuis l’échec de la CED.

 

5. En quoi ce texte est-il fondateur ?

Le texte est fondateur car il institue une nouvelle communauté. Mais surtout, il est une étape majeure. Il survient après l’échec de la CED et montre que la volonté européenne existe bel et bien : « déterminés à établir les fondements d’une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens ». En outre, le texte est aussi un appel à un futur élargissement : «appelant les autres peuples de l’Europe qui partagent leur idéal à s’associer à leur effort ». Il faut rappeler que le Royaume-Uni a tenté de contrer la mise en place de la CEE en proposant une Zone de libre-échange (ZLE ou AELE).  

 

_ Le traité de Rome permet de relancer la construction européenne après l’échec de la CED. Le 25 mars 1957 est signé le traité de Rome fondant la Communauté économique européenne (CEE) entre six pays : la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, la France et l’Allemagne, l’Italie.

_ Dans le même temps la CECA est poursuivie, et l’Euratom (coopération sur le nucléaire civil) est crée.

_ Le Royaume-Uni est hostile à ce processus et crée l’AELE (Association Européenne de libre-échange)

 

Partager cet article

Commenter cet article