Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Terminale STG : Centres d'impulsion mondiaux et inégalités de développement (2)

22 Octobre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

C. Quel est le rôle d’une «ville mondiale » (échelle locale) ?

 

Graphiques 3 page 189 : La concentration de la richesse dans la Triade en 2000

(Comparaison du Produit urbain brut (PUB) de quelques métropoles et de la fortune de chefs d’entreprises du Nord, avec de PIB des pays du Sud.).

+ Carte 1 page 190 : Les activités boursières dans le monde en 2004

En quoi les villes mondiales exercent-elles une influence internationale ? En quoi jouent-elles le rôle de centre actif de la mondialisation ?

_ Les villes mondiales désignent les grandes métropoles, centres de commandement de l’économie mondiale. Leur richesse et leur influence économique sont considérables. Par exemple,  le produit urbain brut de New York en 2000 est supérieur à 800 milliards de dollars, alors que le PIB du Brésil est de 600 milliards de dollars.

_ Les villes mondiales abritent les grandes places boursières, les sièges des firmes transnationales, des activités de haute technologie et de recherche.... Cette métropolisation leur donne un rôle déterminant sur les marchés financiers, dans la création de nouveaux produits et la diffusion de l’information.

METROPOLE : (p. 269) ville ayant un pouvoir de commandement, parce qu’elle concentre des fonctions stratégiques (secteur financier, activités de pointe, services aux entreprises…), des fonctions politiques et décisionnelles. La métropole attire et rayonne.

Métropolisation (p. 191) : concentration  des hommes et des activités économiques dans les villes exerçant un rayonnement international.

(

_ Londres est une ville mondiale : c’est une grande place financière avec la City, ainsi qu’une ville cosmopolite. C’est un nœud de communication par la plate-forme aéroportuaire internationale de Heathrow et Gatwick.                  

)

 

 

TP New York : q 1, 2, 5 page 193.

 

Texte 1 page 193 : New York, au cœur de la Mégalopolis

Question 1 : Quelle est l’Question 1 : Quelle est l’importance de New York au sein de la Mégalopolis et dans le monde ?

_ Avec 20 millions d’habitants la « ville mondiale » de New York a un rôle majeur au sein de la Mégalopolis et dans le monde par :

* ses fonctions économiques, financières de niveau mondial (Wall Street est la première bourse mondiale) regroupées dans le quartier central des affaires : le CBD de Manhattan ;

*  ses commerces de luxe (LVMH a ouvert en 1999 la plus grande parfumerie du monde) ;

* ses fonctions culturelles avec le Musée d’art moderne (deux millions d'œuvres, 4,5 millions de visiteurs annuels[]), son secteur culturel (presse, télévision), sa Silicon Alley, technopole concentrant les entreprises spécialisées dans le multimédia, le quartier de Broadway où se jouent pièces de théâtre et comédies musicales ;

* le siège de grandes institutions internationales (ONU, UNICEF) et de FTN (American Express, Time Warner…)

CBD : (Central Business District) : quartier central des affaires (ou hypercentre) caractérisé par ses immeubles de bureaux.

 

Tableau 2 page 192 : Les New Yorkais

Question 2 page 193 : Mettre en évidence le cosmopolitisme de la ville.

_ New York est l’une des villes les plus cosmopolites du monde : en 2005 36% des New-Yorkais sont nés à l’étranger, 47% utilisent une autre langue que l’anglais au domicile, près de 170 langues différentes sont pratiquées dans la ville.

 

Carte 3 page 192 : Les activités et infrastructures de New York

Photographie 4 page 193 : le mur Nasdaq (à Times square, Manhattan)

Carte 5 page 193 : le réseau de l’agence Dow Jones en 2005

Question 5 page 193 : Montrer que New York est une interface entre les Etats-Unis et le monde.

_ New York est un grand centre d’impulsion au niveau mondial. La métropole joue un rôle d’interface grâce :

* à ses réseaux de communication qui relient la métropole à l’espace mondial. New York est ainsi le premier port de la façade atlantique, dispose d’aéroports internationaux comme le hub de JFK (41 millions de passagers en 2005), d’héliport à Manhattan, de plates-formes multimodales.

* à ses infrastructures de télécommunications comme le téléport de Staten Island, ses agences de presse (agence Dow Jones pour les informations financières).

* ses bourses et FTN d’importance mondiale…

INTERFACE (p. 268) : zone de contact entre deux espaces distincts. Une interface ouverte permet des relations et des échanges de toute nature.

Plate-forme multimodale : lieux d’interconnexion des différents modes de transport (route, rail, voie navigable) des marchandises.

Téléport : centre terrestre de réception de données et d’informations fournies par satellite, transmises ensuite par câble continental. 

 

 

II. Quelles sont les nouvelles puissances économiques ?

 

Dans quelle mesure l’émergence de nouveaux géants économiques modifie-t-elle l’organisation du monde ?

 

            A. Quels sont les facteurs qui permettent l’émergence de nouvelles puissances économiques ?

 

Graphique 5 page 195 : Le coût de la main d’oeuvre

Question 2 page 195 : Comparer le coût du travail en Inde et en Allemagne. Quelle est la limite d’une telle comparaison ?

_ Plusieurs facteurs expliquent l’apparition de nouvelles puissances économiques. La croissance économique des pays émergents s’explique par l’attractivité de leur main d’œuvre très bon marché. En effet, en Inde le coût du travail horaire est de 0,67 dollar alors qu’en Allemagne il est de 27,5 dollars ! Cela favorise les IDE, les délocalisations d’usine et les implantations d‘usines dans les pays à faibles coûts salariaux.

_ Cependant, la comparaison est limitée car la qualification de la main-d’œuvre n’est pas indiquée. Cependant, l’Inde et la Chine deviennent des puissances économiques à cause de la taille de leur population ainsi que par le grand nombre d’ingénieurs, informaticiens… formés dans ces pays : La ville de Bangalore est un haut lieu de la recherche scientifique avec 150 000 ingénieurs.

PUISSANCE (p. 270) : pays dominant, principalement sur le plan économique, grâce à son niveau de développement et à sa taille.

 

Photographie 3 page 194 : Le Brésil est le second pays exportateur de produits agricoles.

Tableau 4 page 194 : L’Inde, des groupes privés ambitieux

Tableau classement 2 page 196 : Classement des 15 premiers producteurs mondiaux des voitures particulières en 1974 et 2004

Question 3 page 195 : Quels sont les signes économiques de l’émergence des nouvelles puissances ?

_ Les pays émergents connaissent une forte croissance économique visible dans plusieurs domaines :

* un important développement agricole fondé sur une agriculture modernisée comme le géant agricole brésilien qui occupe pour les exportations la première place pour le café, la canne à sucre et les agrumes, la 2e pour le soja.  Mais c’est aussi un pays industrialisé puisque 80% de ses exportations sont des produits industriels.

* Les FTN des pays émergents connaissent également une forte croissance en nombre de salariés, en chiffre d’affaires… Le groupe Tata en Inde en est un exemple, mais aussi des pôles informatiques comme Bangalore. En conséquence l’économie indienne a en 2006 un taux de croissance de 8%.

 

Tableau 2 page 194 : Cinq puissances du Sud en 2005

Tableau 2 page 188 : La Triade en chiffres en 2005

Question 6 page 195 : Quelles sont les faiblesses des puissances émergentes ?

_ Les puissances émergentes ont plusieurs facteurs de faiblesses :

* Leur IDH est faible. En 2005 le Mexique est au 53e rang mondial, l’Inde au 127e alors que les Etats-Unis sont au 10e rang, le Japon au 11e rang.

* Leur part dans les exportations mondiales de marchandises (en %) est également faible : 1% pour l’Inde, 2% pour le Mexique malgré les Maquiladoras, alors que les Etats-Unis réalisent 9% de ce commerce, l’Union européenne 39,5%.

* Et surtout le nombre de FTN des pays émergents parmi les 100 premières mondiales est réduit ou inexistant (2 en Chine, 53 dans l’Union européenne).

 

Graphiques en barre 3 et 4 page 189 : Des firmes transnationales aussi riches que des Etats.

_ Or, des FTN sont parfois plus puissantes que certains Etats du Sud : Bill Gates est aussi fortuné que le PIB du Maroc ; British Petroleum est plus riche que toute l’Afrique subsaharienne (sans l’Afrique du Sud).

         

 

        B. Quelle est la nouvelle hiérarchie des puissances ?

 

Texte 1 page 194 : La Chine, l’Inde et les autres

Question 1 page 195 : Quelles sont, selon le texte, les nouvelles puissances économiques ? (+ connaissances)

_ La montée des puissances émergentes remet en cause la domination  économique des pays du Nord. Une nouvelle hiérarchie des puissances se met en place. On peut distinguer plusieurs groupes :

* Les Etats-Unis reste la seule hyperpuissance du monde. En effet ils disposent du hard power (moyens économiques et militaires) et du soft power (pouvoir d’attraction).

* Les puissances moyennes européennes cherchent à s’associer au sein de l’Union européenne pour conserver leur statut de puissance face au géant américain. La France et le Royaume-Uni sont au niveau économique des pays industrialisés et développés ; au niveau diplomatique ils sont membres du Conseil de sécurité de l’ONU, et également des puissances nucléaires. L’Allemagne est une puissance économique qui absorbe progressivement les effets politiques et économiques de la réunification.

* Le Japon a connu une forte croissance de 1945 à 1990, mais les années 1990 sont celles de difficultés économiques et de la montée de concurrent comme la Chine.

* La Russie se remet difficilement de l’implosion de l’URSS. Cependant, c’est une puissance nucléaire majeure et elle dispose d’abondantes ressources en hydrocarbures.

* L’Inde le « bureau du monde » et la Chine « l’usine du monde » sont des pays émergents et des puissances régionales en fort développement. Le Brésil (188 millions d’habitants) devient la « ferme du monde », mais c’est un pays très inégalitaire au niveau social, mais aussi entre ses régions.

En Chine, Inde et Brésil, les 10% les plus riches concentrent plus de 45% du revenu national alors que les 50% les plus pauvres vivent avec moins de 20% de celui-ci.

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article