Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Terminale L/ES : De la société industrielle à la société de consommation (2)

22 Octobre 2010 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale

 

b) Quel est le rôle des entreprises et des innovations technologiques dans la croissance ?

 

Photographie bas de page 45 : Chaîne de montage de la Renault 4 CV

Quelles techniques permettent d’accroître la production ?

* La fabrication à la chaîne avec le taylorisme (chronométrage des tâches) permet un accroissement de la production.

* Les entreprises pratiquent aussi le fordisme (hausse des salaires) pour stimuler la croissance et font des efforts dans l’innovation et la publicité.

 

 Quelles sont les conséquences de ces techniques ?

Augmentation de la production : diminution du coût de fabrication : diminution du prix de vente : augmentation des ventes : croissance économique généralisée…

 

_ Les entreprises jouent un rôle important dans la transformation du cadre économique. Elles introduisent ou généralisent des techniques permettant d’accroître la production comme le taylorisme puis le fordisme. Le chronométrage et la séparation des tâches, la chaîne de montage, la hausse des salaires permettent l’augmentation de la productivité, de faire baisser les prix des produits fabriqués, mais aussi en augmentant le pouvoir d’achat par la hausse des salaires. 

 

Taylorisme (page 382) : organisation du travail et de la production conçue par l’ingénieur américain F. W. Taylor (1856-1915) pour lutter contre « la flânerie systématique », selon lui, des ouvriers. Le taylorisme sépare les tâches de conception, confiées aux ingénieurs et les tâches d’exécution, parcellisées, réduites à un nombre de gestes élémentaires effectués par des ouvriers sans qualification.

 

Fordisme (p. 378) : organisation du travail mise en place par Henry Ford (1863- 1947) dans ses usines automobiles de Détroit. Prolongeant l’œuvre de Taylor, Ford innove en créant « le travail à la chaîne » dès 1913 et en menant une politique de hauts salaires pour que ses ouvriers puissent acheter ses voitures. Ce modèle se généralise après la seconde guerre mondiale et apparaît comme la cause essentielle de la croissance dans les pays développés à économie de marché.

 

Productivité (p. 42) : rapport entre la production d’une entreprise, d’une industrie ou de l’économie nationale au cours d’une période donnée et la quantité de facteurs utilisée pour l’obtenir (travail et capital). La productivité du travail d’une entreprise automobile peut-être mesurée par le rapport entre le nombre de voitures produites et le nombre d’heures de main-d’œuvre consacrées à cette production. En France, on estime qu’une heure de travail est aujourd’hui 28 fois plus productive qu’en 1850.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                        3) Comment la croissance économique se manifeste-t-elle ?

 

                                   a) Quel est le taux de croissance économique ?

 

Tableaux 1 page 50 : Une croissance sans précédent

Tableau b : taux de croissance moyen annuel du PIB mondial

Quelle est la période de forte progression du PIB ?

La période de forte progression du PIB est celle de 1950-1973, qualifiée de 30 Glorieuses, avec une croissance de presque 5 % (4,91%).

 

En quoi cette performance est-elle différente de toutes les autres ?

Cette performance se différencie par un écart très important d’au moins 3 % par rapport aux périodes antérieures et de 2 % par rapport aux périodes ultérieures. 

 

_ La croissance économique des Trente Glorieuses se différencie des autres périodes par un taux de croissance très fort de 5%. Cette croissance est régulière et mondiale : les pays du Tiers monde ont une croissance forte de 2,8%.

* Dans les pays du Nord c’est l’époque du plein emploi pour les secteurs industriel et tertiaire.

* les pays du Sud réussissent à absorber une forte augmentation démographique grâce à leur croissance économique.

* Les pays industriels d’économie socialiste entrent plus tardivement dans la logique de consommation.

 

_ Les écarts entre les pays riches et les pays pauvres se réduisent. En 1950 le PIB par habitant des Etats-Unis étaient 15 fois supérieur à celui des pays d’Asie (hors japon). Il n’est plus que de 13,5 en 1973.

 

 

                        b) Quels objets apparaissent pendant les Trente Glorieuses ?

 

Photographie 5 page 51 : la cuisine équipée, symbole de confort et de modernité.

Quels sont les nouveaux objets utilisés liés à l’augmentation du niveau de vie ?         

La cuisinière utilise une casserole, des plaques électriques, un four électrique…          

 

_ Les « Trente Glorieuses » sont une époque d’élévation du niveau de vie. La société de consommation est symbolisée par l’introduction de quatre nouveaux produits : le réfrigérateur, le lave-linge, le téléviseur et l’automobile…

 

Société de consommation (p. 382) : expression apparue dans les années 1960 pour désigner les nouvelles manières de vivre des classes moyennes et l’abondance des produits proposées aux consommateurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            B. Quels sont les mécanismes de la crise économique et les limites de la croissance ?

 

Répartir la classe en 3 rangées travaillant chacune sur l’une des courbes : 1) description, 2) explication 3) conséquences.

Graphiques 1 page 52 : Une croissance ralentie

Question 1 page 53 : Décrivez l’allure générale de ces courbes. Quelles évolutions dessinent-elles ?

 

* Courbe a : Jusqu’en 1973, le prix du baril de pétrole reste bas et stable ; puis, suite aux chocs pétroliers de 1973 et 1979, les prix augmentent et, surtout, perdent la régularité d’antan. Ceci entraîne, dans les économies occidentales, une augmentation des coûts de production, ce qui est un handicap pour la croissance. De plus un climat d’incertitude frappe désormais ces économies qui sont fragilisées.

 

_ Le pétrole a remplacé le charbon et dans une certaine mesure l’électricité comme énergie de base de l’économie. Les prix de cette matière première sont d’abord bas et stables. Les chocs pétroliers de 1973 (le prix du pétrole est multiplié par 4 en 1973) et surtout 1979 (révolution iranienne) augmentent très fortement et brutalement les prix du pétrole. Cela provoque l’augmentation des coûts de production et la fragilisation des économies occidentales : désordre monétaires, montée du chômage.

 

* Courbe b : La valeur ajoutée est la richesse créée par une entreprise, un secteur institutionnel ou une branche au cours d’une période donnée. La part de profit dans la valeur ajoutée diminue jusqu'au début des années 1980, puis augmente ensuite. Cette évolution est l’inverse de celle que connaît le poids des salaires. Les entreprises s’enrichissent donc quand la part des salaires dans la valeur ajoutée diminue.

 

_ Les profits des entreprises diminuent jusque dans les années 1980. Par la suite les entreprises s’enrichissent quand la part des salaires dans la valeur ajoutée diminue.

Valeur ajoutée : Richesse créée par une entreprise, un secteur institutionnel ou une branche au cours d’une période donnée.

 

* Courbe c : L’évolution indicielle des productions françaises et américaines gagne à être représentée par un graphique. Ce dernier révèle la relative stabilité de la hausse de la production française, tandis que la production américaine stagne à partir de 1975. Le trend(mouvement de longue durée) permet donc pour la France de relativiser l’ampleur de la dépression, même s’il est vrai qu’à partir du début des années 1970 la production industrielle augmente à des rythmes plus lents qu’auparavant. Le début des années 1980 est même marqué par une période de recul. Entre 1981 et 1993, les Etats-Unis sont confrontés à une baisse de leur production industrielle, qui révèle un certain marasme de l’économie. 

 

_ La situation économique sur la longue durée (Trend de 1950 à 2000) montre la persistance de la croissance dans les pays développés. Cependant, les situations sont variables entre les pays. La production industrielle française est stable, même si elle est ralentie après 1970,  alors que les Etats-Unis connaissent une période de stagnation de la production industrielle, et même de recul entre 1981 et 1993. Cette situation économique caractérisée par le chômage et la dépression économique est celle de la croissance dépressive. 

Trend : mouvement de longue durée.

Crise/dépression (p. 46) : point de retournement de la conjoncture, la crise est un événement ponctuel, d’intensité variable, qui se traduit par le ralentissement de l’activité et la montée du chômage. La dépression, au contraire est un phénomène de longue durée qui suit la crise et reflète la stagnation économique. Elle prend fin lorsque se dessinent la reprise de l’investissement et le redressement de l’emploi.

 

Partager cet article

Commenter cet article