Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire Tle STMG : Décolonisation et construction de nouveaux Etats 2/3

12 Octobre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours Terminale STMG

 

 

 

II. Quels sont les nouveaux défis des Etats indépendants ?

 

A. Comment gérer les héritages de la colonisation ?

 

1. Quelles relations établir avec l’ancienne puissance coloniale ?

 

Photographie 3 page 67 : le 13e sommet franco-africain, à Lomé, en novembre 1986.

Question 4 page 67 : Quels intérêts la France et les anciennes colonies devenues des Etats indépendants ont-elles à conserver des liens étroits ?

Les liens permettent une aide au développement pour les pays pauvres et un maintien de l’influence française en Afrique par ces liens culturels et politiques.

_ L’héritage colonial prend plusieurs formes pour les anciennes colonies :

* une influence culturelle à travers la francophonie.

* des liens économiques à travers la coopération et la françafrique.

* des accords de solidarité comme la Convention de Lomé entre Union européenne et pays de l’ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) signée en 1975, ou encore le Commonwealth.

* des liens migratoires à travers les Européens expatriés (« Pieds noirs ») et les émigrés.

Francophonie (p. 64) : ensemble des pays et régions du monde où l’on parle le français comme langue maternelle ou langue de culture. La francophonie est aussi la communauté des pays francophones.

Françafrique (p. 66) : néologisme employé par Houphouët-Boigny pour désigner les liens et l’imbrication des intérêts entre la France et certains Etats africains.

 

 

                        2. Quels problèmes sont liés aux frontières issues de la décolonisation ?

 

Carte 1 page 65 : Les peuples de la Côte d’Ivoire et des Etats voisins

Question1 page 65 : Pourquoi le peuplement de la Côte d’Ivoire est-il complexe, à l’intérieur du pays et à ses frontières ?

_ Le peuplement de la Côte d’Ivoire est composé de quatre grands groupes linguistiques. Aucun de ces groupes ne forment la majorité de la population (Nigéro-congolais (42%), Mandé (27%), Voltaïque (16%), Krou (15%) ). De plus chaque groupe linguistique se divise en plusieurs langues (Senoufu et Lobi pour le groupe voltaïque par exemple). Cela conduit à l’existence de plusieurs langues officielles : français, mais aussi Bete, Baoulé et Dioula.

_ La diversité ethnique pose les problèmes dans le pays de la communication entre groupes alors que les langues officielles sont nombreuses. De plus, les liens peuvent être forts avec les membres de la même communauté linguistique présents dans un pays voisin. Cela pose les questions du sentiment d’appartenance à un pays, du séparatisme d’une ethnie par rapport au pays.

_ La décolonisation donne naissance à de nombreux nouveaux pays. Mais les frontières des nouveaux Etats ont été tracées par les colonisateurs. Elles posent problèmes car elles peuvent séparer une même ethnie entre plusieurs pays.

Ethnie (p. 64) : Le terme désigne un peuple et ses caractéristiques culturelles (langue, religion, traditions). Comme toute société humaine, l’ethnie évolue au contact d’autres peuples, en fonction des changements historiques.

 

 

Les frontières héritées de la colonisation sont-elles remises en causes ?

_ Pour éviter des conflits les Etats issus de la décolonisation ont décidés de ne pas modifier les frontières héritées de la colonisation. L’Organisation de l’Unité africaine, créé en 1963 a déclaré les frontières intangibles. 

_ Plusieurs pays ont remis en cause les frontières. Cela a causé des conflits (comme entre le Maroc et l’Algérie en 1963-1964).

*  En Afrique des guerres civiles ont donné naissance à de nouveaux pays : l’Erythrée s’est séparée de l’Ethiopie en 1993 après 30 ans de guerre, le Soudan du sud a fait sécession du Soudan.

* En Asie des guerres ont éclaté entre l’Inde et le Pakistan pour la possession du Cachemire, mais aussi entre le Pakistan occidental et oriental. Cette guerre a abouti à la création du Bangladesh.

 

 

 

 

 

 

B. Comment construire un nouveau régime politique ?

 

Photographie 3 page 65 : Devant un bureau de vote à Manille (Philippines), novembre 1971

Question 3 page 65 : Quelles pratiques de la démocratie relevez-vous ? Quelles en sont les limites ?

Les Philippins exercent leur droit de vote, indispensable pour une vie démocratique. Cependant, plusieurs limites sont présentes : 200 morts lors des violences pendant la campagne électorale, puis l’année suivante une loi martiale qui suspend les libertés individuelles. Des coups d’Etat peuvent renverser la démocratie et établir des dictatures.

_ Les démocraties sont rares (Inde, Sénégal). Elles sont également fragiles comme le montre le cas des Philippines (violences lors des campagnes électorales avec 200 morts en 1971, loi martiale).  

_ La plupart des pays qui accèdent à l’indépendance adoptent des régimes politiques qui ne respectent pas les libertés individuelles : dictatures communistes de Chine, Vietnam dirigées par un parti unique, monarchies absolues d’Arabie saoudite, dictatures militaires ou l’armée dirige le pays.

_ Les dictatures apparaissent dès la décolonisation avec l’installation d’un régime autoritaire comme en Tunisie avec Bourguiba ou suite à un coup d’Etat comme au Zaïre avec Mobutu. En effet le continent africain a connu de nombreux coups d’Etats (21dans les années 1960, 16 dans les années 1970, 18 dans les années 1980).  

_ La dictature s’accompagne de corruption comme le montre la fortune personnelle de Mobutu (7 milliards de dollars) ou Felix Houphouët-Boigny président de la Côte d’Ivoire de 1960 à 1990, financant lui-même les 250 millions d’euros nécessaires à la construction d’une réplique de la basilique Saint-Pierre de Rome dans son village de Yamoussoukro, devenue capitale. Les dictatures communistes en Asie privent de libertés personnelles (Corée du Nord), provoquent l’exil (centaine de milliers de Boat people fuyant le Vietnam), aboutissent à un génocide après en 1975 dans le Cambodge des khmers rouge du communiste Pol Pot.

Régime politique (p. 64) : organisation et fonctionnement du pouvoir dans un Etat.

Bourguiba Habib (p. 64) : (1903-2000) Fondateur du Néo Destour (Nouveau parti libéral constitutionnel) en 1934, plusieurs fois emprisonné, il négocie l’indépendance de la Tunisie en 1956. Premier président de la République, de 1957 à 1987, il modernise le pays en instaurant l’égalité des sexes et en développant l’éducation et l’économie.

Coup d’Etat (p. 64) : prise du pouvoir par la force, généralement avec l’appui de l’armée.

Mobutu Sese Soko (p. 64) : (1930-1997) Arrivé au pouvoir après un coup d’Etat, il dirige lz Zaïre de 1965 à 1997. Il instaure un régime autoritaire et défend la « zaïrisation » du pays : décolonisation culturelle, nationalisations d’entreprises étrangères… A sa mort, sa fortune personnelle est estimée à 7 milliards de dollars.

Houphouët-Boigny Félix (p. 66) : (1905-1993) Député et ministre sous la IV République française,

Il est le « père » de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Défendant une politique libérale sur le plan économique, il dirige seul le pays, à l’aide d’un parti unique, de l’indépendance en 1960 à sa mort. Tout en conservant des liens étroits avec la France, il est très influent dans la politique intérieur des Etats du golfe de Guinée. 

Génocide (p. 64) : extermination systématique d’un peuple.

 

 

 

 

C. Quelle construction nationale pour les nouveaux Etats indépendants ?

           

Photographie 2 page 65 : une affiche des Combattants de la liberté dans un village du Pakistan Oriental.

Question 2 page 65 : Comment expliquez-vous la naissance du Bangladesh ?

Le Bangladesh est né de la volonté des populations locales de rejeter la domination économique et politique d’une métropole éloignée. Le séparatisme bengali soutenu par l’armée indienne a permis l’indépendance du Bengladesh.

_ L’unité nationale fragile des Etats décolonisés s’explique par la diversité des ethnies dans ces Etats et des séparatismes menaçant d’éclatement le pays.

_ Des violences peuvent éclater comme au Nigeria entre les Ibos chrétiens du Biafra face aux Haoussas musulmans entre 1967 et 1970. De nouvelles guerres ont donné naissances à plusieurs pays à partir du séparatisme des populations locales : le Bangladesh s’est détaché du Pakistan en 1971, l’Erythrée est devenue indépendante en 1993 après 30 ans de guerre contre l’Ethiopie.

 

Repères page 64 : La décolonisation des noms d’Etat 

Pourquoi les Etats des pays décolonisés veulent-ils changer de nom après leur indépendance ?

_ Pour construire un sentiment national au sein de leur population, de nouveaux symboles nationaux montrant la liberté et l’identité des pays indépendants sont adoptés. Le nom des pays change comme les pays africains nommés d’après le nom de Cecil Rhodes, un colonisateur anglais. La Rhodésie du nord devient la Zambie, la Rhodésie du sud devient le Zimbabwe.

_ La construction d’un Etat nation passe par l’adoption de symboles comme les drapeaux, les hymnes, les fêtes nationales ou encore le changement de noms comme le montre la « zaïrisation » du pays par Mobutu. 

Etat nation (p. 64) : Etat indépendant et reconnu dans lequel le sentiment d’appartenance à la nation est partagé par l’ensemble de la population.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article