Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire 2e : L'essor d'un nouvel esprit scientifique et technique (XVI - XVIII) 3

26 Avril 2013 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 2e

 

 

 

III. Comment se diffusent les sciences dans l’Europe du XVIII siècle ?

 

Lien entre chapitres : L’homme peut comprendre la science par sa raison. Cette conception est diffusée avec une grande ampleur lors du siècle des Lumières. Peut-on pour autant parler de « République des sciences » ?

TP pages 210-211

 

1. Comment se fait la circulation des savoirs entre savants ? (doc. 1, 2, 3, 6)              

Par des cercles restreints et des réseaux : des académies, des journaux, des salons. Mais il passe aussi par les rencontres directes (doc. 2) et des échanges épistolaires (doc. 3). Parfois, des compétitions intellectuelles sur des sujets nouveaux (doc. 3) facilitent cette circulation.

 

2. Comment s’opère le passage des savoirs savants à un public plus large ? (doc. 1 à 6)

L’impact des sociétés et réseaux de pensée est réel (doc. 2) mais limité. L’imprimé est central (doc. 1, 2) et surtout les journaux (doc. 6). Les controverses scientifiques et expériences spectaculaires popularisent aussi les sciences (doc. 5).

 

3. Quels sont les milieux sociaux touchés par cet engouement et quel impact cela a-t-il sur la place nouvelle des sciences ? (doc. 2, 3, 5)

Des élites aristocratiques cultivées (Montesquieu, Émilie du Châtelet), des élites bourgeoises acquises aux nouvelles idées (doc. 4, 5, 6). Les milieux populaires sont peu touchés sauf exceptions (la domesticité, par exemple la jeune fille et l’enfant noir du doc. 4).

 

4. En quoi la diffusion des sciences revêt-elle une dimension européenne ? (doc. 1, 2, 3, 5, 6)

Trois documents montrent des contacts européens intenses. Émilie du Châtelet traduit Newton et reçoit Algarotti. Bordeaux est ouvert sur l’étranger (doc. 3), Mesmer est un Viennois qui s’est rendu célèbre dans toute l’Europe.

 

BILAN  REDIGER UN TEXTE CONSTRUIT ET ARGUMENTE

 

Sujet : « Selon quelles modalités se diffusent les sciences dans l’Europe du XVIII siècle ? »

_ Les échanges d’idées entre les élites cultivées et les savants sont facilités par le primat de la langue française et le fait qu’ils sont issus du même milieu. La marquise du Châtelet traduit les travaux de l’anglais Newton. Le comte italien Algarotti publie (1735)ses entretiens avec Emilie du Châtelet sous le titre de Le Newtonisme pour les dames. Voltaire est l’ami de madame du Châtelet et diffuse aussi dans ses Lettres philosophiques (1734) les théories de Newton.

_ Le nouvel état d’esprit existant au XVIII siècle accueille volontiers l’expérimentation. Tout propos est passé au filtre de la raison, les idées se diffusent autour de quelques lieux urbains (salons, cours européennes, académies). La diffusion du savoir scientifique auprès du public cultivé est telle que pour le savant Condorcet le siècle des Lumières est aussi celui d’une « République des sciences ».

Emilie Du Châtelet (p. 210) : Emilie de Breteuil, marquise de Châtelet (1706-1749) fait de son château de Cirey, près de Paris, un haut lieu de discussion et de diffusion des nouvelles idées scientifiques. Elle acquiert une réputation européenne grâce à l’ouvrage Institutions de physique (1740) et à la traduction des Principia mathematica d’Isaac Newton, qui est publiée après sa mort, en 1756

Salon (p. 206) : réunion de personnes cultivées chez une femme de la haute bourgeoisie ou de la noblesse acquise aux idées nouvelles.

Académie (p. 206) : société savante masculine réunissant des savants ou des hommes de lettres. Les académies provinciales, ouvertes aux élites locales, diffusent les avancées scientifiques par des expériences, des lectures ou des collections d’objets.

                       

                                                                                                       

Lien Diderot et l’Encyclopédie (13 min 30) :

 http://www.dailymotion.com/video/xc1d5z_diderot-et-l-encyclopedie_school

 

Image représentant l’Encyclopédie page 230 : L’Encyclopédie

Quel est le projet de Diderot et d’Alembert en dirigeant la rédaction de l’Encyclopédie ?

Le but de Diderot et d’Alembert est de rassembler et de diffuser l’ensemble des connaissances disponibles dans tous les domaines, et de mettre en valeur les idées nouvelles de raison, égalité, liberté.

  

 

 

_ De 1751 à 1772 paraît l’Encyclopédie sous la direction de Diderot (1713-1784) et d’Alembert (1713-1783). Les 35 volumes diffusent dans toute l’Europe le savoir technique pour un public cultivé.

_ Une culture scientifique commune se constitue au XVIII siècle grâce à l’échange des idées et des conceptions nouvelles. Les modes de transmission sont variés : cours publics de l’abbé Nollet, publications diverses d’ouvrage de vulgarisation comme les Entretiens sur la pluralité des mondes du philosophe Fontenelle (1686) ou l’Encyclopédie.

 

 

Schema-diffusion-des-connaissances-XVIII.jpg

 

 

OU

 

 

 

(   III. Comment une culture commune et des liens émergent peu à peu entre sciences et techniques ? L’exemple de la révolution technologique constitué par l’invention de la machine à vapeur.   )

 

Lien Machine de Newcomen (3 min 26) : http://www.youtube.com/watch?v=5_9wY7zFGh8

Lien machine à vapeur James Watt (4 min 04) :

http://www.youtube.com/watch?v=eh4O22GXwU0&feature=endscreen&NR=1

 

_ Le XVIII siècle est un siècle des progrès pour la mécanique. En 1712 Thomas Newcomen met au point un système de pompage de l’eau des mines de charbon, améliorée en 1769 par la machine à vapeur de James Watt.

 

Texte 1 page 220 : L’invention du métier à tisser mécanique

Question 1 page 220 : A quel genre de nécessité répond l’invention recherchée par l’auteur ?

Cartwright répond dans ce texte à une précédente invention qui, en augmentant les quantités filées, oblige à augmenter les quantités tissées (goulot d’étranglement).

 

Question 2 page 220 : Par quel raisonnement Cartwright en arrive-t-il à la concevoir ?

Affirmant lui-même n’avoir aucune compétence scientifique ou technique en la matière il pense par analogie.

 

Question 3 page 220 : Pourquoi peut-on parler ici de revanche de la technique sur la science ?

Il ne recourt qu’à des artisans, praticiens des arts mécaniques.

 

_ Dans le domaine du textile Edmond Cartwright invente en 1785 le premier métier à tisser mécanique. La mécanisation de la production textile est le résultat de la recherche scientifique  appliquée à l’industrie. Les machines deviennent des automates complexes qui permettent la mise en place d’un factory system associant ouvriers, matière première et machine favorisant l’apparition de la Révolution industrielle. 

_ La machine à vapeur a des usages variés : transports, textile, minoterie…. Elle est diffusée en Europe. Entre 1776 et la fin du XIXe siècle sont construites à Soho près de 500 machines à vapeur diffusées dans l’industrie anglaise, la machine connaît aussi un essor Outre-Manche : pompe de Chaillot en 1781 pour puiser l’eau de la Seine destinée à l’alimentation de Paris, etc.

Factory system (p. 212) : méthode de production, apparue dans les années 1750 en Grande Bretagne, qui réunit dans un même atelier industriel les ouvriers, la matière première et les machines.

 

 

 

 Schema-de-l-invention-a-l-innovation.jpg

Partager cet article

Commenter cet article