Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire 1ère : Le temps des dominations coloniales (2)

18 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

I. Comment est l’empire français au moment de l’exposition coloniale de 1931, entre réalités, représentations et contestations ?

 

A. Quelle est l’étendue de l’Empire colonial français ?

 

Carte 3 page 267 : L’Empire français à son apogée dans les années 1930.

Question 5 page 266 : Décrivez l’Empire français dans les années 1930.

_ L’Empire français est en 1930 le second du monde et s’étend sur trois continents et 12 millions de km². Il comporte plus de 60 millions d’habitants et forme avec la métropole la « plus grande France » de 100 millions d’habitants.

 

Quelles sont les différentes formes de la domination française ?

_ La domination française prend des formes différentes. Un Empire colonial est un agrégat de territoires sous influence étrangère à des degrés divers, sous administration directe ou indirecte. Les statuts des colonies sont divers :

* Des colonies sont sous la dépendance de la métropole, mais conservent leur administration interne : ce sont les protectorats comme pour la Tunisie (1881) et le Maroc (1912). L’Indochine en 1887 est une fédération de quatre protectorats et d’une colonie. 

*  La plupart des colonies sont des possessions directement placées sous la souveraineté de la métropole. Les territoires sont annexés. Par exemple l’Algérie conquise à partir de 1830 est devenue une colonie de peuplement. En Afrique les colonies comportent les territoires appartenant à l’A.O.F. (Afrique occidentale française) dont la capitale est Dakar et ceux appartenant à l’A.E.F. (Afrique équatoriale française) dont la capitale est Brazzaville (capitale de l’actuelle Congo-Brazzaville). La France contrôle aussi la grande île orientale de Madagascar. De nombreux territoires d’Océanie sont des colonies.

* Des territoires confiés par la SDN après la 1ère Guerre mondiale sont administrés par la France. Ce sont les mandats du Levant (Syrie et Liban), du Togo et Cameroun.

* Des zones d’influence existent, comme en Chine, où les Européens se partagent les intérêts stratégiques et économiques sans dominer politiquement le pays. La France dispose d’une concession (quartier réservé) dans la ville de Shanghai.

Colonie (p. 272) : Territoire occupé et administré par un Etat étranger (la « métropole »).

Colonie de peuplement (p. 276) : Colonie dans laquelle s’installe définitivement un grand nombre d’habitants venus de métropole.

Mandats (p. 272) : Après la Première Guerre mondiale, territoire confié par la SDN aux puissances victorieuses qui l’administrent en son nom.

Protectorat : (p. 272) : Régime juridique établi par un traité international selon lequel un Etat « protégé » renonce à certains éléments de souveraineté (défense, politique étrangère, douanes…) au profit d’un Etat « protecteur ».

 

Quelles sont les caractéristiques de l’administration coloniale ?

_ Les caractéristiques de l’administration coloniale du XIX et XX siècle : la colonisation des XIXe et XXe siècles est très différente de celle des siècles antérieurs. La mission civilisatrice au nom de laquelle les Européens s’emparent de l’Afrique conduit à lutter contre l’esclavage et la traite négrière.

_ Le système colonial français génère rarement (sauf dans le cas de l’Algérie) la constitution de colonies de peuplement. Il se limite à la présence de coloniaux, essentiellement des fonctionnaires et des militaires, qui administrent les territoires. Par exemple l’Indochine comporte 34 000 Français pour une population de 2,6 millions d’habitants en 1930.

 

 

B. Quels sont les mythes et les représentations de l’Empire colonial ?

 

                        1. Comment la propagande coloniale influence-t-elle les conceptions du monde colonial ?

 

Lien vidéo documentaire Exposition coloniale (8 min 44) : http://www.cndp.fr/tdc/tous-les-numeros/exhibitions-linvention-du-sauvage/videos/article/lexposition-coloniale-de-1931-la-vitrine-de-lempire.html

 

Ensemble documentaire pp 274-275.

Bilan page  275 : A l’aide des documents et de vos réponses aux questions, montrez comment l’Exposition de 1931 entend contribuer à la mise en valeur de l’œuvre coloniale.

_ L’exposition coloniale de 1931 exalte la politique coloniale. Elle marque le triomphe du colonialisme en Europe qui bénéficie d’un large soutien politique. L’opinion publique est de plus en plus réceptive à la propagande coloniale (célébration du centenaire de l’Algérie française en 1930, exposition coloniale de 1931 qui succède à celle de Marseille en 1922).

L’exposition coloniale est organisée dans le bois de Vincennes sous la direction du maréchal Lyautey du 6 mai au 15 novembre 1931. Elle rencontre un grand succès avec 12 000 exposants, 33 millions de tickets vendus, 8 millions de visiteurs venus accomplir le « tour du monde en un jour ». L’exposition constitue un moment majeur de la propagande colonialiste française.

_ Cependant l’exposition suscite des oppositions : une contre-exposition est organisée à Paris, le Collectif de douze surréalistes (dont André Breton, Paul Eluard, Louis Aragon, René Char) diffuse un tract le 30 avril 1931 : « Ne visitez pas l’Exposition Coloniale ».

 

 

Graphique-circulaire-succes-exposition-coloniale-1931.jpg

 

LIEN DOSSIER : Affiche coloniale exposition de 1931 : http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=873&d=11&t=321

 

 

Chanson 1 page 282 : Le roi du Dahomey Béhanzin et ses Amazones

Quelles conceptions justifient la colonisation pour les Européens ?

La chanson exprime la croyance selon laquelle la colonisation permet d’apporter la liberté à l’Afrique : « Libre enfin, le Noir, désormais vivrait au Dahomey » et aussi qu’il faut imposer cette liberté par la force « Braquer sans tarder le canon » contre des dirigeants cruels « fait trancher pour son bon plaisir la tête à son peuple martyr ».

 

_ Plusieurs conceptions justifient la colonisation pour les Européens. Confortés par leur supériorité technique, les Européens sont convaincus de la supériorité de leur civilisation. C’est à cette époque que naissent les théories de la supériorité de l’Homme blanc (fardeau de l’homme blanc de Rudyard Kipling), ainsi que les bases du racisme contemporain (Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines). Cette prétendue supériorité sert la légitimation de l’expansion territoriale de l’Europe, l’affirmation de la mission civilisatrice de l’Europe venant alimenter la bonne conscience des colonisateurs. La doctrine des « 3 C » consiste en la pratique de la Christianisation et de la Civilisation des peuples d’Afrique par la pratique du Commerce de leurs produits et non de leurs hommes (interdiction de l’esclavage et de la traite négrière).

 

 

 

2. En quoi la colonisation ne respecte pas les principes démocratiques de la III République ?

 

Carte 1 page 278 : L’économie indochinoise dans les années 1930.

Texte 2 page 278 : L’Indochine française, une colonie d’exploitation

Question 4 page 279 : Pourquoi l’Indochine est-elle une colonie d’exploitation ?

_ Une économie de pillage ? Les intérêts économiques de la France sont imposés aux populations indigènes, ce qui engendre des inégalités sociales. L’Indochine est ainsi une colonie d’exploitation dont les ressources (économie minière avec le charbon du Tonkin, économie de plantation avec le caoutchouc extrait des hévéas de Cochinchine, poivre du Cambodge…) sont exportées alors que la population vit dans la misère.

Colonie d’exploitation (p. 278) : colonie exploitée pour fournir aux métropoles des matières premières et dans laquelle le peuplement d’origine européenne est très faible.

 

Texte 2 page 276 : La dénonciation du Code de l’indigénat

Question 3 page 277 : Pourquoi peut-on dire que le Code de l’indigénat est injuste et abusif ?

_ Les populations indigènes ne sont pas associées à la gestion de leur territoire Les colonisés sont privés de droit et soumis au travail forcé par le Code de l’indigénat. Ce dernier correspond à l’ensemble des mesures juridiques appliquées par l’administration coloniale aux seuls « indigènes », qui ont ainsi un statut inférieur aux citoyens français (liste extensive de délits, peines alourdies, etc.). Il est aboli en 1946.

 

Tableaux statistique 3 page 276 : Les inégalités de la société algérienne.

Quelles sont les inégalités au sein des colonies ?

_ L’Algérie est une colonie de peuplement dont la société connaissait de fortes inégalités. Les trois départements français d’Algérie abritent une population européenne (« pieds noirs ») disposant des meilleures terres agricoles et des indigènes dépossédés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Le pédagogue 16/05/2016 13:33

Le pédagogue :

Dans les colonies, dites « ex-colonies » depuis « l’indépendance dans l’interdépendance », les métropoles poursuivent leur imposture.
(l’indépendance dans l’interdépendance, c’est le statut octroyé par le système colonialo-impérialo-sioniste, et qui s’est traduit dans les colonies par la multiplication des "États" supplétifs, subordonnés avec plus ou moins de zèle, de soumission et de servilité dans l’exécution des ordres des métropoles et autres employeurs.
Ces "États" sont fondés sur l’imposture, le crime, la trahison, la tromperie, la corruption, l’injustice, la perversion, la débauche, le mensonge, le pillage, l’oppression, l’exploitation, le viol, la tyrannie, la torture, l’enfermement, la négation de l’être humain).
(On peut parler de ʺcolopolesʺ (contraction des mots "colonies" et "métropoles") afin d’illustrer les interventions des métropoles, en Afrique, et dans d’autres colonies, pour maintenir la domination et entretenir des régimes mis en place à cet effet).
En Afrique par exemple, la merde continue de gicler de partout.
Nauséabonde.
L’esclavage a fait des ravages.
Les crimes colonialistes n’ont rien épargné.
Le système colonialo-impérialo-sioniste alimente toujours, entretient, répand les ordures et la pourriture.
Les employés des colonies mis à la « tête » des « États » par les employeurs des métropoles contribuent à faire de ce continent une décharge d’immondices dans tous les domaines.
Ce qui a été appelé « l’indépendance dans l’interdépendance », n’a pas débarrassé les populations des colonies des massacres, des carnages, des destructions, des pillages, des génocides, des déportations, des enfermements, des viols, des tortures, des haines, des humiliations, des corruptions, des débauches, des horreurs et autres crimes.
La France, pour ne citer qu’elle, qui considère ce continent comme ses chiottes, saisit certaines occasions pour disserter sur les tas de droits (l’État de droit), l’étable de la loi (les tables de la loi), et autres, en maintenant les persécutions, les oppressions, les destructions, la domination.
Et au nom de ce qui est appelé « le devoir de mémoire », elle accorde une énorme importance aux commémorations d’autoglorification : flot constant de publications, de films, d’images, de conférences, de discours, de cérémonies, d’hommages, de décorations, célébrant « la grandeur universelle de la France éternelle » !
Pour ce qui est des horreurs contre des populations partout dans le monde, la France affiche l’orgueil, l’arrogance, le mépris et vante l’apport « civilisationnel » du système colonialo-impérialo-sioniste « qui continue de veiller sur les valeurs de l’humanité » !
De temps à autre, selon les besoins du moment, « les soldats indigènes » sont cités dans les « glorieux combats de la métropole » et la mort « pour la France ».
La vérité, que beaucoup continuent de travestir, est que la métropole a enrôlé, par centaines de milliers, des indigènes pour servir de chair à canon dans les massacres colonialistes et les guerres pour la défense les intérêts de la métropole.
Les colonies, leurs biens et leurs populations, font partie des intérêts des métropoles.