Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire 1ère : (Archive 2012) La fin des totalitarismes (2)

7 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

  ARCHIVE : Programme allégé 2012

 

II. En quoi la déstalinisation marque-t-elle une rupture dans la politique de l’URSS ?

 

            A. En quoi consiste la déstalinisation ?

 

Texte  1 page 248 : Khrouchtchev au XX Congrès du PCUS

Texte 2 page 248 : La réhabilitation des prisonniers

Question 1 page 249 : Quels aspects du totalitarisme stalinien sont dénoncés dans le « rapport secret » ?

Le rapport secret dénonce le stalinisme qui s’appuie sur la « terreur » (l. 12) avec la déportation de millions de personnes au goulag : « Des arrestations et des déportations massives de plusieurs milliers de personnes, des exécutions sans procès » (l. 7-8) et les purges du parti communiste à travers les procès de Moscou (« accusations mensongères » l. 15 « contre d’honnêtes travailleurs du parti et de l’Etat soviétique » (l. 14).). Un autre aspect du stalinisme est dénoncé : le « culte de la personnalité » (l. 18) : « Staline lui-même, utilisant toutes les méthodes concevables, a encouragé la glorification de sa propre personne. » (l. 19-21).

Staline est décrit comme un tyran sanguinaire, incompétent, responsable de la situation économique catastrophique du pays.

_ La mort de Staline en 1953 permet une évolution du régime communiste en mettant fin au culte de la personnalité et à la terreur de masse. Khrouchtchev parvenu au pouvoir entame la déstalinisation à travers le rapport communiqué au XX Congrès du Parti communiste d’URSS le 24 février 1956. Les crimes de Staline sont dénoncés comme la déportation de certains peuples, les purges à travers les procès de Moscou ou encore le culte de la personnalité.

Khrouchtchev (p. 252) : (1894-1971) Adhérent du parti communiste depuis 1918, il devient premier secrétaire du PCUS après la mort de Staline (1953). Il s’impose dans la direction du parti et entreprend la déstalinisation en 1956, mais ses échecs politiques (rupture avec la Chine, crise de Cuba, difficultés économiques) l’isolent au sein du parti. Il est obligé de démissionner en 1984, remplacé par Leonid Brejnev.

Déstalinisation (p. 248) : Processus débuté en 1953 dès la mort de Staline puis officialisé par Khrouchtchev au XX Congrès du PCUS en 1956. Il vise à mettre fin au culte de la personnalité de Staline et à la terreur stalinienne.

 

Question 2 page 249 : Expliquez ce que sont les réhabilitations et montrez qu’elles sont la conséquence du « rapport secret » ?

Les réhabilitations sont l’autorisation accordée aux déportés de pouvoir revenir du goulag.

_ Le pouvoir autorise le retour du goulag des déportés : Dès le 27 mars 1953 une amnistie permet la libération de 1,2 million de prisonniers. Parmi les libérés on compte Alexandre Soljenitsyne, l’auteur de l’archipel du goulag dénonçant ce système pénitentiaire.

 

Question 3 page 249 : Pourquoi peut-on dire que ce type de décision marque la sortie du totalitarisme stalinien ?

_ Le rapport secret est rapidement dévoilé et a d’immenses répercussions en URSS et dans les pays satellites :

* en URSS : Le culte de Staline prend fin : les lieux portant son nom sont débaptisés ainsi Stalingrad devient Volgograd, ses statues et portraits disparaissent, son corps est retiré en 1961 du mausolée de la place rouge.

* au sein des démocraties populaires : Le passage brusque du culte de la personnalité à la dénonciation des crimes de Staline fragilise les pouvoirs des démocraties populaires en ébranlant le mythe de l’URSS.

 

           B. Quelles sont les limites de la déstalinisation ?

 

1. Quelles sont les limites dans la politique intérieure ?

 

Texte 5 page 249 : Les limites de la déstalinisation en URSS : le cas Pasternak

Question 7 page 249 : Pourquoi Pasternak est-il finalement interdit de publication en URSS ?

_ Les limites de la déstalinisation sont visibles dans le maintien de la censure pour la littérature comme l’illustre l’affaire Pasternak. Le chef d’oeuvre Le Docteur Jivago écrit par Boris Pasternak (1890-1960) décrit le passage de la Russie tsariste à l’URSS communiste. Le livre est interdit de publication en URSS mais est publié dans les pays démocratiques. L’écrivain reçoit le prix Nobel de littérature en 1958 mais est obligé sous la pression des autorités soviétiques de le refuser.

 

HISTOIRE DES ARTS : Le docteur Jivago

 

Lien bande annonce : Le docteur Jivago (3 min 41) :

 http://www.youtube.com/watch?v=xZvlRD4Z_iY

 

Lien réaction des dirigeants soviétiques à son prix Nobel de littérature (1958) : http://www.dailymotion.com/video/x34ujv_boris-pasternak-1890-1960_creation#

OU : http://www.youtube.com/watch?v=_qkRY_M3L2g

 

 

Texte article pour en savoir plus sur l’Affaire Jivago :

 http://www.erudit.org/culture/nb1073421/nb1114663/21175ac.pdf

 

 

 

Photographie 3 page 255 : Prix Nobel de littérature en 1974

Lien L’Archipel du goulag (1 min) : http://www.youtube.com/watch?v=zZnonfnKDQw

Quel est le sort des artistes, écrivains et intellectuels en URSS ?

_ Les intellectuels soviétiques sont soumis au réalisme soviétique. Cette doctrine officielle soviétique dans le domaine de l’art indique que l’art et les artistes doivent être au service de la diffusion des idées révolutionnaires pour faire triompher le socialisme. L’écrivain Soljenitsyne ou le scientifique Sakharov entrent en dissidence et réclament les libertés fondamentales. Leurs œuvres sont publiés en secret (« samizdat ») comme l’Archipel du goulag de Soljenitsyne. Mais les intellectuels sont menacés par la police politique et assignés à résidence, exilés (Soljenitsyne), ou même sont internés de force en hôpital psychiatrique.

Dissidence (p. 252) : Mouvement d’opposition au régime communiste soviétique mené au nom des droits de l’Homme.

Soljenitsyne (p. 392) : (1918-2008) : Ecrivain russe, il combat dans l’Armée rouge au cours de la Seconde Guerre mondiale. En 1945, il est condamné à 8 ans de camp pour avoir critiqué Staline et sa gestion de la guerre dans sa correspondance. Libéré en 1953, il est envoyé en exil au Kazakhstan. Réhabilité en 1956, il publie en 1962 Une journée d’Ivan Denissovitch dans lequel il critique le goulag. Il devient alors un écrivain dissident. La parution à l’étranger de l’Archipel du goulag en 1973 provoque son expulsion d’URSS. Prix Nobel de littérature, il ne rentre en Russie qu’en 1994.

Samizdat (p. 253) : (« autoédition » en russe) Ensemble des techniques (manuscrit, dactylographie, photocopie, microfilm, textes recopiés à la main) utilisées en URSS pour reproduire des textes interdits par le régime soviétique et sa censure.

 

Les-detenus-du-goulag-de-1940-a-1979.jpg

 

Le goulag continue-t-il d’exister après la mort de Staline ? Quelles sont les populations visées par la déportation ?

_ Le goulag est dénoncé mais maintenu. La libération massive des détenus en 1953 permet de diminuer fortement le nombre de déportés, mais le système totalitaire soviétique conserve le goulag comme outil de répression.

_ La répression est maintenu sous les successeurs de Staline surtout avec la « stagnation » brejnévienne :

* Des peuples déportés sous Staline comme les Baltes et les Tchétchènes sont autorisés à revenir dans leurs patries en 1956-1957. Mais les Tatars de Crimée et les Allemands de la Volga sont maintenus en déportation jusqu’à la fin des années 1980. 

* Le dirigeant soviétique Léonid Brejnev (1964-1982) conserve le goulag pour les criminels, délinquants et dissidents ; utilise les hôpitaux psychiatriques pour enfermer les dissidents… Pour le dissident polonais Adam Michnik, après Staline il existe un « totalitarisme sans crocs ».

 

 

 La-dictature-du-PC-sous-Brejnev.jpg

 

Comment le Parti communiste contrôle-t-il l’Etat ?

_ Le Parti communiste contrôle l’Etat et exerce une dictature sur l’URSS. La bureaucratie et l’armée sont renforcées. La corruption est généralisée au profit du parti communiste et des privilégiés du régime : la Nomenklatura alors que la population manque de tout.

 

 

 Photographie-penuries-en-URSS.jpg

 

La queue des Moscovites en 1981 pour acheter du pain

A quoi voit-on l’échec de l’économie soviétique ? Quelles en sont les conséquences pour la population ?

_ L’économie et la société soviétique sont en proie à d’importantes difficultés :

* L’économie est inefficace avec le poids des lourdes dépenses militaires causées par la course aux armements avec les Etats-Unis puis l’enlisement dans le conflit afghan.

* Le divorce est croissant entre une « Nomenklatura » largement corrompue et une population au niveau de vie caractérisée par la pénurie de biens essentiels.

 

 

 

2. Quelles sont les limites dans la politique extérieure ?

 

Texte 3 page 249 : Les effets de la déstalinisation en Hongrie

Photographie 4 page 249 : La répression du soulèvement hongrois en 1956

Question 6 page 249 : Quelle est la réaction de l’URSS face à la démocratisation en Hongrie?

_ La déstalinisation a des conséquences dans les démocraties populaires. A la suite du rapport Khrouchtchev dénonçant les crimes de Staline, les Hongrois se soulèvent contre le système communiste les 22-24 octobre 1956 pour demander des réformes démocratiques et le retrait des Soviétiques de leur pays. La réaction de l’URSS est brutale : le 4 novembre 1956 les chars soviétiques reprennent Budapest par la force, 20 000 Hongrois sont tués lors de l’insurrection.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article