Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire 1ère : Genèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste et nazi) (1)

9 Février 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

GENESE ET AFFIRMATION DES REGIMES TOTALITAIRES (SOVIETIQUE, FASCISTE ET NAZI)

 4 heures                                                                       Manuel Nathan Côte 2011

 

Introduction : Qu’est-ce que le totalitarisme ? Les nazis parlent d’ « Etat total » pour caractériser leur régime politique. Des pratiques différentes existent en URSS (1917-1991) marqué par le stalinisme (1928-1953), dans l’Italie fasciste (1922-1945) et l’Allemagne nazie (1933-1945).  

            Les trois totalitarismes tentent de contrôler tous les aspects de la vie en société pour créer un homme nouveau. Pour cela les Etats usent de la propagande mais aussi de la violence (brutalités policières, déportation, meurtres…). Le dirigeant est un guide infaillible (duce, Vojd « petit père des peuples », führer) auquel est voué un culte de la personnalité. Cependant, malgré un usage commun de la violence envers leurs peuples (Juifs en Allemagne, propriétaires en URSS, démocrates et socialistes en Italie) des différences existent entre les totalitarismes comme l’antisémitisme nazi ou le système économique des communistes.

 

Problématique : Comment expliquer l’apparition des régimes totalitaires en Europe ? Quels sont leurs points communs et leurs spécificités ?

 

Quelles sont les caractéristiques (objectifs, idéologie d’Etat, pratiques) de ces régimes ?

 

Chronologie page 191

  Chronologie-genese-des-totalitarismes.jpg

 

Un extrait d’Octobre par Eisenstein (2 min 24) :

http://www.youtube.com/watch?v=x0QAjpeosgU

 

Site INA : http://www.ina.fr/video/MAN5129497022/revolution-d-octobre.fr.html

 

 

I. Comment expliquer la naissance des régimes totalitaires à partir des années 1920 ?

 

            A. Pourquoi les révolutions russes conduisent-elles à établir une dictature ?

 

 

Lien vidéo Docteur Jivago : engagé dans le Parti (1 min 24) : http://www.vodkaster.com/extraits/docteur-jivago-engage-dans-parti/1179715

 

 

Texte 1 page 192 : Les « thèses d’avril » : Le programme bolchevique

Question 2 page 193 : Pourquoi Lénine pense-t-il que la révolution de Février ne doit être qu’une étape ? Quelle politique veut-il mener ? En faveur de qui ?

* Lénine pense que la révolution de février n’est que la première étape de lutte des classes car le tsar (monarchie absolue) a été remplacé par la bourgeoisie (démocratie). Les « couches pauvres » (l. 8) (paysannerie et ouvriers) doivent prendre le pouvoir dans une seconde étape de la révolution pour permettre d’installer le communisme.

* Lénine veut installer un « gouvernement révolutionnaire » sous le forme de « soviets des députés ouvriers » (l.10-11). Il veut aussi nationaliser les terres pour les mettre « à disposition des soviets locaux » (l.12).

* Lénine veut ainsi agir en faveur du « prolétariat » (l. 8), c’est-à-dire les pauvres ouvriers et paysans ne vivant qu’avec difficulté de leur travail.

 

_ Les défaites militaires et les tensions sociales et politiques liées à la 1ère Guerre mondiale provoquent deux révolutions :

* une révolution contre le pouvoir absolu du tsar Nicolas II : la révolution de février (23-28 février 1917). Elle amène au pouvoir des démocrates (mencheviks) désireux d’adopter le régime politique et économique des démocraties occidentales.

*

la révolution d’octobre porte le parti bolchevique de Lénine au pouvoir en octobre 1917 (25 octobre 1917).  Le communisme est adopté et les soviets sont mis en place dans la Russie bolchevique. L’économie est transformée avec l’instauration de la NEP Les classes pauvres, paysans sans terres et prolétariat ouvrier, bénéficient de mesures comme la nationalisation des usines et des terres agricoles.

 

 

Parti bolchevique ou parti communiste (p. 198) : Parti dirigé par Lénine puis Staline dont le but est d’instaurer le communisme en Russie.

Lénine (p. 198) : (1870-1924) A la tête du parti bolchevique, il mène la révolution d’octobre 1917 en Russie. Il dirige ensuite d’une main de fer le pays pendant la guerre civile et met en place la NEP pour le reconstruire.

Communisme (p. 198) : idéologie politique qui cherche à instaurer une société sans classes sociales, sans Etat et sans propriété privée.

Soviet (du russe « conseil ») (p. 199) : Assemblée populaire composée généralement de paysans, d’ouvriers et de soldats.

NEP (p. 198) : De 1921 à 1928, pause dans l’application de l’idéologie communiste : tolérance pour la petite propriété privée dans l’agriculture, l’artisanat.

Prolétariat (p. 199) : Les membres les plus pauvres de la société qui n’ont que leur force de travail pour vivre ; prolétaire s’oppose à capitaliste. Pour les communistes, le terme désigne plus généralement la classe ouvrière.

 

Texte 1 page 192 : Les « thèses d’avril » : Le programme bolchevique

Affiche 4 page 193 : Une révolution porteuse d’espoir.

Question 5 page 193 : Montrez que l’affiche illustre la politique voulue par Lénine.

L’affiche montre l’alliance des prolétaires paysans (faucille) et ouvriers (marteau) qui marchent vers un avenir heureux. Des personnes de toutes nationalités (dont des Africains pour mieux montrer le cosmopolitisme de la révolution) suivent les communistes russes. Les symboles de l’ordre ancien sont à terre : la couronne du tsar et le blason impérial (aigle bicéphale noir) pour la monarchie, mais aussi le grand vase rempli de pièces d’or symbolisant la bourgeoisie.

Texte 5 page 193 : La nécessité de la dictature

Question 6 page 193 : D’après Lénine, quelle politique doit être menée ? Pourquoi ?

La dictature du prolétariat est considérée par Lénine comme nécessaire pour instaurer le communisme. Elle doit « briser la résistance des capitalistes exploiteurs » (l.5-6). Les « restrictions » de la liberté sont fortes mais ciblées contre les « exploiteurs ». Cette conception ouvre la voie à la terreur car les « capitalistes » peuvent être identifiés avec un grand nombre de personnes : nobles et marchands, mais aussi tous les propriétaires, les paysans…

_ La « dictature du prolétariat » est une doctrine de Lénine préconisant l’emploi de la violence pour instaurer le communiste en « brisant » les exploiteurs capitalistes. Dans la Russie révolutionnaire en proie à une guerre civile à partir dès 1918 les opposants sont traqués. La police politique (Tcheka) est crée le 20 décembre 1917. La Terreur rouge frappe les opposants et la population (3000 prêtres et moines sont tués en 1918, massacre et déportation des Cosaques…). Un Etat policier est installé qui se renforce avec le successeur de Lénine : Staline.

Staline (p. 207) : (1879-1953) : Après la mort de Lénine, Staline prend peu à peu le pouvoir. Il engage alors l’URSS dans une politique de transformation radicale de l’économie et de la société, dans un climat de terreur.

 

                                HISTOIRE DE L’ART : Le 9e art, la Bande Dessinée

BD-Tintin-et-les-Soviets.jpg

 

Tintin au pays des Soviets, 1930.

 

Tintin au pays des Soviets est le premier album des Aventures de Tintin et Milou. Hergé y raconte le voyage de Tintin en URSS.

 

Quel aspect du totalitarisme illustre l’extrait de Tintin au pays des Soviets ?

 

 

 

B. En Italie, pourquoi la démocratie ne résiste-t-elle pas à la montée du fascisme ?

 

                        1. Pourquoi la démocratie est-elle fragile après la 1ère Guerre mondiale ?

 

Texte 2 page 194 : L’Italie en 1920 vue par les fascistes

Question 2 page 195 : Quelles sont, pour l’auteur, les différentes caractéristiques de la crise que connaît l’Italie ?

L’Italie est après la Première Guerre mondiale en proie à de multiples crises :

* Crise morale : l’Italie figure parmi les nations victorieuses de la 1ère Guerre mondiale, mais le sentiment d’une « victoire mutilée »  (« lorsque l’Italie n’eût point la paix qu’elle méritait », l. 4-5) existe à cause des frustrations nées des accords de paix. L’Italie n’a pas obtenu tous les territoires revendiqués bien que promis par les Alliés en échange de l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés des Alliés.  

* Crise sociale : Les agitations sociales sont importantes avec des troubles dans les campagnes où les paysans pauvres occupent les terres et des mouvements ouvriers avec grèves et occupations d’usines : « que les champs furent abandonnés, que les usines furent désertées et que les grèves augmentaient la misère » (l. 10-12).

* Crise politique : dans le contexte économique et social difficile les communistes augmentent leur audience. La peur d’une révolution communiste suivant l’exemple de la Russie bolchevique est présente en Italie : « Lorsque les communistes, arrogants et cruels, prirent le contrôle de certaines régions d’Italie » (l. 8-10). 

_ La Première Guerre mondiale a fragilisé les démocraties comme l’Italie ou l’Allemagne. En Italie plusieurs crises contribuent aux tensions politiques :

* Crise morale avec la « victoire mutilée » : l’agitation nationaliste est liée aux frustrations née des accords de paix de la Première Guerre mondiale où l’Italie n’a pas gagné tous les territoires promis lors du Pacte de Londres de 1915 en échange de son engagement aux côtés de l’Entente (terres irrédentes de Dalmatie, ville de Fiume).

* Crises économique et sociale :

- La crise économique frappe la population. Les anciens combattants sont chômeurs ou mendiants alors que la petite bourgeoisie est ruinée par l’inflation. Cela favorise la montée des extrémismes politiques.

- Les tensions sociales sont fortes. Les paysans sans terres procèdent à des occupations de terres (plaine padane, en Italie centrale ainsi qu’au sud de l’Italie et en Sicile). Les paysans veulent en occupant les grandes propriétés pousser à la réforme agraire. Les ouvriers pratiquent des grèves et des occupations d’usines.

* Crise politique avec la peur d’une révolution communiste : les agitations paysannes et ouvrières suscitent la crainte d’une révolution communiste sur le modèle bolchevique de 1917. Ainsi, à Turin en 1920 les grévistes sont organisés en Gardes rouges.

 

Question 3 page 195 : A quel groupe politique les fascistes s’opposent-ils particulièrement ?

Les fascistes s’opposent aux communistes accusés de vouloir établir une dictature du prolétariat.

 

2. Comment la violence est-elle utilisée par les fascistes pour prendre le pouvoir ?

 

Texte 3 page 195 : Le pouvoir par la violence

Question 5 page 195 : Quel moyen d’action politique est employé par les fascistes ? Quel en est l’objectif ?

* Les fascistes emploient la violence comme arme politique contre les communistes « violer la rouge campagne ferrarraise » (l.3-4) et « « briser la terreur rouge » (l. 8-9). La violence est exaltée « violer », « briser », « l’action rude et âpre » et surtout « exaltation de la violence comme le moyen le plus rapide et définitif pour atteindre le but révolutionnaire ».

- Sur le terrain les « squadre », c’est-à-dire des groupes de fascistes en chemise noire agissent en vandalisant les locaux des syndicats et des journaux de gauche, en brutalisant les démocrates et socialistes en les frappant à coups de gourdin ou en les obligeant à boire de l’huile de ricin, en les assassinant !

* Le but est de faire cesser l’agitation sociale « briser la terreur rouge » (l. 8-9) puis de prendre le pouvoir : « face à l’idéale conquête de l’Etat » (  l. 18-19).

 

_ Le Fascisme s’oppose avec violence au communisme mais aussi aux socialistes et aux démocrates. Dans le contexte des troubles importants et de la paralysie de l’Etat en 1919 les fascistes reçoivent le soutien financier des industriels et des grands propriétaires pour briser les grèves.

* La création : L’ancien socialiste et combattant de guerre Benito Mussolini a fondé les Faisceaux de Combat en 1919. Le mouvement se développe fortement : les Faisceaux passent de 17 000 membres fin 1919 à 720 000 en 1922. Il devient alors le Parti National Fasciste (PNF).

* La violence fasciste : Pour faire cesser les grèves les squadristi « fascistes en chemise noire » (chômeurs, soldats démobilisés, jeunes bourgeois redoutant une révolution communiste) saccagent les locaux des syndicats et des journaux de gauche, brutalisent les opposants en les frappant à coups de gourdin, en les obligeant à boire de l’huile de ricin, enfin par des assassinats.

Fascisme (p. 194) : De »Faisceaux de combat », le mouvement politique créé en 1919 par Mussolini (dans la Rome antique, le faisceau symbolise l’autorité et l’unité). Il désigne ensuite le régime politique de Mussolini fondé sur le culte du chef et le rejet de la démocratie.

Mussolini (p. 199) : (1883-1945) : Fondateur des Faisceaux de combat en 1919, puis du parti national fasciste en 1921, il accède au pouvoir en 1922. En 1924, il a fait de l’Italie une dictature.

 

 

Rappel des faits historiques (1 min 34) : http://www.dailymotion.com/video/xf6j4v_la-marche-sur-rome-des-fascistes-en_news

OU http://www.aleph99.info/La-marche-sur-Rome-et-la-prise-de.html

 

Photographie 4 page 195 : La marche sur Rome

Texte 5 page 195 : L’Italie en 1924, une dictature ?

Question 6 page 195 : Par quels moyens Mussolini parvient-il au pouvoir ?

_ Les élections ne permettent pas à Mussolini de parvenir au pouvoir. Aussi il décide de prendre le pouvoir par un coup d’Etat. Le 24 octobre 1922 il organise une marche sur Rome de 30 000 Chemises Noires. Le roi Victor Emmanuel III ne fait pas intervenir la troupe. Au contraire, le 29 octobre 1922 le roi envoie un télégramme à Mussolini pour l’appeler au gouvernement. De 1922 à 1924 un gouvernement de coalition est dirigé par Mussolini.

 

Question 7 page 195 : Comment évolue le régime politique une fois les fascistes au pouvoir ?

De 1922 à 1924 Mussolini est président du Conseil et prépare la conquête totale du pouvoir. Le financement des industriels, une nouvelle loi électorale favorable aux fascistes et la terreur imposée par les chemises noires permettent à la coalition dirigée par les fascistes d’obtenir 44% des voix (2/3 des sièges à la Chambre des députés). Le  député et secrétaire général du parti socialiste, Giacomo Matteotti, accuse Mussolini et les dirigeants fascistes de malversations et de violences. Le 10 juin 1924, tandis qu'il se rend à l'Assemblée, il est enlevé et assassiné. Une partie des députés refuse de siéger et de nombreux fascistes quittent le parti. Mussolini revendique la responsabilité de l’assassinat le 3 janvier 1925 et annonce le début de la dictature.

_ Mussolini instaure progressivement un régime autoritaire en Italie.

* Les élections de 1924 sont un succès pour le PNF (44% des voix, 2/3 des sièges à la Chambre) à cause d’une nouvelle loi électorale favorable aux fascistes et à un climat de terreur imposé par les chemises noires.

* Le 10 juin 1924 Giacomo Matteotti, député et secrétaire général du parti socialiste, est enlevé et assassiné par les fascistes pour avoir dénoncé les violences et les manipulations électorales. Malgré le scandale Mussolini finit par revendiquer le 3 janvier 1925 la responsabilité de l’assassinat.

* Le 3 janvier 1925 Mussolini annonce la dictature. Elle est organisée par les lois fascistissimes (« lois de défense de l’Etat »), c’est un ensemble de lois établissant en 1925-1926 la dictature par l’usage de la censure, la suppression des partis politiques et des syndicats non fascistes, l’établissement d’un tribunal d’exception et d’une police secrète (l’OVRA) traquant les opposants. Les administrations sont épurées et les conseils municipaux supprimés. Mussolini se fait donner les pleins pouvoirs et devient le Duce (le chef).

 

 

 

            C. Pourquoi Adolf Hitler parvient-il au pouvoir démocratiquement en Allemagne ?

 

                        1. En quoi la crise économique et le refus de la démocratie expliquent l’ascension d’Hitler ?

 

Lien : http://www.dailymotion.com/video/xapheu_l-ascension-d-hitler-et-du-parti-na_news

 

 

Texte 1 page 196 : Le rejet de la République de Weimar

Question 1 page 197 : Qui, selon les parents de l’auteur du texte, est responsable de la défaite de l’Allemagne en 1918 ?

La défaite allemande de 1918 est imputée aux politiciens : « L’Allemagne a perdue la guerre […] Elle n’a pas été battue sur le terrain, mais poignardée dans le dos par les crapules qui la gouvernent à présent. » (l. 13-14). L’armée est considérée comme invaincue : « Elle n’a pas été battue sur le terrain » (l. 13) et dispose d’un grand prestige en particulier le maréchal Hindenburg.

Question 3 page 197 : Quels en sont, d’après certains Allemands, les responsables ?

Les Juifs sont considérés comme responsables du fait de leur influence négative sur l’Allemagne. Cet antisémitisme populaire considérant le Juif comme un « traître intérieur » facilite l’adhésion aux thèmes antisémites d’Adolf Hitler.

 

_ La République de Weimar est proclamée en Allemagne le 9 novembre 1918 dans un climat de défaite. L’opinion allemande considère les politiciens et les partis politiques et les Juifs (traîtres de l’intérieur) comme responsables de la défaite alors que l’armée garde un grand prestige. Ils sont accusés d’avoir « poignardé dans le dos » l’Allemagne en mettant fin à la guerre.

_ Le traité de Versailles de juin 1919 prive l’Allemagne de nombreux territoires peuplés de Polonais, de Français (Alsace-Lorraine), mais aussi de nombreux Allemands. Le « Diktat » de Versailles alimente le nationalisme allemand mais aussi l’antiparlementarisme.

_ La démocratie allemande est fragile comme le montre la tentative de coup d’Etat d’Adolf Hitler à Munich en novembre 1923, le « putsch de la brasserie ». Le dirigeant du parti nazi, le NSDAP, est emprisonné quelques mois pendant lesquels il rédige son livre-programme : Mein Kampf.

NSDAP (p. 196) : (Parti national-socialiste des travailleurs allemands) Parti dirigé par Adolf Hitler dès 1921 dont le programme fonde l’action du nazisme.

Adolf HITLER (p. 199) : (1889-1945) A la tête du NSDAP, il élabore une idéologie raciste et antisémite. Après l’échec en 1923 d’un coup d’Etat, il parvient légalement au pouvoir le 30 janvier 1933 : l’Allemagne devient rapidement une dictature.

 

Texte 1 page 196 : Le rejet de la République de Weimar

Affiche 2 page 196 : Crise économique et montée du nazisme

Question 2 page 197 : Quelle est la situation économique de l’Allemagne dans les années 1930 ?

_ La crise économique et le chômage de masse (30,8% de chômeurs en 1932 ; 6 127 millions de chômeurs) favorisent le succès électoral du parti nazi. Celui-ci passe de 2,6% aux élections législatives de 1928 18,3% en 1930, puis 37,4% en juillet 1932.

_ Le parti nazi devient avec la grande crise une force politique, recrutant ses nouveaux adhérents (200 000 en 1930) et ses électeurs dans les catégories les plus touchées : paysannerie frappée par la chute des exportations agricoles, petite et moyenne bourgeoisie menacées de prolétarisation et très sensibles au danger révolutionnaire, chômeurs.

 

 

 

                        2. Comment les nazis mettent-ils fin à la démocratie en Allemagne ?

 

Texte 1 page 196 : Le rejet de la République de Weimar

Photographie 3 page 197 : Une manifestation de force nazie

Question 4 page 197 : Quels moyens d’action les nazis emploient-ils ?

Les nazis disposent d’un service d’ordre, les SA (cf. photographie 3 avec les SA en uniforme, brassard à croix gammée et effectuant le salut hitlérien), qui s’opposent avec violence à leurs adversaires politiques : « combat de rue, entre communistes et nationaux-socialistes. » (texte 1. 17-18).

_ Les nazis créent un climat de violence politique en Allemagne avec les chemises brunes ou SA (service d'ordre du NSDAP éliminé lors de la « nuit des longs couteaux » le 30 juin 1934) puis par les SS qui terrorisent les opposants, communistes et démocrates.

SA (p. 196) : (Section d’assaut) Service d’ordre du NSDAP créé au début des années 1930.

SS (p. 116) : (section de sécurité) Organisation du parti nazi assurant à l’origine la sécurité de Hitler. Elle est ensuite chargée de poursuivre ceux que le nazisme définit comme des ennemis. Elle est l’instrument central de la terreur policière.

 

Texte 5 page 197 : La fin de la démocratie en Allemagne

Question 7 page 197 : Montrez que ce décret supprime la démocratie en Allemagne.

L'incendie du Reichstag sert de prétexte à Hitler pour édicter le décret « Pour la protection du peuple allemand » (28 février 1933) : les libertés publiques sont suspendues, 4000 militants de gauche sont arrêtés et le parti communiste est interdit.

Les élections législatives organisées en mars 1933 dans un climat de terreur donnent la majorité au NSDAP. Le 23 mars, Hitler obtient les pleins pouvoirs pour 4 ans. Le 14 juillet 1933, le NSDAP est proclamé parti unique. Les SA et la « police secrète d'État » – la Gestapo – traquent les opposants dont certains sont, dès cette époque, envoyés dans des camps de concentration. Enfin, au printemps 1933, commencent les persécutions contre les Juifs (boycott des magasins).

 

_ Hitler parvient légalement au pouvoir par des succès électoraux :

* Succès électoraux : Les élections législatives de septembre 1930 donnent 6,5 millions de voix et 107 sièges aux nazis. Celles de juillet 1932, 14 millions de voix et 230 sièges sur 607.La dissolution de l’Assemblée provoque de nouvelles élections en novembre 1932. Aucune coalition n’est capable de gouverner à cause de la force des extrêmes : Le NSDAP perd 4,2% des voix mais les communistes obtiennent 6 millions de voix et 100 sièges. Le président Hindenburg est donc confronté à une double menace, « rouge » et « brune ».

* Nomination par le président : Hitler s’est rapproché du patronat et a obtenu un financement pour sa campagne électorale ainsi qu’un appui pour demander au président de le nommer chancelier. Le 30 janvier 1933 le président Hindenburg nomme Hitler chancelier.

* Les conséquences de l’incendie du Reichstag : Le 27 février 1933 le Reichstag est incendié par les nazis. Un communiste est accusé. Hitler décide dès le 28 février l’interdiction du Parti Communiste, l’arrestation de 4 000 militants de gauche et de suspendre les libertés publiques.  Hitler obtient les pleins pouvoirs le 23 mars 1933. Le 14 juillet 1933 le NSDAP devient parti unique. La police politique (gestapo) traque les opposants et les envoient dans le premier camp de concentration (Dachau) ouvert en mars 1933.

* Plébiscite : Le maréchal Hindenburg meurt le 2 août 1934. Les fonctions de président du Reich et de chancelier sont fusionnées au profit d'Adolf Hitler. Ce coup d'État constitutionnel est ratifié, lors du plébiscite du 19 août 1934, par 90% des électeurs.

 

Conclusion : Le passage de démocratie à dictature est rapide : quelques mois en Allemagne, de 1921 à 1924 en URSS. La naissance des totalitarismes s’explique par la faiblesse des traditions démocratiques, le rôle de la brutalisation lors de la guerre de 1914-1918, la réaction brutale en Allemagne et en Italie contre la menace communiste. 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Jacqueline Haldemann 09/02/2012 19:34


J'aime votre blog. Merci de consulter mon blog mots-posters.com / streaming blog. Il est structuré par des clips univers divers, des textes et carnets d'adresses, de sujets tels que
histoire, musée, synopsis de film, menus, mode et défilé, actualité etc. Cordialement Jacqueline Haldemann