Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Histoire 1ère : Genèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste et nazi) (2)

27 Février 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

II. Quelle expérience commune et quelles spécificités présentent ces trois régimes ?

 

A. En quoi le projet de créer une société nouvelle est un projet idéologique commun aux trois totalitarismes ?

 

Texte 1 page 200 : Le fascisme : un projet révolutionnaire.

Texte 4 page 201 : L’Allemagne, un peuple, une culture.

Texte 5 page 201 : En URSS, le cinéma au service de la société nouvelle.

Question 1 page 201 : Relevez des citations qui montrent que le fascisme, le nazisme et le stalinisme veulent transformer l’homme et la société.

Les totalitarismes veulent transformer l’homme et créer une société nouvelle :

* Le fascisme : « Il veut renouveler […] l’homme, le caractère, la foi. Et dans ce but, il exige une discipline, une autorité dominant les esprits pour y régner sans conteste. » (texte 1, l. 20-21).

* Nazisme : texte 4, l.-4-5 : « Elle a complètement transformé les rapports des hommes entre eux, leurs rapports avec l’Etat et leurs interrogations sur la destinée. »

* Stalinisme : Texte 5, l.4-7 : « le cinéma aide la classe ouvrière et son parti à éduquer les travailleurs dans l’esprit socialiste, à organiser les masses […] »

 

_ La volonté d’inventer un « homme nouveau » et de transformer la société caractérise les trois totalitarismes.

_ L’objectif de transformation de la société est différent selon le type de totalitarisme :

* Installation d’une société sans classe avec le pouvoir au prolétariat en URSS ;

* Recréer l’Empire romain autour d’une grande Italie impériale pour Mussolini ;

* Domination de la race aryenne et création de la grande Allemagne (projet pangermaniste de l’espace vital ou Lebensraum).

Aryens (p. 206) : A l’origine, désigne les peuples de langue indo-européenne, sans implication de race. Pour les nazis, race supérieure à toutes les autres.

Espace vital (p. 207) : territoires nécessaires pour assurer la survie et la prospérité de la race aryenne.

 

Texte 1 page 200 : Le fascisme : un projet révolutionnaire.

Texte 4 page 201 : L’Allemagne, un peuple, une culture.

Question 2 page 201 : Expliquez ce qui doit limiter, d’après chaque texte, la liberté de l’homme.

La liberté de l’homme doit être restreinte dans le fascisme au profit de l’Etat et de la discipline imposée par l’Etat. « …tout est dans l’Etat et que rien d’humain ou de spirituel […] n’existe en dehors de l’Etat. » (texte 1 l. 8-10). L’Etat nazi place le peuple (c’est-à-dire la race aryenne) au-dessus de l’individu : « Les limites de la liberté individuelle s’arrêtent aux limites de la liberté du peuple » (texte 4, l. 7-9). Les individus doivent donc devenir des guerriers luttant pour la domination de la race aryenne et sa pureté !

 

_ Mussolini proclame : « L’individu n’est rien, l’Etat est tout ». Les libertés individuelles sont supprimées au profit de l’Etat totalitaire et de son projet :

* L'individu doit une totale obéissance à l’Etat italien pour le régime mussolinien ;

* En Allemagne, l'individu s'efface devant la notion de race aryenne ;

* En URSS, l'individu s'efface devant la notion du pouvoir des ouvriers, la dictature du prolétariat.

                       

 

B. Quelles sont les différences entre les régimes totalitaires ?

 

                        1. Quelles sont les différences dans la pratique et les cibles de la terreur ?

 

Illustration 3 page 205 : Propager l’antisémitisme

 

Texte 4 page 203 : Réquisitions et répressions

Question 6 page 203 : Comment les difficultés économiques sont-elles expliquées par le pouvoir communiste ?

 

Question 7 page 203 : Comment réagit-il ?

 

_ Dans les régimes totalitaires la terreur est une méthode de gouvernement. Elle comporte des degrés différents. Les personnes sont les cibles de la terreur pour des raisons différentes selon les pays :

* Raison politique : en Italie les opposants politiques sont victimes d’arrestation.

* Raison raciste : l’Allemagne nazie pourchasse les personnes considérées comme races inférieures, juifs et tziganes.

* Raison idéologique d’ordre économique : Les ennemis de classe sont victimes de la terreur. Les petits propriétaires nommés koulaks sont déportés dans des goulags.

_ Le bilan de la terreur diffère selon les types de totalitarismes : Moins de 10 000 condamnations ont été prononcées en Italie fasciste ; dans l’Allemagne nazie 30 000 juifs ont été déportés pendant la nuit de Cristal. 

Koulak (p. 202) : Paysan propriétaire de sa terre, devenu synonyme d’opposant à la collectivisation ; la répression envers les koulaks est appelée dékoulakisation.

Goulag (p. 212) : camps de concentration et de travaux forcés où sont regroupés ceux que le régime soviétique considère comme des adversaires.

 

                        2. En quoi le système économique communiste est une spécificité du totalitarisme soviétique ?

 

Tableaux 5 a et c page 203 : Les bouleversements de l’URSS

Quels sont les bouleversements économiques de l’URSS ?

 

_ Le projet économique de l’URSS est marqué par la collectivisation avec la création de kolkhoze. Le communisme se démarque ainsi de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie où le capitalisme est maintenu.

_ La collectivisation a entre 1930 et 1933 de lourdes conséquences : 1000 000 de paysans expropriés, 2 300 000 paysans déportés et entre 5 à 6 millions de morts par la famine. Le bilan est terrible en Ukraine où l’on parle d’une « extermination par la faim » nommée Holodomor.

Collectivisation (p. 202) : appropriation par la collectivité ou l’Etat des moyens de production.

Kolkhoze (p. 202) : exploitation agricole dans laquelle la terre, le bétail et les outils sont détenus collectivement par les paysans.

 

_ L’URSS compte financer seule le développement économique basé sur l’industrie lourde. Mais, faute de capitaux, les paysans sont transformés de force en ouvriers soumis à une discipline de fer (cadences élevées, absences punies). Les ouvriers sont incités à travailler davantage avec l’exemple d’Alexeï Stakhanov, célèbre mineur qui aurait réalisé l’abattage de 14 fois plus de charbon que la norme en vigueur. Il est érigé en modèle par le régime.

III. Comment les sociétés totalitaires encadrent-elles les masses ?

 

A. Comment la société est-elle soumise à une intense propagande ?

 

Lien « Quand j’entends le mot culture, je sors mon révolver » (Baldur Von Schirach) : http://www.dailymotion.com/video/x5p5mg_quand-jentends-le-mot-culture-je-so_news

 

Texte 5 page 201 : En URSS, le cinéma au service de la société nouvelle

Question 6 page 201 : Par quels moyens les régimes totalitaires cherchent-ils à diffuser leur idéologie ?

_ Les régimes totalitaires soumettent à une intense propagande les masses pour diffuser leur idéologie et « fabriquer du consentement ». La propagande utilise de nombreux médias modernes :

* La radio est employée par exemple par le ministre nazi de la propagande Goebbels ;

* le cinéma est utilisé en URSS par exemple avec les films d’Eisenstein comme le Cuirassé Potemkine en 1925 ou Ivan le terrible tournée en 1942-1944 et qui reçoit le prix Staline en 1945.

_ Le contrôle de la presse et des médias s’accompagne d’autodafés, d’incendie de livres en place publique. Le dignitaire nazi Baldur Von Schirach indique la position des nazis face à ce qui n’est pas considéré comme aryen « Quand j’entends le mot culture, je sors mon révolver ».

 

B. Comment la propagande instaure-t-elle le culte de la personnalité ?

 

Lien : http://www.dailymotion.com/video/xakxu6_la-propagande-et-le-culte-de-la-per_news

 

Texte 2 page 208 : Le culte voué à Staline

Texte 3 page 208 : L’obéissance absolue au Führer

Texte 4 page 209 : Les qualités d’un chef : Mussolini

 

Question 2 page 209 : Quelles sont les qualités prêtées à Staline ? A Mussolini ?

 

Question 4 page 209 : D’après ces documents, quelles conséquences a l’action du chef sur l’état d’esprit de la population ?

 

Question 5 page 209 : Quelle doit être l’attitude de la population envers lui ?

 

_ Le culte du chef est présent partout. André Gide décrit en 1936 dans son livre Retour d’URSS le culte de Staline qui se manifeste par la multiplication des portraits et statues, par des louanges tournant à l’idolâtrie.

_ Le chef dispose d’une autorité charismatique. Il est considéré comme

* un surhomme : Mussolini est décrit comme athlète, écrivain, législateur et artiste.

* un guide infaillible : (« Mussolini a toujours raison »). Le chef porte un titre montrant cette infaillibilité : Duce pour Benito Mussolini, Führer pour Hitler. Joseph Staline est le « petit père des peuples ». Le chef dirige à la fois le parti et l’Etat.

_ Des grandes cérémonies politiques célèbrent le culte du chef par exemple en Allemagne les congrès du parti nazi à Nuremberg de 1936. La mise en scènes grandioses montre un peuple discipliné et enthousiaste sous l’autorité de son chef.

Autorité charismatique (p. 214) : pouvoir qui se fonde sur les qualités supposées extraordinaires d’un homme.

 

C. Comment toutes les étapes de la vie sont-elles encadrées par les sociétés totalitaires ?

 

Photographie 1 page 210 : Jeunesse et idéologie nazie

Photographie 4 page 211 : Une parade d’organisations communistes de jeunesse

Photographie 6 page 211 : Une parade des Fils de la louve

Question 1 page 211 : Quelles sont les organisations de jeunesse créées par chaque totalitarisme ? Quel est l’âge des enfants concernés ?

 

_ Les étapes de la vie de l’individu doivent être politisées et au service du régime. La jeunesse est une priorité pour enraciner les régimes et supprimer toute opposition. L’encadrement de la jeunesse et l’embrigadement par la propagande sont utilisés pour s’assurer la soumission des masses. Le but est de fabriquer l'obéissance par le consentement.

_ Un endoctrinement précoce doit permettre une pleine adhésion au régime totalitaire :

* En Allemagne par les jeunesses hitlériennes ;

* en URSS : Komsomols ;

* en Italie : fils de la Louve… Dans ces associations de jeunesse, c’est encore une fois le groupe qui prime devant l’individu qui n’est plus rien pris seul.

_ L’Etat fasciste a une forte emprise sur les individus. En effet il organise l’encadrement de la jeunesse :

* de 4 à 8 ans, l’enfant est fils de la Louve,

* de 8 à 14, il intègre les ballilas et reçoit une formation prémilitaire,

* de 14 à 18 dans les avant-gardistes, avant d’entrer dans les Jeunesse italiennes du Parti.

 

D. Comment la terreur est-elle employée comme méthode de gouvernement ?

 

Texte 5 page 213 : L’action de la police politique en URSS

Question 4 page 213 : Qui est considéré comme un ennemi en URSS ? Pour quelle raison ?

_ La population est obligée d’obéir sinon elle risque la déportation au goulag : 15 millions de personnes sont déportés entre 1930 et 1953. La police politique s’appuie sur un important réseau d’informateurs et d’espions pour surveiller la population soviétique. Les accusations de complot sont nombreuses pour cacher les échecs du régime. Le gouvernement stalinien s’appuie sur la peur. Des « purges » frappent les différentes catégories de population sans exception. A la fin de la vie de Staline le « complot des blouses blanches » permet de s’attaquer aux médecins…

Purges (p. 214) : vagues d’exclusion du parti communiste d’URSS de 1936 à 1938 sous la fausse accusation d’activités anticommunistes.

 

OU

 

_ Des purges sont organisées en URSS contre les ennemis politiques et les adversaires économiques :

* adversaires économiques : Les petits propriétaires (koulaks) sont expropriés et déportés. Cette dékoulakisation conduit 5 millions de personnes au goulag.

* ennemis politiques :

- Les anciens compagnons de Lénine (comme Trotski) et leurs partisans sont accusés de trahisons. Ces accusations ne sont pas crédibles, elles cachent l’élimination par Staline d’opposants prestigieux (car anciens compagnons de Lénine).

- Dès 1933, 25% des membres du parti communistes sont exclus. Les « procès de Moscou » se déroulent une première fois en 1936 où des dizaines de milliers de membres du parti sont exécutés ou déportés en Sibérie. En 1938, une deuxième série de « procès de Moscou » est organisée.

- En 1939, le bilan est le suivant: tous les dirigeants du parti bolchevik de 1917 encore vivants en 1935 ont été exécutés (sauf Staline et Trotski exilé en 1929, mais Staline le fait assassiner en 1940), 70% des membres du Comité Central ont été liquidés et 60% des délégués au congrès de 1934. Dans l'armée, 2 maréchaux sur 4, tous les amiraux, 14 des 16 généraux d'armée... 35% des officiers sont exécutés.

 

Quels sont les autres moyens de surveillance et de répression des régimes totalitaires ?

_ Les régimes totalitaires comportent des polices politiques : GPU puis NKVD en URSS, OVRA en Italie, Gestapo en Allemagne.

_ Les ennemis du régime sont confinés en Italie dans des endroits isolés (procédure de confinamento comme l’illustre le livre Le Christ s’est arrêté à Eboli). En URSS les individus qui n’avaient parfois que le tort d’être propriétaires paysans (koulaks) sont déportés en Sibérie dans des goulags. En Allemagne les opposants communistes ou démocratiques sont envoyés en camps de concentration comme Dachau ; les juifs et tziganes sont eux envoyés en camps d’extermination.

GPU (p.  214) : police politique soviétique, elle prend le nom de NKVD en 1934.

OVRA (p. 214) : (organisme de vigilance et répression de l’antifascisme) police politique fasciste créée en 1926.

Gestapo (p. 214) : police politique secrète, créée par le régime nazi en avril 1933.

 

Partager cet article

Commenter cet article