Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours géographie 1ère S : La région territoire de vie, territoire aménagé 1/3

5 Novembre 2014 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

 

LA REGION : TERRITOIRE DE VIE ET TERRITOIRE AMENAGE

7 à 8 heures                                                                                 Manuel Magnard

2-3 heures : acteurs de l’aménagement

5-6 heures : étude de cas région

 

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/lycee/99/5/04_RESS_S_1_Geo_Th1_284995.pdf

 

Introduction : La France comporte 27 régions (22 régions métropolitaines et 5 DROM). Avec  les lois de décentralisation de 1982 (loi Deferre) et la loi constitutionnelle de 2003 les régions sont devenues des collectivités territoriales disposant de compétences variées comme l’aménagement du territoire, le développement économique, mais aussi la formation professionnelle ou encore la gestion des lycées.

La décision de regrouper les régions en de vastes ensembles de dimension européenne (comme les Länders allemands) provoque réflexions et réactions sur le découpage de nouveaux ensembles. La Champagne-Ardenne devait d’abord être réunie à la Picardie. Aujourd’hui, à la Lorraine et à l’Alsace malgré les mécontentements des Alsaciens.

Problématique :

1)Quels sont les rôles des acteurs (Etat, conseil régional, communes) pour la région ?

2) En quoi la région est-elle un territoire de vie ?

 

I.Quels sont les acteurs et les enjeux de l’aménagement des territoires du quotidien ?

 

            A. Quels sont les acteurs de l’aménagement ?

 

 

 

Les acteurs du territoire à différentes échelles

 

Les acteurs du territoire à différentes échelles

 

 

TEXTE DE WIKIPEDIA : http://fr.wikipedia.org/wiki/Romilly-sur-Seine#Projets_d.27am.C3.A9nagements

Chercher dans la rubrique : « Economie, généralités »

« Néanmoins, entre la fin des années 1990 et la première moitié des années deux mille, les emplois dans les services se sont développés : implantation de services de santé (scanner, extension d'un hôpital de jour), création d'une nouvelle zone commerciale sur une friche militaire (zone de la "Belle Idée"). La commune, en lien avec la Région, le Département, les offices HLM et l’ANRU a entrepris un vaste projet de restructuration urbaine destiné à améliorer le "Nouveau Romilly". Ce projet se structurait autour de la naissance d'un centre culturel, des démolitions d'immeubles vétustes, de constructions de nouveaux pavillons. »

QUESTIONS :

1) A partir de ce texte indiquer quels sont les acteurs présidant à la réalisation du « Nouveau Romilly ».

2) Indiquer sous forme de schéma qui sont ces acteurs et quels sont leurs rôles dans l’aménagement du territoire et quelles sont leurs relations entre eux.

 

 

 

1) A partir de ce texte indiquer quels sont les acteurs présidant à la réalisation du « Nouveau Romilly ».

 

_ « La commune, en lien avec la Région, le Département, les offices HLM et l’ANRU » ont décidé, financé, mis en œuvre le projet du Quartier des Lumières. Les acteurs des territoires du quotidien sont donc présents aux différentes étapes du projet et à différentes échelles.

 

 

 

 

2) Indiquer sous forme de schéma qui sont ces acteurs et quels sont leurs rôles dans l’aménagement du territoire et quelles sont leurs relations entre eux.

 

 

 

 

Acteurs de l’aménagement des territoires

 

 

 

Acteurs de l'aménagement des territoires

 

 

 

 

_L’aménagement des territoires du quotidien est réalisé par la collaboration de plusieurs acteurs (partenariat financier, co-décisions, etc.) : communes, départements, régionset collectivités territoriales mais aussi « pays » au niveau régional, Etat à l’échelle nationale et Union Européenne à l’échelle internationale.

 

 

 

 

 

 

 

Commune (p. 312) : héritée de la Révolution française la commune est la plus petite collectivité territoriale et la seule à bénéficier de la compétence générale depuis la réforme territoriale de 2010 (36 680 communes au 1er janvier 2011).

 

Département (p. 312) : création de la Révolution, le département devient collectivité locale autonome avec un exécutif élus en 1871. On compte 101 départements (dont 5 d’outre-mer qui ont également le statut de région). Le département a des compétences étendues dans les secteurs sanitaire et social, le financement des collèges, l’entretien des routes départementales.

 

Région (p. 314) : regroupement de départements créé en 1955, la région devient une collectivité territoriale par les lois de décentralisation de 1982 avec un Conseil régional élu au suffrage universel. On compte 22 régions métropolitaines. Les cinq départements d’outre-mer ont également le statut de Région.

 

Collectivité territoriale (p. 50) : structure administrative, distincte de l’administration de l’Etat, qui doit prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis (commune, département, région).

 

Pays (p. 314) : espace d’une taille inférieure à la région qui est promu dans les lois Pasqua (1995) et Voynet (1999) comme territoire de projet fondé sur une cohésion géographique, historique et culturelle, où le développement est voulu par les acteurs locaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B. Quels sont les enjeux de l’aménagement à différentes échelles ?

 

TP Stratégies d’acteurs Des acteurs en conflit sur un projet d’aménagement

 

Question 1 page 37 : Quels sont les acteurs mobilisés par le projet ?

_ Pour la LGV Bordeaux-Toulouseles acteurs mobilisés par le projet sont :

1) Favorable au LGV

- Des acteurs économiques :

* Réseau ferré de France (RFF)

- Des acteurs politiques :

*l’association « TGV Sud-Ouest » regroupant des présidents  (de la région Midi-Pyrénées, du département de la Haute-Garonne, et du Grand-Toulouse).

* Le ministère du développement durable relevant de l’Etat.

* Pour le réseau transeuropéen l’Union européenne et les pays de la péninsule ibérique.

2) Opposé aux tracés prévus de la LGV:

- Des associations de citoyens et d’élus des citoyens :

* Collectif USV (regroupement de 17 communes contre le tracé de la LGV)

*Association comme « Très Grande vigilance en Albret » appuyé par des milliers de manifestants et des élus.

- Des particuliers :

* Les propriétaires (propriétaire du château de Pompignan, classé monuments historiques)

_Les territoires du quotidien sont multiples : domicile et lieux de travail, centres commerciaux, mais aussi parkings et gares pour les déplacements liés au travail et aux loisirs… L’insertion des territoires du quotidien dans la mondialisation, comme avec un équipement TGV (LGV Bordeaux –Toulouse), suscite des débats entre de nombreux acteurs économiques (Réseau Ferré de France), politiques (Etat, région, département, commune, etc.), associations de citoyens et particuliers.

 

 

 

 

 

 

 

 

Question 2 page 37 : A quelles échelles interviennent-ils ?

 

_ Les acteurs politiques et économiques de l’aménagement sont présents à toutes les échelles, depuis l’Union européenne avec l’établissement des priorités du réseau du transport transeuropéen (texte. 3) jusqu’aux villages et aux particuliers (texte 2).

 

 

_Les acteurs publics de l’aménagement interviennent à toutes les échelles. Les enjeux changent selon l’échelle des acteurs :

*A l’échelle internationale l’Union européenne accorde des aides aux régions en retard de développement par le FEDER. Dès 1999 le Schéma de développement de l’Europe communautaire présente un objectif de « cohésion territoriale ».

*A l’échelle nationale l’Etat garde un rôle central et définit les grandes orientations des aménagements. La politique d’aménagementdes territoires en France est coordonnée par la DATAR, une administration placée sous l’autorité du Premier ministre.

*A l’échelle régionale : Avec la décentralisation un grand nombre de compétences d’aménagement du territoire relèvent aujourd’hui des collectivités territoriales. Mais l’Etat et la région coopèrent à travers des CPER permettant pour 7 années de financer des infrastructures.  

*A l’échelle locale : communes et « pays » disposent des compétences de proximité. Les contrats de ville permettent de réaliser des projets urbains par un contrat avec l’Etat pour intervenir sur l’habitat, les transports, l’éducation…

 

FEDER ou Fonds européen de développement régional(p. 313) : créé en 1975, ce fonds structurel, le plus important, favorise la réduction des disparités régionales en cofinançant des programmes de développement établis en partenariat entre l’Union européenne, les Etats membres et les collectivités territoriales.

 

DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale) (p. 312) : créée en 1963 sous le nom de Délégation à l’aménagement du territoire et de l’action régionale, la Datar a eu un rôle de réflexion, d’impulsion et d’animation des politiques d’aménagement du territoire de l’Etat. Elle est devenue la DIACT (Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires) entre 2006 et 2009.

 

CPER ou contrat de projet Etat-Région (p. 312) : document par lequel l’Etat et une Région s’engagent sur la programmation et le financement pluriannuel de projets importants pour l’aménagement du territoire. Ils ont succédé en 2007 aux contrats de plan institués depuis 1982.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Question 3 page 37 : Quels sont les principaux arguments échangés ?

 

_ Le débat sur le tracé et l’existence du TGV Bordeaux Toulouse a pour principaux arguments 

 

Arguments favorables :

 

* Diffuser la grande vitesse ferroviaire au quart Sud-Ouest de la France (doc. 3), rapprocher les métropoles (Bordeaux Toulouse) entre elles, et de mieux relier la France et la péninsule ibérique. (doc. 3)

 

* des retombées économiques sont implicitement attendues par les acteurs politiques et économiques (doc. 6).

 

- Arguments contre :

 

* éviter les nuisances : « un parcours « moins impactant pour les habitants et le patrimoine » (doc. 5)

 

* la conservation et la protection du patrimoine, comme le château de Pompignan, classé monument historique. (doc. 2)

 

* le côté technique avec la dimension irréalisable des mesures prévues : « faire passer le TGV dans un tunnel sous son parc, mais « techniquement, ce n’est pas réalisable »

 

* des raisons environnementales, patrimoniales et financières » (doc. 5)

 

 

 

Question 4 page 37 : Quels liens existe-t-il entre leur position et l’échelle de territoire à laquelle ils se situent ?

 

_ La réaction des acteurs (hommes politiques, entreprises, citoyens et associations) face à un aménagement est souvent en relation avec les retombées économiques attendues ou les nuisances redoutées. Ainsi le tracé de la ligne LGV Toulouse-Bordeaux est rejeté par les personnes dont le village ou la propriété est à proximité des installations prévues. Cette attitude lorsqu’elle vise seulement à déménager le problème ailleurs est qualifiée de Nimby.

 

_L’attitude des acteurs politiques, économiques, des associations et des citoyens face à un aménagement varie selon l’échelle de territoire à laquelle il se situe. Ces attitudes correspondent également à des enjeux au sein de la mondialisation.

*A l’échelle internationale : La mondialisation met en concurrence les espaces. Pour augmenter la compétitivité des territoires dans la mondialisation des fonds européens et nationaux sont investis, des élus régionaux tentent de renforcer l’attractivité de leurs territoires (gare TGV, technopôles, etc…)

*A l’échelle nationale : l’Etat doit dans ses missions assurer l’équité territoriale et le développement durable. Les partenariats avec les collectivités territoriales permettent d’élaborer des politiques d’aménagement à long terme pour les communes (SCOT) et l’environnement (Agenda 21).

*A l’échelle locale : La réalisation d’une infrastructure déclarée d’utilité publique (comme le TGV) rencontre parfois l’opposition de citoyens adoptant une attitude Nimby. NIMBY : vient de l’anglais Not In My Back Yardqui signifie « pas dans mon arrière-cour ». L’expression désigne un individu ou groupe qui refuse les nuisances d’un équipement d’intérêt général dans son environnement proche.

 

SCOT  Schéma de cohérence territoriale (p. 315) : document de planification supra communale élaboré à l’initiative d’un groupement de communes sur un territoire élargi (bassin de vie, Pays). Il expose une vision stratégique de l’aménagement et du développement de ce territoire à long terme (15 ou 20 ans). Il sert de cadre de référence aux PLH, PLU, PDU…

 

Agenda 21 (p. 312) : ensemble des recommandations pour le XXI siècle, visant à sauvegarder la planète Terre dans une problématique de développement durable. Proposé lors de la Conférence de Rio en 1992, l’Agenda 21 s’applique à toutes les échelles territoriales : la planète, l’Etat, la Région, la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le découpage territorial de la France

Les transformations de la gestion territoriale en France

Partager cet article

Commenter cet article