Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours Géographie 1ère : Les territoires ultramarins de l'Union européenne (1)

2 Mai 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

 

 

LES TERRITOIRES ULTRAMARINS DE L’UNION EUROPEENNE

5 à 6 heures                                                                                                 Manuel Magnard

 

 

Introduction : Les territoires ultramarins des Etats de l’Union européenne (Danemark, Espagne, France, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni) sont nombreux et de deux types :

 * les régions ultrapériphériques (RUP) : Açores, Madère (Portugal), Canaries (Espagne),

Réunion, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Mayotte, Saint- Martin, Saint – Barthélemy (France).

            Elles font partie intégrante du territoire de l’Union européenne et bénéficient des moyens et des aides de natures diverses de la part de l’UE : Fonds social européen (FSE), FEDER, programme Interreg… ;

- les pays et territoires d’Outre-mer (PTOM) : une vingtaine de territoires qui relèvent de quatre Etats : France (Polynésie française, Saint-Pierre et Miquelon, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna, Terres antarctiques et australes françaises…) ; Royaume – Uni (Anguilla, Montserrat, Falkland, Bermudes, Pitcairn, Caïman, Sainte-Hélène…) ; Danemark (Groenland) ; Pays-Bas (Aruba, Antilles néerlandaises). Ces territoires ne font pas partie intégrante du territoire de l’Union européenne, mais leurs habitants sont des citoyens européens.

             Les PTOM ont un statut d’association avec l’UE et reçoivent des aides du Fonds européen de développement (FED), instrument principal de l’aide communautaire à la coopération et au développement. Ils bénéficient aussi de l’aide de la Banque européenne d’investissement (BEI) et participent à certains programmes communautaires (éducation, environnement, santé, transports…).

 

 

 

 

Problématique : 1) Comment les territoires ultramarins des Etats de l’UE gèrent-ils les effets de la distance, l’insularité ? Quelles sont leurs spécificités socioéconomiques ?

2) Quels types de relations s’établissent entre les territoires ultramarins et l’Union européenne ?

3) Quel est le positionnement des territoires ultramarins des Etats de l’UE dans leur « aire régionale » ?

 

I. Etude de cas : la Guadeloupe

 

ETUDE DE CAS : TP. pages 210-213

 

            A. Quelles sont les caractéristiques du territoire ultramarin ?

 

Lien vidéo (2 min) : http://www.imineo.com/documentaires/decouverte/caraibes/histoires-iles-guadeloupe-video-9321.htm

 

 

Question 1 page 211 : Localisez la Guadeloupe (1 et atlas p. 322). Quelles sont les îles qui constituent cet archipel ?

La Guadeloupe fait partie des Petites Antilles, elle se situe dans la mer des Caraïbes, c’est-à-dire à l’Est de l’Amérique centrale dans l’Océan Atlantique. Elle se trouve à 7 000 km de la métropole.

C’est un archipel composé de deux îles principales, Grande- Terre et Basse-Terre, reliées par deux ponts qui permettent de franchir un étroit bras de mer (la Rivière Salée), et de trois autres îles appelées dépendances : les Saintes, la Désirade et Marie-Galante.

 

Question 2 page 211 : A  quelles difficultés la région est-elle confrontée (1, 3, 4, 6, 7) ? Pourquoi son économie est-elle fragile (5)?

L’île est confrontée à plusieurs difficultés : la discontinuité avec le reste du territoire métropolitain marquée par son éloignement, l’insularité qui renforce son isolement, la fragmentation territoriale liée à son caractère archipélagique et d’importants aléas, par exemple climatiques : de climat tropical, la Guadeloupe se trouve sur la trajectoire des cyclones.

À ces difficultés s’ajoutent les faiblesses structurelles de son économie dont le système productif est surtout fondé sur l’agriculture d’exportation (monoculture de la banane, au cours très dépendant des marchés mondiaux) et sur le tourisme, soumis aux aléas et à la concurrence des îles voisines.

La Guadeloupe est donc confrontée à un taux de chômage plus élevé qu’en métropole (supérieur à 20 % alors qu’il est inférieur à 10 % en métropole) et à des prix plus élevés qu’en métropole, d’où est importée une grande partie des produits de consommation courante (vie chère). Le coût des produits de grande consommation a fait l’objet des revendications lors des manifestations de février 2010.

 

Question 3 page 211 : Comment la Guadeloupe s’efforce-t-elle de dépasser son insularité (2) ?

La Guadeloupe essaie de dépasser son insularité grâce à la modernisation de ses infrastructures de communication, en particulier de son port à conteneurs, afin de pouvoir multiplier les échanges avec la métropole et avec ses voisins.

 

 

            B. Comment la Guadeloupe est-elle insérée dans son bassin régional ?

 

Question 1 page 213 : Comparez la situation de la Guadeloupe et de la Martinique avec celle de leurs proches voisins (8, 11) ?

La Guadeloupe et la Martinique ont un statut juridique différent de leurs voisins caribéens. Départements et régions d’outre-mer (DROM), elles sont complètement intégrées au territoire français même si elles disposent, dans le cadre de la politique de décentralisation, d’une certaine souplesse pour adapter la loi aux spécificités locales.

Il existe aussi une différence de niveau de vie entre les deux DROM et les îles voisines, dont la plupart sont moins développées.

 

Question 3 page 213 : Pourquoi la Guadeloupe est-elle faiblement intégrée dans la Caraïbe (12) ? Comment l’UE tente-t-elle d’y remédier (13, 14) ?

La Guadeloupe est faiblement intégrée dans la Caraïbe pour des raisons économiques (écart de richesse, politique française protectionniste…), culturelle (les îles voisines sont pour la plupart anglophones ou hispanophones), mais aussi à cause de la faiblesse des infrastructures de transport qui ne permettent pas d’importants échanges.

L’UE tente de faciliter l’intégration de la Guadeloupe dans l’espace caribéen en finançant des projets de coopération qui apportent des solutions aux problèmes communs à l’ensemble de la région comme, par exemple, la gestion des risques naturels dans une zone fortement exposée à de multiples aléas : cyclones, séismes, volcanisme…

 

 

C. Quels sont les liens entre Union européenne et la Guadeloupe ?

 

Question 2 page 213 : Analysez l’action de l’Union européenne pour le développement de la Guadeloupe : objectifs, moyens, acteurs concernés, résultats (9, 10, 14) ?

La Guadeloupe bénéficie de nombreuses aides financières venant de l’UE dans le cadre de différents fonds. Ces aides visent à favoriser le développement de l’île, en particulier en finançant des projets pour réduire les effets de l’éloignement et de l’insularité et valoriser les spécificités locales. La promotion de la banane guadeloupéenne, cofinancée par l’UE, ou encore le développement d’un parc éolien à la Désirade ou à Marie Galante illustrent cette logique.

 

 

SCHEMA : GUADELOUPE

On dit souvent que la Guadeloupe ressemble à un papillon dont l'une des ailes est la Basse-Terre l'autre la Grande-Terre.

 

 

Partager cet article

Commenter cet article