Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MUSECLIO

Cours géographie 1ère : (archive 2012) Les espaces productifs dans la mondialisation (3)

25 Mars 2012 , Rédigé par M. Martineau Publié dans #Cours 1ère

  Archive 2012 : allègement de programme

 

 

 

III. Quels sont les effets de la concurrence internationale sur les espaces agricoles ?

Une agriculture peut-elle être à la fois protégée, nourricière, saine et compétitive internationalement ?

 

A. Quelles sont les stratégies des acteurs agricoles pour être compétitifs au sein de la mondialisation ?

 

Lien vidéo : http://www.m6bonus.fr/actualites-2238/video-expliquez_nous_l_agriculture-61850.html

 

Tableau-chiffre-agriculture-francaise.jpg

 

En quoi ce tableau est-il révélateur de l’insertion de l’agriculture française dans la mondialisation ?

_ La France est la quatrième puissance agricole mondiale et le premier producteur agricole de l’Union européenne. Le secteur agricole s’appuie sur de puissantes FTN : Danone (produits laitiers), Doux (volailles), Limagrain (semences). L’ensemble des filières des industries agro-alimentaires représente près de 20% du PIB. La France, première bénéficiaire de la Politique Agricole Commune (10 milliards d’euros en 2008) doit négocier avec des pays comme le Royaume-Uni désireux de réduire les aides.

Politique Agricole Commune (p. 314) : mise en place dès le traité de Rome, elle a permis à l’UE de devenir autosuffisante et même excédentaire en termes de production agricole. Plusieurs fois amendée, elle constitue aujourd’hui le deuxième poste des dépenses de l’UE.

 

Couverture magazine Télérama 11 page 143 : Le nombre de paysans ne cesse de diminuer dans une agriculture toujours plus productive.

Quels sont les dangers menaçant l’agriculture française ?

_ Concurrence : La mondialisation soumet à une très forte concurrence les agriculteurs français. Les céréaliculteurs sont en concurrence avec les pays neufs du groupe de Cairns, avec la Russie et l’Ukraine ; les viticulteurs sont concurrencés par les vins américains et chiliens…

_ Dépendance des marchés internationaux : Les prix des productions agricoles et donc les revenus des agriculteurs évoluent en fonction des fluctuations de la demande mondiale. L’activité des agriculteurs est clairement dépendante de l’évolution des marchés internationaux. Les petits producteurs sont parfois conduits à la faillite…

_ Crise environnementale : la pollution produite par l’agriculture est variée : risques sanitaires liés aux excès d’engrais et de pesticides, pollution des nappes souterraines ; forte consommation d’eau lors des épisodes de sécheresse (pour irriguer le maïs)… Elle est de plus en plus contestée par les citoyens à l’exemple des algues vertes en Bretagne provoquée par les nitrates issues de l’agriculture intensive.

Cairns (p. 312) : le groupe de Cairns est une organisation internationale créé en août 1986 à Cairns en Australie, réunissant des pays exportateurs de produits agricoles partisans de la libéralisation des échanges de produits agricoles et opposés aux subventions et mesures de protection notamment de l’Union européenne et des Etats-Unis.

 

 

Illustration 10 page 143 : Les labels, atouts de l’agriculture de demain

A quelles stratégies économiques correspondent ces labels convoités par les espaces agricoles français ?

_ Les agriculteurs adoptent des stratégies diverses pour rivaliser dans une concurrence accrue par la mondialisation :

* adoption de labels : les labels permettent de certifier l’origine ou la qualité d’un produit agricole. Ils permettent aussi de valoriser les produits des agriculteurs auprès des consommateurs. Dans un but d’harmonisation les labels européens remplacent les labels français.

* adoption du développement durable pour l’agriculture sous la forme de l’agriculture biologique ou de l’agriculture raisonnée.

* L’emploi des biotechnologies est l’objet de débat : La France finance la recherche sur les OGM (organismes génétiquement modifiés) mais la culture est interdite.

Appellation d’origine contrôlée (p. 312) : créé en 1912, l’AOP est un label européen pour protéger « un produit dont la production, la transformation et l’élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté. »

Agriculture biologique (p. 312) : agriculture qui n’utilise pas de produits chimiques.

Agriculture raisonnée (p. 312) : agriculture qui limite les nuisances environnementales.

 

TP pages 146-147

 

Question 1 page 147 : A quels défis le vignoble de Bordeaux est-il confronté (2, 4) ? Quelles en sont les conséquences ?

Le vignoble bordelais est confronté à la diminution de la demande et à la concurrence internationale. Les ventes ont fortement chuté, mettant en péril certaines exploitations viticoles.

 

Question 2 page 147 : Quelle stratégie les acteurs du vignoble déploient-ils (1, 3, 6) ?

L’avenir du vignoble bordelais peut reposer sur son image positive (les grands crus ont une réputation mondiale) et trouver des débouchés nouveaux vers les marché émergents d’Asie, en Chine essentiellement. Le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) est en ce domaine un acteur majeur.

 

Question 3 page 147 : Sur quels atouts le vignoble de Bordeaux peut-il compter (1, 5, 6, 7) ? 

La région bordelaise peut compter sur plusieurs atouts. Un axe consiste à faire découvrir le vignoble et le patrimoine monumental, avec la mise en place de l’oenotourisme qui attire des visiteurs du monde entier. Plusieurs acteurs ont un rôle capital : chambre de commerce de Bordeaux, communes, offices de tourisme, propriétaires de Châteaux…

 

_ Le patrimoine paysager est attractif. Il suscite en plus des activités agricoles de nouvelles formes de tourisme : l’agritourisme est une activité touristique basée sur une exploitation agricole (gîtes ruraux, chambres d’hôte, campings à la ferme), ou encore l’oenotourisme comme dans les Bordelais ou sur la route des vins d’Alsace (140 kilomètres, 300 domaines viticoles et 48 des 50 grands crus sur un ensemble de 67 communes).  

Oenotourisme (p. 314) : tourisme dont l’objectif est la découverte des régions viticoles et de leurs productions.

 

 

 

            B. Quels sont les différents espaces français de production agricole ?

 

Carte 1 page 132 : L’atout des espaces de la production agricole

Quels sont les différents types d’espaces agricoles français et les atouts de l’agriculture ?

L’organisation de la légende permet de distinguer :

– les espaces agricoles intégrés à la mondialisation (régions spécialisées dans la grande culture céréalière, l’élevage intensif, le vignoble…) ;

– les ports de la façade occidentale de la France tournés vers les flux mondiaux de produits agricoles ;

– les espaces en marge de la mondialisation pour lesquels différents acteurs (locaux, nationaux, européens) agissent pour assurer leur avenir.

_ La France présente une grande diversité des espaces agricoles, en raison des systèmes d’exploitation agricoles (systèmes polyculturaux, agriculture intensive), des types de cultures (céréales, vins) ou encore des dynamiques économiques en œuvre : abandon de terres devenant des friches ou valorisation par le tourisme vert.

_ La France dispose d’outils performants pour valoriser sa filière agricole comme des grands ports. Rouen est le premier port céréalier de l’UE (7,5 millions de tonnes de céréales en 2010). Les céréales venues de tout le Bassin parisien sont exportées vers les pays de l’UE (770 000 t) et de Méditerranée (4,5 millions de tonnes vers l’Afrique du Nord, 1 million de tonnes vers le Proche et Moyen Orient).

 

Quelles sont les caractéristiques et les productions des espaces agricoles intégrés à la mondialisation ?

_ Les différences d’insertion dans la mondialisation provoquent une hiérarchisation dans la performance économique des espaces agricoles :

* Les espaces agricoles intégrés à la mondialisation pratiquent une agriculture intensive liée aux industries agro-alimentaires. Ils se concentrent sur quelques grands ensembles régionaux :

1) L’agriculture industrielle s’étend du Nord-Pas-De-Calais à la région Centre :

- Le Bassin Parisien  est une zone de grande culture céréalière dotée de grandes exploitations très mécanisées dirigées par des agri-managers aux revenus élevés. Les céréales et les cultures industrielles (oléagineux, betteraves sucrières, pommes de terre) sont cultivées.

- Le Bassin aquitain exploite de manière intensive le maïs.

2) L’Ouest (Val de Loire, Bretagne 1ère région d’élevage de France) forme une zone d’élevage intensif pour la production de lait et de viande (élevages bovins, porcins, avicoles). Ce sont des petites exploitations pratiquant un élevage hors-sol. Cette agriculture a des conséquences écologiques néfastes comme la pollution des eaux.

3) La France méridionale est le domaine d’agricultures spécialisées :

            - vergers et cultures maraîchères du Comtat Venaissin et du Roussillon.

            - vignobles du Languedoc-Roussillon et de Corse. En Corse, avec l’effondrement de la vente des vins de table, vignoble est passé de 1970 à 1990 de 32 000 hectares à 10 000 hectares. Depuis 1990 les viticulteurs réagissent par une amélioration de la qualité.

4) Les cultures spécialisées sont liées aux conditions et aux traditions de leurs espaces agricoles :

- Les vignobles mondialement connus sont présent en Bordelais, Champagne et Bourgogne.

- Les cultures spécialisées comme les cultures tropicales (canne à sucre, bananes…) sont pratiquées dans les territoires ultramarins de la France : Martinique, Guadeloupe, Réunion et façade littorale de la Guyane.

Agriculture intensive (p. 312) : agriculture qui obtient de hauts rendements à l’hectare par l’utilisation de techniques modernes de production.

agri-manager (p. 142) : agriculteur qui gère son exploitation comme une entreprise, en liaison avec les firmes agroalimentaires et la demande du marché.

Industries agro-alimentaires (p. 142) : ensemble des industries qui transforment les produits de l’agriculture avant leur mise sur le marché.

 

Quelles sont les caractéristiques des espaces agricoles à faible productivité ?

_ Les espaces à faible productivité agricole sont souvent en recul démographique. Les systèmes polyculturaux sont présents mais peu performant économiquement. Les friches ou la forêt progressent dans le massif central et les montagnes de Corse, les Pyrénées et le Jura. 

_ Des dynamiques positives existent cependant : les régions de moyenne montagne comportant un élevage extensif bénéficient de label AOC pour la vente de leurs fromages et produits laitiers. Ce sont parfois des territoires paysagers où le tourisme vert se développe.

Systèmes polyculturaux (p. 315) : systèmes de cultures où l’on pratique plusieurs cultures sur une même exploitation.

Friches (p. 313) : champs où l’on ne pratique plus l’agriculture. Plus généralement, ancien espace productif laissé à l’abandon.

Tourisme vert (p. 268) : ensemble des loisirs pratiqués en milieu rural, centrés sur la découverte de la nature, des terroirs et du patrimoine.

 

 

 Carte-agriculture-francaise.jpg

 

 

CARTE DE SYNTHESE : ESPACES PRODUCTIFS FRANÇAIS DANS LA COMPETITION INTERNATIONALE

 

 Croquis-Espaces-productifs-francais-dans-la-competition-i.jpg

 

 

organigramme--les-espaces-productifs-dans-la-mondialisation.jpg 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article